AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 10 Aoû - 15:05





Un bleu averti en vaut deux



Il y a des jours où tout va mal. Et d'autres journées qui sont juste excellentes. Aujourd'hui était une de ces journées. Enfin, presque.

Charleen s'était levée tôt. Elle n'arrivait plus à dormir. Comme bien souvent d'ailleurs. Elle avait lézardé un moment dans son lit, fixant tristement le plafond de sa chambre. Elle avait pratiquement tout pour être heureuse. Mais il lui manquait un petit quelque chose quand même. Une présence dans son lit. Ni plus, ni moins. Un homme à ses côtés. Avec qui elle pourrait se réveiller chaque matin. Oh, elle ne voulait pas un plan cul. Elle avait dépassé la trentaine et elle préférait avoir une relation sérieuse. Un homme qui serait avec elle. Qui pourrait vivre avec elle. Qui se réveillerait à ses côtés. Avec qui elle passerait du temps et elle ferait quelques sorties. Le souci. Ou du moins, c'était un problème selon Charly, c'était que le seul qu'elle voulait était loin, très loin d'elle. A l'autre bout de la terre. Toujours sur la route à risquer sa vie. Un peu comme elle, certes. Mais ils se connaissaient depuis si longtemps qu'elle savait que ça fonctionnerait bien entre eux. Encore fallait-il qu'ils l'acceptent et qu'ils restent ensemble plus de deux semaines. Du fait que quand il venait la voir, c'était seulement lorsqu'il était en permission. Enfin, Charleen n'allait pas se faire des cheveux blancs. Elle finirait par trouver chaussure à son pied. Ca prendrait juste un peu de temps. Bien évidemment, elle espérait bien que ça arrive rapidement mais bon.

Charleen finit par quitter son lit. Direction la salle de bain pour se changer. Elle avait besoin de s'oxygéner l'esprit et quoi de mieux qu'un petit jogging matinal pour la mettre en forme ? Elle avait quitté rapidement son appartement et elle était partie en petites foulées. Combien de temps elle fut dehors ? Oh, et bien, une bonne trentaine de minutes, si ce n'était plus. Elle aurait pu faire bien plus. Habituellement, c'était le cas. Elle allait jusqu'au parc qui était en bas de chez elle, à quelques minutes, et elle faisait tout le temps. Mais comme elle avait un peu traîné au lit, la demoiselle n'avait pas spécialement envie de se pointer en retard au boulot. Accro à son travail ? Non, pas spécialement. Mais elle n'aimait pas être en retard. Ni plus, ni moins. Quand elle eut terminé, elle rentra à son appartement. Direction la douche pour se décrasser un peu. Et hop, en un quart d'heure à peine, la brune était prête. Passage rapide par la cuisine pour boire un jus d'orange. Et seulement ça. Elle n'avait pas bien fin. Elle mangeait rarement les matins. Sauf quand elle avait passé une nuit torride mais ça, c'était autre chose. Elle récupéra sac, clés et téléphone portable qui étaient sur la petite table basse. Et l'appartement se retrouva dans le noir. Plus aucun bruit. Plus rien. On aurait pu entendre une mouche voler. Enfin, s'il y en avait eu une.

Charleen rentra dans son véhicule et elle mit le contact, ainsi que la radio en route. Elle démarra presque aussitôt. Un peu de musique, ça ne lui faisait pas de mal. Surtout de bon matin. Bon, il était vrai que, parfois, y'avait rien d'intéressant à la radio. Mais bon, ça ne pouvait pas lui faire de mal ? Quand bien même il y avait un peu de circulation, la jolie brune n'était pas de ceux qui s'énervaient au volant. Sauf si elle était sous couverture et qu'elle devait donner le change. Là, d'accord, elle pouvait péter un câble. Mais bon, là était un autre sujet. La brune mit quoi ? Un bon quart d'heure avant de rejoindre les locaux de la CIA. Direction les vestiaires, après avoir salué différents collègues. Pourquoi ? Elle entraînait des bleus aujourd'hui. Toute seule ? Normalement non. Ils étaient toujours au moins deux. Au cas où. On ne sait jamais ce qui peut se passer. Charleen s'était donc changée. Quelque chose de plus ample, de plus souple. Qui lui permettrait de botter les fesses des petits bleus si besoin était. Sans plus attendre, elle se retrouva sur le terrain d'entraînement. Elle avait son smartphone entre ses mains puisqu'elle était la première à être arrivée. Elle venait de recevoir un sms. Un sms qui venait de loin. Elle eut un sourire et ne put s'empêcher de lui répondre aussitôt. Elle releva le nez. On se rapprochait d'elle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mar 13 Aoû - 12:06

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

-Tu es encore là ?...Tu ferais mieux de rentrer te reposer, ils sont déchaînés cette année.
-C'est plutôt pour eux que tu devrais t’inquiéter Erick, tu me connais.


Oh oui, il la connaissait, ils avaient déjà eu l'occasion tous les deux de réaliser des missions ensemble. Il n'était donc pas ignorant du caractère piquant et des répliques franche de la belle brune. L'homme d'une quarantaine d'année émit un sourire amusé. Elle jurerait même l'avoir entendu dire quelque chose comme un j'aimerais vraiment voir ça, alors qu'il tournait les talons prenant la direction de la sortie, la laissant une fois encore seule dans son bureau. Celui-ci était faiblement éclairé par la lampe de chevet alors qu'un rapport manuscrit y était posé. Son regard noisette se porta instinctivement vers l'horloge murale pour voir qu'elle indiquait minuit moins quart. Oui, il était effectivement plus que temps de rentrer se coucher mais il avait vraiment fallu qu'elle termine ce rapport, pour que toute cette dernière mission soit réellement derrière elle. Finissant la relecture d'un œil lasse, elle apposa sa signature à la fin avant de reprendre ses affaires. Le dossier déposé sur le bureau de son supérieur hiérarchique, Sabrina avait quitté l'agence pour regagner son domicile. Elle avait essayé de rentrer sans faire de bruit pour ne pas éveiller Aleksandra. Voilà encore une journée où la jeune fille avait du rester bien seule, comme à chaque fois que cela arrivait, elle s'en voulait réellement d'être absente. Elle essaya de ravaler sa culpabilité alors qu'elle voyait les restant d'un repas, au moins elle avait mangé. Déposant ses affaires et allant se changer, elle ne put s'empêcher de passer par la chambre de sa petite fille d'adoption pour voir qu'elle dormait profondément. Un sourire illumina son visage alors qu'elle refermait la porte et acceptait enfin de se laisser sombrer dans l’inconscience. Alors qu'elle était on ne peut mieux mise et endormie, son maudit réveille décida de jouer les troubles fêtes et de la réveiller comme tous les jours à six heures tapantes. Dans un geste habituel, elle avait tiré son bras de la couette pour aller éteindre cette saleté de machine. Un soupire, un regard à l'heure et elle se relevait.

Un jean, un pull ample et une queue-de-cheval haut perchée termina sa préparation avant qu'elle ne s'autorise un bon petit déjeuner. Après cet apport de nourriture, elle dut dire qu'elle se sentait en pleine forme, qu'elle se sentait d'attaque pour cette journée. Elle réveilla la jeune fille pour qu'elle ne soit pas en retard pour l'école et sur le temps qu'elle se préparait, l'agente de la cia vérifia qu'elle n'oubliait rien. Même si techniquement parlant comme elle allait s'occuper de l’entraînement des nouvelles recrues, elle n'avait besoin de rien sauf de sa patience. Ce qui serait déjà assez difficile en soit pour celle qui pouvait avoir un caractère volcanique. Oh, ils allaient transpirer compter sur elle. Bref, tout le monde près, elle déposa la jeune fille à l'école lui souhaitant une bonne journée et lui promettant que oui, ce soir elle rentrerait à une heure plus correcte. Aleksandra déposé, elle avait pris la direction des bureaux de la Cia, son trajet fut un peu plus pénible et long car la circulation commençait à prendre possession des routes. Mais ce fut quand même en avance qu'elle gagna l'entrée montrant son badge. Elle se dirigea directement vers les lieux de l’entraînement et le vestiaire qui y était accolé. De toute évidence, la bleusaille n'était pas encore arrivée mais il y avait déjà quelqu'un. Sans doute la personne qui allait faire toute cela avec elle, Sabrina devait bien avouer être curieuse de savoir qui serait sa ou son compère dans cet exercice. Troquant son jean contre un jogging noir et son t-schirt contre un grisâtre de la cia, elle était parée. Ne voyant personne, elle se dirigea dehors ou elle vit de loin une silhouette. Une femme et le moins que l'on puisse dire c'était qu'elle lui disait quelque chose. Marchant calmement vers elle, au plus la distance diminuait, au mieux elle l'identifiait. Quand finalement elle l'a reconnu, c'était Charleen. Alors là, pour une fois, il n'avait pas pu mieux choisir. Un sourire apparut directement sur son visage alors qu'elle avait rejoint son hauteur.


-Bonjour Charleen, comment vas-tu?

Demanda-t-elle tout simplement alors que sa collègue semblait répondre ou lire quelque chose sur son portable. Respectant les quelques secondes nécessaire pour qu'elle puisse le faire, elle porta son regard noisette autour d'elle. Cela semblait bien calme et il n'y avait pas encore grand chose de placé. Bientôt le monde allait arriver et elle devait avouer qu'elle se demandait bien de quoi étaient capables ces nouveaux. Deux femmes, si ils pensaient en les voyant que cela allait être une partie de plaisir, sans doute qu'ils seront très vite déçus et se rangeront à la dure réalité des choses. Elles étaient déjà passé par là. Enfin en tout cas Sab' était plutôt d'avis de ne pas faire de cadeau.

-Alors prête pour faire ce cours ? Je ne savais pas que c'était toi qui t'en occupais aujourd'hui, mais au final ce n'est pas plus mal.

Elle lui donna un sourire amusé. Son amie avec elle, elles feraient à ne pas en douter un duo de choc. Resserrant l’élastique sur sa chevelure pour être certaine qu'il tienne correctement en place, elle finit par se retourner vers elle, une nouvelle fois.

-Tu avais déjà une idée ? Moi je suis partante pour une petite course pour commencer...

Cela allait mettre en forme, c'était ce qu'on n'avait pas arrêter de lui répéter à l'époque.

© .JENAA

___________________________



Dernière édition par Sabrina Garrett le Ven 30 Aoû - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Ven 16 Aoû - 15:37





Un bleu averti en vaut deux



Comme une adolescente, ou presque, Charleen était concentrée sur les sms qu'elle était en train d'envoyer depuis quelques minutes. Ah la la ... L'on dit parfois loin des yeux, loin du coeur. Mais ce n'était pas le cas de la jeune femme à dire vrai. Elijah, c'était du sérieux, en quelque sorte, et ce même s'ils ne se voyaient pas très souvent à dire vrai. Mais elle ne pouvait pas se passer de lui quand il était auprès d'elle. D'ailleurs, elle n'avait qu'une hâte : qu'il revienne sur Washington et qu'ils passent un peu de temps ensemble. Par la même, Charly lui avait demandé s'il pensait revenir bientôt. Mais il ne savait pas trop. Tout dépendait de... Et bien, tout dépendait de sa mission, si elle allait durer encore longtemps ou non. La brune eut un petit soupir ennuyé. Dommage, bien dommage, mais elle n'y pouvait pas grand chose. Après tout, Elijah bossait pour le bien de son pays. S'il faisait ça, c'était parce que ... Et bien, parce qu'il devait le faire. Parce que c'était utile. Ni plus, ni moins.

La belle délaissa son téléphone durant quelques instants lorsqu'elle entendit une voix qui s'adressait à elle. Elle redressa, à ce moment, la tête, direction de sa collègue de travail. "Hé Sabrina !" Elle rangea alors son téléphone. Parce qu'à dire vrai, ce n'était pas vraiment poli de jouer avec son téléphone alors qu'elle était avec quelqu'un. "Et bien, ça va plutôt bien à dire vrai. Et toi alors ?" lui demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté. Les deux jeunes femmes se connaissaient depuis longtemps. A dire vrai, si Charleen faisait partie de la CIA, c'était bien grâce à ... et bien, grâce à Sabrina. Enfin, bien évidemment, y'avait eu cette petite bagarre dans ce night club mais bon, sans Sabrina dans les parages, elle n'aurait pas la vie qu'elle avait aujourd'hui. A se demander comment sa vie serait si ... Et bien, si elle n'avait pas croisé le chemin de Sabrina ce jour là. Moins mouvementée sans doute. Difficile de dire. De toute manière, combien même elle se posait la question, elle adorait ce job et elle ne voit pas vraiment ce qu'elle pourrait faire à dire vrai d'autre. Mais passons.

Charleen eut un hochement de la tête pour lui dire qu'elle était bien prête. "Moi aussi je me demandais avec qui j'allais faire ce cours aujourd'hui. Et je suis bien surprise de te voir là. Mais ravie." Parce qu'elles n'avaient pas encore eu l'occasion de martyriser les pauvres bleus ensemble. "De ce que je me souvienne, on n'a jamais eu l'occasion de faire ce cours ensemble." C'était une bonne chose, non ? Sabrina lui fit une proposition. Ou du moins, elle avait envie de commencer par une petite course. "Toujours partante pour une petite course. Je fais ça tous les matins ou presque et je peux pas m'en passer." En refaire une maintenant, ça ne la dérangeait pas outre mesure, bien au contraire. "Mais peut-être avant d'y aller, faire quelques étirements. J'aimerais pas que nos jeunes bleus se retrouvent tout courbaturés ou bien qu'ils se froissent un muscle avant de commencer." Ouais, ça serait con. Enfin, pour eux. "Quelques étirements, un bon petit footing. Et après, peut-être les mettre par deux et voir ce qu'ils valent au corps à corps." Parce qu'après tout, les bastons, les combats à mains nues, c'était un peu leur lot quotidien. "Enfin, voilà. Tu avais peut-être quelques idées toi ?" C'était bien possible. Charleen ne voulait pas imposer sa loi à dire vrai. Surtout que des deux, Sabrina était la plus gradée. "Et sinon, pour toi, quoi de neuf depuis la dernière fois ? On n'a pas souvent l'occasion de se voir." Du fait que Charleen était souvent en déplacement, en mission ici ou là.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Ven 23 Aoû - 10:04

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

Ah les petits nouveaux. Il faut dire que depuis qu'on l'avait, en quelque sorte, désigné de force pour faire ce petit cours d’entraînement, elle n'avait pas cessé d'y penser. Elle avait même eu un léger sourire qui pouvait en dire long sur sa manière de penser. Si certains pouvaient prendre cela comme une punition tellement ils aimaient travailler sur le terrain, elle, elle prenait plutôt ça comme de l'amusement. Esprit de vengeance ? Pas vraiment, certes, on avait tous été bizutés, chambré par ses futurs collègues et du faire des dizaines de choses plus pénibles les unes que les autres mais au final, ce n'était pas non plus rébarbatif. D'autant plus que déjà à l'époque, elle avait l'avantage par rapport à d'autres de connaître tout le monde, autant dire que ces répliques étaient déjà bien placées. Bref tout cela pour signaler qu'elle avait hâte de découvrir et de voir ce que valaient la future génération d'agents. Vieux ? Jeune ? Déjà une expérience ? Elle le découvrira bien vite. Sur tout son trajet en voiture jusqu'aux locaux de l'agence, elle n'avait cessé d'hypothéquer des dizaines de scénarios et d'activités. Ayant également une pensée interrogatrice sur son binôme du jour. A peine le temps d'arriver, qu'elle s'était mise en tenue basique pour se rendre sur le terrain. Sabrina avait toujours aimé être à l'avance et il n'était pas question d'arriver après les probies, cela ne ferait pas vraiment bon genre. Marchant sur le terrain pour l'instant complètement désert d'activité, elle n'y trouva qu'une silhouette solitaire qu'elle identifia bien vite comme une excellente amie. Autant vous dire qu'elle était de bonne humeur et que son sourire n'avait rien d'une mascarade. Elle appréciait réellement de la retrouver ici, surtout que les jours précédents, elle n'avait pas eu beaucoup l'occasion de la croiser. Le désavantage d'être dans à la Cia, c'était que vous pouviez faire tout et n'importe quoi et devoir partir du jour au lendemain. Compliqué aussi d'y entretenir une amitié, mais elles réussissaient cela plutôt bien. Deux, trois pas et elle la saluait gaiement.

Eh dire que si elle n'avait pas décidé d'aller prendre un petit verre dans ce bar, il y a des années de cela, rien ne serait comme ça aujourd'hui. Comme quoi parfois, le hasard ou le destin, appelez-le comme vous le voulez, pouvait avoir du bon. Toutes nos rencontres ne pouvaient pas qu'être négatifs, elle le savait très bien. Baladant son regard sur la piste immaculée, elle attendait gentiment que son amie sorte de sa petite bulle. Charleen semblait absorbée par son message et même si une pointe de curiosité l'avait traversée, la brune se contenta d'attendre poliement qu'elle aille terminé sans rien rajouter. Oui dans d'autres circonstances, elle aurait pu avoir la franchise de demander ce que cela pouvait bien être en tournant sa phrase avec malice et un grand sourire en prime. Néanmoins, elle avait quand même appris avec le temps, à se contenir de temps en temps. De plus il y avait fort à parier que cela ne la regardait pas le moins du monde, chacun avait droit à essayer de garder sa vie privée comme tel. Elle même après tout parlait que rarement de ses sorties et restait évasive sur Aleksandra pour la protéger. Sortie de cela, elle lui répondu avec entraînt. Hum, sa vis-à-vis semblait en pleine forme voilà qui promettait d'être d'autant plus intéressant pour la suite des événements.


