AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

[N1] L'enlèvement de Tallulah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: [N1] L'enlèvement de Tallulah Lun 23 Juin - 18:31










Elle était sortie du parking sans aucune difficulté. A présent, elle n’avait plus qu’à suivre les instructions que lui dictait le GPS. Sa conduite était rapide et souple, une conduite dites agréable. La circulation était fluide et il faisait bon, elle en profita donc pour ouvrir un peu la fenêtre de son côté pour laisser rentrer un peu d’air dans l’habitacle. Pendant tout le trajet, elle ne chercha pas à nouer une quelconque conversation, préférant réfléchir que de parler. Réfléchir à tout ça. Essayer de trouver déjà des potentielles pistes, en espérant que ces pistes mènent à quelque chose. Car il était probable qu’ils tombent sur des cu de sac au vu du temps entre l’enlèvement de Tallulah et maintenant. Mais tant qu’ils n’auraient pas retrouvé son corps il fallait se baser sur le fait qu’elle était encore vivante. Et puis, il devait y avoir un avis de recherche qui avait été diffusé dans tous les états, alors la police aurait été forcément prévenue si on l’avait retrouvé pour morte quelque part. Et puis, s’il ne restait plus que les os, l’analyse dentaire pourrait révéler l’identité du corps. Et l’idée frôla sa pensée, et si on lui avait enlevé ses dents, comment pourrait-on savoir qui était le squelette ? Des analyses … mais quelles genres d’analyses pourraient révéler qui se cachait derrière le tas d’os s’il n’y avait rien pour l’analyser. Elle poussa un soupire, intérieur, il fallait qu’elle arrête de penser à ça et qu’elle se dise que Tallulah était encore en vie, qu’ils allaient la retrouver saine et sauve.

Pourtant, pendant tout le trajet, malgré toutes les réflexions qu’elle se faisait mentalement, elle restait totalement vigilante. Il ne fallait pas qu’elle soit déconcentrée de sa conduite. Les minutes passèrent et Iris ne prononçait pas un mot. De son point de vue, le silence n’était pas pesant et ne la dérangeait pas le moins du monde. Alors que la voiture était arrêtée à un feu, son regard se promena sur les environs avant de revenir vers le feu passait au vert. Bon, selon le GPS ils étaient bientôt arrivés. La jeune femme remonta la vitre alors qu’elle prenait le dernier tournant, pouvant voir l’allée où avait vécu la victime avec sa mère. La chance fut de son côté car elle trouva rapidement une place, une place parfaite où elle pouvait garer aisément la voiture. Pour le moment, il ne semblait pas y avoir beaucoup d’activité dans le coin mais en même temps, tout le monde devait être au boulot ou à ses études. Iris sortit de la voiture, attendant que la voiture fût vide, elle la ferma après avoir enfilé sa veste.

D’un bon pas, elle se dirigea toujours sans un mot vers la maison. Il fallait espérer que la mère soit présente dans la demeure, elle détestait rentrer sans l’accord de l’habitant des lieux. Qu’allaient-ils y découvrir ? Elle espérait bien trouver un ou deux indices qui les mèneraient à la personne qui l’avait enlevé et ne pas tomber sur du vide. Mais au moins, juste voir où avait vécu la victime pourrait l’aider personnellement à dresser un profil psychologique, encore à savoir si ça serait celle de Tallulah ou celui du ravisseur. Arrivait à la porte de la bâtisse, l’agent spéciale sonna. Il ne restait plus qu’à espérer que la personne était présente …

