AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Dim 25 Nov - 21:01


La chaleur du lit, le bonheur d’être bien au chaud dans son lit bien douillet, ne pas avoir envie d’ouvrir les yeux pour ne pas avoir la réalité d’une nouvelle journée en face de soi. Eh bien ça serait encore une fois un bonheur rompue par la jeune mère, bonheur rompue par son petit garçon qui déboula dans la chambre d’Iris et grimpa tant bien que mal sur le lit de celle-ci et se mit à sauter sur lui en criant :

-Maman ! Maman ! Lèves-toi ! Maman ! Maman ! Lève-toi ! Mamie va bientôt arriver ! Allez lève-toiiiiiiiiii ! Allez ! Allez ! Puis j’ai faim ! Allez maman ! On va à la ferme aujourd’hui ! Lève-toi maman !

-Mmmmmh …

-Allez maman lève-toi ! Faut pas qu’on soit en retard pour l’arrivée de mamie !

-Mmmh … oui c’est bon mon poussin je vais me lever sors de la chambre s’il te plait.

Le petit garçon partit après avoir fait un gros bisou sur la joue de sa mère et de lui avoir répété pour la Xième fois qu’il n’était pas un poussin. Iris tant qu’à elle, elle était toujours pas motivée à sortir de son lit si douillet, si chaud. Mais bon, après quelques minutes elle entendit un cri provenant de l’extérieur de sa chambre. Evan l’appelait. Impatient. En même temps c’était dû à son âge, l’impatience et le fait qu’il soit plein d’énergie. Alors, avec un gros soupir, la blondinette se décida à se lever et à s’habiller, encore un peu endormie. Elle regrettait même un peu que çà ne soit pas leur chaton âgé de quelques mois qui soit venu la réveiller, mais Oscar avait dû dormir avec le petit Shepard cette nuit-là.

Il ne restait que quelques minutes, dix tout au tout, avant que sa mère arrive pour leur journée en famille à la ferme pédagogique qui était à une heure et demie de Washington D.C. Quoi de mieux qu’une journée à la ferme pour passer un bon moment en famille ? M’enfin, s’était surtout le petit garçon qui avait insisté pour aller voir les animaux de la ferme. En plus on pouvait monter un peu sur les poneys qu’il y avait et çà, Evan voulait absolument le faire ! Ainsi que voir comment on fait du miel … et les poules … et les cochons … et les chèvres … bon en gros tous les animaux qu’il pouvait y avoir dans cette ferme. Mais il voulait aussi absolument faire la « cueillette » des fruits et légumes. Mais çà … il ne l’avait pas encore dit.

Iris se dirigea vers la cuisine où elle trouva son garçon juchait sur sa chaise, tout habillait. Là, elle sortit bol, cuillère et céréales ainsi que du lait et s’occupa de préparer le petit déjeuner du gamin. Tout en l’observant elle lui versa un verre de jus de fruit et s’en versa un pour elle-même avant de se faire des tartines de pain avec du Nutella. Elle prépara un nouveau bol de céréale pour le petit garçon et s’avala de nouvelles tranches tartinée de Nutella. Une fois tout çà fini, Evan descendit de sa chaise et se précipita pour aller allumer la télévision. Oubliant qu’il avait du lait autour de ses lèvres.

Iris s’appliqua à nettoyer la vaisselle. Oui oui elle avait une machine à lavée mais elle avait la flemme de la mettre en marche. Alors elle fit la vaisselle et la mit à sécher. Alors qu’elle envoyait un sms elle entendit le bruit de l’interphone se faire entendre. Un sourire apparut sur ses lèvres, sa mère était arrivée. D’un pas rapide elle alla lui répondre et la faire entrer dans l’immeuble. Puis ouvrit la porte, attendant que l’ascenseur arrive. Ils avaient de la chance ils étaient tout en haut de l’immeuble et avait donc droit à l’accès au toit où ils avaient une terrasse. C’était super en été !

Son sourire s’épanouit un peu plus sur ses lèvres quand les portes de la cage métallique s’ouvrirent et que la rouquine apparut. Elle écarta les bras pour la serrer dans ses bras quand elle fut à porter de bras :

-Maman ! Qu’est-ce que je suis heureuse de te voir !  Ça va ? Tu as passé une bonne nuit ?

Elle lui fit la bise et la garda quelques instants de plus dans ses bras et se sépara d’elle quand elle entendit un bruit en provenance du salon. Evan avait entendu que sa grand-mère était arrivée et maintenant il se précipitait vers elle tel un boulet de canon en action et cria, plutôt hurla :

-GRAND-MÈRE !!!

Boulet de canon arrivait à destination, il percuta sans grande douceur sa grand-mère et l’enlaça, enfin plutôt enlaça ses jambes. Heureusement que l’agent spécial du NCIS s’était écartée !

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire


Dernière édition par Iris Shepard le Sam 13 Juil - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Mar 27 Nov - 19:29

Iris & Jennyfer
«Une journée à la ferme…»

La douce torpeur qui enveloppait tout son être se résorbait petit à petit et elle pouvait sentir poindre sur son visage quelques rayons de soleil qui filtraient à travers les rideaux mal tirés de la veille. C’est par cette douce technique que Jennyfer se réveilla ce matin, peu avant son propre réveille. Cela avait beau être un weekend, tout le monde était au courant que les agents n’en avaient pas vraiment, seulement cette fois la rouquine ne se levait pas pour rejoindre les locaux encombrés du Navy Gard mais pour rejoindre pour les environs de neuf heures sa fille chez elle. La semaine précédente, celle-ci sous l’insistance exclusive d’Évan avait finit par lui demander de venir avec eux à la visite d’une ferme qui semblait ravir le petit bout de chou. N’ayant que peu l’occasion de profiter de ces personnes et n’ayant pas avouons-le put profiter pendant ces instants d’hôpital du garçon, elle accepta. De plus passer une journée loin de tout, lui changerait les idées et qui sait la remettrait dans le droit chemin en ce qui concernait ses priorités de vie. Que soit la codirectrice du Ncis s’extirpa avec aisance de son lit pour se diriger vers la salle de bain. Une bonne douche et la journée pourrait commencer en douceur. Descendant en bas, elle put sentir la bonne odeur d’un pain qui cuisait au four et de voir une tablée dressée. Jamais, elle ne remerciera assez Noémie pour toutes ces petites intentions à son égard. Elle mangea avec appétit sans oublier d’y adjoindre ces médicaments.

Cela pouvait paraître un rien contraignant mais par rapport à tout ce qu’elle devait faire dans ce lieu ou elle avait passé trop de temps à son gout, ce n'était presque plus rien du tout. Qu’importait son regard émeraude intense se positionnât pour s’accrocher à l’horloge murale qui lui indiquait qu’il allait être temps de plier baguage. Quelqu’un comme elle, n’appréciait pas le moins du monde d'être en retard, au contraire elle était toujours en avance là où on l’attendait, encore une sale manie qu’elle avait peut-être prise pour acquit pendant son escapade française avec l’agent aux cheveux poivres et sels. Du coup, elle ne comptait pas perdre les bonnes habitudes. Elle rangea ce qui fallait avant de préparer son sac, essayant de parer à tous les cas de figure bien qu’elle ne se souvenait plus vraiment comment pouvait se passer ce genre de visite, la dernière fois qu’elle en avait effectuée une, elle était encore très jeune, autant dire que cela remonte à un certain temps qu’elle ne nommera pas même pas en pensée. Son sac fait, elle ne put s’empêcher d’y emporter une armée par pure réflexe à présent qui serait presque devenu une sorte de protection due à son choc passé. Se faire tirer dessus, laissait toujours des séquelles qu’on le veuille ou non. C’est une demi-heure avant l’heure prévue qu’elle quitta son domicile en direction de l’appartement de sa fille, à cette heure-ci les voix routières étaient dégagées.

Sans besoin de personne et surtout sans chauffeur, elle trouve une place de parking pas très loin dans les rues adjacents et rejoignit l’immeuble à pied. Un interphone empêchait tout intrus de venir quand on n’y était pas autorisée. L’accord d’Iris obtenu, elle poussa la lourde porte et se dirigea vers les ascenseurs, ce n’était pas qu’elle avait le flegme ou qu’elle détestait prendre les escaliers mais monter sept étages de grand matin ne l’enchantait guère. Cette journée allait déjà être assez épuisante comme ça que pour déjà arriver à bout de souffle. Quand la cage électronique fut arrivée à bon port, elle grimpa dedans en enfonça le loquet indiquant le bon numéro. Jen baissa un instant son regard sur sa tenue, un jean, un chemisier et des chaussures plates avaient été son choix et pour le coup, elle appréciait. Vous la voyez vous dans la boue avec des talons ? Le temps était clément mais ne sait-on jamais. Cependant, elle fut coupée on ne peut plus vite dans ces pensées par la cage métallique qui se stabilisa au bonne étage. Elle poussa la porte et se fit directement alpagué par la jeune blonde qui visiblement l’attendait. Un sourire des plus sincères s’était affiché sur son visage d’habitude plus impassible alors qu’elle resserra volontiers pour l’instant sa prise sur elle avant de la relâcher.


-Elle était plutôt bonne et toi ? Evan aurait-il réussi à te laisser dormir ou il t’a tiré en dehors des draps ?

