AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Lun 23 Fév - 0:47

Liam ∞ Iris
Il fallait savoir remonter la pente. Pas trop rapidement car on augmentait les risques de redescendre tout en bas et ça pouvait faire mal, très mal. Surtout pour elle qui avait vécu un mauvais moment en Colombie. La torture n'avait rien d'agréable et c'était pire lorsque les tortionnaires souhaitaient avoir des informations qu'on avait pas. Iris avait réellement cru à un moment que le NCIS les avait abandonné à leur sort, que personne ne viendrait les chercher. Elle s'était même résolue à l'idée de ne plus jamais revoir son fils, Evan. Ce qui faisait que la torture en devenait encore plus dur. Et un jour, elle s'était réveillée dans une chambre d'hôpital, de retour aux États-Unis. Dans un premier temps ça lui avait semblé trop beau pour être vrai, elle avait passé près de quinze jours en Colombie et la voilà de retour chez elle alors qu'elle avait perdu tout espoir d'un jour pouvoir revenir à Washington.  Ça ne pouvait pas être réel ! Et pourtant si. Elle était ressortie de cette épreuve dans un sacré état. Cicatrices, brûlures, bleus, jambe cassée. Elle en était revenue en morceau, tout aussi bien physiquement que psychologiquement. Alors à présent, il fallait pouvoir remonter la pente et c'était dur. Pourtant, elle avait ses proches qui la soutenait et elle appréciait ce geste qu'il faisait pour elle. Et puis, à l'hôpital quand elle y était encore, elle avait fait une rencontre inattendue. Liam. Elle n'aurait jamais pensé le croiser là mais ça lui avait fait du bien de lui parler, plus de bien qu'avec l'un de ses proches tel que sa mère ou Anthony. Il était l'une des seuls personnes à présent à connaître une partie de son passé, à savoir qu'elle avait prise pendant l'adolescence de la drogue, elle en avait été tellement dépendante … mais aujourd'hui elle allait mieux ou tout du moins, semblait aller mieux. Oui, car elle prenait encore des médicaments, mais pour l'instant les dit-médicaments étaient pour la plupart encore conseillés par son médecin. Étrangement, même si ses plaies s'étaient refermées, elle continuait à avoir mal. C'était psychologique … elle continuait à souffrir alors qu'il n'y avait plus raison d'être. Alors elle carburait aux médicaments anti-douleurs tant qu'elle le pouvait encore, ayant cette sensation que cela calmait le tout.

La belle blonde avait du mal à rester seule chez elle pendant toute la journée, elle avait tout de même réussi à tenir pendant un temps avant de finalement revenir discrètement au NCIS avec sa paire de béquilles. Tourner en rond indéfiniment chez elle ne lui allait vraiment pas. Il y a quelques jours à présent, on lui avait enlevé son plâtre, adieux béquilles ! Vive la liberté ! Mais voilà, depuis son retour de Colombie elle faisait des cauchemars récurrents. Pas toujours les mêmes mais ils étaient tous en rapport avec son vécu dans cette mission sous-couverture qui avait foiré. Et dire que c'était sa première mission sous-couverture, ça ne lui donnait plus envie d'en faire une seconde après ça. Elle continuait à sursauter à la moindre chose, au moindre bruit, elle portait même quasiment toujours son arme sur elle, comme si cela pouvait la rassurer au moins un peu. Elle avait toujours cette impression qu'à un moment ou un autre, on viendrait la chercher et elle retournerait en Colombie. Que des hommes allaient surgir et l'emporter de force pour lui faire vivre de nouveau l'enfer qu'elle avait vécu. C'était une peur qu'elle ressentait au quotidien. Une chose de sûre, ou plus ou moins, c'est que tôt ou tard elle finirait par réintégrer le NCIS de manière active. Iris en était persuadée. En même temps, elle ne se voyait pas faire autre chose même si elle y avait déjà réfléchi lorsqu'elle s'était retrouvée seule durant les journées à l'hôpital. Au fond, elle appréciait toujours autant son travail d'agent spécial et appréciait ce qu'elle avait fait pendant toutes ces années au NCIS. Elle avait quand même encore un peu de mal à se dire qu'elle souhaitait rester au NCIS après ce qui c'était passé. La belle blonde n'en avait parlé à personne, même pas à Ryan, ni Tony ni sa mère. Ni même Abby. Personne. Elle avait gardé tout cela pour elle, rien que pour elle. Elle aurait bien pu retourner au NCIS aujourd'hui, certes pas encore pour travailler, mais non. Elle avait passé un week-end fatiguant, continuant à dormir peu, Evan avait suffit à la fatiguer un peu plus. En même temps, il était une véritable pile électrique et elle … non. Alors en ce lundi, Iris était restée chez elle avec comme pour seule compagnie, leur chat Oscar. Grosse boule de poils blanche. Le problème avec Oscar, c'est que la conversation était limitée, très limitée même. Assise sur son canapé, les jambes repliées contre elle, elle avait saisit son portable et avait envoyé un message à destination de Liam :

Salut, ça te dirais de passer chez moi ? Histoire de parler un peu.

Elle espérait que c'était clair et pas ambiguë. Tout ce dont elle avait besoin c'était un peu de compagnie, parler et peut-être discuter avec lui de son envie de reprendre du service. Il n'avait pas été autant affecté par ce qui lui était arrivé en Colombie, lui n'avait pas vu les vidéos, elle lui avait juste raconté brièvement ce qui c'était passé. La jeune femme trouvait plus facile de lui parler à lui qu'aux autres. Peut-être parce qu'au fond, ils avaient des points communs et que ça facilité la discussion quand on savait que l'autre avait vécu la même chose. On ne jugeait pas l'autre quand on a vécu les mêmes choses.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Dim 1 Mar - 20:04



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Le réveil pour Liam fût pire qu’un train fonçant à 100 à l’heure contre sa face, un semi-remorque serait encore une douceur à côté, la gueule de bois. Pourquoi s’était-il mis dans un tel état ? Il avait du mal à se souvenir. Il tentait de remonter le fil de la veille, en vain. Lorsque de l’autre côté de lit un mouvement le fit se tourner, là, de dos, un corps semblait dormir profondément. Il passa sa main sur son visage encore à moitié dans les vapes, que s’était-il donc passé ? Il avait pourtant arrêté de boire, ça faisait partie de sa cure, c’était un peu tout l’enjeu de ne pas remplacer une addiction par une autre. Avait-il replongé ? Cette question le fit trembler de toute part, des sueurs froides gagnèrent son front, secouant vivement la tête il retira les draps pour se lever malgré sa tête qui semblait peser une tonne et voulant retomber sur l’oreiller telle une enclume, posant un pied devant l’autre, après avoir enfilé un pantalon il se rendit jusqu’à la cuisine où il but directement au robinet de l’eau fraîche.

Cette sensation de ne pas savoir, d’être comme prit au piège par lui-même ne ramenait inéluctablement à son passé, ce passé si sombre qu’il voulait oublier et qui pourtant n’avait de cesse de revenir à la charge, jusqu’ici il était parvenu à le contenir, à le tenir à distance, mais l’avait-il fait hier soir ? Tandis que l’eau coulait à présent sur son visage lui provoquant de légers spasmes au contact de l’eau congelé sur sa peau nu, relevant la tête, il se dirigea ensuite vers la salle de bain jetant au passage un œil au corps endormi de cet inconnu dont il ne connaissait même pas le nom. Un soupire s’échappa de ses lèvres,  ce n’était pas lui ça. Il n’était pas du genre à avoir des inconnus dans son lit, arrivant devant le lavabo, son visage dans le miroir lui fit peur, il avait vraiment mauvaise mine, comme quelqu’un qui avait passé une soirée à se saouler. Après un médicament contre son foutu mal de tête il retrouva le jeune homme avec qui il avait visiblement passé la soirée, et surtout la nuit, il s’avança et le secoua sans ménagement. Il se mit à grogner, gémissant de mécontentement pour finalement se tourner, ouvrant difficilement les yeux, laissant apparaître son regard bleuté, au moins Liam sût pourquoi il l’avait choisi, mais ce n’était pas la question, il était temps que les choses reprennent leur place et surtout il avait besoin de savoir.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé hier soir ?
- Hm…Quoi ? Tu te souviens pas ?


Cette constatation sembla amuser le blondinet qui s’installa en tailleur, semblant ne pas subir de violents maux de tête comme Liam, il s’empressa donc de lui promettre de tout lui raconter si il lui servait au moins un café. Dans un soupire, l’ex dealer acquiesça puis alla lui préparer un expresso qu’il lui apporta sans trop tardé, toujours debout, il attendit les bras croisés, et ce qui suivit ne l’enchanta pas vraiment. L’inconnu qui à présent répondait au prénom de Marc, lui raconta dans les détails leur soirée mouvementée. Qui effectivement, avait était plus qu’arroser en alcool, surtout pour Liam, il écouté comme si on lui raconté une soirée à laquelle il n’avait pas assisté, le brouillard était tel qu’il n’arrivait même pas à se souvenir ce qui l’avait amené à en arriver à boire, lui qui suivait sa thérapie avec application et n’avait pas touché à l’alcool depuis qu’il avait commencé. Certes, cela ne faisait pas des années, ce n’était qu’une question de semaines mais il avait tout fait pour, pour ne pas replonger, et ce qu’il craignit tomba.

- Ensuite, on a sniffé un peu de coc’ et puis on est venu ici.

Le visage de Liam se décomposa, il ne ressentait pas les effets de la drogue dans son organisme, ni même un manque, était-ce bon signe ? Il attrapa sa veste au sol, fouillant ses poches, le sachet était à peine entamé, il avait dû en prendre peu mais il s’en voulait. Il se sentait minable. Baissant les yeux, il comprit que son chemin était encore long, c’était comme si tous ses efforts venaient de tomber à néant.

- Tu devrais partir. Fit Liam sur un ton froid
- Bah attends, j’ai même pas encore fini mon café.

Levant les yeux au ciel, Liam se baissa attrapant les vêtements de Marc et les jetant sur lui manquant de lui faire renverser son expresso.

- Barre-toi !

Celui-ci marmonna quelque chose d’incompréhensible certainement une insulte puis après avoir enfilé aussi vite que possible ses vêtements il partit en claquant la porte ajoutant au passage.

- La prochaine fois que tu veux te faire un trip, compte plus sur moi.

Liam s’empressa d’aller fermer la porte à clé derrière Marc, comme si il avait peur qu’il revienne puis se laissa tomber au sol, la tête entre les mains, un long soupire s’échappa de ses lèvres. Et ce foutu mal de crâne qui n’était pas prêt de partir. Impuissant. Voilà comment il se sentait, et faible de surcroît. Dans le silence de mort de son appartement, il n’eut pas de mal à entendre le vibreur de son portable qui se trouvait dans sa veste, il se releva, attrapant sa veste puis se laissant tomber sur son lit attrapant l’objet en question.

Le message reçu par Iris : « Salut, ça te dirais de passer chez moi ? Histoire de parler un peu. » le fit légèrement sourire, peut-être devait-il lui en parler ? Etait-elle à même de le comprendre sans le juger ? Il ne lui fallut que très peu de temps pour répondre. « Oui, j’crois que j’en ai besoin…Moi aussi. »

Après lui avoir fourni son adresse, les deux nouveaux amis se donnèrent rendez-vous en début d’après-midi. Assez de temps pour que Liam puisse se remettre un peu de cette migraine, un autre médicament, un petit déjeuner et une bonne sieste et il se sentait déjà mieux, pas de forme olympique mais assez pour se rendre jusque chez Iris et supporter une conversation. Le pouvait-il ?

Devant la porte de la jeune femme, il hésita un instant. Un soupire, puis deux, et il se décida enfin à sonner. Celle-ci ne tarda pas à venir lui ouvrir, Liam avait pris le temps de prendre une bonne et longue douche avant de venir, il avait toujours une petite mine mais ce n’était plus celle d’un déterré.

- Hey ! Fit-il tandis qu’elle ouvrait la porte



made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Mer 11 Mar - 2:53

Liam ∞ Iris
Elle n'eut pas à attendre bien longtemps avant de recevoir une réponse à son sms, un petit sourire fleurit sur ses lèvres lorsqu'elle lut la réponse que lui avait envoyé Liam. Bien, ils allaient pouvoir se voir et elle serait alors moins seule. D'après ce qu'elle venait de lire, lui aussi ne semblait pas aller au mieux de sa forme, elle espérait qu'au moins il n'était pas au fond du gouffre, elle savait ce que c'était d'être tout au fond et il était dur de remonter la pente … elle lui donna son adresse et quelques sms plus tard, ils avaient conclus qu'ils se verraient en début d'après-midi, ce qui lui laissait le temps de prendre une douche et peut-être se reposer encore un peu … ou bien elle se trouverait quelque chose à faire. Elle avait quand même cette impression d'avoir tout fait dans son appartement et elle finissait par se lasser rapidement, très rapidement. Elle aurait presque aimer qu'Anthony soit avec elle, au moins, elle se serait moins ennuyée … mais il avait son travail et hors de question qu'il rate un jour de boulot pour elle. Qu'il continue à faire ce qu'elle ne pouvait pas faire, arrêter des criminels. Et dire qu'un temps, ça avait été elle la criminelle, bon, pas vraiment une criminelle, mais elle s'était déjà fait arrêter pour quelques délits. Un petit séjour en cellule  et la revoilà de nouveau à airer dans les rues, ça avait été son lot presque quotidien quand elle était plus jeune. Plus jeune … elle n'était pas si vieille que ça, elle avait la vingtaine bon ok, elle allait vers la trentaine mais ça allait, ce n'était pas comme si elle avait plus ! Iris restait immobile sur le canapé, ses jambes toujours repliées contre elle, son portable à présent à côté d'elle, ses yeux balayèrent les environs avant de se poser sur Oscar qui avait décidé de faire sa toilette. Poussant un soupire, elle déplia ses jambes, posa ses pieds sur le sol, prit son téléphone et s'en alla en direction de la salle de bain. Une bonne douche lui ferait du bien. Elle s'arrêta momentanément et regarda en direction de l'entrée. La porte était-elle bien fermée ? Réfléchissant quelques secondes, elle décida d'aller vérifier. Oui, ça pouvait paraître complètement stupide, mais elle avait peur, constamment peur alors elle préférait vérifier. La porte était bien fermée … la belle blonde fit demi tour et alla jusqu'à la salle de bain où elle laissa la porte légèrement entrouverte pour y évacuer la chaleur qui émanerait de l'eau une fois qu'elle y serait. Un rapide coup d’œil vers son portable et de nouveau un sourire fleurit sur ses lèvres alors qu'elle s'empressait de répondre à un sms d'Anthony. Voilà, envoyé, elle pouvait à présent se doucher. Enlevant ses vêtements, elle rentra dans la baignoire et fit couler l'eau, ça faisait du bien, sauf que voilà, son regard passa sur ses mains et elle ferma les yeux par réflexe, les souvenirs remontèrent à la surface. Rouvrant les yeux, elle passa l'une de ses mains dans ses cheveux qui avait été mouillé par l'eau et poussa un profond soupire. Plusieurs longues minutes plus tard, elle était sortie de la baignoire et s'était séchée. Après s'être rhabillée, elle regarda son portable et répondit  de nouveau au message d'Anthony avant de décider de regarder ce qu'il pouvait y avoir à la télévision. De préférence quelque chose qui ne soit pas violent … elle fit tout de même un détour vers la cuisine où elle se servit un verre d'eau et avala des comprimés avant d'aller se rasseoir sur le canapé et d'allumer la télévision.

