AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE] Mar 20 Mar - 9:40

Ces derniers temps, la neige envahissait tout le quart nord-est du continent. Certains, pouvaient vraiment se croire en Laponie par moment. Il était vraiment dangereux de prendre la route par moment. Non seulement le verglas sous la neige était au rendez-vous, mais en plus de ça, tôt le matin, il pouvait y avoir une épaisse couche de brouillard dans le ciel. Voilà bien une raison de plus pour ne pas prendre la voiture. Les seules personnes qui y trouvaient leur compte ? Les enfants. En effet, la plupart d'entre eux étaient bien contents de devoir rester à la maison au chaud, puisqu'il leur était impossible d'aller travailler. Et pour cause, même sans la neige, les températures étaient quasi-extrêmes. Cela faisait bien longtemps que ce n'était pas arrivé. Et même en chauffant les pièces - bien trop grandes pour certaines - le froid était encore présent. Les enfants n'avaient donc aucun moyen propice à la concentration. La seule solution ? Attendre que les températures s'adoucissent. Seulement, ce n'était pas gagné.

Les températures aussi dans les bureaux étaient assez rudes. Du coup, la plupart des agents tournaient au thé et au café pour se réchauffer. Un moyen comme un autre pour se réchauffer sans dépenser des sommes astronomiques dans des quantités d'énergies à la limite de l'obscénité. À ce propos, les supérieurs évitaient au maximum d'envoyer leurs hommes sur le terrain. Même s'il reprenait le boulot petit à petit - suite à son accident, d'y y avait trois semaines - Michael évitait d'aller sur le terrain. Bien sûr, il le pouvait. Mais par pure consigne de sécurité, le médecin du travail lui avait conseiller d'éviter ce genre de déplacement pendant un mois et demi, au minimum. Histoire de laisser le temps à ses deux côtes pour se remettre en place, et à son poignet de reprendre la force perdue. Qui plus est, Mike faisait des radios de temps à autre. Et notre agent du NCIS était bien content d'avoir un médecin dans la famille. Wayne, son beau-frère. Petit ami de sa soeur décédée. Il avait toujours été très proche des Morricone. Michael et ses parents, avaient toujours eu une entière confiance en lui. Pour sûr.

La matinée de Mike s'était terminée. Il avait pris rendez-vous avec Wayne sur les coups de 14h00, à la reprise de son service. Ce qui laissait à Michael le temps de manger et de se poser quelques minutes avec Haruko, qu'il n'avait pas eu le temps de voir. Un moment de la journée, qu'il appréciait tout particulièrement. À dire vrai, depuis qu'il était marié, Michael était un homme comblé, heureux. Malgré quelques complications toujours, cela ne l'empêchait pas de garder le sourire. Sans compter qu'en étant entouré d'amis, c'était bien mieux pour garder son sang-froid. Le temps de rentrer et de faire ce qu'il avait prévu, l'agent Morricone n'avait pas vu le temps passer. Il était déjà 13h20. Le temps pour notre homme de se rendre à l'hôpital. À pieds, oui ! Voilà donc pouquoi, Mike prenait autant d'avance. Valait mieux prendre son temps pour éviter de se casser une patte, vous ne pensez-pas. D'accord, il allait à l'hôpital, mais tout de même. Il avait bien assez avec son poignet et ses deux côtes déjà ... Ce n'était pas pour lui rajouter des problèmes en plus.

L'air dehors était plus que glacial. Les voitures elles, avançaient courageusement sur la route, au ralenti, bien évidemment. Les piétons évitaient de tomber toutes les deux minutes, et pour cause, bien d'entre eux se raccrochaient à des lampadaires, des murets ou bien encore d'autres poteaux en tout genre. Pour Mike, la route semblait longue mais nécessaire. Il trouvait bien dommage de ne pas pouvoir utiliser de taxis ou de bus. Quoique ... La dernière fois qu'il en avait utilisé un, le chauffeur avait fini par mourir, après s'être mis au tas dans un arbre ... Donc, bon. À pieds, c'était pas si mal, finalement. En bref, il avait hâte d'arriver, histoire de se mettre au chaud.

Et en parlant d'arriver à destination - Michael avait bien eu chaud - arrivant avec deux minutes d'avance. Heureusement pour lui, il n'était pas en retard, et avait bien cru l'être. Et Dieu savait qu'arriver en retard aux urgences pour un rendez-vous, ça pouvait vous être fatal, risquant fort de vous faire attendre dix fois plus longtemps qu'à la normale. L'agent du NCIS attendait donc dans la salle d'attente, recouvert d'un tas de vêtements pour éviter de prendre froid. Comme la majeure partie des gens dans la pièce. Au bout d'un court instant, une infirmière l'avait appelé. Michael était prêt à être reçu dans le bureau du Docteur Donovan. Il s'était donc levé pour y aller. Avec les résultats de ses radios, il allait savoir s'il était sur le chemin de la guérison, afin de ne plus laisser Haruko s'inquiéter ...