Ajouta-t-elle d’un ton de voix plus doux et légèrement taquineur. Son regard bien sur avait déjà passé en revue sa progéniture pour vérifier son hypothèse. À peine ses mots s’échappèrent avec efficacité de ses lèvres que des pas de plus en plus rapprochés se firent entendre. Jen n’eut le temps que de se tourner dans la direction de la porte d’entrée de l’appartement qu'Evan arrivait en courant lui fonçant dessus tout en l’appelant grand-mère. Voilà qui avait de quoi la perturber quelque peu. C’était dans ces moments-là que vous vous rendiez compte à quel point les années étaient passées vite, à quel point votre vie pour le moment était peu glorieuse, à quel point on avait pu faire des erreurs. Que soit, elle chassa cette pensée et sourit de plus belle en direction de son petit-fils. Le choc n’avait pas été des plus durs même si brutal, elle lui ébouriffa un rien les cheveux et reprit la parole quand son regard croisa le sien.

-Eh Evan… Comment vas-tu ?

Le moins qu’on puisse dire c’était qu’il semblait en pleine forme et plein d’énergie. Parfois à tel point où on se demandait comment ils pouvaient faire pour en avoir autant. Quand il se décala un instant, elle s’approcha d’un pas de la porte.

-Alors vous êtes prêt pour cette journée ?

La question s’adressait aux deux personnes qui lui faisaient plus ou moins face.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Ven 30 Nov - 11:30


Dès qu’Evan était réveillé le petit garçon s’empressait d’aller réveiller sa mère. C’était toujours comme çà. Plus la peine de prendre un réveil vu qu’elle avait un réveil vivant. Mais comme tout réveil, çà nous extirpe de notre lit à regret. Mais bon, Evan avait sa façon bien à lui de la réveiller. Il faisait du lit de la blondinette un trampoline. C’était comme ça, chaque jour. Alors, quand elle confiait le petit bout de chou à quelqu’un d’autre c’était le paradis car elle faisait la grasse matinée. Evan était une pile électrique qui le soir, disait tout le temps qu’il n’était pas fatigué et quelques instants plus tard il dormait à point fermé. Comme tous les enfants de son âge, il ne marchait pas, oh non ! Il courait ! Il courait partout ! Iris se demandait comment elle allait réussir à faire en sorte de pouvoir toujours le voir quand ils seraient à la ferme vu qu’il allait courir partout. Bah ! Elle aurait sa mère avec elle, donc ça serait moins difficile de surveiller Evan.

Quand elle s’était décidée à se lever et à s’habiller, l’agent spécial du NCIS s’était habillée d’un jean noir – au moins ça se verrait moins s’il y avait de la boue dessus par rapport à un jean blanc – un cachemire noir qu’une amie lui avait offert quelques semaines plutôt. Au moins, vu les températures d’automne qu’ils avaient elle était sûres d’avoir chaud. Elle accueillit avec joie sa mère qui venait d’arriver à  son étage et la serra volontiers dans ses bras. Elle écouta les paroles de la rouquine en ayant un joli sourire sur ses lèvres et elle répondit avec joie à sa mère :

-Un peu courte. J’ai travaillé jusqu’à tard hier soir et tu connais Evan, dès qu’il est réveillé il se sent obligé de me réveiller. Donc je dirais courte. Mais bon ce n’est pas grave je suis habituée à ce train de vie.

Bien sûr, on pouvait compter sur Evan qui avait dû entendre le bruit de l’interphone même s’il était devant une émission pour enfant qui passait à la télévision et ainsi avait getter le moment où sa grand-mère serait arrivé sur le seuil de la porte d’entrée. Ainsi, il courut vers celle-ci et heurta ses jambes et les inséra dans ses bras de petit garçon. Heureux de voir sa grand-mère. Alors qu’il se séparait d’elle, il lui afficha un sourire radieux, ses yeux remplis de malice et de joie de vivre. Il répondit de sa petite voix d’enfant à la co-directrice du NCIS :

-Super bien ! Et toi grand-mère ça va ? T’as vu j’ai grandi ! T’es contente qu’on aille à la ferme ? On va voir des cochons et des poules et des ânes et des canards et … et … c’est trop chouette ! T’as déjà vu un coq ? Moi, non, j’en ai vu qu’en photo. Il parait que çà fait plein de bruit le matin ! Tu le savais çà grand-mère que les coqs ils font du bruit le matin ? Ils font cocoriquo ! C’est super ! Tu crois qu’on va voir des poussins ?

Avec Evan, on était vite submergé par ses paroles car quand il parlait ce n’était pas pour dire quelques mots ! Oh non ! Lui, il se lançait dans des monologues qu’il mélangeait avec des questions et des affirmations. Bon, depuis quelques temps, il était fier d’annoncer à tout le monde qu’il avait grandi, même aux voisins qu’il pouvait voir chaque jour. Iris souriait doucement, attendrit par le comportement de son fils. Son regard qu’elle avait hérité de son père revint vers celui couleur émeraude de sa mère quand celle-ci leur demanda s’ils étaient prêts pour la journée, elle réussit à commencer à parler avant que son fils n’eut le temps de faire de même :

-Eh bien ! Etant  réveillée depuis dix minutes, tu me laisses cinq dix minutes le temps que je vérifie qu’on a rien oublié et on peut partir. On prend quelle voiture ? La tienne ou la mienne ?

Evan enchaîna directement après sa mère, surexcité et çà s’entendait dans sa voix et dans son attitude :

-Moi en tout cas je suis prêt !

-Rentre maman. Evan tu ne veux pas présenter Oscar à grand-mère ? Et puis il faudrait aller le chercher comme çà on pourra aller le donner à madame Kaprenzen pour la journée.

-Ouais ! Grand-mère vient on va aller chercher Oscar, c’est notre chaton. On l’a eu y a pas longtemps, il est trop mignon et il est tout doux.

Evan avait pris la main de sa grand-mère et l’entrainait vers l’intérieur du duplex alors qu’Iris refermait la porte puis se dirigeait vers la cuisine pour vérifier le pique-nique qu’elle rangeait au fur et à mesure dans la glacière qu’ils emporteraient avec eux. Elle mit à l’intérieur deux grandes bouteilles d’eau ainsi que des verres en plastique. Un bleu, un orange et un vert.

Le petit garçon rentra avec fracas dans sa chambre où leur chaton dormait rouler en boule sur le lit de celui-ci. Il ouvrit une paupière et poussa un miaulement, il n’eut pas le temps de faire quoique ce soit qu’il se retrouvait soulever dans les airs. Il était tout blanc, sauf le bout de sa queue, ses oreilles et ses pattes. Le chaton était un membre de la progéniture d’une des chattes de leur voisine madame Kaprenzen qui le leur avait offert quand Evan avait absolument voulu l’avoir quand il l’avait vu. Quand Oscar s’était retrouvé brusquement en hauteur il avait poussé un miaulement étonné et ouvrait de grands yeux :

-Tu veux le tenir grand-mère ? Il aime bien qu’on le caresse. Tu le trouves comment ? Il est beau hein ? C’est un des bébés d’un des chats de madame Kaprenzen. Elle me l’a offert. Il aime bien dormir avec moi, sauf qu’il croit que la nuit on joue. Il est super gentil mais parfois il griffe mais il croit que c’est un jeu donc ce n’est pas grave. Et puis quand il griffe çà fait pas trop mal. Il adore le lait ! Comme moi ! C’est bon le lait ! Tu aimes le lait grand-mère ?

La jeune mère avait fini de ranger le tout dans la glacière et elle vérifia rapidement son sac puis fit entendre bien fort sa voix pour réussir à se faire entendre dans l’appartement :

-C’est bon, on peut y aller ! Je suis prête ! Evan vient mettre tes chaussures et enfiler ton blouson !

Maintenant il ne restait plus qu’à les attendre. Et pour les attendre elle avait préparé le blouson de son petit garçon, la paire de chaussure d’Evan et avait ouvert la porte d’entrée.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire


Dernière édition par Iris Shepard le Sam 13 Juil - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Sam 1 Déc - 16:46

Aujourd’hui, c’était une journée en famille qui était au programme. C’était quelque chose d’orignal, d’agréable à se dire, surtout qu’ils méritaient tous un peu de repos non ? On avait tous eu des soucis, des problèmes, du travail à honorer alors pouvoir au moins se retrouver tous ensemble une fois ferait le plus grand bien. Au final, Jennyfer était contente d’avoir pu retrouver sa fille et surtout que leur relation électrisante au début aille pue s’améliorer. Elle était occupée de ressasser tout cela mentalement pendant que l’ascenseur l’emmenait à l’étage ou se trouvait le duplexe de sa fille. Cependant, elle arrêta très vite toute réflexion de ce genre pour se concentrer sur le moment présent, à peine sorti-elle de la cage métallique que sa fille la prenait dans ses bras lui posant des questions. Auxquelles, elle répondit avec un petit quelque chose de malice. Ça c’était son vrai caractère, un côté un peu plus joueur, plus provocateur, plus spontané, qu’elle ne donnait généralement pas au Ncis ou on la considérait plus comme franche et sérieuse. Ici on était loin de tout ça on pouvait être soi-même, elle rigola sur son réveille matin dénommé Evan. Elle lui avait déjà dit qu’il la réveillait à chaque fois et les rares fois où le petit garçon était venu loger chez elle une journée, cela avait été la même chose, il avait couru jusque dans sa chambre pour qu’elle daigne se lever en même temps que lui. Sauf que oui, la rouquine était matinale même si elle travaillait tard et donc elle avait précédé le petit bout qui avait du coup dévalé les escaliers jusqu’à la cuisine. Il ne fallait pourtant pas omettre qu'Iris était sans doute moins habitué qu’elle a ses horaires exigeants même si avec les années, elle prenait l’habitude.

