AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Jeu 20 Fév - 3:39










Se marier, un jour, elle n’y avait jamais vraiment cru. Même quand elle avait été fiancée à Mathieu, elle avait eu du mal à croire qu’elle se marierait réellement un jour. Gardant toujours à l’esprit qu’il pouvait partir, l’abandonner. Après Mathieu, elle n’avait jamais réellement chercher à avoir des relations plus longue qu’une ou deux nuits … ayant peur de s’engager de nouveau et que cela ne soit que dans un sens. Même si … Mathieu avait semblé sincère, mais il lui avait menti et l’avait trahi. Avec Anthony, même si cela ne faisait que quelques mois qu’il était ensemble, elle se disait toujours que ça ne durerait pas, pour que si un jour, il décidait de partir, être moins blessée. Pourtant, ils étaient toujours ensemble, mais elle avait tout de même vécu au fond, avec la peur qu’il parte un jour. En même temps, il était connu pour courir les filles, ça ne l’aurait donc pas vraiment étonné qu’il décide un jour de partir malgré le fait qu’il semblait bel et bien amoureux d’elle et cela réciproquement. Sa demande en mariage l’avait perturbé, elle ne s’y attendait pas vraiment, voir même pas du tout. Certes, ils filaient le parfait amour et puis, Evan avait tout de suite adopté Anthony, mais, elle ne s’y attendait vraiment pas.

Elle pouvait bien affirmer que lorsqu’il lui avait fait sa demande en mariage, ça avait été l’un des plus beaux moments de sa vie. Aujourd’hui, elle avait décidé d’embarquer sa mère pour faire du shopping, plus particulièrement pour qu’elle l’aide à choisir sa tenue pour le grand jour. Le reste, lieu, repas etc … se ferait avec son futur mari. Il fallait bien qu’on l’aide à faire un choix sur sa future tenue de mariée. Dès qu’elle s’était réveillée – on remerciera Evan pour la non-grasse matinée qu’elle a eut – elle avait été de bonne humeur, sourire aux lèvres. Joyeuse, elle était allée chercher sa mère chez elle, avec un grand sourire flanqué sur ses lèvres. Ainsi donc, sa journée de shopping pouvait vraiment débuter. Mais avant, vu qu’elle était arrivée dans les alentours de douze heures, elles allèrent au restaurant, prendre des forces avant une après-midi shopping c’est essentiel !

La jeune femme trépignait d’impatience alors que le repas touchait à sa fin et dès que la note fut payée elle bondit littéralement sur ses pieds. Première étape et certainement la plus longue, le choix de la robe de mariée. Il fallait qu’elle trouve la robe qui serait parfaite à ses yeux mais qui devrait lui aller aussi. Au pire, elle demanderait à ce qu’on fasse des retouches pour que cela lui aille. Quelques jours auparavant, elle avait fait un repérage pour trouver un bon magasin pour robes de mariées. Après plusieurs heures dans la dites boutiques à se chercher LA robe qui lui conviendrait le mieux et après avoir fait de nombreux, de très nombreux essayages, elle tomba sur une robe qu’elle jugeait être un véritable coup de cœur. Et là, ce fut le miracle ! La robe lui allait à merveille. Elle n’avait rien à redire. La jeune femme venait de trouver sa robe de mariée !

Les yeux pétillants, elle sortit de la boutique, heureuse. Pourtant, ses pieds lui firent bien sentir qu’il fallait qu’elle s’asseye un peu car elle avait passé des heures à rester debout et ils demandaient une trêve, une pause. Iris proposa donc à la co-directrice du NCIS de prendre une pause avant de continuer. Quelques minutes plus tard, elles se retrouvaient assise à l’intérieur d’un café – bon, ok, un Dinner mais nous sommes en Amérique donc c’est quasiment l’équivalent – après avoir été placé par une serveuse avec un sourire ravissant. Iris releva son regard de la carte des boissons que la serveuse lui avait donné :

- Ça va ? Pas trop fatiguée ? dit-elle avec un doux sourire sur ses lèvres

Alors que la serveuse qui les avait placé revenait, elle commanda un coca, de quoi lui redonner quelque peu de l’énergie puis laissa sa mère commander à son tour.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Lun 24 Fév - 15:49

Iris, Jenny & Leroy ∞

Le hasard fait bien les choses, non ?
C’est fébrile que Liam glissa sa main dans sa poche, tremblant comme une feuille il se saisit de son portable et fouille dans son répertoire. Il répète inlassablement son discours dans sa tête, envisageant plus ou moins les réponses qu’il obtiendrait de son interlocuteur. Première sonnerie, il relâche un long soupire, comme si son souffle s’était coupé trop longtemps. 2ème sonnerie, toujours pas de réponse, il commence à espérer que le répondeur se déclenche, comme ça c’est réglé pensait-il. La 3ème sonnerie retentit à son oreille, elle est comme décuplée, comme si ce n’était pas une simple petite sonnerie de téléphone comme tous les autres, mais cela paraissait être une cloche d’église, comme lorsqu’on en est trop prêt et qu’on ne s’entend même plus penser tellement le son est intense et puissant. Il allait laisser tomber, se dégonfler lorsqu’un son arriva jusqu’à ses tympans. Ce simple « Allo » le perturba, le faisant perdre ses moyens, il venait d’oublier son texte. Comme un acteur prit par le trac, il n’avait personne pour lui souffler la réplique, il s’était figé jusqu’à ce que son interlocuteur réitère son « Allo ». Liam inspira profondément puis démarra, comme une seconde prise. Clap, et action.

- C’est Liam. Je voulais savoir si on pouvait se voir pour discuter ?

Il n’avait pas marqué de pause, n’avait même pas respiré par peur d’oublier la moitié peut être. Quoi qu’il en soit, à la fin de sa question il expira l’air gardé trop longtemps et attendit patiemment la réponse. Un certain stress avait gagné sa voix, mais il se devait de passer outre sa peur. Son paternel, qui se trouvait à l’autre bout du fil allait peut-être refuser. Après tout le jeune homme n’en avait aucune idée, il était emplit de suppositions mais il ne le connaissait pas assez pour anticiper ses réactions.  C’est pourquoi, psychologiquement il s’était préparé aux deux options. C’était là la solution pour ne jamais être déçu, du moins pour lui.

Il avait longuement hésité avant de passer ce coup de fil, il avait mis plusieurs jours ne serait-ce que pour l’envisager, et quand il s’était hésité, durant des heures, il répété son discours dans sa tête comme si il apprenait une leçon. C’était plus que difficile pour lui de s’adapter à cette situation. Cela faisait un moment qu’il n’était plus entré en contact avec son père, la dernière fois, Liam était derrière les barreaux du NCIS, ça n’avait rien de glorieux, pas de quoi mettre cette journée dans les annales.  
A présent, le jeune homme ressentait le besoin de discuter avec son père, de quoi il ne savait pas trop, mais il devait s’expliquer, se justifier, envisager cette relation père-fils inexistante pour le moment. Liam manquait d’un modèle dans sa vie, il avait grandi sans lui, n’ayant comme référence que sa mère adoptive et tous les jeunes du quartier malfamé où il avait passé sa jeunesse. Sa vie n’avait rien de facile et de joyeux, ces moments de bonheur étaient rares et il était temps que cela change, il était temps qu’il améliore les choses. Bien sûr, il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir, mais il n’était pas bête, il pouvait y arriver et cela commençait avec ce premier pas.
Même si il ne s’était pas donner trop de faux espoirs, il espéré tout de même que cela se ferait un jour, qu’il pourrait appeler son père quand il en avait besoin. Qu’il serait là pour lui dans les bons moments comme dans ceux un peu plus difficile. Même si clairement il le garderait à l’écart de ses problèmes de drogues, non seulement il risquait de le mettre dans une situation délicate mais Liam passerait pour une victime et il en avait absolument pas envie. Il s’était assez plains auprès d’assez de personne, il était temps d’arrêter de se plaindre, il fallait agir !

Finalement, alors que ses pensées s’étaient perdues, Leroy répondit positivement à sa proposition, soulagement et anxiété pouvait se lire dans la voix du jeune homme qui lui donna rendez-vous en fin d’après-midi dans un café du centre-ville où il aller de temps en temps. Une fois le rendez-vous fixé, Liam raccrocha puis un léger sourire se dessina sur son visage.