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah Jeu 11 Sep - 17:27

Je dois le reconnaître, ce trajet en voiture était assez ennuyeux. Pas un seul mot n'est sorti de la bouche de ma nouvelle partenaire Iris Shepard. Je sais que j'ai parfois tendance à sortir des blagues plutôt enfantines mais bon je n'ai quand même pas la peste. Alors que nous roulions sur une route plutôt fluide avec un temps admirablement doux moi je m'amusais à regarder de mon côté passager afin de voir chaque civils marchant sur les trottoirs. Nous avions des personnes assez décontractés, des personnes en retard qui marchent à vive allure, des personnes plutôt paranoïaques qui regardent derrière eux chaque secondes comme-ci ils étaient traqués par une bête féroce. Nous avons aussi des squatteurs qui sont en groupe et qui traînent sur les trottoirs à rire à se raconter des blagues et à boire de la bière avec une certaine classe digne de vétérans de l'armée qui se réunissaient chaque matin afin de se raconter leurs aventures lointaines et sûrement passionnantes. Je dois l'avouer quand j'étais petit mon grand-père s'amusait beaucoup, enfin si on peut appeler ça un amusement enfin bref il me parlait souvent de ses aventures à la guerre. Je n'ai pas beaucoup connu ma famille mais mon grand-père a été le seul Deeks à m'accepter dans cette famille. Je dois dire que je pourrai écrire plusieurs livres sur ses histoires de guerre, il était comme un père et un exemple pour moi. Bon le côté moquerie vient que de moi ce n'est pas lui qui me l'a transmis. Mais je dois dire qu'il me surprenait quoiqu'il me dise et surtout la seule chose que je puisse retenir vraiment du papy c'est qu'il m'aimait. Revenons à nos moutons, nous parlions des passants dans les rues mais que dire des automobilistes ? Il n'y a pas plus endormi et plus mou qu'à Washington.. En même temps quand je regarde la conduite de ma partenaire c'est sûr on ne peut que s'ennuyer. Sérieusement à quoi bon être un agent du NCIS si on ne peut pas un peu appuyer sur le champignon ?

A Los Angeles l’histoire était différente. Quand on partait en patrouille avec Kensi l'ambiance en voiture était si comment dire... Si vivante, si joyeuse qu'on ne pouvait pas s'ennuyer. Elle adorait mes blagues. Encore aujourd'hui j'ai envie de dire mais ces histoires que je lui racontais, cette inspiration que j'avais était si fascinante que moi même je me surprenais. Il fallait quand même que je fasse quelque chose pendant ce trajet. Tout d'abord cette enquête est ma première enquête fédérale avec Washington. Je venais à peine de découvrir mon bureau et poser mon sac dessus que le terrifiant agent spécial Leroy Jethro Gibbs me fît signe de venir et de prendre la voiture avec Mademoiselle Shepard pour une histoire d'enlèvement dont je ne sais rien du tout. Je pense plutôt laisser Iris poser les questions en premier histoire de comprendre ce dont nous avons affaire puis je ferai mon boulot d'enquêteur comme un bon agent du NCIS. Nous arrivons donc, Iris se gare et nous sortons de la voiture. Iris verrouille le véhicule et nous marchons jusqu'à la maison. Une belle maison pour une enquête fédérale. Iris sonne alors à la porte, je me penche vers elle et chuchote :


« Tu es toujours si silencieuse ? Je n'ai même pas eu le temps de me présenter. »

Puis je me remets droit avant de dire fort :

« NCIS ! Ouvrez la porte ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~Inconnu aux yeux de tous~