-Eh bien pas trop mal non plus, pressée de voir ça...

Ajouta-t-elle avec un sourire qui était on ne peut plus véridicité. Difficile sans doute à analyser quand on était en présences de personnes qui savaient très bien enfiler les masques et jouer les comportements voulu mais bon. Par la suite, Sab' ne put qu’enchaîner sur leur travail du jour, après tout cela allait débuter dans quelque minutes seulement. Elles étaient en avance mais sans doute que la bleusaille avait ordre de ne pas arriver en retard non plus. Enfin au moins, les choses étaient claires, elle aussi appréciait cette étrange retrouvaille. Peut-être devraient-elles un jour penser à essayer de faire une mission ou l'autre ensemble. Ce n'était encore jamais arrivé mais elle était sur qu'elles feraient un duo de choc. Un hochement de tête, c'était tout ce qu'elle lui avait répondu dans un premier temps. Tous les matins, en voilà une courageuse, il faut dire qu'elle appréciait courir et que cela ne la dérangeait pas plus que ça, mais elle prenait rarement le temps de faire du sport de grand matin. Elle se contentait de quelques entraînements dans les salles disponibles quand elle avait un peu de temps libre et surtout des événements des missions qui demandaient de toute façon tout leurs savoir-faire.

-Je ne pense pas qu'on aille eut ce privilège mais peut-être qu'après ce cours ça risque de changer ? Qui sait si ils voient qu'on fait un duo de choc ?... Et tu fais vraiment une course tous les matins ? Tu as bien du courage, je dois avouer ne le faire que de temps en temps. Ah toi de voir si tu voudras prendre la tête ou la fin de la troupe...

A savoir houspiller les derniers ou tirer le monde derrière soit pour faire avancer tout ce beau monde, néanmoins, Charleen pensa à quelques tentatives d'étirement avant de commencer dans le vif du sujet et c'était vrai que cela serait sans doute une sage précaution. Mieux valait éviter qu'elles aillent des blessées alors que le cours en lui-même ne ferait que commencer. Encore un truc qu'elle ne pensait pas à faire d'elle-même. Peut-être était-ce simplement parce qu'elle n'avait jamais vraiment eu à souffrir de courbature? Enfin si mais rien de bien dramatique. Cependant un sourire amusé se dessina sur ces lèvres et il s'accentua encore plus quand elle proposa de faire du corps-à-corps par la suite. Excellente d'idée, bien que cela risquait de blesser un peu leur ego de se faire mettre au tapis par une femme non ?

-Hum tu n'as pas tort et je dois dire que je n'avais pas encore vraiment réfléchi à tout un programme mais je trouve que le tien à du bon. Vraiment du bon bien que tu risques de maltraiter un peu leur ego.

Dit-elle avec un grand sourire alors que le brouhara de personne qui entraient dans les vestiaires commençaient. Les portes qui claquent, les vestiaires qu'on cherche. Ah les petites nouveaux allaient bientôt arriver. Pendant quelques secondes, elle tourna la tête en direction du battement derrière elle avant de revenir vers la belle brune qui lui posait une tout autre question. Elle haussa les épaules dans un mouvement pouvant indiquer une belle routine ou rien d’extraordinaire.

-Oh rien de particulier tu sais, la routine, le travail, les missions. Je rentre toujours en retard au point où je me dis à chaque fois qu'Aleksandra à encore changée ou grandit en peu de temps...Et toi quoi de neuf ? Une agréable rencontre ?

Demanda-t-elle en lançant un mouvement de tête en direction du téléphone portable qu'elle avait précédemment rangé. Après quelques secondes, quelques personnes commencèrent à sortir des bâtiments, attendant visiblement les suivants. Ou alors ils prenaient le temps d'observer la situation? Possible.

-Je crois qu'ils arrivent...Tu crois qu'il y aura de bons éléments ? Dans tous les sens du terme bien entendu.

Un sourire joueur s'étira sur ses lèvres avant qu'elle ne lisse un peu son expression faciale pour reprendre une mine un peu plus de circonstance..

© .JENAA

___________________________



Dernière édition par Sabrina Garrett le Ven 30 Aoû - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mar 27 Aoû - 19:26





Un bleu averti en vaut deux



Charly était plongée dans son téléphone. Elle textotait. Oui, bon, y'avait des mois où quand elle textotait trop vers l'étranger, ça lui faisait expliquer, un peu, ses factures. Mais c'était rare quand même. Parce que c'était seulement une dizaine de messages dans la journée. Et comme son homme n'avait que peu de moments de répit, c'était rare qu'il lui envoie, durant des jours et des jours, des messages. Très rare. Surtout qu'elle ne voulait pas le déranger. Alors, elle lui avait fait une promesse. Ou plutôt, ils avaient mis au point un petit pacte. Elle évitait de lui envoyer des messages, pour éviter, justement de le déconcentrer quand il était en mission. Et lui, et bien, il lui donnait le signal quand il était rentré et qu'il pouvait discuter. Mais l'inverse était aussi vrai. Parce qu'Elijah ne lui envoyait pas de messages si elle était sous couverture et que ça pourrait faire sauter sa couverture. Un commun accord, en quelque sorte. Ce n'était pas évident, parce que parfois, ils pouvaient passer des semaines et des semaines sans se parler. Mais bon, ils avaient l'habitude. Même si ça commençait quelque peu à peser à Charly et qu'elle aimerait bien le voir plus souvent auprès d'elle. Mais on n'a pas toujours ce qu'on veut dans la vie, non ?

Quoi qu'il en soit, Charly avait redressé le nez lorsqu'elle avait vu Sabrina. Ou plutôt, lorsqu'elle l'avait entendu, au départ. Ah ... Sabrina ... Si elle ne l'avait pas rencontrée, Charly ne savait pas ce que sa vie serait. Parce que c'était grâce à elle qu'elle était à la CIA aujourd'hui. Oh, bien évidemment, dans les mauvais jours, elle disait que c'était à cause ... Et non pas grâce ... Mais c'était rare qu'il y ait des mauvais jours. Sauf quand elle ratait complètement une mission d'infiltration ou que quelque chose foirait alors que ce n'était pas du tout ce qu'elle voulait. Sans Sabrina, elle mènerait peut-être une petite vie ... minable ... Sans aucune grande aventure. Si ça se trouvait, elle serait peut-être derrière un bureau à se tourner les pouces. A s'ennuyer. Ou alors, peut-être qu'elle serait mère de famille. Peut-être qu'elle aurait rejoint son Elijah à l'autre bout du monde et qu'elle serait une femme de militaire. Ni plus. Ni moins. Qu'elle serait à la maison pour élever la ribambelle de gamins qu'ils auraient déjà -deux ou trois, pas plus-. Cette idée l'avait tenté plus d'une fois d'ailleurs. Tout plaquer. Tout laisser de côté. Arrêter de courir après les méchants. Et rejoindre Elijah. Vivre sa vie comme elle l'entendait. Fonder une famille. Mais elle n'en avait rien fait. Du moins, pour le moment. Peut-être considérait-elle qu'elle aimait bien cette vie. Peut-être considérait-elle qu'on avait plus besoin d'elle sur le terrain qu'à pomponner ... Va savoir. Enfin, passons.

Il était temps. Charly avait rangé son téléphone. Sabrina était à ses côtés et ça n'aurait pas été très poli que de continuer à textoter durant des lustres et des lustres. Surtout que si sa collègue venait d'arriver, ça signifiait que les petits bleus ne tarderaient pas non plus à pointer le bout de leur nez, pour sûr. "Pressée ? Vraiment ?" répéta la jolie brune, quelque peu étonnée des dires de sa collègue. "Oh, toi tu as quelque chose derrière la tête !" avait-elle dit dans un sourire. Elle connaissait Sabrina. Elle savait plus ou moins ce qu'elle avait derrière la tête. "Ma main à couper que tu as envie de traumatiser nos pauvres recrues. En même temps, vaut mieux que ça soit maintenant, et par nous ... que par d'autres." Parce que mine de, Sabrina et Charly étaient douces. Dans le sens où ... Et bien, elles n'étaient pas des brutes. Même si elles savaient se défendre et qu'il ne valait mieux pas les chercher sous peine d'avoir mal. Violentes ? Non. Elles savaient tout simplement se défendre. Et Charly n'aimait pas qu'on vienne lui briser les miches. Pour sûr. Ca lui faisait penser à une fois où un collègue l'avait embêté. Rien de bien grave ... Elle s'était amusée à scotcher ou bien coller des trucs à son bureau. Il avait retrouvé son bureau sans dessus dessous. Pour sûr. Mais passons.

En tout cas, les deux brunes semblaient être contentes. Parce qu'elles allaient travailler ensemble et que c'était bien là la première fois. Mais comme le disait Sabrina, quand bien même c'était, effectivement, leur première fois, ça ne serait, peut-être, pas sans doute leur dernière. Parce que si elle faisait du bon boulot, nul doute qu'on les programmerait sur d'autres entraînements. Charly eut un léger haussement des épaules. "Si on est toutes les deux sur Washington en même temps. Parce que tu sais ce que c'est ... On peut très bien être envoyées à l'autre bout de la Terre à la dernière minute." D'ailleurs, ça arrivait souvent à Charly. Parfois, elle projetait quelques trucs. Elle avait un programme. Et puis, pouf, tout était à jeter parce que ... Et bien, parce qu'on la voulait sur telle ou telle mission. C'était ... pénible. Mais elle n'y pouvais pas grand chose. La brune eut un hochement de la tête. "Oui, tous les matins. Ca me met en forme. J'ai l'impression de mieux avoir la pêche quand je cours. Et quand je ne le fais pas ... Je sais pas trop ... J'me sens bizarre. Bon, il est vrai que c'est moins évident quand je suis sous couverture. Mais je m'arrange autrement." Elle faisait du sport quand même. Courir, courir, encore et encore. Que ferait-elle si elle ne courait pas ? Oh, elle aurait sans doute le temps de faire plus de choses. Mais bon. Ses journées étaient bien assez longues comme ça. Surtout quand elle ne dormait pas de la nuit parce qu'elle n'arrivait pas à fermer l'oeil. Et ça arrivait souvent. Charly pencha la tête sur le côté. "Je crois que je prendrais ... J'irais derrière, oui. Je botterais les fesses de ceux qui traînent. A moins que tu ne veuilles t'en charger et que tu leur fasses regretter de traînasser." Au choix. Charly s'en fichait. C'était du pareil au même.

Tandis qu'elles discutaient, elles finirent par tourner la tête à un moment. Ou du moins, Charly l'avait fait. Du bruit ... Des pas qui se rapprochaient, petit à petit, d'elles. Oh, c'était, sans doute, la bleuzaille qui rentraient dans les vestiaires et qui n'allaient pas tarder à les rejoindre. Les hostilités allaient bientôt commencer, en quelque sorte. Sabrina lui raconta brièvement ce qui s'était passé la dernière fois. Pas grand chose en quelque sorte. La route. "Non, pas d'agréable rencontre. Le seul qui m'intéresse est trop loin de moi en ce moment." Charly avait parlé, brièvement, d'Elijah à quelques reprises. Elle en avait touché quelques mots à Sabrina, sans pour autant rentrer dans les détails. Parce que les détails n'appartenaient qu'à elle-même. Et puis, Charly n'était pas du genre très expansive. Dans le sens où il lui arrivait souvent de garder les choses pour elle. Elle faisait la part des choses. Il y avait son boulot. Et sa vie privée. Et elle ne voulait pas les mélanger pour éviter d'avoir des soucis. Elles en revinrent, ainsi, sur les nouvelles recrues qui pointaient le bout de leur nez. Ils se rapprochaient. "On va le savoir rapidement." Une dizaine de bleus venait d'arriver. Plus ou moins. Comme elles étaient encore un peu en retrait, Charly se rapprocha quelque peu des jeunes. Certaines étaient jeunes. Vraiment jeunes. Ils devaient tout juste avoir la majorité. Et d'autres devaient avoir la vingtaine. Un peu plus. Des filles. Comme des garçons. "Bonjour à tous." lança-t-elle à l'encontre des recrues. "Je suis l'agent Siobhán. Et voici l'agent Garrett." Leur donner leurs petits prénoms ? Oui, Charly aurait pu le faire. Mais pour le moment, histoire d'être ferme, elle préférait mettre de la distance entre elles et eux. A voir si Sabrina lui emboîterait le pas. "Je présume que vous savez pourquoi vous êtes là et pour combien de temps. Vous vous dites sûrement que trois bonnes heures, c'est pas beaucoup. Mais je suis sûre et certaine que la moitié d'entre vous en aura marre au bout d'une heure." Vérité ? Ou bien mensonge ? Un peu des deux. Mais fallait pas croire que Charly allait les ménager.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Ven 30 Aoû - 14:53

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

L'idée de passer quelques heures en compagnie des jeunes recrues de l'agence était attractif, voir plutôt agréable. En même temps, si la brune devait choisir entre passer des heures et des heures face à son bureau où courir sur le terrain, à apprendre à d'autres, son choix était vite fait ! Surtout qu'elle avait, comme beaucoup d'autres, une sainte horreur de la paperasse. Elle partait du principe que si vous étiez agent de terrain, ce n'était pas pour passer des journées entières à ne rien faire d'autre que de remplir les dossiers d'anciennes missions. Malheureusement, ce côté plus administratif de leurs métiers était une variable obligée, à son grand désespoir. Du coup oui, elle était de bonne humeur et cela ne fit qu'augmenter en réalisant que c'était Charly qui allait faire cet entraînement avec elle. Avouez que comme début de journée, cela pouvait être aisément pire. Ainsi donc, elle était motivée et plus que jamais, ce qui n'était pas forcément bon signe pour les pauvres nouveaux qui allaient arriver. Quand elle était réellement remontée, on ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, une part peu appréciable mais inventable de son caractère. Quoiqu'il en soit une fois la conversation plus basique lancée, elle ne put rien ajouter d'autres que dire qu'elle était  pressée de voir ça. Pressée, était encore un doux euphémisme, elle anticipait d'avance. Bon certes cela lui donnait un petit côté manipulateur ou sadique mais ce n'était pas à prendre comme telles. Il ne fallait pas oublier qu'elles avaient déjà toutes les deux été à leur place et qu'elles n'étaient sans doute pas partantes de l'escalade de vacherie. Loin de là.

Ils étaient ici pour s’entraîner, pour apprendre peut-être d'autres modes de combat et surtout pour garder une condition physique, ce qui leur serait plutôt secourable dans leurs misions, pas pour qu'ont les dégoutte du métier. Elle était donc juste pressée de voir ce qu'ils valaient, de voir qui ils étaient.  De plus, elle n'avait pas encore eu l'occasion de les croiser et même si c'était le cas, elle ne l'avait sans doute pas réalisé et c'était le côté curieux de sa personnalité qui prenait le dessus en lui répondant. En entendant la réplique si juste de son amie, elle ne put que sourire en lui faisant un visage d'ange. D'accord, d'accord, il fallait avouer que toutes ces idées n'allaient certainement pas plaire à la bleusaille et Charleen l'avait très vite compris. D'ailleurs, elle enchaîna prouvant une fois encore qu'elle la connaissait que trop bien. Un éclat de malice perça dans ses prunelles noisette alors qu'un air joueur s'installait sur son visage. Traumatiser serait un terme un peu exagéré tout de même par rapport à ce qu'elle avait en tête. Elle pensait juste leurs montrer qu'il fallait se méfier de tous et de tout le monde. Tout ce qu'elle lui répondit fut un :


-Traumatiser serait un peu exagérer, je ne suis pas un tyran.

C'était vrai, elle aimait bien diriger, elle aimait bien que les choses soient claires mais elle ne s'imposait pas pour autant. Quoique il était toujours préférable d'écouter son avis parce que la franchisse de Sab' était à toute épreuve et qu'elle ne prenait pas de gants pour le donner. Que ce soit un collègue d'infortune ou son supérieur hiérarchique d'ailleurs. La dernière fois, cela avait donné une dispute assez flagrante dans les bureaux, où au final, on ne savait plus qui engueulait qui. Enfin, malgré tous ils s'entendaient bien et ils savaient l'un comme l’autre qu'ils savaient se serrer les coudes. Sortant de ses pensées, elle reprit pied dans la réalité en l'entendant dire qu'il faudrait déjà qu'elles soient ici ensemble. Ce n'était pas faux et c'était certainement ce qui risquait d'être le plus compliqué. Faire converger leurs horaires personnels.

-C'est vrai, c'est sans doute pour ça que ce n'est pas arrivé avant. Enfin, on savait à quoi s'attendre quand on a signé. On acceptait une vie d'action et d'aventure mais ou il y peu de place à une vie privée. C'était un choix...Tant que tu ne m'en veux pas pour ça, ça va.

