AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

◮ The Masquerade ◮

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 2 Mar - 10:54




◮ The Masquerade ◮
Ft Les Participants.





L'ambiance festive de cette fin d'année était palpable à des kilomètres à la ronde et pourtant le médecin ne semblait pas touché par cette agitation. Seul, dans une position d'attente, il observait la foule qui se déplaçait sous ses yeux, se laissant guider tant par l'instant que par l'envie de s'amuser. Ce sentiment plaisant et grisant du lâcher prise dès les premières minutes. Une fois la retenue première et un groupe de personnes trouvés, les visages s'éclairaient, la musique reprenait ses droits sur les corps comme un ordre indétrônable. Malgré les apparences et cette envie plus que tenace de quitter ce lieu surchargé et bondé, il ne bougeait pas, continuant de siroter à petite gorgée ce liquide translucide et pétillant comme si il lui apporterait la solution sur un plateau d'argent. Foutaise. Qu'importait, l'alcool le dériderait peut-être mais il n'avait toujours pas envie de participer à cette mascarade, c'était presque le cas de le dire au vu du titre qu'avait choisi le maire de Washington pour sa petite soirée de nouvel an. Son regard était mobile, il attendait, le bon moment pour se lancer dans cette soirée ? Pour prendre son courage à deux mains et se jeter dans la danse ? Laisser tomber les avis pris et profiter comme tout le monde ? Oui, un peu des trois à la fois. Néanmoins, son attention très disparate fut attiré par une chevelure aux nuances dorée qui se profilait à l'horizon. Si le soleil avait cédé sa place depuis bien longtemps, la lune elle, l'éclairait de telle manière que cela avait attiré son regard. Suivant un instant la jeune femme jusqu'à ce qu'elle décide de prendre la même position que lui, profitant de la fraîcheur de l’extérieur pour s'échapper à l'étouffante ambiance interne. Il avait souri pour lui avant de détourner le regard et de continuer à regarder ce qui passait à sa portée, ne cherchant rien de plus.

Néanmoins, aucun mouvement ne semblait venir de sa droite, elle semblait comme lui, juste contempler la scène qui se déroulait sous ses yeux, plongée dans ses réflexions. Trop heureux peut-être de voir cela comme une chance de ne pas rester planter là, tel un piquet toute la soirée, il décida de s'approcher d'elle. Que risquait t-il ? Pas grand-chose, au pire des cas, il se faisait rembarrer tranquillement, il aurait au moins eu le mérite de ne pas jouer les asociales de services et de repartir aussi furtivement qu'il était venu. Quelques pas et il revenait à son hauteur, s'arrêtant pourtant à une distance raisonnable. Wayne ne voulait pas non plus passer pour un lourdaud de service, même si sa première réplique pouvait le laisser penser, tel n'était pas là son intention. Alors qu'elle semblait le scruter du regard, il en faisant tout autant. Le vent était bel et bien présent, froid et piquant comme pour tous les mois hivernaux. Sa peau dénudée semblait se couvrir de mille frissons sur ses passages fugaces mais frigides. Il fallait dire qu'à son avantage, sa veste de costume était lourde et plutôt épaisse, le tous accompagné de la chemise il ne risquait pas grand froid, de toute façon il avait connu pire. Il restait pourtant sur sa première phrase sur que si il demandait trop de choses, elle le prendrait pour ce qu'il n'était pas. Le médecin était loin de ces petits dragueurs de bas étages qui sautaient sur la première dame venue dans le but de ne pas passer la nuit seule. Les nuits en sa seul compagnie, il ne les comptait plus tellement elles étaient nombreuses, mais cela avait été son choix. Bref, il l'écouta répondre. Elle avait une voix charmante, ce qui le poussa à trouver encore plus étrange qu'elle soit seule ici. L'avait-on traîné de force elle aussi ? D’une certaine manière bien évidemment. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres et ses prunelles semblèrent s’allumer. Il s'adossa restant de côté avant de tourner la tête pour lui répondre.


-La bouffée d'air que vous avez prise en sortant ici semblait tellement salvatrice que je ne pouvais le prendre autrement. Ou peut-être est parce que c'est mon cas et que vous semblez choisir la même manière?

Dit-il en désignant par ces mots le fait qu'elle choisisse de sortir à l'extérieur, là ou la température semblait la moins clémente, au lieu de profiter de sa soirée. Elle s'isolait dans un sens ou voulait tout simplement respirer et se laisser un peu de temps avant de replonger dans cette débandade. Il ne lui demanderait point de détail, après tout sur l'instant il n'était que le parfait inconnu et vice-versa. Il attendit quelques secondes de silence, qui a son humble avis n'était point gênant. Avisant les serveurs qui revenaient le plateau chargé de coupe de champagne, il décida d'y aller à l'humour. Voir les gens plus heureux autour de lui, aller mieux avait été une promesse qui s'était faite depuis longtemps. Et au vu de son soupire, si il pouvait au moins la faire sourire le temps d'un verre, pourquoi pas. Il n'aurait pas tout perdu en venant ici. Allant par la positive, son regard se posa sur le serveur, qui comme un aimant fut attiré dans leur direction. Le moins qu'on puisse dire c'était qu'il était perspicace le garçon, ou qu'il faisait bien son travail, au choix. Il préleva les deux verres en le remerciant d'un simple geste, alors qu'il slalomait déjà vers d'autres consommateurs. Il lui tendit le verre  avant de le lever pour trinquer une fois qu'elle l'eut réceptionné.

-A cette soirée...

Douce ironie qui résonnait dans sa voix, vu qu'ils savaient tous les deux qu'ils préféraient être ailleurs qu'ici. La réplique suivante lui vient donc naturellement. Il ne se pressa pourtant pas pour y répondre, laissant quelques secondes passer, juste le temps de tremper ses lèvres dans la boisson et d'en prendre une lampée.

-Pas du tout, c'est mon patron qui m'a chaudement recommandé de faire un petit tour par ici. Il a l'espoir sans doute de tirer partit de cette petite soirée. Qu'il croit ce qu'il veut...Et vous ? Si je puis me permettre, qu'est-ce qui vous y amène ?

Il n'alla pas plus loin et se retient de faire des hypothèses toute plus fumante les unes que les autres. Nonchalamment, il restait adossé à cette rambarde de pierres blanches, déposant le verre sur celle-ci pour se libérer les mains alors que le monde autour d'eux continuait leur route. Le monde arrivait toujours à tel point qu'il doutait que la place puisse contenir tout cela, on allait se marcher dessus au final. Il attendit et après une nouvelle bourrasque ou il vit ses cheveux s'envoler en l'air et le froid revenir plus fort. Il finit par desserrer les lèvre.

-Vous voulez rentrer ? Vous semblez avoir froid ? Je peux vous passer ma veste si vous le souhaitez ? … Il eut un sourire et plongea son regard ailleurs avant d'ajouter...Je conçois que ça fait un peu lourd dit comme ça, mais croyez-moi c'est juste une déformation professionnelle...

Voilà qu'il se mettait à parler de tout et n'importe quoi alors qu'il ne savait même pas son nom, pour ainsi dire rien d'elle. .



___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Mer 26 Mar - 16:32



   
The Masquerade
C’est dans cette chambre d’hôtel que j’avais pendant de longues minutes réfléchie pour savoir si j’irais à ce bal ou non. Après tout je n’étais pas en ville depuis longtemps et j’étais déjà invité. Mais je savais d’où cela venait, c’était là-bas en Russie que tout se jouer, mon boss m’avait fait inviter à cette soirée pour que je fasse un maximum de pub pour cette nouvelle boutique pour laquelle je venais de quitter ma terre natale. C’est après une cigarette que je m’étais finalement levé pour me préparer à cette soirée, qui ne présager rien de bon, mon instinct me le hurlait, par tous les pores de ma peau. Mais le boulot été le boulot et puis j’espérais pouvoir boire et qui sait, peut-être ferais-je une agréable rencontre qui comblerais mon lit ainsi que mon appétit pour la chair. Il ne fallait pas que je parte défaitiste, ce n’était pas dans mon état d’esprit. Mais il fallait avouer qu’être revenu ici, à Washington m’avait foutu un sacré coup, moi qui avais passé toute ma vie à oublier ce que j’avais pu faire à la seule femme que j’avais pu aimer, ce que j’avais laissé derrière moi, et peut-être ce dont j’ignorais l’existence… Car oui, la question qui me hanter le plus c’était de savoir si Jenny avait gardé l’enfant. J’étais peut-être père, j’avais peut-être un fils, ou une fille, quelque part sur ce continent.

Dans un costume noir impeccablement coupé, chemise blanche et cravate noire, le tout hors de prix, que j’étais arrivé au bal. Je fume une dernière cigarette devant la porte d’entrée avant de m’engouffrer dans les lieux au milieu de la foule, de tout âge, de toutes cultures, mais la seule chose qui était sure ici, c’est que tout puer le fric à dix kilomètres à la ronde. Bizarrement, justement ce qu’il fallait pour une agence d’avocat de renom qui venait d’ouvrir ses portes en plein Washington ! Je m’étais dirigé directement vers le bar ou j’avais commandé un whisky. Je prenais habituellement une vodka, mais j’avais un semblant de travail à fournir ce soir et puis j’avais une image à tenir au milieu de tout ce gratin. C’est donc au bar que je trouvais du réconfort dans ce pays qui n’était pas le mien, dans le fond d’un verre de whisky qui d’ailleurs était loin d’être le meilleur que j’ai pu boire ! Je regardais les aller et venu de la foule entre la piste de danse, la salle et le bar. Je pivotais sur mon tabouret entre le bar et la foule qui était en train de danser. Je regardais les masques s’observer, se juger, se sourire, les volants des robes se mélanger les uns aux autres.

Mon attention, enfin mon oreille surtout, fut attirée lorsqu’une femme demandait un bourbon sec. La boisson commandée pouvait en dire long sur la personnalité ou l’état d’esprit d’une personne. Avant même que je m’en rende compte je lui avais alors dit qu’elle devait être une femme de caractère. Se tournant vers moi elle m’avait simplement avoué que la chose lui été souvent dite ! Je lui avais simplement souris en coin lorsqu’elle avait enchainé d’un signe de tête en direction de mon verre tout en supposant que j’étais seul. J’avalais une gorgée de mon verre avant de lui répondre. Vous supposez bien. Elle fut peu de temps après, obligé de se rapprocher de moi pour éviter un groupe de jeunes s’attroupant au bar pour commander du champagne. Je décidais d’engager la conversation, histoire de passer le temps et ne pas faire que boire ! Je me présentais tout naturellement accompagnant cela d’une proposition pour un autre verre. N’entend aucune réponse, je tournais mon visage vers la femme, son expression avait changé littéralement, comme si elle avait vu un fantôme. Elle prononça le depuis de mon nom de famille, ne le finissant pas, laissant la chose en suspens, le ton de sa voix n’était plus aussi chaleur que précédemment, il ne l’était plus du tout d’ailleurs et je ne savais pas trop ce qui était le plus dominant à présent, l’incertitude ou l’amertume ? Elle reprit aussitôt sur un ton très sec, me demandant ce que je pouvais bien fichait là.

Je me redressais alors sur mon siège, détaillant le visage de cette femme, mais il n’en fallait pas plus pour que je sache à qui j’avais affaire. Quelles étaient les probabilités pour qu’après toutes ces années, je retombe sur elle, ici à ce bal ou j’avais pourtant été invité à la dernière minute . Dans tout Washington, il avait fallu que je tombe sur elle à ma première soirée importante. Tous nos souvenirs me revenaient à la mémoire, les plus heureux, comme les moins. Je mettais toujours demandé si elle avait gardé notre enfant ou si elle c’était faite avorté. Mais je devais avouer que je n’avais jamais pensé a ce que je pourrais lui dire et comment, si un jour je devais la revoir, et elle était à présent là devant moi. Nous restions là à nous juger du regard en silence, elle attendant ma réponse, moi faisant du tri dans le fil de mes pensées. Je fis signe au serveur pour qui me réserve un verre, puis un deuxième pour qu’il en fasse de même pour Jenny. La proposition tenait toujours, même si à présent nous avions besoin d’un verre pour autre chose que la conversation… J’attrapais mon verre aussitôt posé sur le bar et glisser une gorgée du liquide entre mes lèvres. Mon patron vient d’ouvrir une agence à Washington et comme je suis le seul qui parle couramment anglais et à être déjà venu en Amérique, j’ai été muté. J’avais toujours joué la carte de la sincérité, j’avais peut-être été un connard, mais je lui avais toujours dit la vérité.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Sam 29 Mar - 21:09

Le monde est un grand bal, où tout le monde est masqué.
The Masquerade


Dansant au milieu de la piste de danse parmi les autres convives qui s’étaient laissés entrainaient par la musique calme, permettant ainsi de blottit la femme qu’il aimait tout contre lui dans une valse. Tout en jetant un regard en direction d’Elsy qui avait été rejoint par un homme répondit avec un sourire alors qu’il se décida à poser son regard sur la femme entre ses bras :

- « Elle l’est mais elle a son caractère aussi… Et non princesse, ce n’est pas toi qui la fais fuir. Elle n’aime pas vraiment ce genre de mondanité et je l’a comprend tout à fait. »

Si Jo n’avait pas été présente ce soir, jamais et au grand jamais, Isaac ne serait venu à ce bal d’autant pour l’ambiance qui y régnait que pour la raison pour laquelle cette soirée avait lieu. Comme si une nuit pour le premier de l’an, une seule nuit pouvait effacer tous ces récents évènements qui avaient coûté la vie à tant de personnes et qui en avait mis en danger tout autant. Mais celle qu’il aimait été présente alors il restait pour pouvoir profiter de cette soirée avec elle surtout qu’il n’avait pas été vraiment présent durant la semaine qui avait suivi le jour de Noël et de son anniversaire.
Il frissonna doucement au souffle de Jo non loin de son oreille et esquissa un sourire en entendant ces quelques paroles. Isaac laissa glisser sa main un peu plus basse dans le dos de la jeune femme qu’il approcha d’avantage à lui et ajouta :

- « Très bien princesse. Et je comprends qu’il n’est d’yeux que pour celle qui fait battre son cœur. »

Tout comme lui en cet instant alors qu’il ne réussissait pas à détourner ses yeux noirs de celle qu’il tenait entre ses bras, tentant de concentrer malgré tout sur la danse qu’ils étaient en train d’entreprendre. Lorsqu’il avait posé son regard sur elle pour la première fois de la soirée, il l’avait trouvé superbe dans cette robe même si elle risquait d’attirer le regard des autres hommes mais il comptait veiller pour ce petit détail, et Isaac lui en fit part ce qui fit perdurer le sourire de Jo sur ses lèvres.

- « Non en effet, je ne le suis pas mais ça reste sincère princesse. »

Même si le quarantenaire savait bien mentir et d’autant plus sur son véritable métier, tout le reste était sincère dont le regard qu’il posait sur elle, brillant d’amour pour la jeune femme entre ses bras. Il en était amoureux et même si la seule fois qui lui avait datait de leur week-end à New York afin de ne pas la brusquer d’avantage en lui disant une nouvelle fois, il le pensait à chaque seconde qu’il pensait à elle ou qu’il la savait dans la même pièce que lui.
Isaac se mit à rire à la remarque taquine de sa petite-amie, devant avouer qu’il n’avait pas envie de la laisser s’éloigner de lui ne serait-ce que pour quelques minutes, aimant sa présence à ses côtés.

- « Juste le temps que tu danses avec ton meilleur ami. »
dit-il avec un sourire.

Pour ce qui était de danser avec un autre homme que le dénommé Tony, c’était une toute autre histoire mais il devait apprendre à mettre sa jalousie de côté car cela les avaient menés dans une certaine douleur à New York. Il avait confiance en elle et devait mettre sa jalousie de côté ne serait-ce que pour eux deux. Ses pensées furent stoppées dans leur élan alors que sa petite-amie approcha son visage du sien et se mit à sourire à ces mots :

- «  De rien Jo. Et je reste ici le temps que tu y resteras princesse. »


Certes, il n’aimait pas le bal mais il l’aimait elle et le fait d’être à ses côtés était tout ce qui lui apportait. Il avait envie de lui murmurer de nouveau ces trois mots si précieux mais se retint, ne voulant pas la pousser dans ses retranchements, dans sa timidité.

