AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

[F1] Tel est prit qui croyait prendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
~Inconnu aux yeux de tous~

~Inconnu aux yeux de tous~
♠ Nombre de messages : 148


MessageSujet: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Sam 18 Jan - 10:12



►Lancement du Sujet ◄



    La nuit est fraîche, le vent s'amuse à jouer avec les branches des arbres qui viennent frapper de temps en temps contre un des murs de la battisse. C'est bien le seul bruit constant dans cette nuit de Janvier. Il fait calme, la plupart des habitants dorment à poing fermé, ignorant tout de ce qui peut bien se passer à quelques pas de chez eux. Une lumière d'un des lofts signale que tout le monde ne dort pas. Puis soudain, des bruits d'objets qui se répercutent contre les murs. Du bruit, des cris, qui cassent le silence ambiant. C'est des maisons mitoyennes et les voisins se réveillent. Se demandant ce qui se passe, ils ne comprennent rien mais ça bouge à côté, un peu trop même. Puis tout d'un coup une déflagration, une seconde et une troisième. Alerté, paniqué, ils sautent sur le téléphone pour appeler la police. Celle-ci arrive sur place un bon quart d'heure plus tard pour découvrir le massacre. La lumière de la maison est toujours allumée, mais à l'intérieur c'est un champ de bataille. Le divan est renversé, les cadres tombés, puis du sang et l'homme est allongé sur le sol mort. Les premiers noms, les premiers appels commencent quand finalement une heure plus tard, le FBI arrive sur place...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Dim 19 Jan - 10:36

Souriez vous ennemis detestent ça!
[F1] Tel est prit, qui croyait prendre...


 
Comme si elle n’avait pas assez de travail avec l’infiltration de l’agent Jacobs au plein cœur d’une famille de mafieux, il fallait qu’on l’appelle au milieu de la nuit pour se rendre sur une scène de crime. Un soir où de plus, elle n’était pas censée être au travail ! Une nuit où elle avait prit ce qu’il fallait pourvoir dormir correctement, sans cauchemar, sans réveil en sursaut du à de sombres souvenirs. Au lieu de ça, s’était la sonnerie de son téléphone qui l’avait tiré du sommeil avec grande difficulté d’ailleurs. L’agent Speers avait mit quelques minutes à ouvrir les yeux et surtout à réalisé que s’était la sonnerie de son téléphone qu’elle venait d’entendre au fin fond de sommeil salvateur dans lequel elle était plongée. C’était en faisant un effort considérable qu’elle avait tendu la main sur la table de nuit et qu’elle avait vu deux appels en absences. Le numéro, elle ne connaissait par cœur, il s’agissait du FBI.
 
« -fait chier… »
 
La jolie blonde s’était assise dans son lit, et elle s’était frotté les yeux afin de se réveiller un peu plus tout en composant le numéro de son travail afin de connaitre le sens de cet appel en plein milieu de la nuit. La voix de l’opératrice du standard du FBI se fit entendre dans l’appareil et d’une voix plein de sommeil, Elsy s’identifia en donnant son numéro de matricule et son nom puis demanda le pourquoi du comment.
 
Lorsqu’elle raccrocha quelques minutes plus tard, elle posa un regard dépité sur son portable, assise dans son lit en nuisette, les cheveux en bataille. Puis elle soupira en fermant les yeux quelques secondes avant de sortir de son lit. Il était aux alentours des trois heures du matin et elle n’avait aucune envie de devoir se rendre sur une scène de crime. Déjà qu’elle le terrain n’était pas vraiment son dada, mais un appart’ plein de sang avec un cadavre en son centre, elle savait qu’elle n’allait pas passer une bonne journée.
 
La jeune femme s’étira avant de mettre un pantalon de tailleur noir et une chemise de couleur beige. Elle se dirigea ensuite à la salle de bain et elle se regarda dans le miroir avant de grimacer. Elle attacha ses cheveux avec quelques pinces, histoire d’être un peu plus présentable. Pas de maquillage, pour aller sur une scène de crime, pas vraiment la peine d’être bien mise. Surtout si c’était pour voir du sang partout et devoir courir après un mec en fuite… Bref…
 
L’agent spécial du FBI ferma son appartement à clé, et elle descendit les escaliers de son appartement pour se rendre à sa voiture. Lorsqu’elle sortie dans la rue, elle fut bien heureuse d’avoir mit un bon manteau et une écharpe. Déjà qu’elle avait du mal à se réveiller entièrement sans doute à cause du cachet qu’elle avait prit en début de soirée. Une fois au volent de sa voiture, elle n’avait qu’une envie, celle de boire un café bien fort. Et ce fut pour cela qu’elle le temps de passer en chercher un. Hé oui, il avait des cafés qui tournaient la nui et Elsy en connaissait quelques uns. Ce n’était pas la peine de lui demander de travailler si elle n’avait pas eut sa dose de caféine ! Elle remonta dans sa voiture après avoir acheter son grand gobelet de café bien chaud et très noir ! Elle respira le parfum de sa drague favorite  avant de remettre le contact de sa voiture.
 
Le FBI lui avait donné l’adresse du rendez vous, et après une bonne demi-heure de voiture, elle arriva enfin dans le quartier. On aurait dit qu’une bombe venait d’exploser ! Il y avait des voitures de flics de partout ! La jeune femme soupira, agacée de les voir tous là. Il y avait également un bon paquet de petits curieux qui s’entassait près de la banderole de sécurité qui avait été mise. Il y allait encore avoir des engueulades…. Les flics n’aimaient pas que le FBI intervienne sur leurs enquêtes. Mais d’après ce qu’Elsy avait comprit au téléphone, l’homme qui s’était fait descendre concernait le FBI de très près.
 
La belle blonde gara sa voiture un peu plus loin, puis elle s’approcha de la zone balisée. Un homme en uniforme posa sa main sur son épaule et lui dit :
 
« -désolé ma belle, mais on ne passe pas. »
 
Elsy posa un regard sombre sur lui, et elle sortie sa plaque pour lui mettre sous le nez. Puis elle dit ce qu’elle adorait dire dans ces cas là :
 
« -agent Speers, FBI. Désolé, mais je passe. »
 
L’homme sembla déçu, mais il s’excusa et la laissa avancer dans l’allée. La jeune femme mit ses mains dans les poches de son manteau, et elle marcha sur les dalles de béton de l’allée. Il y avait tellement de bruit dans le coin qu’elle sentit un mal de tête arriver. Puis elle entendit des paroles de journalistes. « on ne sait pas encore exactement ce qui s’est passé ici… » « Le FBI vient d’arriver… ». Elle stoppa sa marche et elle posa son regard sur le groupe de personnes qui avaient des micros et des caméras. Pourquoi étaient-ils déjà là eux ?! Elsy détestait ces curieux qui la plus part du temps faisait foirer les enquêtes en balançant des infos qu’il ne fallait pas. Elle s’avança vers un agent de la police et elle lui dit :
 
« -bonsoir, agent Speers du FBI. Serrait-il possible de les faires s’éloigner ? Idem pour les voisins ou autres curieux ? »
 
Elle sourit à l’homme qui avait l’air d’être une jeune recrue et elle s’éloigna en le remerciant de faire ce qu’elle venait de lui demander. Puis elle s’avança vers l’entrer du bâtiment. Visiblement elle n’était pas la seule à avoir été appelé car il y avait là pas mal d’agent. Lorsqu’elle entra dans la salle ou s’était déroulé le crime, elle se dit qu’il y avait là un foutu bordel ! Tout était sans dessus dessous… Elsy salua un collègue déjà présent et elle lui demanda de lui faire un résumé de la situation.    
 
 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Elisabeth Speers le Mar 22 Avr - 21:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Dim 19 Jan - 16:42


   

   
Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis.