Dit-elle à nouveau avec une pointe plus humoristique. Certes ce n'était pas elle qui l'avait engagée, ni même formée mais c'était à cause, ou grâce à, son intervention et ses paroles qu'elle avait transmisse à plus hauts placés, qu'elle avait été approchée. Ma foi, elle aurait pu refuser si cela ne lui plaisait pas et le nombre d'années qu'elle avait derrière elle maintenant, prouvait sans doute qu'elle ne regrettait en rien son choix. Elle non plus d'ailleurs. Elle avait d'abord commencé par l'amour des sciences et elle avait beaucoup voyager avant d'atterrir ici dans les laboratoires. Puis, petit à petit l'attrait du terrain s'était fait sentir et elle avait changé de métier. Bien que ces connaissances scientifiques et sa débrouillardise plus qu’exemplaire dans ce domaine faisait un bon appui ou de bonne couverture pour elle. Vu que c'était un domaine qu'elle maîtrisait par cœur et qu'elle appréciait toujours. On n'oubliait jamais ses premiers amours et il semblerait que c'était le cas de sa vis-à-vis, à sa manière, pour la course à pied.  Si elle était étonnée qu'elle prenait le temps de faire tous les matins ? Mais certainement. D'un côté si elle se sentait mieux comme ça pourquoi pas, elle avouait que le matin, elle préférait plutôt siroter sa tasse de café tranquillement plutôt que de courir sous la pluie. Elle avait que trop l'habitude de l'action à toute heure pour gaspiller un instant de quiétude. Puis, elle lui répondit qu'elle prendrait l'arrière du peloton. Un  nouveau sourire amusé se dessina sur ses lèvres, va pour cette répartition.

-C'est une question d'habitude je suppose ? On pourrait se faire un petit footing un de ces jour ? Ça pourrait être sympa et en plus il y a une forêt pas très loin de chez moi...Oh non, tu m'as l'air toute a fait motivée pour t'en charger, je ne voudrais pas te couper dans cet élan. J'imposerais la cadence, ça me va parfaitement, j'adore diriger.

Répliqua-t-elle avec malice, alors que les petits probies commençaient à faire leur entrée dans les vestiaires, approchant sans le savoir encore de leurs heures de souffrances physiques. Profitant des quelques minutes de solitude qu'elles avaient encore ensemble, elle essaya de savoir ce qu'elle avait manqué et surtout sa curiosité prit le dessus vu qu'elle ne put s’empêcher de relever le texto visiblement important qu'elle avait reçu à son arrivée sur place. Non cela ne la regardait certainement pas mais c'était plus fort qu'elle. Tout ce que son amie laissa filtrer c'était que ça venait sans doute d'Elijah. Ah les méandres des relations, ce n'était pas toujours facile avec leurs métiers. Elle lui fait un sourire plus conciliant, ce qui pouvait être une manière de lui dire un silencieux 'courage'. Cependant, elle n'eut plus le temps d'ajouter autre chose que les petits nouveaux arrivaient dans leurs directions, tenu de sport réglementaire sur le dos. Allez suffit de jouer, reprenant l'air de circonstance, elle emboîta le pas à Charleen pour s’approcher des jeunes qui s'étaient regroupés en arc de cercle face à elles, pour attendre les directives. Un bon point pour eux. Pendant que sa collègue prenait les rênes de la conversation, elle laissa son regard noisette dériver vers eux. Il y avait un peu de tout âge, et un mélange homogène entre les hommes et les femmes.

-Comme vous là dit ma collègue, trois heures d’entraînement cela risque d'être assez long, mais c'est nécessaire. C'est pourquoi, nous avons décidé de commencer en douceur, par quelques choses qui vous sera très utile tout au long de votre carrière, et croyez-en nos expériences, la course....Mais avant on va commencer par quelques étirements à moins que vous ayez des questions à poser ou quelques choses à demander ?

On ne sait jamais après tout. Néanmoins, le petit groupe s'avança vers un endroit où il y avait quelques barrières pour faire quelques flexions et réaliser des étirement autant pour les chevilles que pour les muscles de la jambe.

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Jeu 5 Sep - 19:43





Un bleu averti en vaut deux



Quand bien même elle textotait et qu'elle discutait avec Elijah, Charly ne pouvait pas se permettre de discuter plus longtemps avec lui. Pourquoi ? D'une, parce qu'il venait de la prévenir qu'il allait partir en intervention. Et qu'il ne savait pas pour combien de temps il en aurait d'ailleurs. De deux, Charly n'était plus toute seule. La brune l'avait rejointe. Et honnêtement, ça n'aurait pas été sympathique de sa part de rester là, à textoter encore pendant longtemps. Sabrina était une bonne amie. Ou tout du moins, elle la considérait comme telle. Sans elle, Charly ne savait pas trop où elle serait aujourd'hui. Difficile de dire. Une vie nulle ... Sans aucun intérêt. Ou du moins, le pensait-elle. Mais bien évidemment, la jeune femme ne pouvait être sûre de rien.  Peut-être qu'elle mènerait une vie exaltante ... Ouais, ou pas. De toute manière, Charly ne se posait que très rarement la question. Elle était bien, là, à la CIA. Elle faisait de nombreuses rencontres. Elle voyageait beaucoup. Elle avait des amis un peu partout à travers le monde à dire vrai. Elle était bien ici, pour sûr. Et elle ne se verrait pas ailleurs. Le seul truc qu'elle n'aiamit pas vraiment, c'était la couverture qu'elle s'était choisie. Brooke Davies ... Elle avait un job bien trop ennuyant. Et parfois, elle était obligée de se rendre au bureau. Pour donner le change, en quelque sorte. Fallait bien qu'elle s'y rende de temps à autre. Sinon, on en viendrait à se poser tout un tas de questions à son encontre. Ce qui était tout à fait normal d'ailleurs. Mais passons. Sans doute que Brooke Davies aurait un accident mortel d'ici à quelques mois. Mais de cela, Charly n'en était pas encore totalement certaine.

En tout cas, Charly avait remarqué que ... Et bien, que Sabrina avait un certain sourire. Et qu'elle semblait être ravie d'être là. Peut-être même ravie de botter quelques fesses. "J'ai pas dit que tu étais un tyran. Mais vu dont la manière tu souris, je suis pratiquement certaine que tu n'attends qu'une chose ... Que nos petites recrues pointent le bout de leur nez." Sans doute que Sabrina devait avoir un peu d'énergie à revendre. Ou quelque chose dans le genre. Pourquoi n'avaient-elles jamais donné de cours ensemble ? Enfin, d'entraînement ? Et bien, pour Charly, la seule raison, c'était parce qu'elles n'avaient pas des horaires qui concordaient. Ou du moins, quand l'une était sur Washington, l'autre pouvait se retrouver à l'autre bout de la Terre. Et fallait dire que Charly était souvent en déplacement pour le travail. Et parfois longtemps dans certains cas. Pourquoi ? Parce qu'elle était sous couverture. Charly eut un sourire. Il était vrai que c'était elles qui avaient choisi cette vie. Enfin, pour Charly, disons qu'elle y avait été aidée par la brune. Et que sans elle, probablement qu'elle ne serait pas là. "Pourquoi je t'en voudrais ?" demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté. "Il est vrai que devenir agent de la CIA n'était pas mon but premier. Enfin, honnêtement, j'pensais pas que j'pourrais le devenir. Mais j'ai jamais regretté d'avoir signé." Oh, il était vrai que dans les mauvais jours, ça lui arrivait de pester de temps à autre. De dire qu'elle aurait mieux fait de se trouver un autre job. Quelque chose de plus calme. Seulement voilà, elle adorait ce boulot à dire vrai. Et elle ne se voyait pas faire autre chose. Charly adorait le risque. Le danger. Pourrait-elle vivre sans ? Et bien, difficile de le dire. Mais on lui laisserait le choix, elle ne changerait pas une virgule, façon de parler, bien évidemment, à sa vie. Elle ne changerait rien. Pour sûr.

Pendant qu'elles attendaient les nouvelles recrues, les deux jeunes femmes avaient l'occasion de discuter un peu. Tant mieux d'ailleurs. En quelque sorte, elles rattrapaient le temps perdu. Surtout qu'elles n'avaient que rarement l'occasion de discuter, d'échanger et de se voir. Pour sûr. Charly eut un hochement de la tête lorsque Sabrina en vint à lui dire qu'elles pourraient courir ensemble. Sabrina lui parla même d'une forêt, pas très loin de chez elle. "J'te connaîtrais pas, je dirais que tu cherches à m'attirer dans la forêt pour me zigouiller." dit-elle avec un certain sourire. Mais en même temps, ce que son interlocutrice venait de dire, et bien, ça prêtait ... comment dire ... Ca pouvait porter à confusion, pour sûr. "Je blague, bien sûr. Mais bon, hein, tu sais, ça pourrait ... comment dire ... c'est typiquement ce qu'un pervers ou bien un tueur en série dirait." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. "Mais ouais, ça pourrait être cool. C'est toujours chouette de courir avec quelqu'un." C'était plus intéressant. Et surtout, c'était plus motivant aussi. "On se fait ça quand tu veux. Suffit juste que tu me dises quand. Et surtout, où tu veux aller courir." Et autre chose, elles devaient être sûres d'être libres toutes les deux. Sinon, ça serait un peu inutile. Et plus encore d'ailleurs. En tout cas, elles s'étaient mises d'accord toutes les deux. Sabrina allait prendre la tête de course. Et donner le rythme de ladite course. Charly irait derrière. Et elle botterait le cul de ceux qui traînait ou qui n'avaient pas vraiment envie de courir. "Oh, mais je sais que tu adores diriger." dit-elle dans un sourire. "Ca me va comme ça. Parfait. Allons casser du bleu." Façon de parler, bien évidemment.

D'ailleurs, en parlant de la bleuzaille, ils venaient d'arriver. Et ce fut Charly qui prit, dans un premier temps, les choses en main. Se présentant, bien évidemment, mais aussi en présentant sa collègue. Et ce qu'ils allaient faire aussi, par la même occasion. Les deux jeunes femmes avaient l'air autoritaire. Mais elles l'étaient. Elles n'étaient pas là pour rigoler ou bien pour se tourner les pouces. Elles étaient là pour ... Et bien, pour botter le train des jeunes recrues. Bien évidemment, elles ne voulaient pas ... Comment dire. Du moins, pour Charly, elle n'avait pas spécialement envie de les dégoûter définitivement de ce boulot mais bon. Rien à redire de la part des bleus. Il était donc temps de se mettre à l'exercice. "Etirez-vous bien. Histoire de ne pas vous faire un claquage. On n'aimerait pas vous emmener à l'infirmerie." Si c'était le cas ... Charly les verrait bien y aller à cloche-pied. Bah quoi ? Ca pourrait être drôle. Enfin, surtout pour elle. Mais pas pour eux. Charly s'étirait un peu. Mais pas tant que cela non plus. En même temps, sa course à elle ne datait de pas très longtemps. Et elle était en forme. Pour sûr.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 14 Sep - 10:45

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

Tout le monde aimait bien bizuter les nouveaux arrivants, sans pour autant en être complètement inhumain. Dire que ce n'était pas le cas de la brunette, serait un mensonge total mais ce n'était pas pour autant qu'elle allait les traumatiser. Peut-être à tout casser quelques petits tours bien choisis mais cela s'arrêterait là. Les deux jeunes femmes se retrouvaient sur ce parcours d’entraînement, pour les entraîner justement, leur apprendre à se servir de leurs corps comme une arme et qu'ils soient en bonne condition pour leurs futures missions, pas pour qu'ils raccrochent leurs vestes et partent en courant. Du coup, oui elle avait trouvé que le traumatiser était un peu exagéré même si elle ne le prenait absolument pas mal. Charly pouvait d'ailleurs certainement se vanter de pouvoir lui dire à peu près tout et n'importe quoi sans que la demoiselle ne s'emporte. Ce qui n'était absolument pas le cas d'un bon nombre de ses collègues, qui eux se retrouvait illico presto avec une réplique cinglante. Comme quoi il n'y avait pas que des désavantages de l'avoir de son côté. Quoi qu'il en soit, il semblerait que son amie voulue se justifier de l'emploie de ce terme et d'essayer de récupérer un peu le coup malgré le sourire malicieux de Sabrina. Sur ce point pourtant, elle devait lui donner raison. Son sourire ne disait sans doute rien qui vaille aux bleus qui allaient arriver. Elle était tout simplement contente d'être là, aussi illogique que cela puisse paraître et surtout prête à faire ce pour quoi elles avaient été appelées. Enfin, il était vrai qu'elle avait laissé glisser dans son comportement pas mal de sous-entendu qui pouvait aller dans ce sens, à quoi bon le nier.

A nouveau elle se contenta de lui couler un regard entendu alors qu'elle faisait une petite moue, levant les yeux au ciel comme pour lui signifier quelques choses comme «  allons allons à quoi penses-tu ». Enfin Charleen, la connaissait plutôt bien, il n'y avait donc pas de raison qu'elle ne comprenne pas son but. Choisissant pendant quelques secondes de reprendre un peu de sérieux, l'agente de la Cia en revient sur les points les plus gros de leur travail. L'action, encore et toujours. L'adrénaline et le danger faisait partie de leur vie de manière quotidienne, il fallait aimer ça pour savoir y travailler pendant des heures. La plus grosse contrepartie était qu'il était difficile de maintenir des relations sociales ou des relations au sens large du terme, quand vous passiez la plupart de votre temps dans la peau de personnage fictif bien loin de ce que nous étions normalement. Si elle n'avait jamais regretté son choix, vu que c'était elle qui s'était engagée comme agent de terrain, il était vrai que c’était un peu sa faute si sa vis-à-vis se retrouvait ici. La question pouvait donc se poser. Même si dans un sens, elle arriverait très bien à vivre avec cette culpabilité sur les épaules, parce que en même temps, elle avait gagné une amie, une collègue, quelqu’un qui pouvait vous comprendre parfaitement parce qu'elle vivait la même chose. Elle fut donc quand même soulagée qu'elle lui dise qu'elle ne changerait rien à sa vie. Un léger sourire cette fois tout à fait classique prit naissance sur ses lèvres.


-Je ne sais pas, parce que tu n'aimes plus ce métier ? Parce que tu regretterais tout ce que cela nous impose, tous les désavantages qu'il y a ? Parce que tu as une couverture qui t'énerve ?...Pure taquinerie de sa part, elle savait qu'elle avait parfois du mal à gérer ça, l'avantage pour elle de l'avoir de façon à concerner son ancien métier, la science...Mais je suis contente que tu ne regrettes rien et crois-moi, à part les volontaires quand on vous approche, on se demande tout ce qui se passe et si ce n'est pas une blague. Quand on m'a demandé d'être une de leurs scientifiques, j'y croyais pas mes oreilles et je n'y avais jamais pensé avant non plus.

Oh non, il fallait même avouer que la brunette avait même failli rire au nez de cet homme qui était venu l'aborder, ne le croyant pas le moins du monde et ce demandant surtout pourquoi la Cia s'intéresserait à une fille comme elle, qui avait voyagé un peu partout dans pas mal de domaine. Justement, c'était apparemment ce point fort et ses résultats qui les avaient décidés. Bizarrement, elle se souvenait de ce jour et de cette conversation comme si elle s'était déroulée hier, tellement cela l'avait marquée. En même temps, c'était à partir de là qu'elle avait pu connaître les meilleurs comme les pires moments de sa vie. Continuant de profiter amplement des quelques minutes qu'elles avaient à leurs dispositions pour se parler, elle enchaîna. C'était une chose qui n'arrivait que peu souvent malgré les tentatives et sms envoyé, elle repartit sur leur vie et les habitudes. Quand on en vient à la course, Sabrina y vit là une opportunité en or pour pouvoir passer un peu de temps avec Charly, même si ce n'était pas son hobby favoris. Il était vrai, néanmoins, que sa formulation laissait à désirer dans le choix des mots. Mais sincèrement, elle n'avait pas réalisé à quel point, jusqu'à ce que la jolie brune le relève à son tour. La faisant finalement rire malgré l'allusion aux pervers tueurs en série. Qu'elle se rassure, elle n'avait aucune mauvaise intention en disant cela. Elle leva un peu les mains au ciel comme pour prouver son innocent avant de reprendre la parole.

-J'avoue que ce n'était sans doute pas la meilleure façon de le formuler mais rassures-toi je ne compte en aucun cas t'emmener dans un endroit sordide pour te tuer et tu n'es pas du tout mon type, sans vouloir te vexer hein. Et puis non ça ne serait pas mon genre, je ne me débarrasse pas de mes cibles de cette façon... Enfin je parlais de foret parce qu'il est plus sympathique de faire ça dans un décor naturelle plutôt que de risquer de se faire renverser par des voitures..Mais ça marche, un jour quand on aura le temps je t'enverrais un message pour savoir quoi.