De nouveau dans leur bulle, il avait l’impression d’être seule avec elle dans cet endroit en pleine effervescence mais lorsque la musique toucha à sa fin, il retomba de nouveau sur terre et ajouta à sa petite-amie :

- « Puis-je vous offrir une coupe de champagne ma chère ? »


Isaac lui fit un sourire avant d’ajouter un son oreille :

- « On reprendra la danse tout à l’heure princesse. »

Il frôla sa main avec la sienne avant de la déposer dans le bas du dos de la jeune femme, la conduisant jusqu’au bar et commanda deux coupes de champagnes et en tendit une à Jo. Il avait envie de l’embrasser, de pouvoir lui tenir la main ou de la serrer dans ses bras aux yeux de tous mais il n’en fit de rien parce qu’il l’avait promis à celle qui se trouvait devant lui. Le quarantenaire porta sa coupe à ses lèvres, un alcool plus doux que le verre de scotch qu’il avait bu en attendant que la femme qu’il aimait la rejoigne.

- « Tu m’as manqué princesse. »

Pourtant ils n’avaient été séparés que durant quelques jours à peine, devant reprendre la route du travail pour ce dernier qui avait été appelé à se rendre à Boston pour une affaire qui concernait l’homme pour qui il travaillait. Des fois il se demandait si son travail n’empiété pas trop sur sa vie personnelle… Avant, Isaac ne s’en était jamais rendu compte car sa vie personnelle ne se résumait qu’à des nuits sans lendemain mais maintenant que Jo était arrivé dans sa vie, tout était différent et il aimait Jo au point qu’il faisait passer son travail en second plan les week-ends pour pouvoir les passer avec cette dernière.

- « Tu veux danser avec ton ami ? Ou tu restes un peu avec moi avant ? »





 
made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 30 Mar - 13:17




The Masquerade...
Ft. Everyone


Le court de ces pensées filait en tout sens, tout autant que les mouvements chorégraphiés des danseurs. Nul besoin de se retrouver sur une île déserte pour se donner l'impression d'être seul au monde. En cet instant, elle avait le même pressentiment alors qu'elle devait être entourée de la moitié de la population de Washington DC. Son regard émeraude plongé dans cette masse de couleur vive qui virevoltait en tout sens, alors qu'elle restait dans ses pensées. Malgré l'envie de venir à cette réception pour se changer les idées et abandonner le rôle qu'elle arborait trop souvent, Jennyfer n'y arrivait pas. Ses réflexions prenaient le pas à chaque fois, alors qu'elle voyait la plupart des agents du Ncis, parler ou danser entre eux. Bon dieu mais à quoi pensait-elle quand sur un coup de tête, elle avait décidé d'accepter tout cela. Ce n'était pas avec cette façon d'agir que cela irait mieux et pourtant se maque invisible lui allait très bien. Elle délaissa son verre vide avant qu'on ne lui adresse la parole. Comme quoi il n'y avait pas qu'elle qui ne savait trop comment prendre cette soirée. Ravie de saisir l'occasion et de ne surtout pas la laisser filer, elle avait répondu rapidement, enchaînant sur ce qui pourrait être la contre question classique. Après tout, si cet homme se lançait dans des analyses comportementales, ils pouvaient être deux à en jouer, même si elle était loin d'être profiler. Avoir passé de nombreuses années en compagnie de Leroy Jethro Gibbs, ainsi que Ziva David, vous donnait malgré tout une certaine facilité de décision. Repenser à leur nom, faillit lui demander ce qu'il faisait, le premier sans doute sur son bateau, la seconde, toujours sur la piste de danse, un peu plus loin. Un sourire naquit sur son visage quand elle l’entraperçus au gré de ces mouvements. Elle tourna sa tête dans sa direction, lui faisant face à une distance raisonnable. Finalement, se fut une réponse simple, clair et expéditive qui lui parvint.

En voilà encore un qui n'aimait pas parler pour ne rien dire. Une bonne chose en soi, elle avait l'habitude de ce genre de comportement. Pour toute réplique, la rousse hocha brièvement la tête, signalant qu'elle avait saisi le message. Plus il parlait, plus cette impression de déjà-vu, l’étreignait. Si sur l'instant, elle ne parvenait pas à faire le lien, quand il prononça son nom, cela eut l'effet d'une bombe qui eut au moins le mérite d'éclairer sa lanterne. Cette révélation involontaire la laissait muette. Mieux formulé, c'était qu'elle ne savait plus du tout sur quel pied danser, ni même comment réagir. De primes abords, elle encaissait plutôt mal le coup, faisant remonter cette colère qu'elle croyait bien enfuie, puis elle s'en était simplement voulu de ne pas l'avoir reconnu plus tôt. En même temps, les masques ainsi que les années qui s'étaient écoulées, ne permettaient pas cette reconnaissance rapide. Elle ne parvenait pas à y croire, qu'il se retrouvait réellement là devant elle. Ce n'était pas possible ! Il y avait des centaines de personnes pourquoi fallait-il que la première personne autre que du Ncis à qui elle parlait fusse le père d'Iris ? Elle commençait à regretter de plus en plus d'avoir prit cette décision insensée de venir à cette masquerade. Visiblement, sa réaction polaire, le surpris avant qu'il ne réalise à son tour. Elle était assise à ce bar, un verra apparut devant elle, elle s'en saisit sans réfléchir plus longtemps pour en prendre une longue gorgée. Longtemps, elle aurait aimé le retrouver, lui parler sans doute pour lui dire le fond de sa pensée et maintenant qu'il était là, elle avait l'impression qu'un raz-de-marée venait de l’ensevelir. Elle était complètement incertaine sur la manière d'aborder les choses. Elle ne savait même pas que dire, elle ne voulait même pas remuer tout cela. Retourner le couteau dans la plaie après tout ce temps ne servait à rien.


-Félicitation...

L'ironie se sentait dans ses paroles. En soit, elle ignorait si c'était plus une punition ou une promotion. Mais en cette simple phrase, une des premières qu'ils échangeaient depuis leur dernière entrevue, plus de vingt plus tôt, elle avait avait appris plusieurs choses : De un, il était toujours avocat et était monté en grades bien gentiment. Et secondement, même si cela lui plaisait moins, il allait rester ici un petit moment. Oh bordel. Elle ferma les yeux tournant sa tête vers le bar, ramenant une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. Jen avait beau avoir la réplique facile, ou savoir toujours répliquer de manière piquante, elle se trouvait à court de mot. Trop de choses intérieurement parlant, semblaient remué, sortie du placard où elle croyait les avoir enfermés à double tour. Jouant inconsciemment avec le verre, elle ne savait que dire. Pourtant, elle sentait son regard se poser vers elle, elle sentait les questions venir et elle n'était pas volontaire pour y répondre.

-Je vois que ça marche pas trop mal pour toi...Elle jugulait du mieux que possible le ton de sa voix, rendossant simplement le rôle du directeur Shepard, tellement habituelle, tellement plus classique pour elle...La Russie ne va pas te manquer ? Tu y semblais si bien...

D'accord, ce n'était pas tout à fait ça, ni gagné non plus. Elle resserra sa prise sur le verre contenant le bourbon. Elle respira profondément avant de reprendre une nouvelle gorgée. Non, de toute façon cela ne ressemblait à rien. Elle voulait juste s'en aller et oublier. Il n'y avait plus qu'à espérer ne plus jamais le croiser, ce qui s'annonçait compliqué. Elle lâcha le verre et posa ses deux mains sur la table, se redressant sur ses jambes, qui oh miracle acceptèrent de faire leur job.

-Tu sais quoi ? Oublie la question, profite de ton verre et ReBienvenue en Amérique, Alexander...

Elle se redressa son regard tourné vers lui, un dernier instant. Elle voulait aller prendre l'air, dehors, hors de cette masse. Au loin, elle vit Iris qui discutait avec Tony. Oh fait chier et qu'est-ce qu'elle allait faire ? Allez vers elle pour dire 'oh tien tu sais quoi ton géniteur est de retour.' Le silence était ce qu'il était de mieux. Elle se tourna, et posa un billet sur le comptoir. Hors de question qu'elle accepte son verre.

-Je préfère ne rien te devoir.

Puis elle fit volte-face dans le but de s'en aller. Ce n'était pas son habitude de choisir la fuite mais force était de constater que c'était la deuxième fois de sa vie qu'elle choisissait cette voie plutôt que celle de la confrontation directe.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 30 Mar - 17:20

The Masquerade
Profiter de chaque instant...



  Cela se voyait-il donc tant que ça qu’elle ne supportait pas très bien ce genre de mondanité et l’oppression que produisait sur elle la foule compact qui se trouvait dans la grande salle ? Enfin, il fallait avouer qu’elle avait ressentit un tel bien être lorsqu’elle était sortie sur cette terrasse, qu’elle pouvait comprendre que cela s’était vu sur son visage. Elsy avait toujours eut du mal à supporter la foule et ce soir peut-être encore plus parce qu’il y avait vraiment beaucoup de monde qui se massait ici, pour ce bal ridicule qu’organisait la ville. Elle esquissa un petit sourire avec au haussement de sourcils comme si l’homme qui lui adressait la parole venait de la prendre en faute, et elle lui répondit :
 
« -disons que je ne suis pas très à mon aise lorsqu’il y a trop de monde qui m’entour… »
 
Puis elle accepta qu’il lui offre un verre, se disant qu’elle ne risquait rien à dire oui pour une fois à ce genre de proposition et elle le remercia avec un signe de tête et un petit sourire lorsqu’il lui tendit la flute de champagne. Elle la prit avec délicatesse dans ses mains, et elle eut un petit rire presque amer en réponse à ce à quoi il voulait trinquer. Elle ne savait pas vraiment si s’était la meilleure chose qui lui soit arrivé pour la soirée, de devoir venir ici, mais elle avait dit oui à Isaac pour l’accompagner, alors elle avait bien été contrainte d’assumée. Un regard entendu avec l’homme qui se tenait juste à côté d’elle, et elle répondit avec une petite moue sur les lèvres : « -ah cette soirée… »
 
Au moins le champagne était bon, enfin ce fut ce qu’elle se dit lorsqu’elle avala la première gorgée de son verre, avalant avec lenteur l’alcool pétillant et fruité. Puis elle lui demanda s’il était réellement dans le même cas qu’elle, se doutant qu’il aurait préféré être lui aussi assis dans son canapé plutôt que de subir cette soirée. Quelques secondes de silence passèrent entre eux, et Elsy baissa les yeux sur son verre de champagne, regardant les bulles remonter le long de la paroi de la flute. Elle ne leva d’ailleurs pas son regard lorsque son interlocuteur lui répondit, lui laissant comprendre que sa présence ici avait été souhaitée par un autre que par lui. Elle comprenait les enjeux que cela pouvait soulever pour certaines personnes que s’être présent ici ce soir, tirant profit d’un côté ou d’un autre… Un petit sourire passa sur les lèvres d’Elsy lorsqu’il osa lui demandé pourquoi à son tour, elle se trouvait ici.
 
Il avait de bonne manière, et la jeune femme appréciait cela, ce qui lui permettait de ne pas trop se sentir mal à l’aise en sa présence. Elle appréciait la distance qu’il avait laissée entre eux, n’envahissant pas son espace vital, et également sa façon de s’excuser de poser des questions à son sujet. Mais s’était aussi le principe d’une conversation que de poser des questions, surtout lorsque les deux protagonistes ne se connaissaient pas. La jolie blonde leva les yeux sur l’intérieur de la pièce ou se déroulait le bal et ou la fête battait son plein, avant de poser son regard sur l’homme assis à côté d’elle pour lui répondre :
 
« -j’ai eu la très bonne idée d’accepté d’accompagner ici un collègue et ami… Et je me demande encore pourquoi j’ai dis oui ! »
 
On pouvait sentir de l’ironie dans sa voix, mais elle se posait réellement la question intérieurement, ne comprenant pas pourquoi elle avait répondu positivement à Isaac lorsqu’il lui avait demandé de l’accompagner à ce bal. Enfin, elle ne regrettait pas, mais elle avait une nette tendance à se dire qu’elle serrait mieux chez elle en tête à tête avec sa télévision.
 
Un courant d’air vint soulever ses cheveux blonds, et elle eut un frisson sous la température de la brise qui venait de caresser ses épaules nues. Elle porta à nouveau son verre à ses lèvres, et elle baissa à nouveau les yeux lorsque l’inconnu lui demanda si elle souhaitait retourner à l’intérieur de la salle. Oh non ! Pour rien au monde elle n’avait envie d’entrer de nouveau là dedans ! Elle préférait de loin la calme, enfin le pseudo calme qui régnait ici, sur cette terrasse. Elle fit un petit signe de tête pour lui dire que non, elle ne souhaitait pas entrer, et elle esquissa un sourire en posant à nouveau ses yeux sur lui. Non, elle n’accepterait pas sa veste non plus, mais elle trouvait cela gentil de proposer et surtout de justifier sa proposition. D’une voix calme elle lui répondit :
 
« -c’est gentil de votre part, mais ça ira… Et non, je n’ai pas la moindre envie de retourner là dedans… Mais si vous en avez envie, je vous en pris… »
 
Elle n’allait pas le retenir plus que cela si lui ressentait le froid et qu’il désirait retourner à la fête, bien qu’elle doutait fort qu’il lui réponde positivement à cela, ayant bien comprit que lui non plus n’étai pas des plus ravi de se trouver là… Cela faisait deux fois qu’il laissait sous entendre quelque chose au sujet de son emploi et cela intrigua un peu la jeune femme qui lui demanda :
 
« -qu’est ce que vous faites dans la vie ? »
 
Question un peu direct, mais s’étai une déformation professionnelle pour elle aussi, habitué à poser ce genre de questions à des témoins, des suspects… Elle ferma les yeux une petite seconde et elle réalisa qu’ils ne s’étaient même pas présentés. Elle ne connaissait pas son nom, encore moins son prénom. N’était-ce pas par là que l’on commençait d’ordinaire dans une conversation ? Elle ajouta alors après avoir porté sa flute de nouveau à ses lèvres :
 
« -et vous avez surement un nom et un prénom ? »
 
Elle ne comptait pas donner le sien en premier, tenant à savoir si elle le connaissait par quelque moyen que se soit. A nouveau s’était une attitude qui lui collait à la peau depuis qu’elle faisait partie du FBI… Mais elle trouverait cela tout de même plus pratique, ou plus sympathique tout du moins de connaitre son patronyme.       
 
 
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 I think I'm slowly becoming the boring person than I have always wanted to be.

I think I'm slowly becoming the boring person than I have always wanted to be.
♠ Nombre de messages : 254


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Lun 14 Avr - 1:54


The Masquerade
Tout le monde




Tony souriait, il était content d’avoir retrouvé Iris, avec tout le monde qu’il y avait. Il était aussi stressé, tendu et angoissé, ce soir à cette fête, devant des centaines de gens l’agent spécial DiNozzo allait faire sa demande en mariage à sa belle et douce petite amie. Le jeune agent n’avait jamais était doué pour les relations. Au cours de sa vie, il avait changé plusieurs fois de petites amie. La plus part était juste des jeunes femmes pour un soir histoire d’oublier le stress du travail et de passé du bon temps en charmante compagnie. Anthony DiNozzo Jr savait qu’il avait une réputation de coureur de jupon, tout le monde au NCIS était au courant. L’agent avait même essayé de dragué la comptable du NCIS, cela n’avait guère marché. Mais bon il aurait essayé au moins. Il se souvenait aussi que le « Charme DiNozzo » ne marchait pas des fois. Lors d’un cas, ou lui et McGee devait surveiller la fille d’un très riche homme d’affaire. DiNozzo lui avait fait son sourire le plus charmeur mais rien n’avait marché, la jeune femme n’avait d’yeux que pour son geek de collègue. Tony sourit en repensant à cette aventure. Ce soir, il allait demander en mariage la personne avec qui il partage sa vie depuis plusieurs mois. Tout à aller bien dans leur relation, bien sûr comme tous les couples il y avait des disputes, mais l’amour était toujours au rendez-vous et L’agent était toujours fou amoureux d’elle. Le brun était angoissé de sa réponse, la dernière personne qu’il avait failli épouser s’appelait Wendy. Tony était fou amoureux d’elle, il aurait aimé faire ça vie avec, mais la vie en a décidé autrement et cette dernière, le laissa en plan quelques temps avant le mariage. Cela avait beaucoup chamboulé l’agent spécial. L’explication qu’elle lui avait dite était « Qu’elle n’était pas prête pour se marier ». Tony n’avait nul autre choix que d’accepter sa décision. Maintenant c’était du passé, le présent était bien là, sa vie était belle. Il avait un très bon emploi, il avait des amis en or et une petite amie géniale.