Le temps passa et l'heure du déjeuner arriva, la belle blonde se fit un simple assiette de pâtes avec un steak, quelque chose de plutôt simple au final, ne cherchant pas à se compliquer la vie. Elle mangea dans le salon, devant la télévision. Le salon s'était un peu comme son îlot avec le lit dans sa chambre. Ces deux endroits elle s'y sentait bien, mais bon, c'est vrai que lorsqu'Evan était présent, l'appartement devenait tout de suite bien plus bruyant et bien plus vivant. Alors qu'elle était entrain de manger, une porte claqua quelque part à l'étage de son appartement et elle sursauta, tous les sens aux aguets, son regard alla vers l'entrée comme si elle s'attendait que celle-ci s'ouvre, sa main se plaça automatiquement sur son arme qui était posée sur le canapé à côté d'elle. Une minute passa puis une seconde dans le silence le plus total avant qu'Iris finisse par se détendre et recommence à manger. Elle se sentait bien plus rassurée quand Anthony était là, alors que toute seule … le moindre bruit un peu trop fort ou qui pouvait lui paraître suspect la faisait sursauter et la faire stresser. Vivement que son fiancé rentre ! Finissant son assiette, elle finit son verre de coca cola et emporta le tout dans la cuisine où elle mit la vaisselle dans le lave-vaisselle. Allant dans le salon, elle ouvrit la fenêtre et contempla l'extérieur. D'ici peu de temps Liam allait arriver. Elle sortit de ses pensées quand elle sortit quelque chose se frotter contre elle, Oscar. Un fin sourire apparut alors sur ses lèvres alors qu'elle prenait le chat dans ses bras et qu'elle allait de nouveau se réfugier sur le canapé. Peut-être que s'ils avaient eu un chien elle se serait sentie un peu plus en sécurité et puis, elle aurait pu sortir, aller le balader. Parce que niveau balade avec un chat, c'était à revoir ! Au bout de quelques minutes, la boule de poils décida de quitter la jeune femme et celle-ci se retrouva de nouveau seule, elle se laissa alors tomber tout le long du canapé et planta son regard sur le plafond. Il ne restait plus qu'à attendre que Liam rapplique. Qu'est-ce qu'elle s'emmerdait ! Combien de temps passa avant que l'interphone sonne ? Elle n'en savait rien, mais qu'est-ce qu'elle s'était fait chier pendant tout ce temps ! Elle bondit presque sur ses pieds, prenant son arme, par réflexe, par besoin de la sentir contre elle pour se sentir un peu en sécurité, elle se dirigea à pas rapide vers l'entrée tout en rangeant l'arme contre sa cuisse. Le jeune homme ne tarda pas à arriver une fois qu'elle lui eut ouvert le hall de l'entrée de l'immeuble et celle-ci lui ouvrit naturellement lorsqu'il sonna à sa porte, un sourire sur ses lèvres :

- Eh ! Salut ! Rentre. T'as pas l'air au mieux de ta forme, ça va ? Tu as réussi à trouver facilement ?

Des questions plutôt banales pour une entrée en matière, pour un début de conversation. Et puis, elle aurait pu lui dire aussi d'une autre manière qu'elle trouvait qu'il avait une sale tronche, parce qu'elle avait déjà pu le voir avec une meilleure tête que présentement. Dès que Liam fut rentré, Iris referma soigneusement la porte derrière lui, fermant tous les verrous et se dirigeant vers le salon pour y fermer la fenêtre qu'elle avait totalement oublier. Il faisait un peu froid mais la chaleur n'allait pas tarder à revenir, en même temps, tous les radiateurs dans le duplex étaient allumés pour être sûr de ne pas ressentir le froid de l'extérieur. Se retournant vers lui, elle lui offrit de nouveau un sourire :

- Vas-y, installe toi ! Tu veux quelque chose à boire ?

Moindre des choses d'être une bonne hôte ! Pour elle, ça serait eau et médicaments, encore une fois. Elle se disait que peut-être une bière pourrait lui faire du bien en tout cas, ça ne pourrait pas lui faire de mal, non ? Elle attendait donc la réponse de Liam avant d'aller chercher quelque chose à boire s'il le souhaitait ou alors s'asseoir s'il ne voulait rien après avoir chercher de l'eau pour se prendre ses médicaments.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Dim 15 Mar - 13:41



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Planté devant la porte à attendre durant seulement quelques secondes, Liam eu néanmoins le temps de faire une petite rétrospective, il se perdit un court instant dans ses pensées, repensant à celui qui avait quitté son lit quelques heures plus tôt, il se sentait comme prit au piège dans sa propre vie, cela ne lui ressemblait tellement pas que ça lui en donner la nausée, pourquoi avait-il agit ainsi ? La solitude était-elle si pesante ? Ses souvenirs étaient encore trop embrouillés pour avoir une réponse claire, il n’en savait foutrement rien et c’était sans doute là le plus perturbant. Sa fin de matinée il l’avait passé ainsi, à penser, il n’avait fait que ça, assis au bord du lit, son téléphone à la main comme si celui-ci allait lui donner la réponse, il s’y était attarder, le fixant comme l’objet de toutes les réponses et avait attendu jusqu’à ce que l’heure d’aller chez Iris soit enfin arrivé. Mais durant ce lapse de temps qui parut durer une éternité il avait bloqué ses pensées sur sa vie, ou peut-être son absence de vie ? Qu’avait-il réellement accompli ? Il n’avait pas de réponses à donner, il n’avait que des questions. Etait-il pour cela, par exemple, qu’il avait sombré la veille ? A coup de pensées trop « profondes » ? Il repensait à ses histoires dites d’amour qui n’avait était que des échecs, souvent par sa faute, et aujourd’hui il était seul comme un con à se morfondre. Un long soupire plus tard, il se leva d’un seul coup comme prit d’une décharge électrique puis se glissa sous la douche, comme si cela effacerait ce qu’il avait fait cette nuit, prit un médicament et mangea un rapide petit-déjeuner puis partit se coucher durant une ou deux heures.

A son réveil, rien n’avait changé, sa mine était toujours aussi affreuse, et il avait juste une envie : Pleurer. Comme si c’était la solution à tous ses problèmes. Mais sa fierté l’en empêcher, et il se traîna donc jusqu’à chez Iris. Une fois à l’intérieur de chez elle, celle-ci ne manqua pas de lui rappeler ce qu’il savait déjà. « T'as pas l'air au mieux de ta forme, ça va ? » cette simple phrase suffit à le faire soupirer.

- Pas vraiment.

Il aurait pu ajouter que ce n’était pas important, ou grave mais ça l’était, il avait terriblement besoin de quelqu’un à cet instant, et ce quelqu’un ce serait Iris. Alors qu’il balayait l’appartement du regard, découvrant le lieu, il se voulait néanmoins rassurant.

- Faut que je te parle. Dit-il comme pour répondre à une question muette. Et oui c’est facile à trouver, termina-t-il sur un léger sourire

Il se laissa tomber sur le canapé comme une masse, comme si cela faisait des heures qu’il attendait d’enfin pouvoir s’asseoir, un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres, il n’avait pourtant que très peu marcher, il s’était enfin acheter une voiture il n’avait donc plus à se déplacer en métro ou à pieds, une fois que le NCIS lui avait accordé sa confiance aussi minime soit-elle, il avait commencé les grands changements de sa vie et cela se traduisait par l’achat d’un véhicule, rien de trop clinquant ou de trop chère, juste de quoi se déplacer mais qui avait de la gueule et qui lui avait tapé dans l’œil lorsqu’il avait mis les pieds dans la concession, il pouvait bien s’offrir ça, il touchait un petit salaire en tant qu’indic’ mais pas de quoi s’acheter la dernière BMW même si ses comptes off-shore étaient toujours actifs et qu’il avait de quoi s’en acheter deux ou trois comptants mais il s’était bien garder de le signaler au NCIS, il en avait juste fermer deux en Suisses pour la forme et prouver sa bonne foi, mais il fallait bien vivre, son petit secret était encore en sureté pour l’instant mais pour combien de temps ? Ce foutu pied qu’il gardait toujours du mauvais côté de la ligne et qui l’empêchait d’être complètement dans le bon chemin…Mais il était humain, et l’être humain est égoïste, envieux et plus il en a, plus il en veut, c’est ainsi qu’est faite la nature humaine. Il lui était donc difficile de se débarrasser de cet argent facile aussi illégal que ça puisse être. Il avait changé, certes, mais il n’était pas encore devenu un bon samaritain, il avait encore du chemin à faire c’était certain.

Assis dans le canapé, Iris lui proposa à boire, tant que ce n’était pas alcoolisé se dit-il, il acquiesça.

- Je veux bien. Ce que tu as, ne te casse pas la tête.

Elle revint auprès de lui armée d’une bière pour lui et d’un verre d’eau pour elle, à la vue du breuvage, Liam eut un haut le cœur, il réprima un rictus de dégoût et attrapa néanmoins ce que lui tendait déjà la jeune femme, il la posa sur la table basse sans même y toucher ni même l’ouvrir.

- Peut-être plus tard. J’évite l’alcool là tout de suite.

Son regard se baissa, comme prit sur le fait, se triturant les mains trahissant son anxiété il releva finalement la tête.

- Et toi, comment tu vas ? Demanda-t-il fixant ses mains couvertes

Il devina sans mal qu’elle cachait quelque chose sous ses gants, sans doute les marques de son mauvais périple qui l’avait probablement marqué pour la vie autant physiquement que moralement, et surtout moralement. Liam ne pouvait imaginer ce qu’elle ressentait à cet instant, la peur constante au ventre, et il se sentait également comme un putain d’égoïste puisque lui n’avait rien vécu de tout ça et pourtant à la moindre baisse de moral le voilà qui replongeait dans ses vieux travers. Il se surprit à se demander s’il pouvait vraiment lui faire confiance en lui dévoilant son petit écart ? Lui avait peur qu’elle ne le dise à sa mère, après tout ce ne serait pas complètement absurde, mais si Iris le disait à la directrice alors s’en serait fini pour lui. Il appréhendait déjà les prochains tests de dépistage de drogue, normalement les effets avaient complètement disparus de son organisme mais il ne se sentait pas rassurer, sans doute était-ce la culpabilité qui parlait pour lui. Il s’en voulait terriblement. Il s’en voulait d’avoir flanché, il s’en voulait de ne faire que penser à ça depuis des heures et pourtant il était seul responsable, c’était bien fait pour lui, il méritait cette foutue culpabilité. Tous ces sentiments trop humains, trop réelles le déprimait et lui donnait la nausée. Et encore une fois, alors qu'il avait pensait une micro-seconde à la douleur que pouvait ressentir Iris, il en revenait indéniablement à lui, toujours lui. Était-il si égoïste ? Probablement.


made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Lun 23 Mar - 3:04

Liam ∞ Iris
C'était une manière un peu plus diplomatique que de dire directement un « Tu as une sale gueule, qu'est-ce que t'as foutu pour être dans un tel état ? » parce que même si elle était quelqu'un de plutôt franche et directe, elle savait tout de même faire preuve d'une certaine délicatesse dans ses propos. Suite à ce qu'elle venait de dire, elle reçut un soupire de la part de Liam qui finit par lui répondre par la négative, elle s'en doutait bien qu'il y avait quelque chose qui clochait. Il voulait lui parler eh bien ils parleraient, ils semblaient que tous les deux en avaient bien besoin. Un sourire effleura les lèvres de la belle blonde l'espace de quelques secondes lorsqu'il lui dit qu'il n'avait pas eu de difficulté à trouver son immeuble. Ne disant rien, elle ferma la porte derrière lui après bien sûr l'avoir invité à rentrer dans le duplex. Alors qu'Iris allait fermer la fenêtre du salon qu'elle avait laissé ouverte pendant tout ce temps, Liam se laissait tomber sur le canapé, la jeune femme lui demanda s'il souhaitait quelque chose à boire en bonne hôte qu'elle était car c'était la moindre des choses qu'elle pouvait lui proposer. Il accepta et elle quitta donc la pièce pour rejoindre la cuisine où elle sortit du frigo une bière et se servait un verre d'eau pour pouvoir se prendre ses médicaments, encore une fois. Elle n'envisageait pas d'arrêter de les prendre, ressentant encore et toujours la douleur de ses cicatrices même si c'était en parti dans sa tête que ça se passait. La jeune femme revint bien vite dans le salon et tendit la petite bouteille à Liam, l'écoutant lui dire qu'il en prendrait peut-être plus tard car en ce moment il évitait de boire de l'alcool. Il fallait savoir … il aurait pu lui dire qu'il ne souhaitait pas d'alcool. Bref ! Iris ne fit une remarque et se contenta d'aller s'asseoir dans un fauteuil non loin du brun, prenant ses médicaments, elle mit deux cachets dans sa bouche et but cul-sec toute l'eau dans son verre pour faire passer le tout. Elle avait posé ses mains sur les bras de son fauteuil, son regard hérité de son père posait sur son invité du moment qui venait de remarquer qu'elle portait des gants. Captant qu'il avait regardé, elle se contenta de croiser les bras, tentant tant bien que mal de les cacher, ressentant une vague de malaise la submerger. Comment allait-elle ? Eh bien, mieux qu'à son retour de Colombie en tout cas … poussant à son tour un soupire, elle finit par prendre la parole :

- Je vais dire mieux que lorsqu'on s'est rencontré à l'hôpital, mais j'ai connu mieux. C'est difficile de récupérer quand les souvenirs ne font qu'affluer … même la nuit, quand je tente de dormir, ça vient me hanter jusque dans mon sommeil. Et puis, je dois t'avouer que je m'ennuie pendant mes journées, mise à part le chat, y a personne avec qui discuter et pas grand-chose à faire … bref, je me rétablis lentement et espérons le sûrement ...

