AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment • Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment • Logan Ven 21 Aoû - 3:52

Logan ∞ Iris
Reprendre le boulot c'était difficile, difficile à un point. Mais il fallait qu'elle s'accroche. N'était-elle pas entrain de guérir des séquelles de son séjour en Colombie ? Oui, il fallait y croire. Un jour elle n'aurait plus ses souvenirs qui reviendraient la hanter quotidiennement. La belle blonde avait fait un marché – ou accord, comme vous voulez – avec le psy, elle reprenait le travail mais n'allait pas sur le terrain et en échange de cela elle allait régulièrement le voir, à chaque fin du mois il donnerait un rapport sur son état à la direction mais aussi à son chef d'équipe pour dire si elle allait mieux ou non et si elle faisait des progrès dans son rétablissement. Car allait mieux ne voulait pas forcément dire qu'elle se rétablissait. Il y avait bien des jours où elle allait mieux que d'autres, c'était certain, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'elle se rétablissait vraiment. Il fallait tout de même qu'elle réussisse à remonter la pente. Et ça, c'était très dur. Depuis qu'elle était rentrée – déjà plusieurs mois – elle luttait jour et nuit contre les séquelles qui lui restaient de son séjour en Colombie. Que ça soit psychologique comme physique, c'était dur. Très dur. Et elle se doutait bien que ça devait l'être aussi pour ses proches. Elle espérait tout de même que son petit garçon n'en souffrait pas trop, il était tellement adorable avec elle-même si on ne pouvait le changer et qu'il restait tout de même un enfant et donc, une pile électrique ambulante. Sa famille lui avait manqué, ses amis aussi. Et pourtant, la belle blonde avait fini par croire qu'on les avait abandonné alors qu'elle était séquestrée. Ne voyant pas les secourir venir, jour après jour son esprit avait fini par se fendiller pour finalement craquer, se briser. Elle avait perdu tout espoir de retour. Entre Logan et elle, c'était bien Iris qui avait été la plus amochée dans l'histoire et elle en était ressortie bien plus affaiblie que son collègue. Preuve en est, elle avait perdu conscience à maintes reprises durant leur seconde fuite. Elle qui avait instigué la première fuite avait finalement cru qu'ils n'avaient aucune chance de s'en sortir vivants et que s'il y avait bien une chance, alors c'était Logan qui réussirait et non elle. Elle qui était quelqu'un de plutôt positif d'habitude avait fini par devenir pessimiste et aujourd'hui encore, il lui arrivait de l'être. En plus de cela, depuis qu'elle était rentrée, elle était tendue, nerveuse, sursautant au moindre bruit un peu trop fort et son esprit lui jouait des tours en la persuadant parfois qu'on voulait venir la chercher pour l'emmener de nouveau dans cette fichue forêt colombienne pour la torturer une nouvelle fois. Même si elle savait que la milice n'était plus et que donc, elle ne courait plus aucun risque de ce côté-là, elle ne pouvait s'empêcher de penser au fait qu'ils seraient tout de même bien capables de revenir – s'ils étaient encore vivants – par pure vengeance. Peut-être y en avait-il encore un ou deux en vies, non ? À cette pensée, elle fut parcourue d'un frisson. Bon sang ! Pourquoi pensait-elle à ce genre de choses ?