   
Tel est prit, qui croyait prendre. FBI & FBI


La sonnerie stridente de son portable vint mettre fin à son sommeil paradoxale, Kenzy tâta alors de la main sa table de nuit pour saisir son Smartphone et poussa un long soupir en voyant qui était responsable de son réveil soudain !
L’appel fut bref et dû se résoudre à se lever pour se rendre sur une énième scène de crime et qui semblait être sous la juridiction de l’agence fédérale dont elle dépendait. La trentenaire raccrocha et tout en gardant le petit appareil dans sa main, elle déposa un baiser sur la chevelure blonde du petit bonhomme qui l’avait rejoint dans la soirée à cause d’un mauvais rêve.
Après avoir vérifié que son fils dormait à poing fermé, elle se glissa hors du lit et se faufila sous la douche où elle laissa l’eau tiède la sortir de sa torpeur matinale. Kenzy opta pour l’un de ses tailleurs habituels même si, au vu de l’heure, elle aurait plus opté pour un jeans avec un sweat de son équipe de baseball préféré et une paire de basket. Dès qu’elle eut enfilé sa tenue grise et une chemise parme et qu’elle se maquilla légèrement, elle mit son holster à sa ceinture qui rejoignit son badge. Avant de franchir le pallier de son appartement, la jeune femme laissa un mot pour ne pas inquiéter sa mère, qui était en vacance pour quelques jours, de sa disparition soudaine en plein milieu de la nuit.

Kenzy pénétra dans l’habitacle dans sa berline ATS noire et mit le contact, profitant de la fluidité du trafic à cette heure de la nuit. En arrivant sur la scène du crime, la foule se dissipait peu à peu grâce à l’un des officiers de police mais les journalistes cherchaient toujours la nouvelle piquante qui leur ferait gagner de l’audience au 20h du lendemain ! Ces rapaces qui n’avaient aucune considération pour le travail des enquêteurs ou la famille de la victime tant qu’il arrivait à vendre le Washington Post au petit matin.
La jeune femme se dirigea en direction des bandes jaunes qui délimitaient la scène du crime d’un pas assurée comme elle en avait pris l’habitude avec le temps et sortit son badge du FBI avant que le policier ne lui demande. Elle était encore fatiguée de sa courte nuit et avait horreur qu’on la réveille en pleine nuit parce que les tueurs n’avaient aucun respect pour les victimes et les enquêteurs qui avaient, bien souvent une vie en dehors de leur métier.

Lorsqu’elle entra dans l’appartement qui semblait être la fameuse scène du crime, elle remarqua que l’effervescence battait son plein dans ces lieux, chacun tentant de trouver sa place dans le capharnaüm ensanglanté qui régnait entre ces murs. Son regard noir se posa alors sur la jeune femme avec qui elle avait déjà travaillé sur une affaire précédente, la trentenaire blonde avec qui elle avait sympathisé au fur et à mesure de leur prise d’otage.

- « Je croyais que tu préférais le travail de bureau agent Speers ?! »


Kenzy lui sourit et ajouta :

- « Qu’es ce qu’on a ? »

La trentenaire se baissa aux côtés du corps et l’observa minutieusement, remarquant les trois impacts des balles dans le corps de leur victime et ajouta, tout en relevant la tête vers sa collègue :

- « Le tueur voulait vraiment sa mort pour tirer trois fois. »


Kenzy se redressa et posa ses mains sur les hanches tout en poussant un soupir, ajouta :

- « J’espère que tu n’as pas sommeil Speers, parce qu’on ne risque pas de renter avant un petit moment ! Vive le travail de terrain. »

Elle ponctua sa phrase d’un clin d’œil pour tenter d’apaiser la pensée qu’elles n’allaient pas pouvoir rentrer dans leurs appartements dans les heures voir les jours à venir.
C’était l’inconvénient lorsque l’on était dans les forces de l’ordre, il fallait accepter l’idée que le travail aurait toujours le dessus sur la vie personnelle, que les horaires n’étaient pas fixés sur un emploi du temps et que les tueurs n’attendaient pas que vous preniez du service pour agir. Ce n’était pas la profession le mieux payé, ce n’était pas non plus la plus respecté par les concitoyens mais Kenzy Wright aimait son travail et sûrement autant que tous ceux qui avaient choisis cette branche par vocation.


   
BY .TITANIUMWAY

   


Dernière édition par Kenzy Wright le Jeu 13 Fév - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Jeu 30 Jan - 17:17

Souriez vous ennemis detestent ça!
[F1] Tel est prit, qui croyait prendre...


 
L’agent Speers, malgré son manque d’expérience sur le terrain, savait qu’il ne fallait en aucun cas « salir » une scène de crime, et ce fut pour cela qu’elle enfila une paire de gants en latex. Elle écouta avec attention ce que son collègue lui raconta, tout en fronçant les sourcils peu à peu. Elle se dit qu’elle aurait vraiment préféré être encore dans son lit bien au chaud sous sa couette… Mais visiblement ce n’était son jour de chance, et que vu la scène de crime, il n’y avait pas moyen qu’elle retrouve son lit avant un long, très long moment !
 
La jeune femme fit quelques pas dans la pièce, regardant le désordre qui régnait ici… Le canapé était renversé, comme s’il y avait lutte entre la victime et l’agresseur, les cadres étaient soit au sol, soit de travers sur les murs… Des morceaux de verres brisés jonchaient par conséquent le sol. Elsy ne souhaitait pas vraiment avoir à regarder droit dans les yeux le cadavre qui était allongé au sol, laissant ce privilège à un de ses collègues qui en aurait déjà l’habitude. Non pas qu’elle ait l’estomac fragile, mais elle a la base elle passait son temps sur un ordinateur et non pas les deux pieds dans un bain de sang. Alors qu’elle faisait un tour dans la pièce histoire de voir si au premier coup d’œil il y avait quelque chose qui la choquait, une voix de femme qu’elle connaissait bien maintenant résonna derrière elle. La jolie blonde se tourna alors vers elle répliqua :
 
« -tu crois pas si bien dire Kenz’… »
 
Kenzy venait de faire son apparition sur la scène de crime, visiblement d’aussi bonne humeur qu’Elsy. Malgré leur petit différent du début, les deux femmes avaient vécu une expérience assez forte quelques mois plus tôt qui les avait rapproché et qui avait eut pour point bénéfique de les faire enfin s’entendre et se comprendre un peu mieux.
 
« -on a un sacré bordel… Celui qui a fait ça n’y ait pas allé de main morte… On va en avoir pour un bon moment à regarder tout ça… »
 
En disant cela, elle avait ouvert les bras sur la pièce pour justifier le « ça » de sa phrase. La jeune femme fut heureuse de voir que Keney se penchait sur le cadavre et Elsy s’approcha d’un pas dans sa direction lorsqu’elle lui parla des trois impacts de balles. Trois balles… Oui mais trois balles à seulement quelques centimètres de distance les unes des autres. Le tireur n’était pas un débutant…
 
« -oui on voulait le voir raide, mais celui qui a fait ça n’est pas novice dans le domaine. Tirer trois fois pratiquement au même endroit, il faut de l’entrainement… Super génial tout ça ! »
 
Elles allaient bien s’amuser avec tout ce foutoir ! Elsy espérait juste que personne n’avait touché à quoi que se soit. Elle ne l’a sentait pas du tout cette enquête… Qu’on retrouve raide mort le type qui avait piraté les serveurs du FBI quelques temps plus tôt, la jeune femme trouvait que sentait vraiment pas bon. Elle sourit alors à sa collègue et elle lui répondit avec ironie :
 
« -ouais je sens que ça va être bien long… Super je sens que j’adore déjà cette enquête ! »
 
Elle décida d’aller voir dans le reste de la maison, voir si à tout hasard il n’y avait rien de suspect. De toute façon les techniciens étaient là pour relever les indices, alors elle ne voyait pas vraiment ce qu’elle pouvait faire d’autre. Elle lança alors à Kenzy :
 