Comme quoi les différents rôles que vous jouiez vous collaient parfois à la peau. Puis, elles reparlèrent du programme rapidement esquissé de ces trois prochaines heures, ainsi que son démarrage par une petite course. Question de rester dans l'ambiance. Donner la cadence, ça lui allait, elle n'était pas de celle à commencer à fond directement, sachant que cela ne servait à rien. Techniquement, à moins d'essayer de rattraper un suspect potentiel qui prenait la fuite, elle aimait les montées en puissance tranquille. Commencer à un rythme lent ou en tout cas peu excessif et monter crescendo. La mise au point faite, elle hocha la tête pour lui dire qu'elle était d'accord avant que la bleusaille dont elles attendaient la venue montre le bout de leurs nez sur le terrain d’entraînement. Un petit paquet de personne habillée de la même manière avait fait leurs entrées et s'était rapproché d'elles. On pouvait se mettre aux choses sérieuses. Les grandes lignes mises en place et les questions inexistences, elles se mirent donc au travail en commençant l'échauffement. Alors qu'elle avait une jambe sur une barrière de bois et qu'elle s'appuyait dans cette direction pour étirer le tout, elle entendit Charly reprendre la parole. Elle retient avec peine le sourire qui lui montait aux lèvres, se contentant de  tourner son regard noisette dans sa direction. Et après, elle viendrait dire que c'était elle qui voulait leur botter les fesses ou qu'elle avait un sourire énigmatique ? Disons juste que Sab' montrait sans doute plus clairement ses intentions. Après quelques minutes et estimant que tout le monde devait être plus ou moins opérationnel, elle se remit debout.

-Bien, je suppose que tout le monde est près ?...Elle attendit quelques petites secondes... Dans ce cas nous allons commencer. Vous allez essayer de rester tous en groupe et de ne pas trop vous étirer en longueur, nous vous encadrerons. Nous n'irons pas vous faire patauger dans la boue mais ne prenez pas ça à la rigolade.

Elle porta son regard vers Charleen et lui fit un mouvement de tête. Eh bien, c'était donc à elle de jouer maintenant. A elle de prendre la tête de tout cette troupe. Dans un geste plus habituel que nécessaire, elle avait resserré sa queue-de-cheval haut perchée sur sa tête pour être sur que cela ne se détache pas aux grès de ces mouvements. Une fois que cette petite troupe fit une masse compacte, elle leur tourna  le dos avec un allons-y sonore. Comme prévu son démarrage n'était pas très rapide, permettant à tout le monde de suivre le rythme sans faire réellement d’effort, ou de s’épuiser directement. Elle en voulait pour preuve, les quelques bribes de conversation qu'elle percevait dans son dos. Ainsi que les quelques regards qui lui vrillait la nuque. Un petit malin venu même à sa hauteur comme si il voulait lui prouver qu'il pouvait faire ça les deux doigts dans le nez. Lui avait-elle permis de venir à sa hauteur ? Il avait beau être pas mal physiquement, c'était son seul avantage.

-Ça n'a pas l'air de vous fatiguer... ? Une manière comme une autre de savoir son nom. Non , Madame..Je suis Bryan Davis. On va faire ça penant combien de temps?..Comme si ça l’intéressait de savoir son prénom. Jusqu'à ce que vous ne sachiez plus parler. Ça ne risque pas d'arriver.. Elle rêvait ou il se la pétait un peu là? Un sourire espiègle vient sur son visage, elle répondit. Et bien c'était ce que nous allons voir.

Ni une ni deux, elle augmenta le rythme sensiblement mais continuellement. Très vite les premiers probies allaient lâcher, les moins endurants ainsi que ceux qui étaient en moins bonne condition physique ou tout simplement ceux qui n'avaient pas l'habitude. Elle courait à grandes foulées maintenant, son souffle régulier prouvait qu'elle n’était pas au maximum et qu'elle pouvait maintenir le cap. Elle se retourna pour voir que le peloton s'étirait, elle se demandait vaguement ce que pensait Charly et si elle devait déjà houspiller les plus lents. Sans doute que oui. Monsieur je suis le plus fort avait d’ailleurs quitté sa hauteur reprenant l'allure de ses copains et au vu des respirations erratiques qu'elle percevait, il commençait à avoir du mal. Le coup final. Elle allait attendre encore un peu. Cela ne faisait pas encore si longtemps que ça qu'il courait peut-être dix ou vingt minutes...Ou même pas, voir plus elle n'en savait rien, elle n'avait pas de montre.

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 21 Sep - 20:21





Un bleu averti en vaut deux



Ce boulot ? Charly l'avait dans la peau. Et ça ne changerait pas. Dans le sens où elle adorait ce qu'elle faisait. Ce n'était pas évident parfois. Y'avait des moments, comme tout le monde sans doute, où elle aurait préféré arrêter. C'était surtout quand elle avait un coup de blues. Mais ça ne lui arrivait que très rarement. Parce qu'elle gardait toujours en tête qu'elle était là pour aider les autres. Pour aider sa patrie. Son pays. Si elle était là, si elle faisait ce job, ce n'était pas pour se tourner les pouces et attendre que ça passe. Elle était là pour botter des culs. Et pour bien faire son travail. Ni plus. Ni moins. Quoi qu'il en soit, Sabrina la taquinait. Comme toujours d'ailleurs. Elles adoraient s'embêter mutuellement d'ailleurs. Peut-être que c'était là leur forme d'amitié. Charly lui devait tout à dire vrai. Si elle était là, c'était bien grâce à Sabrina. Et personne d'autre. Sans son intervention, ou du moins, sans sa présence dans cette discothèque, ce soir là, Charly n'aurait jamais pu intégrer cette agence. Et elle n'aurait jamais pu s'épanouir autant. La seule chose qui était ... Comment dire ... qui était difficile pour elle, et bien, c'était le fait de n'être pas avec l'homme qu'elle aimait. Mais ça, ils avaient tous les deux un travail très prenant. Ils n'y pouvaient pas grand chose. Peut-être qu'un jour ou l'autre, ils finiraient par être ensemble. Mais c'était, sans doute, pas pour tout de suite. "Oh, tu sais, le jour où je n'aimerais plus le boulot, et bien, les poules auront des dents et ça sera la canicule !" avait-elle dit dans un sourire. La seule chose qui la gênait, peut-être, dans son travail, c'était sa fausse couverture qui la gonflait quelque peu. Bon, moins longtemps elle passait par la case du bureau, mieux elle se sentait à dire vrai. Mais faudrait qu'elle trouve autre chose de plus intéressant à dire vrai. Ou qui ne lui prendrait que très peu de temps. Genre quelques minutes par semaine. Ni plus. Ni moins. Ouais, c'était sans doute beaucoup demander mais bon. Elle eut un hochement de la tête des suites de ce que Sabrina venait de dire. "Je comprends ... J'étais ... plus qu'étonnée, tu sais, quand tu m'as abordée. Et je me demandais bien si ce n'était pas une blague monstrueuse qu'on était en train de me faire." Mais fallait dire qu'elle était plutôt heureuse de la tournure des événements et qu'elle n'avait jamais regretté. Mais passons.

Charly avait fini par lui avouer qu'elle courait souvent. Tous les matins même. Sabrina n'était pas au courant des activités de son amie et apparemment, ça lui dirait bien d'aller courir avec elle un de ses quatre. Mais il était vrai de la manière dont elle l'avait formulé, c'était un peu étrange. Ca faisait penser ... à un psychopathe qui était en train de chasser sa proie. Ou presque. Mais Sabrina en vint à corriger ce qu'elle venait de dire et elle avait reformulé la chose. "Non, non, tu ne me vexes pas. Et j'espère bien que tu ne comptes pas me zigouiller. Tu m'as sauvée les miches une ou deux fois ... Si t'avais voulu me tuer, tu l'aurais fait bien avant, non ?" lui dit-elle en lui tirant la langue. Elles s'appréciaient beaucoup toutes les deux. Alors, ça n'arriverait jamais. Enfin, ne jamais dire jamais parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer. Après tout, l'une pourrait devoir tirer sur l'autre pour protéger sa couverture, ou quelque chose dans le genre. Enfin, fallait espérer que ça n'arrive pas et qu'elles n'aient jamais à se retrouver dans cette situation. Parce que ça serait bien dommage, non ? "Ok, je garderais mon téléphone sous le coude." Façon de parler. Parce qu'elle l'avait, pratiquement, toujours avec elle. Pourquoi ? Parce qu'on ne sait jamais. Elle pouvait faire face à certains imprévus de temps à autre. Et on pouvait l'appeler à la dernière minute pour qu'elle se rende au bureau.

Mais bon, ce n'était plus vraiment ... le moment de parler de tout cela. Pourquoi ? Et bien parce que les recrues venaient d'arriver, les unes après les autres, et qu'il était grand temps que l'exercice commence. Elles avaient décidé que Sabrina prendrait la tête. Et Charly la queue. Elle motiverait les traînards, en quelque sorte. Les mains sur les hanches, ce fut Charly qui prit la parole en premier. Histoire de donner le programme du jour. Et sans plus attendre, les voilà tous partant en courant. Le rythme était plutôt lent dans l'immédiat. Pas besoin de se presser. Fallait y aller lentement. Et progressivement. Ne pas y aller trop vite parce qu'ils s’essouffleraient trop rapidement. Et ça serait dommage, bien dommage qu'ils abandonnent alors qu'ils venaient tout juste de commencer, non ? D'ailleurs, il ne fallut guère longtemps pour qu'il y ait un premier traînard. Enfin, une pour être précise. Une jeune fille assez petite, toute menue. Un peu squelettique aussi. A se demander si elle pourrait "survivre" aux exercices. Charly était revenue à sa hauteur, histoire de l'encourager un peu. "Comment tu t'appelles ?" La jeune fille, une blonde, tourna alors la tête vers Charly. Elle semblait déjà être pas mal essoufflée alors que ça faisait quoi ? A peine une dizaine, voire une quinzaine de minutes qu'ils avaient quitté le camp de base. "Maddie ... Maddie Connors m'dam." Charly posa une main sur son épaule. "Respire lentement. Et pense à autre chose que la course. Et tu verras, ça ira tout de suite bien mieux." lui dit-elle tandis qu'elle venait de lui faire un clin d'oeil.

Charly délaissa, quelques instants, la jeune Maddie. Parce qu'elle devait houspiller contre d'autres jeunes, des qui avaient l'allure athlétique et qui baissaient, petit à petit, le rythme. "Allez, allez, on ne mollit pas !" s'exclama Charly. "Si c'est trop dur pour vous, fallait rester chez vous !" Et elle continuait de les houspiller. D'ailleurs, elle s'en donnait à coeur joie, pour sûr. "Allez, allez, bougez vos fesses ! C'est que le début du programme !" La suite risquait de ne pas trop les amuser d'ailleurs.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 12 Oct - 10:27

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

De la taquinerie sur un fond d'ambiance bon enfant, voilà la manière dont elles avaient décidé de  passer le temps, en attendant l'arrivée des petits nouveaux de l'agence. Pour une fois qu'elles se retrouvaient ensemble au même endroit et qu'il y avait quelques minutes de battements, c'était le moment idéal pour en profiter et se parler. Ce que les deux brunes avaient parfaitement compris et mis en pratique. Si le début était assez classique ou en rapport avec ce qu'elles allaient devoir faire dans les minutes qui suivaient, très vite pourtant, on en revient à du personnel. Entre deux amies a la relation particulière quoi de plus normale. Le travail encore et toujours. Au-delà des apparences, il n'était pas simple tous les jours de se retrouver agent de terrain à la Cia, il y avait des avantages comme de nombreux inconvénients avec lesquelles, on n'avait pas le choix de composer. C'était en grande partie ceux-là que Sabrina lui avait relevés quand elle avait demandé pourquoi elle regretterait. Si la grande partie était des faits sérieux, elle ne pouvait s’empêcher de lui envoyer quelques petites piques bien gentilles mais faisant partie de son caractère, prouvant une fois encore sa bonne humeur de l'instant.  Elle n'avait jamais eu à regretter son choix et s’accommodait du rythme de sa vie, c'était son choix et dans le pire des cas, elle ne pouvait s'en prendre cas elle-même et personne d'autre. Sa crainte, c'était que Charly lui en veuille un peu, un jour si jamais quelque chose tournait mal, mais elle fut vite rassurée de voir que ce n'était point le cas. L'expression qu'elle utilisa à cet effet, la fit sourire volontiers, faisant naître également une lueur d'amusement dans ses prunelles noisette.

Si elle connaissait certainement la première qui signifiait jamais, la suite était nettement moins utilisée. Elle s'était sans doute laissé emporter par le feu de l'action et avait du rajouter quelques mots en plus. Parce que en soit la canicule, c'était encore possible mais les deux ensembles, c'était encore plus que jamais. Bref, elle sentit d’ailleurs une réplique faire son arrivée mais elle se retient pour l'instant, la laissant enchaîner sur la manière dont les recruteurs, ou ceux désigné pour le faire,  faisant pour approcher les gens après leurs enquêtes approfondies. Évidemment qu'on pensait à une vaste blague, tout le monde savait qu’elle existait, que des gens y étaient mais personne ne pensait à se faire aborder part eux. Surtout qu'on connaissait tous les blagues de télé où on se faisait passer pour tout et n’importe qui. Il y avait donc de sérieux arguments pour émettre des doutes sur la véracité des propos qu'on vous avançait. Sauf que au fil de la conversation vous comprenez petit à petit que cela ne pouvait qu’être vrai. Là personnellement, à ce moment-là elle était autant angoissée à l'idée que complètement survoltée et honorée. Cela avait été un étrange mélange avant qu'elle n'accepte le rendez-vous d'après et que tout s’enchaîne, jusqu’à aujourd'hui. Charleen à ses côtés confirma son idée, et sans doute que les petits probies qui allaient répondre pareil si on leur demandait. Elle marcha un petit peu, avant de glisser une main de sa poche, le sourire toujours aux lèvres, elle finit par relever son regard pour le plonger dans celui de sa vis-à-vis avant de lui répondre sur ce même temps enjoué, sans pour autant en faire trop.


-J'aurais pu faire une blague pareil mais je l'aurais sans doute tourné autrement. Tu sais, c'était la première fois qu'on me demandait d'aller essayer de recruter quelqu'un. C'est assez compliqué quand on vous le demande, car on ne sait pas vraiment que dire, ni comment faire, je crois que j'ai du réutiliser mon cas. Tu as déjà du le faire pour quelqu'un ?

Il était courant pour les agents dits confirmés de devoir former, ou prendre sous leurs ailes, tout dépendait de la façon de voir de la personne en question, des petits nouveaux mais ce n'était généralement pas vous qui aviez été les chercher. Bref, elle n'avait du le faire qu'une seule fois même si elle avait formé d'autres personnes. C'était donc une question comme une autre. Bien que boulot sur boulot, elles en reviennent très vite à des choses moins orientées bien que toujours en liens. En même temps quand la cia faisait partie de votre vie, cela ne laissait pas beaucoup de place à autre chose et même les loisirs en étaient. La course s'était le hobby de son amie et pourtant c'était un des pans d'exercice inévitable de leurs métiers, comme les recrues allaient très vite le comprendre. Elle ne se rendait même pas compte qu'elle pouvait formuler cela de manière inquiétante tout simplement car elle ne l'avait pas pensé comme ça. Comme quoi, elle pouvait faire des sous-entendus sans le vouloir, il faudrait faire attention. Sab' se rattrapa pourtant avec facilité qui lui valut un tirement de langue de sa voisine.

-Je l'aurais sûrement fait avant, je ne suis pas de ceux qui s'amuse comme un chat avec une souris avant de la manger. Je suis plus directe que ça et tu devrais le savoir mieux que quiconque. Alors rassures-toi, je botterais plutôt les fesses des premiers qui s'en prendront à toi.

Elle avait beau être comme elle était, elle n'en restait pas moins loyale et fidèle avec les amis qu'elle avait. Néanmoins, toutes les bonnes choses avaient une fin et elles durent arrêter là leurs petites discussions pour reprendre le rôle voulu, parce que les nouveaux arrivaient sur le terrain. Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer, elles auront encore d'autres occasions pour parler ensemble, un autre jour, après, un soir, par sms. Bref a un autre moment. Elles n'allaient pas être payée à ne rien faire aujourd'hui, alors autant s'y mettre directement. Ce fut Charly qui prit les commendes dès le début, ce qui en soi ne la dérangeait pas. Au final, elle aimait bien la voir faire parce qu'on réalisait qu'elle avait sans doute autant envie qu'elle de les taquiner. La différence entre elles-deux reposait sur la clarté des intentions. La petite mise en bouche réalisée, on pu réellement se lancer dans l’entraînement en tant que tels. Comme décidé se serait une course dont elle donnerait le tempo. Ni une, ni deux, Sabrina s'était élancée, entraînant dans son sillage, une nuée d'hommes et de femmes en tenue réglementaire. Son but n'étant pas de les décourager directement, elle réalisait plutôt une petite balade de santé, qu'une réelle course à bâton rompu. La cadence se prenait, tandis que le groupe restait plus ou moins compact. Les conversations se déroulaient encore dans son dos, lui confirmant ainsi qu'elle n'allait pas trop vite. Le temps qui s'écoula, elle n'en savait rien du tout, peu de temps sans doute. Puis finalement, à cause de l'intervention d'un jeune homme qui voulait sans doute mieux faire que tout le monde, elle accéléra le rythme. Ce n'était pourtant pas son but d'y avoir été aussi vite dans sa montée en puissance, mais c'était une simple impulsion. Alors qu'elle tournait autour d'autres obstacles, pour faire demi-tour, elle pu voir la masse derrière elle s'allonger. Des disparités se créaient entre des groupes distincts. Les paroles n'étaient plus que quelques murmures de temps en temps, entre deux reprises de souffles. Elle vit au loin son amie avec une jeune femme dont elle ne distinguait que la silhouette. Elle décida de ne pas trop augmenter et de maintenir l'allure constante. Le temps passa, l'étirement du groupe s'intensifia. Estimant que c'était suffisant pour une première fois et ayant encore d'autre chose à faire, elle se dirigea vers le camp de base qu'elle voyait droit devant elle. Réalisant qu'il ne restait que deux cents petits mètres, elle prit une profonde respiration :

-Allez allez, on termine en beauté. On finit en sprint !