Elle n'aimait pas trop parler de ce qui lui était arrivée à l'étranger, c'était remuer le couteau dans la plaie et bien sûr, ça faisait mal, très mal. Elle n'aimait pas non plus parler de son état de santé actuel même si sans avoir besoin de mots on pouvait voir qu'elle n'allait pas bien, qu'elle n'était pas au mieux de sa forme. Ses mains, ses cernes, son air fatigué et las et sa prise – un peu trop – régulière de médicaments mettaient bien en évidence son état de santé physique comme mental même si c'était surtout le mental qui continuait à prolonger sa torture. Il n'y avait rien de reposant à revoir régulièrement les moments qu'elle avait passé dans le camp de la milice, se faisant torturer pour des codes qu'elle n'avait pas. Remonter la pente lui était difficile, si difficile … elle était sur les nerfs, constamment à cran, dégainant son arme au moindre bruit qui lui semblait suspect et il y en avait tellement ! Au moins, la nuit, elle se sentait un peu plus en sécurité dans les bras d'Anthony, pourtant, elle n'arrivait pas à ne pas tendre l'oreille et guetter le moindre bruit jusqu'à ce que le sommeil l'emporte et qu'elle retrouve dans ses songes qui la faisait revenir en Colombie. Il y avait bien des rêves qui lui montraient la première partie de sa mission sous couverture, la partie où elle n'était pas entrain d'être séquestrée. Visiter la ville avait été un réel plaisir, elle qui n'était jamais sortie de son pays, elle avait été une bonne touriste et avait tâcher d'en profiter un maximum. C'était vrai que cette dernière journée qu'ils avaient passé en mer avait bien dû être sa préférée, la tranquillité ambiante, les merveilles qu'elle avait pu voir sous l'eau, bronzer et les poissons grillés, c'était presque une sorte de petit paradis sur Terre. Journée qui n'aurait en rien fait penser que quelques heures plus tard ils se seraient retrouvés endormis sur le sol de leur chambre à cause du chloroforme diffusait par la climatisation et que la milice les emporterait en plein milieu de la forêt colombienne pour leur faire subir un calvaire. Ils avaient sû la briser et on l'avait retrouvé en miette :

- Et toi, tu voulais me parler, non ? Qu'est-ce qui ne va pas ? J'aurais cru que tu aurais été mieux que moi ... ajouta-t-elle d'une voix neutre

Ce n'était nullement un reproche, plus une constatation qu'autre chose. Elle passa sa jambe droite sur sa jambe gauche, s'enfonçant un peu dans son fauteuil, son regard planté sur Liam, attendant une réponse. Il lui avait bien qu'il voulait lui parler alors qu'il parle et puis, c'était un bon moyen pour elle de détourner la conversation et de ne pas avoir à s'étaler sur son cas, même si lorsqu'ils avaient parlé à l'hôpital, ça lui avait fait du bien, plus de bien que de parler à ses proches tel que sa mère ou Anthony. C'était étrange … peut-être était-ce dû au fait qu'ils se ressemblaient plus qu'ils n'auraient pu le croire ? Oui peut-être … ils savaient ce que l'autre avait vécu pour l'avoir eux-même vécu. La drogue, c'était un fléau où il était difficile d'en sortir. Iris le savait que trop bien, il y a des années de cela, elle était une droguée, ayant besoin de drogues pour se sentir à peu près bien et combler en partie le manque qu'elle ressentait de ne pas avoir de famille. Il y avait bien sûr d'autres raisons qui l'avait poussé à prendre de la drogue et elle en était devenue une accro, en ayant besoin plus que de raison et faisant tout – ou presque – pour réussir à en avoir. La drogue s'était un mal qui faisait du bien.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Dim 29 Mar - 10:47



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Là, assis dans le canapé, Liam contemplait le néant, fixant un point invisible sur le mur comme si celui-ci allait résoudre tout ce qui était en train de foutre le bordel dans sa tête et autant dire qu’il y en avait un sacré foutoir là-dedans. Il avait bien du mal à remettre de l’ordre là-haut, entre ses souvenirs réels et ceux dont il avait du mal à remettre la main dessus c’était assez hasardeux, il y allait doucement mais sa mémoire lui jouait des tours, il n’arrivait pas à se souvenir de ce qui avait bien pu se passer la vieille, il ne savait que ce que cet inconnu trouvé au matin dans son lit lui avait dit, lui racontant sa soirée comme si ce n’était pas la sienne, lui contant une histoire qui pourtant ne lui ressemblait pas, ou plus. Ce n’était plus lui cet homme-là, il n’était plus celui qu’on foutait dans une case, être catalogué de drogué, il pensait vraiment avoir dépassé ça et voilà qu’il remettait ça, il aurait pu éclater en sanglot là tout de suite si Iris n’était pas là.

Ne parvenant pas à faire le tri, il préféra détourner un instant la conversation, voyant l’air quelque peu absent de la jeune femme, il lui demanda comment elle allait, il aurait voulu ajouter au vue des circonstances mais il ne valait mieux pas en rajouter. Liam avait bien du mal à imaginer l’état psychologique dans lequel Iris se trouvait, là, l’un face à l’autre, le jeune homme ne put que constater qu’une chose, ils étaient tous les deux brisés. Brisés de l’intérieur, quel drôle de point commun pour quoi d’ailleurs ? Pour des amis ? Liam n’en savait rien, il ne pouvait le définir, cette relation avait commencé par une soirée trop alcoolisée, encore une, et s’était terminé à la lueur du matin, les cheveux ébouriffée, et le maquillage dégoulinant. Le regrettait-il ? Liam n’en savait rien, il n’y pensait pas vraiment, ils étaient adultes après tout, ils avaient décidés que ça s’arrêterait ainsi, sur un pas de porte d’un immeuble au bois craquant, et c’était sans doute mieux ainsi. A cet époque, le jeune homme ne savait pas trop encore ce qu’il voulait, ce qu’il cherchait, ce qu’il attendait dans la vie, aujourd’hui il avait quelques réponses et cela ne se traduisait pas par un mariage le long d’une allée avec le peu de famille qu’il avait, une femme en robe de mariée à son bras, non il ne se l’imaginait tout simplement pas. Mais au-delà de la définition de cette relation, Liam était sûr d’une chose, il était bien avec Iris. Il se sentait en confiance, comme si il pouvait tout lui dire et qu’il n’aurait pas deux yeux accusateurs posés sur lui.
Lorsqu’elle ouvrit la bouche pour répondre à sa question, Liam stoppa le fil de sa pensée, il se sentait vraiment désolé pour elle, même si ce sentiment était assez réductif, il ne voulait pas éprouver de pitié, qui voudrait qu’on est pitié de soi ? Certainement pas Iris, mais il ne pouvait s’en empêcher, il avait envie de la protéger, comme un frère ? Il serait le petit frère, mais ça n’empêchait pas le fait qu’il se sente comme responsable d’elle, qu’il est envie qu’elle se sente mieux, qu’elle se sente heureuse, le pourrait-elle à nouveau un jour ? Il ne savait pas trop quoi dire, il ne trouvait pas les mots qui pourraient éventuellement la consoler, y en avait-il vraiment après ce qu’elle avait vécue ?

- Tu sais que tu peux toujours m’appeler, pas vrai ?

Liam n’était pas du genre à proposer son aide et pourtant là il en ressentait le besoin, l’envie, il ne s’y sentait pas obligé, il voulait juste se rendre utile et l’aider à avancer, peut-être que sa présence ne changeait rien mais il voulait croire qu’il l’aider ne serait-ce qu’un peu.
Un silence s’installa ensuite, il vit Iris sombrer peu à peu dans ses pensées, comme si le contact entre eux venait d’être rompu mais ce ne fut qu’une histoire de minutes puisqu’au bout d’un moment, Iris remit les rails de la conversation vers Liam, lui rappelant qu’il voulait lui parler, l’étonnement sur son visage traduisit qu’il n’était plus très sûr de lui. Devait-il vraiment lui avouer ce qu’il avait fait ? Il n’avait tué personne et pourtant il avait la douloureuse impression que c’était tout comme, il avait tué ses efforts, tué tout ce qu’il avait accompli, c’était un acte criminel en soit. Il ne serait pas jugé, ne serait pas envoyé en prison, mais il avait ça sur la conscience et c’était sans doute pire, n’être qu’une déception, un échec. Il inspira profondément, avec l’impression d’être dans un confessionnal mais que tout ce qu’il dira restera entre eux, lorsqu’ils s’étaient vus à l’hôpital, Liam ne s’était pas imaginé à quel point la situation aurait pu dégénérer. Etait-ce si grave ? Etait-ce le signal d’alarme ? Le doute était le maître mot de cette foutue soirée.

- J’ai fait une connerie, Iris.

Son ton était emplit d’une certaine supplication, peut-être celle qu’il lui dise que ce n’est rien, que ça ne veut pas dire qu’il allait redevenir cet épave qu’il était auparavant, que ses progrès n’étaient pas vouées à l’échec désormais et qu’il n’avait pas tout sacrifié pour rien. Il n’avait pas banni Jesse pour rien, car oui c’était une sorte de bannissement puisqu’il l’avait écarté de sa vie, avait préféré la drogue à lui, il aspirait à autre chose, il avait préféré son vice plutôt que sa raison, et désormais il avait avancé et pourtant il se sentait comme avant, comme si rien n’avait changé.

- Ce matin je me suis réveillé chez moi avec un mec…

Il s’attendait déjà à ce qu’elle rit ou en tout cas qu’elle lui dise que ça ne pouvait pas lui faire de mal mais il l’empêcha de réagir puisqu’il ajouta directement derrière.

- …Il m’a dit qu’on a pris de la cocaïne hier soir…Je…

Ses mots semblaient se perdre dans sa gorge, il ne se cherchait même pas d’excuse, il ne savait juste pas comment il devait réagir, comment il était censé vivre cette situation. Les sentiments en vrille, il laissa retomber ses épaules qui s’était contractées tandis qu’il « racontait » ce qui le tracassait, il s’était contenté de quelques mots, mais Liam n’avait jamais était un grand bavard, il n’usait que très peu de sa salive, se contentant d’aller à l’essentiel, et c’était ce qu’il avait fait, il était allé à l’essentiel.


made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Ven 3 Avr - 4:11

Liam ∞ Iris
Elle avait l'impression que chaque jour était tout aussi dur que le précédent, elle avait du mal à passer ses journées seules, à guetter le moindre bruit suspect. Sauf que voilà, même quand elle était en présence de quelqu'un, la belle blonde ne pouvait s'empêcher de guetter le moindre bruit, un simplement claquement de porte suffisait à la faire sursauter et brandir son arme. Le vent qui soufflait l'angoissait, heureusement qu'il n'y avait pas eu d'orage récemment car sinon elle aurait encore plus paniqué. Déjà qu'elle n'aimait pas les orages au début de sa mission sous-couverture, alors si un coup de tonnerre résonnait alors qu'un simple claquement de porte suffisait à la faire sursauter, ça serait bien pire ! Elle devait bien avoir un trouble post-traumatique, quelque chose comme ça, ce genre de choses qu'ont certains soldats en revenant d'une mission. Mais elle espérait tout de même que tout redeviendrait à la normal rapidement, l'espoir fait vivre. Elle n'était pas prête de réussir à calmer ses nerfs avant un bon moment et il était hors de question qu'elle suive une pseudo thérapie qui soit-disant l'aiderait en racontant ce qu'elle avait vécu. Elle n'aimait pas en parler et n'importe qui qui avait vécu ce qu'elle avait vécu aurait été comme elle. En parler servait juste à remuer le couteau dans la plaie et ses journées ne faisaient que remuer ce fichu couteau dans la plaie. La belle blonde savait bien que les miliciens étaient morts mais son esprit restait bloqué sur ce sentiment de danger permanent qu'elle avait ressenti lors de leur deux fuites, même si durant la seconde – qui fut la bonne – elle n'était pas en état pour ressentir pleinement ce sentiment, trop mal en point elle avait eu surtout l'impression d'être un poids, un boulet pour Logan. Elle le lui avait dit, elle lui avait dit de filer sans elle, de la laisser là, derrière lui et de partir sans elle. Il aurait fait bien plus de chemin en ne l'ayant pas avec lui. Mais s'il avait fait plus de chemin qu'ils en avaient parcourut, est-ce que le NCIS aurait réussi à les retrouver ? Personne ne le serait jamais. Même si elle était ici, à Washington, Iris ou tout du moins son esprit, restait toujours au moment où ils étaient entrain de fuir et que tous leurs sens étaient en éveillés pour guetter le moindre danger qui pouvait venir de la milice comme de la nature en elle-même. Ils étaient les proies et non les chasseurs et une bestiole aurait pu décider de faire d'eux son repas du jour. Alors non, ça n'allait pas ! La jeune femme faisait du mieux qu'elle pouvait chaque jour qui passait mais c'était dur, dur de ne pas finir par péter un câble à cause de toute la nervosité qu'elle emmagasinait jour après jour. Iris hocha légèrement la tête de manière affirmative avant de prendre la parole pour lui répondre :

- Oui, je sais, merci Liam … et toi, si tu en ressens le besoin, n'hésites pas non plus à me téléphoner.

C'était à son tour de s'exprimer et Iris ne tarda pas à le lui faire remarquer après être sortie de ses sombres pensées qui la faisait revenir encore et toujours en Colombie. Autant changer de sujet, ça lui éviterait d'avoir à en parler et le meilleur moyen c'était de se rabattre sur Liam qui lui avait signifié qu'il avait lui aussi besoin de parler. Alors, maintenant, elle l'écoutait, qu'il lui dise ce qu'il souhaitait lui dire et puis, elle savait garder un secret si ce qu'il allait lui dire relever du secret. Parce qu'elle comprenait bien qu'il y avait des choses qu'on préférait que ça ne soit jamais révélé. Tout le monde avait des cadavres dans ses placards et Iris n'était pas une exception. Certaines choses de son passé, elle préférait qu'elles restent dans le passé et ne remonte pas à la surface. Liam savait qu'elle avait été une droguée. Sa mère comme Anthony ne le savait pas. Ryan le savait car lorsqu'ils s'étaient connus, elle consommait régulièrement de la drogue. Un moyen comme un autre de soulager les maux qui la tourmentaient durant son adolescence. Il y avait bien sûr ceux qu'elle avait côtoyer lorsqu'elle se droguait qui le savaient mais mise à part ça, personne d'autres ne le savaient et c'était mieux comme ça ! Alors qu'elle l'invitait à prendre à son tour la parole, elle vit de l'étonnement apparaître sur son visage, il ne semblait pas s'attendre à ce qu'elle souhaite changer de sujet si brusquement et que ça soit à lui de s'exprimer. Pourtant, elle ne prononçait plus un mot et attendait qu'il se mette à parler. Une connerie ? Ouuh … ça ne présageait jamais rien de bon … pourtant, elle ne dit rien, gardant le silence, son regard planté sur le jeune homme. Peut-être qu'il s'attendait à ce qu'elle prenne la parole et le rassure mais elle n'en fit rien, attendant juste qu'il continue sur sa lancée. Il s'était réveillé avec un mec à ses côtés ? Et alors ? Franchement, elle s'en fichait de savoir avec qui il couchait, qu'il soit gay, bi, hétéro, c'était sa sexualité et ça ne l'intéressait pas. Alors qu'elle finissait par se dire que c'était peut-être au final la première fois qu'il couchait avec un mec et que c'était ça ce qu'il appelait « une connerie », elle fut interrompue par ses brèves pensées car Liam ne lui avait pas laissé le temps de faire ou dire grand-chose. Ah, ça y est ! Elle comprenait mieux. Oui, là, c'était plutôt con de sa part d'avoir prit de la drogue alors qu'il tentait de s'en sortir. L'agent spéciale ne lui laissa même pas le temps de continuer à dire quoi que ce soit car elle prit la parole juste après qu'il lui eu dit que l'homme avec qui il s'était réveillé ce matin lui avait dit qu'ils avaient prit de la cocaïne la veille au soir :

- Et tu le crois ? Tu as des souvenirs de ça ? Tu ressens les symptômes d'une prise de coke ? Ce type, tu le connais ? Il est fiable ? Liam … écoutes, tu n'as peut-être pas prit de la drogue hier comme tu as pu en prendre, déjà, dis toi que c'est un bon point de s'en vouloir. Ça prouve que tu veux vraiment t'en sortir. Mais après, es-tu sûr d'en avoir réellement prit ? Il t'a peut-être balancer des cracks ce type. Est-ce que tu as bu hier ? Dis moi ce dont tu te souviens ... elle marqua une pause puis reprit Ne t'inquiète pas, je ne dirais rien à personne, ça restera entre toi et moi. dit-elle alors qu'un sourire qui se voulait rassurant fleurit sur ses lèvres

Franchement, ce n'était pas parce que quelqu'un lui avait dit qu'il avait prit de la drogue la veille qu'il fallait absolument croire cette personne. Cet homme avait pu lui dire n'importe quoi même si elle n'en voyait aucune utilité de dire de telles inepties.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Dim 19 Avr - 20:04



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Le jeune homme se voulait rassurant envers Iris, il savait pertinemment qu’elle traversait un moment plus que difficile mais il savait aussi qu’elle n’était pas prête à déballer ses tripes sur la table, elle était encore fragile, et il n’était sans doute pas la personne appropriée pour régler ses problèmes, tout simplement parce qu’il n’était déjà pas capable de s’occuper des siens et de lui-même, même si ses problèmes n’étaient rien comparés aux siens mais c’était ses problèmes alors pour lui c’était important. Il ne se sentait pas heureux pour l’instant, il se sentait comme pris au piège dans sa propre vie, comme si tout ce qu’il avait fait jusqu’à présent n’était qu’un ramassis de connerie, comme si plus rien ne pouvait s’arranger. Sentimentalement parlant il était à la ramasse, il était tombé amoureux, était tombé de haut et s’était encore cassé la gueule, il avait subi des dommages qui l’empêchait d’oublier ceux qui lui avait arraché le cœur sans ménagement, alors oui il jouait les gros durs mais au fond il était blessé, meurtri mais ça il se gardait bien de l’avouer à voix haute préférant se morfondre dans un bar, était-ce pour ça qu’il y était allé en premier lieux ? Il ne s’en souvenait pas, mais il n’avait pas de mal à le croire. Désormais c’était clair dans son esprit, il se sentait juste terriblement seul et cette solitude qui le pesait un peu plus chaque jour commençait à le faire divaguer et le rendait foutrement vulnérable, il n’aimait pas ça et pourtant il laissait faire.