Malgré tout, elle tenait le coup coûte que coûte, il le fallait. Et puis, venir travailler lui faisait du bien. Enfin du bien dans la limite du raisonnable, car il y avait des moments où il fallait juste qu'elle appuie sur le bouton pause et qu'elle s'isole un peu. La cafétéria, le toit, les toilettes féminines ou le MTAC lorsqu'il n'y avait personne, ça aidait le noir, ça reposait, quoique parfois ça pouvait devenir angoissant. Ce coup-ci, la belle blonde avait décidé de passer par la cafétéria pour se prendre tout d'abord une nouvelle bouteille d'eau – elle en avait besoin pour prendre ses médicaments – et une canette de coca, autant se faire plaisir hein . Puis elle était montée sur le toit, aucune envie suicidaire ! Juste une envie d'isolation, de calme, pas forcément de silence au vu du bruit ambiant mais c'était toujours mieux que rien. Elle avait juste besoin de souffler un peu voyez-vous. Un peu de solitude de temps en temps ne pouvait que lui faire du bien. Bien sûr, si elle se retrouvait à tourner en rond chez elle plusieurs jours d'affilée, seule, oui là, ça bloquait. Mais là, c'était différent, elle avait juste besoin d'une pause. Les médicaments, la jeune femme avait fini par s'y habituer, des prises quotidiennes, un peu trop souvent, son esprit lui jouait un tour en lui faisant croire qu'elle souffrait encore de ses cicatrices, cicatrices qu'elle tentait tant bien que mal de dissimuler. Par exemple, ses mains étaient gantées pour cacher les marques qu'avaient laissées les cigarettes que son tortionnaire avait écrasées. Hors de question qu'elle les regarde. Et pourtant, le matin, en se réveillant, en se levant, elle tentait toujours d'y jeter un coup d’œil, espérant à chaque fois qu'elles ont disparu. Remuer le couteau dans la plaie. Son cœur se serra et son estomac se noua. Elle porta sa canette de soda à ses lèvres et en but une gorgée, ses yeux plantaient sur l'horizon. Iris ne savait pas trop depuis combien de temps elle s'était absentée. C'était fou comment on pouvait perdre la notion du temps … dans cette forêt colombienne elle l'avait aussi perdue au bout d'un moment. Comme l'espoir de revenir un jour. La belle blonde avait bien de la chance d'avoir ses proches qui la soutenaient dans cette épreuve. Mais actuellement elle n'avait aucune envie de les voir, certes sentir Anthony auprès d'elle lui faisait du bien, jouer avec Évan l'aider à ne pas se remémorer ce qu'elle avait vécu et la seule présence de sa mère l'aidait à tenir le coup et puis il y avait aussi Abby qui savait lui donner le sourire par sa simple présence, bien sûr il n'y avait pas que ces quatre-là qui l'aidaient à tenir, il y avait Liam avec qui elle avait lié une amitié qu'elle n'aurait pas crue possible, à la base il n'était qu'un coup de soir et maintenant il était son ami ainsi que son confident et son collègue. L'équipe, il restait Kieran et elle de l'équipe « d'origine » ou en tout cas de l'équipe dans laquelle ils avaient été avant que tout ça arrive. Maintenant il n'y avait que des nouvelles têtes. Même le chef d'équipe avait changé. Elle soupira avant de porter de nouveau sa canette à ses lèvres. Il faisait beau, il faisait bon et lorsque la soirée arriverait, s'ils n'avaient aucun cas et si l'équipe d'Anthony n'en avait pas, alors elle rentrerait avec son fiancé et peut-être qu'ils passeraient un moment en ville, juste s'asseoir à une terrasse d'un café et passer un instant rien que tous les deux. Parce que bien sûr, chez eux, dans le duplex, il y avait Évan qui monopolisait leur attention jusqu'à ce qu'il soit couché. Et là, seulement là, ils pouvaient passer un moment à deux mais la fatigue venait alors et Iris ressentait le besoin de rejoindre son lit, même si Iris se plaisait à voir un film à la télévision – ou en DVD – en compagnie de son fiancé ou tout simplement être auprès de lui, pourtant, il n'en restait pas moins qu'en fin de journée elle finissait inévitablement par être claquée, alors qu'avant il lui restait un peu d'énergie, là elle était complètement vidée. Encore quelques heures et elle serait chez elle.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

♠ Nombre de messages : 62


MessageSujet: Re: Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment • Logan Sam 3 Oct - 17:43

Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment •

Iris & Logan



Trois heures du matin. La nuit ne parvient pas à endormir Logan et ça depuis qu'elle temps déjà. Pourquoi la vie de ce jeune homme était si compliquée au point de ne pas trouver le sommeil ? Logan est le genre d'homme qui se retrouve malgré lui dans des coups pas très net. Chaque fois qu'il veut bien faire sa tourne mal et il y a quelques mois le pire des scénarios au monde était tombé sur lui. Jusqu'à le rendre fou. Ses petits trafiques d'arme pour un dénommer Steve avaient fini par le conduire en prison pour meurtre et pour temps il n'a tué personne... Du moins pas volontairement. Il voulait juste protéger une femme de la colère de Steve et tout c'est passer tellement vite. Steve avait son arme pointée sur la tête de la jeune femme alors Logan à décider d'agir et de tuer Steve. Malheureusement pour Logan ce n'est pas un tueur professionnelle. Il la attrapé, frapper, puis tuer. En Laissent son ADN partout dans la pièce et en demandant à la jeune femme de partir. La police la retrouver peu de temps après et assé traumatisé par ce qu'il avait fait. Il a pris trente ans de prison ferme. il aurait pu dire que cette jeune femme existait et il n'aurait jamais eu de problème, car ça aurait été de la légitime défense. Mais Logan n'a pas voulu attirer des ennuie à cette femme qui n'avait rien demandé à personne. Oui Logan n'est pas méchant dans le fond, mais c'est plutôt le genre d'homme qu'on évite si on veut une vie tranquille et sans problème.

Il est maintenant six heures et c'est l'heure pour Logan d'aller au travail. Il se lève avec difficulté et se met en position assise sur le lit. Il observe avec rancœur son bracelet à la cheville, car oui il a réussi à ne pas faire trente ans de prison. Étant donné que Logan était impliquée dans beaucoup d'affaire et été très recherché, le Ncis lui a proposé un arrangement. Il doit travailler pour eux sans râler et avec le sourire. C'est de l'esclavage, mais c'est mieux que la prison. Logan cherche un moyen depuis quelques semaines d'arrêter de travailler pour eux et de reprendre une vie normale. L'intelligence de Logan lui a permis de trouver rapidement un petit plan. La fille de la directrice. Notre jeune criminel a remarqué qu'elle allait souvent dans le bureau du psychologue tout comme lui. Il a donc jeter un oeil dans le dossier d'Iris pour découvrir un peu qui elle est. il veut se rapprocher d'elle pour qu'elle en touche deux mots à sa mère et qu'il retrouve sa liberté totale. Il était loin de se douter que dans ce dossier se trouvait des choses assé dure à porter. Il voulait mettre son plan à exécution, mais doucement. Alors ce matin il était bien décidé à se lever malgré la fatigue pour rencontré et discuté avec cette demoiselle.

Logan se prépara aussi simplement qu'il le peut. Un t-shirt, une veste en cuir, un jean et des chaussures. Bref il était prêt pour essayer de rattraper toute cette erreur de jeunesse et peut-être même en connaitre d'autre avec sa chance.

Arriver au Ncis un agent le prend très vite en charge et lui demande de faire des photocopies... Il fait donc des photocopies pendantes TROIS heures. Il n'a jamais fait un truc aussi ennuyeux de toute sa vie. Logan sans les regards dans son dos et il a l'oreille fine. Les gens le jugent sans même vraiment connaitre la totalité de sa vie remplie d'échec. C'est l'heure de sa pause et il a besoin de prendre l'air, mais il a interdiction de quitter le bâtiment. La seule solution qu'il trouve c'est le toit. Il monte, un dos apparaît devant lui. Il reconnaît la blondeur des cheveux et c'est bel et bien Iris. Il allume sa clope sans faire trop de bruit pour ne pas la faire sursauté et s'approche doucement. Il était temps de faire connaissance avec peut-être le billet de sortie

-On n'est pas grand-chose quand on se regarde de haut vous ne trouvez pas mademoiselle Shepard ? Je ne me trompe pas vous êtes bien Iris .