Elle tenta de le crier assez fort pour qu'on l'entente un peu plus loin aussi, avant de courir à son tour en donnant tout ce qui lui restait finalement dans les jambes. De retours au point de départ, elle ralentit doucement le rythme pour se mettre à marcher sur la piste. Des bouteilles d'eau étaient à leurs dispositions et elle en prit une. Sabrina releva un peu sa main pour essayer les gouttes de sueur qui perlait sur son front, sa respiration était maintenant aussi erratique que celle des premiers coureurs qui arrivaient à son niveau. Après une petite gorgée d'eau, son cœur se calma et elle reprit la parole pour ceux qui était arrivé, c'était à dire le groupe de tête.

-Ne vous arrêtez pas d'un coup...Marchez lentement et respirez à fond...Si vous avez un point de côté, appuyer dessus...Il y a de l'eau là-bas, si vous voulez boire un peu...Profitez-en pour soufflez, on va attendre l'arrivée de tout le monde.

Elle pouvait voir des visages rouges, des t-shirts trempés, des cheveux qui se collaient sur le visage. Son regard noisette se portait sur les nouveaux qui arrivaient petit à petit. Elle avait posé la bouteille et mis une main sur sa hanche. Immobile, elle respira calmement son regard suivant les nouveaux pour être sur que ça allait, qu'ils récupéraient. Il ne faudrait pas que quelqu'un tombe maintenant. Il ne restait plus qu'à attendre Charly et les retardataires, alors qu'elle revenu à la hauteur du jeune homme tout à l'heure, assis contre la barrière.

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mar 15 Oct - 18:28





Un bleu averti en vaut deux



Non, Charly ne pouvait pas en vouloir à Sabrina. Parce qu'elle menait la vie qu'elle avait choisi, d'une certaine manière. Parce que quand bien même c'était sa collègue qui l'avait plus ou moins recrutée, Charly aurait pu dire non à ce moment là. Elle aurait pu les envoyer sur les roses. Leur dire que ça ne l'intéressait pas outre mesure, qu'elle s'en fichait comme de l'an quarante. Elle aurait pu claquer cette porte. Et ne pas s'embarquer dans un boulot dingue. Mais au contraire, elle avait dit oui. Elle s'était donné cette chance ... L'opportunité de faire quelque chose de bien. Et d'utile à dire vrai. Elle aimait ce qu'elle faisait. Et non, oh combien jamais elle n'aurait souhaité faire autre chose de sa vie. Parce qu'elle aurait pu avoir une vie morne. Ennuyante. A mourir d'ennui. Et là, elle était bien. Nul doute là dessus. Sabrina n'avait aucune crainte à se faire sur le sujet. Jamais, oh combien jamais Charly ne pourrait lui en vouloir. C'était pas son genre. Et elle savait prendre ses responsabilités quand il le fallait. Pour sûr.

Elles en revinrent sur le sujet du recrutement de Charly. A l'époque, Sabrina avait été un peu mal à l'aise de s'approcher de Charly. Parce qu'elle était, sans doute, nouvelle dans ce boulot là. Et qu'elle ne savait pas quoi dire. Ces choses là n'étaient pas vraiment des plus évidentes à dire vrai. Et la brune n'avait jamais eu l'occasion de vivre cela à dire vrai. Alors, elle se contenta de secouer la tête, lui faisant signe que non. "Pas vraiment eu l'occasion." Et elle avait une très bonne raison à dire vrai. "Tu sais, la plupart du temps, je suis sous couverture. Certes, je vois, parfois, certaines choses qui mériteraient d'être exploitées. Mais j'ai pas toujours franchement le temps de m'occuper de probables futures recrues. Parce que j'peux pas me permettre de griller une couverture." Il était vrai que sa vie était plutôt compliquée. Mais elle aimait ça. Elle préférait être sur le terrain à jouer un rôle plutôt que rester derrière un bureau. "J'dis pas que je ne me retrouverais jamais à ta place. Parce que j'suis sûre qu'un jour ou l'autre, j'aurais à faire cette démarche. Mais bon, j'crois que j'suis pas vraiment pressée à dire vrai." Du tout même. Parce qu'elle n'avait pas envie de se creuser la tête. Elle voulait une vie calme. Tout simpelement. Enfin, calme, fallait relativiser. Parce que ce qu'elle faisait, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus calme à dire vrai. Dans le sens où c'était un boulot très ... mouvementé, pour sûr.

Brèfle, il était temps pour les jeunes femmes de martyriser, à présent, les nouvelles recrues. Ni une, ni deux, elles étaient donc parties. Sabrina en tête, donnant le ton. Charly en arrière, histoire de booster les quelques recrues qui traîneraient. Au départ, bien évidemment, il n'y avait personne qui traînait. Mais après cinq minutes, ça commençait. Certains respiraient fort. D'autres étaient tout rouge, comme une tomate. A croire qu'ils n'avaient jamais couru de leur vie. "Allez, allez, on s'bouge ! Comment vous ferez pour rattraper un suspect qui cherche à vous glisser entre les pattes ?" Charly y mettait de l'entrain. Elle tentait de motiver les troupes qui semblaient en avoir marre un peu. "Pensez que chaque suspect qui vous glisse entre les pattes, c'est un suspect qui pourrait faire du mal à quelqu'un d'autre. Voire pire." Imaginez qu'ils tentaient d'attraper un terroriste. Et qu'au final, ledit terroriste leur glissait entre les doigts. Imaginez qu'il arrivait à commettre l'attentat qu'il voulait alors qu'on aurait pu l'en empêcher si ... Et bien, s'il s'était fait attrapé. C'était cette idée que Charly voulait leur mettre en tête. Parce qu'avec une telle image en tête, elle pouvait les motiver, d'une certaine manière, et ça ne leur ferait pas de mal. Du tout.

Au bout d'une quinzaine de minutes, au final, Sabrina avait ralenti la cadence. Elle s'était même arrêtée. Charly poussait les derniers courreurs. Ceux qui traînaient déjà depuis un petit moment. "Allez les p'tits. On est presque arrivés. Si vous trouvez qu'aujourd'hui, c'est dur, vous n'êtes pas au bout de vos peines !" lâcha-t-elle. Non, elle ne voulait pas leur foutre la mort. Enfin, pas totalement. Mais disokns qu'elle préférait que ceux qui n'avaient pas les tripes abandonnent. Parce que fallait avoir la tête sur les épaules. Parce que fallait être fort. Ne pas lâcher prise à n'importe quel moment. Certes, tout le monde pouvait avoir sa chance. Mais Charly partait du principe que ... Et bien, que ceux qui n'avaient pas leur place, valait mieux le détecter rapidement, plutôt que commencer à bosser avec eux, et se retrouver, ensuite, dans une relation complètement dingue. Travailler avec des gens pas fiables, c'est du suicide. Ou du moins, c'était ce que Charly avait toujours dit. Les derniers arrivants pointaient, finalement, le bout de leur nez et ils s'en étaient revenus à leur point de départ. Certains étaient carrément dépités. A moitié pliés parce qu'ils étaient essoufflés. Charly, elle, pétait la forme. Comme si elle ne venait pas de se taper une longue course. "Respirez doucement, calmement. Buvez un coup. Et évitez de rester sur place. Marchez un peu, gardez la tête haute. Et faites quelques étirements aussi." Certes, ils en avaient fait avant de partir, mais bon, en refaire maintenant qu'ils étaient arrivés, c'était une bonne idée aussi. Charly s'avança en direction de Sabrina. "On a eu quelques retardataires, mais ça aurait pu être pire." Dans le sens où le wagon aurait pu être encore plus large.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Dim 3 Nov - 10:58

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

Allez à la pêche aux petits nouveaux n'était pas une mince affaire, c'était pour tout avouer un acte qu'elle rechignait généralement à poser. La première fois qu'elle avait du tenter l’exercice s'était pourtant plutôt bien soldé vu que Charleen était ici à présent. Cependant, ce n'était pas pour autant qu'elle appréciait devoir faire ça. Surtout qu'au final, ce n'était pas du tout ce pourquoi on l'avait engagé. Il y avait des spécialistes, des recruteurs qui ne faisaient que ça de la journée, ils analysaient les dossiers, les comportements, fouillaient tout site possible et inimaginable avant de s'approcher de leurs « proie », elle, elle n'avait du le faire que parce que c'était elle qui avait vu les capacités de son amie et qui les avaient reporté à plus hauts gradés. Du coup, ils s'étaient sans doute dit, qu'elle n’avait cas terminer la démarche qu'elle avait commencé. Heureusement pour elle, ce n’était pas quelque chose qu'elle avait du répéter des dizaines de fois, elle préférait largement le terrain ou son ancien laboratoire plutôt que la conversation de persuasion avec une foule d’argument. Sabrina était plus du style à tirer d'abord et poser les questions ensuite, du coup ça ne pouvait que poser des problèmes. Bref, s'attardant dans ses souvenirs et dans les autres images qui surgissaient à nouveau dans son esprit, elle finit par s’intéresser au cas de sa vis-à-vis, lui demandant si elle avait déjà eu droit à ce petit exercice. Certes, depuis le temps qu'elles se connaissaient, elle aurait déjà pu le savoir mais le boulot encore et toujours, même si il faisait partie amplement de leur vie n'était pas un point sur lequel on voulait s'attarder dans une petite virée entre amies. La réponse ne tarda pas pour revenir négative. Ce qui avait plutôt l'air de lui convenir à l'écouter. Un sourire amusé naquit immédiatement sur son visage à cette constatation.

-Tu as raison, ne le sois pas, ça viendra bien assez vite comme ça. Surtout si par hasard un soir où tu te détends tranquillement, tu rencontres une demoiselle aux capacités prometteuses dans un bar, là peut-être que tu changeras d'avis.

Elle sourit bien volontiers vu qu'elle reprenait son cas là juste pour la taquiner un petit peu plus. Autant le faire avec elle, avant de pouvoir rediriger ses petites blagues à l'encontre des probies qui ne tardèrent pas à arriver. Quelques minutes d'introduction et ils étaient tous partis dans une course plutôt paisible au départ. Courir, un événement typique de leurs métiers parce que vous aviez une chance sur deux, si ce n'était plus, que le suspect qui vous filiez prenne ses jambes à son coup quand il sentira le danger. C'était d’ailleurs toujours profondément ennuyant de les voir partir en sprint, comme des dératés, et de savoir qu'il allait falloir les rattraper. Heureusement, on devenait très vite excellent à ce petit jeu, usant de tout subterfuge à sa portée. C'était donc dans ce but futur qu'il fallait les entraîner au footing. Si pour certains cela relevait de la promenade de santé comme pour Charly et quelques rares recrues, pour d'autres c'était juste de l’exercice forcé, comme pour elle, et enfin pour les derniers c'était la croix et la bannière. Lentement, la cadence avait monté, la dureté c'était fait sentir et le lâcher prise également. Si elle voyait la file s'étirer à l'infinie derrière elle, Charleen devait être envahie de retardataire à houspiller. Si cela pouvait la faire sourire, elle en resta pourtant concentrée sans se départir du rythme cadencé qu'elle imposait. Les respirations erratiques, les visages empourprés, la transpiration évidente était les signes du travail qu'ils imposaient à leur organisme. Le but était donc atteins et tant qu'ils ne s'arrêtaient pas et arrivaient au point de départ en courant, cela sera déjà un bon point. Même si les courbatures seront là demain. Après des minutes interminables pour certains, elle était revenue au point de départ, conseillant les premiers de se calmer en douceur, lançant quelques ordres. Même si la brune avait été dans le même état que les premiers à arriver, l'habitude faisait qu'elle avait très vite repris une respiration normale, les battements de son cœur cessant de jouer la chamade, au contraire des autres qui n'arrivaient pas à se reprendre. Ils y arriveront, pour les premiers c'était déjà un bon signe, les derniers allaient devoir démontrer deux fois plus leurs qualités dans les mois qui suivront. A moins qu'ils ne se révèlent extrêmement doué dans autre chose, après tout on avait tous des préférences et des facilitées. Pour l'agente de la Cia s'était les armes et pourquoi pas le corps-à-corps. C'était surtout son côté joueur et légèrement séducteur qui appréciait le plus ces techniques. Quoi de plus déprimant pour un homme, de plus blessant que de se faire mettre au tapis par une dame. Bref après quelques temps, elle vu arriver son amie en parfaitement forme avec les derniers retardataires qui étaient presque au bout de leur vie. Pour le coup Sab' s'attendait presque à les voir s'effondrer, dès qu'on leur dira qu'ils pouvaient s’asseoir.

-On aurait pu en perdre un ou deux sur le chemin ça c'est sur...Sinon ça va pas de gros problèmes à signaler ? ...Bien que j'ai l'impression qu'il y en a deux ou trois qui vont tombez là....Hum, à te voir si fraîche, j'aurais presque pu accélérer un peu...

Elle sourit pour rire, si elle l'aurait fait, on aurait sans doute eu des hypoglycémies ou des problèmes si on avait des asthmatiques dans l’assemblée. Effectivement, un petit groupe de trois ou quatre personnes, avaient cessé de marcher et s'étaient laissé tomber à terre, les mains sur les côtes, la respiration en feu. Son regard noisette se posait vers eux, pour s'assurer quand même qu'ils s'en remettre. Elle restait debout surveillant les élèves qui se remettaient peu à peu de l'activité précédente. Le pire ou le meilleur selon elle restait à venir. Elle allait adorer la suite à coup sur. Elle se tourna vers Charleen.

-On attend encore un peu qu'ils s'en remettent où on lance la suite directement ? Bien qu'on puisse déjà présenter quelques choses le temps que ces jeunes à la résistance encore faible s'y fassent. Tu ne crois pas ?

Quoi ? Elle le faisait exprès de le dire aussi clairement question qu'ils entendent ? Tout à fait, ils n'étaient pas là pour leur rendre la vie facile, ils le savaient. Plus tard pourtant tout s'arrangerait sans doute, une fois à statut plus ou moins égal, l’ancienneté en moins, la confiance devrait régner entre eux ainsi que l'entente auquel cas le risque de se faire tuer pourra être grand. On parlait évidemment du combat. Sauf qu'il fallait aller un peu plus loin, dans un espace plus défini, moins douloureux en cas de chute.

-Je t'avouerais que je préfère tout de même la suite à ce qu'on vient de faire.

Elle avait beau ne pas détester la course et apprécier d'en faire de temps en temps, rien ne battra jamais le sentiment de béatitude qu'elle avait après s’être défoulée de la sorte. Néanmoins ce dernier commentaire, elle l'avait formulé plus bas pour que seule Charly l'entente. Elle prit une nouvelle gorgée d'eau en attendant l'avis de son amie.

© .JENAA


Hj: Encore désolé pour cette longue attente :S

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mer 13 Nov - 18:22





Un bleu averti en vaut deux


Jusqu'à présent, Charleen n'avait jamais eu l'occasion de se retrouver à la place de Sabrina. Ou du moins, à la place du recruteur qui allait faire changer la vie de telle ou telle personne. Non pas qu'elle ne le voudrait pas. Mais Charly était souvent en déplacement. Et rarement sur Washington. Elle allait loin. La plupart du temps, elle prenait l'avion. Et s'envolait pour un autre continent. D'où le fait qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion de jouer les recruteuses. Le ferait-elle un de ses jours ? Peut-être bien. Ou peut-être pas. Elle ne savait pas trop si elle apprécierait de le faire. Parce que ça avait une sacrée influence sur la vie de l'autre. Et qui sait si la personne qu'elle recruterait ne lui en voudrait pas à mort, par la suite. Charly l'avait bien pris, elle. Mais tout le monde n'était pas comme elle. Et elle se doutait que d'autres ne réagiraient pas ainsi. C'était un choix. Sabrina la taquina quelque peu en lui disant que si ça se trouvait, ça serait le fruit du hasard. Un peu comme leur rencontre. "Une demoiselle ou bien un mec." ajouta-t-elle dans un sourire. "J'ouvrirais l'oeil, sait-on jamais ce qui pourrait se passer. Comme tu le dis si bien, il est possible que je n'ai pas à lever le petit doigt. Ou presque pas. Et peut-être que celui ou celle qui doit nous rejoindre ... viendra à moi tout simplement." Charly verrait à ce moment là. Mais elle doutait que ça arrive. Du moins, pas de sitôt. Ca lui arrivait de traîner dans les bars, les discothèques, ou tout autre endroit de ce genre. Mais quand elle le faisait, c'était parce qu'elle avait une mission à réaliser. Ou qu'elle était sous couverture. Et de ce fait, elle était bien plus concentrée sur ce qu'elle devait faire, que sur les personnes qui pouvaient l'entourer. Mais bon, passons.