« -je vais faire le tour du proprio… Voir si y’a pas de trucs louches ailleurs qui pourrait nous aider. »
 
Elle passa alors dans la partie cuisine de la maison, simplement séparé d’une cloison du salon ou se tenait la scène de crime. La vaisselle était faite, le frigo était plein… Il y avait même de la tarte aux pommes dans un plat, sur le plan de travail. Elsy fronça un sourcil, trouvant cela vraiment étrange. Soit leur victime était un vrai cordon bleu, soit il y avait une femme la dessous. Cela ne ressemblait pas à une cuisine d’homme célibataire. La jolie blonde trouvait cela trop propre, trop bien rangé… Elle sortie de la cuisine et elle posa la question tout haut pour savoir si une personne ici présente était au courant de quoi que se soit :
 
« -quelqu’un est au courant si la victime vivait seul ou en couple ? »    
 
Plus elle regardait la déco du salon, plus elle se disait que la maison avait un truc qui ne collait pas avec un hacker… Ou alors elle avait son esprit et son imagination qui travaillait trop, mais ce n’était pas dans ce genre de grande maison qu’elle imaginait ce type d’homme. Elle posa son regard sur les équipes de flics qui étaient déjà là avant qu’elle n’arrive et elle leva ses deux mains devant elle, comme pour dire qu’elle commençait à s’impatienter et qu’elle voulait une réponse à sa question. Mais qu’est ce qu’ils avaient foutu avant que le FBI ne se pointe sérieux ? La jeune femme poussa un soupir bruyant pour montrer qu’elle était vraiment contrariée que personne ne puisse lui répondre lorsqu’un homme qui devait avoir la trentaine s’avança vers elle. Il se présenta comme officier de police et Elsy ne retint pas son nom. Jack… ok va pour Jakc ça suffirait tout à fait. Elle se présenta alors :
 
« -agent Speers, FBI. Vous avez la réponse à ma question ? »
 
Elsy savait qu’elle parlait froidement, mais de toute façon elle savait qu’elle passait déjà pour la chiante ici vu qu’elle avait une plaque avec FBI marqué dessus. Il lui répondit :
 
« -je dirais que vous avez surement raison. Je viens de faire un tour à l’étage et il y des vêtements de femmes dans la penderie de la chambre. »
 
Enfin quelqu’un de compétent qui savait répondre aux questions et qui visiblement n’avait pas peur d’elle. Yes ! Elsy afficha alors un sourire sur ses lèvres, et elle répondit :
 
« -Merci Jack… Vous avez trouvé autres choses qui puissent nous aider ? »
« -pour le moment je n’ai pas trouvé de nom pour identifier cette personne. Mais je vous laisse faire votre boulot, je ne suis plus utile ici vu que vous reprenez l’affaire. Ravie de vous avez rencontré. Si vous avez des questions, ou besoin d’aide, voilà ma carte. »
 
Elsy sourit de nouveau à l’officier, et elle comprenait qu’il puisse mal prendre le fait que son affaire venait de lui être enlevée par le FBI. Elsy lui serra la main en prenant sur elle pour se simple contact, et elle se dirigea vers l’escalier pour se rendre à l’étage. La salle de bain donnerait peut-être des indices précieux qui sais….      
 
 
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Jeu 13 Fév - 21:40


   

   
Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis.



   
Tel est prit, qui croyait prendre. FBI & FBI


L’inconvénient du travail de terrain c’était celui de devoir se réveiller en plein milieu de la nuit car les tueurs n’avaient aucun respect pour le sommeil des agents fédéraux. C’était cynique bien sûr comme remarque mais pas totalement faux ! Même si le mieux seraient qu’il n’y ait plus de meurtres mais ça donnaient un travail passionnant à des gens comme Elsy ou Kenzy qui aimaient se lever le matin pour faire respecter la loi dans la capitale.
Mais quand la jeune femme mit les pieds sur la scène du crime ou comme sur toutes les scènes du crime en général, elle se disait qu’elle préférait être avocate certains jours. L’atrocité dont était capable l’être humain montait en crescendo tout comme les meurtres qui assenaient le monde chaque jour…
Au moins sur cette affaire, elle travaillait avec Elsy avec qui les premières heures en sa compagnie avaient été palpables mais les tensions s’étaient atténuées pour laisser place à une véritable entente, un respect entre les deux femmes du FBI.

Kenzy esquissa un sourire en entendant Elsy lui répondre. Elle aussi, elle aimerait des fois le travail de bureau quand elle voyait le capharnaüm dans lequel on avait retrouvé la victime. La jeune femme balaya du regard les lieux lorsqu’Elsy avait écarté les bras pour lui montrer le bordel qui régnait en ces lieux et puis la jeune femme s’approcha du corps pour y faire les premières contestations. Devant la remarque plus que pertinente d’Elsy, Kenzy se redressa tout en fixant la jeune femme blonde et réfléchit un instant :

- « Nous…Je veux dire les représentants de la loi. Nous sommes entrainés à tirer deux à trois fois en cas d’intervention et nous nous entrainons pour ça. »


Ce qu’avait dit Kenzy à voix haute n’était pas bon présage surtout si l’on commençait à mettre le nez dans des affaires de règlement de compte ou de flic véreux si on suivait la thèse de la trentenaire.
L’ironie se fit sentir dans les mots d’Elsy qui semblait déjà « ravis » de cette affaire compliquée qui venait de leur tomber dessus sans crier gare. Les joies du terrain va-t-on dire !

- «  Tu vas faire carrière dans le travail de terrain à force ! » dit-elle avec un clin d’œil.

Même si elle savait pertinemment qu’elle se sentait plus à l’aise derrière un bureau, Kenzy ne doutait pas de ses capacités sur le terrain et ce qu’elle ajouta la conforta dans l’opinion qu’elle avait de la jeune blondinette.

- « Très bien ! Je m’occupe des voisins pour voir s’ils en savent plus que nous. »

Kenzy souhaita mentalement bon courage aux policiers scientifiques qui devaient récupérer les preuves utiles pour l’affaire dans tout ce bordel et sortit pour affronter une nouvelle fois le froid ambiant. La foule était toujours aussi conséquente devant la scène du crime, comme si les gens n’avaient pas autre chose à voir que des corps et du sang partout ! Si elle le pouvait, Kenzy aurait préféré être au chaud dans son lit, serrant son fils dans ses bras plutôt que de voir un nouveau corps qui viendrait lui rendre visite dans l’un de ses rêves comme ça lui arrive bien souvent. Ce n’était que des rapaces à la recherche de morbides pour tenter d’avoir un peu d’adrénaline dans leurs vies bien tranquille et bien rangé sans avoir connaissance de l’horreur que c’était d’être confronter à la mort comme eux, représentant de la loi, l’était !

Après un dernier regard pour tous ces curieux, Kenzy s’éloigna pour venir frapper chez les premiers voisins qui ne semblaient pas vraiment étonnés d’avoir de la visite à cette heure tardive de la nuit :

- « Bonsoir. Désolé de vous déranger mais je suis l’agent spécial Wright du FBI. J’aurais quelques questions à vous poser sur votre voisin qui a été retrouvé mort dans la nuit. » Elle sortit son bloc-notes et un stylo avant de reprendre « Connaissez-vous l’identité de la victime ? »

Le coupe de voisin qui se trouvait d’elle était vêtu en robe de chambre, la femme entourait par le bras de son mari qui la maintenait contre lui, tous deux effrayaient de toute cette sombre affaire qui avait eu lieu près de chez eux.
Ce fut la femme qui prit la parole en premier :

- « Casey Ford mais nous n’avions pas vraiment de contact avec lui. Enfin si, toi chéri. » dit-elle en se tournant vers son mari.