L’après-midi défila, Liam n’avait rien fait de spécial de celle-ci, il s’était même plutôt ennuyé, donc il n’avait eu de cesse de penser à ce café qu’il allait prendre en tête à tête avec son père pour la première fois. C’était un peu bizarre d’un point de vue extérieur.
Il ne lui fallut que deux ou trois minutes pour se préparer, après avoir enfilé une veste et ses chaussures il quitta son appartement pour retrouver le centre-ville à pieds, qui se trouvait non loin de chez lui. Dix minutes plus tard, il arriva devant le café en question, il hésita un instant, puis finalement décida d’attendre dehors l’arrivée de Leroy.
made by pandora

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.


Dernière édition par Liam L. Gibbs le Mer 2 Juil - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Sam 1 Mar - 18:59




Le hasard fait fort bien les choses, non?
Ft. Iris Shepard, Liam L. Gibbs & Leroy Jethro Gibbs


Tel un proverbe, on pouvait signaler que les années se suivaient mais ce n'était pas pour autant qu'elles se ressemblaient. Que ce soi une bonne chose ou non. Si Jenny n'était pas fâchée de clôturer la précédente, au vu de la masse compacte de problème qu'ils avaient essuyés ces derniers mois, celle-ci démarrait sur les chapeaux de roues. C'était le moins qu'on puisse dire. Après un retour plus que surprenant, perturbant où tous les termes en -ant que vous souhaitez de l'avocat Russe, voilà que sa fille allait se marier. Bon, il ne fallait pas faire la difficile. A choisir, c'était sur et certain qu'elle préférait nettement ce genre de nouvelle plutôt qu'une disparition, une mort, ou de la torture et on en passe des meilleurs, mais quand même. Cela faisait pas mal de chose à encaisser et à gérer en peu de temps pour la rouquine, qui avait encore du mal à s'y faire de sa relation avec l'agent DiNozzo. Élément qu'elle avait finalement appris quelques mois auparavant, grâce à son fouineur de petit-fils. Evan était pire qu'une fille, une vraie pipelette dans tous les sens du terme, dite lui de garder un secret et vous pouviez être sur que le monde entier l'apprendrait dans les plus brefs délais. La gentillesse même mais il ne savait pas tenir sa langue. Que soit, c'était donc un planning bien chargé et une fille survoltée qui fallait gérer. Savoir endosser son job habituel n'était pas un problème, même si il s'était considérablement accrus avec toute la paperasse qui avait du être mise en route pour la reconstruction du Navy Yard et tous les problèmes engendrés par celui-ci. Mais ajouté, Iris qui l'enfouissait sous une tonne de question et elle se demandait encore sincèrement ou elle trouvait le temps de fermer les yeux. Si si, c'était à ce point-là. Si elle avait déjà vu, assister ou être témoin à un mariage, ce n'était pas pour autant qu'elle en avait gérer un ! Faudrait peut-être qu'elle lui rappelle de temps en temps qu'elle n'était pas mariée, elle ! Et que donc par conséquent, elle ne savait pas plus qu'elle par quel bout prendre tout ça.

Mais bon niveau choix, elle n'en avait guère alors on faisait avec. Si elle connaissait des dizaines de personnes qui étaient plutôt adepte du dernière minutes, du je fais tout à la fin quand j'ai plus le temps, il fallait croire que la jeune blonde était tout le contraire. Elle voulait tout faire tout de suite. Malgré des piles dangereusement accumulées sur son bureau et des réunions à préparer jusqu'au-dessus de la tête, elle avait cédé de l'accompagner pour qu'elle cherche sa robe. Un week-end. Tant qu'à faire autant le prendre quand il y aurait un peu de temps mort. Pourtant, elle aurait sans doute préféré allez ailleurs même si comme toute femme qui se respectait, elle adorait faire les boutiques, elle savait qu'elle en avait pour un bon moment. Sa fille avait malheureusement le même caractère têtu et buté qu'elle pour certaines choses, tant que cela ne lui taperait dans l’œil, on allait pouvait ramer. Néanmoins, la mauvaise humeur était à bannir du moment et au sourire enjôleur qui lui fit face quand elle venu la chercher, elle n'avait pas le cœur de jouer les rabat-joie. Un repas pour prendre des forces et elles furent bientôt prête à affronter une foule incroyable de monde dans les magasins. A croire sincèrement que toute la population de Washington avait décidé de prendre la même décision qu'elles. Bref, slalomant entre les gens, regardant tout ce qui était exposé, elle partit faire de l'essayage. Dans un sens, la codirectrice avait le plus beau rôle dans tout ça, elle devait juste dire son avis. Bien que la jeune femme avait le sien et n'en ferait qu'à sa tête, elle le savait pertinemment. Noyé dans cette foule de robe blanche, ça allait presque lui donner le tournis,. Non mais les gens savaient qu'il faisait tout ce tintamarre pour un jour, un maudit jour ?! Ce n'était pas leur vie qui était en jeu tout de même!

Bref, après des minutes, que dit-elle des heures interminables, elle finit par trouver la perle rare, qui lui sied à merveille. Clair, épurée mais avec un certain style, elle tombait parfaitement à croire qu'on l'avait créée d'avance pour elle. Ce fut l’unanimité et l'après-midi shopping pouvait se terminer, Jen refusant qu'elle interfère dans son propre choix, chose qu'elle ne comptait pas faire maintenant. Comme tout cela donnait soif et qu'ils avaient mérités une petite pause, elles se dirigèrent jusqu'à un petit café. Assises sur ses fauteuils au ton rougeâtre, elle étendit ses jambes, laissant son dos aller contre la banquette. Elle prenait la carte qu'elle regardait distraitement alors que son regard émeraude papillonnait dans toutes les directions. Du monde, il y en avait quand même, dedans, dehors. Même si le temps était frisquet, chose normale en Janvier, le soleil pointait le bout de son nez et le temps sec poussait les gens à s'aérer. La voix d'Iris qui résonna à ses oreilles la tira de ses réflexions et son regard se ramena vers l'intérieur de la pièce. Fatiguée ? Eh bien il fallait reconnaître que si, ce n'était pas tout les jours qu'elle passait sa journée à faire des petits pas qui n'avançaient pas, alors un peu. Mais bon. Elle ne s'abaisserait pas forcément à cette constatation, elle s'attendait que trop aux répliques qui pouvaient lui parvenir. Bref, la rousse n'eut pas le temps d'émettre le moindre son qu'on revenait pour la commande. Que prendre ? Et bien elle comptait rester sur un classique.


-Un café, s'il vous plaît.

La brune hocha la tête et le crayon qu'elle tenait en main s'activa sur la feuille de son carnet, puis elle s'éloigna lentement retournant vers ce qui servait de bar. A deux, face à face, elle n'oubliait pas qu'il fallait qu'elle lui réponde. Même si elle sentait cette fatigue d'avoir fait quelques choses qu'en temps normal vous en faites pas, Iris semblait toujours au top de sa forme. A croire qu'elle était une pile électrique branchée sur secteur. Décidément, elle prenait trop exemple sur Evan à son goût. Son engouement était totale et son état ne semblait pas changer, même si elle appréciait de la voir comme ça, c'était plus agréable, elle n'arrivait pourtant pas à éloigner des ces pensées que si descende y avait, elle allait être dur. Très dur. Jen, n'avait aucune envie de ramasser les morceaux. Même si pour ce domaine, elle savait très bien ce que c'était. Vu que c'était ce qu'elle avait eu une fois et fais une seconde. Bref, elle chassa les pensées de sa tête et un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors que son visage s’éclairait.

-Est-ce que tu as la moindre idée du nombre de robe que tu as pu essayer aujourd'hui ? J'ai cru qu'on n'en finirait jamais. Tu es butée et obstinée, Iris, mais je suis contente que tu as fini par trouver celle qui te plait.