~Inconnu aux yeux de tous~
♠ Nombre de messages : 148


MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah Ven 12 Sep - 15:02


► Kristina Ferguzson - Fraichement retraitée ◄



La peur était quelque chose d'horrible et de terriblement vicieuse. Elle s'infiltrait dans la moindre brèche, vous poursuivait jusque dans vos cauchemars, pour ne jamais vous laisser tranquille. Vous traquez sans répit, ne pas laissez le moindre repos. Cela faisait des mois que Tallulah avait été enlevé, des mois que ces sombres évènements étaient venu entaché son quotidien, pourtant si paisible. Autant qu'il pouvait l'être avec deux enfants voulant toucher à la police et la justice. Kristina Ferguzson était dévastée, son monde n'était plus en adéquation avec elle. Le visage hagard, les yeux bouffis de rouge, elle avait encaissé cette perte, elle avait répondu à toutes les questions des policiers, à celle de son fils adoptif, Geoffrey, également. Pour un résultat nul, pour n'avoir plus rien du tout. Sa fille n'avait pas été retrouvée, ni vivante, ni morte. C'était pire que tout pour elle. Elle voulait garder cette flamme vacillante de l'espoir, espérer que Tall' était quelque part, en vie. Et en même temps, les jours, les semaines puis les mois étaient passés, s'approchant de l'inévitable. Parfois, elle aurait souhaité qu'on retrouve son corps, faire son deuil. Avoir un changement. Ça n'avait jamais été le cas, restant là à attendre alors que tout le monde avait baissé les bras, avait abandonné de chercher pour elle. La raison et le faite de continuer d'aller de l'avant, l'avaient poussé à reprendre son cheminement. À l'âge de la retraite, la femme s'occupait aujourd'hui de sa maison, restant dans ses lieux si significatifs pour elle. Elle n'avait pas touché à la chambre de sa plus jeune, elle refusait d'y rester très longtemps. Même si elle était en état. Elle était fermée, verrouillée. Aujourd'hui n'était pas différent d'un autre jour. La grande brune faisait tranquillement ces lessives, continuant de vivre cette vie qui était la sienne, par automatisme plus que par volonté. Elle tenait avec cet espoir fou et pour Goeffrey. Pour rien d'autres. La machine bipait lui signalant plutôt fortement qu'il était temps pour elle d'aller la chercher. Elle s'était dirigée vers la buanderie, tout était calme dans le lotissement, comme toujours. Le bruit des voitures résonnait au loin, les moteurs qui démarrait ou qui s'arrêtait. Des portes qui clapaient, sans doute les voisins. Kristina avait attrapé le panier et sortait les vêtements trempée quand la sonnette retentit. Lentement, elle s'était redressée son regard se tournant dans la direction de sa porte. Qui pouvait bien venir sonner à sa porte à cette heure-ci? Qui tout simplement, était la seule question qui lui traversait l'esprit. Un soupire s'échappa de ses lèvres et elle prit la direction de l'entrée, empruntant le couloir quand elle étendit un homme crier Ncis de manière directive. Il avait bien trois secondes non?

-J'arrive..

Lança-t-elle plutôt sèchement, en pressant le pas vers sa porte d'entrée. Comme à chaque fois il y avait de l'appréhension. Qu'est-ce que le Ncis pourrait bien lui vouloir? Elle pensa instantanément à son fils adoptif et une vague de crainte l'envahi. Elle ne voulait pas ouvrir cette porte si c'était pour se retrouver face à un agent qui devait lui annoncer une autre terrible nouvelle. À coup sur, elle ne tiendrait pas le choc. Enfin, elle essaya de se rassurer, on ne serait pas venu comme ça si c'était pour annoncer une mauvaise nouvelle, là généralement on utilisait des gants. Elle était parvenu à sa porte, lentement, elle enleva le loquet qui la bloquait, avant de la déverrouiller. Elle ouvrit la porte avant de tomber sur non pas un, mais deux agents. Une femme et un homme. Elle les regarda un instant avant de reprendre la parole.

-J'étais dans l'autre pièce, il faut le temps que j'arrive.

Elle n'avait pas plus envie que ça, mais elle ouvrit la porte en grand avant de se décaler légèrement.

-Puis-je vous demandez ce que le Ncis me veux?

Le sérieuse et le calme ne restèrent pas longtemps, à peine cette phrase formulée, que la suite sortit à ses dépens.

-Ne me dite pas qu'il est arrivé quelque chose à Goeffrey, s'il vous plaît.

Oui il y avait cette prière silencieuse qui pouvait transpercer de ses prunelles en regardant les deux représentants de la loi. Une fois qu'elle eut sa réponse, elle prit une profonde inspiration avant de se remettre au niveau de la porte. La brune leur fit un léger mouvement de main en direction de l'intérieur.