Il fessait bien sur référence a la hauteur où ils se trouvaient. Du haut de leurs toits nos deux protagonistes ne pouvaient que distinguer que des petites fourmis.

*Parfois, il arrive que la victime d’un enlèvement finisse par aimer son bourreau. Entré dans le monde du bourreau, la victime ne survit quand se cramponnant à lui. Si le bourreau se montre un instant gentil avec elle, elle le voit comme son sauveur même si il est la source de tout le mal qu’elle subit. Est ce que Iris à vue les hommes qui l'ont enlevé ? Est qu'elle a eu un petit instant de gentillesse par la source de son mal . Je l'ignore, mais je sais que moi..Je n'ai jamais eu un instant de gentillesse par la source de mon mal. Si mon père n'aurait pas été mon bourreau est ce que j'aurais eu une vie différente que celle que j'ai aujourd'hui ?*


DEV NERD GIRL


___________________________
Je n'ai aucune excuse
○  J'enfreins les lois avec une larme sur mon visage tandis que sa tête heurte le sol c'est fait, maintenant c'est la fin du spectacle, le sang perdu est le prix,  ce que j'essai de dire  c'est que je te protégerai jusqu'au jour où je rencontrerai mon créateur. alors ne te bats pas contre moi car tu pourrais avoir besoin de moi.
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment • Logan Sam 17 Oct - 3:41

Logan ∞ Iris
La voie de la guérison, c'est ce qu'on lui disait. Elle était sur la voie de la guérison et elle voulait bien les croire, mais il lui semblait qu'elle n'était pas sur la voie express, loin de là-même ! La belle blonde se souvenait de ce moment qu'elle avait passé dans la cage d'ascenseur alors que celui-ci s'était brusquement arrêté, bon sang, la trouille qu'elle avait eue ! Avant Iris n'aurait pas paniqué, elle aurait attendu patiemment qu'on vienne l'aider, mais là, elle avait littéralement paniqué et ses nerfs avaient été de nouveau mis à vif. Après cette expérience, elle avait eu l'impression de faire plusieurs pas en arrière alors qu'il lui semblait avoir bien progressé. Et dire qu'elle avait juste voulu faire des crêpes … bon hormis cet incident, il n'y avait pas eu de gros problèmes notoires, Iris arrivait peu à peu à se détendre, à être moins sur le qui-vive pourtant, elle le restait tout de même. Encore trop affectée par son séjour dans la forêt colombienne alors qu'elle fuyait la milice, vivre la peur au ventre n'était vraiment pas bon pour un être humain et surtout pas pour la fille de la codirectrice. Elle avait bien conscience que ce qu'elle endurait affecté ses proches, elle avait peur qu'Évan soit le plus touché. Il était tout de même son fils ! Son petit garçon et elle avait peur que ce qu'elle traversait puisse faire du mal à son enfant. Alors, elle essayait de faire bonne figure coûte que coûte, tentant au mieux de faire comme si ça allait bien ou en tout cas pas trop mal pour Évan, c'était la moindre des choses qu'elle pouvait faire pour lui. Elle lui donnait du temps – comme avant – beaucoup de temps, si jouer avec son fils pouvait lui permettre d'oublier ce qu'elle endurait et d'aider aussi Évan à ne pas souffrir, alors elle le faisait volontiers. Bien sûr, avant son petit séjour en Colombie, Iris s'occupait tout autant d'Évan qu'à présent, mais ce n'était plus la même chose, maintenant, jouer ou passer tout simplement du temps avec son fils lui donnait une sensation de bouffée d'oxygène. La jeune femme ne saurait jamais réussir à remercier assez Anthony pour le soutien qu'il lui donnait et tout ce qu'il faisait pour elle, il arrivait à la supporter quand son moral était au plus bas et qu'elle était irascible, enfin, ça c'était depuis son retour de Colombie, depuis qu'elle avait changé. Bon sang, si seulement elle pouvait retourner en arrière pour refuser cette fichue mission sous couverture, Iris avait juste eu l'audace de croire que tout irait bien dans le meilleur des mondes et que la mission se déroulerait sans accroc. Trop naïve. La mission était surtout bien foireuse, Logan et elle l'avaient regretté amèrement.