Ce n'était pas une vraie réponse vu qu'elle ne répondait pas oui ou non, mais on pouvait lire entre les lignes qu'elle appréciait savoir que le calvaire de la journée était terminé. Oui, elle aimait faire les courses, les soldes quand elle avait le temps, mais on avait tous une limite qu'il valait mieux ne pas  franchir. Enfin, bref dans le calme qui semblait s'installer, elle en profita une nouvelle fois pour observer les va et vient incessants dans la rue. Dans un sens, elle regardait sans vraiment observer et pourtant une tignasse en crête sur la tête sembla la tirer de ses réflexions Bien qu'elle ne se voyait pas tourner la tête et observer de tous côtés, la discrétion de faire ce geste en étant à l'intérieur était vachement nulle. Elle jurerait avoir vu quelqu'un passer. Hors, aux dernières nouvelles, elle ne connaissait pas foule de jeunes hommes avec cette coiffure surprenante. Avait-elle rêvé ou, elle avait vraiment vu Liam ? Bref, elle laissa tomber ses réflexions avant que la commande ne leur arrive. Elle posa machinalement les mains autour de son café.

-A la tienne.

Dit-elle après avoir versé du lait dans celui-ci et y avoir adjoint du sucre. Levant la tasse, elle en but une petite gorgée.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Sam 3 Mai - 22:30



Le hasard fait fort bien les choses, non?


Leroy profitait pleinement de sa journée de congé. Il n'avait rien de spécial de prévu et après avoir pris une bonne douche, il était devant la télévision en train d'écouter la télévision. C'était rare que cela arrivât et il faut dire que souvent, Jethro avait d'autres choses à faire sauf aujourd'hui. Il avait pris un sac de pop-corn qu'il avait mis dans le micro-ondes. Pendant que le pop-corn cuisait, Gibbs s'était rendu devant le frigo. Il ouvrit la porte pour regarder ce qu'il avait. Il sortit la bouteille de lait avant de le déposer sur le comptoir et de refermer la porte. Pendant qu'il entendait les grains de maïs éclatés, Gibbs prit un verre avant de le remplir de lait et de le remettre dans le frigo. Tout était maintenant prêt pour le film que Leroy voulait écouter. Il sortit le sac de pop-corn qui venait de finir de chauffer dans le micro-ondes pour le mettre dans un bol. Prenant le bol d'une main et de l'autre, le verre de lait, Gibbs se dirigea vers son salon. Il déposa sur sa table basse, le plat de pop-corn et le verre de lait avant de s'asseoir sur le divan. Il regarda la télévision en se disant.


Juste à temps.

Il prit une poignée de pop-corn qu'il mangea tranquillement tout en savourant le film quand la sonnerie du téléphone lui parvient aux oreilles. Détachant son regard du film qu'il écoutait, il regarda le téléphone sur la table située à côté du verre de lait qui était rendu à la moitié. Il espérait que cela ne serait pas le boulot, mais il n'avait qu'une façon de le savoir. C'est pourquoi il se redressa pour mieux pouvoir saisir le téléphone. La deuxième sonnerie retentit. La main ferme, Gibbs prit le téléphone et regarda sur l'afficheur pour voir qui l'appelait. La surprise parut dans son visage et il s'inquiéta. Peut-être que cela n'était pas grand-chose, mais il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Quand la troisième sonnerie retentit, Gibbs ouvrit son cellulaire et le porta à son oreille avant de parler.



Allo.

Il attendit la réponse de son fils. Il aurait pu demander bien des choses au lieu de se contenter d'un simple allo, mais il ne savait pas trop quoi dire. Il ne voulait surtout pas briser le lien qu'ils étaient en train de construire. Il écouta la réponse de son interlocuteur avant de répondre. [/i]


D'accord, on se rencontre où ?

Dès qu'il eut l'heure et le lieu, Gibbs lui souhaita un tout à l'heure avant de raccrocher. Il prit son verre pour le finir. Après tout il avait le temps et rien ne l'empêcherait de le voir. Il écouta le film et dès que celui-ci fut terminé, Gibbs se prépara pour s'y rendre. Il avait pris comme à son habitude son complet gris. Difficile de changer une habitude aussi tenace.

Il était maintenant prêt et il avait réussi à trouver un stationnement pas trop loin du lieu de rendez-vous. Il mit l'argent dans le parcomètre, car même si on est Agent fédéral, les amendes on doit les payer surtout quand on n'est pas en fonction. Il marcha vers le lieu de rendez-vous tout en regardant sa montre. Il marcha tranquillement pour y arriver à temps. Il y avait pensé arriver plus tôt, mais cela l'aurait peut-être effrayé. C'est alors qu'il arriva devant qu'il vît son fils. Un sourire s'afficha et il lui demanda.



Comment ça va ?

C'était une entrée en la matière comme une autre et il faut dire que Gibbs était content de voir que son fils l'avait appelé et invité à sortir. Avoir des nouvelles de Liam lui faisait chaud au coeur.


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Ven 20 Juin - 15:16










Elle n’aurait jamais cru que ce jour arriverait. Qu’un jour, elle serait de nouveau fiancée. Depuis ce qui c’était passé avec Mathieu, elle ne s’était jamais autorisée à aimer de nouveau, préférant des coups d’un soir qu’à une relation sérieuse. Et puis, il y avait toujours cette peur de l’abandon qui la taraudait. Cette peur qu’on la rejette de nouveau, qu’elle se retrouve de nouveau seule. Difficile de se dire que les choses peuvent être permanentes alors que pendant toute son enfance nous n’avons pas été habitués à ça. Mais ça, elle n’en avait jamais parlé, à personne, même pas à ses amis ou ses proches. Préférant intériorisée qu’extériorisée. Elle vivait donc dans cette peur constante de l’abandon et avec Anthony, il y avait plus de chances qu’il la laisse tomber, ayant une réputation de coureur de jupons que d’un homme sérieux restant avec une femme jusqu’au bout. Mais le cas était de toute évidence différente, vu que lors de la fête organisée par la ville pour le nouvel an, il l’avait demandé en mariage. Elle aurait pu rejeter sa demande, ayant peur que finalement ça ne tienne pas la route et que de nouveau elle se retrouve seule et abandonner. Mais non, elle avait décidé de lui faire confiance et de prendre sur elle-même, mettant un peu de côté ce sentiment qui la taraudait, elle avait accepté avec joie sa demande en mariage et à présent, elle était fiancée et bientôt elle serait mariée avec l’agent spéciale Anthony DiNozzo. Ça serait difficile de voir l’autre partir pour arrêter un suspect, mais ça, c’était ce qu’elle ressentait depuis le début de leur relation amoureuse. Voir l’autre partir, surtout dans leur travail était difficile car les actions qu’ils faisaient été risqué. Ils risquaient à tout moment d’être blessé, mutilé et pire même, mourir !

Après des heures et des heures en boutique, elle tomba sur la robe parfaite à ses yeux, en plus celle-ci lui allait à merveille. Ça tombait bien ! Si elle lui convenait et qu’elle lui allait, cela signait la fin des recherches pour la robe de mariée et donc une pause pour clôturer l’après-midi shopping. Pendant toute l’après-midi, elle avait gardé le sourire aux lèvres, grand et éclatant. La jeune femme espérait qu’elle plairait à Tony le jour J. Bien sûr, elle ne lui montrerait pas avant son arrivée au mariage où là, les invités verraient la dites robe. Garder le secret sur la robe et le reste étaient cruciale. Et elle n’en parlerait à Evan, car il était totalement incapable de tenir un secret. Non, elle n’en parlerait à personne et ne la montrerait à personne. Espérant juste que ça plairait et que le jour J, il n’y est aucun problème pour rentrer dans la robe car ça serait bien dommage de ne pas pouvoir rentrer dans sa robe de mariée le jour de son mariage. Mais avec un peu d’effort, elle pourrait garder sa ligne telle qu’elle. En même temps, grâce au métier qu’elle avait, la blonde se dépensait et n’avait aucun souci à garder un bon poids. Et puis, rien ne l’empêchait de faire un petit tour en salle de sport si le besoin s’en faisait ressentir. Oooh, qu’est-ce qu’elle avait hâte d’être le jour J. Bon, rien n’était encore fait et ils n’avaient même débuté la préparation du mariage. Même pas encore commençait à chercher leur future pièce montée. Mais rien ne pressait, ils avaient du temps devant eux, beaucoup de temps devant eux. La remarque que lui fit la rouquine la fit sourire. Combien ? Eumh … toutes celles du magasin ? Plus ou moins hein ! Mais en tout cas une bonne partie. C’était comme être dans un petit paradis où on l’avait chouchouté, bichonné et où elle avait trouvé la perle rare. La robe qui avait fait son bonheur. Oui, elle était butée et obstinée et elle le vivait très bien. Ça n’apportait rien de bien mal à l’être :

- Eumh … je dirais quasiment toutes celles du magasin. A peu près. Mais bon, au moins, ça c’est fait, il ne me reste plus qu’à garder le même poids jusqu’au mariage. Je n’ai pas envie de ressembler à un boudin dedans. Dis maman, elle marqua une pause et reprit, tu crois que la robe va plaire à Tony ?