Il signala à Iris qu’il serait là pour elle, même si égoïstement il pensait aussi à lui, il n’avait pas énormément d’amis, en tout cas pas d’amis à qui il puisse réellement se confier, finalement il n’avait qu’elle, c’était la seule en qui il avait réellement confiance et à qui il confiait ses parts sombres qui lui bouffait l’existence. Alors égoïstement il ne chercha pas plus loin sur les traumatismes de la jeune femme et se lança sur ses malheurs.
Mais Liam se sentait perturbé, perturbé par ses propres sentiments, il était si confus, il avait envie de se taper la tête contre les murs si seulement ça pouvait lui faire se souvenir de ce qu’il s’était passé. Mais ça ne servirait à rien, sauf peut-être à lui refiler un mal de crâne. Iris s’empressa d’enchaîna tout un tas de questions dont Liam mit quelques secondes à capter le sens, pris au dépourvu par cet interrogatoire, les questions fusèrent que Liam n’en capta que la moitié, dans un soupire il haussa les épaules, peu importe le nombre de questions, une seule revenait et attirait l’attention du jeune homme. S’il était sûr ? Non, il n’était sûr de rien.

- Je me souviens de rien, donc oui j’ai bu, et beaucoup si tu veux mon avis.

Il tenta une énième fois de farfouiller sa mémoire, c’était comme si son subconscient l’empêchait d’accéder à ses souvenirs, il se sentait frustré, à tel point qu’il finit par attraper la bière posait sur la table basse, il décapsula celle-ci d’un geste assuré puis tout à coup, alors que ses lèvres s’approchait du goulot il eut une drôle d’impression. Une impression de déjà vue. Son esprit était quelque peu embrumé mais il eut l’impression d’être de retour dans le bar, comme s’il ne l’avait jamais quitté.

Le simple fait de sentir l’odeur de la bière le ramena à sa soirée d’hier. C’était comme si, par ce simple contact tout avait repris sa place dans son esprit. Tout semblait clair et net dans son esprit à présent. Il plissa des yeux, réfléchissant, faisant le tri de toutes ces nouvelles informations qui parvenait à son cerveau. Il se revit traînant des pieds, le regard vide entrant dans le bar, fixant le rien, souriant à des inconnus juste pour se donner un genre, puis Marc revint à son esprit, son visage lui avait tout de suite plu, ça il s’en était douté dès que leurs regards s’étaient trouvés ce matin-même, c’était bien le type d’hommes que Liam appréciait, quoi qu’il en soit il put se rappeler de leurs mains s’attrapant pour se présenter mutuellement, des regards échangés, des murmures au creux de l’oreille, des quelques mots échangés puis après bien des litres d’alcool ingurgités, ils se retrouvèrent dans l’appartement de Liam et c’est lui-même qui sortit le sachet de cocaïne de sa poche pour lui en proposer, sans trop savoir pourquoi ni comment c’était arrivé, c’était une simple impulsion, comme si il en avait ressenti un besoin presque viscéral, il avait eu envie de ne plus être, de juste oublier sa petite personne durant un instant. Il avait posait la poudre blanche sur sa main, l’avait tendu vers Marc qui s’était empresser de l’ingérer par le nez, quand ce fût le tour de Liam il se mit à fixer la poudre sur sa main durant un long moment à tel point que Marc dû le ramener à la réalité, et ce fût le point culminant qui fit se tourner Liam pour baisser la tête, prêt à sniffer ce qu’il apparenter à une petite douceur, et au dernier moment sans que Marc ne puisse le voir il s’essuya discrètement les mains puis se tourna tout sourire vers lui.

Reprenant le cours de la réalité, il recula sur le fauteuil, s’enfonçant dans celui-ci, un léger sourire aux lèvres. Un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres.

- Je crois que je me souviens.

Il espérait que ce ne soit pas que l’objet d’une imagination dans laquelle il espérait simplement ne pas avoir pris de drogue, mais il décida instantanément qu’il devait arrêter de s’inquiéter, finalement il n’était peut-être pas une cause perdue ? Même si il y avait des incohérences, comme le fait que Liam se souvenait de l’épisode de la cocaïne une fois arrivés à l’appartement alors que Marc lui avait dit que ça c’était passé au bar, mais ils avaient tous les deux beaucoup bu, devait-il vraiment se tourmenter sur des incertitudes ?

- Je ne suis pas sûr de ce que je me souviens, mais je crois que tu as raison. Il m’a sûrement raconté des conneries. Je me souviens vaguement de la drogue, mais je me souviens l’avoir jeté…Il soupira. Je sais pas.

Il but une nouvelle gorgée de sa bière qui tout à coup lui parût moins dangereuse que lorsqu’Iris l’avait posée sur la table, puis ajouta.

- C’est peut-être ma peur de replonger qui m’a fait paniquer, tu vois ?

C’était une peur qui était encrée en lui, il pouvait faire ce qu’il voulait, elle était toujours là, tapie dans l’ombre, à attendre qu’il dérape, à attendre qu’il soit vulnérable et qu’elle puisse s’emparer de lui. Il n’y avait pas de réelle logique c’était juste comme ça, il avait juste la trouille. Une peur qui pouvait devenir dangereuse, la peur est bien un sentiment qui peut vous faire faire n’importe quoi.




made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Ven 8 Mai - 3:23

Liam ∞ Iris
La drogue. Elle connaissait trop bien cette chose qui l'avait hantée et qui s'était accrochée à elle pendant plusieurs longues années. Il était difficile d'en sortir mais facile d'y retomber. Elle le savait très bien pour avoir dû lutter avec cette bête noire qu'était la drogue. Sous pilule ou injection ou juste par voix nasale, tant qu'elle pouvait avoir de la drogue, c'était ce qui lui importait lorsqu'elle était une droguée. Quand elle était encore qu'une adolescente, elle l'avait pleinement assumée, mais à présent, mise à part Liam, presque personne ne le savait. Ses proches ne le savaient pas. Par ses proches, c'était sa mère et son fiancé Anthony. Elle avait trop peur de s'ouvrir vraiment à eux, peur que si elle s'ouvrait, ils l'abandonnent, alors elle préférait leur cacher la vérité au risque que ça lui retombe dessus tôt ou tard. La belle blonde espérait que Liam n'aille jamais en parler à l'un ou à l'autre, voulant absolument garder cela secret. Mais il était peut-être bien la seule personne qui la comprenait dans le fait de vouloir le cacher à ceux à qui elle tenait, étant lui aussi un drogué ou plutôt un drogué entrain de tenter de se sevrer. Oui, parce qu'on ne pouvait pas encore dit ancien, non ? Personnellement, elle en avait fait un certain nombre de conneries dans sa vie dont elle n'était pas fière. Même s'il y a quelques années encore, elle était capable de s'en vanter fièrement, comme si elle collectionnait des trophées, ce qui était loin de l'être. Se faire attraper par les flics, c'était un peu comme un jeu lorsqu'elle était adolescente. Pendant tout une période de sa vie, elle s'était fait un plaisir de ne pas respecter les règles de la société, les enfreindre était l'un de ses passe-temps favoris à cette époque. Une époque qui pouvait paraître loin comme aussi très proche. Elle savait donc qu'il était difficile de sortir de la drogue et de ne pas y replonger, elle connaissait la lutte de Liam pour l'avoir elle-même faites. Elle ne le niait pas, elle avait tenté plusieurs fois et à plusieurs reprises elle avait replongé avant de finalement réussir ! Elle n'avait pas eu la chance d'avoir des séjours dans des centres de désintox, loin de là ! Elle s'était coupée de la drogue elle-même et c'était peut-être pour ça qu'il avait été si difficile pour elle d'y arriver. La belle blonde savait aussi qu'il était difficile de faire confiance à quelqu'un qui avait prit de la drogue, il pouvait dire facilement n'importe quoi et surtout lorsqu'il était en manque. Quoi que, en manque, on pouvait tout aussi bien délivrer facilement des informations que l'on avait pour avoir une dose qui stopperait nette notre sentiment de manque.

En entendant la réponse que lui donna Liam, Iris émit un simple hochement de tête, ne disant rien sur le coup. Il ne se souvenait de rien. Il était donc difficile de savoir si son compagnon d'une nuit lui avait dit la vérité ou non. Mais on pouvait partir sur la théorie qu'il n'avait rien prit s'il ne ressentait aucun des symptômes d'une prise de drogue ou d'un quelconque manque, pourtant, on ne pouvait en être sûr à cent pour cent et juste se fier à deux versions. Celle du jeune homme avec qui il avait passé la nuit et lui même. Dur dur quand on ne se souvenait de rien ! Mais Iris continuait de s'appuyer sur le fait qu'il ne ressente aucun des effets que l'on ressentait lorsqu'on avait prit de la drogue, ce qui était rassurant. Peut-être que l'autre avait menti. Mais alors pourquoi ? Pour quelle raison ? Elle n'en trouvait aucune à première vue. Mais c'était aussi peut-être dû au fait qu'elle prenait – un peu trop souvent – régulièrement ses médicaments et que son esprit pouvait être en partie embrumé à cause des effets des médicaments. Pourtant, elle n'arrivait pas à les trouver assez efficace ces médicaments en question, elle continuait à souffrir, mais encore une fois, c'était dans son esprit que cela se passait et si on pouvait dissocier esprit et la réalité du physique, si je puis dire, elle verrait alors qu'elle souffrait beaucoup moins qu'elle le pensait, voir même plus ! Ce qui rendait ainsi presque inutile les médicaments qu'on lui avait prescrit. C'était quelqu'un de fort et la Shepard ne doutait pas un seul instant que Liam l'était aussi, sa faiblesse, la drogue, ça l'avait été aussi pour elle à un moment et elle avait réussi à ce qu'elle disparaisse. Alors pourquoi Liam n'y arriverait pas ? Il n'y avait aucune raison à ce que cela n'arrive pas :

- Les souvenirs reviendront … ils reviennent toujours ... finit-elle par dire

Elle le savait que trop bien que les souvenirs revenaient. Ils revenaient inlassablement vers vous tel un boomerang. Depuis qu'Iris était revenue de Colombie, les souvenirs revenaient encore et toujours. A chaque fois qu'ils remontaient à la surface, elle se les prenait en pleine figure. Les souvenirs de Liam reviendraient, elle en était sûre ! Ses pensées dérivèrent, pas vers la Colombie, pas vers la drogue, pas vers tout les problèmes qu'elle avait en ce moment, en faites, ses pensées dérivèrent tout simplement. Elle s'éloigna de la réalité l'espace de quelques secondes avant de revenir au moment présent. Ses prunelles allèrent se fixer sur le jeune homme qui était assis non loin d'elle et qui s’enfonçait dans son fauteuil, un sourire sur ses lèvres. Elle avait raté le moment où il avait décapsulé la bouteille d'alcool et l'avait porté à ses lèvres, mais elle remarqua tout de même que la capsule n'était plus sur la bouteille alors que Liam poussait un soupire et prenait la parole. Elle l'écouta en silence, ses yeux fixaient sur lui. Il pensait se souvenir. Elle n'allait pas l'interrompre, loin de là ! Alors, elle écouta en silence, attendant qu'il eu fini pour envisager de prendre la parole. L'écoutant sagement, elle sentit quelque chose sur ses jambes, son regard s'y porta momentanément et la jeune femme remarqua qu'Oscar, son chat, venait de s'y installer confortablement, allongé sur elle, il avait décidé qu'il allait venir leur tenir compagnie et au passage peut-être se reposer, ce qu'il faisait à longueur de journée quand ce n'était pas manger/boire ou gambader dans le duplex à faire elle ne savait quoi. Sa vie de chat quoi ! Une vie qu'elle enviait par moment. Sa main se posa sur le doux pelage du chat et ses yeux remontèrent vers Liam, son attention de nouveau pleinement portait sur lui et lui seul. Un sourire finit par fleurir sur les lèvres de la jeune femme, satisfaite de ce que venait de lui dire Liam. Il n'avait pas prit la drogue. C'était bien. C'était même très bien ! Certes on ne pouvait pas en être sûr à cent pour cent mais c'était tout de même très bien. La peur de replonger, elle l'avait ressenti elle aussi auparavant, elle voyait alors très bien ce qu'il voulait dire et elle hocha légèrement la tête de manière affirmative juste avant de prendre la parole :

- C'est bien que tu te souviennes. Nous allons dire que ta version est la bonne, il n'y a aucune raison qu'elle soit erronée. Oui, je vois très bien Liam. Pour être honnête avec toi, je pense que cette peur tu vas l'avoir encore longtemps. Mais il faut que tu arrives à résister, je sais que ça peux être dur par moment et n'hésites pas à m'appeler dans ces moments-là, si tu as des doutes, besoin d'aide, je serais là pour t'aider. Juste, je voudrais savoir quelque chose, je viens juste d'y penser mais … dans tes souvenirs, qui avait la drogue à la base ?

Bon si, il y avait peut-être la raison que le type ne lui ait pas menti et que Liam se soit planté sur toute la ligne, mais évitons de penser à cela et installons nous dans l'idée qu'il n'y avait aucune raison que ses souvenirs ne soient au final pas la vraie version de l'histoire. Restons dans le positif sur ce point et n'essayons pas d'aller vers le négatif, ça vaudra mieux pour tout le monde !
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Mar 19 Mai - 17:55



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Iris semblait parler en connaissance de cause lorsqu’elle insista sur le fait que les souvenirs revenaient toujours ; Liam se doutait que derrière ces simples mots qui se voulait rassurant n’était qu’un truste récit de sa vie, des souvenirs constants de ce qu’elle avait vécue en Colombie ; même si elle faisait l’impossible pour en parler le moins possible, ses souvenirs eux n’avaient pas besoin de mots pour exister, ils étaient juste là, encrés en elle pour toujours.
Avec le temps, elle finirait par ne plus y penser probablement, mais ils seront à jamais dans un recoin de sa tête, là, tapies, dans l’ombre, prêts à charger et à exploser pour faire un maximum de dégâts en une seule fois.