Kenzy porta alors son attention sur le mari qui acquiesça au dire de son épouse :

- « Vous aviez contact avec Mr. Casey Ford ? » dit-elle tout en écrivant sur son bloc-notes.
- « Oui ! Je l’ai aidé pour réparer sa voiture durant un temps et il m’a invité à boire une bière un soir. C’est tout. »

L’agent du FBI nota toutes ces informations consciencieusement avant de lever ses yeux noirs sur le couple :

- « Et vous avez entendu du bruit ? »
- « Oui. Nous avons appelé la police mais j’ai empêché mon mari d’y aller. »
- « Vous avez bien fait. C’est le métier de la police d’intervenir et non de la population. Et Mr. Fort avait-il quelqu’un dans sa vie ? Avait-il souvent de la visite ? »

Le couple échangea un regard avant d’acquiescer et ce fut la femme qui répondit une nouvelle fois à Kenzy qui l’écouta avec attention pour ne rater aucune information qui pourrait aider l’enquête :

- « Il était avec une femme qui sortait plus souvent que lui de la maison. Nous ne connaissons pas son nom par contre mais ils habitaient ensemble il me semble. »

- « Merci. Je vais vous laisser vous coucher. Si jamais quelque chose vous revient, quoi que ce soit n’hésitez pas à m’appeler. » dit-elle en tendant sa carte au mari.


Kenzy leur fit un bref sourire avant de se rendre à la prochaine maison, espérant qu’ils auront plus de réponses que le couple qu’elle venait d’interroger.

   
BY .TITANIUMWAY

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Mar 22 Avr - 21:46

Souriez vous ennemis detestent ça!
[F1] Tel est prit, qui croyait prendre...


 
Kenzy avait sans doute raison, à force d’être envoyé ainsi sur le terrain, la jeune femme allait bientôt changer de poste ! Elle en connaissait un qui ferrait certainement la gueule si ce n’était plus elle qui s’occupait de sa mission d’infiltration. Oui, parce qu’elle était probablement la seule dans l’agence à bien vouloir travailler avec Iz, et surtout à parvenir à le supporter ! Même si leurs débuts n’avaient pas été des meilleures, mais ça s’était limite monnaie courante en faite chez le FBI. D’ailleurs ça ne s’était pas passé bien différemment avec Kenzy… Elsy était la petite jeunette, la nouvelle même si cela faisait déjà quelques années qu’elle faisait partie de la maison, alors elle avait du faire ses preuves vis-à-vis de l’agent de terrain expérimenter qu’était l’agent Wright. Enfin, il leur avait juste suffit une prise d’otage dans un bar miteux, risquer leurs vies à toutes les deux, et bien croire de ne jamais ressortir vivante de cette histoire de fou ! Mais au final, après quelques petits bobos, les deux jeunes femmes avaient échangé une accolade, et depuis il y avait une sorte d’entente entre elle. C’était d’ailleurs pour cela qu’Elsy était heureuse de voir que Kenzy avait été également appelé pour mettre son nez dans cette enquête avec elle.
 
La jolie blonde quitta le salon, et elle se dirigea vers les escaliers qui faisaient face à la porte d’entrer, et elle les gravie en levant la tête vers le haut des marches, prudente toute de même, même si l’étage avait déjà été regardé. La jeune femme arriva sur le palier, et elle avança jusqu’à la salle de bain, laissant son regard dérivé sur les différentes décorations qui se trouvaient sur les murs. Elle posa son regard sur une photo, celle de plusieurs hommes qui se trouvaient visiblement à la chasse au vu de l’animal mort qui gisait à leurs pieds. Elsy détourna son regard, n’aimant pas ce genre de comportement macho, rustre et limite arriéré que semblaient avoir ces quatre hommes sur la photo.
 
Elsy entra alors dans la salle de bain, pièce assez petite, qui comprenait une baignoire avec un rideau de douche de couleur bleu pâle, une cuvette de toilette, et un lavabo… Deux brosses à dents dans les verres, une brosse à cheveux, avec des cheveux longs dessus… La jolie blonde poussa un soupir, et elle prit un petit sachet dans la poche de sa veste, pour y mettre quelques cheveux. Un autre pour les brosses à dents… Elle n’était pas vraiment des plus douées pour ce genre de trucs, n’était pas une pro sur le terrain, bien loin du niveau de Kenzy, mais elle connaissait la base tout de même.
 
Bon, ce qui était sur déjà s’était qu’il y avait une femme dans le décor, s’était un bon point et certainement une probabilité d’ouverture de piste. La jeune femme passa encore quelques minutes dans la salle de bain, avant de passer dans la première chambre seul le bruit de ses talons brisant le silence pesant qui régnait dans les pièces. La jeune femme fronça les sourcils en entrant, constant que les lits n’étaient défait que d’un côté… Elle s’approcha du côté non défait, et elle s’accroupit pour regarder ce qui se trouvait dans le tiroir de la table de nuit. Il y avait là un livre de poche avec une page corné, une boite de mouchoir en papier… Elsy souleva le livre, et elle découvrit une boite de préservatif, mais ce qui la fit écarquiller les yeux fut ce qu’elle trouva plaqué dans le dernier tiroir. La jeune femme laissa tomber les menottes et les fouets qu’elle venait de trouver, et elle se releva avec un haussement de sourcils. Certaines personnes avaient des meurs et des envies vraiment particulières… Que la jeune femme ne pourrait sans doute jamais comprendre… Enfin, elle signalerait tout de même cela à la scientifique, cela pouvait peut-être apporter des choses sur le profil psychologique de leur victime… Lorsqu’elle trouva une plaquette de pilule, Elsy fut sur que le côté du lit où se trouvait encore les couvertures étaient celui de madame. Si elle mettait bout à bout tout ça, Elsy pouvait juste conclure que la jeune femme qui devait partager la vie de l’homme étendu raide mort en bas au salon, n’était pas venu dormir ici cette nuit. Jeune femme, oui au vu des robe assez moderne qui se trouvait dans la penderie. Elsy écarta d’ailleurs tous les vêtements qui se trouvaient sur la tringle, et elle eut l’impression qu’un truc clochait… La jeune femme sortie dans le couloir, et elle sortie son téléphone pour appeler Kenzy :
 
« -ouais, c’est moi… Tu peux ramener tes fesses rapido’ stp… C’est toi la pro des trucs étranges, pas moi, alors magnes s’il te plait. »
 
Elsy raccrocha, et elle prit quelque secondes pour respirer profondément. Elle avait un mauvais pressentiment pour cette affaire… Ou alors cela venait du fait qu’elle n’avait pas beaucoup dormi… Elle n’en savait rien mais il y avait un truc étrange dans cette maison. Elle se mit alors à regarder la longueur des murs, et elle eut comme un flash. Elle descendit alors assez vite les escaliers, habituer à faire cela en talons et elle dit :
 
« -quelqu’un peu me sortir un plan de la maison… Un plan de construction… Et assez vite si possible ! »
 
Elle savait que ce genre de demande ne pouvait pas être faite en trois secondes, alors elle se décida à aller prendre l’air pour attendre que Kenzy veuilles bien la rejoindre. Elle n’osait pas remonter toute seule là haut… Elle voulait d’abord voir un plan, et parler de ce qu’elle pensait à Kenzy pour savoir ce qu’elle en pensait.  
 
 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Elisabeth Speers le Jeu 1 Mai - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Sam 26 Avr - 20:08


   

   
Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis.



   
Tel est prit, qui croyait prendre. FBI & FBI


La nuit était déjà bien entamée et alors qu’elle continuait de marcher jusqu’à la maison suivante, elle réprima un bâillement. Eh oui ! Kenzy n’avait pas eu son quota d’heures de sommeil et elle n’était pas contre de retrouver son lit et son petit garçon qui devait encore dormir à poing fermé. La jeune femme frappa à la porte tout en balayant du regard les alentours à la recherche d’un fait suspect et reporta son attention sur la porte, frappant à nouveau mais ce fut une voix derrière elle qui l’accueillit. Cela n’étonnait plus vraiment Kenzy de voir qu’un meurtre attirait autant de monde, comme si l’être humain était attiré par tous les phénomènes étranges que les autres étaient capables. Enfin, ça c’était parce qu’aucun d’eux n’exerçait le métier d’agent ou de policier sinon beaucoup prierait pour qu’il n’y ait plus d’atrocité dans ce monde.