Leur commande arriva rapidement. En même temps c’était assez simple, un café et un coca ça se faisait rapidement. La jeune femme observa la directrice entrain de verser du lait et du sucre. Comment pouvait-elle boire ça ? En faites, elle se demandait surtout comment les gens pouvaient boire du café. C’était dégoûtant. Amer. Ecœurant. Elle en avait bu une fois. Eh bien ça avait été la seule fois où elle en avait bu, ne souhaitant pas ressayer. Préférant nettement mieux le chocolat chaud, le thé ou autre breuvage tant que ce n’était pas du café. Bon, pour les petites pâtisseries au goût du café, ça, elle appréciait, elle trouvait même ça excellent. L’éclair au café ? Elle adorait ! La religieuse au café ? Excellent ! Mais le breuvage, dégoûtant. Iris mit quelques instants avant de répondre au « A la tienne » que venait de lui lancer sa génitrice :

- Euh oui oui, à la tienne aussi.

Aussitôt fait, elle but une longue gorgée de sa propre boisson, son regard déviant vers le reste du Dinner, le dos des gens, les visages, puis vers son verre. Bon, allez, il fallait qu’elle se lance. Et si elle disait non ? Et si elle refusait ? Oui et si elle refusait. Et si c’était le pas de travers qu’il ne fallait pas faire ? Peut-être ne devrait-elle pas le lui demander et trouver quelqu’un d’autre ? Oui, ça serait peut-être mieux. Mais à qui demander ? Elle ne connaissait pas grand monde pour ça … et puis ça serait normal qu’elle soit là non ? Elle avait entouré le grand verre fait pour les cocas colas avec ses mains, ses doigts jouant quelque peu avec les arêtes dessus. Bon, il fallait qu’elle se lance. On respire et on ose. Si elle ne tentait pas, elle ne serait jamais si oui ou non elle acceptait. Mais si elle refusait ? Hein ? Si elle refusait ? Ses doigts se crispèrent légèrement sur le verre, ses mains étaient devenues froides au contact de celui-ci. Ses yeux observaient les bulles qui remontaient à la surface en silence. Elle continuait à hésiter mais il fallait qu’elle prenne une décision, qu’elle trouve quoi dire et si elle voulait le lui demander qu’elle trouve comment le lui dire, comment le formuler. Mal formulé, elle aurait bien plus de chance de faire face à un refus. Bon allez, il fallait qu’elle se lance. Prenant une inspiration, elle remonta doucement son regard vers elle, allant le planter dans celui émeraude de la femme, elle laissa tout de même passer quelques secondes de plus dans le silence avant de se décider à parler :

- Ecoutes, je voulais te demander quelque chose. Je … elle marqua une pause, elle allait refuser, elle allait refuser. Elle ferma les yeux quelques secondes, se forçant à prendre son courage à deux mains, elle rouvrit les paupières et reprit, Je voulais te demander si tu voulais bien m’accompagner jusqu’à l’autel le jour du mariage. S’il te plait. dit-elle d’une voix lente et hésitante, craignant une réponse négative. Elle ne lui laisse même pas le temps de répondre qu’elle reprit, Laisses tomber, c’est pas grave. Je trouverais quelqu’un d’autre. C’est pas grave. C’est pas grave. C’est pas grave …

La crainte d’un refus était trop forte qu’elle préférait se rétracter. Bon sang, elle avait le don de foutre en l’air l’ambiance ! Ses yeux s’étaient automatiquement baisse sur son verre de soda. Non mais qu’est-ce qu’elle était stupide d’avoir demandé ça ! Bien sûr qu’elle allait refuser. Ça lui semblait tellement évident à ses yeux. Pourquoi accepterait-elle hein ? Elle avait déjà fait un effort de passer l’après-midi avec elle, elle ne voulait tout de même pas trop s’imposer dans sa vie.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Jeu 3 Juil - 18:39

Iris, Jenny & Leroy ∞

Le hasard fait bien les choses, non ?
Liam attendait patiemment l’arrivée de son père, il était quelque peu inquiet de comment se déroulerait les choses. Une certaine angoisse s’empara de son estomac, le tordant dans tous les sens. C’était pourtant son père, il ne devrait jamais avoir à ressentir ça, mais dans un sens c’était compréhensif, ils n’avaient jamais pris le temps de se voir en dehors des arrestations répété de Liam. Aujourd’hui, il était différent, Liam était enclin au changement, il allait, dans quelques jours, intégrer officiellement le NCIS, et ce grâce à lui, il voulait le remercier. Il voulait voir un tant soit peu de fierté dans ses yeux que le dénouement ne soit pas aussi tragique que lui-même le pensé. Il y avait finalement une fin heureusement pour Liam, il pouvait à présent faire une croix sur son passé. Il n’allait plus se défiler, ce Liam-là était mort et enterré, le nouveau Liam ne serait plus effrayé, il ne fuirait pas lorsque la peur ferait son apparition, il affronterait celles-ci. Il resta dans planté cinq bonnes minutes devant le café lorsqu’il reconnut son père au loin. Une fois face à lui, le jeune homme resta perplexe ne sachant pas comment saluer son propre père, une accolade ? Une poignée de main ? Quel était le protocole ? Parler de protocole entre père et fils était peut-être un peu fort mais Liam ne connaissait rien de tout ça. Finalement c’est Leroy qui coupa court à tout questionnement en lui demanda comment il allait. C’était simple mais efficace et soulagea Liam quant au comportement à adopter. Il fallait arrêter de stresser, il devait agir normalement bon sang. Dans un sourire quelque peu fébrile Liam lui répondit.

- Ça va, merci. Et toi ? Je suis content que tu aies pu venir…

Liam n’était pas du genre à déballer ce qu’il pouvait ressentir à la minute, mais il avait ressenti le besoin de le lui dire. Même si il ne montrait pas forcément ses émotions, intérieurement une exposition avait agis, il était emplit de plein de sentiment. La joie de voir son père, qu’il ait accepté ce contact, et la peur d’être abandonné. Ce sentiment le hanté, lui qui avait vécu ça si souvent, n’en supporterait pas un autre. L’abandon était son fléau, ce petit truc qui faisait qu’il avait toujours un pied de l’autre côté, ce côté obscure, près à basculer à tout moment. Chaque jour il lutté contre la balance, luttant pour rester du bon côté.
Après que les banalités ne soient échangées, Liam proposa à son père d’entrer, un café à la main il aurait au moins les mains occupés pour camoufler son stress. D’un coup d’œil Liam chercha une table de libre, s’avançant un peu dans le petit café lorsqu’il passa près d’une tête qu’il connaissait bien. Jenny ? Que faisait-elle là ? Bon après tout, c’était un pays libre, chacun pouvait bien boire son café où il l’entendait. En face d’elle une jeune femme blonde, il ne pouvait pas voir son visage. D’un geste amical il salua sa patronne, il tourna légèrement la tête vers son père. L’air de rien, il fallait peut être lui dire que sa situation avait changé.

- Tu as vu, le patron est là.

Il se doutait que son père ne ferait peut être pas le rapprochement ou du moins se poserait comme question : Mais qu’est ce qu’il raconte ?! C’est pourquoi il ajouta.

- Jenny m’a recruté pour être indic’, je voulais te l’annoncer moi-même. Tu vois…Je t’ai écouté, je prends ma vie en main. Dit-il dans un sourire.

Alors que Jenny lui rendait la politesse, la jeune femme blonde sans doute curieuse tourna sa tête vers eux. Liam se bloqua, il la connaissait. Elle ? Mais que faisait-elle là ? Et puis avec Jenny en plus ?