-Entrez, je vous en prie.

Ça ne venait plus à ça, elle ne comptait plus les agents de police qui avaient pénétré sa demeure pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah Sam 20 Sep - 15:41











En voiture, elle était du genre à bavarder, oh ! Pas énormément mais elle savait parler. Sauf qu’aujourd’hui, la jeune femme avait préféré se taire et réfléchir à la situation. Est-ce que Tallulah était encore en vie ou non ? Dans les deux cas, il fallait la retrouver et retrouver la personne qui l’avait enlevé. Elle était affectée par cette enquête car elle avait déjà subi ça avec Evan, lorsque les prisonniers s’étaient évadés l’un d’entre eux l’avait kidnappé. Elle pouvait donc comprendre se ressentaient les proches de Tallulah en ce moment alors qu’elle était si loin d’eux. Et puis, Iris avait été aussi kidnappée à plusieurs reprises. A deux reprises. Et tout ça pour atteindre sa mère. Si elles ne se connaissaient pas elle n’aurait probablement jamais été enlevée. Au moins, maintenant elle avait l’expérience des deux côtés. Mais bien sûr, elle espérait ne plus jamais à avoir à revivre ça. Evan n’avait pas été enlevé aussi longtemps que la personne qu’ils recherchaient et elle non plus. Tout au plus quelques jours pas autant de mois ! Est-ce que Tallulah aurait développé le syndrome de Stockholm au fil du temps ? Comment pouvait-on se débarrasser de ça ? Quand ils la retrouveraient il faudrait faire tellement de choses pour elle. La belle blonde se voulait optimiste et non pessimiste sur les chances qu’avait la jeune femme d’être encore vivante à ce stade de son enlèvement. Son regard se tourna vers son collègue du moment, ah … ça semblait l’avoir dérangé qu’elle n’ait pas parlé durant le trajet. Un doux sourire fleurit sur ses lèvres alors qu’elle lui répondait :

- Non, je suis tout à fait capable de parler durant un trajet mais là j’étais plus en train de réfléchir et conduire qu’apte à parler.

S’il souhaitait se présenter par la suite qu’il n’hésite pas, elle le ferait à son tour mais ils auraient la possibilité de le faire lorsqu’on leur aurait ouvert. Mais s’il y avait une personne, elle n’avait même pas le temps de bouger qu’Iris entendit Marty s’exclamer « NCIS ! Ouvrez la porte ! » ce qui est eu le don de l’agacer et lever les yeux au ciel. Ne pouvait-il donc pas attendre un peu ? Elle se retint de lui en toucher deux mots. La mère de Tallulah vint pourtant rapidement leur ouvrir la porte, pas la peine de répéter qu’ils faisaient partis du NCIS ça serait tout à fait stupide. La belle blonde écouta la femme leur demander ce qu’ils faisaient ici et lorsqu’elle s’inquiéta de l’état de santé de son fils adoptif, Iris se sentit obligée de la rassurer personnellement. Un doux sourire apparut sur ses lèvres, se voulant rassurante, elle prit la parole d’une voix calme :

- Veuillez excusez l’impatience de mon collègue madame. Ne vous inquiétez pas Geoffrey va bien. Nous reprenons l’enquête sur votre fille et nous aurions besoin de vous poser quelques questions. Je sais que c’est difficile mais nous ferons tout pour retrouver votre fille madame. J’aurais aussi besoin de voir sa chambre s’il vous plait …

Dès que la femme les invita à rentrer dans sa maison, Iris ne se fit pas prier et passa en premier, suivant docilement la Ferguzson jusqu’au salon. Là, elle s’assit sur le canapé, son regard se promenant rapidement sur la pièce il revint se planter sur Kristina. Elle avait quelques questions à poser, peut-être que Marty en aurait aussi ? Puis elle envisageait, si elle était d’accord, d’aller voir la chambre de la victime. Mais ça serait après avoir eu les réponses à ses questions. Bon, à elle  de prendre la parole donc :