Iris était une minuterie ambulante, ça ne péterait peut-être pas aujourd’hui, ni demain, mais qu’en serait-il dans cinq ? Dix ans ? Ces foutus souvenirs l’avait-elle déjà changé en une autre personne ? D’un point de vue extérieur, Liam l’a trouvé plus en retrait, comme si le monde autour d’elle avait perdu de sa superbe et qu’elle ne pouvait plus s’émerveiller des choses simples de la vie, peut-être était-ce qu’une impression après tout avant cela il ne la connaissait que très peu. C’était ce qu’il espérait, qu’il se trompe sur toute la ligne, car il savait qu’il n’était pas assez fort pour deux, il ne pouvait nier ce lien qui les lier depuis peu certes, mais un lien fort, un lien qui faisait que lorsque l’autre avait des problèmes il fallait être présent, or Liam avait déjà bien du mal à s’occuper de lui-même alors s’occuper de quelqu’un qui était traumatisée…Il voulait l’aider, vraiment, mais il savait que c’était beaucoup plus grand que lui et qu’il n’avait pas les armes adéquates pour combattre ça avec elle. C’était une quête qu’elle devait malheureusement effectuée seule, les secours ne seront pas de la partie, Liam ne pouvait qu’apporter ses paroles et ses sourires rassurants, rien de plus.

Liam finit par se perdre à son tour dans ses souvenirs, se rappelant plus ou moins sa soirée sans pourtant pouvoir jurer qu’il pouvait croire en ses propres souvenirs, comme si il y avait un risque que tout ceci ne soit que le fruit de son imagination.
Il ne put s’empêcher de soupirer à la question d’Iris car il n’avait pas besoin de ses souvenirs de la veille pour connaître la réponse. C’était lui, bien entendu. Il en avait toujours sur lui, à cet instant même il en avait dans ses poches, c’était la raison pour laquelle c’était d’autant plus dur d’arrêter, il avait du mérite finalement d’avoir tenu alors qu’il avait toujours un pied bien ancré de l’autre côté de la barrière.

Pour seule réponse, il sortit de ses poches quatre sachets de cocaïnes qu’il déposa sur la table basse, à côté de sa bière, osant à peine jeter un œil vers Iris. Leur relation avait beaucoup évoluée, au départ ça ne devait être qu’une histoire sans lendemain et puis il s’était revu et voilà que maintenant il se retrouvait là, à échanger leurs états d’âmes.

- Je dois toujours en avoir sur moi, pour ne pas griller ma couverture. Finit-il par avouer

Il savait qu’il pouvait avoir confiance en Iris, après tout elle était du NCIS, alors elle devait même déjà être au courant de son statut, ou peut-être pas ? Après tout, Liam n’en savait rien, il ne s’était pas posé la question. Mais le fait de devoir encore dealer après tout ce temps était assez déprimant pour le jeune homme, il avait toujours cette impression de ne pas avoir avancé, comme si toute son existence s’était mise sur pause et qu’il était condamné à toujours vivre ainsi. Vivre sur deux tableaux constamment, c’était réellement épuisant psychologiquement. Il devait toujours mentir, prétendre être ce qu’il n’était pas pour finalement ne plus savoir lui-même où était sa place et qui il était réellement au fond de lui, le vrai Liam semblait se dissiper. Il ne voulait plus être défini par la drogue et pourtant, paradoxalement c’était par cette définition qu’il allait pouvoir peut-être changé de vie. Bien qu’on ne lui avait rien promis. Peut-être espérait-il même pour rien et que tout ça était vain depuis le départ.




made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Mar 26 Mai - 4:07

Liam ∞ Iris
C'était à présent dur pour elle de vivre jour après jour, de dormir la nuit, hantée continuellement par ses souvenirs de son séjour en Colombie. Oui elle avait pleuré et oui, elle pleurait encore parfois, en faites, même plusieurs fois par semaine. C'était dur, vraiment dur. L'épée de Damoclès qu'avait tout agent fédéral au-dessus de la tête s'était abattue sur elle et à un moment, alors qu'elle avait perdu tout espoir d'un jour pouvoir revenir à Washington, elle avait vraiment cru qu'elle allait y passer. En soit, elle y était passée l'espace de quelques instants lorsqu'elle avait fait un arrêt cardiaque alors qu'on l'électrocutait. Encore aujourd'hui elle se souvenait que trop bien de chaque jour qu'elle avait passé là-bas, les bons et les mauvais, chaque torture qu'elle avait vécu elle s'en souvenait comme si elle le vivait au moment-même. C'était dur, très dur. Il lui arrivait de se réveiller la nuit, en sursaut, sortir son arme de dessous son oreiller et scruter les ténèbres qui l'entourait, tout les sens aux aguets, pendant de longues de très longues minutes avant de se recoucher, nullement calmée, elle allait alors se blottir contre son fiancé, encore plus terrorisée qu'en se réveillant. Son esprit torturé arrivait même à lui faire croire par moment qu'on voulait du mal à Evan, qu'il était en danger et que les miliciens allaient revenir non pas pour elle mais pour lui. Le chercher et le torturer sous ses yeux impuissants. Elle en avait déjà rêvé de ça, au moins ça changeait des souvenirs qui revenaient en boucle la hanter la nuit, mais elle avait cette impression que c'était bien plus pire que de se souvenir continuellement de ce qui lui était arrivée. Devenait-elle folle ? Peut-être bien que oui. Peut-être qu'elle était entrain de péter un câble doucement mais sûrement, peut-être qu'un jour elle allait finir par appliquer le canon de son flingue sur sa tempe et tirer pour en finir avec cette torture qui continuait alors qu'elle était rentrée. Peut-être qu'un jour on la retrouverait morte ou bien, peut-être qu'elle se ferait enlever de nouveau car des miliciens avaient échappé au NCIS comme son esprit le lui chuchotait plusieurs fois par jour et là, l'enfer recommencerait et ce coup-ci on ne pourrait pas la sauver. Peut-être …

Est-ce que sa prise de médicaments un peu trop régulière revenait à se droguer ? Peut-être … mais elle se persuadait qu'elle en avait besoin car son esprit lui dictait que ses cicatrices continuaient à lui faire mal, parfois même comme si elles venaient d'être faites. Bien sûr, elle n'en parlait pas à son médecin, elle n'en parlait à personne à vrai dire. Elle gardait tout ça pour elle tout en pensant bien faire. Pas de cacher ça, en faites, elle ne trouvait pas qu'elle cachait la vérité aux gens qui l'entouraient car elle trouvait ça normal pour elle de prendre autant de fois les médicaments. Et puis, ce sujet ne venait jamais sur le tapis. Sauf que voilà, depuis qu'elle avait arrêté de se droguer étant plus jeune, Iris avait toujours eu peur de replonger et en devenant accro aux médicaments c'était peut-être ce dont elle avait toujours eu peur qui lui arrivait alors qu'elle le niait vigoureusement ?! Elle savait que trop bien ce que vivait Liam, résistait à la drogue alors qu'on avait été un drogué était vraiment dur, il fallait avoir de la volonté et du courage, il fallait réussir à s'accrocher et si on avait le soutien de proches c'était encore mieux ! Chose que n'avait pas vraiment eu Iris lorsqu'elle avait décidé d'arrêter, en faites si, il y avait bien quelques personnes mais ce n'était pas comme si c'était sa famille qui l'avait soutenu … famille qu'elle avait à présent depuis quelques années. Aujourd'hui encore, le mot « famille » par moment sonnait étrange pour elle tellement elle avait été habitué à ne pas en avoir. Lorsque Liam sortit quatre sachets de cocaïne, Iris posa ses yeux sur eux sans en ressentir la moindre envie, au moins, elle avait réussi à passer au-dessus de ça, son regard glissa vers le jeune homme qui s'exprimait, hochant simplement la tête la belle blonde prit la parole à sa suite :

- Je vois … tu sais Liam, tu as déjà parcouru du chemin et tu peux être fier de toi, il faut bien sûr que tu t'accroches encore car tu n'es pas arrivé au bout, mais je suis sûre que tu y arriveras. elle marqua une pause puis reprit Tu penses rester combien de temps indic ? Tu en as parlé de ton envie de devenir agent spécial ?

Parce que oui, même shootée aux médocs, Iris réussissait à garder sa mémoire intacte et elle se souvenait d'avoir posé la question au jeune homme lorsqu'ils s'étaient retrouvés par hasard à l'hôpital, lorsqu'elle était encore en convalescence là-bas et elle se souvenait que même s'il ne l'avait pas dit à voix haute, qu'il souhaitait devenir agent spécial. C'était bien … quoi que, Iris se posait des questions sur le statut d'agent spécial, elle souhaitait reprendre du service mais était-elle vraiment prête ? Non. Le souhaitait-elle vraiment ? Elle n'en savait que trop rien. Reprendre du service c'était remettre l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête et elle savait que trop bien à quel point ça pouvait faire mal lorsque celle-ci s'abattait sur vous. Elle ne savait pas si elle pouvait souhaiter à Liam qu'il réussisse à le devenir après ce qu'elle avait vécu.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Sam 13 Juin - 18:04



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Liam avait conscience qu’il avait passé bien des obstacles et qu’aujourd’hui il pouvait être fier de ce qu’il avait accompli, il avait évolué durant toutes ces années, au fur et à mesure il avait appris à réagir d’une autre manière, à ne plus être constamment dans la confrontation, il s’était apaisé et avait aussi pris le temps de faire une pause et de se poser pour revoir ses priorités. Oui, tout ça était important, mais il n’empêchait qu’il avait cette petite impression que, malgré tout ça, rien n’avait changé, peut-être était-ce parce que lorsqu’on lui demandé quel métier il exerçait, il n’avait rien à répondre, cela faisait partie de la vie, d’avoir un travail honnête, et aussi quelqu’un avec qui partager sa vie. Même si il se leurrer en se disant que tout venait à qui savait attendre, Liam se sentait parfois bien seul, il était un être humain comme les autres, et oui il voulait avoir quelqu’un avec qui partagé ses moments de doutes, ses faux semblants, ses bonheurs, ses déceptions, et surtout quelqu’un qui l’aimerait comme il l’était, avec ses qualités, ses défauts, avec ses inquiétudes et ses doutes. A l’époque, il avait cru trouvé cette personne avec Jesse, mais ce temps était révolu, il avait perdu tous contacts, et c’était sans doute mieux comme ça, pour l’un comme pour l’autre, ils s’étaient fait bien trop de mal, et plus rien ne pouvait désormais réparer cela. Il était trop tard, malgré ses efforts, malgré ses changements, leur relation ne pouvait même pas être amical, Liam ne pourrait probablement plus jamais le regarder en face, il lui avait fait du mal, et Jesse lui en avait fait tout autant en partant sans un mot pour la seconde fois, il avait pardonné la première fois tout simplement parce qu’il avait eu trop besoin de lui, de quelqu’un à aimer, il était au bord de la falaise et pensait aux pires choses, durant quelques secondes il avait même songé à la fin de sa vie, mais cette pensée le fit immédiatement sursauté, ce n’était pas lui, il n’était pas du genre à avoir ce genre de pensées morbides, et ce fût là qu’il comprit qu’il ne pardonnerait pas une deuxième fois, c’était celle de trop, et désormais il allait devoir apprendre à vivre seul, même si il était quelqu’un de pourtant solitaire et indépendant, il avait toujours ce besoin d’avoir quelqu’un dans sa vie, il se laissait peut être trop vite embobiné, voilà pourquoi il n’avait encore trouvé personne digne de lui, quelqu’un qui ne le laisserait pas tomber à la première occasion, qui ne filerait pas sans laisser de nouvelles, à cette pensée il eut un léger soupire. La vie pouvait vraiment être compliqué parfois, voire même cruelle, mais elle était ainsi et c’était sans doute ce qui la rendait spéciale, les bons comme les mauvais moments ne pouvait que le faire avancer, désormais il était blindé contre ces attaques extérieurs, ou du moins, jusqu’à la prochaine.

Après avoir fait part de ses déboires à Iris, Liam déposa sa marchandise sur la table basse, fixant les sachets d’un air indescriptibles, sans trop savoir quoi en penser lui-même, un mélange de dégoût et d’envie. Il devenait de moins en moins dur d’être en contact avec la drogue désormais mais le chemin n’était pas encore terminé, le bout du tunnel n’avait pas encore fait surface, la lumière semblait si lointaine, comme si il n’y parvenait jamais, il avait beau tendre les bras pour l’atteindre, elle était encore trop loin, semblant à mille lieux de lui, voilà pourquoi il avait encore parfois des pensées qui le perturbé, cette envie de se laisser aller rien qu’une fois, dans sa tête il avait déjà imaginé ça de mille et une façon. Un soir d’ennui, il s’était dit que ce ne serait pas si grave si il craquait une fois, juste une fois, juste un dernier tripe, mais il savait pertinemment que ce ne serait pas le dernier, ce ne serait au contraire que le premier d’une longue lignée, et lui qui était sevré depuis quelques semaines maintenant, ses envies, ses frustrations si longtemps retenu lui aurait fait perdre la tête, se droguant jusqu’à finir par terre, convulsant, et personne pour venir à son secours. Il s’était ravisé, heureusement.

Iris lui évoqua son statut d’indic, à ses mots, Liam émit un long soupire un peu malgré lui, mais cette situation semblait bloquée, et c’était sans doute pour ça qu’il avait cette impression de ne pas avancer, que sa vie était en stand-by depuis qu’il avait accepté de jouer les indic’, même si il n’avait pas vraiment le choix, sortir du réseau, c’était un peu comme sortir d’un gang, en fait on en sort pas. C’est un contrat de sang, lorsqu’il est signé, on en part qu’entre des planches de bois.  Il haussa les épaules puis se mit enfin à parler.

- J’en ai aucune idée. C’est pas vraiment moi qui décide.

Il se souvint de cette conversation qu’il avait eu avec Jenny, elle lui avait simplement dit qu’il n’allait pas devenir agent comme ça, du jour au lendemain, qu’il allait devoir faire ses preuves, or il avait l’impression que l’agent qui s’occupait de lui s’en fichait pas mal de l’enquête en cours, il en avait d’autres, avait beaucoup de boulot et lorsque Liam soumettait des idées ou voulait intervenir au cours de l’enquête il ne faisait qu’essuyer des refus.

- Ta mère le sait plus ou moins. Fit Liam. Mais elle ne m’a rien promis. Mais j’ai l’impression que je suis le seul à vouloir que le réseau cesse, tu vois ?