Elle semblait elle aussi très surprise de le voir, du moins c’est ce que Liam en conclue. Il perdit son sourire, non pas qu’il était pas content de la voir, mais il ne pensait pas la revoir un jour, ça c’était décidé comme ça. Ils ne devaient plus se revoir, c’était une erreur et Liam avait fait un trait dessus, la revoir le ramener à des années en arrière et ça ne l’aidait pas vraiment. Néanmoins, ne voulant pas se gâcher la journée il se contenta d’avancer, cherchant des yeux une table, mais toutes étaient prises. Ce café était vraiment trop petit. Jenny et Iris étaient assises à une table de quatre, connaissant les deux femmes  elles leur proposeraient sûrement de s’installer avec eux. Cela promettait d’être réjouissant, ironiquement parlant. Le malaise était à prévoir.

made by pandora

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Mar 8 Juil - 11:48




Le hasard fait fort bien les choses, non?
Ft. Iris Shepard, Liam L. Gibbs & Leroy Jethro Gibbs


La vie n'était pas un long fleuve tranquille, au contraire, elle était pleine de surprise et totalement imprévisible. Bonne où mauvaise, nous n'avions le choix que de faire avec ce qu'elle nous donnait. Néanmoins, en ce début d'année, c'était un sentiment d'allégresse qui régnait dans l'air. Pour tout avouer, il lui semblait que sa fille était sur un petit nuage. Eh encore le mot était faible. Parfois, Jen avait l'impression qu'elle avait carrément quitté notre dimension, pensant à mille et une choses pour ce jour festif. Ce qui lui avait valu d'ailleurs de passer une après-midi complète à essuyer une foule de magasin à la recherche de la perle rare qui lui irait à merveille. Quand on voyait ça comme ça, elle se demandait ce que cela serait quand le jour de son mariage approcherait, son esprit ne serait que trop embrouillé pour travailler efficacement. Un sourire amusé naquit sur ses lèvres, elle replongea son intérêt sur la tasse de café qui se trouvait devant elle pour ne pas avoir à l'expliquer. En même temps, elle préférait la voir comme ça, plus joyeuse, heureuse tout simplement. On voulait tous le meilleur pour ses enfants et si cela devait passer par l'agent Italien et bien que soit. Elle espérait juste qu'il n'y aurait pas de retour brutal à la réalité. Enfin, ne pensons pas à ça, à quoi bon anticiper, il suffisait de voir ce qu'il adviendra. Puis il fallait reconnaitre qu'ils méritaient tous les deux un peu de bonheur, en guise de revanche sur un passé peu glorieux. La rousse s'arrêta là dans sa réflexion, se disant qu'il était temps d'arrêter de se torturer de la sorte. Buvant distraitement son café brulant, son regard papillonnait dans tous les sens. Observant les gens à l'intérieur où ceux qui se mouvaient à l'extérieur. Il y avait peut-être un petit quelque chose d'une déformation professionnelle là-dedans, qui sait.

La bonne ambiance semblait de mise. Le temps sec y était sans doute pour quelque chose malgré la froideur des températures. Ce fut finalement quand Iris reprit la parole que Jennyfer ramena son attention vers elle. Les jambes croisées sous la table, ses doigts jouant distraitement sur le rebord de la céramique, elle l'écoutait répondre à sa boutade. Son sourire déjà présent s'agrandit alors que ses yeux se levèrent rapidement au ciel, en l'entendant parler de son poids. Ah les femmes et cette éternelle envie ou besoin de rester mince voir carrément maigre. Allons, elle pouvait comprendre mais ce n'était pas un kilo de yoyo qui allait la faire ressembler à un sac à patates dans sa robe. Elle n'avait franchement pas à s'inquiéter de ça et quand même bien cela arriverait, il restait toujours les retouches à effectuer. S'ensuivit la question à laquelle elle n'avait franchement pas de réponse. Par habitude, la réponse classique serait que bien sur qu'il aimerait. Si il avait un tant soit peu les yeux ouverts, il ne pourrait que le remarquer et nul doute que Tony, savait de quoi il parlait quand il pensait à la gente féminine. Bien sur qu'elle lui plairait et de tout façon si ce n'était pas le cas, il n'avait pas intérêt à moufter, elle refusait de repasser une journée comme ça. De toute façon cela serait trop tard. Elle laissa son dos reposer contre le dossier tranquillement, prenant le temps de réflexion. Son regard émeraude partit chercher le sien avant que sa voix ne s'élève calmement pour lui répondre.


-Ne t'inquiète pas de ça, tu seras très bien ! Eh je suis sur qu'elle va plaire à Tony. Compte sur lui pour le remarquer. Puis de toute façon, il sait qu'il n'a pas intérêt à dire le contraire...

Oh que non. Un sourire plus malicieux prit place sur son visage pour marquer le coup avec la fin de sa phrase. Il avait un instinct de survie quand même cet agent, il n'était pas fou. Puis avec cette réplique, tout ce qu'elle voulait, c'était la déstresser sur ce point-là en la faisant sourire. Bref, elle finit par reprendre une nouvelle gorgée de son café, baladant à nouveau son regard dehors, flashant à moitié sur ce qu'elle voyait. Rêvait-elle ou ne rêvait-elle pas? Quoi qu'il en soit, elle fut bien obligé de se tirer de son inspection quand le silence soudain la rattrapa. Si il n'avait rien de pesant, elle ressentait la gêne qui s'emparait de sa vis-à-vis. La jeune blonde réfléchissait et cela la tracassait de nouveau, au vu de ses mains qui se crispaient machinalement sur son verre. La question qu'elle se posa? Qu'est-ce qui allait encore lui tomber sur le coin de la tête? N'avait-elle pas eu assez de nouvelle en très peu de temps? Pouvait-on lui laisser quelques semaines pour digérer tout cela? Visiblement pas. Jen laissa son regard posé vers elle mais elle ne reprit la parole, sachant très bien que c'était la meilleure solution pour qu'elle lui serve un non rien et s'esquiver. Etait-elle enceinte? Elle raya l'idée derechef quand elle précisa une demande. Non ce n'était déjà pas ça. Le pour et le contre semblait faire une bataille serrée en elle, lui donnant l'impression qu'elle était un peu un monstre. Elle savait bien qu'elle pouvait avoir des répliques tranchantes mais si même sa propre fille n'osait rien lui demander, c'était que c'était pire que ce qu'elle pensait. Le choc dilata ses prunelles quand elle comprit ou elle voulut en venir. Oh...Ca...Euh en temps normal, c'était plutôt au père de l'accompagner. Mais au vu de la situation. Rien que d'imaginer l'idée qu'Alex' vienne, un rire nerveux manqua de lui monter dans la gorge. Elle finit par lui attraper la main. Pouvait-elle éviter de faire question réponse seule? Pouvait-elle lui laisser en placer une avant de se répandre en excuse?!

-Eh Iris, tu vas arrêter avec ces 'ce n'est pas grave'..Elle attendit quelques secondes, relâchant sa poigne..Je n'ai même pas eu le temps de te répondre que tu te rétractes déjà..Ca me donne un peu l'impression que tu me crains...Alors s'il te plait pas toi...A défaut de ton père, je crois que je pourrais faire ça...

Pourquoi pas, il faudrait bien quelqu'un. C'était plutôt agréable qu'elle lui aille proposer, même si elle aurait préféré ne rien dire cela va de soi. Surtout au vu de son expression timorée, et son regard fuyant. D'accord, il lui arrivait de s'imposer, de crier mais bon, elle n'avait jamais mangé quelqu'un. Il ne fallait pas exagérer. Elle lui laissa emmagasiner l'information et tout ce qu'il en découlait alors qu'elle s'adossait à nouveau au fauteuil. La porte émit un léger tintement, signe annonciateur de l'arrivée de nouveaux clients. Pour une raison qu'elle ignore encore, son regard se releva vers l'entrée, elle croisa Liam. Liam? Ah bah au moins, c'était bien lui qu'elle avait cru voir. Bougeant un instant sur le côté, son regard atteignit l'ex-marine. Oh, une petite discussion père et fils. Le monde était petit, ou sinon oui Washington avait décidé d'être de sortir et de chercher un peu de calme dans ce café. Va savoir. Au vu du signe qu'il lui lança, le coin de ses lèvres s'étira dans un sourire et elle fit un léger mouvement de tête pour le saluer à son tour. Moins exubérant que de faire de grands signes certes mais tout aussi chaleureux. Ce qu'il dit, elle n'en sait rien, mais Jethro tournait son regard vers elle. Elle détourna le regard mais Iris semblait elle aussi avoir fait volte-face.