Parce qu'il était temps de courir. Courir pendant un petit moment. Courir et se dépenser. Courir et voir ce que les recrues avaient dans le ventre. Certains allaient vouloir abandonner. Certains s'en porteraient bien. Certains arriveraient au bout, sans aucun encombre. Mais cela ne serait pas le cas de la majorité. Comment ? Pourquoi ? Disons que Charly se doutait que ça serait difficile pour certains d'entre eux. Ils ne devaient pas s'attendre à devoir courir. Mais la course faisait partie intégrante de leur vie d'agent. Sans la course, comment comptaient-ils attraper des criminels ? Des meurtriers ? Des terroristes ? Et d'autres personnes de ce genre ? Hein ? Comment le pourraient-ils ? Voilà pourquoi ils devaient s'entraîner. Et ce rapidement. Voilà pourquoi l'entraînement commencer, aujourd'hui, par une course. C'était peut-être violent. Mais ce boulot, c'était pas pour les faibles. Et ils devaient s'habituer, dès aujourd'hui. Peut-être que ... Et bien, peut-être que ça allait en décourager plus d'un. Certains décideraient peut-être de prendre leurs affaires et rebrousseraient chemin à ce moment là. Mais c'était ainsi. Et mieux valait-il qu'ils s'arrêtent tant qu'il était temps, n'est-il pas ?

Course terminée, les jeunes recrues marchaient lentement. Ou du moins, certaines faisaient encore du sur place et écoutaient les conseils que les deux jeunes femmes pouvaient leur donner. Enfin, ce n'était pas du cas de tout le monde. Parce que certains s'étaient littéralement arrêtés dans leurs mouvements. Ils s'étaient carrément assis, à même le sol. A croire qu'ils ne pouvaient plus tenir debout sur leurs deux jambes. Ce qui amusait quelque peu Charly, d'une certaine manière. Voir ses mines tristes. Dépitées. A bout de souffle. Ce n'était pas ça qui l'amusait. Mais plutôt le fait qu'ils avaient l'air d'être si crevés alors que ce n'était là que le début. Charly eut un sourire tandis qu'elle prenait une bouteille d'eau et qu'elle but une gorgée. "Tu aurais pu. Effectivement. Mais je crois qu'on en aurait perdu quelques uns en route. Ou il aurait fallu que je botte de nombreuses fesses pour les ramener jusqu'ici." avait-elle dit dans un hochement de la tête. Elle but un peu d'eau, à nouveau. "J'ai l'habitude des courses soutenues. Mais eux non. N'allons pas les dégoûter dès le premier jour. Ca serait dommage qu'ils songent déjà à nous quitter alors qu'ils n'ont pas eu un grand aperçu de ce qu'on peut leur réserver." Parce que Charly comptait bien leur faire voir tout le programme. Avant d'accepter d'éventuelles réditions.

Tandis que les deux jeunes brunes discutaient, cela ne les empêchait pas de jeter un regard, de temps à autre, sur les nouvelles recrues. Charly jugeait leur comportement. Elle essayait de voir si y'avait des pleurnichards, dans le lot, si des personnes étaient déjà prêtes à abandonner ou non. Sabrina avait envie de passer à la suite des évènements. A son regard, Charly voyait très bien que son amie n'avait qu'une envie : de botter quelques fesses. Elle regarda sa montre. Ca ne faisait que guère de temps qu'elles avaient stoppé la course. A peine sept minutes. "On va encore attendre trois minutes. Le temps de les laisser récupérer un peu. J'aimerais pas qu'ils claquent tout de suite." Charly regardait les petits bleus. Tour à tour. Certains semblaient vraiment être au bout du rouleau. "Je doute que tous supportent la prochaine étape. Regarde-les. Certains sont carrément sur les rotules." Elle secoua quelque peu la tête. "Tu prévoies quoi ? Les faire combattre les uns contre les autres pour voir de quoi ils sont capables ?"


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 21 Déc - 10:34

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

Une chose était sûr, c'était que nous n'étions pas payées à ne rien faire. C'était pourquoi, la situation glissa de la conversation basique au sport intensif, au grand dam de certain. Les nouvelles recrues de l'agence étaient arrivés sur place et on ne pouvait pas se permettre de les oublier si rapidement, c'était pourquoi on s'était lancé dans les premiers exercices, le plus important peut-être : la course. Plaisir où désenchantement, cela allait varier en fonction de la personne. Pour elle, cela dépendait des occasions et de son humeur comme pour beaucoup d'autres choses. Mais ils avaient choisis la voie des agents de terrains, de ceux qui seront en avant-plan, plongé jusqu'au coup dans le danger. On ne pouvait pas se permettre d'avoir des incapables, d'avoir des personnes hésitantes ou qui risquaient de flancher au premier problème qui se poserait devant eux. Il fallait des battants, des courageux, des gens ingénieux mais tenaces. L’exercice physique n'était là que pour les aider, que pour les entraîner. Cela n'était pas facile directement comme le prouvait la disparité entre les probies, pour certain c'était la première fois, pour d'autres une habitude qu'ils avaient déjà prise. Elles ignoraient d’où ils venaient, ce qu'ils avaient fait par le passé, leur vie tout simplement. Elle était là pour les remettre à niveau, que tout le monde soient sur le même pied d'égalité. Heureusement pour eux, il ne fallait pas en faire trop pour un premier jour, il ne fallait pas directement leur couper l'herbe sous le pied. Revenue au point de départ, Sabrina les observait tout simplement.

Entre les gens qui s'en remettaient plutôt bien, qui parlait et rigolait déjà, il y avait aussi ceux qui étaient à bout de souffle, ceux qui étaient presque au bout de leur vie, à souffler avec difficulté, à se tenir les cotes comme si elle voulait sortir de leurs thorax. Tout en les balayant du regard pour vérifier qu'il n'y avait aucun malaise, elle avait repris sa conversation avec son amie. Charleen, elle, se portait comme un charme, on aurait dit qu'elle venait seulement de débarquer sur le terrain et qu'elle n’avait jamais couru, ce qui la faisait sourire bien volontiers et mine de rien l'enviait un petit peu.  Ces répliques avaient par contre le même ton nonchalant que les siennes. Des petites piques sous le couvert de banale observation. Mais elle n'avait pas tord, il ne fallait pas qu'après ce premier cours, tous les nouveaux courent vers la sortie comme si leur vie en dépendait. Eh en même temps, ils valaient mieux qu'ils réalisent rapidement si ce job n'était pas fait pour eux. Enfin, il ne fallait pas dramatiser, ce n'était qu'une toute petite part de leurs apprentissages, il y aurait le tir, la stratégie, l'art de se fondre dans le décor, de devenir quelqu'un d'autres, l’espionnage, l'art d’être discret. Ils pouvaient bien avoir une lacune ou l'autre dans un domaine tant que c'était compensé. Peut-être devrait-elle leur dire cela avant qu'ils ne partent ? Cela donnerait un peu d’espoir à certain. Parce qu'elle était sûre que leur patron n'apprécierait pas si elles les avaient fait tous fuir. Non pas que son avis l’importait vraiment pour Sab' mais tant cas faire, si on pouvait éviter de se faire passer un savon, ça lui évitera de faire de l'insubordination. Bref, elle acquiesça.


-Tu as raison. Cela serait bien dommage qu'il nous quitte si vite, surtout quand le plus amusant reste à venir.

Le plus amusant pour qui ? A tous les coups, pour elle ! Comme elles l'avaient prévue au départ, elles avaient commencé par une petite course, puis il passerait au corps-à-corps. C'était moins souvent utile que le premier point, certes, mais tout aussi efficace. Si ce n'était même plus, parce qu'on ne s’attendait pas forcément à voir les gens se défendre de la sorte mais plus en sortant une arme. Tellement classique. Du coup, il était vrai que Sab' avait retrouvé toute sa motivation et balayée ainsi les derniers signes résiduels de sa course, comme la rougeur de ses joues. Elle était à nouveau plus que prête et attendait impatiemment de pouvoir enchaîner sur le programme de la journée.  Même si une part d'elle savait que c'était encore un peu rapide. Il venait à peine de terminer l’exercice précédant et les derniers arrivés ne s'en étaient toujours pas remis, comme le prouvait leur position. Évidemment, Charly fut la plus sage, confirmant ce qu'elle voyait : encore un peu tôt. Elle porta son regard vers eux, d'un air songeur, jaugeant les hommes et les femmes qui tournaient de temps en temps leur regard vers eux. Il y avait des jeunes, des plus âgées, de tout. L'idée était bonne, mais elle ne pensait pas faire ça directement. Certains d’entre eux n'avaient peut-être jamais fait de la lutte ou un quelconque sort de défense ou d’attaque dans leur enfance. On ne pouvait pas non plus les laisser commencer de la sorte et se faire mal pour rien. Bien sûr le corps-à-corps n'avait pas pour but d’être gentil, mais il faudrait d'abord leur apprendre les bases, les coups et les prises avant de pouvoir vraiment les jauger. Elle fit un signe négatif de la tête avant de s'adosser à un petit mur derrière elle, elle tourna son regard noisette vers sa vis-à-vis.

-Non, je ne pense pas qu'on puisse commencer par là. Tout d'abord, parce que certains ne seront pas en état de se battre comme tu le dis si bien. Eh deuxièmement parce que tous ne savent sûrement pas comment faire. Je crois qu'on pourrait commencer par leur montrer un exemple ? ...Se battre avec son amie, n'était pas son plus grand but, mais c'était le meilleur choix pour leur montrer ce à quoi ils devraient arriver plus tard...Puis on les fera se mettre par équipes et on apprendra les bases des coups et des prises ? A la limite on peut demander d'abord si il y en a qui ont de l'expérience et les mettre ensemble, pour aller un peu plus vite avec ceux-là ?

Ce n'était que des idées mais c'était le plus probable. Vous allez pas mettre un ceinture noir de karaté avec une gamine de 18 ans qui n'avait jamais fait d'arts martiaux. C'était du suicide pour elle. Et ils vaudraient mieux aussi les apprendre à tomber correctement plutôt qu'avec lourdeur sur le sol. Elle se redressa soudain avant de poser sa bouteille d'eau sur un des murs, ils auront l'occasion de revenir par ici après de toute façon. Elle porta son regard vers les futures agents, avant de s'approcher d'un petit groupe. Elle posa sa main sur l'épaule d'une jeune fille qui la regarda avec un air surpris et un rien inquiet.

-Allez relevez-vous, on va rentrer à l'intérieur.... Elle lui fit un léger sourire avant de s'avancer un peu plus et de reprendre d'une voix plus forte...Bien avant de passer à la suite des événements, je vais vous demander de changer de lieu. On va dans la salle que vous avez du croiser, elle se trouve en face des vestiaires.

D'accord, d'accord, ils pouvaient déjà s'y installer, s'y asseoir en attendant de vraiment commencer le vif du sujet ? Non ? Elle vit les premiers s'y diriger et elle reporta un regard vers ceux assis qui visiblement se relevait avec dureté. Ah eux, demain, auront certainement mal un peu partout. Les courbatures pendant les premiers jours étaient vos meilleurs comme vos pires ennemies. Elle se tourna vers Charly.

-Ils pourront s’assoir là-bas pendant qu'on explique.

Dit-elle, comme si elle voulait se justifier de les emmener avant les trois minutes réglementaires qu'elle avait préconisé. Un léger sourire, et elle entama le mouvement vers l'intérieur.

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mar 31 Déc - 6:41





Un bleu averti en vaut deux



Fraîche comme une rose. Ou presque. Charly avait la course dans le sang. Enfin, façon de parler. Mais il était vrai que ... Et bien, qu'elle courait assez régulièrement. Parfois très longtemps. Et parfois, juste quelques minutes mais elle se donnait à fond. Elle aurait, sans aucun doute, pu courir un marathon. Elle n'aurait peut-être pas terminé première parce qu'il y avait, sans aucun doute, des personnes autant capables qu'elle et qui pourraient courir sans être essoufflées, ou presque. Mais il était clair que la brune ne donnait pas sa part au chien et qu'elle était plutôt ... douée dans ce domaine. Et tant mieux d'ailleurs. Parce que ça lui servait bien dans ce boulot. Il était vrai qu'elle ne passait pas ses journées à courir après les criminels, du fait qu'elle était le plus souvent sous couverture. Mais ça pouvait arriver qu'elle ait besoin de fuir. Pour une raison ou pour une autre. Principalement pour éviter que sa couverture ne tombe. Mais passons.

Et revenons-en plutôt à ce qui nous intéresse. Tandis qu'elle discutait avec Sabrina, Charleen observait les jeunes recrues. Elle les jaugeait. Elle essayait de voir qui étaient les plus fortes. Et les plus faibles. Elle eut un sourire amusé tandis qu'elle prenait la bouteille d'eau pour boire un peu d'eau à nouveau. C'était pas parce qu'elle n'était pas vraiment essoufflée qu'elle n'avait pas soif pour autant. Elle passa une main dans sa nuque et tourna la tête vers la droite, puis vers la gauche. "Oh, je doute qu'ils nous quittent si rapidement. Enfin, je l'espère." dit-elle dans un hochement de la tête. "Enfin, ça serait dommage. Surtout pour eux. Parce qu'ils se seraient emmerdés à remplir les formulaires et tout ça pour rien." Une perte de temps. Et Charleen doutait que les jeunes recrues apprécient de perdre leur temps en faisant de la paperasse pour rien. Pour sûr. "On va croire en eux. Du moins, pour le moment. On verra bien ce que ça donne quand ils auront terminé tous les tests d'aptitudes." Parce que pour le moment, oui, en quelque sorte, elles étaient en train de les tester. Pour voir s'ils étaient capables ... Et bien, pour voir s'ils étaient capables de tenir la route ou s'ils allaient s'effondrer à la moindre petite difficulté. Bosser avec des gens pas fiables, c'était du suicide. Et à dire vrai, ça l'énerverait d'avoir, un de ses jours, une de ces jeunes recrues comme partenaire. Une recrue qui ne serait pas fiable, qui ferait des bêtises, et qui risquerait de les faire tuer tous les deux. Voilà pourquoi Charly préférait prendre ses précautions. Et les tester. C'était mieux ainsi.

D'ici à quelques minutes, elles passeraient à quelque chose de plus sérieux. Façon de parler. L'heure du combat avait sonné. Ils allaient en venir aux mains. Seulement, Sabrina émettait quelques réserves. Elle ne voulait pas les lancer les uns contre les autres sans leur avoir donné un exemple. Elle eut un sourire. "Bien évidemment, on ne peut pas les lancer les uns contre les autres. Il va falloir qu'on s'y mette, nous aussi." Elle était bien d'accord avec Sabrina sur ce sujet. Se battre contre son amie ? Et bien, comme c'était pour le boulot, ça ne la dérangeait pas. Mais elle se donnerait à fond, comme toujours. "Très bonne idée. On fera deux groupes. Ceux qui ont quelques connaissances sur le self-défense. Et ceux qui n'y connaissent rien du tout. Tu préfères t'occuper de quel groupe ? Je te laisse le choix." Nul doute que Sabrina allait choisir le groupe de ceux qui savaient plus ou moins de défendre et qu'elle se donnerait un malin plaisir à leur botter quelque peu les fesses. Sabrina était comme ça. Et elle lui laissait volontiers le droit de s'amuser avec eux. Enfin, bien évidemment, si Sabrina préférait se concentrer sur les plus faibles, Charly lui accorderait aussi ce droit. La balle était dans le camp de la brune la plus âgée.

En tout cas, à présent, il était temps de passer à autre chose. D'ailleurs, Sabrina prenait les devants et elle s'approchait des futures recrues pour leur expliquer la suite du programme. Sans plus attendre, certains se dirigèrent directement vers l'intérieur du bâtiment. Histoire de rejoindre, bien évidemment, les gradins et tout cela. Ils seraient bien en attendant la suite des hostilités. Charleen fut dans les dernières à rentrer dans le bâtiment. Peut-être parce qu'elle voulait être certaine que y'aurait pas des petits malins qui allaient se tirer en douce. Ils n'avaient encore rien vu de quoi elles étaient capables, pour sûr. "Ce qui serait mieux, c'est de les laisser debout pendant qu'on explique." Serait-elle un poil plus cruelle que sa collègue ? Oui et non. "C'est pour leur bien après tout. Hein, plus vite ils comprendront que c'est pas une partie de plaisir, et qu'il faut pas rigoler avec ce boulot." C'était pas un taff pour les faibles. Quoi que ... les plus faibles pouvaient aussi être bien derrière un bureau, comme analyste, ou des choses dans le genre. "En fait, on gardera ceux qui sont les plus déterminés." Ceux qui allaient s'accrocher pour réussir. Et tant mieux à dire vrai. Ni une, ni deux, voilà donc les deux jeunes femmes à la suite des recrues et à rentrer dans le bâtiment. Avant que Charly n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, ils étaient tous assis. Ou presque. Y'en avait encore certains debout. Mais ils étaient pas nombreux. "J'te laisse le loisir de leur expliquer comment on va les manger maintenant."  