Liam était peut-être complètement à côté de la plaque, mais c’était son impression et elle n’avait de cesse de tournoyer dans son esprit, il se sentait transparent et avait l’impression que son sort n’intéressait personne, au-delà du fait de devenir agent il avait aussi la volonté de sortir de ce foutu réseau qui l’avait endoctriné dès son adolescence.


made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Jeu 2 Juil - 1:48

Liam ∞ Iris
Se reconstruire. C'était ce qu'il fallait qu'elle fasse. Mais se reconstruire alors qu'on est constamment – ou presque – torturer par ses souvenirs, c'était presque une mission impossible. Mais il le fallait si Iris voulait espérer retrouver une vie normale ou en tout cas ce qui s'en rapprochait le plus. Elle avait tout de même l'impression par moments que cette guerre était perdue d'avance et que même si elle luttait pour remonter la pente, cela ne servait à rien parce que ses souvenirs de la Colombie tentaient de la faire retomber tout en bas. Déjà qu'elle n'était pas bien haute sur cette dit pente, alors avoir cette impression de retourner à zéro régulièrement, cela devenait la tâche encore plus compliquée et le but encore plus difficile à atteindre. Il y avait les souvenirs mais aussi son esprit qui lui faisait toujours penser que ses cicatrices la faisaient souffrir. C'était à en devenir fou, par moments ! Elle qui vivait un enfer alors qu'elle était de retour aux États-Unis et donc, en sécurité, espérait que la vie de ses proches n'était pas trop dure en sa compagnie. Elle avait bien conscience que cela les affectait de la voir dans cet état et c'était aussi pour eux qu'elle s'accrochait malgré tout. Iris savait par quoi passé Liam car elle l'avait déjà vécu, certes elle n'avait pas été indic mais elle savait ce que c'était de vouloir se sevrer de la drogue, c'était une lutte de tous les instants pour ne pas craquer. Il y avait des moments où il fallait savoir résister plus qu'à d'autres, se montrer plus fort que son envie de céder. Il ne fallait pas en reprendre car en reprendre ferait replonger la personne dans le gouffre de l'addiction à la drogue. La belle blonde avait déjà vécu ça, elle n'avait pas réussi à se sevrer du premier coup. Son adolescence avait été dure, n'ayant pas de famille sur laquelle s'appuyait, elle avait replongé et avait été plus d'une fois dans un état lamentable. Pire, elle avait même frôlé la mort alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente, se prenant une balle, elle était entrain de se vider de son sang dans une ruelle sous une pluie diluvienne lorsqu'un autre adolescent était passé par-là et l'avait aidé à aller jusqu'à l'hôpital. C'était grâce à lui qu'elle était encore en vie aujourd'hui et que son corps sans vie n'avait pas été retrouvé dans cette ruelle. La jeune femme ne pouvait qu'imaginer la difficulté qu'avait Liam à ne pas replonger, il était au contact de la drogue tous les jours ce qui rendait la chose bien plus difficile. Elle aurait aimé lui dire d'arrêter tout ça, de s'en éloigner le plus possible, mais cela devait être impossible car il l'aurait sans doute fait depuis longtemps.

Son regard se posa sur les sachets qui venaient d'être déposés sur la table basse de son salon. Heureusement que Tony n'était pas censé rentrer avant quelques heures car elle ne savait pas comment il aurait réagit en voyant Liam déposer de la drogue chez eux. Chez eux, ça lui faisait encore un peu étrange de se dire qu'Anthony habitait à présent avec Evan et elle. Que chez elle était passé à chez eux. S'il rentrait maintenant, que penserait-il de ça ? Penserait-il qu'Iris se droguait ? Elle ne l'espérait pas. Et puis, il n'y avait pas de raison de s'en faire, s'il rentrait, elle aurait entendu les portes de l'ascenseur s'ouvrir ou se fermer et les clefs tourner dans les serrures de la porte d'entrée. Que penser de la drogue que transportait Liam ? C'était dangereux. Elle aurait sincèrement aimé qu'il puisse s'en débarrasser et ne plus avoir à y toucher. C'était ça l'amitié, parce qu'ils étaient devenus amis. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. La belle blonde souhaita alors savoir combien de temps il pensait rester indic. Elle savait de par la rencontre qu'elle avait eu avec lui lorsqu'elle était encore en convalescence à l'hôpital qu'il espérait pouvoir devenir agent fédéral. Mais combien de temps resterait-il encore en tant qu'indic ? Qu'est-ce qui était plus dangereux entre être indic et être agent fédéral ? C'était bel et bien une question que l'on pouvait se poser quand on savait que les deux comportaient leurs lots de risques. La preuve, Iris avait failli y passer lors de cette mission sous-couverture qui avait littéralement foiré. Et Liam risquait à tout moment de se faire démasquer. Elle l'écouta parler, parce que c'était la moindre des choses et qu'elle voulait savoir ce qu'il avait à lui dire, qu'il réponde aux questions qu'elle lui avait posé. Actuellement, elle n'aurait sût lui conseiller de prendre une nouvelle voie que d'essayer de devenir agent ou bien de l'inciter, parce que même si elle souhaitait redevenir agent, elle était elle-même perdue. La belle blonde hocha simplement la tête affirmativement avant de se lever et de planter là son invité, allant dans la cuisine, elle alla se chercher une bière. Tant pis si alcool et médicament n'était pas bon, elle faisait ce qu'elle voulait. Buvant une gorgée, elle retourna au salon où elle avait laissé le jeune homme et s'assit, son regard qu'elle avait hérité de son père se plantant de nouveau sur Liam :

- Je vois … et avec ton agent, ça se passe comment ? Lui aussi te donne cette impression ? Tu t'entends bien avec lui ?

Elle sortit un cachet de sa boîte et d'une main l'enfourna dans sa bouche avant de prendre une rasade de sa boisson, ne quittant pas des yeux l'indic. Reposant sa bière, elle croisa les jambes, son chat était parti elle ne savait où dans l'appartement depuis qu'elle l'avait délogé de ses jambes en se levant.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Mer 8 Juil - 11:50



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



L’évocation de son métier d’indicateur, ne faisait que rappeler à Liam à quel point toute son existence ne semblait être qu’une succession de sacrifices permanents, il s’était sacrifié pour sa mère, pour pouvoir lui acheter les médicaments dont elle avait besoin, mais il n’oserait jamais lui en vouloir, pas même dans ses moments les plus sombre, il l’avait trop aimé, il l’aimait encore trop pour ça. Elle n’était peut-être pas biologiquement sa mère, mais elle s’était occupé de lui tout comme si elle l’avait était, l’avait aimé plus que sa propre vie, avait toujours fait passer les besoins de son petit homme bien avant les siens, et ça Liam le savait que trop bien, alors comment pouvait-il lui en vouloir ? Il aurait bien sûr préféré avoir un peu plus d’argent, avoir les ressources nécessaire qui lui aurait permis de donner encore un peu de temps à sa pauvre mère, mais ce n’était pas de son ressort, la destinée en avait décidé autrement, pouvait-on parler de destinée ? Cela semblait ridicule venant de Liam, mais il ne voyait pas comment l’expliquer autrement, sinon pourquoi lui aurait-on arraché celle qu’il aimait plus que tout ? Elle était bien la seule à qui il n’avait jamais eu peur de dire qu’il l’aimait et que sans elle il était perdu, et voilà où il en était, il était perdu. Elle lui manquait toujours autant, malgré les années, il ne pouvait gommer ce sentiment de manque, visualisant sans cesse cette image de sa vie quittant son corps, il y avait assisté, il était là, il avait vu les pompiers emmener son corps inerte, il l’avait entendu expulser son dernier souffle jusqu’à ce qu’elle ne s’éteigne définitivement, comment effacer cela de son esprit ? Il n’était qu’un adolescent.

Liam revint à la réalité tandis qu’Iris lui demandait comment les choses se passaient avec l’agent qui s’occupait de lui, il émit un léger sourire tant la question lui semblait ironique, il n’avait rien contre celui qui avait accepté de le prendre sous son aile, mais il sentait bien qu’il n’était pas à sa place et que l’enquête était à son point mort, tout simplement parce qu’il était le seul à vraiment s’y impliquer. Il se sentait quelque peu démuni, et il ne pouvait rien y faire, cette situation l’agaçait, mais il se voyait mal aller se plaindre chez Jenny comme un gamin, il avait conscience qu’elle lui avait fait une fleur en l’acceptant au sein de l’agence, même si ce n’était qu’en tant que visiteur, il était celui qui avait eu de la chance, celui qui s’était toujours senti abandonné et délaissé, avait, pour une fois, eu de la chance. Et il ne voulait pas la gâcher, même si cela signifiait qu’il allait se sentir frustré pour les prochains mois, voir les prochaines années, il savait à quel point cela pouvait être long de démantelé un réseau de drogue, il en avait assez vu dans les séries policières qu’il se regardait pour passer le temps maintenant qu’il n’avait rien de mieux à faire de sa vie. C’était assez pathétique finalement.

Il soupira légèrement, buvant une gorgée de sa bière, puis se décida à reprendre la parole, même si il ne savait pas trop comment dire les choses, après tout l’agent en question était un collègue d’Iris, il se voyait mal en dire du mal, ou du moins dire ce qu’il pensait réellement, il ne savait pas trop comment tourner ça, dans sa tête, peu importait les mots, il semblait tous peu élogieux, et mal placé peut-être. Mais sentant le regard insistant d’Iris se poser sur lui, il se décida à répondre, du mieux qu’il le pu.

- Ecoute, je vais être honnête, ça ne se passe pas très bien. Enfin…C’est pas lui, en tant que personne je veux dire, mais j’ai l’impression que je suis le seul à m’impliquer, c’est comme si il ne voulait pas que je m’en sorte…

Peut-être qu’il extrapolé quelque peu, mais sur le moment c’était ses sentiments-là qui avait le dessus sur le reste, il n’était pas vraiment capable de relativiser, il avait perdu espoir sur un quelconque changement, cela semblait être définitif et c’était sans doute là ce qui le désespérait le plus. Ne pas voir le bout du tunnel, ne pas voir quand la fin de tout ça viendrait frapper à sa porte commençait à le peser.

- Désolé. Dit Liam en se laissant tomber dans le fond du canapé. C’est ton collègue, c’est peut-être mal placé de parler de lui comme ça…Je sais que j’ai de la chance…Ta mère m’a donné une opportunité, et moi je me plains…



made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Sam 25 Juil - 4:28

Liam ∞ Iris
Être indicatrice lorsqu'elle était encore une adolescente était inimaginable pour Iris même si elle traînait dans des quartiers peu fréquentables et qu'elle se droguait. À cette période de sa vie, la belle blonde préférait nettement mieux embêter les policiers que les aider. Rien n'aurait pu prévoir à cet âge qu'elle deviendrait une fois adulte, agent fédéral. Et si on lui en avait parlé à cet âge-là, elle vous aurait ri au nez, n'y croyant pas un instant. Elle avait grandi, elle avait évolué, elle avait mûri et maintenant elle était brisée. Son état mental devait ressembler à un puzzle dont on aurait éparpillé les pièces un peu partout. Instable ? Peut-être bien. Elle était surtout sur les nerfs, tendue, nerveuse et ayant développé une certaine paranoïa face aux bruits alentour. Rester ici à tourner en rond dans son appartement, à faire sans arrêt les mêmes choses qu'elle avait faites la veille et l'avant-veille lui pesait. Être inactive l'avait toujours agacé, même lorsqu'elle était enceinte d'Evan et qu'elle ne pouvait plus aller sur le terrain. Mais elle y était obligée et ça l'agaçait encore plus. Elle voulait recommencer à travailler mais elle n'arrivait pas pour autant à en être sûre à cent pour cent, son séjour en Colombie étant encore proche, elle n'arrivait plus à savoir ce qu'elle voulait. En faites si, mais elle n'arrivait pas à en être vraiment sûre. Mais que pourrait-elle bien faire si elle ne reprenait pas ses fonctions d'agent spécial du NCIS ? La jeune femme n'avait jamais vraiment accroché dans les études, il y a longtemps de cela, avant même de rentrer au NCIS, elle avait envisagé de devenir journaliste, montrer au monde les horreurs qui se passaient à l'étranger mais aussi la beauté qu'était la planète sur laquelle ils étaient. Puis, elle était devenue agent fédérale. Ce n'était vraiment pas la même chose que journaliste ! Savoir que Liam souhaitait devenir lui aussi agent fédéral la troublait. Elle ne savait pas trop qu'en penser, surtout après ce qu'elle avait vécu. Devait-elle l'inciter à réussir son projet ou plutôt tenter de l'en dissuader ? Qui était-elle pour tenter de le convaincre de faire un autre métier ? Personne, mise à part une personne qui avait encore des séquelles des nombreuses séances de torture qu'elle avait vécues à l'étranger, mais c'était à lui de faire son choix et il devait bien savoir tous les risques qu'il encourait en devenant agent spécial. Avant son séjour en Colombie Iris n'aurait jamais imaginé avoir à subir ce qu'elle avait subi, c'était même inimaginable pour elle ! Vous savez le « ça arrive aux autres mais pas à nous » eh bien ce coup-ci, elle avait été « les autres » et elle l'avait bien senti ! A vrai dire, en ce moment la Shepard était perdue, encore trop torturé par ses souvenirs qui revenaient la hanter sans cesse.

Au fond, Liam et elle avaient de nombreux points en commun … l'écoutant lui répondre, elle ressentit de la tristesse. C'était bien dommage que son agent ne semble pas s'en soucier, en faites, il aurait dû s'en occuper. C'était son boulot tout de même ! Il aurait même dû s'en inquiéter ! Pas très professionnel … la belle blonde fronça les sourcils. Ce n'était pas la faute de Liam, il s'impliquait et mettait même sa vie en péril. Non, c'était la faute de l'agent. En parler à la codirectrice ? Elle l'enverrait boulet … ou pas. À savoir … mais c'était un comportement que n'arrivait pas à accepter Iris. Comment cet agent pouvait ne pas se soucier d'arrêter un trafic de drogue ? Comme s'il ne voulait pas que Liam s'en sorte, peut-être pas, enfin elle espérait que ce n'était pas ça. Mais c'était un sérieux problème si l'agent ne s'impliquait pas. Peut-être devait-elle en parler elle-même à sa mère ? À défaut de Liam, elle pouvait bien le faire. Ou … une idée germa dans sa tête, elle ne savait pas si c'était bien, elle n'était sans doute pas prête, mais Liam était son ami en plus d'un coup d'un soir et Iris voulait vraiment qu'il s'en sorte, en plus du fait qu'elle voulait que le trafic de drogue s'arrête. La belle blonde connaissait bien les ravages que pouvait causer la drogue, elle l'avait vécu personnellement et ce n'était pas beau à voir ! On pouvait en mourir, mais qu'est-ce qu'on s'en fichait quand on en était accro. Quand on était accro tout ce qu'on voulait c'était avoir notre dose, un point c'est tout ! Iris avait été plus d'une fois dans un état lamentable à cause de la drogue. Alors elle connaissait que trop bien que le fléau qu'était la drogue et elle était contente que Liam face tout pour arrêter. Elle savait bien que le chemin serait long et difficile, mais il avait la chance d'avoir son père pour le soutenir, ainsi que des amis et elle. Parce qu'elle, bien entendu elle le soutenait. Un jour il ne ressentirait aucune envie face à un sachet de drogue, comme elle aujourd'hui face à la drogue qu'il avait apportée chez elle. La drogue était un démon qui se tapissait dans l'ombre et qui attendait juste le bon moment pour vous sauter dessus. Portant la bière à ses lèvres, elle en but une gorgée, son regard dans le vague, finalement celui-ci alla se planter sur Liam :

- Tu n'as pas à t'en vouloir, Liam. Tu n'es pas en tort, c'est lui … écoute, je ne pense pas être la meilleure personne pour t'aider en ce moment, mais, j'aimerais sincèrement pouvoir t'aider. Je ne sais pas comment, mais je veux que tu t'en sortes et je veux que l'enquête sur laquelle tu aides se finisse. Alors, on va réfléchir et on va trouver une solution et tu ne seras plus le seul à t'investir et tu vas voir, tu vas t'en sortir ! D'accord ? dit-elle d'une voix ferme

Il allait s'en sortir, la belle blonde ne savait pas encore comment elle allait faire pour l'aider mais ça comptait beaucoup pour elle de le soutenir dans ce qu'il faisait, c'était important.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Mer 5 Aoû - 10:14



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Le regard de Liam se perdit dans le vide durant un moment qui parut être une éternité tandis qu’Iris semblait réfléchir à sa réponse, perdue peut-être elle aussi dans ses pensées, alors lorsqu’elle ouvrit la bouche pour lui répondre, Liam sursauta légèrement, faisant un léger sourire, comme pris sur le fait et un peu mal à l’aise, il se pencha en avant, attrapant sa bière pour en boire une gorgée tandis qu’il écoutait la réponse de la jeune femme. Il acquiesça légèrement dans un soupire, il avait vraiment l’impression qu’elle voulait l’aider, sans même trop savoir pourquoi, au final, Liam avait l’habitude d’être traité comme ça, d’être l’outsider dont on ne voulait pas s’occuper, celui qu’ont laissé de côté si on trouvait mieux ailleurs. Oui, il avait plus que l’habitude de ça, il avait était abandonné par sa propre mère biologique, celle qu’il considéré comme sa mère l’avait aussi abandonné, même si ce n’était pas voulu, Liam l’avait vécu comme un abandon. Sentimentalement, il avait été abandonné si souvent qu’il avait du mal à les compter, alors il avait tristement l’habitude de ce genre de comportement mais il n’empêché que ça lui faisait toujours mal, même si il ne le disait pas tout haut. Caché derrière cette foutue façade qu’il se donnait, il faisait comme si ça ne le touchait pas, mais au fond, il était plus que blessé. Il fit un sourire triste à Iris tandis qu’il reposait doucement sa bière.