- Est-ce que Tallulah vous a parlé d’angoisse ? De quelque chose en particulier dans les jours, semaines ou mois qui ont précédés son enlèvement ? elle marqua une pause puis reprit, Prenez le temps qui vous faudra …

Ça avait été difficile pour elle quand les policiers lui avaient posés des questions quand Evan avait été enlevé donc elle savait que trop bien qu’il pouvait être dur de répondre à des questions et elle savait que prendre du temps pouvait faire en sorte que répondre en devenait un peu plus facile, moins pesant. Elle ne la presserait pas, la précipiter ne servirait qu’à la braquer et la faire plus mal qu’autre chose. En tout cas, c’est comme ça qu’elle réagirait …

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah Mar 7 Oct - 17:37

Je ne comprenais pas pourquoi les deux femmes avaient prit ma phrase " NCIS ! Ouvrez la porte " comme un signe d'impatience ou d’agacement. Enfin bon pour moi il n'y avait rien d'excessif là dedans c'était plutôt pour prévenir la personne de qui nous étions. Nous entrons alors dans la maison qui d'un point de vue spécifique, semblait plutôt propre et très bien entretenue. C'est alors quelques minutes plus tard que ma partenaire Iris commençait à poser certaines questions à propos de Tallulah. Cette pauvre enfant dont nous avons aucune nouvelles depuis des mois. La dame qui nous accueille semblait plutôt ravi mais aussi inquiète quand nous avons dit que nous venions pour Tallulah. Pendant qu'Iris posait les questions moi je marchais avec lenteur afin d'inspecter au mieux la pièce ou se trouvait beaucoup de photos et de décorations sur des meubles plutôt vieux

« Avait-elle des ennemis ou des personnes qui n'aimait pas Tallulah ? Quelqu'un qui lui voudrait du mal. »

Au fond je savais que ces questions avaient déjà été poser mais le moindre fait et geste sur la personne a qui nous posons les questions peut être révélateur. Nous ne savons pas grand chose sur l'avancée de cette enquête et toute personne dont le nom figure dans le dossier est suspecte y compris les parents de la victime. Je continue alors à marcher avec lenteur avant d'enchaîner d'autres questions


« Vous a t-elle fait mention qu'elle se sentait suivie ou qu'elle avait l'impression que quelqu'un l'observait ? »

Cela me rappelle une enquête avec le LAPD où une jeune fille de 13 ans s'était fait enlevée avant d'être envoyée vers le Mexique. Nous avons retrouver la fille 3 ans plus tard mais cette dernière avait prit goût à sa nouvelle vie et ne voulait pas rentrer à Los Angeles. Elle était revenue à Los Angeles afin d'accomplir sa nouvelle mission, celle de renseigner les cartel sur les agissements de leurs clients. Au moment où nous avions retrouver la fillette elle nous a échapper et est repartie au Mexique. De là nous avons classer l'affaire sachant que ce n'était pas possible de l'a ramener auprès de ses parents. Il y a comme une petite voix dans ma tête qui fait que me répéter " pourvu que Tallulah n'ait pas subie le même sort " en tout cas le NCIS fera de son possible pour l'a retrouver et l'a ramener.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~Inconnu aux yeux de tous~