DiNozzo avait été content de faire le trajet avec sa meilleure amie. C’était l’une des rares qui pouvait le comprendre et voir quand ça n’allait pas. L’italien avait pris l’habitude de caché sa douleur derrière un personnage de clown. Il n’était pas du genre à trop parler de ses émotions. Bien qu’il parlait plus de ce qu’il ressentait que son patron Leroy Jethro Gibbs, il fallait pratiquement tirer les verres du nez à ce dernier pour savoir quelque chose en rapport avec sa vie privée. Jo et lui se connaissait depuis un moment, il avait toujours aimé sa meilleure amie, c’était vraiment une personne géniale, une personne avec qui on pouvait parler de tout, regarder des films, se confier. C’était la meilleure amie parfaite en gros. Rien ni personnes ne pourrait casser leur amitié. Malgré le fait qu’il sortait avec Iris, cette dernière ne l’empêcha nullement d’aller voir Joséphine de temps en temps et par chance les deux jeunes femmes s’entendaient bien. DiNozzo n’avait pas pu s’empêcher de parler de la tenue de la jeune demoiselle, c’était plus fort que lui, il lui avait fait une remarque avec humour, c’était tout lui. Elle avait rigolé à ce qu’il avait dit et avait ajouté sur le même ton de plaisanterie, qu’il aurait eu honte d’arrivé avec elle habillé comme cela. C’est vrai que sur ce coup-là elle n’avait pas tort. Surtout que tout le monde connaissait Tony et ses goûts vestimentaires. Il rigola et secoua la tête en accord avec elle. Tony appréhendait un peu la soirée. Il n’avait parlé à personne de ce qu’il allait faire ce soir, il aurait voulu le dire à Joséphine, mais maintenant c’était trop tard, la machine était déjà lancé. Ils auraient tous la surprise au moment venu. Les deux jeunes gens c’était rendu tout de suite vers Iris qu’ils avaient repérée. Dès qu’il vit sa chère et tendre, Tony lui fit un énorme sourire et il ne pouvait pas s’empêcher de la regarder de la tête au pied. Elle était magnifique, ça il ne pouvait pas le nier. Tony tourna la tête vers Joséphine, quand elle lui dit qu’elle les laissé en tête à tête. DiNozzo hocha la tête en accord et la regarda partir au loin. Il allait quand même la surveiller du mieux qu’il pourrait tout en étant avec Iris.

Tony était maintenant seul avec sa chérie. Il avait un grand sourire. Il essayé d’agir normalement, aussi détendu que possible pour ne pas éveiller les soupçons de son enquêtrice de petite amie. Elle était très forte pour voir quand ça n’allait pas. DiNozzo l’avait appris à ses dépens plusieurs fois. Le brun aimé voir Iris rougir, elle était vraiment mignonne quand elle rougissait. La jeune femme répondit à sa question en lui disant qu’elle allait bien et que cette soirée semblé prometteuse. Tony tout en l’écoutant était en train de boire. Il faillit s’étouffer avec les derniers mots qu’elle avait prononcés. Il la regarda avec méfiance quelques seconde avant de lui sourire et de pensé *Tu n’as pas idée*.  Dieu qu’il aimait cette femme, c’était vraiment la petite amie/ femme idéale. Il n’avait jamais pensé qu’il allait retrouvé le grand amour, mais depuis que Iris était rentrée dans sa vie, tout était parfait. Il aimait la prendre dans ses bras, lui faire des câlins, aller voir des films avec elle, il aimait la gâter, la faire rire, la faire sourire, la rendre heureuse. Il espérait que ce soir, elle serait vraiment très heureuse. DiNozzo, après quelques temps à apprendre à connaitre Evan. Evan, qui ne pouvait pas l’aimer cette enfant, il était adorable, les deux aimaient faire tourner en bourrique Iris. Ils montaient des petits plans pour la rendre « folle ». L’agent aimé entendre le rire de l’enfant, il n’aurait jamais cru qu’il aurait pu être un bon père. Il ne voulait pas reproduire l’enfance qu’il avait eu, Tony s’était fait la promesse de tout faire pour que Evan soit heureux et d’être toujours là pour lui. Tout le monde connaissait le DiNozzo farceur/dragueur, mais quand il était avec les deux personnes les plus cher pour lui, Anthony était un autre homme, il prenait très au sérieux son rôle de père de substitution. Bien évidement il avait toujours peur, mais avec le temps cela allait s’arranger. DiNozzo sourit en entendant qu’elle avait fini tôt et qu’elle c’était occupé de Evan, Iris était une mère exemplaire. Puis elle lui demanda comment c’était passé sa journée. L’Italien bu une gorgée de son verre et parla tranquillement :

- Ma journée était tranquille, nous n’avons pas eu de nouveau cas. J’ai travaillé sur mon rapport et je me suis amusé à ennuyer McGee et Ziva.

L’italien sourit. C’était une habitude maintenant, le jeune homme à chaque occasion qui se présentait aimé taquiner ses camarades. Tony aimait leur lancé des boules de papier, leur dire des répliques de films, reprendre Ziva quand elle faisait des fautes dans ses expressions et phrases. Il aimait aussi ennuyer McGee, depuis le début qu’il avait travaillé au NCIS Tony c’était pris un malin plaisir à la terroriser. Tony était pris dans ses propres pensés quand il entendu la voix d’Iris qui lui demandait d’aller danser. Tony la regarda quelques instant avant de finir son verre et de le poser sur la plaque à côté de celui d’Iris. DiNozzo pris la main de la jeune femme :

- Après vous mademoiselle.

Le brun lui fit un grand sourire et l’emmena vers où se trouvait les autres danseurs. Il en profita pour regardait s’il ne voyait pas Joséphine. Bien sûr c’était plus fort que lui. DiNozzo était un curieux de nature, il aimait bien tout savoir. Mais avec le monde qui était présent il ne la vit pas. Il y avait pleins d’autres couple qui danser, par chance une fois qu’ils sont arrivé sur la piste de danse l’orchestre commençait un slow. Tony se tient près d’Iris, ils commencèrent à danser, l’italien avait pris la main droite de la jeune femme dans sa main gauche et il avait passé son bras droit autour de la taille de la jeune femme. Ils se déplacèrent lentement au son de la musique. Tony regarda sa jeune compagne dans les yeux, il n’aimait pas beaucoup danser, mais il pouvait faire une exception, après tout, il faut se laisser aller dans la vie parfois. DiNozzo faisait très attention à ses pas, il ne voulait pas écraser les pieds de la jeune femme. Il se pencha lentement et embrassa sa compagne, il ne pouvait pas rester toute une soirée sans l’embrasser, c’était un supplice. Le baiser était doux et lent. Une fois que le baisé fut fini Tony posa son  front contre la jeune femme et lui dit :

- Je t’aime.

Il l’embrassa tendrement avant de revenir à Danser, pendant toute la durée de la danse il ne l’avait pas quitté des yeux. Il voulait vraiment faire sa vie avec, vieillir avec elle, avoir d’autres enfants avec elle en gros avoir un avenir avec Iris. Une fois le slow fini DiNozzo lui donna un câlin et ils se séparèrent. La nuit avait avancé vite quand même. DiNozzo pensait que ça pourrait être le bon moment pour faire sa demander. Il avait une ruse pour échapper à Iris, le temps de monté sur la scène et de faire sa demande sans qu’elle le suive. Il l’embrassa une dernière fois et lui dit :

- Je reviens tout de suite, il faut que j’aille à la salle des hommes, tu sais ce que c’est de boire. Je reviens rapidement, ne bouge pas.

Il lui fit un clin d’œil et parti sans regarder en arrière. Arrivé près des toilettes Tony pris une grande respiration pour calmer ses nerfs. Il se dirigea dans les toilettes vers le lavabo, il passa ses mains sous l’eau et s’éclaboussa le visage. Il se calma un peu en respirant profondément, ça aller être à lui de jouer dans quelques instants. Il y avait toujours ses insécurités qui sortaient, « Est-ce qu’elle va dire oui ? », « Est-ce trop tôt ? », « Que faire si elle dit non ? » L’agent spéciale toujours sur de lui était en train de se poser mille et une question. Tony pris une grande respiration et s’essuya le visage avec du papier. Il redressa ses vêtements et se recoiffa légèrement. Il ouvrit la porte d’un pas décidé avec la scène. Tony était bien connu pour être un beau parleur en publique, il n’avait pas forcément le traque, mais bien sur encore une fois c’était une autre circonstance. Il monta les marches qui donnait sur la scène, il avait une vue assez impressionnante, il y avait beaucoup de personnes. DiNozzo s’avança vers le micro et il fit son plus beau sourire  et c’est parti pour le DiNozzo show:

- 1,2 !  1,2 ! Vous m’entendez tous ?

Il tapota le micro pour vérifier qu’il fonctionner évidement il y eu un bruit de grésillement qui fit mal à l’oreille, DiNozzo grimaça légèrement avant de reprendre son sourire charmeur.

- Certains doivent se demander ce que je fais sur scène, et bien non je ne suis pas votre nouveau chanteur, quoi que je pourrais l’être je ne chante pas trop mal.

Il sourit encore plus en entendant le rire des personnes dans la salle. Il regarda tout le monde et il vit le directeur au fond de la salle.

- Madame la directrice, vous êtes vraiment ravissante dans cette robe. Je suis sûre que vous feriez un malheur en venant comme cela au NCIS. Un conseil attention à Gibbs.

Il souriait toujours, faire le clown était une façon de ce déstressé. Il regarda toujours autour de lui, il avait ses mains ensemble il n’arrêtait pas de les bouger.

- Très belle robe mademoiselle !

Il fit signe à une dame devant.

- Je vois qu’a côté de vous il y a la bête. Vous savez du film « La Belle et la Bête ». Film de 1946 de Jean Cocteau avec Jean Marais et Josette Day ! Il faudrait que je vous présente mon patron il est aussi grincheux !

DiNozzo se racla la gorge.

- Bien vous vous demandez tous ce que je fais ici, et bien moi aussi je me le demande.

Il y avait encore le rire des personnes. Il en profita pour se tourner vers Iris.

- Iris, mon cœur, cela fait quelques mois que nos chemin se sont rencontrés tout à fait par hasard à la cafétéria du NCIS. Comme quoi, on peut toujours trouver le grand amour sur son lieu de travail.

Il fit une pause.

- Depuis que j’ai posé mon regard sur tes beaux yeux marron, tu m’as hypnotisé. Je savais en un regard que je ne voulais plus te lâcher. Je savais que je voulais faire ma vie avec toi, fonder une famille avec toi. Avoir pleins de petit DiNozzo qui court partout. Je voudrais passé le reste de ma vie à tes côtés. Bien que tu ne sois pas facile à vivre tous les jours, on remerciera le caractère Shepard pour cela. Tu es la plus belle personne que je connaisse. Je ne pensais plus que je pouvais aimer quelqu’un comme je t’aime, mais tu m’as prouvé le contraire. Mon amour pour toi ne cesse de grandir chaque jour, tu as bouleversé ma vie. Tu m’as redonné la joie de vivre, ton sourire, ton rire, ta façon d’être me rendent amoureux de toi. Je t’aime, c’est pour cela qu’aujourd’hui j’ai décidé de faire le grand pas.

Tony sortie le petit écrin de sa poche de veste. Il pouvait entendre quelques personnes attelées, mais son regard était toujours posé sur Iris. Il prit le micro et s’avança au bord de la scène, DiNozzo mit un genou a terre, ouvrit la boîte qui contenait une belle bague en argent, sur le dessus était un cœur remplis de diamant rouge, il y avait aussi pleins de diamant autour.

- Iris veux tu m’épouser ?

Tony la regarda, il avait toujours un grand sourire, mais on pouvait lire qu’il était anxieux. Il espérait de tout cœur un oui de sa dulcinée.  


(c) mini bn

___________________________


"You know, all that really matters is that the people you love are happy and healthy. Everything else is just sprinkles on the sundae."
R.I.P Paul
*** Ereden ***


Dernière édition par Anthony DiNozzo le Ven 16 Mai - 17:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Sam 19 Avr - 16:39




◮ The Masquerade ◮
Ft Les Participants.





Plus le temps filait, plus le monde semblait s'amasser devant eux. A croire que la soirée ne faisait que commencer. A croire que ce qu'on avait sous les yeux n'était que la face cachée de l'iceberg. Si tel était le cas, le sentiment d'étouffement, d'oppression que décrivait sa charmante voisine ne ferait qu'empirer. Apprécier les bains de foule n'était pas donné à tout le monde. Si on mettait de côté les agoraphobes qui pour une raison évidente prendrait la poudre d'escampette, il fallait avouer que se sentir entouré de tout coté, de devoir jouer des coudes pour avancer, de faire attention ou on mettait les pieds en dansant pour ne pas écraser ceux des danseurs d'à côté, n'était pas agréable. De plus, un tel monde, dans une pièce aussi grand soit-elle, allait faire monter la température, les odeurs. Non, visiblement, toutes ces pensées qui ricochaient sous son crâne le confortaient dans son idée de rester bien gentiment contre sa rambarde. Tel une bouée de sauvetage, il avait l'impression qu'il avait réussit à atteindre la meilleure place. Sans compter qu'à minuit, il aurait la plus belle des vues sur le jardin et le feu d’artifice qu'il avait vu se préparer un peu plus tôt. Wayne tourna à nouveau son regard vers la jeune femme à ses côtés, alors que la lune lui rendait merveilleusement grâce en jouant avec les reflets de sa chevelure dorée. Il se perdit un instant dans ce spectacle, mieux encore que n'importe quelle robe frivole, aguichante ou carrément trop osées. Mais il se tut. Que dire de plus ? Foncièrement, le monde ne le dérangeait pas, mais il y avait une dose acceptable à tout, alors il pouvait aisément comprendre. Soucieux de ne pas laisser le soufflet retomber, il avisa la première chose qu'il vit pour relancer la conversation. L'art de faire rire une femme était toujours payant, là encore, cela sembla toucher au but car elle accepta cette sorte d'invitation tacite, au moins pour le temps d'une coupe de champagne.