En tout cas sa pensée se confirma quand elle signala que sa nuit avait été des plus courtes. Un sourire à la fois amusé mais compatissant en même temps s’afficha sur le visage de la Co directrice alors qu’elle écoutait la suite. Elle esquissa simplement, à ce stade, elles n’avaient pas vraiment besoin de mot pour se comprendre sur ce point. Elle s’y ferait et elle prendrait l’habitude, les horaires du Ncis couplé à une vie de famille étaient un défi de taille qu’elle n’avait jamais réussi à son grand dam parfois à gérer. Elle n’eut de toute façon pas le temps de lui répondre que son petit-fils déboulait pour venir lui dire bonjour, interrompant toute conversation entre mère et fille. Immédiatement donc son intention glissa de la jeune femme blonde pour revenir vers le petit garçon qui après une de ces questions se lança dans une sorte de monologues où Jen aurait bien eu du mal de placer un seul mot. Ça aussi c’était quelques choses de perturbant et à la fois tellement attendrissant. Tout devenait mignon quand c’était fait par un enfant en bas âge alors qu’un adulte vous lui feriez clairement comprendre qu’on ne faisait pas ça. Son sourire s’agrandit un peu tout en l’écoutant, essayant de n’oublier aucune question pour savoir lui répondre.


-Ça va bien… Oh oui je vois ça, alors tu mesures combien à présent ?...Oui les coqs font du bruit le matin, dès que le soleil se lève il commence à chanter. Mais pour l’entendre il faut habiter à la campagne bonhomme ici à part les voitures où les chiens s’est assez limité. Et pourquoi il n’y aurait pas des poussins ? Tu as vu tous les animaux qu’ils ont ? Ils en auront surement… Tu verras aussi des chevaux, des ânes et j’en passe.

Oui, elle avait déjà vu tous ces animaux tout comme entendu le chant du coq le matin, bien qu’il pût si l’envie lui prenait pousser son son si gentiment imité par Évan en pleins milieux de la journée. Disons qu’elle avait vu sa plus petite et surtout pendant ses nombreuses missions, certaine était dans des lieux plus reculée comme à Moscou et là vous aviez le loisir d’entendre la vie nocturne. Que soit, elle avait été plutôt fière d’avoir pu placer sa phrase en réponses aux nombreuses questions du petit bout avant que sa fille ne précise qu’elle va aller vérifier tout et qu’il serait temps d’aller chercher Oscar. Si elle avait simplement haussé les épaules pour la question de la voiture, elle arqua cette fois carrément un sourcil quand elle cita ce nom. Oscar ? C’était qui ça ? La réponse lui arriva presque instantanément : un chaton. Oh oh, elle ne pensait pas avoir manqué autant de chose en si peu de temps. Elle sentit Évan reprendre sa main et Jen le suivit gentiment à l’intérieur de l’appartement qui se referma derrière elle. Suivant le jeune garçon, elle rentra donc dans sa chambre avant de percevoir une tache blanche sur son lit qui poussa un miaulement avant d’être présenté en bonne et due forme.

-Il est magnifique, c’est toi qui lui as trouvé son nom Evan ?

Entendant sa mère, Jen hérita du petit chaton qu’elle rattrapa un peu au vol, lui faisait pousser un nouveau miaulement pas vraiment content. La rousse reprit l’animal convenablement avant que de la main droite, elle lui caresse doucement la tête avant de passer en dessous, après quelques secondes il s’apaisa un peu et tendait la tête quand elle passait sous son menton. Elle ressortit de la chambre d’Évan avec le petit Oscar avant de voir Iris prête, ayant fait les réserves de nourriture dans le bac approprié. Quelques pas pour revenir dans le centre de la pièce et son regard émeraude se porta à nouveau vers celui de sa fille. Alors qu’il se précipitait pour enfiler ses affaires de manière assez anarchiques, Jen reprit la parole revenant sur une des questions de départ où elle n’avait pas répondu, le moyen de locomotion.

-On peut prendre ma voiture si tu veux ? Elle est garée dans une rue un peu plus loin mais comme ça au moins tu ne dois pas sortir la tienne et tu n’as pas de problème pour te garer quand on reviendra… Et puis je crois que j’ai assez de place dans le coffre pour ça.

Dit-elle en montrant de la tête les bacs réfrigérant qu’elle avait cité. Le chat toujours dans les bras, elle l’aurait bien donné à la personne en question mais elle ignorait ou se trouvait son appartement du coup, elle le gardait toujours même si le jeune chaton n’allait pas rester très longtemps sagement immobile.

-Alors, elle habite ou cette madame Kaprenzen ?

Demanda-t-elle autant à sa fille qu'à son petit-fils qui terminait de placer ses chaussures à la hâte. En tout cas on ne pouvait pas nier le fait qu’il était plus que pressé voire enjoué d’aller faire cette petite escapade avec elles deux. Voir de temps en temps des personnes qui était content de vous voir cela faisait plaisir et cela changeait un peu de l’habitude ou les gens se disaient merde, le patron arrive on se tient à carreau.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Mer 12 Déc - 11:52


Bon, il fallait l’avouer, au début, Iris avait eu du mal à accepter de créer une relation mère-fille avec sa mère. Lui en voulant de l’avoir abandonner, elle avait eu du mal, mais heureusement au fil du temps leur relation s’était adoucie, calmée et elles s’entendaient plutôt bien entre elle. En plus, avec un petit garçon, il ne fallait mieux pas avoir ce genre de relation qu’elles avaient eu par le passé. Ça pouvait être mauvais pour le petit bout de chou. Mais ne revenons pas sur le passé et parlons du présent car c’est ce qui nous intéresse actuellement. Evan avait encore une fois empêché sa mère de dormir en allant la réveiller comme à son habitude dès qu’il avait été réveillé. Alors, oui, peut-être bien que l’agent spécial du NCIS avait potentiellement une tête de déterrée parce que franchement, réussir à grappiller des heures de sommeil entre son boulot et son petit garçon, c’était compliqué. Mais au moins,  certaines fois elle pouvait souffler un peu, relayant la garde à sa mère ou à la marraine de l’enfant, Abby.

En parlant d’Evan, celui-ci déboula au grand galop pour venir dire à sa grand-mère bonjour. Comme à son habitude, il se lança dans un monologue remplis de questions et à un rythme effréné. Puis soudain, il se stoppa après une dernière question attendant avec impatience les réponses que pouvait lui donner la rouquine. Bien sûr en l’écoutant parler et lui répondre il avait hâte de se remettre à parler et d’annoncer combien il faisait maintenant. Car il aimait le dire à tout le monde qu’il grandissait, il était même persuadé qu’il serait bientôt aussi grand que l’experte scientifique qui lui servait de marraine. Bon, bien sûr, là il pouvait toujours espérer car il était encore qu’un petit garçon et non pas un adulte. Dès que la co-directrice eut fini de parler il enchaîna directement dans un flot de parole pour lui répondre :

-Je fais un mètre ! Je vais bientôt être aussi grand qu’Abby ! Les poussins ils sont là tout le temps ? Y a tout le temps des poussins dans les fermes ? On pourra leur donner à manger aux animaux ? Hein on pourra leur donner à manger ? Je pourrais tenir un poussin ? Ouais ! Des ânes !

Eh bien, çà promettait cette journée au rythme qu’imposait Evan. Ce soir, elle allait être complètement claquée ! Iris se fit entendre et annonça qu’il fallait aller chercher Oscar, leur chaton, pour qu’ils aillent le donner pour la journée à leur voisine madame Kaprenzen.  Une fois dans sa chambre – en désordre – le petit garçon souleva dans les airs la boule de poil pour le présenter à sa grand-mère. Celui-ci était étonné d’être ainsi soulevé dans les airs, bon, il allait s’habituer au fur et à mesure que le temps passerait à être ainsi soulevé  sans franchement aucune délicatesse :

-Oui c’est moi ! Tu trouves çà comment le nom que je lui ai donné ?

Dès qu’il entendit la voix de sa mère les appeler, le petit garçon se précipita et sorti de la chambre pour aller enfiler son blouson et mettre ses chaussures.  Alors que le petit garçon cherchait le bras du blouson qu’il ne trouvait pas elle eut un sourire attendrit et l’aide à l’enfiler convenablement. La blondinette écouta avec attention sa mère qui répondit à la question qu’elle avait posé un peu plutôt, celle-ci proposant qu’on utilise sa propre voiture pour faire le trajet jusqu’à la ferme et pour le retour. Iris hocha affirmativement la tête et fit entendre sa voix pour répondre à sa mère :

-Ça me vas tout à fait.

Alors que la rouquine demandait où habitait madame Kaprenzen, Evan s’empressa d’ouvrir la bouche pour lui répondre mais Iris arriva à répondre à la co-directrice avant lui, très fière de son coup au passage car sinon on n’en sortirait jamais avec lui :

-Elle habite en face. Evan tu finis de mettre tes chaussures et tu vas donner Oscar à madame Kaprenzen.

-D’accord maman. Grand-mère donne-moi Oscar s’il te plait.