~Inconnu aux yeux de tous~
♠ Nombre de messages : 148


MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah Dim 30 Nov - 11:10


► Kristina Ferguzson - Fraichement retraitée ◄



La peur, malgré les mois qui s'étaient écoulées la tenaillait au ventre, tel un étau invisible qui se resserrait sur elle. Sa vie n'était plus qu'un automatisme calculé, elle n'en attendait plus rien, si ce n'était peut-être, un jour, une réponse définitive. Une certitude de savoir ce qui s'était passé, c'était sans doute le seul remède que Kristina aurait besoin pour cicatriser les blessures invisibles, laissez par ces mois d'enquête infructueuse. Bien sur, elle avait Geoffrey et s'était pour lui aussi qu'elle se battait, parce que c'était ça être mère. Être le rocher, être le point d'ancrage, la personne qui devait être forte pour ces enfants. Si elle n'avait rien pu faire pour Tallulah, ce qui la rongeait terriblement, elle ferait tout ce qu'elle pourrait pour son fils, même si ce n'était pas typiquement la chair de sa chair. Sa routine était monotone depuis qu'elle n'avait plus le travaille comme moyen de passer ses journées, comme seul rempart à ses souvenirs et à ses cauchemars. Seul l'entretient et le jardinage restait ses occupations. C'était en s'y employant qu'elle fut interrompue par une sonnette, annonçant des agents du Ncis. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait plus eu ce genre de chose qu'elle ne savait plus vraiment que faire. Aller ouvrir bien sur, mais cela remontait à son esprit des images bien affreuses, des centaines de films sans fin, avec cette crainte qu'on lui annonce encore une mauvaise nouvelle. Prenant sur elle, la retraitée s'était avancée avant de déverrouiller la porte et de faire face avec toute la dignité qui lui restait, aux représentants de la loi. Une femme est un homme blond, d'apparence charmante toute les deux. Si Madame Ferguzson, avait joué parfaitement les civilités demandant la raison de leur visite, elle ne put cacher plus longtemps ce qu'elle redoutait. Elle ne voulait pas entendre ça, pas son deuxième enfant, où il ne lui resterait plus que des lambeaux auxquels s'accrocher. Ce fut la jolie jeune fille qui lui répondit, la rassurant sur l'état de santé de Geoffrey. Un soupire de soulagement traversa ses lèvres et elle ferma les yeux quelques secondes, s'accrochant à la porte avant de l'ouvrir un peu plus grand.

-Dieu merci, j'ai cru un instant que vous m'apportiez encore des mauvaises nouvelles... Stricte vérité, puis l'étonnement passa dans ses prunelles quand elle dit reprendre l'enquête de sa fille. Pourquoi le Ncis se mêlerait de ça, pourquoi interviendrait-il des mois trop tard.? Pourquoi le Ncis s'intéresserait tout d'un coup à Tallulah? Pourquoi aujourd'hui, alors que cela fait des mois qu'elle a disparu? Ce n'était pas de la colère, elle n'en avait pas la force. Elle finit par hausser les épaules. Venez, entrez si vous le voulez, j'ai déjà répondu des centaines de fois à ses questions, a des dizaines de policiers, ils ont retourné toute la maison pour rien... Ça ne vient plus à une fois.

Tranquillement, elle tourna les talons invitant d'un geste élégant malgré tout l'homme et la femme, dont elle ne connaissait pas le nom, à pénétrer dans sa demeure. Si la femme avait demandé à voir la chambre de sa fille, Kristina se dirigea d'abord vers son salon. Tout était d'apparence rangée, mais un peu Veillot pour leur gout. Elle leur montra d'un geste de la main un gros canapé deux personnes pour qu'ils prennent place alors que elle-même s'installait dans un en face. Elle allait proposer quelques choses à boire, par politesse, parce que c'était ça qu'on faisait, mais avant qu'elle n'aille eut le temps d'ouvrir la bouche, la blonde avait repris. Encore ces questions, toujours les mêmes, celle auxquelles elle avait déjà répondu. Son regard argenté s'était levé vers la fenêtre, vers un meuble avec une photo d'elle et de ces deux enfants. Puis, elle se retourna vers les deux agents, qui scrutaient leur environnement.