Réceptionné, il continua sa lancée un peu satirique, à laquelle elle répondit de la même manière avec une moue qui voulait tout dire. Un sourire un rien amusé lui parvenu aux lèvres. Finalement, il ne s'en sortait pas trop mal. Quelle chance avait-il de tomber sur une jeune femme qui comme lui préférerait être n'importe ou ailleurs, sauf ici ? Au moins, il s'était bien trouvé. Bien qu'il tairait toute cette rencontre à son patron, question qu'il ne se prenne pas la tête sur la merveilleuse, ironie, ironie, idée de l'avoir poussé à venir ici. En parlant de cela, se fut exactement ce qu'il expliqua à la jeune femme avant de lui retourner la question. Oui, il devait l'avouer, il était légèrement curieux de savoir ce qui avait amené cette jeune dame qui n'en avait pas envie, ici. Des amies qui s'amusaient à la folie, oubliant les autres ? Des collègues ? Un petit ami ? Bien que cette option semblait moins probable sinon cela ferait longtemps qu'elle ne serait plus seule dehors mais accompagnée. Du moins, il verrait mal un homme capable de l'abandonner de la sorte et de continuer de discuter gentiment avec un pote trouvé au détour des masques. Quoique, il ne s'étonnait plus de grand-chose le médecin, tout était possible de nos jours. Les mentalités changeaient, les hommes aussi. Ne voulant point la presser ou qu'elle se sente même forcer d’enchaîner, il détournait le regard, évitant les pressions inutiles. Déposant le verre, il replaça un peu mieux son bandeau qui avait tendance à lui glisser sur le visage. Non pas que de voir sans entrave son visage soit un choc pour le monde, mais vu que le thème était déguisement, il n'en dérogerait pas. Quand sa douce voix brisa le silence qui ne régnait qu'entre eux, il l'écouta attentivement. Ah les amis, on pouvait remuer des montagnes pour eux, faire ce que nous ne voulions pas. Il hocha simplement la tête, reprenant une gorgée.


-Parce que c'est votre ami tout simplement. On est capable de surmonter bien des épreuves pour des personnes que nous apprécions. Y compris celle de se retrouver comme des sardines enrobées en plein milieu d'un château, un 31 décembre....Si cela peut vous consoler le feu d’artifice qui s'annonce à minuit semble absolument magnifique.

Dit-il avec une pointe de sourire, son regard brillant de malice. Il avait bien évidemment, réalisé un léger hochement de tête en direction du font du jardin, au moment opportun, dans laquelle on pouvait distinguer quelques silhouettes s'agiter en plaçant des banderoles qu'on ne pouvait théoriquement pas traverser. Les fusées et autres artifices étaient posés au sol, bien ancré. L'artificier devait espérer ne pas voir les nuages s’amonceler, mais ce nouvel an s'annonçait radieux, autant que pouvait l'être le ciel de nuit. De plus, il avait préféré ne pas poser plus de question sur l'instant. Elle ne semblait pas très prompt à se dévoiler et il ne voulait pas jouer les insistants, tout le monde avait son caractère qu'il fallait respecter. Alors qu'il regardait une nouvelle fois ces endroits immaculés de monde hors des limites des spots, les courants d'air se firent plus insistant, rappelant à son esprit que nous n'étions pas un jour d'été mais bien en décembre. Lui-même, il sentit un frisson glacé descendre en cascadant le long de son échine, alors il ne pouvait qu'imaginer le ressentit de sa vis-à-vis dont la peau se couvrait de frisson. Il sentit sa proposition idiote d’où le fait qu'il eut tôt fait de se justifier. Bon sang, il voulait à tout prix ne pas ressembler à ces dragueurs que l'on retrouvait en masse dans ce genre de soirée et voilà qu'il nous sortait les répliques classiques. Il avait presque envie de s'en coller une pour le coup. Retourner là-dedans, lui ? Oh que non ! Même si techniquement parlant, il n'y avait pas encore mis les pieds.

-Sans façon...

Ajouta-t-il. Il reprit une gorgée de sa flûte dont le niveau descendait doucement. Pour tout avouer, il la sirotait, ce n'était pas avec cette dose qu'il risquait d'avoir un problème d'ivresse au volant mais il préférait juste ne pas exagérer. Lentement, il changea son poids de jambe, s'adossant un peu mieux à la pierre blanchâtre. Il laissait à nouveau son regard voguer sur les masques haut en couleur quand elle lui demanda ce qu'il faisait puis qu'elle sembla réaliser que ce n'était pas dans l'ordre naturel des choses de commencer par là. C'était vrai que se présenter était la base, mais dans ce genre de soirée costumé, où on était caché derrière des grimages et des beaux habits, on se voyait mal arriver avec bonjour comment vous appelez-vous ? Parce que dans un sens, savoir un nom même si il ne nous disait rien à l’ouïe, cassait un brin cette image mystérieuse. Enfin, peut lui importait en soit, il laissa passer un léger rire amusé avant de se redresser. Il se tourna dans la direction de l'inconnue avant de lui tendre la main dans un geste exagéré, montrant la drôlerie qu'il souhaitait y mettre. Il n'y avait pas que les paroles qui pouvaient être un langage. Le non-verbal avait parfois plus d'importance encore.

-Ah, j'ai effectivement hérité d'un nom et d'un prénom de mes parents. Mais vous avez raison, je manque à tous mes devoirs ...Je me nomme Wayne et j'exerce en tant que chirurgien à l’hôpital général de Washington...Et vous, que faite vous dans la vie ?

Là encore, il était curieux de savoir. Après tout, qui était qui, les apparences étaient trompeuses, encore plus aujourd'hui, encore plus dans cette demi-pénombre où les reflets se jouaient des formes et des couleurs. En parlant de chose abstraite, il revenu à la musique qui sembla se couper d'un coup. Puis une voix se fit entendre, comme elle résonnait jusque ici, il se doutait qu'il venait de prendre un micro. Mu par cet inconscient collectif, il écouta ce qui se passait avant de voir au final que c'était une demande en mariage en bonne et due forme. Si les gens étaient survoltés ou du moins le semblaient, pendant quelques secondes lui il sembla absent. C'était un brin romantique ou gênant ou choix, c'était plutôt une idée originale aussi, mais cela ne faisait toujours que ramener ces souvenirs qu'il pensait toujours mieux enfuit à la surface de son esprit. Elena. Toujours la même chose, toujours la même histoire, toujours elle. Encore, toujours. Des mines réjouies, il se sentit tranché par la sienne qui s'était brutalement assombrie, se refermant net. Réalisant ce fait, il se ressaisit du mieux qu'il put, reprenant le masque du sourire de façade. Il tourna son regard vers la jeune femme.

-Eh bien, cette soirée n'aura pas été si horrible pour certains que pour nous...Peu à peu la musique reprit son droit... Vous m'accorderiez cette danse si je vous assure que je ne rentre pas à l'intérieur ?

Après tout pourquoi pas ? Qui vivra verra...



___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 20 Avr - 16:19

The Masquerade


Il n'y a pas de hasards, il n'y a que des rendez vous...







Hum… Danser avec Tony, la jeune femme en doutait un peu tout de même… Jo avait trouvé son meilleur ami un tout petit peu stressé lorsqu’il était arrivé devant chez elle, même si elle n’avait pas posé de question. S’il ne voulait pas se confier à elle sur ce qui le tracassait, elle avait apprit à force de le connaitre, que cela ne servait à rien de le harceler des questions, et que la réponse viendrait d’elle-même. Puis elle avait vu le regard qu’il avait posé sur Iris, et cela l’avait fait sourire avec tendresse, heureuse de voir son meilleur ami si amoureux. Jo n’était pas très proche d’Iris, malgré le fait que les deux jeunes femmes travaillaient dans la même équipe et qu’elles devaient par conséquent se côtoyer tout les jours. Disons qu’elles n’avaient jamais prit le temps d’approfondir leur relation qui restait essentiellement professionnelle. Malgré tout, la jeune femme n’avait rien contre la petite amie de celui qui était comme un frère pour elle, et elle leur souhaitait vraiment plein de bonheur, espérant que leur histoire soit longue et plein de joie et d’amour. Tony méritait une femme qui l’aimait et le chérissait, et visiblement, il l’avait trouvé dans la personne d’Iris. Enfin, Jo avait la nette impression que Tony avait bien d’autres objectifs durant la soirée que de passer son temps à la surveiller, et au fond cela l’arrangeait un peu, pouvant ainsi passer la soirée en compagnie d’Isaac, sans que cela ne se remarque trop… Elle lui fit un sourire radieux, heureuse d’être ici avec lui, et lorsqu’il lui confia que tant qu’elle restait ici, il le ferait aussi, la jeune femme le couvrit d’un regard tendre. Elle savait qu’il n’aimait pas ce genre de rassemblement, et qu’il était là pour elle. La jeune femme pencha la tête sur le côté et elle lui répondit avec enthousiasme, sa main venant se glisser dans la sienne :
 
« -volontiers monsieur… »
 
Sur ces mots, elle resserra un peu sa main autour de celle d’Isaac, ne souhaitant pas le lâcher, et risqué d’être séparé de lui au beau milieu de la foule mais également être un peu plus proche de lui par ce geste. Elle accéléra un tout petit peu le pas en voyant arrivé sur la piste de danse Tony et Iris, reconnaissant le masque qui couvrait le visage de son meilleur ami, ainsi que son costume. Le couple qu’elle formait en compagnie d’Isaac se faufila au milieu de la foule, et elle jeta un rapide cou d’œil au dessus de son épaule, constatant que Tony était bel et bien concentré sur sa petite amie plutôt qu’elle. Au beau milieu des gens, les mains jointent ne se remarquaient pas, mais Jo lâcha celle d’Isaac lorsqu’ils furent proches du bar. Elle saisit la coupe qu’il lui tendait, et elle la fit tinter contre celle d’Isaac, son regard plongé dans le sien.
 
Elle sentait son cœur battre toujours un peu plus vite que d’ordinaire, chose sans doute dut à la danse, à la foule qui était assez oppressante, mais surtout à la présence de son petit ami à ses côtés. Jo porta sa coupe de champagne à ses lèvres, et elle en prit une petite gorgée sentant les fines bulles de la boisson typiquement française pétiller sur son palet. Un sourire tendre se dessina lentement sur ses lèvres rosées et elle baissa un instant les yeux comme si elle était gênée par ce que venait de dire Isaac. Lui aussi il lui avait manqué… Même s’ils n’avaient pas été séparés très longtemps, elle ressentait de plus en plus intensément une sorte de manque lorsqu’elle ne le voyait pas au moins tous les deux jours. Il avait eut un déplacement pour son travail, et comme à chaque fois, les nouvelles qu’il donnait était faible, voir inexistante. Mais à force, elle s’y habituait plus ou moins, même si cela ne remplissait pas de bonheur… Elle lui souffla alors avant de porter à nouveau sa flute à ses lèvres :
 
« -toi aussi… »
 
Jo ne lui avait jamais confié qu’elle aimait qu’il face un tout petit effort sur les appels ou les sms lorsqu’il partait loin d’elle, se disant que s’il ne le faisait pas de lui-même, c’était qu’il devait avoir une raison valable d’agir ainsi. Lorsqu’il lui demanda si elle voulant danser avec son meilleur ami, la musique se coupa alors, et elle lui souffla en voyant Tony prendre le micro :
 
« -je crois… que je vais rester avec toi encore un moment… »
 
Jo avait prononcé ces mots sans regarder Isaac, son regard complètement obnubilé par Tony qui commençait à dire un peu n’importe quoi sur la scène. Jo cligna plusieurs fois des yeux, se demandant si elle était en train de rêver ou si s’était bel et bien son meilleur ami qui se tenait là, devant tout le monde à faire son petit numéro de rigolo devant toute la ville ! Elle fit un non de la tête lorsqu’il se vanta de pouvoir pousser la chansonnette, parce qu’elle savait que cela allait être un désastre. Elle cacha son visage derrière sa main libre en entendant ce qu’il racontait au sujet de la Belle et la Bête, et elle regarda à nouveau la scène en entrouvrant deux de ses doigts.
 
Puis ce fut un moment vraiment particulier, et Jo eut l’impression que la salle entière retenait son souffle en écoutant son meilleur ami faire sa déclaration de mariage… Voilà ce qui le stressait toute à l’heure ! Elle avait enfin sa réponse et la jeune femme se mit à sourire, ayant pratiquement les larmes aux yeux d’entendre cette magnifique déclaration d’amour que Tony venait de faire à celle qui avait su s’imposer dans son cœur. Sa main avait glissé sur ses lèvres glosées, et elle avait hâte d’entendre la réponse d’Iris, même si elle se doutait déjà de la réponse… Enfin, elle espérait que ça serait cette réponse là… Jo n’en revenait pas de l’idée de dingue qu’avait eut Tony de faire une pareille déclaration ! Il ne faisait décidément jamais rien comme les autres, pas de déclaration tranquille, à l’abri des regards indiscrets, pas de petit restaurant en tête à tête… Elle souffla alors à l’oreille d’Isaac :
 
« -je te présente mon meilleur ami… dans toute sa splendeur… »          

          

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 20 Avr - 18:19

The Masquerade
Profiter de chaque instant...




Surmonter bien des épreuves pour les amis ? Vu comme cela, Elsy pouvait bien participer à ce bal, pour un des seuls amis qu’elle avait dans sa vie… N’étant pas des plus sociables, Elsy n’avait pas vraiment d’ami, mais étrangement elle n’en souffrait pas plus que cela. Elle avait quelques personnes autour d’elle sur qui elle savait qu’elle pouvait compter, et après ça, et bien elle vivait très bien dans sa solitude, préférant rester en tête à tête avec sa télévision, ou encore un bon livre que d’aller boire un verre avec des gens avec qui elle n’avait rien en commun et à qui elle était incapable de s’ouvrir sur sa vie. Alors étant donné qu’Isaac était un ami véritable, quelqu’un qui comptait pour elle, oui, elle pouvait bien faire cet effort de sourire un minimum et de participer quelque peu à la soirée. La jeune femme esquissa un sourire à l’homme qui se tenait à ses côtés lorsqu’il parla du feu d’artifice qui devait avoir lieu à minuit. Cela faisait un bon paquet d’argent qui partait en fumée dans le ciel simplement pour appéter les habitants de la ville, et malgré le fait que la jeune femme appréciait ce genre de spectacle nocturne qui illuminait le ciel de mille feux.
 
La jolie blonde déclina l’offre de son compagnon de soirée, ne souhaitant pas le priver de sa veste dans l’immédiate, et n’ayant pas pour habitude d’accepter ce genre de chose de la part d’un homme qu’elle ne connaissait que depuis quelques minutes. Enfin, d’ailleurs, d’ordinaire, elle ne restait pas à parler ainsi avec un inconnu… Les relations de la jeune femme avec les hommes étaient assez difficile, et il fallait vraiment que ces monsieur sachent trouver le chemin qui menait à se confiance pour qu’elle daigne entretenir une conversation. Etais ce le peu d’alcool qu’elle avait consommé ou le fait qu’elle trouvait que son interlocuteur avait de très bonnes manières qui la faisait rester assise ici et lui répondre, voir même s’intéresser à sa personne puisqu’elle venait de lui demandé ce qu’il faisait dans la vie, ainsi que son nom et prénom. Elle lui avait également fait comprendre qu’il n’était pas dans l’obligation de rester ici avec elle, s’il préférait rentrer dans la chaleur de la salle. Mais visiblement, il préférait le froid de la terrasse tout comme elle. Lorsqu’il se mit à rire, Elsy se demanda ce qu’elle avait bien pur dire qui le face ainsi régir, même si c’était un rire discret, et non des éclats, elle le regarda changer de position, et elle hésita un instant à prendre sa main dans la sienne.
 
L’agent du FBI qu’elle était, préférait garder ses distances avec les gens qui pouvaient graviter autour d’elle, et au jour d’aujourd’hui, même après quelques années de passé commun, elle avait encore du mal à rentrer en contact avec Isaac. Enfin, elle ne voulait pas paraitre mal élevé, ou encore trop sauvage ou bizarre, alors elle décroisa ses bras et elle saisit la main que Wayne, puisqu’il se nommait ainsi, lui tendait. Elle avait sourit, légèrement amusée de sa façon d’agir, et elle lâcha assez vite sa main afin de la reposer sur ses bras, croisé sur sa poitrine. Elsy sourit à nouveau, et elle dit alors :
 
« -et bien ravi de faire votre connaissance Wayne. »
 
Il semblait être un homme sérieux, et le métier qu’il exerçait n’était pas rien… Etrangement, elle ne se sentait pas mal à l’aise en sa présence, et malgré le froid, elle préférait rester en sa compagnie de que de retourner à l’intérieur. Vu qu’il ne demanda pas son nom, elle n’en dit rien et elle répondit alors en baissant les yeux, d’une voix sérieuse, sachant que ce qu’elle allait dire pour son métier avait tendance à jeter un froid ou mettre de la distance chez les gens, comme si faire partie d’une agence fédéral, servir son pays et protéger la population était synonyme de pestiféré pour certaine personne.
 