-A croire que tout le monde veut un café.

Dit-elle simplement. Un instant de battement. Plusieurs, ils semblaient chercher de quoi s'assoir. Hors le dinner était plus que bondé. Le regard du jeune homme se reporta vers elle, elle fit un mouvement vers leur place. On lui avait appris à être poli, alors autant les inviter à prendre place et puis ce n'était pas comme si c'était des inconnus, au contraire. Jen se décala lentement sur le côté pour laisser l'espace à la table qu'elles avaient choisi, alors qu'elle se disait que l'idée n'était peut-être pas la meilleure. Que voulez-vous dire? C'était assez particulier comme quatuor. Trop tard de toute façon pour faire machine arrière. Les mains autour de la tasse, profitant de la chaleur irradiée, elle se demandait simplement si ils allaient venir ou faire machine arrière. Qu'importait, on verra. La place était libre en tout cas et elle leur avait fait signe si ils désirait, la décision était dans leur main. Elle releva son regard vers Iris bien que du coin de l'œil, elle vit les deux hommes arriver dans leur direction. Comme quoi, la journée continuerait d'être épique. .

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Sam 9 Aoû - 5:01



Le hasard fait fort bien les choses, non?
Il n’était guère content de sa phrase d’approche même s’il se devait l’avouer, il ne voyait pas quoi dire d’autre. Par contre, il voyait bien que cette approche avait permis à son fils de se détendre. Il savais fort bien que cet situation était complique et qui n’existait pas de mode d’emploi pour gérer une tel situation. Il faut dire que la situation était plus rare et que cela était d’un côté rassurant de savoir que la situation était exceptionnellement rare. Il fit un beau sourire, celui qui réservait pour ceux qui comptaient pour lui et qui affichais rarement. Il faut dire que c’était relativement rare qu’au boulot de rire malgré que son équipe soit efficace pour essayer de faire rire. Il répondit calmement et de sa voix naturelle.

Je vais bien. Je suis content d’avoir eu ton appel.

Il n’était pas seulement content, mais plutôt heureux que son fils l’ait appelé. Bien qu’il soit avare de montrer ses sentiments, habitude prise dans l’armée et qu’il conserve encore aujourd’hui, cela lui faisait le plus grand bien de sortir de chez lui pour autre chose que sa petite routine habituelle. Quand Liam lui proposa un café, il accepta aussitôt même si le restaurant semblait plein à craquer. Il se dit que cela ferait sans doute un bon sujet de conversation de parler des gens. Se retrouver seul, face-à-face, cela aurait sans doute été très difficile pour tout les deux. Leroy se promit de l’inviter a venir prendre une bière dans une taverne, il le proposerais sans doute avant de quitter Liam. Cela permettrais d’avoir quelque chose a dire ou du moins à faire baisser un peu la nervosité qu’il ressentait. Jethro ouvrit la porte pour permettre de laisser entrer son fils en premier et s’engouffra à sa suite. Jetant un regard rapide dans la foule du café. Il remarqua quelques têtes rousses donc une en particulier qu’il aurait reconnu. Il salua d’un hochement de tête avant de se concentrer sur la phrase que son fils venait de dire. Il avait bien compris la signification de cette phrase et il en était heureux. Il esquissa un sourire avant de dire à son fils.


En effet, je suis fier de toi. Trois règles à savoir, évitent de dire ton metier dans un lieu public, les murs ont des oreilles. N’appelle pas ta patronne par son surnom, surtout si elle est proche de toi. Dernière règle, tu as mon numéro, n’hésite jamais.

Il était vraiment fier de son fils. Le métier d’indicateur pour les forces de l’ordre, cela n’était jamais une sinécure. Le danger était partout malgré tout les précautions qu’on prend pour ne pas que personne ne soit tuer, cela arrivait malheureusement. Par contre, il avais confiance en son fils et pour l’avoir regarder droit dans les yeux, il savais qu’il était intelligent et malin comme un renard. Cela pouvait lui jouer des tours, mais il avait confiance en Jenny. Il ne pourrait sans doute pas s’empêcher de vouloir garder un œil sur son fils. Il faut dire qu’il ne supporterait sûrement pas de perdre une personne proche. Il avais failli en perdre une et cela lui avais fait mal. Très mal. Il s’en avais voulu de ne pas avoir été plus prévoyant, plus lucide, plus plus. Bref, il ne s’etait pas sentit a la hauteur de la situation. Il fit un léger signe de tête pour indiquer à son fils de le suivre. Après tout le café était bonde et il avait bien vu que Jenny avait fait une place. Il se dirigea vers la table de Jenny avant de s’asseoir à cote d’elle. Il n’avait pas dit un seul mot avant de s’asseoir. Il ne parla qu’une fois assis.


Alors Iris, vous avez trouvé une robe de mariée ?


Cela faisait un petit moment qu’il le savait malgré tout les précautions que prenait Tony pour lui cacher. Il faut dire que cela l’avait fait sourire de voir que son meilleur agent avait enfreint la règle de ne jamais sortir avec une collègue. Il faut savoir laisser les problèmes personnels a la maison et de ne pas les transporter au bureau qui s’avère plus complexe que jamais. On a beau croire que cela est facile mais cela ne l’est jamais. Même lui le savait très bien. Être un agent sur le terrain et même directrice, il s’agit d’un métier dangereux. Malgré toute la formation qu’on apprend, les risques sont toujours présents. Pour le moment, Gibbs se contenta de regarder Iris droit dans les yeux avant de reprendre la parole.


Iris, voici mon fils Liam. Liam, je te présente la future Iris DiNozzo- Shepard ou Shepard-DiNozzo.

Gibbs se tourna vers Jenny. Il la trouva magnifique comme à son habitude. Essayant de ne pas trop la fixer bêtement surtout quand on est devant un agent spécial former pour découvrir le langage corporel des gens. Bref, il alla parler quand il fut interrompu par la serveuse, il se tourna donc vers elle avant de commander deux cafés. Cet interruption etait la bienvenue, il se devais bien de se l’avouer.




FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Lun 11 Aoû - 0:10










Pendant toute l’après-midi elle avait ressenti une certaine excitation en elle. En même temps, on ne se mariait pas tous les jours. Le lieu du mariage n’avait pas été encore choisi comme pour la lune de miel. En même temps, ils avaient encore du temps devant eux pour choisir. Elle avait pris son temps pour choisir sa robe de mariée, elle voulait plaire à Tony le jour J, elle voulait que cette robe qu’elle choisirait plaise à l’homme avec qui elle allait se marier. Et puis, il fallait surtout qu’elle lui plaise à elle, qu’elle se sente bien, à l’aise, à l’intérieur et que celle-ci lui aille. Car même si elle trouvait une robe jolie ça ne voulait pas dire pour autant qu’elle lui allait. Si un jour on lui avait dit qu’elle se marierait la belle blonde aurait ri au nez de la personne qui lui aurait dit ça. Mais Anthony l’avait surpris quand il l’avait demandé, un genou à terre, en mariage. Elle s’était toujours dit auparavant qu’un jour ou l’autre ça se finirait entre eux deux. En même temps, il était connu pour être un coureur de jupons et non quelqu’un qui cherchait à construire une vraie relation. Alors, quand il l’avait demandé en mariage, elle avait cru pendant une micro seconde que c’était une plaisanterie, le choc, puis elle avait accepté. Parce que pourquoi n’accepterait-elle pas de se marier avec lui vu qu’elle l’aimait et que c’était réciproque ? Qu’il montrait ainsi qu’il était prêt à s’engager bien plus sérieusement dans leur relation. Les enfants ? Non pas tout de suite. Elle avait déjà Evan et Iris avait son projet d’adoption qui était en attente. Réussirait-elle ou non à avoir cette autorisation d’adopter ? Serait-elle mise dans la liste d’attente des personnes qui attendaient de pouvoir adopter un enfant ? Même si elle était quelqu’un d’optimiste, elle était réaliste et elle savait que le fait d’être elle-même orpheline et n’ayant pas eu la chance d’avoir eu une famille joueraient contre elle. Pourtant, elle ne lâcherait pas le morceau et relancerait la procédure s’il le fallait.