« Salut Wayne. Pas trop débordé en ce moment ? »

Oh que si. Du moins sûrement. Parce qu'avec le temps qu'il faisait actuellement, Michael n'aurait pas été étonné d'entendre que l'homme croulait sous les demandes avec ses internes. Devait y en avoir de la jambe ou du bras cassé, à cause de malencontreuses inattentions. Pour sûr.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE] Mar 27 Mar - 18:44

    Un véritable capharnaüm, voila ce qu’était réellement devenu le hall d’attente de l’hôpital. Les gens s’y entassaient par dizaines, laissant les plus valides debout pour laisser la priorité, ou ce qu’il en restait, à ceux qui avaient plus de difficultés, les allées et venues étaient incessantes et vous aviez beau faire des visites, encore et toujours, la salle ne semblait plus vouloir désemplir. C’était un peu comme le supplice dans la mythologie grecque ou l’homme se faisait manger le foie et qu’il repoussait tous les jours. Là pareil, vous vous éreintez à essayer de soigner et satisfaire le plus de gens possibles, urgences en priorité sinon il pourrait changer de services, mais vous n’en voyez pas le bout. Avoir de telles circonstances, ne pouvait être produit que par deux événements bien distincts, voire trois. Soit vous aviez une sacrée épidémie dévastatrice qui passait dans le pays, mais c’était peu plausible, soit vous aviez eu un énorme accident et encore là, on séparait les victimes dans plusieurs hôpitaux, ou bien il restait un temps exécrable pour ce qui était de la sécurité et de la santé, et là on parlait bien de la neige. Hors de la poudreuse blanche, on en avait à foison ces derniers temps. À croire que cette année-ci, l’hiver ne voulait plus nous lâcher. C’était à peu près cela d’ailleurs. Enfin, Wayne se tira doucement de ses rêveries car ce n’était pas ce qui allait faire avancer son travail. Qui se trouvait être pratiquement en double couche si vous devez compter tous les dossiers des autres ou demandes à signer.

    Pour la matinée, il s’était mis en mode dossier, le monde devait savoir tourner sans lui, pas qu’il refusait de se mouiller et d’entrer dans la danse de ce rythme infernal mais la paperasserie devait aussi être faite et cela il n’y avait personne pour reprendre le flambeau. Après des longues heures à s’éreinter la vue sur des écritures toute plus petites et bizarrement tournées les unes que les autres en vient finalement la pause midi. Pause de midi qui fut expédiée en 5 minutes le temps d’avaler à peine quelques bouchées parce qu’une urgence, un accident de voiture plutôt violent, réclamait du monde. Il savait que Michael avait pris rendez-vous pour voir l’avancement, en tant que guérison, de cette blessure faites plus tôt. Cependant, il était toujours sous l’influence de ce temps qu’il ne gérait pas. Le patient stabilisé après quelques rechutes, il pouvait sortir. Il était moins 5 quand il regagna son bureau. Un coup de téléphone qu’il décrocha de justesse en atteignant celui-ci, lui signalait que des collègues ou plutôt des renforts pour l’occasion n’arrivaient pas, enfin des, une personne parce que les routes près de chez elle, étaient complètement enneigées et le chasse-neige peinait déjà à arriver. Voilà qui promettait une longue journée.

    Il souffla un coup ce qui fit dépasser l'heure prévue mais il fallait le faire de temps en temps, avant de demander à quelqu’un d’aller chercher Michael, en espérant que lui-même soit arrivé ce qui n’avait rien d’une certitude par des périodes comme celle-ci malgré toute notre bonne volonté et il savait qu’il en avait et surtout qu’il n’aimait pas être en retard. Le temps de pêcher son dossier dans le cassier en question qu’une voix reconnue et connue entre mille résonna à ses oreilles. Contre toute attente, il esquissa un réel sourire depuis ce début de journée, il se retourna pour lui faire face avant de reprendre la parole.


    -Salut Michael, si peu on se demande ce qu’attendent les gens pour se casser une jambe ?

    C’était ironique bien sur mais à prendre gentiment, d’ailleurs le sourire qu’il arborait toujours était bien là pour le prouver. La porte refermée, il déposa le dossier sur son bureau avant de regarder son ami, enfin, disons de voir s'il y avait déjà une amélioration visible, difficile certes quand on parlait des côtes mais bon à la position corporelle on pouvait déjà se douter si la douleur était encore irradiante ou simplement moins présente.