« -je suis agent fédéral. Je bosse pour le FBI, si vous voulez tout savoir. »
 
Voilà s’était dit, clair et net, du Elsy tout craché… Elle n’eut pas vraiment le temps de voir la réaction du dénommé Wayne, car le son de la musique venait de s’arrêté et cela attira l’attention de la jeune femme qui malgré elle fronça les sourcils. Un agent restait un agent, et le fait que la foule était compact ne rassurait pas la jeune femme qui s’était laissait dire durant la soirée que cela serait le décor parfait pour un attentat à la bombe… Enfin, ce qui suivit ne fut pas si alarmant que ça, bien au contraire, il ne s’agissait que d’une demande en mariage. Etrange façon de faire cela, mais Elsy se dit que la voix de l’homme qui parlait dans le micro lui disait quelque chose, même si elle n’arrivait pas à trouvé de qui il pouvait s’agir. Enfin,  de toute façon, la proposition que lui fait Wayne la fit se concentré à nouveau sur ce qui se passait ici. Et elle cligna des yeux comme si elle avait du mal à comprendre ce qu’il venait de dire. Il l’invitait vraiment à danser ? Elle posa alors son regard sur lui et elle ouvrit la bouche avant de dire en se décollant de la rambarde contre laquelle elle était adossée. Elle croisa ses doigts entre eux, et elle dit alors :
 
« -vous savez quoi… Je vais aller chercher ma veste… Parce que je commence vraiment à avoir froid… »
 
Elle recula peu à peu, son regard toujours fixé sur cet homme qui lui avait adressé la parole sans qu’elle sache vraiment pourquoi, puis elle leva les deux mains devant elle, et elle se détourna alors de lui, sans rien dire de plus, elle s’engouffra dans la salle, mais elle fit demi-tour et elle revint lui dire avec un petit temps d’hésitation :
 
« -si vous tenez à me faire danser, restez là, je reviens… »
 
Elsy entra de nouveau dans la salle, et après quelques efforts pour éviter par ci par là certaine personnes, pour se frayer un passage au milieu de tout ces gens, elle parvint aux vestiaires. La jolie blonde demanda qu’on lui rende sa veste, qui s’accordait à la perfection avec sa robe, ne dénigrant en aucun cas l’effet bohème de sa tenue. Elle la mit sur son bras, et fit demi-tour, tout en se demandant pourquoi elle avait dit à cet homme qu’elle revenait vers lui. Parce qu’elle n’avait pas envie de l’éviter durant le reste de la soirée ? La jeune femme revint enfin sur la terrasse, et elle prit le temps de passer sa veste, avant de sourire à l’homme qui se trouvait toujours ici, et de dire :
 
« -vous aviez parlé d’une danse ? Je ne suis pas très douée pour ce genre de chose, mais puisque nous sommes loin des regards… »
 
Toujours pas de prénom donné, mais cela ne la gênait pas… Elsy s’approcha encore de quelques pas vers cet homme qui ne lui faisait pas peur…   
 
 
Code by AMIANTE


Dernière édition par Elisabeth Speers le Dim 4 Mai - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 20 Avr - 19:08


*The Masquerade *



Je travailler sur un dossier personnelle. Je cherche depuis longtemps ce que sont devenues mes parents biologique, sont-ils morts ? Sont-ils toujours en vie ? J'ai tant de question à leur poser que je ne serai même pas par où commencer. J'avance ptit à petit dans mes recherchent, mais là, j'avoue faire du sur-place. Je regarde l'heure sur ma montre avant de me frôter le visage avec mes mains. Et d'un coup je regarde la date à laquelle on est et range tous ce qu'il y a sur la table...

Je suis en retard je l'avoue, tellement concentrée sur mon dossier je n'est pas vu l'heure. Cela peut arrivée... Me levant de mon canapé, je file sous l'eau chaude qui me fit un bien fou. Je pourrais y rester des heures mais je suis assez en retard comme ça. Sortant de la couche, je me sèche et prend ma robe de couleur rouge que j'enfile. Une magnifique robe rouge à dos nue. C'est pas souvent que je m'habille ainsi mais je voulais faire plaisir à mon ami Isaac qui m'a demandé de venir vu que lui aussi avait reçu une invitation. Moi qui penser pouvoir lui cacher et ben non.

Après un long moment à finir de me préparé, je finis par sortir de chez moi sans oublier mon masque, ferme la porte derrière moi à clef et descend afin d'arrivée à ma voiture. Je monte, m'attache et allume la voiture avant de démarré direction le bal... Arrivant à destination, je me gare restant dans la voiture encore un peu avant de finalement y sortir...

Je mis mon masque sur les yeux avant d'entré, il y avait pas mal de monde. Je regarde autour de moi avant d'avancer d'un pas lent, souriant à certaines personnes et en les saluant avant de finir mon chemin contre un mur toute en regardant les invités essayant par la même occasion de voir si il y avait certaines personnes que je connais. Il est clair que je ne suis pas habituer à ce genre de chose...

©BlackSun
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Lun 21 Avr - 11:16




The Masquerade...
Ft. Everyone


Le choc de ses retrouvailles impromptues, lui laissait la désagréable impression d'être rentrée dans la troisième dimension. Tout semblait tellement illogique, voir impossible, improbable. Jamais, Jennyfer n'avait pensé recroiser un jour cet homme, qu'elle avait aimé. Surtout pas après de si nombreuses années. Mais la réalité était tout autre, vu qu'il se retrouvait face à elle, occupé de siroter son Whisky, lui parlant comme si il ne s'était jamais rien passé. Faisant fi de tout, de ce qu'il avait dit, de ce qu'il avait fait. Rien. On aurait dit qu'il voulait faire table rase du passé et se parler gentiment comme deux êtres civilisés. C'était bien trop lui demandé, c'était beaucoup trop pour elle. Elle n'en était tout simplement pas capable. Le revoir, entendre à nouveau le son de sa voix, la bousculait bien plus qu'elle ne le voulait. Elle restait partagée entre cette envie prenante et impérieuse de partir loin, oublier tout cela et celle de rester pour lui exprimer le font de sa pensée. En tant normale, cela serait la seconde partie, la plus prononcée de sa personnalité qui l'aurait emporté, aujourd'hui, elle semblait encline à la première. Son visage, son regard toujours aussi envoûtant, soulevait trop de choses. Ça ramenait bien trop de souvenir à son esprit, des images contre lesquelles elle n'avait pas la force de lutter. La rousse avait bien évidemment tenté de reprendre le rôle qui était celui de sa vie mais les piques se sentaient bien trop. Non, elle refusait de rester à côté de lui une minute de plus. Il faudrait des explications, il faudrait bien un jour qu'ils se parlent parce qu'ils se recroiseront sûrement si il restait en ville, mais pas aujourd'hui. Pas maintenant. Pas comme ça. Elle opta dès lors pour la fuite. Il fallait arrêter les frais, éviter d'essayer de jouer les ronds de jambes et la politesse. Elle ne voulait pas répondre à ces questions, entendre les répliques, se souvenir de tout ça. Surtout le jour où elle pensait pouvoir se détendre, profiter comme n'importe quelle femme. Elle posa un billet sur la table en bois, montrant une nouvelle fois qu'elle ne voulait plus rien à voir avec lui.

Difficile quand on sait qu'ils avaient quand même une fille ensemble, qui ignorait tout mais une fille quand même. Jen fit volte-face après avoir posé une dernière fois son regard émeraude vers le sien. Elle tourna les talons et s'enfonça au travers de la masse des danseurs, sans un regard en arrière. Elle dut avouer que pendant quelques secondes, elle avait pensé qu'Alexander la rattraperait, qu'il lui attraperait le bras ou la forcerait au moins à faire preuve de politesse. Contradictoire n'est-ce pas ? Mais, il n'en fut rien. Aucune prise ne se referma sur elle, elle continua d'un pas pressé de s’éloigner du bar, de s'éloigner de lui ! Partir le plus loin possible. Elle se déplaçait évitant les danseurs. Sa première idée fut de sortir de là, de sortir de ce château, d'aller prendre l'air. Ses pensées ricochaient en tous sens, menaçant de faire arriver un habituel mal de tête à en réveiller les morts. Mais la brusque bourrasque d'air froid qui lui parvient lui fit tourner les talons, une nouvelle fois. Il fallait qu'elle se calme. Elle revenu dans la direction des agents sans vraiment savoir que faire. Maintenant qu'elle savait, fallait-il le dire à Iris ? Que faire ? Ou même comment amener ça ? Pas aujourd’hui, elle ne voulait pas briser à elle aussi sa soirée, surtout qu'elle semblait s'y amuser follement. Alors qu'elle voyait DiNozzo s'en aller un peu plus loin, elle fit quelques pas pour retrouver Ziva qui avait stoppé son défoulement sur la piste. Puis brutalement la musique se coupa, laissant place à un surprenant silence. Instinctivement, comme la plupart des personnes, la codirectrice tourna son regard en direction de la scène où se trouvaient les musiciens. Qu'elle ne fut pas sa surprise quand elle y découvrit l'agent Italien occupé de prendre un micro. Un de ces sourcils passa à l’assaut de son front alors qu'il commençait son show. Mais qu'est-ce qu'il fichait la lui ? A quoi il jouait ? Elle tenta un regard en oblique à son amie Israélienne, tout aussi surprise qu'elle. Elle grimaça au bruit toujours atroce, vous voyez ce petit crissement de la craie sur le tableau qui vous filait la chair de poule, bah ce n'en était pas loin. Avant de l'entendre parler.

Sa voix résonnait dans la salle, se répercutait en échos. Tout le monde ou presque avait le regard rivé dans sa direction. Autant dire qu'il avait un public entier à sa disposition et comme d’habitude il en profitait. Si ses pensées quelques instants plus tôt étaient toujours occupées de tourner en rond sur le cas de son ex, un sourire vient naître sur son visage en l'entendant parler de chant. Bon dieu non, pitié ne lui dite pas qu'il allait se mettre à chanter. Elle ferma une fraction de seconde les yeux comme une prière silencieuse mais heureusement il déclina. Mieux valait. Jen se rapellait parfaitement, une des nombreuses missions que Tony avait effectuées pour elle, quand il filait la grenouille. Il faisait un chanteur de rue pour surveiller le restaurant où The Frog et Trent Kort mangeaient. Même le chien chantait mieux que lui, c'était pour dire. Puis en rouvrant les yeux, elle croisa le regard de Tony, visiblement, elle ne passerait pas inaperçu vu qu'il s’adressa directement à elle. Un soupire lui glissa des lèvres quand elle entendit le classique 'Madame la directrice' qui lui mettait toujours les nerfs en pelotes. Allez, envolé le mystère des masques, envolé la stupide idée de pouvoir passer une soirée normale, sans les prérequis du poste. Merci agent Dinozzo. Elle lui envoya un regard entendu, bien que trop loin sans doute pour qu'il puisse le remarquer. Néanmoins, il se rattrapa au compliment. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Qu'il ne rêve pas trop, elle n'aurait jamais la moindre influence ou affirmation de ses dires si elle devait s’habiller de la sorte. Les hommes resteraient des hommes et c'était sur qu’ils seraient plus attirés par autre chose que ses paroles. Elle fit un léger mouvement de tête sur les côtés quand il parla de Jethro. Qu'il s'inquiète plutôt de sa tête parce qu'il risquait de s'en prendre une sans avoir eu le temps de comprendre ce qui se passait. Surtout au vu de la suite. On assistait réellement à un show avec un DiNozzo dans toute sa splendeur, humour, films, ou il voulait en venir lui ? Parce qu'il devait bien  avoir un but à tout ça, et non pas faire le pitre pour amuser la galerie.

Au moment même ou cette interrogation naissait dans son esprit. La réponse s'imposa d'elle-même quand le nom de sa fille revient dans son discours. Oh non, non, non. Alors bravo journée et soirée pourrie au possible, son père allait apprendre que de un il avait une fille, que de deux elle était agent du Ncis comme sa mère et son futur-mari ? Oh bon dieu. Le monde avait décidé de s'acharner sur elle aujourd'hui. Mais quelle idée elle avait eu de rester là ! Eh bien oui, c'était belle et bien une déclaration en bonne et due forme avant la demande en mariage dans toute sa splendeur. Il fallait admettre qu'elle était tout bonnement soufflée, eh bien ça c'était courageux ou suicidaire de sa part, au choix. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment comment le prendre. Mais au final, c'était touchant. On pouvait dire ce qu'on voulait sur Tony, il fallait lui reconnaître son style et surtout qu'il ne ferait pas ça sur un coup de tête. Il avait sûrement vu défiler trop de femme que pour se décider de faire ça avec toutes celles qu'il avait croisées dans sa vie. Elle ne voulait pas en savoir le nombre d'ailleurs ! Elle espérait seulement que cela marcherait vraiment entre eux. Ils méritaient tous les deux d'êtres d'heureux, d'avoir un peu de chance de temps en temps. Mais le mariage n'était-il pas le premier pas vers le divorce ? Elle espérait que non, parce que sinon cela virait sans doute au carnage, risquant qui sait de faire voler deux équipes en l'air. Elle restait silencieuse, posant son regard émeraude vers sa fille qu'elle voyait au loin. Comme la moitié de la population de Washington Dc, elle attendait sa réponse. Son oui, le plus plausible, ou son nom, qui aurait le don de jeter un froid polaire dans l'assemblée. Ça faisait beaucoup de choses en une seule soirée, ça promettait une année bien particulière. Du regard, elle chercha Jethro avant de revenir vers l'attraction principale..

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Mar 22 Avr - 3:22



The Masquerade

Gibbs avait de la difficulté à avancer vers la personne rousse. Il commençait a perdre patience de se voir barrer continuellement la route par des gens. Il se disait qu’il irait sans doute plus vite en bousculant les gens, plutôt que de perdre son temps à s’excuser. Décidément, ce n’était pas sa soirée. Pendant qu’il était en train de traverser le flux des gens, il remarqua au loin une personne qui reconnaissait entre milles. C’était son fils. Son masque commençait à le démanger, il décida de le retirer et de le mettre dans un plateau de flute de champagne. Il savait que maintenant que son incognito venais de prendre le bord, mais cela ne le dérangeait plus. Il faut dire qu’il avait vu un mouvement de la personne rousse qui semblait avoir décidé de fuir et il mettrait sa main au feu que c’était Jenny. Il hésita un petit moment, ne sachant pas où il devait se rendre. Son hésitation ne dura pas très longtemps car il saisit de sa main droite un bout de papier et prit sans hésiter un crayon au serveur qui fut surprit du geste qu’il en resta figé. Gibbs écrivit sur le bout de papier la phrase suivante ou plutôt les trois mots : Appelle-moi. Gibbs. Il avait bien pensé de mettre ton père mais cela aurais pu le mettre mal à l’aise. Jethro tendit le crayon au serveur ainsi que le mot et lui dit


« Portez le a la personne la bas et offrez-lui ce qu’il veut. »



Gibbs sortit son portefeuille et lui mit deux billets de vingt dans la poche du serveur. Une bonne chose était régler et il pouvait maintenant se concentrer sur Jennyfer. Il la savait forte, mais il ne voulait pas prendre de risque de la perdre. Cela était déjà arriver une fois, cela n’arriverais plus. Il faudrait lui passer sur le corps. C’est pour cet raison qu’il sortit une arme qu’il aimait bien utilisé et qui servais parfaitement pour cette fois ci : son regard noir. Il jeta son regard sur les personnes qui lui barrait la route. Il fut ravi de voir que cela fonctionnait parfaitement. Il aurait dû l’utiliser plus tôt. Il remarqua que Jenny se dirigeait vers Ziva quand il entendit une voix qu’il ne connaissait que trop bien. Il se retourna vers la tribune pour voir son plus ancien Agent parler. Il le regarda, se demandant s’il devait se diriger vers la tribune pour lui donner une tape derrière la tête. Il faisait encore une fois une divergente avant de confirmer à Gibbs que c’était belle et bien Jenny. Il espérait juste que Iris réponde oui car dans le cas contraire, Gibbs devrais gérer deux choses et cela ne lui faisait pas plaisir. Il continua vers Jenny. La réponse à la question, il l’aurait bien rapidement. Il arriva devant elle se demandant ce qu’il devait dire. Il n’avait pas pensé à quoi dire, trop occuper à s’avancer dans la foule. Il lui dit tout simplement une phrase qu’il ne pensait pas dire trop souvent dans sa vie.