Même si elle avait obtenu ce qu'elle voulait, se remettre à travailler au NCIS au lieu de tourner en rond chez elle à longueur de journée, il arrivait par moments qu'Iris ait besoin d'être seule, respirer un peu, se détendre, s'isoler. Elle ne voulait pas de membres de son équipe, elle ne voulait pas de personne proche d'elle, elle voulait juste être seule le temps de sa pause, promis bientôt elle redescendra dans les bureaux ! Soudain, une voix s'élève non loin d'elle, plongée dans ses pensées elle n'a pas entendu approcher cet homme qu'elle a dû croiser quelques fois dans les locaux du NCIS, Iris sursaute et tourne son regard vers l'Anderson. Un visage connu, pourtant Iris reste méfiant car elle ne le connaît pas et elle est seule avec lui, seule mais armée, ça la rassure au moins un peu sur ce point, elle a une arme. Cette arme, elle la trimballe partout où elle va et son pistolet n'est jamais bien loin d'elle lorsqu'elle est dans son duplex. Sentir son arme contre elle sait ce qui la rassure un peu. Il semble la connaître en tout cas, il l'a reconnu et elle aussi, ils se sont croisés quelques fois chez le psy. Psy où elle y va à reculons, elle n'aime pas se confier et surtout pas à un inconnu, Liam doit bien être la seule personne à qui elle se confie le plus facilement, elle ne serait dire pourquoi, mais avec Liam elle arrive à parler plus facilement et à dire ce qui ne va pas. La phrase que prononça cet inconnu, Iris ne sut pas trop comment l'interpréter, il était évident qu'il parlait du bâtiment mais pour elle ça avait aussi une autre signification, la Colombie et sa détention là-bas, les tortures qu'elle avait subi et surtout le sentiment d'abandon qu'elle avait ressenti pendant tout ce temps où elle avait été maltraité. Après quelques secondes, Iris détourna ses yeux de Logan et les posa sur l'horizon tout en poussant un soupir :

- Oui, vous avez raison. Vous êtes Logan c'est ça ? Ou je me trompe ?

Logan. Ça lui faisait étrange d'avoir un nouveau Logan. La belle blonde espérait que le Logan qu'elle connaissait allait bien, en tout cas mieux qu'elle. Il ne faisait plus partie de l'équipe et la jeune femme n'avait pas de nouvelles de lui. Ce séjour à l'étranger les avait plus amoché qu'on aurait pu le penser même s'ils l'étaient physiquement, psychologiquement aussi il y avait de sacrés dégâts. Iris porta sa canette de soda à ses lèvres et en but une gorgée, ce qui comptait c'était qu'ils étaient de retour aux États-Unis et que les membres de la milice étaient hors d'état de nuire.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment • Logan

Revenir en haut Aller en bas

Ces plaies qui ne se referment jamais vraiment • Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» (m) SIM FANTÔME; je ne t'ai jamais vraiment quitté, grande soeur.
» Il est des épreuves que l’on ne surmonte jamais vraiment, mais auxquelles on survit, malgré tout.
» Certaines blessures ne se referment jamais. [PV Anjuu]
» Le soleil ne disparaît jamais vraiment de la mémoire [Aby' ♥]
» Amrita Pinkt, les blessures du passé ne se referment jamais... []
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Le N.C.I.S :: Les locaux :: » L'extérieur :: Le toit-