Il finit de mettre ses chaussures et tendit les mains pour recevoir le chaton. Au moins, il la déchargeait du chaton, mais bon, il aurait peut-être mieux fallut que la boule de poils reste dans les bras de la rouquine qu’atterrise dans les bras du petit garçon. Une fois fait, Iris ouvrit la porte à son petit garçon qui ne pouvant pas appuyer sur la sonnette, frappa du pied à la porte, aussi fort qu’il pouvait.
Iris qu’en a elle,  enfila sa veste et ses chaussures et prit la glacière dans une de ses mains. Elle entendit la voix de la vieille femme dans le couloir et esquissa un léger sourire. Elle dit un simple « Bon, on a rien oublié on peut y aller » et voilà qu’elles sortaient du loft et qu’elle fermait la porte alors que son petit garçon l’attendait prêt de l’ascenseur les bras déchargeaient de la charge de son chaton. Ils n’eurent pas à beaucoup attendre quand le bouton d’appels vu presser car la boîte métallique devait être dans les étages proches. Une fois les portes en métal fermaient la blonde fit entendre sa voix calmement :

-Evan le paquet de bonbons s’il te plait.

-Oui maman …

Et il lui donna le paquet de bonbons que lui avait donné madame Kaprenzen. Celle-ci offrait toujours un paquet de bonbons à Evan, elle l’adorait et parfois même elle allait le chercher à la maternelle quand la jeune femme ne le pouvait pas. Iris mit dans sa poche le paquet de bonbons alors que le petit garçon demandait quand il pourrait en avoir :

-Dans la journée mon cœur. Elle est garée où ta voiture maman ? dit-elle en fixant son regard dans celui de sa mère.

Respirer l’air frais de la campagne allait leur faire beaucoup de bien, en tout cas, c’était à n’en pas douter pour le petit garçon. S’éloigner juste pour une journée de la ville et de son atmosphère polluait ne pouvait pas faire de mal.



HJ : Je sais je t'avais dis que je te répondrais hier mais la voilà ta réponse Razz

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire


Dernière édition par Iris Shepard le Sam 13 Juil - 0:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Mar 18 Déc - 17:09

Une pile électrique, voila ce qu’était son petit-fils et personne ne viendrait lui dire le contraire. Ce petit garçon était monté sur des ressorts à tel point qu’elle était sûre que sa fille, parfois, aimerait volontiers trouver le bouton d’arrêt pour qu’elle puisse respirer. Cependant, n’allez pas croire que cette sorte d’hyperactivité était tout seul oh non, il accompagnait cela de monologues divers et variés ne semblant pas réellement attendre des réponses malgré les nombreuses questions. Fatalement, si vous vouliez que votre interlocuteur puisse parler, il faudrait déjà que vous lui en laissiez l’opportunité ce qu’il ne semblait pas saisir en tout temps. Enfin, c’était une question d’habitude au début cela avait de quoi être déstabilisant et au final on arrivait à trouver les moments les plus opportuns pour en lâcher une et donner quand même un semblant de conversation à deux sens. En tout cas, aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle et à peine la formulation de leurs passages à la ferme fut entendu qu’il s’y élança à vive allure, enchainant les questions à un rythme effréné. Peut-être que Jennyfer n’aurait pas dû le relancer là-dessus et attendre d’être arrivé sur place. Trop tard de toute façon pour faire machine arrière. Les répliques ne tardèrent pas à tomber et la rousse toujours sur le palier près de la porte d’entrée de l’appartement d’Iris ne bougea pas, se contentant simplement de poser son regard émeraude vers lui pour l’écouter. Il semblait obnubilé par une seule chose, l’idée de grandir et d’être aussi grand qu’Abby. Oh il la rattraperait certainement mais il avait encore un peu de marche à ce niveau-là. Un léger sourire s’étira sur ses lèvres.

Maintenant, elle répondrait volontiers mais tout ne dépendait pas d’elle. Est-ce qu’il y avait des poussins en ce moment à la ferme ? Sans doute après tout c’était élevée sous la lampe UV pour faciliter les choses et en avoir justement plus maintenant les nourrir aussi pour le reste, il faudra voir avec les programmes d’excursion ça c’était Iris qui s’en était chargée et pas Jen. Profitant du fait qu’on lui disait de rentrer à l’intérieur pour le nom, elle le suivit gentiment à l’intérieur en directions de sa chambre pour lui répondre que oui il sera même certainement plus grand que la laborantine et que oui il pourra nourrir des animaux et voir des poussins parce que justement, ils en élevaient plein. Cette réponse fut suffisante pour l’enjouer et la codirectrice n’en demandait pas mieux. Très vite les animaux fermiers furent remplacés dans son esprit par un animal de compagnie nettement plus classique : un chat dénommé Oscar. Une petite boule de poils dont sa fille ne lui en avait pas encore parlé. Elle le regarde faire avant de répondre tout en étant sur le seuil de la porte.


-C’est plutôt original je trouve, rassure-moi c’est bien un mâle n’est-ce pas ?

Ajouta la rouquine avec un léger sourire laissant clairement deviner, si on y prêtait un petit peu attention, que c’était surtout une petite pique lancée pour plaisanter. En même temps sait-on jamais parfois on avait de sacrée surprise, une femelle devenait un mâle, l’inverse était rarement arrivé en tout cas. Et comme il l’avait eut jeune on ne sait jamais. Elle voyait plutôt Oscar donné comme prénom à une personne humaine mais après tout pourquoi pas. Si cela lui plaisait c’était là le principal, l’animal s’y ferait de toute façon très vite et connaissant l’énergumène, il risquait vite également de se retrouver avec des petits surnoms tout à fait sympathiques ou folkloriques, au choix. Un autre appel fut fait et elle hérita du petit chat qui se demandait encore ce qui se passait de s’être fait réveiller de manière un peu brutale alors qu’il était clairement bien installé. Elle tourna les talons, la veste toujours sur son dos pour revenir vers le hall d’entrée et regarder la scène d’habillage qui se passait devant elle. Elle acquiesça simplement pour la voiture avant de demander finalement parce que la question lui était venue à l’esprit.

-Il n’y a pas de problème pour avoir des animaux en appartement ? Il ne sortira donc pas ?

Ah certain propriétaire insistait énormément sur le fait de ne pas avoir d’animaux de compagnie avec eux. Bon si déjà une voisine en avait la question était peut-être ridicule mais sait-on jamais. Après tout l’animal pourrait rester à l’intérieur. C’était une manière de faire la conversation pendant qu’Évan terminait de s’habiller et qu'Iris rassemblait le monticule d’affaires qu’elle comptait emporter pour leur petite expédition à deux heures d’ici. Enfin le cas du chat fut sur la fin vu qu’elle le rendit au petit garçon qui partit à toute vitesse le donner à la voisine. Sur ce laps de temps, Jen ne répliqua rien, pour pas dire que ce fut le silence complet de sa part. Aucune malaise à voir là-dedans mais elle n’avait pas grand-chose à dire à cette voisine et les affaires d’habitude ne la concernaient pas non plus. Elle se contenta de pousser sur le bouton de l’ascenseur et d’attendre son arrivée avant de ternir la porte pour que les deux protagonistes aillent le temps de passer et qu'Iris ne doivent pas chipoter pendant des heures pour trouver comment passer avec son fardeau. Alors que les étages descendaient et quant le rez de –chaussés fut atteint elle sortit finalement et tourna la tête vers la blonde à ses côtés avant de montrer d’un mouvement de tête la droite.

-Deux rues plus loin, par là… Les places libres ne sont pas une chose courante près de chez vous… Tu veux un coup de main ?

Elle se précipita en tout cas vers la porte et l’ouvrit et la tient de la même manière qu’elle l’avait effectuée pour la porte de l’ascenseur et quand tout le monde fut dehors, son regard émeraude suivit un instant le jeune garçon pour être sûr qu’il ne se prenne pas une envie fulgurante de traverser la chaussée sans regarder. Elle quitta quelques instants le trottoir du regard pour aller chercher dans son sac, les clés de sa voiture qu’elle avait remit machinalement dedans. Autant ne pas perdre du temps pendant des heures sur un truc bête et le faire en avance. Le petit morceau métallique en main, elle reprit sa marche en tête, les guidant jusqu'à son véhicule sans trop de soucis. Un cliquetis et la voiture se déverrouilla en émettant un petit son.

-Personne n’a rien oublié c’est certain ? Parce que c’est le moment ou jamais après ça sera trop tard !

Elle, elle avait déjà fait sa petite check liste avant de quitter de son domicile, Iris aussi apparemment mais sait-on jamais que le petit garçon avait oublié quelques choses dans sa précipitation. Son regard passa de l’un à l’autre avant d’ouvrir doucement se porte.

-Tu peux pousser ce qu’il y a dedans, c’est juste des journaux.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Sam 2 Fév - 14:52


Le travail de mère était un travail à pleins temps, sans aucun répit. Bon si, peut être quand l’enfant est couché et qu’il dort. Mais généralement on est tellement lessivé qu’on va se coucher et donc au final, on n’a pas de temps pour s’occuper de soi-même pour faire un break. C’était pour ça que parfois, Iris donnait son fils, Evan, à un proche. Comme sa mère ou une amie, ou bien à sa marraine, Abby. C’était le temps pour elle de faire un break, de respirer, de prendre du temps et de se reposer. Mais parfois, elle reléguait la garde à quelqu’un d’autre si elle était sûr une affaire et qu’elle n’avait pas de temps pour son fils, il était encore trop jeune pour s’occuper de lui-même. En tout cas, même si elle ne pouvait pas être avec lui le soir pour lui souhaiter une bonne nuit et veiller sur lui elle faisait en sorte de l’appeler pour parler un peu de sa journée, de comment il allait et elle lui disait à la fin qu’elle l’aimait et qu’elle lui souhaitait une bonne nuit qu’ils se reverraient bientôt.