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Ven 10 Jan - 18:55

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

L'un des seuls avantages qu'apporterait cette journée, outre le faite de s'être passablement bien amusé sur les dos de quelques futurs collègues, était de pouvoir voir, de pouvoir essayer de sentir, ceux qui auront les qualités principales pour s'accrocher. Pour aller plus loin dans ce job. Pour ça il fallait principalement de la ténacité. Cet acharnement, cette lutte parfois à la limite de la bienséance, pour arriver à avoir ce qu'on veut vraiment. C'était tenir bon même dans la pire des galères, cela leur serait précieux pendant toute leur carrière et dans un sens, elle commençait dès à présent. Charly & Sabrina étaient occupée de les tester, les poussant dans leurs retranchements dès la première journée d’entraînement, même si il fallait veiller à ne pas en abuser. Si elle avait tout du chat qui s'amusait avec la souris avant de la manger, son amie n'était pas en reste. Le cynisme pragmatique qu'elle utilisa pour lui répondre lui arracha un sourire, alors que ses iris pétillaient de malice. Si même celle qui devait mimer le semblant de sagesse, oublions l'ancienneté sur ce point, se laissait aller à cet état grisant de revanche, les pauvres aspirants risquaient fort d'en baver plus que nécessaire. Ce n'était pourtant pas peu dire. Le sourire amusé se dessinait sur ses lèvres alors qu'elle regardait la marée humaine devant elle. Elle n'avait pourtant pas tort, si ils s'étaient démenés à faire toutes des démarches, à accepter tous les visites médicales et on en passait des meilleurs, ce n'était pas pour ce dire que ce n'était pas pour eux. Ils s'étaient sans doute renseigné, ils devaient savoir à quoi s'attendre. Elle sourit de plus belle à la suite avant d’acquiescer dans une moue du visage très caractéristique chez elle.

Qui vivra verra n'est-ce pas ? Ne mettons pas la charrue avant les beurs et ne les jugeons pas sur une course, c'était sans doute bien trop maigre comme aperçu de leur capacité. Enfin, elle demandait à voir. Parce que après tous, ceux qui leurs faisaient face, seront également ceux et celles qui allaient dans un avenir plus ou moins proche être envoyé en mission undercover et peut-être parfois avec eux. Elle n'était plus si pressée de voir les choses d'un coup. Elle était mieux seule de toute façon. Enfin, elle chassa très vite ses pensées parasites pour se concentrer sur l’événement prochain qui lui redonnait tout le peps nécessaire. Même si cette idée la faisait trépigner d’impatience mentalement parlant, elle prouva pourtant n’être pas dénué de réflexion et de savoir vivre. Cela en voulant éviter à tout prix la casse en séparant les plus douées de ceux qui n'auraient pas cette chance. Elle sembla d'accord pour la démonstration et un sourire cette fois clairement joueur et provocateur s'étira sur les lèvres de la brune. Avoir le dessus était une sale habitude qu'on lui donnait bien volontiers et il n'était pas rare qu'elle s'en amuse. Enfin cela ne serait que pour la provoquer, que pour le jeu, mais elle savait que Charly le pendrait sérieusement et que elle comptait bien le faire aussi. L'avait-elle seulement déjà vu au corps-à-corps ? Elle n'en avait pas souvenir, eh bien cela serait une première.


-Je promets de ne pas trop t'amocher.

Cela pourrait être vexant mais son sourire qui s’agrandit, alors que son visage se tournait vers le sien en prouvait tout le contraire. Simple provocation, pour une joueuse qui essaye toujours de tous retourner à son avantage, c'était un peu trop tentant que pour s'en empêcher de le dire. Enfin bref, elle se concentra bien vite pour revenir sur le point principal, leur apprendre à se défendre. D'abord et surtout, il faudrait qu’ils sachent retomber en douceur, il faudrait savoir encaisser les coups pour apprendre à mieux les donner. A viser. Bien que rien ne sera jamais aussi réel qu'avec un vrai adversaire. La plupart de vos collègues avaient peur de vous faire mal, de vous blesser, de ne pas assez tempérer leurs coups, tandis que l'homme ou la femme qui voudra votre mort n'aura pas autant de scrupule...  Non elle rêvait hein, elle lui laissait vraiment le choix de quel groupe s'occuper ? Hum et bien comme elle lui avait laissé l’honneur de botter les fesses des retardataires à la course, même si c'était après tout plus son domaine que le sien. Elle allait faire l'inverse et le prendre cette fois-ci, bien qu'il faudrait d'abord voir le nombre de ces personnes. Question que cela reste quand même équitable, même si rien ne l'empêcherait d'aider en fonction ou d'éviter les grosses blessures.

-A ton avis ?...Je pense que je ne vais pas te surprendre et disant que je me ferais un plaisir de voir si les souvenir de leur cours sont encore si récent qu'ils ne le pensent. Généralement, c'est là qu'on se trompe lourdement.

Mu par ce nouvel attrait, elle s'était finalement redressée, ne tenant plus compte du délai nécessaire à leurs récupérations pour leur demander de bien vouloir se déplacer vers la suite. Chose qu'ils commençait déjà à faire. Bon, finalement, elle pouvait quand même leur trouver un point positif à tous ces jeunes, c'était qu'ils ne bronchaient pas encore à ses ordres. Ce n'était pas plus mal quand on savait qu'ils allaient en être littéralement bombardée dans les semaines à venir. Elle laissa faire la masse, regardant les plus peinées se relever avec difficultés, un poing toujours sur les côtés, cherchant vainement à retrouver ce souffle qu'ils avaient de toute évidence perdu. Passant une main sur son crâne, elle refit correctement la queue de cheval  avant de prendre la direction de la salle en question. L'élimination sélective était un bon principe, elle était plus que d'accord avec elle comme elle le confirma. A peine rentraient-elles dans la salle, qu'elle put voir la masse affalée sur les escaliers attendant de savoir à quelle sauce ils allaient être mangés. Un rire ironique faillit traverser ces lèvres, elle tourna son regard vers son amie.

-Hum, tu disais ?...On les laisse attendre debout...

La fin se termina en suspension, parce que force était de constater que les bancs étaient pris, plus une seule place libre de ce côté de la salle. Enfin, si elle voulait les faire se relever, elle lui laissait amplement ce loisir. Finalement, elle referma précautionneusement la porte. Un peu comme si elle voulait éviter que certain ne se précipitent vers la sortie pour s'échapper avant de revenir vers le centre. Il y avait quelques tapis quand même, des gros ceux qui restent au sol, bref, il y avait un peu de tout ici. Elle avança vers le petit groupe d'élèves ou de futurs agents tout en ne sachant pas du tout à l'avance ce qu'elle allait bien pouvoir leur dire. Franchement, elle n'avait pas l'habitude de gérer autant de monde que cela. On avisera. Un, deux, et c'était parti, sa voix s'éleva dans la sorte de gymnase.

-Comme vous pouvez le constater, nous avons sensiblement changé de décors. Et croyez bien que ces bancs ne vous seront bientôt plus d'une grande aide, alors profitez-en. Nous avions choisi de commencer par la course avant de vous exercer au deuxième point qui pourrait s'avérer capital plus tard : le corps-à-corps. Peu importe votre technique, vos bases, il faut que vous soyez capable de vous défendre et de maîtriser n'importe quel adversaire. Eh c'est exactement ce qu'on va essayer de vous apprendre. Avant de vous répartir en différents groupes et de commencer l’exercice, nous nous sommes dit qu'un exemple du niveau auquel vous devrez arriver plus tard, serait sans doute le bienvenue?!

Enfaîte c'était littéralement une question qu'elle leur envoyait, elle attendait simplement la réponse et pourtant son regard noisette se posait sur chacun d'entre eux, plongeant son regard dans le leurs, leur faisait comprendre que tout sourire ou réplique déplacées ne sera pas apprécié. Si un fou osait, il n'allait pas comprendre ce qui lui arrivait. Elle posa pourtant son regard sur Charly pour savoir, si elle voulait ajouter quelque chose, si elle était tout simplement prête. Ou si elle voulait faire ça après les équipes, bref elle lui laissait un peu de marge de manœuvre.

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Jeu 16 Jan - 20:31





Un bleu averti en vaut deux


Les nouvelles recrues allaient manger chers, pour ainsi dire. Parce que Charleen ne comptait pas les laisser partir sans ... Et bien, déjà, sans avoir une petite idée de ce qu'ils valaient. La course, c'était qu'un avant-goût. Un aperçu de ce qui allait leur arriver dans les jours, les semaines qui allaient suivre. Parce que oui, ce n'était que le début. S'ils étaient là aujourd'hui, c'était bien pour savoir s'ils étaient faits pour ce boulot ou non. Et ceux qu'elle ne sentirait pas, et bien, elle n'hésiterait pas à écrire un petit mot dans leur dossier pour les bloquer. Il était vrai qu'on ne pouvait pas tout voir en un jour, en une fois. Mais ne dit-on pas que la première impression est la bonne ? Ceux qui voulaient se la jouer, se la pêter, c'était clairement pas la chose à faire. Du tout même. Les plus discrets avaient plus de chance de réussir. Les gros bras ? Ca ne voulait rien dire non plus. Dans le sens où quand bien même ils pouvaient avoir des muscles, c'était pas ça qui leur ferait avoir une appréciation positive ou bien négative. Charleen préférait avoir un collègue un peu maigrichon mais en qui elle aurait toute confiance qu'un gros bras complètement débile qui utiliserait ses muscles à la place de son cerveau. Pour sûr. Mais passons. Parce qu'elle n'était pas la seule à mener cet ... entraînement.

Charleen en vint à lui tirer la langue lorsque Sabrina en vint à lui dire qu'elle ne comptait pas trop l'amocher. "Que tu dis." Elle avait ce petit sourire narquois au coin des lèvres. Charleen ne comptait pas se laisser faire. Certes, c'était un entraînement. Et seulement une démonstration pour permettre à la bleuzaille de se faire une idée sur les combats qu'ils pourraient avoir à mener dans un avenir plus ou moins proche si ... Et bien, s'ils continuaient sur cette voie. "Ne crois pas que je vais te laisser faire sans rien faire." ajouta-t-elle en souriant. "Je sais bien que c'est juste un entraînement. Mais tu sais, dans le feu de l'action, généralement ... ça part vite." Ce qu'elle entendait par là ? Qu'il était possible que ça soit tout gentillet au début. Et qu'au fil des minutes qui allaient passer, ça pourrait devenir plus intense. Plus violent ? Oh, peut-être pas. Parce qu'elles ne chercheraient pas réellement à se blesser. Mais bon. Bonne joueuse, Charly lui laissait le choix de choisir le groupe qu'elle allait diriger. Elle connaissait déjà la réponse de Sabrina. Elle savait qu'elle allait se faire un malin plaisir à les maltraiter. Elle le savait. Elles ne bossaient pas souvent ensemble. Mais Charly la connaissait bien. Elles s'entendaient bien toutes les deux. Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elles avaient les mêmes idées, la même vision des choses. Mais le courant passait bien. "Tu sais, comme on le dit bien souvent, c'est comme le vélo ... Ca ne s'oublie pas. Une fois qu'ils seront dans le bain, j'suis sûre que ça leur reviendra bien vite." Charly n'était pas la femme la plus patiente au monde mais elle s'occuperait des bleus qui ne s'y connaissaient rien. Et leur ferait faire quelques petits exercices, sans doute, avant d'en venir à des choses plus sérieuses.

Sabrina et Charly avaient fini par les rejoindre dans la salle. Tous assis dans les gradins. Charly eut un léger hochement de la tête, faisant signe que non. Elle aurait préféré qu'ils soient debout. Mais ça leur aurait fatigué inutilement. Et ce n'était pas vraiment ce qu'elle cherchait à faire. Quoi que ... "Mouais ... On va les épargner pour le moment. Mais faut pas qu'ils croient que ça va être tout le temps comme ça." Charly n'était pas d'accord. Elle avait fait ses classes debout, si on peut dire ça comme ça. S'ils devenaient agent de terrain, ils seraient, la plupart du temps, debout. S'ils devenaient des rats de laboratoire, des laborantins quoi, là aussi ils seraient debout. Faudrait qu'ils s'habituent. S'avançant vers l'avant, Charly s'était mise à la hauteur de sa collègue qui en vint à se mettre à parler. Bizarrement, le brouhaha ambiant se stoppa et les nouvelles recrues se turent. Bien, c'était une bonne chose qu'ils aient du respect. Comme ça, au moins, ça leur éviterait de devoir gueuler comme du poisson pourri pour demander le silence. Sabrina leur avait fait son petit speech. Et elle l'avait même ponctué par une pseudo question. Ils se regardaient quelque peu, se demandant s'ils devaient répondre ou bien s'ils devaient se taire. "Vous l'aurez deviné, le corps à corps, c'est une grosse partie de votre future formation. Vous devrez être capable de vous tirer d'un mauvais pas tout seul. Parce que les renforts ne pourront pas toujours être là en temps et en heure. Et si vous n'êtes pas capables de vous défendre, c'est la mort assurée." Cherchait-elle à leur faire peur ? Non, on, pas du tout. Charly était juste ... Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elle se montrait prévenante avec eux. Néanmoins, c'était pour leur propre bien. "Envoyer un agent sur le terrain sans qu'il sache se défendre, c'est du suicide. Et l'agence n'aime pas perdre ses agents." Surtout s'ils étaient bons.

L'heure n'était plus vraiment à la parlotte. Et il était temps ... de passer à l'action. Du moins, si on pouvait dire cela comme ça. "Avant qu'on ne passe réellement à la démonstration ... Y'aurait-il éventuellement un ou une volontaire parmi vous qui aurait envie ... je sais pas ... De prendre un peu d'avance et de nous faire voir de quoi il ou elle est capable ?" Y'avait toujours des personnes ... qui se croyaient malignes et qui se portaient volontaires d'elle-même. D'ailleurs, il ne fallut pas très longtemps pour qu'un type se lève. Grand. Jeune. Joli garçon. Châtain clair. Un mètre ... soixante dix-sept à première vue. Et oui, estimer les tailles, ça faisait aussi parti de leur boulot. Il y avait tout un tas de choses qui étaient utiles. "Oh, on a un volontaire à ce que je vois." Un sportif. Musclé. Dans les quatre-vingt kilos à peu près. Que ça soit Charly ou Sabrina, face à lui, elles avaient l'air ... Je ne dirais pas fragiles mais ils n'avaient clairement pas le même gabarit. "Notez que monsieur est musclé. Et peut-être bien plus grand. Mais ça veut pas dire pour autant qu'il aura le dessus." Charly se pencha légèrement vers Sabrina. "Je présume que tu as envie de lui botter les fesses pour cet affront, non ?" lui murmura-t-elle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mar 21 Jan - 11:11

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

L'ambiance sérieuse, pratiquement studieuse qu'elles avaient volontairement fait planer sur ce début de cours, semblait se dissoudre peu à peu. Les minutes étaient passées depuis le dernier effort en date et maintenant qu'ils étaient arrêtés et que la plupart d'entre eux avaient récupéré, les conversations allaient bon train. Surtout que nos deux jeunes femmes n'étaient pas en reste. Pourquoi s'en priver ? Les moments où elles se rencontraient étaient trop rare que pour ne pas en profiter. Surtout quand cela voulait aussi dire de s'amuser au détriment des autres, un rien sadique sur les bords ? Hum peut-être. De plus, même si Sabrina pouvait discuter de quelque chose d’important, qui ne ferait pas rire les jeunes recrues de l'agence, elle ne pouvait pas s’empêcher de lancer des petites pics toutes gentilles à sa charmante collègue. Elle était faite comme ça et ce côté humoristique aidait généralement bien à faire passer les autres traits, moins gai, de sa personnalité. Voilà pourquoi, même si elle savait très bien que cela relevait de l'illusoire, elle n'avait pas pu s’empêcher de lui dire qu'elle ferait attention à ne pas lui faire mal dans le combat prochain. Oh, n'allez pas croire pour autant que la brune se prenait pour une experte en la matière, elle savait c'était vrai, passablement bien se défendre de cette manière, mais elle n'était pas dieu en personne, non plus. Elle ne se faisait pas d'illusion ! Elle voulait juste la faire sourire et la taquiner. Tentative que Charleen comprit directement même si sa réaction la fit partir dans un rire amusé. Elle lui tirait la langue telle une gamine pas contente de ce qu'on venait de lui dire. Ce qui devait être le cas, au moins un petit peu. En tout cas, sa réplique ne manqua pas de sel et elle sourit bien volontiers. Vu comme ça, elle le présentait comme un défi et elle aimait les relever mais surtout les gagner. Tout en restant dans les limites du raisonnable, elle savait très bien qu'elle n'avait rien à gagner comme rien à perdre, ni elle, ni son amie n'avait quelque chose à perdra là-dedans. Ce n'était pas une question de dignité ou d'ancienneté, juste un jeu de provocation. Elle tourna la tête dans sa direction, sa queue-de-cheval se balançant dans son dos. Le regard malicieux tourné vers elle, elle reprit la parole sur le même ton que sa vis-à-vis.

-Je n'en attendais pas moins de toi, tu sais ?... Parce que le contraire n'aurait pas été amusant.