    -Et toi comment vas-tu ? Tu t’en remets ?

    C’était la question primordiale n’est-ce pas ? Et puis il fallait commencer par le commencement, il contourna la table après avoir poussé le tiroir ouvert. Avant de lui faire signe qu’il pouvait s’assoir aussi, c’était le même prix.

    - Tu n’as pas eu trop de mal à arriver ?

    Vu les voitures aux ralentis et la méfiance à garder pour les transports en commun. À moins qu’on l'y ait conduit ou déposé ? Va savoir, il ne posait pas des questions auxquelles il avait déjà une réponse.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE] Lun 2 Avr - 9:04

L'atmosphère de l'hôpital était toujours si familière : sonneries de téléphone, bruits de pas, toussotements, pleurs d'enfants en bas-âge, aascenseurs qui montent et qui descendent ... Bref. Y'avait toujours de quoi tourner en bourrique, en attendant trop longtemps en salle d'attente. Heureusement, Michael n'avait pas eu à rester éternellement sur sa chaise, puisqu'il était arrivé pile à l'heure et qu'un patient sortait tout juste du bureau de Donovan. Une infirmière l'avait appelé, Wayne se trouvait libre. L'agent Morricone se dirigeait donc jusqu'au bureau en question. Aujourd'hui, il allait enfin savoir si ses radios étaient bonnes et s'il s'engageait dans le chemin de la guérison. Ce n'était pas que ça déplaisait Mike de rester chez lui, bien au contraire. Seulement, depuis qu'il était chef d'équipe, il possédait d'autant plus de responsabilités. Il fallait pouvoir assurer derrière. Et ce n'était pas en restant chez lui, que ça allait le faire. Pour sûr.

Rentrant donc dans le bureau de son ami, de son beau-frère, Michael ressentait déjà une certaine chaleur. Il faisait bon ici. D'autant plus, Wayne était toujours quelqu'un de souriant, d'accueillant quelle que soit la situation. Mike avait confiance en lui. Certes, il connaissait aussi Emily. Et si jamais le docteur Donovan n'était pas présent, il savait qu'il pouvait volontiers compter sur elle. Pour l'heure, il avait ce rendez-vous avec Wayne, concernant ses radios. Il espérait pouvoir reprendre le boulot, incessament sous peu. Accueilli comme il se devait, Michael avait salué Wayne, en prenant de ses nouvelles. Il se demandait bien si son ami n'était pas trop débordé aux urgences. En effet, avec ce temps, les arrivées devaient se multiplier. Et contrairement à ce qu'il pensait, Wayne n'avait pas l'air d'être si pris que ça. Ce qui était plutôt rassurant. Parce que dans le domaine de la médecine, les médecins et les internes pouvaient manquer parfois. C'était difficile de garder un emploi du temps fixe et régulier. Il manquait encore plusieurs candidatures pour que le personnel hospitalier puisse souffler un peu. Donc, quand les malades et les blessés se faisaient peu nombreux, c'était reposant pour ainsi dire.

Wayne lui, se demandait si Michael n'avait pas eu trop de mal à venir jusqu'à l'hôpital. Pour dire la vérité, il avait pris son temps. Bah oui. Vous imaginez s'il avait essayé de se presser ? Dans ce cas là, l'agent Morricone ne serait pas venu pour des résultats de radio, il en aurait fait d'autres derrière. Et sa blessure se serait nettement aggravée, au lieu de se soigner petit à petit.

« Et bien, j'ai fait comme j'ai pu, en prenant mon temps. On peut dire que c'est utile les lampadaires avec ce temps, mine de rien. » Avait-il dit, lâchant un léger rire.

Pour sûr : Mike n'était pas mécontent d'être arrivé sain et sauf. Heureusement qu'il était venu à pied d'ailleurs. Il avait préféré le faire, parce qu'en voiture, ça aurait pu être bien pire.