Le petit garçon était fier de montrer son chaton à la co-directrice du NCIS. Bon, le chaton, il était beaucoup mais alors beaucoup moins content car lui, il aurait bien aimé pouvoir dormir encore un peu et ne pas avoir les quatre pattes en l’air complètement ahuri. Il poussa de nouveau un miaulement, demandant certainement de pouvoir redescendre et qu’on le repose soit sur le sol soit sur le lit. Quand la question fut posé sur le sexe du petit chat, Evan ouvrit de grands yeux et tourna le chaton vers lui pour bien regarder si c’était bel et bien un mâle puis il tourna Oscar vers sa grand-mère et le lui mit sous le nez :

-Oui oui c’est bien un mâle grand-mère tu vois ? C’est pas une fille.

Après les derniers mots qu’il avait prononcés le chaton émit un nouveau miaulement, un peu pour confirmer les dire de celui qui le tenait. Tout de suite après, la voix d’Iris se fit entendre dans l’appartement signalant qu’ils pouvaient revenir dans l’entrée et que le garçonnet devait venir enfiler chaussures et veste pour pouvoir partir à leur sortie familiale. Alors qu’Evan s’habillait avec l’aide d’Iris pour le blouson car il galérait pour la dernière manche qu’il ne trouvait pas la jeune maman releva la tête vers sa propre mère et souriante répondit à sa question d’une voix douce et calme :

-Non il n’y a aucun problème pour ça. Le proprio adore les animaux donc il ne voit aucun problème pour qu’on en ait. La voisine en a plusieurs. Et puis nous sommes dans une résidence alors ils peuvent se balader dans le parc de la résidence.

Franchement, Iris avait été très contente de faire cette bonne affaire en achetant ce duplex dans une résidence. Ce n’était pas trop cher, le proprio était très sympa. Il était venu les aider pendant l’emménagement, s’enquérant de comment elle allait, de comment allait Evan. Franchement s’était un chouette gars ! Le petit garçon alla rendre le chat à madame Kaprenzen alors que l’agent spécial du NCIS prenait les affaires qu’elle avait prévu d’emporter pour leur expédition familiale. En sortant de l’ascenseur la blondinette fit un geste affirmatif avec la tête pour montrer à sa mère qu’elle l’a suivait après avoir écouté où la voiture de celle-ci était garée :

-Non mais …

Trop tard. La porte était déjà ouverte par sa mère. Elle esquissa un doux sourire qui illumina son visage, un sourire de remerciement même si elle n’avait pas demandé de l’aide pour autant :

-Merci maman.

Alors qu’elle passait devant sa mère pour sortir du bâtiment elle se pencha légèrement et lui embrassa la joue. Un petit signe affectif. Puis elle l’a suivi avec son petit garçon qui se tenait docilement à ses côtés, étrangement, car ceci était peu commun provenant de sa part. Peut-être avait-il comprit que s’il se tenait impeccablement bien il aurait plus rapidement les bonbons tant convoités ? Une fois arrivée à la voiture, Iris fit entendre sa voix pour répondre à la rouquine :

-Non rien oublié.

-Suis allé aux toilettes moi ! On y va ?

En entendant que son fils avait pensé à aller faire ses besoins avant de partir alors que d’habitude s’était-elle qui devait lui rappeler la Shepard ouvrit de grands yeux ahuris, complètement étonnée de cela :

-Tu peux me répéter çà Evan s’il te plait ? En me regardant dans les yeux.

-Je suis allé au toilette maman. Ça ne va pas maman ? Allez on peut y aller ?

Et il avait dit çà en la regardant dans les yeux. Elle était encore complètement ahuri puis elle se résonna en clignant des paupières et lui sourit doucement, fière de son petit garçon qui grandissait, et parfois elle avait l’impression qu’il grandissait bien trop vite à son goût :

-Si si ça va très bien mon chéri. Je suis très fière de toi.

Iris jeta un regard qui voulait dire « T’y comprends quelque chose au fait qu’il soit allé spontanément aux toilettes ? » Elle obéit à la rouquine en poussant les journaux pour installer ses affaires puis elle alla attacher son fils qui s’était hissé tant bien que mal dans la voiture pour s’asseoir sur un siège adapté à sa taille. Au final, elle alla s’asseoir sur le siège passager à l’avant de la voiture à côté de sa mère. Qu’en a Evan, lui, il trépignait sur son siège, étant impatient d’arriver à destination alors qu’il n’avait pas encore démarré. Bon, même s’il l’avait surpris par son « Suis allé aux toilettes. » il y aurait quelque chose qui ne raterait certainement pas au bout de dix-quinze minutes çà serait le « Quand est-ce qu’on arrive ? » si typique des enfants en bas âge, ce qui se répéterait chroniquement à chaque dix-quinze minutes jusqu’à l’arrivée à la ferme ou bien au moment où il verrait les premiers animaux de ferme dans les champs ce qui signifierait qu’ils seraient bientôt arriver.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire


Dernière édition par Iris Shepard le Sam 13 Juil - 0:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Lun 11 Fév - 16:52

Les animaux de compagnies, c’était quand même quelques choses d’agréable, c’était comme son nom l’indiquait une compagnie dans les appartements et surtout cela avait de quoi occuper les enfants. C’était sans doute pour cette dernière raison que sa fille avait héritée d’un représentant de la jante féline. Tous les enfants à un moment donné de leur existence voulaient avoir un petit animal, que ce soit un chien qu’on allait exhiber au début en le promenant tout le temps ou en allant le rechercher à l’école, avec ou un chaton dont on montrait la photo aux copains et on racontait toutes les bêtises qu’il avait fait. Autrement dit-on en profitait, son petit-fils avait l’air d’apprécier le petit animal mais il n’était pas pour autant d’une douceur à toute épreuve comme elle put aisément le remarquer. Fatalement, Oscar fut empoigné sans aucune délicatesse et exhibé à ses yeux émeraude alors qu’il miaulait à tout va pour prononcer à sa manière son mécontentement et son envie de retrouver le plancher des vaches. Chose qu’il n’était pas censé faire tout de suite, de toute évidence. Eh non, parce que pour une raison qui lui était inconnue ses paroles sortirent bien plus vite que ses propres pensées et elle voulut s’assurer que c’était bien un mâle. En même temps le nom était sans équivoque mais qui sait que le petit Evan aurait très bien put l’appeler Ocsar au début et qu'oh zut trois jours plus tard on remarquait que c’était une femelle. Sauf que pour ne pas la perturber et ayant été habituée à être appelée comme ça on aurait continué. Sauf que de toute évidence le chat était bien un mâle comme elle ne put faire autrement que de le voir. Pauvre bête.

Fortement heureusement, il n’eut plus le temps d’être traumatisé qu’on rappelait le petit énergisé vers les portes d'entrée. Dès lors, le chat se trouva dans ses bras d’un regard peu rassuré. Non, c’était sur lui il aurait préféré continuer de dormir mais qu’importe. La Codirectrice du ncis profita de tout cela pour revenir à son tour vers le hall où tout le monde se préparait pour cette petite escapade à la ferme en s’habillant. Le temps n’était pas frigorifiant mais mieux valait parer à toutes les situations pour ne pas se faire surprendre par une pluie ou être malade le lendemain. Elle continua de faire la conversation en restant sur le même sujet sauf que cette fois-ci ce fut Iris qui reprit la parole, lui confirmant ce qu’elle avait déjà déduit mentalement. Au moins plus de doute permis. Jen acquiesça simplement alors que le chat regagnait son domicile de la journée, là sans doute ou il était né ou en tout cas ou il avait des frères et sœurs.


-Tant mieux, c’est toujours mieux pour eux s’ils ont le droit de sortir. C’est quand même des animaux plus solitaires.

Oh il en avait qui restait constamment à l’intérieur sans paraître manquer de quoi que se soit mais bon. Que soit, la discussion et le sujet fut clôturé et après un dernier petit check up mentale de la part de la propriétaire des lieux, ils entamèrent tous les trois la petite descente vers l’extérieur. Après tout, on avait encore quelques kilomètres à parcourir pour arriver à l’endroit de l’expédition et s’ils voulaient vraiment en profiter correctement il ne faudrait pas trainer. La mise en route était facile mais sa fille était plutôt chargée, c’était pourquoi même si elle posait la question, c’était plus par politesse que dans une réelle attente de réponse parce qu’elle passa devant elle pour lui ouvrir la porte. Elle allait avoir du mal à le faire toute seule et elle n’était point chargée vu qu’elle n’avait rien voulu lui laisser. Ici donc pour une fois on inversait les rôles, elle n’était pas la personne qu’on conduisait, elle jouait les chauffeurs serviables ça changerait. Elle esquissa un sourire chaleureux et croisa le regard de sa fille qui en disait bien plus long que n’importe qu'elle phrase.

-Je n’allais quand même pas te la laisser ouvrir avec les pieds si ?