-Je...bon Dieu c'est tellement loin... Tout ce que j'ai dit doit être dans le rapport de la police vous savez?...Non, elle ne m'a pas dit grand-chose. Elle ne semblait pas angoissée ou en tout cas, elle ne me disait rien. Elle rentrait tard après ses cours à la fac, on discutait un peu, de ce qui s'était passé, de sa journée puis elle filait sur son ordinateur comme tous les soirs. Je sais juste que les voisins ont vu une camionnette qui passait des jours avant ici, l'avait-elle vu? Je ne sais le dire, je crois qu'elle ne voulait pas m'inquiéter.

C'était fort probable, elle se serait surement plus confié à son demi-frère qu'a elle. Puis ce fut au tour du jeune homme de reprendre la parole. Il ne s'était pas assis, il marchait dans la pièce lentement, l'arpentant, continuant ces questions.

-Vous savez pendant de longues années, elle est restée complètement muette, elle n'avait plus desserré les lèvres, ni parler à qui que se soit. Je ne vois pas qui elle aurait pu mettre de mauvaise humeur en ne sachant lui répondre. Elle... Elle a été victime de la fusillade à Viriginia Tech, mais les tueurs sont morts, je ne vois pas qui continuerait des années plus tard. Elle avait à peine commencé à se rouvrir au monde, à parler. Peut-être des amis froissés ou peut-être des gens qui n'ont pas aimé ce qu'elle a fait pour vous? Elle ne parlait qu'en bien, elle ne m'a pas parlé de problèmes ou de menace. À moi, elle n'a rien dit mais je sais qu'elle a essayé de parler avec Goeffrey, il me l'a dit ...

Elle attendit un peu.

-Je ne sais pas pourquoi on l'a enlevé, qui ou quoi, c'était une fille bien, elle faisait ses études, avançait, elle était bosseuse et toujours prête à aider... Personne ne l'a aidé, elle...

Un reproche, peut-être? Elle attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah Jeu 11 Déc - 23:41










Ayant déjà vécu un enlèvement dans les deux sens, soit être enlevée mais avoir eu l'un de ses proches enlevé, Iris connaissait bien l'angoisse que l'on pouvait ressentir. Ne pas savoir était vraiment horrible. La belle blonde se souvenait très bien de ce qu'elle avait ressenti lorsqu'Evan avait été enlevé, elle n'arrivait même pas à manger ou tout du moins juste un peu, ayant trop peur pour son enfant. Elle ne savait pas comment elle aurait réagit si les policiers qui lui avaient ramenés son petit-garçon lui auraient annoncé qu'il était mort. En tout cas ça n'aurait pas été beau à voir ! Alors oui, elle comprenait ce que pouvait ressentir madame Ferguzson. Quand la belle blonde n'avait pas vu son fils sortir de l'établissement, ça avait été comme si le monde s'écroulait autour d'elle. C'était ce genre qui était censé arriver aux autres mais pas nous. C'était une angoisse, une crainte permanente qui l'avait prise. Iris espérait vraiment qu'ils retrouveraient vivante Tallulah, mais tout le monde savait que les chances étaient bien amoindries depuis le temps où elle avait disparu. L'agent spéciale espérait trouver au moins quelques pistes ici, auprès de la mère de la jeune femme mais aussi comme elle l'espérait dans sa chambre. Ça serait soit dresser le profil psychologique du kidnappeur ou soit dresser le profil de la victime pour tenter de retrouver celui qui l'avait enlevé à partir de ça ... mais bref, elle verrait ça en temps et en heure. Les interrogations de la mère de la victime ne se firent pas tarder suivit de peu par une invitation de la part de la femme de faire rentrer les deux agents fédéraux. La belle blonde s'engouffra donc en premier dans la maison, son regard balayant rapidement les environs, ses yeux finirent par aller se planter sur la femme alors qu'elle prenait de nouveau la parole pour lui répondre :

- Eh bien, c'est votre fils qui est venu voir l'un de nos chefs d'équipes pour demander de l'aide. Et nous avons donc prit l'enquête, à notre tour.