« DiNozzo à raison. Tu es magnifique. Tu es venue accompagne ?  »



Il aurait voulu lui dire qu’il était là pour elle, mais il savait qu’il n’avait pas besoin de lui dire.  Il serait toujours là, elle le savait.


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Ven 25 Avr - 12:52










Spoiler:
 



Grâce au fait qu’ils sortaient ensemble depuis à présent plusieurs longs mois, elle connaissait mieux Tony. Oh certes, il restait tout de même le même. Car on ne pouvait pas vraiment changer les gens comme ça. Il était toujours l’Anthony dragueur qu’elle avait connu mais il n’était pas le même avec Evan et elle. Non, il était vraiment un tout autre homme et c’était ce qui était bien. Elle était ravie de l’avoir trouvé malgré le masque qui lui cachait la moitié visage elle l’avait reconnu, elle avait reconnu les membres du NCIS car à force de les fréquenter on savait qui était qui malgré un futile masque sur un visage. Certes mise à part les gens qu’elle côtoyait d’habitude, elle ne pouvait reconnaître personne d’autre car elle ne connaissait personne d’autre ...

Elle l’écouta donc répondre à la question qu’elle venait de lui poser touchant sur la journée qu’il venait de passer. Un fin sourire amusé effleura ses lèvres quand elle l’entendit dire qu’il s’était amusé à embêter deux de ses collègues, mais quand même, elle n’en pensait pas moins que peut-être qu’à un moment il devrait les laisser tranquille non ? Mais c’était une habitude d’après ce qu’elle avait pu le comprendre et elle n’allait pas l’en empêcher, en plus, ils n’étaient pas dans la même équipe donc ce n’était pas ses affaires. Elle n’avait donc rien à lui dire sur son comportement.

Elle attendait donc à présent qu’il lui réponde. Elle souhaitait aller danser et espérait bien qu’il allait accepter. Un sourire ravi s’étira sur ses lèvres quand elle eut droit à une réponse affirmative. Chouette ! La blondinette se dirigea donc vers la piste de danse, sourire aux lèvres. Ça tombait bien pour eux, un slow était en train de passer. Sa main droite dans sa main gauche elle se laissait guider lentement par ses pas, les yeux dans les yeux, elle ne le lâchait pas du regard. Et dire que quelques année auparavant elle ne se serait jamais douter qu’elle serait tombée amoureuse de cet homme … et elle était là ce soir, avec lui en train de danser. La jeune femme profita au maximum du baiser qu’ils échangèrent avec tendresse avant de l’entendre prononcer un doux « Je t’aime » qui lui réchauffa le cœur :

- Moi aussi je t’aime Tony. dit-elle d’une voix douce

De nouveau, ils s’embrassèrent avant de se remettre pleinement à danser, les yeux dans les yeux. Elle avait cette impression que plus personnes n’étaient autour d’eux, qu’ils étaient à présent dans une petite bulle où ils n’étaient que tous les deux. Elle aurait aimé que ce moment dure indéfiniment, mais toutes les bonnes choses ont une fin et le slow s’arrêta. La nuit s’était avancée plus vite qu’elle ne l’aurait imaginé, mais ça, elle s’en fichait car ils avaient jusqu’à l’aube et bien plus encore. Ils s’échangèrent un dernier baiser avant que l’agent spécial s’éclipse pour aller aux toilettes. Le regard d’Iris balaya en attendant la salle, cherchant à voir si elle pouvait y reconnaître des connaissances. Mais c’était bien sûr vint avec tous ces masques. Elle poussa un profond soupir, attendant que Tony revienne vers elle avec patience. Elle était quelqu’un de patient et malgré que l’homme qui lui faisait à présent battre son cœur fût parti quelques instants auparavant, il lui manquait déjà.

Et puis soudain, la musique s’arrêta. Hein ? Quoi ? Qu’est-ce qu’il se passait ? Son regard qu’elle avait hérité de son père glissa vers la scène et elle y vit Anthony. Non mais qu’est-ce qu’il fichait sur la scène bordel ? Elle fronça les sourcils. Ooooh quelque chose se tramait elle le sentait. Le silence s’était installé, juste interrompu par les paroles de l’agent DiNozzo, ponctué par moment par des rires dans la salle suite aux paroles prononcé par l’Italien, mais elle, ne riait pas, attendant juste qu’il arrive au but de tout ça. Car il y avait bien un but à tout cela non ? Alors, elle écoutait en silence, attendant gentiment qu’il finisse par arriver à ce qu’il l’avait fait réellement monter sur la scène. Un sourire amusé effleura ses lèvres quand elle l’entendit appeler sa mère « Madame la directrice » ouuuh elle devait bouillir là, non ? Mais son sourire partit rapidement, reprenant un air neutre alors qu’elle continuait l’écouter parler.

Il finit par prononcer son prénom. Sur le coup, elle eut juste envie de dire que non, ce n’était pas elle malgré le fait qu’il s’était bel et bien retourné vers elle. Elle n’appréciait pas vraiment avoir tous les regards dans la salle braquaient sur elle, le sentiment de malaise commença immédiatement à faire son œuvre en elle. Alors que la jeune femme l’écoutait parler, avant même qu’il n’eut fini de dire ce qu’il avait à dire, elle se doutait déjà un peu de ce qui allait arriver. Mais un mélange de stupeur et d’émotions l’envahit d’un coup quand il prononça la phrase fatidique « Iris veux tu m’épouser ? ». Mon dieu ! Il venait de lui faire sa demande en mariage devant tout ce monde. La petite boîte était devant elle, la bague à l’intérieur était magnifique, tout ce qu’il y avait de plus splendide mais ça, elle n’y avait jeté qu’un bref coup d’œil mais il avait fait le bon choix niveau bague car elle l’a trouvé extrêmement belle. Son regard était planté dans le sien alors que le silence régnait. Elle restait figée. Oh bordel ! Allez dit quelque chose ! Simplement quelques secondes venaient de passer alors qu’il lui semblait avoir été une éternité, le choc de la demande s’évanouissant, un magnifique sourire s’étala sur ses lèvres. L’émotion était à son comble en elle alors qu’elle ouvrit la bouche et prononça un seul et unique mot, bien distinct :

- Oui !

Elle n’attendit pas un instant après avoir prononcé ce simple mot pour faire quelques pas pour atteindre les marches de la scène, elle grimpa les marches avec rapidité et se dirigea vers ce qui était à présent son futur mari. Elle entendait comme si c’était au loin, les applaudissements dans la salle, mais elle ne s’en souciait pas, tout ce qui comptait en ce moment même c’était l’homme qu’elle allait prochainement épouser et rien d’autre. Son magnifique sourire était toujours sur ses lèvres et n’avait pas rétréci d’un seul millimètre, le rouge lui était monté de nouveau aux joues à cause de l’émotion et son regard était planté dans celui d’Anthony. Une fois arrivée à lui, elle reprit la parole :

- Bien sûr que oui que je veux t’épouser Anthony. Je t’aime tellement mon amour. dit-elle avec tendresse

Après qu’il lui eut mis la bague à son doigt, elle ne put s’empêcher de l’attirer à elle et de coller ses lèvres aux siennes. Cette soirée était à présent la plus belle qu’elle n’avait jamais vécue jusqu’à présent. Elle était à présent fiancée, elle n’en revenait pas encore complètement. Il fallait l’avouer qu’elle ne s’attendait pas du tout à ce qu’Anthony la demande en mariage, il était quand même réputée pour être un coureur de jupons et malgré le fait que cela faisait à présent plusieurs mois qu’ils étaient ensemble, elle s’était tout de même attendue qu’il finisse par se lasser d’elle. Ce qui avait fait que ça avait été la plus belle des surprises quand il avait posé un genou sur le sol de la scène et qu’il avait ouvert la boîte contenant la bague qui était à présent à son doigt tout en lui demandant si elle voulait l’épouser.

Quand leur baiser fut rompu, la blonde resta là quelques instants à le regarder avec un sourire et un regard tendre. Puis, elle le prit par la main et l’entraîna en dehors de la scène alors que la musique avait bel et bien repris son cours, comme le reste de la soirée. Avec toutes ces émotions qui l’avait submergé en quelques secondes, elle avait besoin de s’assoir car malgré tout, ses jambes risquaient tout de même de la lâcher. Alors, elle emmena son fiancé jusqu’au bar où elle pourrait ainsi se poser. La jeune mère s’arrêta à l’autre bout du bar, là, où il ne restait plus que deux tabourets sur lesquels s’assoir. Elle commanda un verre de Whisky pour enlever les émotions qui l’avait envahi ou peut-être simplement pour fêter l’évènement ? Quand le verre arriva, elle but une simple gorgée, gardant ses yeux plantés dans celui d’Anthony :

- Je t’aime Tony. dit-elle simplement

Plus rien ne comptait sur le moment, qu’eux deux. Tout ce qui était autour d’eux semblait être dans une sorte de brouillard qui les englobait pour former toujours cette petite bulle de bien-être où ils étaient justes à deux. Elle et lui.



___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Sam 26 Avr - 21:47

Le monde est un grand bal, où tout le monde est masqué.
The Masquerade


La présence de la jeune femme rendait cette soirée plus simple à vivre même très agréable, ne souhaitant pas repartir dans l’immédiat et au vu de la présence masculine qui se trouvait aux côtés d’Elsy depuis un petit moment maintenant, cette dernière ne semblait pas non plus motivé à quitter son nouveau cavalier de suite, ce qui le fit sourire. Alors qu’ils n’aimaient pas ce genre de soirée autant l’un que l’autre, ils arrivaient malgré tout à passer une bonne soirée sans vraiment se soucier du temps qui s’écoulait.
Et après une danse partageait avec la jeune brune, il se décida de se désaltérer au bar durant quelques minutes, tentant de se frayer un chemin parmi la foule qui se trouvait en ces lieux sans pour autant quitter la main de Jo jusqu’à qu’ils soient arrivés à la hauteur du bar. Leurs verres se cognèrent dans des sourires avant que le quarantenaire ne porte son verre à ses lèvres, balayant la salle du regard et il devait bien avouer que le maire avait réussi à faire carton plein avec sa soirée même si les raisons n’étaient sûrement pas les meilleurs au regard de l’agent fédéral qui avait vu des collègues tombaient durant cette prise d’otage au FBI mais il n’était pas là ce soir pour repenser à tout cela mais surtout pour profiter de la présence de se petite-amie à ses côtés. Il avait envie de l’embrasser, de la prendre dans ses bras, d’être plus tactile et plus démonstratif à son égard mais ce soir, Isaac n’était pas son petit-ami mais seulement un ami si l’on pouvait le décrire ainsi en cette soirée du jour de l’an. Il avait accepté et devait en assumer les conséquences maintenant mais au moins, il était avec elle et c’était le principal, c’était ce qui comptait vraiment.
Son regard noir toujours posé sur Jo, il les releva bien vite en entendant que la musique s’était coupée soudainement et le quarantenaire se mit à sourire avec amusement en entendant les mots de sa petite-amie, se rapprochant dans son dos et posa sa main discrètement sur sa hanche tout en écoutant ce que disait l’homme sur scène.

- « Il semble nerveux ! Un mauvais comique ? »

Isaac ne savait pas pourquoi cet homme était sur scène mais Jo semblait le connaitre au vu de sa réaction à ses mots et puis la véritable raison tomba d’un seul coup ! Il ne faisait pas les choses à moitié, c’était ce que l’on pouvait dire et un sourire se dessina sur les lèvres d’Isaac en entendant la demande au mariage mais surtout la réponse. L’intéressé n’attendit pas bien longtemps pour monter sur scène et venir embrasser le futur mari. Le quarantenaire se mit à rire à ce que répliqua Jo au sujet de cet homme :

- « Alors je crois que tu dois des félicitations à ton meilleur ami princesse. »

De toute façon le meilleur ami était bien trop occupé sa petite-amie en ce moment-même, enfin sa future femme serait un terme plus exact alors Isaac en profita pour embrasser le cou de Jo avant de lui murmurer :

- « Si un jour on devait se marier, rassure-moi, je n’aurais pas besoin de monter sur scène ? Non parce que je ne suis pas vraiment ce genre d’homme. »


Ça c’était sûr que le jour où il serait prêt à faire sa demande à la jeune femme qui était à ses côtés, il ne choisirait pas de faire une demande devant autant de monde et sur scène par-dessus tout. Isaac aimait la discrétion et il serait plus du genre à jouer dans le cliché en invitant Jo dans un grand restaurant et lui faire la demande au dessert, sûrement le seul acte réfléchis qu’il ferait dans sa vie. Cela semblait avoir été réfléchis parce que c’était le cas, il lui arrivait des fois d’y penser alors que cela ne faisait que quelques semaines qu’ils étaient ensembles mais il l’aimait et se voyait vieillir à ses côtés et cela passait par le mariage pour le quarantenaire qui porta à nouveau son verre à ses lèvres.

- « Va féliciter les futurs mariés, je t’attends tranquillement ici, je ne bouge pas ! »

Isaac savait qu’il ne serait pas présenté à ses amis ce soir en tant que son petit-ami car il était sûrement un inconnu à leurs yeux mais il respectait cela. Elle avait sûrement ses raisons et puis ce soir, c’était le soir de son meilleur ami qui venait de faire sa demande au mariage, c’était eux le sujet principal de la soirée alors les présentations attendraient encore un peu oui. Le quarantenaire porta son verre à ses lèvres tout en observant les alentours, jetant un regard à Elsy qu’il veillait du regard. Son côté protecteur qui ne semblait pas vouloir se détacher de lui, même pour une soirée mais qu’en pouvait-il ? Il connaissait le passé de cette dernière et sa difficulté de s’approcher des hommes donc il ne voulait pas qu’elle se sente gêné ou quoi que ce soit et ce fut intrigué qu’il la vit se rendre au vestiaire pour récupérer sa veste. Et alors qu’Isaac s’apprêtait à aller à sa rencontre pour savoir si elle partait, cette dernière retourna sur la terrasse auprès de ce sombre inconnu qui semblait avoir su la mettre en confiance et c’était une bonne chose… Enfin, il l’espérait.
Isaac reporta son attention sur la jeune femme qui était sa petite-amie et ajouta :

- « Tu veux manger un morceau ou tu accepterai une nouvelle danse avec un inconnu au sourire charmeur ? »

Et en disant cela, il lui sourit de façon charmante avant de porter son verre à ses lèvres…




 
made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 27 Avr - 11:57


*The Masquerade *



Seule dans mon coin, je regarde autour de moi jusqu'au moment où un homme qui n'est autre que Dinozzo monta sur scène. Il se mit à parler, et apparemment il apprécie les films ... Bref je l'écoute attentivement et je l'entends faire une demande en mariage, je ne pu m'empêcher de sourire, je dois avouer que c'est vraiment adorable, non vraiment, je trouve ça mignon. Enfin, j'espère que le jour où on me ferait une demande en mariage, mon futur ne montera pas sur scène. Pas que je n'aimerai pas, mais je suis plutôt du genre discrète. La future Mme Dinozzo le rejoint après lui avoir dit un oui pour l'embrasser. Je ne leur souhait que du bonheur.

J'avais évidement vu la directrice et c'est vrai qu'elle est jolie, hum est-ce pour Gibbs ? Je me secoue la tête légèrement me disant que cela ne me regarde pas.