Dit-elle dans une très légère tentative d’humour. Puis le silence reprit place jusqu’à ce qu’ils arrivent au véhicule, là dans un dernier sursaut de conscience, elle demanda si on pouvait démarrer ? Autant devoir faire demi-tour ou courir chercher quelque chose d’important quand on n’était pas loin, une fois qu’on serait sur l’autoroute à deux heures d’ici cela serait nettement plus ennuyant. Elle, elle avait vérifié au moins dix fois avant de partir de sa demeure à eux deux de le faire vu qu’elle ignorait tout ce que devaient contenir les petits paquetages qu’avait fais l’agente du Ncis. Tranquillement, elle déverrouilla la voiture et l’aida à installer tous les sacs dans le coffre avant de revenir vers le siège du chauffeur et de doucement s’installer, alors que Evan disant qu’il avait pensé à aller aux toilettes. Ce qui en soi était une sage décision, cela éviterait de devoir s’arrêter dans vingt petites minutes. Jen sourit simplement alors que sa fille semblait ne pas s’en remettre. Elle était comme sous le choc de la nouvelle. Elle ne releva rien de particulier, démarra le moteur, mit le chauffage, attacha sa ceinture tout en regardant qu’Evan l’avait également et attendit qu’Iris monte de son côté et ferme la porte avant de démarrer en regardant si personne ne venait derrière elle. Au bout de la rue, la rousse se tourna vers sa fille un quart de seconde le temps de formuler.

-Ça va aller, tu vas t’en remettre ?

Puis elle prit la rue et commença à rouler, elle ne savait pas vraiment avec précisons où elle se trouvait la ferme mais nul doute que la nouvelle technologie qu’on nommait plus communément Gps trouverait ça tout seul, mais bon aller jusqu’à l’autoroute déjà n’était pas très chinois. C’était à sa portée. Tout en surveillant la route et veillant sur son chemin, elle avait allumé un peu la radio qui passait quelques musiques, de quoi mettre une petite ambiance de fond et ne pas laisser le silence se prolonger même si celui-ci n’était pas gênant pour autant. Clignoteur par-ci, clignoteur par là au bout de dix petites minutes, elle avait rejoint enfin un grand axe, la circulation était dense mais c’était gérable. Rien à avoir avec le matin.

-Ça va pas trop chaud, ni trop froid ?

Demanda-t-elle à l’adresse de ces deux comparses parce que le trajet était encore loin d’être terminé. Oh non on ne faisait que commencer, mais bon c’était un peu de patience à avoir pour avoir autre chose. Un mal pour un bien comme on le disait parfois.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Mer 22 Mai - 22:03


La blondinette avait accepté rapidement le fait que madame Kaprenzen est eu des petits chatons et qu’Evan en veuille un. Au moins ça le canaliserait, s’était-elle dite avec espoir. Mais au contraire, il était devenu encore plus excité, en tout cas, avec Oscar qui avait intégré l’appartement, elle avait beaucoup moins à surveiller son petit garçon car Oscar était devenu son « ami », enfin, il aimait beaucoup jouer avec lui. Et sauf dans les moments comme celui-ci où le petit garçon avait soulevé sans délicatesse le chaton et le manipulait tout comme il l’avait soulevé, Oscar semblait bien aimé l’enfant. Peut-être bien qu’il regrettait sa maman qui était dans l’appartement en face du leur mais au moins, il la voyait quand on l’emmenait là-bas.  Il semblait apprécié être avec eux, même si parfois on aurait pu croire que l’appartement été habité par des fous.

Le proprio était un amoureux des animaux, quasiment tout le monde dans la résidence avait un animal voir plusieurs. Tant qu’on ne salissait pas les endroits communs et qui si on le faisait parce que par exemple notre chien n’avait pas pu se retenir plus longtemps et avait finalement préféré faire ses besoins dans l’ascenseur, on se devait de nettoyer. Mais bon, de ce côté-là, personne ne rouspétait et on s’y mettait volontiers. Tout le monde s’entendait plutôt bien dans l’immeuble et c’était ce qui avait beaucoup plus à la jeune mère, ‘fin surtout le beau jeune homme du quatrième avec son labrador noir. Mais elle était avec Tony, l’agent du NCIS n’en avait pas encore parlé à sa mère, ça datait quand même le début de leur relation entre Tony et elle, mais c’était peut-être dû au fait que la dernière fois qu’elle avait eu une relation amoureuse sérieuse, le type – père d’Evan – s’était retrouvé en taule. Alors oui, peut-être avait-elle un peu peur que sa mère aille fouiller du côté de Tony et lui trouve des choses pas très jolies :

-Oui et puis il passe souvent du temps avec ses autres frères et sœurs ainsi que sa mère qui appartient à madame Kaprenzen. Elle s’en occupe très bien et je la soupçonne même de le gaver ! dit-elle d’un ton rieur en prononçant les derniers mots

Après cela, ils sortirent de l’appartement, elle ferma la porte et ils se mirent à descendre grâce à l’ascenseur. La blonde réquisitionna le paquet de bonbons qu’avait récupéré son petit garçon, pas question qu’il en mange alors qu’il venait de prendre son petit déjeuner ! Sortant de la boîte métallique, elle écouta sa mère lui demandait si elle avait besoin d’elle et sans franchement attendre une réponse lui ouvrir la porte d’entrée et la maintenir pour qu’elle puisse passer. Elle la remercia et celle-ci lui répliqua qu’elle n’allait quand même pas la laisser ouvrir avec les pieds. Elle sourit et rit. Une fois arrivée au niveau de la voiture, sa mère demanda si rien n’avait été oublié et Iris répondit par la négation. Quant à Evan, il annonça qu’il n’avait même pas oublié d’aller aux toilettes alors que d’habitude il oubliait tout le temps, ce qui marqua la jeune femme. Première fois qu’il lui disait ça ! Une fois tout le petit monde installait dans la voiture, on démarra. Plutôt sa mère démarra ce qui pouvait sembler étrange vu que d’habitude ce n’était pas elle qui conduisait mais quelqu’un qui faisait le chauffeur. Un sourire en coin s’afficha sur ses lèvres alors qu’elle répondait à la rouquine :

-Oui ça va je vais m’en remettre ne t’inquiètes pas. C’est juste … que d’habitude Evan oublie et il me fait s’arrêter dix minutes plus tard.

Et puis, la voiture roula, Iris laissa son regard vaquer au-dehors, posant sa tête contre la vitre, laissant ses pensées divaguaient. Evan faisant de même, devant certainement se poser des centaines de questions sur comment ça allait se passer à la ferme et comment allaient réagir les deux adultes quand il demanderait s’ils pouvaient allé faire la cueillette. Quand la co-directrice du NCIS demanda s’ils n’avaient pas trop chaud ni froid, les deux intéressés sortir de leur torpeur. Ce fut Iris qui réussit à répondre plus rapidement :

-Non ça va maman. Merci. Dis-moi, tu es déjà allée à la ferme quand tu étais plus jeune ?

-Ca va aussi. Quand est-ce qu’on arrive ?

Le premier « Quand est-ce qu’on arrive ? » venait de sortir de la bouche du petit garçon, alors que sa mère venait de poser une toute autre question. Elle n’avait pas vraiment parlé à Evan du fait que « maman n’a pas vécu avec grand-mère quand elle était plus jeune », en faites, le petit garçon l’a pressait plus de questions sur son père, ce qui la mettait plutôt mal à l’aise. Elle n’allait quand même pas dire que le père d’Evan était un dealeur et qu’il était en prison ! On ne disait pas ça à un enfant de cet âge, mais un jour ou l’autre il faudrait bien qu’elle le lui annonce. Elle redoutait ce jour. Mais ça ne serait pas aujourd’hui :

-Pas tout de suite mon cœur. On est partit il y a même pas dix minutes.

Le petit garçon se renfrogna et dirigea son regard vers l’extérieur, espérant qu’ils arriveraient bientôt.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire


Dernière édition par Iris Shepard le Sam 13 Juil - 0:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Mar 18 Juin - 15:00

Iris & Jennyfer
«Une journée à la ferme…»

Avant de pouvoir partir et de profiter correctement de ce petit périple en famille, chose assez exceptionnelle pour être écrite, ils devaient encore se décharger d’une tâche assez complexe qui consistait dans le faite à emmener le petit Oscar chez sa « Cat-Sitter » de jour. Dommage que ce mot n’existe point dans le dictionnaire. Sur ce, sa fille lui certifia qu’il allait être on ne peut mieux, il allait être chouchouté et dorloté. Elle sourit volontiers. Elle imaginait parfaitement les choses et de voir la voisine en question, elle correspondait parfaitement à ce qu’elle pensait. Des personnes comme ça qui vivaient avec leurs animaux, avec leur chat. Cela leur faisait de la compagnie et plusieurs raison de se bouger, de rester actives. Elle ne dit plus rien et continua leurs petits manèges en direction de la sortie. Ce qui laissait annoncer l’épreuve de l’ascenseur, elle avait d’ailleurs bien cru que celui-ci ne parviendrait pas à se fermer au vu de sa petitesse et du chargement encombrant de sa fille. Ah c’était sûr qu’il n’équivalait pas en volume à ceux du Ncis. Par la suite, Jennyfer ouvrit la porte pour que tout ce petit monde se retrouve sur le trottoir, bien qu’elle fouillait après ces clés pour mettre la main de dessus, elle ne manqua pas non plus de surveiller du coin de l’œil Évan. Il était encore jeune et à cet âge-là on ne se rendait pas encore réellement compte du danger qui courait. Sait-on jamais qu’il voit quelque chose, comme un chien, de l’autre côté et qu’il lui prenne l’envie de traverser. Elle aimerait mieux éviter ce genre de scénario-catastrophe. Alors qu’ils atteignent son véhicule, elle était occupée de se dire que jamais quelques années auparavant, elle n’aurait pensé que leurs petites troupes puissent vraiment exister. C’était bizarre et en même temps agréable. Elle posa son regard émeraude vers eux d’une manière à la fois douce ou protectrice. Oh bon Dieu ce qu’elle regrettait bien des choses dans sa vie. Enfin, elle refusait de se laisser aller à du défaitisme et prit le taureau par les cornes.