Elle ne pensait pas que dire à cette femme que la police piétinait et qu'aucune n'aboutissait puisse être bénéfique pour elle. En plus, celle-ci devait bien s'en douter et le dire ferait plus mal qu'autre chose. En tout cas, ça aurait fait mal à Iris si on lui avait dit ce genre de choses lorsqu'Evan avait été enlevé. Ainsi donc, la Shepard avait été prudente dans le choix de ses mots pour lui répondre. Iris alla donc s'asseoir là où la femme les invita à se poser. Iris enchaîna rapidement sur des questions, espérant que Kristina puisse leur donner des réponses qui les aideraient à avancer dans ce début d'enquête. La belle blonde scrutait les environs mais son regard revint bien vite vers la femme qui elle-même ne les regardait pas, enfin, pas tout de suite, car tout de même ses yeux alla de nouveau vers les deux agents. Iris savait se montrer patience et hors de question qu'elle brusque la Ferguzson, qu'elle prenne son temps. Même si le temps était compté pour retrouver Tallulah, elle ne voulait pas presser cette femme qui endurait depuis plusieurs mois cette douloureuse épreuve qu'était l'enlèvement d'un de ses enfants. Lorsque sa vis-à-vis prit la parole, Iris resta religieusement silencieuse, la laissant lui répondre sans l'interrompre, se permettant de prendre des notes pendant qu'elle leur parlait, notant ce qui lui semblait intéressant pour l'enquête. La jeune femme laissa son collègue enchaîner avec ses propres questions, attendant que la femme réponde de nouveau. Ça devait être éprouvant de répondre à leurs questions qu'elle avait déjà dû entendre plusieurs fois par des policiers, Iris avait trouvé ça éprouvant lorsqu'on lui avait posé des questions quand son fils s'était fait enlevé plusieurs mois auparavant. Oh ! Elle avait voulu parler à son frère, il faudrait lui reparler à celui-là. La jeune mère concevait très bien que d'être confronté à un tel événement marquant que la fusillade de Virginia Tech puisse ébranler au plus profond de soi les personnes qui l'avait vécu et elle était tout de même un peu admirative face à cette fille qui avait sût se relever avec le temps et avancer tant bien que mal. Des reproches de la part de la mère de Tallulah finir par être prononcer mais Iris ne lui en voulait pas, mais tout de même le regard de la belle blonde se baissa l'espace de quelques secondes avant de remonter vers Kristina, elle reprit la parole :

- Je vous promet madame que nous allons tout faire pour retrouver votre fille. elle marqua une pause avant de reprendre, Vous nous avez parlé d'une camionnette qu'auraient vu vos voisins, l'avez-vous vu ? Vous en ont-ils parlé plus explicitement ? Vous … vous avez une idée de ce qu'elle faisait sur son ordinateur ? Est-ce qu'elle avait l'air d'être ... elle s'arrêta cherchant ses mots puis reprit plus heureuse que d'habitude ? Comme si quelque chose en particulier s'était passé et avait influencé son humeur ? Prenez votre temps pour répondre madame ...

Son regard qu'elle avait hérité de son père était planté sur celui de la mère de Tallulah, attendant qu'elle réponde. Il faudrait après avoir interrogé cette femme, allait parler aux voisins en question pour savoir s'ils se souvenaient de la dites camionnette, pour peut-être avoir une description – même vague, elle était persuadée que Joséphine ferait des merveilles pour la retrouver – et donc la rechercher et trouver qui en était le propriétaire. Peut-être cette personne était-elle à l'origine de l'enlèvement de la jeune femme ? Sait-on jamais … toutes les pistes étaient bonnes à exploiter.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: [N1] L'enlèvement de Tallulah

Revenir en haut Aller en bas

[N1] L'enlèvement de Tallulah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [N1] L'enlèvement de Tallulah
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» Catacombes ou l'enlèvement d'Elodie vers les enfers
» [FB] Enlèvement en bonne et due forme [PV Erwin Dog]
» Enlèvement(Benoît)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Les maisons-