Je reporte mon attention sur le monde qu'il y avait autour de moi, je bu une gorgée de mon verre et vit Issac en charmante compagnie. Bien sur je ne voulait pas les déranger mais je ne peu faire comme si je ne l'es avait pas vu. Je finis pas m'approcher et lui adresse un sourire.

- Isaac !!

Allait-il m reconnaitre ? Hum je suis facilement reconnaissable quand même. Quoi que... avec une robe peut-être pas. Surtout une robe comme celle-ci, habituellement je ne met pas de robe qui je dois l'avouer, sexy.

- Comment tu va ? Enfin allez-vous ?
Leur demandais-je. J'espère que je ne vous dérange pas.

Je regarde la jeune femme à côté de lui et lui adresse un sourire, je ne sais pas si il lui à deja parler de moi ou non... Bref regarde Isaac, le voir est une chose vraiment plaisante, il à toujours était là pour moi lorsque j'étais au FBI, et tous comme lui, j'étais là pour lui. Oui, on est proche, mais entre nous, il y a une simple amitié, forte mais ça reste une amitié.

©BlackSun
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 4 Mai - 10:45




◮ The Masquerade ◮
Ft Les Participants.





L'être humain n'était pas un animal solitaire. Même si certaines personnes se complaisaient dans leurs solitudes, la plupart du temps, il nous fallait l’appui ou la confrontation avec d' autres pour nous construire. C'était ainsi. Alors pour un homme comme lui, pour qui Semper Fidelis restait une devise, il pouvait comprendre mieux que quiconque tout ce que nous étions capables de faire pour des personnes à qui nous tenions. Dans ces instants, tenter l'impossible ne serait qu'une idée tentante. Dans ces moments, nous repoussions nos propres limites, nos souffrances ou notre ennui pour autrui. Cette notion de sacrifice personnel, n'était sans doute pas aussi dramatique qu'elle pouvait l'être, au vu de l'endroit ou il se trouvait. Après tout ce n'était au final qu'une réception de personne venue s'amuser ensemble pour passer un nouvel an original. Pourtant, il fallait avouer que le médecin aurait préféré se retrouver chez lui, avec des amis, autour d'un bon plat plutôt que emmitouflé dans son costume. Tout était une question de principe. Principe qu'il semblait partager avec la jeune femme à ses côtés. Ils se retrouvaient à deux, deux contre le restant de la population de Washington qui eux s'amusaient comme des fous. Aider ou non par les boissons alcoolisées qui semblaient couler à flots. Su fut l'instant où Wayne repensa à son propre verre qui était nonchalamment posé à ses côtés sur la rambarde de pierres blanches. Lentement, il tendit à nouveau la main vers celle-ci pour attraper la coupe et la porter à ces lèvres. Petite lampée par petite lampée, le niveau de liquide descendait calmement, laissant à son palais l’exquis plaisir de profiter du goût. Il était loin d'être un spécialiste dans ce domaine mais il pouvait néanmoins reconnaître un bon cru quand il en buvait un. Il fallait donc reconnaître que le maire de la ville avait vraiment décidé de mettre les petits plats dans les grands. Tout ça pour faire oublier les massacres. Mais il n'avait pas tort, les gens n'étaient parfois que des moutons, montrez leurs des belles choses, détourner les des malheurs, pour qu'ils les oublient instantanément.

En parlant d'oublis, sa charmante vis-à-vis fut la première à en pointer un de la voix : Leurs noms. Il était vrai qu'en temps normal, les conversations débutantes incluaient généralement cette information principale. Il était plus facile et agréable pour les personnes de savoir mettre un nom sur les silhouettes qui se mouvaient devant elle. Faisant fi de pallier à ce manque, Wayne voulut la jouer à l'humour en exagérant les faits, se présentant comme si ils ne venaient pas de discuter ensemble pensant quelques minutes, lui tendant la main tranquillement avec un sourire amusé. Ce geste pourtant parfaitement anodin sembla mettre mal à l'aise la demoiselle à la chevelure lumineuse. Avait-il fait quelque chose de mal ? Le chirurgien l'ignorait, après tout, il ignorait tout d'elle ou de ce qu'était sa vie. Mais avant qu'il n'aille le temps de regretter son geste ou de se poser mille et une questions, sa main rentra en contact avec la sienne. Sa peau douce se cala contre sur la sienne. Le sourire qui avait pris naissance sur ses lèvres s'étira de plus belle alors qu'il pouvait réaliser qu'elle avait les mains froides. La température extérieure n'aidant en rien à garder notre propre chaleur corporelle. Néanmoins, ce contact fut bref et elle retira rapidement celle-ci comme si elle avait été brûlée par ce contact. Il ne rajouta rien et ne revenu pas sur le sujet, faisait seulement un bref hochement de tête, attendant qu'elle se dévoile à son tour. Maintenant que c'était dit, il pouvait partir sur une foule d'hypothèse, de métier et de nom. Pourtant, le brun devait avouer qu'il ne s'imaginait pas le moins du monde que la demoiselle allait lui dire qu'elle était agent fédéral. Il plongea son regard un instant dans le sien comme surpris quand elle précisa pour quelle agence. Eh bien dit donc, comme quoi il ne fallait jamais se fier aux apparences. Il devrait le savoir aussi, surtout en connaissant Sabrina. Cette femme avait une apparente beauté et de fragilité mais il valait mieux vous tenir à carreau si vous ne voulez pas en prendre pour votre grade. Il se tourna un peu plus dans sa direction.


-Tout le plaisir est pour moi, Miss....Hum, métier exigeant, vous avez bien du courage. Je vous avouerais cependant que je connais plus d'agents du Ncis que du Fbi.

Mais il ne comptait pas le moins du monde rentrer dans les détails, pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas né de la dernière pluie et qu'il ne voulait pas briser la bonne ambiance qui régnait entre eux, en parlant du service d'enquête de la marine. Si en tout cas, la jeune femme qui n'avait toujours pas donné son nom voulait le faire fuir de la sorte, il était navré de lui dire que ce n'était pas comme ça qu'il faudrait faire. Try Again. N'empêche, il avait quand même la douce impression que sa présence intoxiquait légèrement ses neurones, à tel point qu'il était assez impoli pour ne pas avoir demandé également son nom en retour. Parfois, il avait vraiment l'impression d'être un boulet. Si il avait voulu reprendre la parole, il n'en fit rien, attirer lui aussi par ce brusque arrêt de la musique. Il y avait quelque chose qui se passait à l’intérieur et le soudain silence qui se rependit comme une traînée de poudre dans toute la salle lui permit de comprendre les paroles, même d'ici. Un jeune homme faisait une demande en mariage dans les règles de l'art. Si cela avait tout du romantisme, cela le déstabilisait bien plus qu'il ne voulait lui-même. Pour ne pas replonger dans ces sombres idées, ses blessures inutiles, cette souffrances vaines, il choisit de rester encré dans la réalité. La musique revenait à ses oreilles après un moment d'allégresse signifiant certainement un oui et il dit la première chose qui lui revient à l'esprit : Une danse. Wayne vit directement l'étonnement ou la surprise passer dans les prunelles de la blonde, elle ne s'attendait pas à ça. Puis elle lui dit quelques paroles qui avait tout d'une fuite précipitée. De s'éloigner à nouveau de lui. Bon dieu était-il à ce point idiot pour avoir dit ça ? Oui visiblement. Il ne voulait pas la faire fuir, bien au contraire. Mais il ne comprenait pas son soudain effrayemment, son comportement. Il ne lui faisait pas une demande en mariage juste une danse, pas une invitation classique. Il y avait ce même questionnement que pour cette poignée de main qui lui revient en mémoire.

-Vous pouvez me dire non vous savez...

Dit-il finalement alors que la blonde s'engouffrait à l'intérieure et disparaissait dans la foule. Un soupire passa ses lèvres. Il avait vraiment l'impression qu'elle était partie, qu'elle était partie pour de bon. Mais il ne comprenait toujours pas pourquoi. Enfin, il n'avait pas saisi du tout ce qui avait déclencher ce revirement de situation. Il n'allait pas la manger. Enfin bref, résigné, il se tourna à nouveau vers la rembarrer portant son regard loin vers l’extérieur. Il termina rapidement son verre de champagne avant de le reposer à son emplacement précédent. Alors qu'il se disait que tant cas faire, il pouvait retourner, après tout il avait fait sa bonne action de la journée, la douce voix qu'il reconnaissait maintenant résonna à nouveau à ses oreilles. Il fit volte-face dans un même mouvement, ravi qu'elle soit revenue. Même si là il ne comprenait plus rien le médecin.

-J'ai cru que vous alliez fuir dans cette masse de monde ?

Dit-il finalement avec un léger sourire. Il laissa quelques secondes se passer avant de lui tendre doucement la main, ne voulant pas revoir le même comportement que tout à l'heure. Il s'approcha d'elle tout en restant éloignée. Assez proche que pour pouvoir danser sans penser qu'ils voulaient à tout prix s'éviter, mais pas assez que pour la demoiselle se sente prise au piège. Visiblement, il avait compris qu'il y avait bien une crainte qui semblait liée à lui d'une certaine manière. Il laissa le rythme de la musique faire avant de réaliser quelques pas guidant la jeune femme. Il s'approcha légèrement de son oreille pour ne pas avoir à crier pour passer au-dessus de la musique.

-On m'accorde de savoir danser, alors laissez-vous guider. Et puis si vous me marchez sur les pieds je n'en ferais pas toute histoire vous savez. Dit-il pour essayer de rester dans cette même veine..Vous savez que vous ne m'avez toujours pas dit votre nom ? Alors pourrais-je avoir cette honneur ?

Il replongea son regard dans le sien alors qu'il continuait de diriger leurs pas. La musique continuait et il se moquait parfaitement de ce qui était autour de lui, après tout il ne connaissait pas ces gens et il ne les révéraient sans doute jamais. Alors peut lui importait. La jeune femme en tout cas s'en sortait pas trop mal, plutôt bien même.

-Vous voyez que vous vous en sortez merveilleusement bien ?...Vous avez dit à votre ami que vous étiez ici, je ne voudrais pas qu'il s’inquiète ou qu'il me demande des comptes.

Nouvelle touche d'humour mais qui sait-on qu'elle puisse paraître véridique.



___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 4 Mai - 12:49




The Masquerade...
Ft. Everyone


La désagréable impression de ne pas être au bout de ses surprises l’étreignait. Lui faisant regretter de plus en plus cette stupide idée qui l'avait poussée à venir ici. Si jamais elle venait à croiser l'illustre imbécile qui avait rédigé ce torchon d'ineptie dans le Washington Post ce matin, il allait le regretter ! Fois de Shepard. Enfin, bref, elle doutait amèrement pouvoir reconnaître quiconque avec cette barrière des masques, surtout qu'elle ne l'avait jamais vu de sa vie. Pourtant, elle en venait à détester cet individu. Sans lui, elle n'aurait jamais mis les pieds ici, elle n'aurait pas croisé la route d'Aleksander. Elle ne serait donc pas occupée de fuir comme une âme en peine à l'autre bout de la salle. N'importe où tant que c'était loin de sa position. Après tout, c'était son droit, son choix, de ne pas vouloir le revoir, de ne pas avoir envie de lui parler ou de lui rendre des comptes. Il n'avait jamais rien voulu savoir pendant plus d'une vingtaine d'années, quel droit aurait-il à exiger des réponses aujourd'hui. Le froid de dehors, l’empêcha de quitter la fête, accompagné du fait que c'était sa fille qui l'avait conduit et qui avait les clés du véhicule. Perturbée, elle fit volte-face pour revenir à travers ces danseurs qui se jouaient des coudes, riait à gorge déployée et se moquait de ce qui se passait autour d'eux. Retournant auprès de la charmante brune, cette douce impression de nouvelle imminente revenue plus forte encore, validée par cet étonnant silence qui se rependit dans la salle. Comme disait le proverbe, on pouvait parfois tomber de Charybde en Scylla. Aller d'un malheur à l'autre ou d'une nouvelle à une autre. Pourquoi tout le monde avait choisi ce jour particulièrement ? Il y en avait plein d'autres dans une année. C'était donc avec tantôt de l'étonnement, tantôt de l'amusement qu'elle assista à un réel Talk-show d'Anthony DiNozzo. L'agent italien avait de toute évidence une idée derrière la tête malgré cette façade humoristique. Elle ne dut pas attendre des heures pour la comprendre. Il avait choisi le bal de la ville, ce 31 décembre pour demander Iris en mariage.

C'était à la fois courageux, parce qu'il pouvait se prendre le plus grand bide de toute son existence et en même temps fou, parce que c'était devant des centaines de personnes qui le regardaient à présent. Jennyfer, elle-même avait tourné son regard émeraude dans leurs directions, se demandant vaguement comment tout cela allait finir. Il était vrai que ce n'était pas son problème, même si  dans un sens la réponse de la jeune blonde allait impacter sur sa vie également. Pouvait-elle émettre une réserve ? Non ça ne serait pas bienvenu. Dans le silence stressant qui régnait pour l'agent de l'équipe de Gibbs, Jen, baladait son regard dans la salle à la recherche d'une autre personne connue mise à part sa voisine israélienne qui souriait tout simplement. Sans succès pourtant, elle se résigna à revenir vers la scène principale qui n'allait pas tarder à avoir sa réponse. Ce fut à cet instant qu'une silhouette masculine apparut devant elle, sans qu'elle ne s'y attende. Pendant un quart de seconde son esprit pensa que c'était l'avocat Russe qui revenait, voulant demander des explications sur ce que la moitié de la ville venait d'entendre. Elle convenait que comme manière d'apprendre qu'on avait une fille, c'était assez fracassant comme entrée en matière. Néanmoins, la fraction de seconde passée, elle fut rassurée sur l’identité de son vis-à-vis quand son regard croisa ceux d'un bleu rassurant de son agent. Jethro. Même si elle devait avouer l'avoir cherché, elle n'avait jamais pensé qu'il viendrait ici. Ce n'était pas vraiment son style. Un sourire amusé naquit immédiatement sur son visage quand il prit la parole. Hum, elle en connaissait un qui serait presque prêt à se prendre la grosse tête si il venait à avoir entendu ce qu'il avait dit. Apprécier le compliment, toujours, surtout que ce n'était pas le style à les envoyer à tout va. La seconde réplique l'amusa d'autant plus. Pourquoi, la réponse l’intéresserait-il ? Elle finit par plonger son regard dans le sien avant de répondre.


-Dois-je m'en méfier ?

Demanda-t-elle posément, toujours en référence aux phrases lancées précédemment par l'agent DiNozzo. Quant à la seconde réponse il semblerait bien que ses plans venaient de changer. Effectivement, dans ce calme ambiant et cette attente fébrile, elle put distinguer même sans que sa voix ne fut décuplée par un micro le 'Oui' qu'Iris prononça. Eh voilà, la voilà donc condamnée à supporter les DiNozzo père et fils, jusqu'à tant que dura cette formule consacrée. Hum, prié pour elle ou le reste de sa santé mental. Elle respira simplement profondément comme si elle prenait le choc. Elle avait la vague idée que les jours, les mois à venir n'allaient pas être de tout repos. Elle allait devoir gérer une furie surexcitée, il ne manquait plus que ça. Alors que les applaudissements se faisaient entendre dans la salle, visiblement soulagée de ne pas avoir un affront de la sorte, la musique reprit alors qu'elle la voyait monter sur scène pour l’enlacer. Elle tourna son regard vers Jethro pour lui répondre, sans doute pas ce qu'il attendait.

-Seulement de ma fille, mais au vu des événements récents...Elle tourna un instant son regard vers la scène qui reprenait ses droits et les musiciens qui relançaient la musique...Je crains que mon chauffeur n'aille d'autres choses à penser ce soir...