Ce qui dit de manière plus correcte revenait à charger toutes les affaires d'Iris et de son petit-fils dans le coffre. Là on ne pouvait nier le faite qu’ils devaient certainement être parés pour affronter n’importe qu’elle imprévue, sauf peut-être le fait qu’Evan aille oublié certaines choses mais il confirma qu’il avait tout et qu’il avait même prévu le coup en allant aux toilettes avant. Ce que la codirectrice prenait comme une sage précaution. Elle avait fait un mouvement tête approbateur et avait commencé à démarrer la voiture alors que le visage de sa fille valait carrément le détour. On aurait dit qu’elle venait d’entendre quelques choses de stupéfiant et que malgré les quelques secondes passées, elle ne parvenait toujours pas à assimiler la nouvelle. Serait-ce un choc ? En tout cas, Jen n’avait pas hésité à lui demander si cela allait aller tout en esquissant un sourire amusé. Qui s’effaça néanmoins, le temps que la concentration se face sur son visage pour sortir du quartier où ils habitaient. Une fois en route, tout était plus simple, il suffisait de se glisser dans cette masse compacte qu’était la circulation et de suivre les ordres que fournirait plus tard son GSM intégré. Disons que la rousse savait arriver jusqu’à un certain point mais après c’était l’inconnue. Elle avait beau avoir habité à Washington avant et y être revenu depuis longtemps, ce n’était pas pour cela qu’elle connaissait toutes les rues et tous les lieux. Elle tourna brièvement la tète quand Iris lui répondit.


-Eh bien, c’est qu’il a compris que c’était important de la faire avant, cette fois. Et il n’a pas tort, le trajet jusque-là n’est pas des plus courts.

Elle avait jeté un coup d’œil dans le rétroviseur mais le principal intéressé semblait complètement absorbé par la contemplation de la vue qui défilait devant lui, à tels points sans doute qu’il n’avait pas dû entendre sa phrase. Et puis dans un sens, le trajet n’était pas si long que cela, c’était loin d’être le plus long qu’elle aille due faire en voiture mais pour un petit bout de son âge, c’était déjà le bout du monde sans doute. Le silence se fit peu à peu dans la voiture, seulement entrecoupé par la musique qui résonnait de la radio et le vrombissement du moteur qui variait selon l’impulsion qu’elle y mettait. Après quelques minutes, elle ne put s’empêcher de reprendre la parole alors que ce silence n’était pas gênant le moins du monde  et que tout le monde semblait au contraire en plein dans ses pensées. La réponse se fit de manières presque synchrones répondant que ça allait mais en lui bombardant de deux questions bien distinctes. Néanmoins ce fut l’agente du Ncis qui se chargea de répondre à Evan qui montrait déjà des signes d’impatience alors qu’on montait à peine sur l’autoroute.

-Je crois que je n’y ai été qu’une seule fois avec l’école, quand j’étais encore petite. Une excursion qu’il appelait ça. Quand tu viens de la ville, c’est un bon résumé. Mais sinon non je n’y ai jamais été avec mes parents. Et toi tu y as déjà été ?

Cette simple phrase lui rappelait encore une fois toutes ces erreurs, une longue liste soit-dit en passant. Elle essayait de les arranger mais tous ne pouvait se réparer d’un simple mouvement de tête ou d’une simple parole alors qu’elle continuait de rouler. Son regard se porta à nouveau vers son petit-fils et comme il ne serait pas chouette qu’il fasse du boudin pendant tout le trajet, elle reprit la parole.

-Et toi Evan, c’est quoi le trajet le plus loin que tu ailles fait ? Tu veux qu’on change la musique ?

De quoi passer le temps.

- - - - - - - - - - - - - - -

Temps qui s’écoulait au fur et à mesure que les kilomètres parcouru avec la voiture s’allongeaient. Cela faisait un bon moment qu’il roulait en direction de la ferme. Ils avaient encore eu droit à la phrase typique de son petit-fils plusieurs fois mais cette fois, on pouvait commencer réellement à lui dire que ce n’était plus si loin que ça et pour cause, la longue monotonie qui existait à conduire sur les grands axes allaient être finie. Après un regard à la plaque, Jen tourna en direction de la sortie. Maintenant le combat commençait parce que c’était des petites rues et que tant qu’il n’y aura pas un panneau indiquant le nom de l’endroit exact où elle voulait aller, ne pointait pas son nez, elle nagerait en eaux troubles. Elle finit par indiquer l’écran de la voiture d’un geste de la main et de se retourner brièvement vers Iris.

-Est-ce que tu pourrais mettre en route le Gps ? A moins que tu sais par où on doit aller. Car c’est ici que s’arrête ma connaissance du chemin…

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Lun 1 Juil - 20:55


Le métier de mère lui demandait beaucoup d’énergie, elle devait être constamment en alerte avec Evan. Ne pas qu’il s’approche des plaques de cuissons quand elles sont encore trop chaude, ne pas le laisser approcher ses doigts des prises, ne pas qu’il essaye de monter sur les barres du balcon, ne pas qu’il traverse brusquement la rue parce qu’il avait remarqué quelque chose qu’il jugeait intéressant. Ça lui demandait de l’énergie et de l’entraînement, mais après ces quatre années passées elle était devenue habituée à être toujours en alerte. Parfois elle se montrait autoritaire, elle ne voulait pas le perdre du regard, ayant trop peur qu’un dingue, un pédophile ou un tueur le prenne avec lui,  ayant trop peur qu’il se fasse faucher par une voiture, une moto, ou pire, un camion ! Elle savait que s’il lui arrivait quoi que ce soit, elle ne s’en remettrait pas. Elle avait peur de le perdre, peur de le voir grandir et qu’il s’éloigne d’elle, elle l’aimait trop, peut-être un peu trop ? Mais bon, elle, elle n’avait pas eu une maman pour l’élever, alors elle ne savait pas trop comment s’y prendre et elle l’aimait, l’aimait tellement, car à ses yeux, il était l’une des personnes les plus précieuses à ses yeux en plus de sa mère, de ses camarades d’orphelinat et de son copain « du moment ». Elle avait certes beaucoup moins de temps pour elle qu’auparavant, mais c’était un sacrifice à faire qu’elle acceptait entièrement.

Iris était chargée, mais il le fallait bien, elle devait prendre la nourriture pour le déjeuner mais  aussi pour le goûter, de quoi se désaltérer, de l’argent sait-on jamais, une trousse de secours, des vêtements de rechanges pour Evan, sait-on jamais s’il lui arrive quoi que ce soit, un parapluie, un cawé, un appareil photo, car il fallait bien immortaliser ces moments qu’ils allaient passer ensemble ! Pourtant, ça ne la gênait pas d’avoir tout ça sur elle. Son regard était occupé à surveiller son petit garçon quand elle remarqua le regard doux et protecteur de sa mère, elle lui adressa un regard doux et lui adressa un sourire tout aussi doux.  Elle était contente d’être là, avec elle, même si quelques années auparavant, elle n’aurait pas envisagé d’avoir sa mère à ses côtés, ni même d’avoir un enfant. L’agent du NCIS chargea les affaires dans le coffre et alla s’asseoir à la place du passager à côté de la co-directrice du NCIS. Et dire qu’elle était sa supérieur au travail, elle n’aurait jamais envisagé pouvoir supporter que sa supérieur hiérarchique soit aussi sa mère. La blondinette observait la route quand elle entendit la voix de sa mère dans l’habitacle. Elle tourna son regard vers elle et un sourire en coin se forma :

-J’espère au moins que ce n’est pas un miracle et qu’il y pensera pour les prochaines fois. fut la seule chose qu’elle dit avant de reprendre sa contemplation de la route

Perdue dans ses pensées, elle en sortie en entendant sa mère parler, elle s’empressa donc de répondre à son fils qui venait lui aussi de poser une question mais de répondre aussi à la rouquine qui à son tour lui répondit en lui posant elle aussi une question.  Un sourire en coin amusé vint s’afficher à la commissure de ses lèvres en se souvenant de son « séjour » à la ferme. Elle poussa un soupire quelque peu nostalgique mais aussi amusé avant de se décider à lui répondre :

- Eh bien, oui et non … oui, je suis allée à la ferme, mais on m’a laissé dans le car après que j’ai embêté des vaches et que j’ai poussé sans faire exprès l’un de mes camarades sur une clôture électrique. Je dis bien sans faire exprès car je ne l’avais vraiment pas fait exprès ! Donc j’ai passé une bonne partie du temps dans le car à m’ennuyer. Les adultes revenaient de temps à autre pour voir si j’allais bien. J’ai pique-niqué avec les autres puis on m’a remis dans le car.

Quoi ? C’est vrai ! Elle n’avait pas fait exprès de pousser son camarade sur les fils électriques, elle voulait juste voir les moutons et donc être au premier rang ! Ce n’était donc pas vraiment de sa faute ! Après, sa mère posa la question qu’il ne fallait surtout pas poser à Evan «   Tu veux qu’on change la musique ? », Iris se pinça les lèvres, amusée, sachant pertinemment ce qui allait arriver. Et ce qui allait arriver, arriva :

- Suis allée à New York avec Christopher et sa maman ! Chris s’est mon meilleur ami ! Et sa maman elle nous a emmené à Toys «R » us et à un autre magasin je crois qu’il s’appelle FAO Shwarz, bah tu sais quoi grand-mère, il paraît que c’est le plus grand magasin de jouets du monde ! C’est trop chouette non ? Non ça va mais … on peut chanter !