Son regard rentra en contact avec celui émeraude de sa génitrice. Ce qu’elle lui répondit la fit sourire. Oui, Anthony n’avait pas intérêt à dire que la robe qu’avait choisi Iris ne lui plaisait pas. Elle avait pris une après-midi entière pour la choisir, elle en avait mal aux pieds alors il avait  intérêt à dire qu’il la trouvait bien à l’intérieur. La belle blonde prit une gorgée de son verre de soda. Au moins, ça avait le don de réveiller si on était fatigué. Bon, il y avait cette question, plutôt cette demande qu’elle voulait lui soumettre. Ca ne lui était pas venu comme ça, loin de là ! Elle y réfléchissait depuis plusieurs jours et le moment était donc venu de se jeter à l’eau. Elle avait peur de recevoir un refus de sa part, peur de tout faire capoter. Alors à peine la question posait elle fit demi-tour et lui déclara de laisser tomber qu’elle trouverait quelqu’un d’autre. Ses doigts étaient serrés sur son verre, son regard plantait sur le liquide contenu à l’intérieur elle n’osait plus croiser le regard de la co-directrice du NCIS. La belle blonde fut surprise qu’elle lui prenne la main, ce qui servit à faire remonter son regard qu’elle avait hérité de son père vers celui émeraude de la rouquine. Elle ne pipait mot, l’écoutant juste. Alors elle acceptait ? Elle ne rêvait pas ? Tout de suite, un sourire apparut sur ses lèvres, certes pas énorme mais il était bel et bien sur ses lèvres. Elle laissa passer volontiers plusieurs seconds de silence, son regard toujours dans celui de Jennyfer avant de reprendre la parole :

- Merci ... dit-elle dans un souffle avant de reprendre, Tu es sûre de le vouloir ? Ne te sens pas obligée hein …

Son sourire s’était transformé en un sourire timide. La craignait-elle ? D’une certaine façon oui. Elle craignait qu’un jour elle ne veuille plus d’elle dans sa vie, qu’elle l’abandonne de nouveau, qu'elle la rejette, qu’elle se retrouve de nouveau seule. Certes, elle avait Evan et à présent Anthony mais elle se sentirait de nouveau seule si sa vis-à-vis la rejetait un jour. Elle n’était pas une chaussette qu’on jetait quand elle était sale ou un vêtement qu’on jette car on ne l’aime plus ou qu’il ne nous va plus. Mais ça semblait si facile de tourner le dos à ses proches, de faire partir de sa vie une personne. Cette crainte qui la tenait encore aujourd’hui après ces quelques années où elle fréquentait à présent sa mère. La belle blonde entendit un tintement vers l’entrée du dinner, sa mère tourna la tête et elle la vit émettre un mouvement de la tête ce qui piqua sa curiosité. Iris tourna la tête, son regard tomba en premier sur l’agent Gibbs puis sur … Liam ? Mais que faisait-il ici ? Elle était décontenancée. Après toutes ces années, elle ne pensait pas le revoir en tout cas pas comme ça pas ici. Les souvenirs affluaient dans sa tête alors que sa mère leur faisait signe de venir s’installer à leur table. Alors qu’ils s’avançaient vers eux, la belle blonde se déplace pour leur laisser de la place, faisant glisser son verre en face d’elle :

- Bonjour. Oui on a enfin trouvé la robe, ça nous a pris l’après-midi mais c’est bon. répondit-elle du tac au tac tout en continuant à regarder Liam

Son regard glissa vers l’homme aux côtés de Liam qui faisait les présentations entre elle et … son fils ? Oh oh ! Attendez c’était son fils ? Woh ! Elle jeta un coup d’œil furtif vers le jeune homme avant de revenir vers son père. Les présentations étaient inutiles, ils se connaissaient tous les deux. Et le choix de l’ordre des noms n’étaient pas encore fait, en même temps, elle avait encore du temps devant elle pour faire son choix. Mais elle était sûre de vouloir porter les deux noms de familles. Certes ça ferait à rallonge mais elle s’en fichait. Elle voulait garder le nom qu’elle portait depuis qu’elle était née et prendre celui de son futur mari. Elle voulut prendre la parole, répondre, mais la serveuse arriva et deux cafés furent commandés, quand la serveuse fut partit, Iris prit la parole :

- On se connait déjà … et je n’ai pas encore choisi pour l’ordre.

Elle ne savait pas trop quoi dire de plus, alors elle se contenta de porter son verre de coca à ses lèvres, d’avaler une gorgée et de balayer la salle du regard tout en se taisant. Ca promettait d’être sympa ce petit moment à quatre. Ce qui était parti pour une après-midi tranquille à deux se révéler être moins « tranquille » que prévu …

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Mar 12 Aoû - 10:39

Iris, Jenny & Leroy ∞

Le hasard fait bien les choses, non ?
Liam se sentait bien. Le cœur léger il prenait note des conseils inculqué par son paternel, d’un sourire il lui confirma qu’il avait bien comprit. Il était vrai qu’il n’était pas très malin de clamer haut et fort qu’il était un indic, mais il était tellement fier de son évolution, tellement fier d’avoir réussi à changer du tout au tout. Certes il n’était pas encore guéri de son ancienne vie, et pour cause, il avait encore un pied dedans, mais il avait clairement changé. Et le fait que son père lui dise, pour la première fois, qu’il était fier de lui c’était inespéré et ça faisait un bien fou, ses efforts étaient enfin récompensés.
Ces quelques règles il les gardait précieusement dans son esprit, ces derniers temps il avait beaucoup appris sur le métier et sur la procédure, il devait donc se montrer réceptif.

- Merci…

Il n’avait su quoi dire d’autre, il était encore bien trop pudique pour lui dire à quel point il apprécié ces paroles, cette volonté de les voir se rapprocher le touché. Il espéré bien sûr qu’une vraie relation s’installe et qu’il puisse faire des choses ensemble, ce qu’un père pourrait faire avec son fils, il caressé le doux rêve d’une virée, n’importe quoi tant qu’il passait un peu de temps avec son paternel. Ces moments lui avait cruellement manqué durant son enfance, et aujourd’hui il espéré rattraper le temps perdu.

Arrivés à hauteur des deux femmes, Liam se sentait tout à coup très gêné, le fait de revoir Iris, il ne l’avait pas prévu ça, il se sentait mal à l’aise, cette situation était gênante. Lorsque son père prononça le mot « robe de mariée » son regard se transforma en interrogation. Donc elle allait se marier ? Il n’était pas le seul à avancer dans sa vie, cela semblait logique. A l’évocation de son nom de famille, son cœur manqua un bond. Donc en plus elle était la fille de Jenny ? C’était d’autant plus gênant, s’il l’avait pu il se serait enfui à toutes jambes pour éviter cette situation de plus en plus oppressante, mais non le nouveau Liam ne fuyait pas. Il soupira à cette pensée, il faisait trop d’efforts, s’en était désespérant.

Liam planta son regard dans celui d’Iris lui offrant un sourire gêné, elle expliqua d’un air désintéressé qu’ils se connaissaient déjà, c’était le moins que l’on puisse dire. Il détourna son regard, alors qu’ils furent invités à s’installer avec eux, le jeune homme s’installa aux côtés d’Iris tout en disant :

- Oui, on se connait…

Le souvenir d’Iris revint en sa mémoire, il le gardé dans un recoin de sa mémoire, mais il n’aurait jamais cru avoir à le déterrer, c’était un peu comme un vieux souvenir qu’on conserve sans trop savoir pourquoi, le cerveau nous y obligeant pour ne pas oublier ces moments, il en gardé un bon souvenir, mais cela resté une erreur, une erreur du passé qu’il ne pouvait gommer, c’était trop tard. Leurs regards gênés, fuyants, devait paraître, d’un point de vue extérieur, plus que suspect.

- Hm, alors comme ça tu vas te marier ? Félicitations…

Histoire de faire la conversation, d’effacer cet air surpris qui ne pouvait se décoller du visage, mais rien n’y faisait, ces quelques mots n’allaient rien y changer. Il ne s’en remettait pas. C’était si soudain, si…Inattendu.