- « Bonsoir, je suis l’agent Wright. Je souhaiterai vous poser quelques questions au sujet de Casey Ford s’il vous plait. »
- « Oui bien sûr. Je suis Helen et voici mon fils Tim et ma fille Carrie. »

Kenzy leur fit un maigre sourire surtout que la situation ne se prêtait pas vraiment à ce genre de politesse. Elle sortit son bloc note ainsi qu’un stylo et commença à poser quelques questions au sujet de la victime :



- « Connaissiez-vous bien la victime ? »

- « Mon fils Tim surtout qui passait du temps chez lui. »

La jeune femme porta alors son regard noir sur l’adolescent d’une quinzaine d’année qui semblait timide voir gêné de cette confidence :



- « Pourquoi tu passais du temps avec Mr. Ford ? »

- « Avec l’arrivée des examens… Je suis un peu stressé et… »

L’adolescent osa un regard en direction de sa mère qui semblait attendre la suite alors que Kenzy avait déjà sa petite idée ce qui allait suivre mais ne le coupa pas pour autant. Après tout c’était le rôle de la mère de savoir ce qui se passait dans la vie de son enfant et au vu des révélations qui ne seraient tardé, le dit enfant ne risquait pas de voir l’extérieur de sa chambre avant un bon moment :



- « Et il m’aidait à me détendre en me faisant fumer un peu. »

- « Je vais le tuer ! » Ajouta la mère.

- « C’est déjà fait ! » Répliqua Kenzy qui jeta un bref regard à la mère avant de reprendre « Tu consommes des stupéfiants avec Mr. Ford depuis longtemps Tim ? »

- « Non, environ trois ou quatre mois. »

- « Bien merci Tim. Autre chose ? »

La mère qui lança un regard froid et sévère à son fils fit un signe négatif de la tête avant de mettre une claque derrière la tête de sa progéniture mais fut coupée par Kenzy qui répliqua :

- « Une claque derrière la tête ne remet pas les idées en place ! Parlez-lui au lieu de le frapper ainsi surtout devant un officier de police ! »

La jeune femme ne répliqua pas d’avantage, décrochant en voyant que c’était Elsy qui l’appelait et elle répondit seulement :

- « J’arrive immédiatement ! »

Kenzy rangea son portable dans la poche de sa veste de tailleur avant de pousser un soupir, le regard sévère et les sourcils froncés, elle partit en direction de la maison de la victime avant de se retourner en direction de la famille Bradley :

- « Si autre chose vous revenez, appelez le FBI et demandez l’agent Wright merci. »

La trentenaire ne perdit pas une seconde et en petite foulée, se dirigea en direction de la maison de Casey Ford, demandant aux gens sur sa route de se pousser mais rien que le mot « FBI » les faisaient dégager le terrain comme dans les films. Fallait croire qu’on voyait des choses vraies à la TV !
En entrant dans la maison, elle chercha du regard la jeune femme blonde et s’approcha d’Elsy qui avait su attiser sa curiosité au téléphone :

- « Qu’es ce qu’il y a ? Et je ne suis pas vraiment une spécialiste des phénomènes étranges… Enfin si peut-être un peu ! »

L’expérience au sein de l’agence fédéral et en compagnie des plus sociopathe que pouvait comporter la ville de Washington, Kenzy était peut-être devenu une spécialiste des phénomènes étranges qui pouvaient se dérouler lors d’une affaire et le pire, c’était que l’on arrivait encore à l’étonnée malgré ses années au sein du FBI.
Kenzy monta alors les marches et entra dans la chambre qu’avait quittée Elsy quelques minutes auparavant, haussant les sourcils, amusait de voir l’équipement « coquin » et elle se retourna en direction de sa partenaire :

- « Premier cours Elsy Speers, ceci est un fouet, ceci est une paire de menottes et je ne suis pas une spécialiste de ça ! » dit-il avec un sourire taquin.  

Bon, là Kenzy la charriait mais en tout cas, elle espérait vraiment qu’elle ne l’appelait pas pour ça ! Elle la suivit en direction du placard et fronça les sourcils avant de sortir sa lampe torche et se retourna en direction de la jeune femme blonde :

- « Tu as les plans de la maison ? Parce que j’aimerai bien savoir à quoi tu penses Elsy ! »

Elle n’eut le temps d’ajouter quoi que ce soit que son portable sonna à nouveau et elle s’écarta près de la fenêtre de la chambre tout en répondant sans attendre une seconde de plus :

- « Il y a un problème avec Jay ? »
- « … »

- « Passez-le-moi deux minutes. »

- « … »

- « Hey ! Comment ça va mon poussin ? Maman est au  travail, elle arrête des méchants et ça va durer un peu de temps mais je viendrai te voir demain pour te faire un énorme bisou. Va te recoucher maintenant mon poussin et passe-moi Kelly. Je te fais un gros bisou aussi mon garçon. »

- « … »

- « S’il ne s’endort pas d’ici une demi-heure, racontez-lui une histoire. Merci encore Kelly. »


La jeune femme poussa un soupir tout en raccrochant son portable et s’approcha d’Elsy tout en ajoutant :

- « Désolé ! Donc tu disais ? »


   
BY .TITANIUMWAY

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Jeu 1 Mai - 20:42

Souriez vous ennemis detestent ça!
[F1] Tel est prit, qui croyait prendre...



Elsy retourna dans la chambre lorsqu’elle eut passé son coup de téléphone à Kenzy, espérant que sa collègue n’était pas partie trop loin et qu’elle arriverait assez vite. La jolie blonde avait vraiment un mauvais pressentiment consternant cette affaire, surtout depuis qu’elle avait mit les pieds dans cette chambre. La jeune femme regarda l’attroupement de personnes qui se trouvait non loin de la maison, spectacle assez étrange sous les couleurs des gyrophares de la police qui brillait de tous les côtés. Le soleil n’était toujours pas levé et le ciel était couvert, pas une seule étoile ne perçait la noirceur de la nuit. La jeune femme poussa un soupir, et elle se passa une main dans les cheveux essayant de rassembler ses idées en attendant que Kenzy veuille bien pointer le bout de son nez. Un technicien arriva près d’elle, et il lui tendit les plans de la maison.
 
« -ce sont les plans d’origine ? » demanda-t-elle pour être sur de ce qu’on lui donnait.
« -oui agent Speers. » répondit le technicien en posant son regard sur elle.
 
La jeune femme lui fit un signe de tête, et elle le laissa retourner à ses occupations après l’avoir remercier. Elle posa son regard sur les plans, fronçant les sourcils sur le détail qu’elle aurait vraiment aimé ne pas voir. Elsy entra de nouveau dans la maison, passant dans le salon, évitant la scène de crime, pour se rendre à la cuisine. Jusque là les plans semblaient être justes. Elle retourna dans l’entré et ce fut à ce moment là que Kenzy entra alors qu’Elsy marchait de long en large avec le nez plongé dans les plans.
 