Iris étouffa un rire, on n’allait pas pouvoir l’arrêter ! Et bien sûr, sans attendre aucune réponse, il commença à chanter une chanson qu’il apprécié « Le poussin piou », puis il enchaîna avec « Titou le Lapinou » et d’autres chansons de son âge. La blondinette croisa ses bras et s’enfonça dans son siège, se retenant tant bien que mal de rire, elle jeta un regard amusé à sa mère, avant de poser sa tête contre la vitre et de braquer son regard vers l’extérieur. Au bout d’une demi-heure, son regard fut attiré par le rétroviseur où elle vit au loin un camion, un camion qui semblait rempli d’animaux. Sauvaient ! Elle se redressa un peu et jeta un coup d’œil dans le rétroviseur « interne » où elle put voir son petit garçon qui entamait « Hakuna Matata » :

-Eh ! Evan, regarde un peu par la fenêtre ce qui arrive.

Dès qu’il eut le nez collé à la fenêtre, elle poussa un soupir de soulagement et adressa un doux sourire à Jennyfer.




________________________





Bien sûr, voir ce camion renfermant des poules, avait accéléré les questions de « Quand est-ce qu’on arriiiiiiiiiiiiiive ? » mais bon, c’était supportable quand on était habitué. Puis, ils arrivèrent enfin ! Enfin pas vraiment. Il restait encore à traverser un trou paumé. Bon, certes, Iris avait un papier avec l’itinéraire, mais elle avait peur qu’il ne soit pas fiable, alors elle préféra s’exécuter et taper le nom de la ferme où la petite famille allait faire sa petite expédition de la journée :

- J’ai un papier, mais dans le doute, ce GPS sera bien mieux.

- On est bientôt arrivé ?

- Oui mon chéri, dans cinq dix minutes on est arrivé.

-Ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis !

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire


Dernière édition par Iris Shepard le Sam 13 Juil - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D Jeu 4 Juil - 10:01

Iris & Jennyfer
«Une journée à la ferme…»

Penser à l'imprévu était un défi de tous les instants dans une expédition comme celle dans laquelle se lançait leur petite troupe, mais au vu des gros sacs remplis qu'elle avait hissé dans le coffre de la berline noir, elle se disait qu'elles allaient sûrement y arriver. De plus, Evan semblait avoir pris la plus belle résolution de sa vie pour le moment, chose que sa fille eut un mal fou à digérer, à croire qu'on venait de lui annoncer que les extraterrestres avaient envahi la terre. Jennyfer était prête à parier qu'Iris aurait eu la même tête à cette annonce que à celle que son fils venait de formuler. Le sourire de la rouquine s'accentua encore plus à la réplique que la blonde lui fournit. A entendre comme cela, elle se mettait à supposer que par le passé, elle avait du s'arrêter de nombreuses fois en trajet juste pour pallier à une vessie trop remplie. Elle préféra ne rien rajouter et de continuer tranquillement de suivre la route qui s'ouvrait devant elle. Réaliser un trajet de manière silencieuse aussi long soit-il ne l'avait jamais dérangé ? Effectivement, la plupart du temps, elle se retrouvait quand même seule à l'arrière du véhicule et elle était occupée de lire un dossier ou à rêvasser en regardant dehors, ou encore à potasser son discours dans sa tête. Ne pas desserrer les lèvres pendant des heures n'étaient pas quelque chose qui lui manquait contrairement à certaines personnes qu'elle avait déjà croisées et qui ne pouvait pas rester plus de dix minutes sans ouvrir la bouche. Alors pourquoi avait-elle décidé de reprendre la parole ? Elle ignorait. Elle voulait juste rendre ce moment plus agréable et occupé habitacle avec autre chose que la musique de fond. Mal lui en avait pris vu que d'un coup ce fut comme le déclenchement d'un feu d'artifice de question où les répliques venaient de tous côté, alors que quelques secondes auparavant, tous ce beau monde était perdu dans ses pensées, sauf elle bien sur qui devait rester vigilante et sur ces gardes pour ne pas créer d'accident.

Elle n'en avait jamais fait involontairement, elle ne comptait pas commencer aujourd'hui. Quitte à se blesser autant que cela soit seul et pas en compagnie d'Iris et d'Evan. Elle se décala de ses constatations peu joyeuses pour revenir vers la conversation qui avait inévitablement tourné en direction de la ferme. Curieuse et ravie d'avoir un prétexte pour pouvoir en apprendre plus sur sa fille, elle se lança dans la contre-question. Elle sembla lâcher un soupire et pendant un instant, elle crut qu'elle avait encore réussi à mettre les pieds dans le plat mais le sourire qu'elle vit à la dérobée la rassura sur ce point. Dépassant un camion, elle reporta son regard émeraude sur la route alors que la voix de sa vis-à-vis reprenait expliquant son étrange voyage à la ferme. Était-ce réellement une bonne chose de dire cela en présence d'Evan ? Il ne maquerait plus que le petit garçon pense que c'était une bonne chose et que le faite de rester dans le car ne soit pas franchement pris comme une punition mais elle n'en souffla pas mot et attendit. Il semblerait donc qu'elle avait un sacré caractère et qu'elle avait du essuyer quelque maladresse par le passé. Néanmoins, elle la croyait ou elle espérait que ce n'avait pas été juste une sale gamine, ce qui serait dans ces cas-là un peu de sa faute vu qu'elle l'avait abandonné. Allons bon , elle avait dit quoi ? Suffit de retourner ces histoires passés en tête , elle ne pouvait plus rien y changer. Elle regarda du côté passager avant de reprendre la parole.


-Allez tu vas pouvoir te rattraper cette fois, je vais avoir deux enfants à gérer dans ce cas...

Dit-elle en faisant semblant de lever les yeux au ciel. Autant continuer dans la bonne humeur qui semblait habiter ce jour plutôt que de demander si le garçon qui s'était prit une décharge électrique s'en était sorti mais elle supposait que c'était le cas, sinon cette histoire serait plus dramatique que l'air avec lequel, elle venait de la lui fournir. Désireuse que son petit-fils ne prenne pas exemple ou ne reste pas fixer là-dessus, elle pensa lui faire plaisir en lui demandant ce qu'il voulait faire et si il voulait changer la musique. Elle ne savait pas ou en tout cas n'avait pas la moindre idée de l’erreur monumentale qu'elle venait de commettre. Elle ne comprit que bien plus tard pourquoi Iris avait pincé les lèvres. Jen n'était pas sur d'avoir compris tout ce qu'il venait de lui dire mais une chose était sur, c'était que le mot chanter ne lui disait rien qui vaille. Effectivement, une fois lancé  dans les chansons qu'il connaissait, Evan était infatigable et il continua inlassablement pendant des kilomètres et des kilomètres semblant ne rien attendre de leur part. Eh bien au moins, elle avait appris sa leçon du jour, ne pas le lancer sur de la musique. Elle subissait en silence, n'essayant plus de reprendre la parole, elle cherchait silencieusement du regard la plaque qui leur indiquerait la sortie. Alors que après un temps indéterminé pour la rousse, Iris les sauva toute les deux en faisant une très jolie diversion qu'elle aurait bien applaudi tellement sa tête commençait doucement à saturer. Elle n'avait aucune envie d'avoir un mal de tête carabiné aujourd’hui. Les poules venaient de la sauver de sa migraine. Très vite ce fut les questions et heureusement, on approchait du but. Le paysage avait déjà changé à l'horizon, il était devenu moins chargé en bâtiments et plus emplis de praire. Elle finit par repérer la sortie de l’autoroute et la prendre demandant par la même occasion à Iris si elle pouvait brancher le gps.

-Pour une fois que cette machine sera utile, crois-moi laisse la faire.

Dit-elle alors qu'elle attendit et que celui-ci s’initialise et qu'Iris tapotait les touches de l'écran tactile, elle continuait à chercher avec attention toute plaque pouvant signaler la direction à prendre. Elle avait donc volontairement ralentit la vitesse de croisière du véhicule. Puis finalement, le gps se fit entendre leur fournissant les habituelles directives comme dans trois cents mètres tourner à gauche. Elle décida de relancer la conversation tout de même.

-Si un de vous, voit les plaques qu'ils me le disent.

Elle les avait vu mais elle attendait et la réaction d'Evan ne se fit pas attendre vu qu'il sautait littérairement sur le siège derrière en hurlant que c'était à droite et que non mamie ce n'était pas tout droit. Un sourire joueur se dessina sur ses lèvres et elle suivis doucement les plaques. Quelques minutes plus tard , elle arrivait devant un parking. Elle jucha celui-ci d'un regard avant de se garer à une place libre. Elle coupa le moteur et victoire on était arrivé.

-Et voilà, nous sommes arrivés à bon port, maintenant tout le monde descend.

Elle sortit de véhicule avant de se dégourdir un peu les jambes de ce long trajet et de marcher un peu. Cela faisait du bien après tout ce temps. Son regard se perdit vers l'entrée. Et bien c'était partie à présent. C'était elle qui avait les tickets dans son sac et elle ne les avait pas oubliés. Elle les chercha avant de les tendre aux principaux intéressés.


Topic Terminé suite dans la partie 2

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D

Revenir en haut Aller en bas

Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 71 : Super Mario
» Résumé partie 69 : Super Blonde
» Partie de plaisir
» Haiti en Marche: la RD ferme ses frontieres aux aliments
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Autres Types d'habitations :: Le Duplex de Iris Shepard-