Une serveuse vint prendre leur commande, Liam demanda un café, lorsque toutes les commandes furent prises, cette première disparu laissant un silence planer, au vue de leur comportement, le jeune homme s’attendait bien à ce que les deux plus âgés ne leur demande d’où ils se connaissaient et pourquoi en faire tout un mystère, mais Liam ne savait pas vraiment si il était prêt à évoquer ce souvenir, le serait-il ? …


made by pandora

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs Mer 13 Aoû - 21:09




Le hasard fait fort bien les choses, non?
Ft. Iris Shepard, Liam L. Gibbs & Leroy Jethro Gibbs


Plus les jours passaient, plus sa fille semblait prompte aux aléas des impulsions. Bouffée de stress, crise d'angoisse, débat sur des sujets devenus soudainement importants alors qu'il n'était que détail. Eh dire qu'elle n'avait même pas encore fixé la date de son mariage. Dans un sens, Jennyfer n'était pas pressée de la voir tomber, s'attendant au pire, même si plus tôt elle le sera mieux se serait. Elle pourrait dès lors arranger un planning de garde des équipes du Ncis, en tenant compte de l'indisponibilité de deux agents. Non pas qu'ils ne seraient pas se passer d'eux quelques jours, les deux équipes fonctionneraient très bien, mais mieux valait prévenir que guérir. Sa réflexion, en ce moment, était pourtant loin d'un calendrier ou d'une lune de miel, restant irrévocablement ancrée dans le présent. Notamment vers sa robe dont elle craignait qu'elle ne plaise pas à DiNozzo. La rousse eut un sourire amusé, elle s'inquiétait pour rien. Pour elle, la question ne relevait d'aucun intérêt. Devrait-elle lui rappeler l'idée que l'agent Italien sera très certainement plus intéressé par ce qui avait dans la robe, que celle-là même? Cela semblait une évidence à ses yeux, mais elle ne la formula pas, se contentant de quelque chose de plus classique et moins brute de décoffrage. Néanmoins, son but fut atteint car la jeune blonde lui offrit un sourire pour changer de sujet.

Voilà qui était bien mieux. Ou du moins, elle le pensait. Sirotant tranquillement son café brulant, la rousse avait tourné son regard émeraude vers Iris. Elle semblait plongée dans une réflexion qui lui était devenue douloureuse, l'hésitation & la tension qui lui nouait les épaules se ressentant jusque chez elle. Par habitude, par cette franchise qui la caractérisait souvent, elle allait poser la question s'y retenant pourtant. Avec les années, elle avait compris que c'était le meilleur moyen pour que sa fille se braque et qu'elle n'en sache rien. La patience fut payante, sa vis-à-vis livra enfin ce qu'elle retenait, la surprenant en même temps. La codirectrice ne s'était pas attendu à cela, elle aurait pensé à quelque chose de plus grave sans doute au vu du débat interne qui avait été le sien. Elle se rétracta directement, ce qui lui donnait l'impression d'être réellement un monstre, façon de parler. Elle reprit les devants pour lui dire qu'elle acceptait. Elle pouvait bien faire ça. Ou mieux formulé, elle lui devait bien ça! Le sourire même mince qu'elle lui fit la détendit. Mais elle ne dérogerait pas à la crainte qui l'animait, elle relança par la suite. Le sérieux restait visible dans son regard, elle n'avait pas cillé, elle ne l'avait pas baissé comme si elle voulait lui prouver que ce n'était pas une idée en l'air. Qu'elle n'avait pas à trouver une nouvelle entourloupe pour lui offrir une porte de sortie sur un plateau d'argent. Quand, Jen voulait se défiler, elle le faisait que trop bien, malheureusement. Elle n'avait besoin de l'aide de personne.


-Je ne me sens pas obligée. Je le ferais parce que ça me fait plaisir, plaisir que tu me le demandes. Alors arrête d'hésiter à me poser la moindre question. Tout ce que risque, c'est une réponse.

Peut-être s'avançait-elle un peu dans cette promesse à demi-mot parce qu'elle ne répondrait certainement pas à tout. Mais bon, tout dépendait de ce qu'elle voulait aussi. Elle fut pourtant interrompue dans ces réflexions, ou dans la suite de ces pensées par l'arrivée de nouvelle personne dans ce Dinner déjà bondé. Le moins qu'on puisse dire c'était que les deux hommes qui venaient de pénétrer à l'intérieur du bâtiment, n'était pas des inconnus. Pas du tout. Après plusieurs temps de battement et voyant qu'ils cherchaient une place où s'installer, elle avait proposé la leur d'un simple mouvement. L'hésitation, se peignant un instant sur son visage alors qu'elle esquissait déjà le recule contre la partie la plus proche de la fenêtre, laissant de la place sur le siège à côté d'elle. Son café dans ses mains, son regard passa d'Iris qui semblait accuser un choc, au duo Gibbs qui s'étaient rendu jusqu'à leur table pour prendre place. Elle n'eut pas vraiment le temps d'intensifier la question que Jethro, s'asseyant à ses côtés, reprenait la parole, semblant soucieux de ne pas laisser un mal-être s'installer. Lui avait-elle dit qu'elles passeraient l'après-midi à chercher une robe pour Iris? Elle n'en avait guère souvenance mais le paquet du magasin au côté de la blonde devait y être pour beaucoup. Encore heureux que c'était bon ! Une après-midi lui avait amplement suffi. Elle avait l'impression du voir du blanc partout, ce qui allait finir par faire protester ces yeux. Trop de blanc, tue le blanc. Pourtant, elle n'avait pas tourné la tête, restant fixée sur Liam. Ils se connaissaient? La curiosité semblait s'être déclenché chez Jenny. Comment? En tout cas, ils ne semblaient pas s'attendre à ça, aucun des deux. Elle avait tourné la tête comme pour demander silencieusement si l'ex-marine en savait plus. Elle finit par plonger dans son regard car il avait tourné la tête dans sa direction. Un léger sourire finalement étira ses lèvres, il n'y avait pas besoin de paroles entre eux. Cela l'avait toujours été. L'interruption de la serveuse passée, elle ramena son regard vers les deux jeunes qui lui faisaient face.

-C'est vrai? D'où vous connaissez-vous?

Demanda-t-elle. Un intérêt? Juste la curiosité, ils semblaient toujours pas se remettre du choc et oui, elle voulait le savoir. C'était aussi une manière comme une autre d'essayer de relancer la conversation, de ne pas retomber dans une gêne quelconque. C'était sûr que leur quatuor n'était pas des plus classiques, au vu des liens qu'ils avaient les uns avec les autres. Puis ça éviterait à sa fille de se lancer dans l'une ou l'autre réplique dont, elle ne voulait pas essuyer la réponse. La meilleure défense, c'était l'attaque. Mais peut-être que ce n'était pas la meilleure chose à faire. Elle n'avait pas envie d'intensifier ce qui semblait régner de leur côté, elle aurait juste voulu faire retomber la pression. La rousse avait finalement, glisser un regard à Jethro avant que la serveuse ne revienne presque directement avec leur commande. Cela avait beau être bondé, il fallait croire que tout le monde était déjà servi. Elle avait en tout cas été aussi rapide que le coup d'avant. Buvant une autre gorgée de son café lacté, elle finit par se tourner vers les deux Gibbs, lançant autre chose, comme une porte de secours. En même temps niveau confidence, elle ne pensait pas que Liam aurait pu être plus malaise vis-à-vis d'elle que lors de leur rencontre brutale au Ncis.

-Et vous? Qu'est-ce qui vous amène ici?

Autant le savoir, autant le demander, cela lui semblait être un terrain beaucoup plus stable. Sa main se mit à jouer inconsciemment avec la tasse fumante alors qu'elle attendait leur réponse. Son regard passait tour à tour sur les trois autres personnes qui occupait la tablée, ainsi que dehors de temps en temps, suivant cette foule qui se mouvait. Mis à part le café peut-être? Parce que effectivement, ils étaient trois à boire ce liquide dans un parfait cliché des forces de l'ordre, auxquels ils appartenaient. Seule Iris faisait bande à part avec sa boisson, même si la caféine y était présente également.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs

Revenir en haut Aller en bas

Le hasard fait fort bien les choses, non ? ~ Les Shepards et les Gibbs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» Le hasard fait (parfois) bien les choses [PV Cassie + Connor]
» [RP FINI] Le hasard fait parfois bien les choses... Ou pas
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙
» Le hasard fait fort souvent bien les choses (PV Glenn)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de Détente :: » Les cafés et les restaurants-