« -viens avec moi… »
 
La jeune femme passa en premier dans les escaliers, et elle les grimpa assez rapidement afin de revenir à la chambre qu’elle avait quittée quelques minutes plus tôt. Elle entra dans la pièce et elle posa les plans sur le lit. Elsy leva son regard sur Kenzy lorsqu’elle lui parla des menottes et du fouet qu’elle avait découvert dans le tiroir de la commode. La jeune femme avait deux doigts sous son menton, et elle jeta un regard à la penderie avant de répondre à Kenzy :
 
« -merci, mais j’avoue cru comprendre ce que s’était, et c’est pas pour ça que je t’ai appelé. »
 
Elle hocha la tête, et elle allait commencer à expliquer son point de vu à l’agent Wright lorsqu’elle s’excusa pour prendre un appel téléphonique. Elsy ne porta pas plus attention que ça à la conversation de sa collègue, même si elle avait comprit qu’il s’agissait de son fils. Il était encore tôt, et Elsy fronça les sourcils. Cela ne devait pas être évident d’être mère célibataire avec un enfant à charge et un boulot comme Kenzy avait. Mais sa collègue avait choisit son métier et elle semblait parvenir à tout gérer. La jolie blonde posa son regard sur Kenzy, esquissant un petit sourire pour lui faire comprendre que ce n’était pas grave, et elle dit alors :
 
« -regards… Sur le plan, là, il y a la chambre dans laquelle on se trouve, la seconde qui est plus loin dans le couloir. Ici c’est la salle de bain… Mais là… Y’a un truc qui cloche… La penderie devrait être plus profonde que ça. Où une seconde pièce avec un porte dans le couloir. Or y’en a pas.»
 
Il devait forcement y avoir une pièce derrière, parce que les dimensions ne correspondaient pas. Elsy n’aimait pas ça du tout, ayant peur de trouver un truc étrange derrière ce mur. De plus elle avait eu comme l’impression qu’il y avait quelques choses derrière la cloison de la penderie, et cela lui donnait une boule au ventre qu’elle n’aimait pas.
 
« -putin j’aime pas ça Kenz’… Cette histoire n’est pas claire du tout… Ce mec c’est pas juste un geek qui a piraté le serveur du FBI… »
 
Non, il y avait d’autres trucs que cette histoire de piratage, et cela ne rassurait pas du tout la jeune femme. Elle leva les yeux sur sa collègue et elle lui demanda :
 
« -t’as eu des infos par les voisins ? Un truc intéressant sur notre homme ? Où sur la nana qui vit avec lui et qui est introuvable ? »
 
Il allait falloir trouver son nom à celle-ci, Elsy se rendit alors dans l’escalier et elle lança du haut des marches :
 
« -est ce que quelqu’un peut éplucher les factures, ou tous les autres papiers qu’on peut avoir, histoire de trouver le nom de la compagne de la victime ? »
 
Puis elle revint dans la chambre, et elle s’approcha à nouveau de la penderie. Elle retira tous les vêtements qui s’y trouvaient, et elle les posa un peu plus loin sur une meuble revenant se poster devant ce mur qui lui posait tant de question. Elle regarda Kenzy, et elle s’approcha du mur, avant de frapper dessus. Un bruit creux répondit à son geste, et elle ferma les yeux. Merde y’avait bien quelque chose là derrière… Puis la jeune femme eut comme l’impression d’entendre un bruit venait de derrière, mais elle n’en fut pas certaine, trop de bruit venant d’en bas. Elle demanda alors à Kenzy :
 
« -demande le silence s’il te plait… »
 
Lorsque ce fut chose faite, deux techniciens les avaient rejoints dans la chambre, et Elsy frappa à nouveau contre le mur. Toujours ce bruit creux, et soudain, ce fut un bruit de toc qu’on entendit comme en réponse au sien. La jeune femme en eut le souffle coupé, et elle recula d’un pas. Il y avait quelque chose, ou même quelqu’un là derrière. Elle regarda Kenzy, et essaya de garder son calme même si on esprit pensait déjà à bien des choses…   

 
 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Elisabeth Speers le Jeu 3 Juil - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Mer 28 Mai - 21:33


   

   
Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis.



   
Tel est prit, qui croyait prendre. FBI & FBI


La voix de la jeune femme de l’autre côté du combiné ne laissait guère de choix à Kenzy que de la rejoindre en toute hâte, n’ayant pas vraiment le temps de poser d’avantage de questions à cette dernière et cela l’intrigua que d’avantage lorsqu’il l’aperçut avec les plans dans les mains, s’amusant à faire les cents pas dans la pièce dans laquelle elle venait de pénétrer. La trentenaire suivit Elsy jusqu’à l’étage supérieur avec la même rapidité qui l’avait conduit jusqu’ici et elle ne put s’empêcher d’ajouter une petite dose d’humour au moment où elle aperçut les menottes et le fouet sur le lit. Cette affaire était déjà assez sérieuse comme ça pour ne pas profiter d’une fraction de secondes pour rire un peu mais Elsy semblait avoir découvert une chose qui était assez sérieuse pour n’esquisser aucun sourire.

- « Heureusement que ce n’est pas pour ça que tu m’as appelé ! Bon, je t’écoute ! »

Enfin ça c’était avant de s’éloigner de cette dernière car son téléphone avait décidé de retentir en plein milieu de la nuit mais au vu du nom qui s’affichait, elle quitta l’habit du FBI pour se vêtir de celui de maman comme elle faisait depuis sa séparation avec son mari. Ce n’était pas toujours simple mais Kenzy aimait son métier et ne comptait pas le changer, tentant juste de donner un équilibre à son petit bout de chou qui restait à la maison, prenant conscience doucement avec le temps que le métier de sa mère permettait d’éloigner les méchants des gentils. Kenzy n’avait jamais souhaité lui mentir surtout si jamais il lui arrivait malheur, ce dont personne n’était à l’abri dans ce genre de profession, le mettant face en quelque sorte à la réalité de la vie sans pour autant lui ôter son innocence et son enfance…
Après une brève conversation, la jeune brune retourna auprès de sa partenaire et apprécia sa discrétion, répondant par un sourire à son tour et elles se remirent rapidement au travail. Kenzy posa son regard noir sur les plans, fronçant doucement les sourcils en remarquant où voulait en venir Elsy en lui montrant ces papiers :

- « Tu es sûr d’avoir les bons plans de la maison ? »

Un espoir ? Oui, en quelque sorte ! Kenzy ne souhaitait pas penser qu’une quelconque pièce puisque cacher un fait plus étrange que ce que laissait sous-entendre sa collègue. Cela pouvait tout et n’importe quoi, en passant par seulement une pièce condamné à une plantation de cannabis ou… Bien pire et ça… Kenzy ne le souhaitait pas vraiment même si ça semblait être la pensée d’Elsy en cet instant.

- « Je n’aime pas du tout ça non plus. »

Kenzy se redressa tout en poussant un soupir, les mains sur les hanches, elle posa son regard sur l’endroit qui semblait renfermer bien plus de secrets encore que leur victime. Une simple affaire de meurtre d’un pirate informatique tournait en une affaire bien plus mystérieuse et peut-être bien plus macabre.
Elle détourna son attention pour reporter son regard sur sa partenaire tout en faisant un petit signe négatif de la tête mais se décida malgré tout à lier le signe à la parole afin d’être plus claire :

- « Notre homme faisait fumer un jeune du quartier de temps à autre et pour ce qui est de la femme… Pas grand-chose pour tout te dire en dehors du fait qu’ils étaient ensemble ! Il était encore plus discret qu’un agent de la CIA… Un agent de la CIA… Non quand même pas ! »


Ça serait vraiment fou que leur victime soit un agent de la CIA surtout qu’ils auraient répliquer en moins de deux si jamais ils l’avaient appris afin de tout nettoyer et de mettre en vente la maison, faisant passer cela pour un simple déménagement précipité aux yeux de ces voisins.