Sans le moindre doute, bien qu'elle ne voulait surtout ne pas savoir quoi. Elle aurait bien dit quelque chose mais demander ce qu'il pensait de ce mariage à venir à une personne qui avait connu plusieurs divorces n'étaient pas la question la plus percutante que la rousse pouvait trouver. Sans nul doute qu'il faudrait juste espérer qu'ils ne prendraient pas la même voix. Qui vivra verra, maintenant c'était lancée. Bon rien n'était encore joué ou complètement trop tard, mais c'était un pas en avant. Faudrait-il aller les féliciter ? Peut-être mais elle ne doutait pas qu'elle finirait par la revoir arriver à un moment ou l'autre dans la soirée. Maintenant si on pouvait légèrement arrêter les surprises, elle avait son quota pour la soirée. Elle finit par poser à nouveau son regard vers lui. Si il semblait se fondre dans le décor, un seul détail était frappant, l'absence de masque. Ce n'était pas pour lui déplaire même si son regard aurait suffi à lui seul pour le démasquer.

-Eh toi ? Qui est donc la personne qui a réussi à te tirer de ta cave pour prendre part à cela ?

La codirectrice bougea les mains, montrant d'un geste rapide l'assemblée présente. Enfin, techniquement, elle ne devait pas à sa fille sa présente ici. Elle l'avait juste accompagnée. Elle devait simplement sa présence à la réaction d'indignation qu'elle avait eu en lisant l'article sur son compte ce matin. Foutu ego va. Bref. Son regard se posa vers ses mains, camouflée par des gants blancs. Elle releva finalement sa main pour relever la sienne un instant alors qu'un de ces sourcils partait à l’assaut de son front.

-Tu penses aux gants, mais tu oublies le masque ? Ne serait-ce pas un peu contradictoire Jethro.

Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres. Même si elle ne le dirait pas, retrouver sa présence, le simple faite qu'il soit là, l’apaisait. Calmant le flot de questions qui tournaient auparavant dans sa tête sur une marche suivre qu'elle n'avait pas.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 4 Mai - 14:02

The Masquerade
Profiter de chaque instant...




Elsy était revenue vers cet homme avec qui elle avait commencé une conversation, et qui l’avait invité à danser avec lui. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle était revenue vers lui, ni pourquoi elle lui avait dit qu’elle reviendrait. Ce n’était pas du tout son genre de rester en compagnie d’un homme, encore moins lorsqu’elle ne le connaissait que de quelques minutes et de quelques échanges de paroles, mais il ne semblait pas comme les autres, respectant ces distances de sécurité entre deux être, entre deux corps qui ne se connaissaient pas. Lui parlant avec douceur, sincérité, et lui donnant peu à peu confiance malgré elle. La jeune femme prit donc le temps de mettre sa veste, qui s’accordait à merveille avec sa robe, et elle fut heureuse d’avoir un peu plus de chaleur sur ses épaules nues par le contact du tissu, coupant ainsi l’air froid qui couvrait son corps depuis tout à l’heure. La jeune femme sourit à Wayne, et elle lui répondit :
 
« -j’ai dis que je reviendrais, alors me voilà… »
 
Oui, sur le coup, lorsqu’il avait proposé cette danse, elle avait pensé à se faufiler dans la foule à s’éloigner de lui parce qu’elle ne savait pas comment réagir à cette invitation soudaine, mais elle changé d’avis, se disant que ce n’était qu’une soirée, et qu’elle ne craignait rien ici, au milieu de cette population dense et compact. Mais elle s’était ravisée, de retour vers lui, et lorsqu’il lui tendit la main, elle approcha la sienne, baissant un instant les yeux avant de les poser à nouveau sur le visage de son partenaire. Sa main glissa dans la sienne, et elle fut heureuse de voir qu’il n’était pas venu coller son corps contre le sien avec insistance, gardant toujours cette galanterie et cette distance respectable. Enfin, leurs corps se rapprochèrent un peu tout de même, afin de ne pas danser à un mètre l’un de l’autre, et la jeune femme fit alors quelques pas de danse entre ses bras, se laissant guider comme elle le pouvait sur par la musique douce, et par l’homme qui dansait avec elle. Elle eut un frisson lorsqu’il approcha ses lèvres de son oreille, clignant plusieurs fois des yeux sous cette proximité soudaine, mais elle se mit à sourire à ses mots. Elle allait faire attention de ne pas lui marcher sur les pieds, et elle lui dit elle aussi à l’oreille :
 
« -je vais faire de mon mieux pour épargner vos pieds… Mais c’est gentil à vous d’être conciliant.»
 
Puis elle se laissa à nouveau guider sur la musique, avant de sourire à nouveau à sa question. Ah enfin, il posait la question… Il s’était peut-être attendu à ce qu’elle lui donne lorsqu’elle lui avait demandé le sien… Elle lui répondit alors en lui souriant :
 
« -Elisabeth… Mais d’ordinaire les gens m’appellent Elsy. »
 
Voilà, comme cela les vraies présentations étaient faite, ils se connaissaient par leurs prénoms, même si cela ne changeait rien au fait qu’ils n’étaient encore que des étrangers l’un pour l’autre. Ce n’était pas un prénom et une profession qui faisait qu’on connaissait quelqu’un, c’était une des choses que la jeune femme avait apprit avec son métier, sachant que toutes personnes avaient des secrets sur elle-même, sur sa vie, son passé… S’était son cas, et s’était sans doute celui de Wayne. La jeune femme avait vu une lueur étrange passé dans son regard lorsqu’ils avaient entendu la déclaration en mariage, mais elle n’avait pas posé de question. Elsy était une personne curieuse seulement lorsqu’elle travaillait, sinon, elle était assez discrète, et respectait le fait que les gens n’avaient pas forcement envie de parler de ce qui les troublaient ou les hantaient.
 
La jolie blonde se laissa alors guidé par son partenaire sur la douce musique, étant tout de même attentive aux pas qu’elle exécutait, même si elle trouvait cela assez facile de suivre les siens. Elle n’avait jamais apprit à danser, et ce n’était pas son truc de se déhanché sur une piste de danse toute la nuit. Les danses qui se réalisaient en couple l’étaient encore moins, et elle s’impressionnait elle-même d’y arrivé ainsi avec autant de facilité. Pour l’instant pas un seul faux pas, pas de rature dans la chorégraphie si on pouvait appeler cela ainsi. Sa main dans celle de Wayne, Elsy trouvait que ce moment passé avec lui était assez agréable, et qu’au fond cette soirée n’aurait pas été des plus horribles jusqu’au bout. Elle ne s’était pas attendue à faire une rencontre de ce genre là ce soir, mais cela lui permettait de passer un bon moment, même si elle savait que cela ne serait certainement que pour cette soirée et que rien de plus ne se mettrait en place par la suite.
 
« -merci pour le compliment… Mais j’ai encore quelques progrès à faire toute de même. J’ai surtout un bon cavalier je pense… »
 
Ce n’était pas de la fausse modestie, s’était simplement la vérité. On ne devenait pas une excellente danseuse en l’espace d’un danse, et Elsy savait que ce n’étai pas sa vocation première ! Mais il savait guider ses pas, l’aider à se laisser porter par les notes que jouaient l’orchestre, et cela rendait plutôt bien… Même si cela devait être assez étrange de voir danser deux personnes ici, sur la terrasse et non sur la piste de danse. Peut lui importait au fond, elle ne voulait pas retourner à l’intérieur pour l’instant, ici ils étaient comme à l’abri des regards, alors que là-bas…
 
« -non, je ne lui ai rien dis, je ne me suis pas aventuré à la chercher au milieu de la foule… Et puis il est certainement occupé à regarder une autre femme à cet instant… Et ne vous faites pas de soucis, nous ne faisons que danser après tout, pourquoi vous demanderait-il des comptes ? Si je suis ici en train de danser avec vous, c’est parce que j’ai accepté, non parce que vous m’y avez forcé… De plus c’est assez difficile de me faire faire quelque chose dont je n’ai pas envie… »
 
Oui, Iz devait être quelque part dans la grande salle en compagnie de sa petite amie, alors elle se doutait qu’il avait certainement bien d’autre chose à faire que de garder un œil sur elle. De toute façon, elle savait se défendre, et pour l’instant, il n’y avait aucune raison qu’elle veuille partir.          
 
 
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮ Dim 18 Mai - 19:02




◮ The Masquerade ◮
Ft Les Participants.





Une silhouette féminine se frayait un chemin en direction du château, alors que lui, il restait là sur la terrasse, le regard perdu vers ce mouvement soudain. Dans ces conditions, on pouvait noter clairement le désavantage de ne pas connaître ceux qui nous faisaient face. C'était de parfait inconnu, qui avait donc des réactions qui leur étaient propres. Réaction qui avait pour l'instant de quoi perdre totalement notre médecin. Wayne n'avait pas vraiment compris cette envie pressante, ce besoin quasiment vital qui s'était emparé de la jeune femme. A partir du moment où il avait eu le malheur de desserrer les lèvres pour proposer une danse, tout était parti de travers. Il aimerait bien savoir pourquoi ou en quoi cette simple phrase que de nombreuse dames vont entendre ce soir, la déstabilisait à ce point. Un non, ne le tuerait sans doute pas, ce n'était pas comme si il n'en avait jamais eu de sa vie. Enfin, on ne pouvait pas tous savoir et il savait également qu'il ne poserait pas la question. Si nous réagissions d'une certaine manière, c'était qu'on en avait une raison et parfois, on préférait ne pas la dire pour éviter qu'une multitude de souvenir déplaisant ne refasse surface. C'était exactement pour ça que le chirurgien ne s'était pas attardé plus longtemps sur les commentaires à apposer pendant cette demande en mariage. Il voulait juste en finir au plus vite, il fut d'ailleurs grès à l'organisation de la soirée d'avoir relancé la musique rapidement. Quelques secondes de plus, ne seraient que quelques secondes de plus à vivre avec le même regret, cette même peine qui de toute façon jamais ne se refermera ou s'effacera. Il fallait vivre avec ça, tourner la page, avancer un point c'était tout. C'était donc pensif, qu'il s'était tourné vers l'extérieur observant les mouvements qu'il voyait toujours au loin. Enfin le terme de voir était plutôt mal choisis au vu de la noirceur environnante et du manque de clarté dans ce coin-là du jardin.

Pensif, ces décisions s’enchaînent plus rapidement et il pensait volontiers prendre celle de retourner. Comme si le destin, l'avait prédit, la voix de la demoiselle du Fbi dont il ignorait toujours le nom, revenu à ses oreilles, anéantissement du même coup cette tentative. Faisant volte-face, il eut tôt de se retrouver à son hauteur. La jeune femme avait placé sur ses épaules sa veste, de quoi résister un peu plus longtemps au temps hivernal de décembre. Il sourit volontiers à la réplique mais ne répondit rien. Après tout cela ne servirait à rien à part risquer de tomber dans un sentier qu'il ne préférait pas explorer. Nous étions fin de l'année, ils étaient tous censé être là dans le but de passer une agréable soirée, n'allons pas tout gâcher avec des questions qui pourrissaient l’existence. Du coup, il partit sur ce qu'il avait proposé : La danse. Doucement, il lui avait tendu la main, attendant son accord tacite qui fut conclu quand elle en fit de même. Il se rapprocha d'un pas, laissant pourtant de quoi être honorable avant de doucement débuter le tempo après avoir analysé un peu la musique. Il n'était pas un roi de la piste, mais il savait danser, il avait appris à l'époque pour d'autre raisons. Il tentait de la laisser appréhender les pas à son rythme tout en restant directif dans la guidance, au moins pour lui donner le ton. Si il y allait avec humour, il fallait pourtant constater que la jeune femme s'en sortait divinement bien à l'exercice. Si il était un étrange duo d'un point de vue extérieur pour danser seule à l'extérieur, il n'en était pas moins que l'absence de faux pas, donnait une tout autre classe. Un accord, une danse, une motivation pareil. Il ne faisait guère attention, le mouvement devenait plus impulsif, il n'y réfléchissait pas vraiment se laissant juste porter, l’entraînement lentement avec lui. Finalement, il décida qu'il serait plus agréable de savoir son nom même si appeler miss ou mademoiselle gardait son effet appréciateur sur la gente féminine, il ne fallait pas en abuser. Elisabeth.


-Eh bien ravi de vous rencontrer Elsy...

Dit-il avec un sourire, disons qu'il pouvait enfin dire cette phrase avec du sens. Bien que un nom, un métier, il n'irait pas loin. Comme le disait un proverbe il était plus facile de connaître dix pays qu'un seul homme. Déjà rien quand voyant hardiesse de l'acte, on pouvait clairement comprendre que le terme d'inconnue n'avait en rien changé entre eux. Mais bon, toute connaissance passait par ce point, toutes nos relations même, naissait de se départ presque précaire ou on ne sait trop que demander, si on peut y aller franchement ou au contraire distiller ses questions dans l’entierté de la soirée. Au vu des précédentes réponses, Wayne estimait qu'il était préférable de ne pas continuer le questionnement plus que nécessaire, elle ne semblait pas prompte à parler d'elle. Lui non plus après tout ne désirait pas vraiment se retrouver centre d’intérêt. Le silence reprit ses droits, il écoutait la musique, restant juste dans l'ambiance en elle-même, il ne trouvait pas le besoin ou la nécessite de rompre cet instant par des paroles futiles. Ce fut la blonde qui le fit.

-Oh tout cela n'est qu'une question de pratique. Ou de lâcher prise, il faut accepter de se laisser guider. Prenez courage, votre périple se finira bientôt...

Oh sûrement, les musiques peuvent être longues mais elles n'étaient jamais éternelles. Elle se termina comme les autres dans un accord choisi. Il sourit volontiers a ce qu'elle prononça après. Pourquoi lui demander des comptes ? Eh bien, il n'en savait strictement rien mais on ne sait jamais. Instinct de protection ?  Aller savoir, les pourquoi pourraient être assez varié. Oh, c'est que la demoiselle avait du caractère à revendre. En même temps, il se doutait aussi que pour travailler au fbi, il ne fallait pas non plus se laisser marcher sur les pieds si vous ne voulez pas vous faire écraser dans le bas de l'échelle.

-Oh vous tenez la chandelle ?... Je compatis...Je ne sais, par envie de vous protéger du premier abruti qui passe ? Vous devrez en trouver à la pelle dans les environs. Il sourit un peu plus. Oh n'aillez crainte, je ne compte pas essayer, je n'ai pas très envie de terminer une soirée au poste de police pour non-respect d'un agent fédéral.

Son sourire s'élargit, il la charriait en même temps. La tempo se radoucit, les dernières notent volèrent et la musique se tut. Du moins pendant une fraction de seconde, signifiant sa fin avant qu'une autre ne débute sur un style complètement différent. Ah il en fallait pour tout le monde dans ce genre de soirée ou la mondanité côtoyait le petit peuple, où les plus jeunes circulaient avec les plus âgés. Lentement, il s'arrêta avant de relâcher doucement la pression qu'il excentrait sur sa main ou sur elle.

-Merci d'avoir accepté.

Ajouta-t-il simplement alors que la normalité semblait se réinstaller dans la partie extérieure. Il fit quelques pas sur le côté comme pour ne pas rester emprisonné dans cette masse de monde, pour ne pas se retrouver comme une aiguille dans une marée humaine. Comme si il ne voulait pas que le soufflet retombe, que le silence retombe, il repartit sur une question, celle qui lui vient à l'esprit.

-Vous avez déjà mangé ?

Les quelques personnes qu'ils voyaient sortir avec un plat, nottait bien la présence d'un buffet ouvert et son estomac se rappelait à son bon souvenir lui signalant qu'il n'avait sans doute rien avaler de vraiment constituant depuis ce matin.



___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: ◮ The Masquerade ◮

Revenir en haut Aller en bas

◮ The Masquerade ◮

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Chronique Vampire Masquerade : "White Nights" (4)
» Chronique Vampire Masquerade : "City of Black Miracles" (2)
» Les goules
» ϟ MASQUERADE ϟ Abandon all hope ye who enter here
» The truth in a masquerade ♠ Ambre
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de Détente-