« Tu as le résultat de mes radios, du coup ? J'espère pouvoir reprendre le boulot prochainement. Je téléphone souvent au bureau, histoire de ne pas trop inquiéter la Direction. Mais je préfère être totalement guéri, avant de retourner sur le terrain. C'est préférable, à mon goût. »

Certes. Mike n'était venu que pour ses résultats et un examen rapide de contrôle. Cela dit, il allait avoir bien des surprises, en parlant de ce cher Ewan, avec son beau-frère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE] Ven 6 Avr - 15:09

    Son bureau, Wayne l'aura vu sous toutes les coutures ses temps-ci. D’autant plus que le plus souvent à peine arrivait-il chez lui, ce qui vu le temps détestable mettait déjà un sacré laps de temps, qu’on lui sonnait pour venir en renfort parce qu’on manquait de personnel ou que les renforts n’arrivaient pas. Voilà encore un désavantage à être le patron, si rien n'allait, c’était à vous de gérer et de reprendre le flambeau. Bien qu’il appréciait grandement son métier et que cela avait le mérite de lui occuper la tête pour ne pas laisser des pensées parasites arriver, il ne faudrait pas non plus que ce rythme de travail perdure pendant des jours et des jours parce que sinon, il ne tiendrait plus la cadence. Pas qu’il se faisait vieux, quoique cela peut jouer aussi, mais les heures de sommeil commençaient à manquer et s'il faisait une erreur parce qu’il n’était pas à 100% de ses compétences, il s’en voudrait certainement. Mais pour le moment on était bien loin de ces considérations, les heures de travail s’étaient déjà amoncelées c’était vrai mais il était encore bien donc par toute logique le chef des urgences avait fait continuer la suite de sa journée sans traîner. Il fallait dire aussi qu’il savait qui était son prochain patient et bien qu’il vienne réellement pour une blessure, c’était un petit peu comme une petite bulle d’oxygène dans la journée. Très vite Michael était rentré et comme d’habitude la conversation s’était elle aussi très vite engagée sur le principal évidemment, on commençait toujours par le classique comment ça allait.

    Vu que tout ce dont il avait besoin avait été tiré de ces tiroirs, il pouvait s’intéresser réellement à ce qu’il disait. La seconde question porta sur comment il avait fait pour arriver jusqu'ici sans trop de mal, la circulation d’ici semblait être à l’arrêt et avancer avec beaucoup de peine. Il l’imaginait déjà quitter presque sa maison 3 heures à l’avance pour être sur d’être à l’heure quoique visiblement il avait opté pour la solution de sécurité vu que l’agent du Ncis était venu à pied. Et encore sécurité, c’était à voir, le sol était glissant, le sel n’arrivait que très peu à dégeler tout cela et même la prudence devait inutile quand on devait marcher sur une véritable patinoire. D’autant plus que les plaques de verglas étaient assez traites, l’entendant répondre, il esquissa un nouveau sourire.


    -À moi les murs, la terre m’abandonne, oui j’imagine bien. Mais méfies-toi aussi, c’est tout aussi traitre que de prendre la route, tu n’imagines pas le nombre de personnes qui sont arrivées ici pour une mauvaise chute.

    Et il n’aimerait pas non plus que son ami se blesse à nouveau, surtout si c’était pour essayer de venir à l’heure à son rendez-vous. Il aurait pu attendre sans trop de problèmes, ce n’était pas le travail qui manquait pour patienter. Mais bon, on en revenu au début, c’était à dire ce pour quoi son ex-beau frère était venu, ces radios. Il y avait bien sûr jeté un coup d’œil quand il les avait reçus mais cela datait un peu. Il attrapa donc les deux radios et s’avança vers un pant de mur qui contenait le tableau adéquat. Il coinça les deux fichiers avant d’allumer la lumière ce qui rendait le contraste nettement plus visible. Il prit quelques secondes de silence pendant lesquelles ses yeux parcouraient les photos en question en fixant les points à vérifier.

    -Au mien aussi, si le poignet nous pouvons y faire quelques choses, pour les côtes c’est différents et tout aussi douloureux si ce n’est plus. De ce que je vois, ton poignet à l’air de s’être remis correctement et depuis le temps la force devrait être revenue un petit peu. As-tu déjà essayé de l’exercer un peu avec des petites balles déstresse ou quelque chose dans ce goût-là ?

    Il détourna son attention des deux images du squelette de son ami, pour se retourner vers la personne en chair et en os, afin d'avoir sa réponse.

    -Sinon pour ce qui est de tes côtes, elle se remette en place, aucune n’a bougé et la plèvre du poumon ne semblant rien risquer non plus. Maintenant il se peut que tu le ressentes encore un peu de douleurs, cela disparaitra mais ça peut être lent, surtout si tu bouges beaucoup enfaite. Je peux encore te prescrire le médicament à la Codéïne ? Mais je ne sais pas faire grand-chose d’autre.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE]

Revenir en haut Aller en bas

Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE]
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» J'aurai quelques questions à vous poser...
» Quelques questions avant de proposer un nouveau pj
» Quelques questions de règle -nouveau codex-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Autres lieux :: » Les hôpitaux-