- Merci. Dit-il dans un murmure.

Il haussa les épaules dans un énième soupire puis secouant la tête pour chasser tout ce qui se tramait dans son esprit puis repris.

- Merci de t’en soucier. Fini-t-il par dire

Il se racla ensuite la gorge, comme pris d’une certaine gêne, la situation le rendait quelque peu nerveux sans trop savoir pourquoi, il n’avait jamais vraiment connu quelqu’un qui se soucie de ce qui puisse lui arriver excepté sa mère. Alors il était un peu nerveux quand cela se produisait, avoir quelqu’un qui se souciait de lui sans aucun intérêt le perturbé mais lui était agréable. Il avait toujours cette petite voix dans sa tête qu’il lui disait de se méfier, mais avec Iris il n’avait pas envie de se méfier, à tort ou à raison, il ne le savait pas encore mais quelque chose faisait qu’il avait envie de lui faire confiance. Il avait envie de ne pas s’inquiéter pour une fois, peut-être le regretterait-il mais pour l’instant il n’avait pas spécialement envie d’y penser.

Penchant la tête légèrement sur le côté, il se surpris à fixer Iris, il ne remarqué que maintenant cet air absent qu’elle avait sur le visage, comme si elle regardait dans le vide, qu’elle le regardait sans le voir, il était un peu perplexe sur l’attitude à adopter, jusqu’à présent ils n’avaient fait que parler de lui, c’était sans doute égoïste de sa part, mais maintenant qu’ils avaient fait le tour du sujet, Liam se sentit coupable de ne pas s’être intéressé un peu plus à l’état de son amie. Elle avait vécu l’enfer, il se mordit la lèvre inférieur, cherchant ses mots, il ne savait pas trop comment aborder le sujet sans la braquer. Après tout, elle lui avait souvent fait comprendre qu’elle ne voulait pas en parler, mais Liam était curieux, ou plutôt inquiet, il se sentait vraiment démuni et impuissant face à son état, même si physiquement elle semblait allait bien, il savait que l’état psychologique était un enfer, et qu’il était difficile de se remettre vraiment d’un événement traumatisant. Il prit une longue inspiration puis se décida à se lancer, reprenant sa bière pour avoir quelque chose dans les mains, il n’en bu pas une seule gorgée, se contentant de la faire tournoyer entre ses doigts, grattant nerveusement l’étiquette puis releva la tête vers la jeune femme timidement.

- Hm…Je peux te demander quelque chose ? Dit-il à mi-voix, trahissant son anxiété

Il se racla la gorge, grattant toujours cette foutue étiquette, tapant nerveusement du pied, son corps battait à tout rompre, il se sentait vraiment nerveux d’aborder le sujet, il savait que ce n’était pas quelque chose de facile pour Iris, mais il se disait que peut-être le fait d’en parler l’aiderait à évacuer tout ce qu’elle avait accumulée depuis son retour. Il ne connaissait pas vraiment son fiancé, elle en avait parlé quelque fois, mais il ne l’avait jamais rencontré, mais connaissant Iris, il se disait qu’elle ne lui en avait probablement pas parlé non plus. Est-ce que leur relation justifiait qu’elle lui en parle à lui plutôt qu’à son fiancé ? Liam laissa sa question en suspens dans son esprit pour le moment.

- Est-ce que…Enfin…Comment tu vas ?... Je veux dire…Là-haut ? Dit-il en pointant son propre crâne du doigt.

Il savait que sa question était posée d’une manière très bizarre et peut-être qu’Iris le prendrait mal, mais il ne voyait pas comment le demander autrement, il se doutait qu’elle comprendrait qu’il n’était pas en train de lui demander si elle avait perdu la boule mais plutôt comment elle géré tout ça.


made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Ven 7 Aoû - 21:29

Liam ∞ Iris
De simples mots qui représentaient tous sa façon de penser, elle voulait que Liam s'en sorte. Elle avait eu la chance de s'en sortir alors pourquoi pas lui ? Et puis, en plus d'être un coup d'un soir, Liam était un ami pour elle et il lui était étrangement plus facile pour elle de lui confier ce qu'elle ressentait et subissait au quotidien qu'à ses proches. Pas que Liam n'était pas proche d'elle, il était un ami, mais il n'était pas un ami comme les autres. Ils avaient des points en commun et ça faisait tout. Ils avaient été abandonnés, certes, lui avait eu la chance d'être adopté alors qu'elle, elle avait fait orphelinat et familles d'accueil. Elle s'était droguée lorsqu'elle était adolescente et lui aussi tentait de s'en sortir. Se sevrer était quelque chose de dur, de très dur. Iris le savait que trop bien et elle soutenait Liam dans cette cause, il allait s'en sortir ! Il le fallait ! Il suffisait juste qu'il ne perde pas espoir et qu'il ait de bons soutiens et il réussirait à s'en sortir. Elle savait à quel point se sentir soutenu pouvait aider. Quand elle avait été à sa place, elle avait eu un manque cruel de soutiens, certes, certaines personnes l'avaient soutenus, mais Iris n'était pas du genre à beaucoup parler de ce genre de choses à cette époque et encore moins aujourd'hui, Liam était une exception. Sa mère et Anthony ne savaient pas ce qu'elle avait subi, ou bien le savaient-ils mais ils ne lui en avaient juste pas parlé . ! Elle n'osait pas penser au moment où ils le découvriraient, ça serait une catastrophe pour elle ! Au moins, le père de Liam semblait savoir que son fils avait été un drogué, la pilule était déjà passée. Elle, elle imaginait très bien que ça allait mal passer, très mal passer. Mais peut-être dramatisait-elle le jour où il y aurait la révélation ? La belle blonde ne répondit rien face aux remerciements de son ami, il n'y avait rien à dire, à part peut-être un « de rien » mais elle n'en dit rien, ça allait de soi. Aider Liam l'aiderait peut-être à aller mieux ? Ça lui donnerait un réel but à atteindre et quelque chose à faire. Bien sûr, il était évident qu'elle ne retournerait pas sur le terrain de sitôt. Elle ne serait sûrement pas là quand le moment sera venu de mettre un terme définitif au réseau de drogues, mais peut-être pouvait-elle faire quelque chose avec ses maigres moyens pour faire avancer la situation ? Elle était tout de même agent spécial, même si elle était obligée de rester chez elle. Mais les choses allaient changer ! De toute manière il le fallait. Iris n'allait pas rester éternellement dans cet état ainsi qu'à tourner en rond chez elle alors que son fils était avec ses camarades et qu'Anthony était entrain d'enquêter. Elle allait finir par devenir vraiment folle à force d'être seule à tourner en rond chez elle et à se crisper au moindre bruit. Il fallait qu'elle fasse quelque chose. Voir un psy ? Très peu pour elle, même si ça lui était fortement recommandé et qu'elle allait certainement devoir y passer. En même temps, après avoir vécu ce qu'elle avait vécu, elle était obligée de passer par la case psy pour qu'on lui dise si oui ou non elle avait la possibilité de retourner sur le terrain ou si la porte lui était fermée. La seconde hypothèse était la plus probable actuellement :

- Dis toujours ... dit-elle d'une voix calme

Qu'est-ce qui allait lui tomber dessus ? Aux vues du comportement nerveux de son ami, il devait avoir des réticences à lui demander ce qu'il voulait lui demander. Son imagination divagua quelques secondes alors que Liam montrait des signes évidents de nervosité. Pourquoi parler de sa santé avait-il l'air d'être un sujet tabou ? Peut-être que les personnes pensaient qu'elle était trop fragile ou qu'elle allait mal le prendre. Non, ce qui l'énervait c'est qu'on pensait qu'elle était fragile. Le problème, c'est que depuis son retour de Colombie on ne pouvait pas dire qu'elle était aux meilleures de sa forme. Alors oui, elle avait sa fragilité, elle n'était plus comme avant. De toute manière, rien ne serait comme avant. La belle blonde en avait bien conscience. Et c'était dur pour elle de se dire cela. Mais en parler était bien plus dur que se le dire. En tout cas pour elle. Elle aurait pu s'énerver contre Liam, mais non, elle se contenta de baisser son regard vers la bouteille qu'elle tenait entre ses doigts et de garder le silence. Que dire . Il était bien le seul à qui elle avait envie de dire la vérité. Peut-être parce que lui, elle savait qu'il avait dû affronter des trucs durs, des trucs qu'elle avait pu aussi affronter et que ça les rapprochait et qu'elle n'avait donc pas le sentiment de devoir le préserver de ce qu'elle ressentait et subissait au quotidien. Ses autres proches, elle se sentait dans l'obligation de ne pas tout leur dire, que ça soit sur son passé comme de son état présent, elle préférait cacher la vérité en disant un simple « oui, ça va » alors que non, ça n'allait pas du tout. Le truc, c'est que c'était tellement évident que ça n'allait pas pour elle, comme le nez au milieu de la figure, que son « oui, ça va » ça se voyait à des kilomètres à la ronde qu'il était complètement foireux. Mais « Oui, ça va » ça permettait de relativiser les choses, non . Elle avait tellement l’impression d'être un boulet à traîner auprès de ses proches depuis son retour de Colombie, ça se voyait qu'elle s'accrochait mais s'accrochait ne suffisait pas, il fallait que son état s'améliore. Faisant tourner la bière entre ses doigts, elle gardait le silence, les yeux rivaient sur le goulot de la bouteille alors que les minutes passaient. Une … deux … trois … quatre minutes… elle s'était mise à se mordiller la lèvre inférieure avec une certaine nervosité, c'était si dur … poussant un soupire, Iris finit par prendre la parole :

- J'ai connu mieux … y a certains jours où ça va et d'autres jours où c'est juste l'enfer. de nouveau un soupire, Les souvenirs reviennent encore et encore … que je sois réveillée ou endormi, ils reviennent sans arrêt. Ça n'aide vraiment pas ... elle se tût et ses lèvres se pincèrent, c'était si dur d'en parler, encore un soupire, J'ai l'impression d'être dans des montagnes russes. elle but une gorgée de sa bière,  le liquide lui semblait être de l'acide dans sa gorge, elle ferma les yeux, Je suis constamment tendue, je vire à la parano et ça me gave. Moindre bruit un peu trop fort et … et je me braque. sa main se posa sur son arme comme si ça pouvait faire passer un peu mieux la pilule de son côté ou bien pour montrer bel et bien à Liam dans quel état elle était, C'est vraiment dur … j'ai l'impression d'être un poids pour mes proches … et puis … de nouveau une pause, Je continue à avoir mal ...

Voilà qui était dit. Elle lui avait tout dit d'un coup sans rien lui cacher. C'était bien la première fois qu'elle dévoilait tout d'un coup à quelqu'un. Elle qui préférait dévier la conversation sur autre chose que son état venait de le dire franchement à Liam. Une première, ça lui faisait du bien de lui avoir dit, parce que la vérité pouvait faire du bien, mais en même temps, c'était tellement dur et douloureux de dévoiler qu'on restait faible et à terre et qu'on avait besoin des autres. Ses yeux s'étaient rouverts et elle gardait malgré tout son regard braquait sur sa bouteille alors que les larmes avaient embué sa vie, sans pour autant couler sur ses joues, sa mâchoire un peu crispée et ses lèvres pincées.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Sam 22 Aoû - 11:07



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Liam était hésitant dans ses paroles et pour cause, il n’était pas sûr d’avoir déjà « l’autorisation » de poser ce genre de questions, étaient-ils devenus si proche en si peu de temps et il ne s’en était même pas rendu compte ? Habituellement, Liam percutait assez vite mais là il devait avouer qu’il ne l’avait pas vu venir, au départ cette relation était destiné à mourir avant même d’avoir commencé, à cette époque où Liam était en quête d’identité et où il s’était quelque peu servi d’Iris pour se convaincre qu’il était comme tous les autres jeunes hommes de son âge, il était tombé de haut quand il s’était rendu compte que non, qu’il était bien différent d’eux et ça l’avait perturbé, il avait préféré couper court à toutes relations avec Iris, préférant se terrer dans ses doutes et ses questions plutôt que d’en parler, même si à l’époque il ne pouvait pas vraiment lui en parler, elle se serait probablement sentie utilisé et elle n’aurait pas eu tort. Alors il avait fui, comme si souvent, et voilà qu’aujourd’hui il se retrouvait dans un duplex spatiaux à échanger il ne manquait plus que le thé et les petits gâteaux pour couronner le tout. Liam était content d’avoir trouvé une amie, une véritable amie avec qui il se sentait à l’aise mais il ne l’avait tout simplement pas vu venir.

La question fût néanmoins posée, comme si elle ne pouvait plus rester plus longtemps coincé dans son esprit, il se cala plus loin dans le canapé, penchant la tête sur le côté, écoutant activement les mots d’Iris, ces simples mots causèrent un crissement de dents involontaire, il se sentait plus mal qu’il ne le devrait de l’entendre prononcé ces mots, comme si il l’avait vécu lui-même. La détresse qu’affichait Iris et qu’elle réprimait en même temps avait quelque chose de bizarrement fascinant, Liam savait qu’elle était le seul à qui elle en parlait, elle n’avait même pas besoin de le lui dire il le savait, à son hésitation, à ses mots tremblants, il savait. Il ne savait pas trop si il devait se sentir « flatté » qu’elle lui fasse confiance à ce point ou désorienté, après tout ils ne se voyaient que depuis peu de temps et pourtant ils en savaient plus l’un sur l’autre que la plupart des gens, comme si ils avaient rattrapé l’équivalent de dix ans en seulement quelques jours. L’air absent, Liam revint à la réalité lorsqu’il vit la mâchoire d’Iris se crispé, il avait pourtant bien tout écouté mais son esprit était en train de voyager entre deux pensées, il se racla la gorge cherchant ce qu’il pouvait bien répondre à ça, devait-il répondre ? Iris attendait-elle une réponse ? Elle ne voudrait certainement pas de la pitié, pour ça elle avait sa mère ou son fiancé, eux était fait pour la plaindre, Liam lui était au-dessus de ça, il était bien sûr conciliant mais il n’allait pas prendre de gants avec elle, sachant pertinemment comment ça fonctionnait. Il voyait clairement la dépression gagner les yeux d’Iris et pour la voir remonter il ne devait pas se montrer trop doux avec elle, prendre des gants ne ferait que la faire descendre plus profondément, et même si elle atteignait le fond ce n’était pas vraiment sûr qu’elle remonte à la surface, elle se laisserait probablement gagner par les ténèbres et ça, Liam ne le tolérerait pas. Il s’était pris d’affection pour elle, ils avaient tous deux vécus des choses pas très sympa, ils étaient tout d’eux brisés, et pourtant ils étaient toujours debout, ce n’était clairement pas le moment de lâcher prise, c’était justement pile le moment de s’accrocher de toutes ses forces.