- « J’ai vraiment besoin de sommeil ! »


Oui parce que si elle partait déjà sur ce genre d’élucubration au début de l’enquête, elle n’imaginait même pas la suite !
Ce que répliqua Elsy était loin d’être stupide et acquiesça de la tête avant de faire signe à un autre agent du FBI qui les observaient avec attention, se demandant bien où elles voulaient en venir avec leurs plans :

- « Agent ? »

- « Brenson madame. »

- « Tu m’as pris pour ta mère ou quoi ? C’est Wright pas madame ! Bref… Tu vas m’éplucher toutes les factures qui peut y avoir et te renseigner sur cette femme qui habitait avec notre victime. »
- « D’accord madame… Agent Wright. »

L’agent ne perdit pas une seconde de plus et tourna les talons sous le sourire amusait de Kenzy qui reporta son regard sur sa partenaire qui déménageait tous les vêtements de la penderie. Ce fut sans un mot qu’elle l’observa taper contre la paroi qui se trouvait face à elle avant qu’elle ne lui demande de les faire taire. La trentenaire s’approcha avec hâte jusqu’au escalier et ajouta d’une voix forte et ferme :



- « Fermez-là vous en bas ! »

Kenzy retourna aux côtés de la jeune blonde tout en se demandant bien ce qu’elle venait d’entendre et fit signe aux deux techniciens de ne faire aucun bruits, les arrêtant dans leurs élans. Elle tourna bien vite la tête en entendant frapper et au vu de la réaction de la jeune blonde, cela ne semblait pas être un mauvais  tour de son esprit ! Qu’es ce qui s’était passé dans cette maison ? Qui était vraiment la victime ? De quoi avait-il pu être capable à l’exception du piratage ? Bien trop de questions sans réponse et une personne coincé dans une pièce invisible aux yeux de tous.

- « Vous deux ! Détruisez cette paroi maintenant ! »

La jeune brune saisit le bras d’Elsy pour l’éloigner quelque peu afin de laisser les deux techniciens faire leur métier.

- « Comment as-tu su Elsy ? »

Même si pour l’instant, le plus important était que la personne de l’autre côté soit indemne et puisse leur apporter des réponses concrètes à leurs questions… C’était vraiment une sombre et étrange affaire qui les avait réveiller en plein milieu de la nuit et ce n’était toujours pas terminé…
Un bip sonore se mit à retentir au moment où les scientifiques terminèrent de briser la paroi de la penderie. Kenzy jeta un regard terrifiée à Elsy avant de lui saisir la main pour s’éloigné mais elle ne fut pas assez rapide et la détonation retentit, les projetant avec une force impensable. Durant un instant, le temps sembla s’arrêter avant qu’un brouhaha de cris terrifiés et de pleures résonnèrent dans le quartier qui avait été spectateur de l’explosion. Les sirènes se mirent à retentirent alors que la jeune femme était allongé à même le sol, baignant dans son propre sang, se battant pour garder les yeux ouverts. Elle sentait les larmes coulaient sur son visage alors qu’elle sentait la plaie béante qui recouvrait son estomac. Elle toussota alors que le sang remontait sa trachée pour se faufilait dans sa bouche mais la seule chose à laquelle elle pensait, c’était son fils qu’elle laissait seul… Comment allait-il faire ? Comment allait-il pouvoir surmonter ça ?

- « Elsy… » murmura-t-elle. « Elsy… Dit à mon petit garçon que je l’aime….s’il te plait. »

Kenzy tentait de maintenir ses yeux ouverts mais elles pesaient un plus à chaque seconde, sachant que la fin était proche et que chaque souffle de vie qu’elle inspirait et expirait était peut-être le dernier…




   
BY .TITANIUMWAY

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Jeu 3 Juil - 22:08

Souriez vous ennemis detestent ça!
[F1] Tel est prit, qui croyait prendre...



 Oui, visiblement s’était les bons plans qu’elle avait entre les mains, et cela n’inspirait pas du tout la jeune femme. Plus elles avançaient dans cette affaire, et plus les éléments qui s’additionnaient, formaient un puzzle bien étrange. On se serait cru dans un mauvais film… Elsy regrettait vraiment de ne pas être resté couchée…
 
Lorsque la jolie blonde tapa contre la paroi de la penderie, elle ne s’était pas attendue à ce qu’on lui réponds. Car s’était bien une réponse qu’elle venait d’entendre, et qu’elle tentait d’écouter à nouveau en demandant le silence complet dans la maison. Elsy recula de quelques pas lorsque Kenzy posa sa main sur son bras, laissant les deux techniciens détruire la paroi qui leur posait tant de question. Qui y’avait-il réellement derrière, et surtout qui pouvait-être enfermé là… Elsy avait jeté un regard à Kenzy, comme pour lui dire qu’elle ne savait pas lui expliqué l’intuition qu’elle avait eut, puis elle reporta son attention sur la penderie qui peu à peu cédait sous l’action des techniciens.
 
Mais un bip sonore, presque strident, se fit entendre, et Elsy perdit sans doute quelques secondes à se demandé ce que cela pouvait  être. Mais lorsqu’elle tourna avec rapidité la tête en direction de sa collègue, son cerveau percuta en lisant la terreur dans les yeux de Kenzy. Tout s’enchaina très très vite… La jeune femme sentit la main de l’agent de terrain se saisir de la sienne, et elles furent projetée soit l’une soit l’autre quelques mètres plus loin. L’agent Wright l’avait fait passer devant elle, la protégeant ainsi de l’explosion qui venait de se produire.
 
Le visage contre le sol, Elsy mit quelques secondes à reprendre ses esprits. Elle avait les oreilles qui bourdonnaient, et sa vision n’était pas nette. Merde mais qu’est ce qui venait de se passer ?! La jeune femme ferma les yeux avec insistance pour essayer de reprendre encore un peu plus le contrôle d’elle-même, et elle tourna son visage sur la côté. Au loin, elle percevait des cris, des sirènes… Mais son cerveau se remit en marche lorsque ses yeux se posèrent sur Kenzy allongé tout comme elle, à même le sol à quelques mètres. Un nouveau clignement de paupière, puis une vive douleur… Une sensation poisseuse au niveau du bas ventre… D’une main tremblante, la jeune femme toucha cette partie de son corps, sans regarder, et lorsqu’elle remonta sa main devant ses yeux, elle était rouge. Rouge de son sang…
 
Mais elle s’occuperait d’elle plus tard. Kenzy semblait vraiment mal en point… De sa position, Elsy cru voir un filet de sang sortir de la bouche de sa collègue, et dans un effort sur humain, elle se traina jusqu’à elle, serrant les dents de toutes ses forces pour faire taire la douleur qui torturait son corps meurtrie. Alors qu’elle rampait du mieux qu’elle le pouvait, elle entendit un faible son sortir de la bouche de sa collègue, et elle serra un peu plus les dents.
 
Allongée à côté de Kenzy, Elsy avait les yeux qui pleuraient. A cause de la fumée ou de la douleur qu’elle ressentait, elle n’en savait rien en réalité… Elle se redressa sur les coudes, afin de pouvoir voir le visage de Kenzy. Son regard parcouru le corps de l’agent de terrain qui au fils du temps était un peu devenue comme une amie. Elle ne sut pas où elle trouva la force de bouger, mais elle se redressa, et elle posa ses mains sur la plaie qu’elle voyait dans le corps de Kenzy. Elle la regarda tout en appuyant aussi fort qu’elle le pouvait pour faire compression :
 
« -dis pas n’imp’, tu lui diras toi-même… »
 
Non ! Non ! Non ! S’était impossible ! Non, Elsy ne pouvait pas laisser faire ça ! Elle cligna à nouveau des yeux se battant contre sa propre douleur pour ne pas défaillir. Elle devait tenir jusqu’à l’arrivé des secours, Kenzy ne pouvait pas mourir ce soir. Voyant que sa collègue avec les paupières qui se fermaient progressivement, elle lui dit avec force et conviction, même si sa voix était brisée par les larmes :
 
« -Kenz’ regards moi ! Restes avec moi ! Les secours arrivent, alors tu me regards dans les yeux ! Et tu fais pas ta mauvaise tête, c’est un ordre ! »
 
Elsy ne pouvait pas laisser faire ça ! Peu à peu elle sentait que ses forces à elle diminuait, mais il était hors de question qu’elle relache la compression de ses mains sur la plaie de Kenzy. Même si elle ne s’y connaissait pas grand-chose, elle savait qu’elle était touché à une zone du corps qui ne pardonnait pas. Putin mais pourquoi l’avait-elle poussé elle en avant !
 