Il prit une longue inspiration qui lui sembla durer une éternité, se redressant, fixant Iris comme si il la jaugé, comme si il pouvait presque lire dans son esprit ou alors peut-être que lui-même ne savait pas encore quels mots allaient sortir de sa bouche. Il ne voulait pas non plus être brutal et violent, il ne voulait pas la braquer juste lui faire comprendre ce qui se tramait dans son esprit. Cependant les mots restèrent bloqués au fond de sa gorge, il aurait voulu lui dire : Bordel Iris arrête ça, arrête de te tourmenter, arrête de vivre là-bas, si tu ne ramènes pas vite tes fesses par ici tu vas perdre la boule ! Mais tandis que sa bouche s’ouvrait elle se refermer aussitôt, comme embarrassé puis dans un dernier soupire résigner il se laissa à nouveau tomber contre les coussins confortables du canapé, passant sa main sur son visage pour gommer son expression de son visage, celle qui traduisait un peu trop son incompréhension. Plusieurs minutes de silence s’écoulèrent, comme si le temps s’était arrêté ou comme si aucun d’eux n’avaient plus rien à se dire, jusqu’à ce que Liam brise enfin ce foutu silence, toujours avachi contre les coussins, il articula difficilement, parlant à voix basse comme par crainte que quelqu’un ne l’entende.

- Ça te fait bien d’en parler…De m’en parler ? Rectifia-t-il



made by pandora.




___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Dim 6 Sep - 19:56

Liam ∞ Iris
La pitié. Iris n'en avait jamais voulu et certainement pas aujourd'hui. Elle lui avait bien spécifié lorsqu'ils s'étaient rencontrés par hasard à l'hôpital lorsqu'elle était encore hospitalisée. La pitié ne l'intéressait guère. Quoique, pendant qu'elle était entrain de se faire torturer elle avait bien espéré une ou deux fois que ce Francesco la prenne en pitié et arrête son supplice. Vers la fin elle avait même souhaité mourir, toute envie de vivre ayant disparu de son corps alors qu'elle s'était persuadée que le NCIS les avait abandonné et que donc elle ne retrouverait jamais le sol américain, ses proches, son Évan, Anthony, sa mère. Pensant qu'elle ne retrouverait jamais ceux qu'elle aimait, elle n'avait plus eu goût à lutter, à résister en ayant l'espoir qu'on vienne les chercher étant persuadée qu'ils étaient seuls et qu'ils mouraient seuls. Peut-être que son arrêt cardiaque était en partie dû à ça . Peut-être que le fait qu'elle avait été brisé l'avait affaibli plus qu'elle ne l'aurait cru. De toute manière, lorsqu'elle s'était réveillée à l'hôpital après être revenue, la belle blonde n'avait pas tout de suite cru que c'était la réalité, bien trop persuadée qu'elle rêvait et qu'elle était encore dans cette fichue forêt colombienne entrain de fuir avec l'aide de son collègue Logan. Aider, parce qu'elle était incapable de marcher avec une jambe cassée, de la fièvre et toutes les blessures qu'elle avait. Parce que bien sûr, ça avait été bien plus facile de s'en prendre à elle qu'à Logan. Elle était une femme, donc on se tournait plus facilement vers elle pour lui infliger les tortures pour réussir à faire craquer soit l'un soit l'autre. Mon Dieu qu'elle regrettait encore aujourd'hui d'avoir accepté cette mission sous couverture, sa première mission sous couverture. Actuellement, elle n'avait nulle envie de refaire une mission de ce genre et puis surtout, elle n’était pas en état pour reprendre le travail ou tout du moins retourner sur le terrain. Peut-être aurait-elle la possibilité de revenir officiellement dans les bureaux pour se remettre à travail doucement, parce que rester ici, ça lui donnait l'impression de devenir folle et elle détestait ça. Bien sûr qu'Iris aurait aimé qu'Anthony soit avec elle toute la journée, mais il travaillait et elle refusait qu'il arrête de travailler pour elle. Son boulot était important, elle le savait car jusqu'à ce qu'elle fasse cette fichue mission sous couverture elle faisait le même travail que lui.

Ils étaient plus proches qu'elle ne l'aurait cru ou plutôt imaginé, à la base ils étaient tout deux qu'une histoire d'une nuit, qu'un besoin de combler un désir qu'ils ressentaient et de se sentir peut-être moins seuls dans leurs vies. C'était avant qu'Iris fréquente Anthony, avant même qu'ils aient une histoire qui aboutisse à des fiançailles. Bon sang, la surprise qu'elle avait eu lorsqu'il l'avait demandé en mariage ! Il était connu pour être un coureur de jupons et avec cette demande il lui avait montré qu'il voulait s'investir dans une relation à long terme. Encore aujourd'hui, quand elle y repensait, elle avait un peu du mal à réaliser ce qui lui était arrivée. Sa relation avec l'agent fédéral était presque comme un conte de fée, si on omettait le fait que depuis son retour elle en faisait voir de toutes les couleurs à ses proches et qu'ils avaient eu quelques disputes, tout allait bien dans leur couple. Iris ne savait pas si Liam avait la joie d'être en couple, mais étant donné qu'il semblait avoir passé une nuit mouvementée avec un inconnu elle se disait qu'il ne devait pas l'être, mais la jeune femme espérait qu'il aurait un jour une relation stable avec quelqu'un que ça soit une femme ou un homme. De toute manière, une fois qu'il serait en couple, Iris ne pourrait être qu'heureuse pour lui. C'étaient des petits hasards qui avaient fait qu'ils s'étaient rapprochés et la Shepard ne le regrettait pas. Aujourd'hui il était celui à qui elle se confiait alors qu'elle aurait pu le faire avec d'autres, non, elle avait choisi que se serait lui parce qu'elle avait confiance, elle ne saurait expliquer d'où provenait cette confiance mais elle avait confiance en lui et assez pour se confier sur ce qu'elle ressentait depuis son retour de Colombie. Elle avait l'impression d'être un lion en cage, cette sensation était tout simplement horrible à supporter, être seul chez elle en devenait insupportable. Si seulement elle pouvait appuyer sur un bouton pour que ces fichus souvenirs arrêtent de revenir sans arrêt, c'était ce qui la fatiguait le plus, se remémorer chaque jour ou presque le calvaire qu'elle avait vécu. Bon sang, faites que ça s'arrête ! Et au plus vite ! Oui, elle espérait chaque jour que c'était le dernier jour où elle aurait à se remémorer les tortures qu'elle avait vécues dans ce camp de miliciens, mais le lendemain ça recommençait encore et encore. Elle passa une main sur son visage alors que Liam lui demandait si ça lui faisait de lui en parler, poussant un soupire elle répondit :

- Oui. Enfin je crois ...

Difficile d'être sûre de quelque chose quand on était perdu. Elle but une gorgée de sa bière, se mettant en tailleur sur son fauteuil, calant son dos, ses yeux se plantèrent sur Liam. Ils avaient tous deux vécus des épreuves mais ils avaient réussi à s'en sortir, en ce moment chacun vivait sa propre épreuve. Elle, elle se devait de se reconstruire après avoir été brisé et lui devait réussir à s'en sortir avec la drogue, la belle blonde avait confiance en lui, il réussirait ! De toute manière il le fallait ! Tous les deux devaient s'en sortir, ils ne pouvaient faire autrement. Et puis, peut-être qu'un jour ils deviendraient collègues, vu qu'ils s'entendaient bien Iris ne doutait pas un instant qu'ils soient de bons partenaires sur le terrain, si un jour elle retournait sur le terrain … vidant finalement d'une traite le reste de sa bouteille, elle reprit :

- Je veux que tu me fasses une promesse Liam. elle attendit quelques secondes volontairement avant de reprendre, Je veux que tu me promettes que tu ne lâcheras pas, que tu t'en sortiras, que tu vas mettre définitivement la drogue et toutes ces merdes derrière toi, que tu feras un boulot qui te plaît, que tu vivras une belle vie et que tu ne commettras plus de délits. Tu me le promets, ok ? Je veux t'entendre le dire.
code by Silver Lungs

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam Mer 16 Sep - 22:21



Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ...



Liam écouta attentivement les mots prononcés par celle qui était devenue peu à peu son amie, l’était-elle ? Il ne s’était encore jamais vraiment posé la question, leur relation avait débuté dans le seul but de se terminer au plus vite et voilà qu’ils se retrouvaient, quelques années plus tard, à discuter de leur vie comme si tout ça n’avait pas d’importance, comme si ils se connaissaient depuis toujours. Toutes ces choses que Liam lui confiait, il ne l’avait jamais dit à personne, et d’ailleurs à qui pourrait-il vraiment le dire ? Parfois il se sentait comme un loup solitaire, il avait du mal à s’attacher aux gens en général et son milieu ne lui permettait pas vraiment jusqu’à présent de se faire des amis et aujourd’hui qu’il était entre deux feux ce n’était pas l’idéal non plus, il n’avait qu’Iris mais elle n’était pas pour autant une consolation, à défaut de, bien au contraire, Liam s’était surpris à la laisser entrer dans sa bulle, à lui faire une place dans sa vie et il ne se sentait pas effrayé par ça, il se sentait même plutôt serein.

Liam pouvait cependant parfois semblait distant, c’était sans doute là son plus gros défaut, les gens pouvaient, au premier abord, se dire qu’il s’en fichait royalement des sentiments des autres mais c’était totalement faux, il avait juste du mal à le transcrire par la parole, mettre des mots sur ce qu’il ressentait au plus profond de lui était quelque chose qu’il avait du mal à faire, c’était un peu comme si on lui disait qu’il devait mettre ses tripes sur la table, mais avec Iris c’était différent, c’était bizarre, curieux mais c’était différent, avec elle il parvenait à mettre ses appréhensions de côté et à lui dire clairement ce qu’il avait sur le cœur, cela pouvait semblait niais au possible mais il considéré Iris d’une manière qu’il ne l’aurais jamais cru il y a encore quelques mois. Elle était plus qu’une amie, elle était quelqu’un sur qui il pouvait se reposer sans se soucier de tomber, il avait confiance en elle, c’était sans doute une mauvaise chose pour lui qui n’avais confiance qu’en lui-même. Par défaut, Liam avait tendance à se méfier des gens, une sorte d’autoprotection, un instinct de survie. Aujourd’hui, toutes ses certitudes semblaient…Incertaines.

Le jeune homme ne répondit pas aux incertitudes de la belle blonde, il voyait bien que le sujet était encore douloureux pour elle, elle semblait pas très sûre d’elle-même sur ce point, comme si cet épisode était à présent une partie d’elle, faisait partie de son identité, un peu comme Liam et la drogue, il avait beau lutter, se dire qu’il n’était plus qu’une question de temps jusqu’à ce qu’il soit débarrassé de tout ça, en théorie oui c’était l’idée, il arrêterait peut-être d’être un foutu junkie, il arrêterait peut-être même de fumer tiens, mais il restera pour toujours et à jamais Liam Leroy Gibbs, ancien junkie et ex-dealer, ces foutues étiquettes lui collerait à la peau, il aurait beau frotter, se tartiner de javel, métaphoriquement en tout cas, tous les pores de sa peau continuerait à se remémorer son passé, les souvenirs seraient là, bien présents, et ça il n’y pourrait rien.

Il acquiesça à la question de la jeune femme, semblant attendre la suite, un simple hochement de tête le traduisit, Liam n’était pas du genre à parler pour rien dire, il n’avait jamais était un grand bavard, Iris devait probablement commençait à le connaître c’est pourquoi elle n’attendit pas qu’il dise quoi que ce soit et poursuivit sur une question qui tira un sourire au jeune homme. Si quelqu’un d’autre lui avait dit ça il l’aurait probablement envoyé balader en lui disant que ça ne le regardait pas mais Iris le lui avait dit avec tant d’inquiétude dans la voix que Liam ne pouvait qu’être attendri. Leur relation avait réellement pris un nouveau tournant, ils se souciaient l’un de l’autre. Mais malgré tout, Liam se sentit triste tout à coup, à la limite du désespoir, cela sonnait comme un adieu, comme si ils n’allaient jamais se revoir, était-ce le cas ? Liam n’était pas doué pour interprété les doubles sens, mais là il avait l’impression qu’Iris lui disait Adieu et ça lui faisait mal, plus que ça ne devrait, peut-être qu’il se faisait des idées mais cela suffit à lui faire prendre conscience combien il avait besoin d’elle désormais.

Il soupira légèrement puis repris son sourire du mieux qu’il le put.

- Quelle mélodrame tu fais. Dit-il faussement amusé

Il jeta un œil à son montre et poussa un long soupire.

- Je dois y aller. Ma double vie m’attend.

Il avait rendez-vous avec un client dans une demi-heure au centre-ville, c’était de plus en plus dur de devoir retourner à cette vie-là mais il n’avait pas vraiment le choix, c’était sans doute mieux de jouer le jeu et de sauver les apparences plutôt que de se retrouver dans un sac en plastique découpé en morceaux, ou pire…Y avait-il pire ? Dans tous les cas, peu importe comment, si ça se savait avant le dénouement, il serait mort. Et ce n’était pas la mort elle-même le pire, mais la façon dont elle se déroulerait, il se doutait bien que son patron ferait preuve de beaucoup d’imagination et de créativité pour son cas.

Une fois debout, il enfila sa veste puis se tourna vers Iris lui sommant de rester assise puis dans un haussement d’épaules il ajouta

- Je peux rien te promettre, Iris. Mais je vais essayer, je vais tout faire pour pas replonger tu peux en être certaine.

Plongeant ses mains nerveusement dans ses poches, il lui fit un léger sourire puis d’un geste presque trop brutal, il attrapa les sachets gisant sur la table base contenant sa poudre blanche puis les remis dans ses poches avant de jeter un regard vers Iris, dans un dernier sourire il la salua.

- On se revoit bientôt, d’accord ?

Puis, il partit aussitôt sans attendre une quelconque réponse, il espérait sincèrement que ce n’était pas la fin de quelque chose. Quoi que ce soit.



made by pandora.






FIN

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam

Revenir en haut Aller en bas

Discutons un peu. Je suis sûre que nous nous entendrons bien ... • Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Terminé] Je suis débile mais je le vis bien
» Adieux aux amis du vieux Tom
» In Soo - J'suis aquaphobe et pyromane, la vie est bien faite non ?
» T3 : Je suis l'enfer; E7 : Sauvez-nous (Gabriel) ; T3: Ange et Gardien; E4 : Pour quoi je me bats (Telagan)
» Noob, je suis un noooob!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Autres Types d'habitations :: Le Duplex de Iris Shepard-