« -pourquoi t’as fais ça ?! » demanda-t-elle presque en colère contre sa collègue. « -à l’aide ! Dépêchez vous ! »
 
Des pas dans les escaliers se firent entendre, et Elsy vit arriver des gens, mais les images devant ses yeux étaient floues. Les larmes, la fumée, la chute de tension dut à la perte de sang importante qu’elle subissait. Mais elle trouva la force de dire :
 
« -aidez là ! Vite ! »
 
Un secouriste s’agenouilla à côté d’elle, et lui mit une lumière dans les yeux. Merde ! Mais s’était quoi ça ! Une voix d’homme lointaine arriva à ses oreilles, alors que l’homme en question ne se trouvait qu’à quelques centimètres d’elle.
 
« -pouvez vous me donnez votre nom ? »
« -mais on s’en tape de moi ! Aidez la, elle bordel! »
« -mes collègues la prennent en charge, mais vous vous allez venir avec moi. Agent ? »
« -Speers … » répondit-elle en se passant les deux mains sur le front, leurs faisant terminer leur courses dans ses cheveux, se préoccupant peu de ce à quoi elle devait ressembler.
 
Elsy le laissa l’aider à se lever, enfin plutôt se laissa porter, puisque l’homme la prit dans ses bras pour lui faire descendre les escaliers, alors qu’elle regardait comme elle le pouvait le corps de sa collègue qui s’éloignait.
 
« -non, je dois restée avec elle… »
« -vous êtes blessez agent Speers, vous avez besoin de soin… »
« -je vous en pris. Fais-moi un putin de pansement en vitesse et laissez-moi monter avec elle dans l’ambulance ! »
 
Même à moitié HS, Elsy conservait son franc parlé, tout en y mêlant un peu de politesse. Elle était au bord du désespoir. Non, elle ne pouvait pas laisser Kenzy partir ainsi ! Heureusement l’homme fit ce qu’elle lui avait demandé, et ce fut en serrant les dents, et en cherchant très profondément en elle la force de ne pas tomber qu’elle prenait place dans l’ambulance.
 
Deux heures plus tard, elle était assise sur le rebord du trottoir des urgences, son visage maculé du sang et de larmes, le regard agar, une main collée contre le bas de son ventre, là ou le pansement de fortune qu’on lui avait fait était déjà imbibé de sang.

Ce soir, plus d’une vie avait basculé, et elle priait pour qu’une ne se termine pas… 

 
 
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre Ven 4 Juil - 15:21


   

   
Le faux courage attend les grandes occasions... Le courage véritable consiste chaque jour à vaincre les petits ennemis.



   
Tel est prit, qui croyait prendre. FBI & FBI


Kenzy avait toujours eu un rituel avant de partir travailler de jour comme de nuit, elle allait embrassé son fils mais ce soir, elle ne s’était jamais dit que ça serait la dernière fois qu’elle le ferait, que ce soir serait la dernière fois qu’elle entendrait sa voix qui la réclamait pour pouvoir mieux dormir. Et pourtant, elle était allongée à même le sol, parmi les débris de l’explosion tout en demandant à la jeune personne présente à ses côtés de faire passer un message à son fils, à la prunelle de ses yeux. Le sang coulait de sa bouche lorsque ce n’était pas de sa plaie béante à l’abdomen. La jeune femme n’avait pas besoin d’être chirurgien pour savoir que c’était sa dernière affaire, que c’était ses derniers souffles mais avant tout, son dernier soir. Elle tourna la tête en direction de celle qu’elle considérait maintenant comme une amie et aperçut les larmes sur son visage et se mit à rire, crachant du sang par la même occasion :

- « Pas ce soir Elsy… »

Et non plus les autres malheureusement… Qui allait pouvoir annoncer à Jayden que sa mère ne viendrait plus le border chaque soir ? Qu’elle ne serait plus là pour l’embrasser chaque matin ? Pour le voir grandir, être là lors de sa rentrée d’école, lors de ses chagrins d’amours, de son mariage ou de la naissance de ses enfants ? Les larmes coulèrent aussi sur les joues de Kenzy alors que ses paupières s’alourdissaient à vue d’œil. Elle tenta pour une fois d’écouter sa partenaire, tentant de garder les yeux ouverts mais cela était trop dur ! Elle sentait la froideur de la mort l’envahir tel un manteau, s’engouffrant peu à peu dans l’obscurité qu’offrait cette dernière étape de la vie.

- « C’est moi ta supérieure ! »

Elle eut un petit sourire amusée en disant cela alors que ses yeux semblaient vouloir rester clos malgré tout l’effort qu’elle mettait pour rester en vie et ce fut la voix d’Elsy qui l’accusait qui la fit rétorquer à nouveau, avec le peu de force qui lui restait :



- « Pour que tu vives… »

Parce qu’elle avait besoin d’apprendre ce que c’était vraiment la vie, qu’elle oublie le passé et avance. C’était une chose facile à dire mais c’était ce qu’elle pensait. Kenzy ne disait pas qu’une personne avait plus le droit qu’une autre de vivre mais c’était comme un dernier geste de la trentenaire, de l’agent du FBI qui protégeait les gens à qui elle tenait avant de partir dans un autre monde.
La jeune femme ferma une nouvelle fois ses yeux foncés alors qu’elle entendit la voix d’étrangers approchés et les supplications de son amie mais il était trop tard et elle était la seule à le savoir alors qu’elle continuait sa descendance dans la froideur et l’obscurité qu’offrait la mort. La jeune femme ne pouvait pas dire qu’elle partait dans un monde meilleur car elle ne voyait pas la mort de cette manière, car pour elle, le monde meilleur était aux côtés de son fils tout en exerçant le métier qui venait de la tuer. Oui, c’était la vie qui était le monde meilleur pour la trentenaire et non la froideur qu’on lui offrait à peu plus à chaque secondes qui s’écoulaient de nouveau.

Le seul moment où la trentenaire revint à la vie, ce fut lorsqu’elle sentit le courant passer dans tout son corps, sachant que les médecins tentaient tout ce qui étaient en leur pouvoir pour la sauver mais cela n’avait pas duré. Et alors la fameuse lumière blanche qui appelait les défunts à elle était bel et bien présente, elle semblait douce et semblait pouvoir éclairer l’obscurité, détruire le pire des cauchemars… Elle était rassurante et c’était cela que la jeune femme suivait alors que le bip retentit dans la salle d’opération, devant les mines défaites de ses chirurgiens qui laissèrent tomber leurs blouses dans un geste de rage contre la mort qui ne leur avait donné aucune chance, devant le fait qu’ils  n’avaient pas pu sauver la vie de cette mère de famille, de cette fille de parents aimants qui espérer avoir sa visite pour les fêtes de fin d’années, de son ex-mari qui pensait malgré tout à elle à l’autre bout du monde mais aussi à tous ses collègues du FBI et aux familles des victimes qu’elle avait sauvé durant sa longue carrière.
Un agent du FBI décoré venait de tomber en exerçant son métier, sa raison de se lever le matin, laissant derrière elle, un vide qui serait impossible de combler, devenant alors une étoile  mais aussi un nom sur le mur du FBI, rejoignant ainsi la longue liste des héros des Etats-Unis d’Amérique…


   
BY .TITANIUMWAY

   
Revenir en haut Aller en bas

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: [F1] Tel est prit qui croyait prendre

Revenir en haut Aller en bas

[F1] Tel est prit qui croyait prendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Tel est prit qui croyait prendre.
» S1E0 : Tel est prit qui croyait prendre
» On pietine sur notre President, ca fait mal, mais c'est ce qu'il voulait
» Qui est pris qui croyait prendre... [Mission #8 - Groupe 1]
» [Plage] Tel est pris qui croyait prendre
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Autres Types d'habitations-