Aucune menace voilée à chercher là-dessous. Allez décidant que d'en parler, c'était bien mais que de le réaliser était bien mieux, elle quitta rapidement sa position pour passer à la suite des événements. A la suite de cette première journée pour les petits probies. Elle fut coupée momentanément dans son élan, par Charleen qui lui demanda de quel groupe elle voudrait s'occuper par la suite. Son choix n'était une surprise pour personne, elle le jurerait, d'ailleurs il n’eut pas le moindre éclat étonné dans ses prunelles. Comme le vélo ? Oh eh bien elle voulait voir ça. Entre les cours de self défense donné dans une école par un maître en la matière, ou un entraînement intensif suivit depuis des années par un agent de la Cia, elle pensait bien que l'habitude et l'expérience feraient pencher la balance de son côté. Néanmoins qui sait, peut-être que l'un d'entre eux l'étonnera mais elle en doutait. Qui vivra verra. Pour toute réponse, Sab' lui offrit un sourire amusé et un regard qui en disait long. Elles se connaissaient depuis tellement longtemps que reprendre la parole n'était pas toujours nécessaire. C’était ce qui était bien entre elles, le feeling passait tout simplement. Elles se comprenaient à demi-mot, ce qui pourrait les révéler comme un duo très efficace dans une future mission. Mais bon , on ne choisissait généralement pas ou, ni avec qui on était envoyé. C'était l'agence qui se targuait de ces prérogatives. Elle chassa les pensées de sa tête pour se concentrer vers leur objectif : La salle de sport intérieur. En deux temps, trois mouvements, tout le monde y convergea. A peine, y mettaient-elles un pied, qu'elles purent constater que tout le monde était affalé sur les bancs, tels des moules sur leur rocher. Identiquement le contraire que ce que son amie voulait. Elle retient un sourire en la voyant, avant de se décider à aller annoncer la couleur. Elle n'aimait pas ces longues discussions, ni tout le blabla inutile, mais elle était bien obligée de le faire. Bref, elle trouva qu'elle ne s'en sortait pas trop mal pour le moment vu que tout le monde l'écoutait religieusement et que personne n'avait l'audace de répondre à la question. Le silence perdura jusqu'au moment où la seconde entraîneuse de la journée, vient à la rescousse pour les enfoncer un peu plus loin. Et c'était elle qui dramatisait après ? Elle lui jetait un coup d’œil oblique sans pour autant réagir, restant avec un flegme total, le regard rivé vers les jeunes et moins jeune devant eux.

-Tu aurais du être dramaturge, mais si tu continues comme ça tu vas les faire fuir, Charly.

Souffla-t-elle rapidement entre deux respirations de sa collègue. Sa voix ne s'était pas élevée, elle n'avait pas parlé assez fort pour qu'ils l'entendent, juste elle, vu qu'elle se trouvait à côté d'elle. Elle pouvait percevoir sans problème, la chaleur qui émanait de son corps et le frôlement de son épaule contre la sienne. La suite fut plus surprenante quand elle demanda d'abord un volontaire. Hum, cela pouvait être intéressant. C'était une manière comme une autre de voir si dans le groupe, il y avait vraiment des imbéciles ! Des personnes qui se croyaient intéressantes, plus douées que tous le monde, qui se croyait supérieur, en dehors de la masse. Le pire, c'était qu'il y en avait toujours au moins un. Une fois encore, la règle fut respectée parce qu’un homme avec une carrure qu'on qualifierait d'armoire à glace se releva derechef. Pauvre fou. Savait-il qu'il venait de commettre une grossière erreur d'appréciation ? Sûrement pas. Ça aussi, il faudrait que la Cia leur apprenne. Tempérer leurs ardeurs, savoir agir qu'au bon moment et ne pas se croire surpuissant. Oui il était grand, plutôt bien charpenté, plutôt mignon aussi. Un sourire un rien alarmant, pour tous ceux qui la connaissait du moins, s'étira dans le coin de ses lèvres. Charleen en semblait ravie et en prime, elle le lui servait sur un plateau d'argent. Que demander de plus ? Pour peu elle la serrait dans ses bras. Elle plongea son regard dans celui de son amie alors que l'homme descendait les gradins pour venir dans leur direction.

-Je me trouve trop prévisible dis comme ça. Avoue plutôt que tu veux me fatiguer pour espérer gagner ?

Elle lui fit un léger clin d’œil qui passa inaperçu avant de s'avancer de quelques pas vers le volontaire précédent. Sabrina n'était pas une femme très petite mais il était vrai qu'elle paraissait plutôt fine, élancée et pas très épaisse par rapport à lui. Oh, elle devait peser moins que lui mais là n'était pas le problème. Elle jouait depuis longtemps sur cette apparente faiblesse pour prouver leur erreur et se faire passer pour moins dangereuse qu'elle ne l'était.

-J'espère que vous n'avez pas peur de vous battre face à une femme?..Il eut un sourire amusé mais fit un non de la tête...Très bien, je vous propose dans ce cas de venir sur le centre du terrain.

Elle eut un mouvement de tête dans cette directement avant de jeter un regard à Charleen. Lentement, elle lui fit face. De prime abords,  l'agente avait tout de la brindille qu'on pouvait casser d'un souffle face à cet homme, qui pouvait prétendre au rôle de sorteur sans l'ombre d'un doute. Et pourtant, elle ne doutait de rien. Peu à peu, elle oubliait qu'elle était observée, elle oubliait ou elle était, tout ce qui était autour d'elle. Elle se concentrait sur une seule chose et c'était lui. A son plus grand malheur. En position défensive, elle attendit qu'il soit prêt. Commencer n'était jamais gai mais elle s’élança, ne lui laissant pas le temps de réfléchir. Les premiers coups n'étaient pas très ordonnés, ni vraiment perspicaces, elle essayait juste de voir sa rapidité, sa réactivité et son répondant. Sa force. Très vite, cela monta en puissance. Oui, cela se voyait qu'il savait se défendre mais cela ne changerait rien à l'issue fatidique qui l'attendait. Rapidement, elle avait le dessus, elle ne faisait durer que pour son propre plaisir de voir un ego maltraiter. Il réussit à la faire tomber et voulu la coincer mais d'un mouvement souple dont il ne serait jamais capable vu sa carrure, elle se faufila et se releva dans le même geste. Une dernière prise et le beau brun se retrouva allongé face contre terre, un bras dans le dos tordu dangereusement. Son genou dans ses omoplates et le reste de son poids contre lui pour l’empêcher de se débattre. Elle avait un peu plus chaud c'était vrai, sa respiration s'était accélérée mais sans plus. Elle se pencha vers son oreille en douceur.

-Bien essayé jeune homme...Mais je suis sur qu'on pourra arriver à quelque chose d’intéressant avec vous.

C'était autant ironique qu'un réel compliment à son égard. Parce que oui, c'était vrai. Il s'y croyait trop mais il y avait de bonne base tout de même. Elle se dégagea d'un geste, avant de tourner son regard vers les élèves. Certains sourire commençaient à naître. La solidarité vis-à-vis d'un collègue, ce n'était pas encore ça mais elle pouvait les comprendre.

-Comme vous le constatez, il faut toujours se méfier des apparences et surtout, croyez-moi, ne jamais sous-estimer le moindre adversaire, cela peux vous être fatal. ! Elle se retourna vers l'homme. Vous pouvez retourner à votre place, jeune homme. Puis s'approcha de Charleen. J'aurais pu faire pire...

Elle finit par remettre correctement son t-shirt. Elle laissait encore quelques secondes le loisir à son amie de diriger les troupes. De toute façon, elle doutait avoir un deuxième petit malin de ce genre après le résultat décevant du premier..

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Lun 27 Jan - 16:45





Un bleu averti en vaut deux



Charleen se mit à sourire. Elles ne se voyaient que peu souvent. Néanmoins, elles allaient se taper dessus. Enfin, ce n'était pas là, bien évidemment, ce qu'elle en retiendrait. Si elles étaient là, c'était pour les petits bleus. Les juger. Les jauger. Savoir de quoi ils étaient capables. S'ils étaient fiables. S'ils ne s'y croyaient pas trop. Tant de choses à vérifier ... Ca n'allait pas se faire en une fois. Ca allait prendre un peu de temps. Et un avis elles devraient émettre. Sur chacune des recrue. C'était sans doute ça le plus pénible. Charly n'aimait pas vraiment la paperasse. A dire vrai, elle détestait cela. Elle préférait... aller sur le terrain. Courir à droite, à gauche. Prendre des risques. Tirer dans tous les sens -même si à la base, elle n'utilisait que rarement son arme-. Enfin, tout ça pour dire qu'elle n'avait pas hâte d'arriver à cette partie, pour sûr. Mais passons, là n'était pas vraiment le sujet. "Ca serait bien si on évitait, néanmoins, les coups au visage. La semaine prochaine, j'suis en infiltration. Et j'ai pas envie de passer tout mon matin à mettre du fond de teint pour cacher tout ça." Et ne pas le cacher, ça ne rendrait pas crédible du tout son personnage. Enfin, le rôle qu'elle allait jouer. "Mais cela n'empêchera pas, néanmoins, de se donner à fond." Elle était comme ça Charly. Se donner à fond, c'était son quotidien. Et elle comptait bien faire une petite démonstration de ce qu'il fallait faire. Même si elle se doutait qu'avant d'en arriver là, il faudrait en passer par ce qu'il ne fallait pas faire.

Il était temps, à présent, de passer aux choses sérieuses. Bien évidemment, la brune avait jugé bon d'en rajouter un peu. Cherchait-elle à leur ficher la trouille ? Oui, peut-être bien un peu. Mais elle voulait aussi leur montrer que c'était du sérieux. Qu'ils n'étaient pas là pour ne rien foutre et qu'ils devaient être concentrés. Sans ça, ils pouvaient très bien remballés leurs affaires et repartir là d'où ils venaient. C'était peut-être cruel. Et pas sympathique de sa part. Mais c'était comme ça. Elle se contenta d'hausser les épaules. "Que veux-tu ? J'aurais peut-être pu faire une grande carrière d'actrice." Parce qu'après tout, elle était douée dans le domaine dans la comédie. Elle s'en sortait plutôt bien avec ses mensonges quand elle était sur le terrain. Et bien évidemment, elle espérait que ça continue de la sorte et que ça ne change jamais. Un jour ou l'autre, oui, elle arrêterait toute cette comédie. Et elle se contenterait de mener une vie normale. Loin des combats, loin des flingues, et loin des méchants. Seulement, elle savait aussi que ce n'était pas prêt d'arriver.

En tout cas, si l'heure était à la confrontation, néanmoins, ce n'était pas pour tout de suite qu'elles en viendraient à se taper dessus. Va trop savoir pourquoi, elle avait cherché un volontaire. Peut-être ... comme dit un peu plus tôt ... Pour faire en sorte de leur montrer les choses qu'il ne fallait pas faire. Un volontaire. Un fou osait les défier alors qu'il ne savait clairement pas de quoi elles pouvaient être capables. Charleen eut un petit sourire amusé. Est-ce que c'était parce qu'il y avait un volontaire ? Ou bien parce que Sabrina pensait que c'était pour l'épuiser un peu ? "Oh, voyons. Si c'était le cas, j'aurais espéré qu'il y aurait tout un tas de volontaires." Charly eut un léger haussement des épaules. "Et puis, à la base, t'es l'agente la plus expérimentée, non ?" Est-ce qu'elle voulait la mousser ? Peut-être bien, qui sait. En tout cas, Charleen avait reculé de quelques pas tandis qu'elle laissait place aux deux combattants. "Evitez de faire ça chez vous." répliqua Charly sur une pointe d'humour, ce qui en fit sourire quelques uns. Fallait bien détendre un peu l'atmosphère après tout, non ? "Non, plus sérieusement, ce qu'on va vous apprendre, c'est pour votre survie. Alors, observez bien." Et s'ils ne faisaient pas attention, s'ils étaient trop dissipés, s'ils se foutaient de ce qu'elles pouvaient leur dire, l'une comme l'autre n'allaient pas se gêner pour leur botter les fesses. Pour sûr.

En tout cas, le combat ne dura pas aussi longtemps que Charly aurait pu l'imaginer. Dommage. Il s'était un peu trop précipité, selon la brune. Il aurait du faire un peu plus preuve de patience. M'enfin, il pensait pouvoir la mettre à terre. Et au final, c'était lui qui s'était retrouvé à terre. Aussi rapidement qu'il ne le faut pour dire ouf. Oui, bon, elle exagérait peut-être un peu. Finalement, Sabrina en vint à le libérer. Est-ce qu'elle lui avait fait mal ? Sans doute que non. Mais il aurait pu ... Et bien, il aurait pu se retrouver avec un poignet ou bien un bras en moins. "Avec un peu plus de précision et d'observation, ça aurait pu être pas mal." Etreinte relâchée, le jeune homme s'en retourna s'asseoir parmi ses petits camarades. Il était un peu rouge. Sans doute qu'il n'avait pas apprécié de ... Et bien de se faire avoir de la sorte, mais bon. Charly passa une main dans ses cheveux afin de les réajuster et de se faire un chignon sur le haut de la tête. "Je me doute que vous n'êtes pas tous capables de ça. Et au départ, ça sera difficile pour voir. On va pas vous demander la lune non plus. On sait très bien que ça ne sera pas en un jour que vous en arriverez à ce niveau. Rome ne s'est pas construite en un jour comme on le dit bien souvent." Ils allaient devoir s'armer de patience. Ni plus. Ni moins. Charleen tourna la tête vers sa collègue, tout en lui faisant un signe de la tête. "Il est peut-être temps de leur faire voir ce qu'on attend d'eux, non ?" dit-elle en penchant la tête légèrement sur le côté, tout en la regardant. Oh, elle se doutait que Sabrina était prête. Elle venait de s'échauffer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 1 Fév - 14:40

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

Le rire, c'était cette capacité qu'usait l'être humain pour exprimer son amusement ou pour diminuer la tension qui leur nouait les épaules. C'était une sorte de soupape de sécurité, un rire redescendait tout ce qui nous tracassait, nous permettait de remettre tout cela à un niveau acceptable et gérable pour notre esprit. C'était ce qu'on appelait tout simplement le rire nerveux. Néanmoins, l'éclat cristallin qui s'échappa de ses lèvres n'avait rien à voir avec une quelconque anxiété à dissiper, bien au contraire, Sabrina n'était pas en état de crainte, elle était juste amusée. Elle ne s'attendait pas réellement à ce genre de commentaire de la part de Charleen mais cela avait fait mouche. Décidément, les deux jeunes femmes, ou du moins femmes peut-être plus si jeunes pour une d'entre elles, prouvaient une fois encore qu'elles s'entendaient très bien. La requête que lui fournissait son amie était drôle mais véridique. Cependant, elle n'avait aucune envie de la frapper ou de la passer littéralement à tabacs. Le but de l'exercice était juste de leur montrer à quel niveau d’excellent ils devraient essayer d'arriver dans les prochains mois, ce n'était pas une manière pour elle de régler ses comptes. Qu'elle n'avait pas, d'ailleurs. Elle hocha la tête comme pour lui signaler qu'elle était parfaitement d'accord avec cela. La seule réponse que la brune lui fournit fut un «  Ne t'inquiète pas avec ça, c'est juste une démonstration, je ne viserais pas le visage ». Non, amocher les suspects ne lui posaient aucun problème moral mais elle n'allait pas faire la même chose avec Charly. Soyons logique. Elle l'appréciait réellement.

Elle savait se donner à fond tout en gardant bien à l'esprit que ce n'était qu'une démonstration et que cela n'avait rien d'un enjeu de vie ou de mort. Elle savait ou étaient ses priorités. Et en parlant de celles-ci, il serait bon de ne pas laisser les petits nouveaux croire que c'était l'heure de la pause. Non, c'était l' heure de leur montrer un autre point important de leurs formations. Ce fut pourquoi tout ce petit monde convergea à l'intérieure malgré le temps clément à l'extérieur de l'agence. La brune avait commencé à faire son petit speech et à expliquer en gros ce qui allait se passer, mais elle n'avait pas pu s’empêcher d'ajouter un peu d'huile sur le feu quand Charly leur avait parlé. Un sourire revient une nouvelle fois sur son visage. Peut-être devrait-elle éviter de montrer trop de joie, ce n'était que pour le moment, le trois quarts du temps, elle restait parfaitement impassible et maître d’elle-même, comme de tous les éléments extérieurs. Le contrôle comme toujours. Mais néanmoins ce n'était pas faux. En tant qu'agent de la Cia, elles avaient été entraînée à mentir, à résister à pas mal de chose comme quelques tortures basiques, alors mentir c'était devenu une seconde nature, c'était comme respirer presque. C'était d'une facilitée déconcertante. Il suffisait de rentrer dans son rôle comme le faisaient les acteurs. Sauf que eux, ce n'était que pour une pièce, pour une distraction, les deux femmes pouvaient a fortiori avoir la vie de plusieurs centaines de personnes entre les mains. C'était donc un peu différent question responsabilité si on manquait une ligne à son texte. L’erreur n'était pas permise.


-Au moins on sait dans quelle branche on pourra se reconvertir quand l'heure de la retraite approchera ? Tu pourrais voyager avec Elijah, au moins ?

C'était peut-être un brin fou, mais réalisable. La retraite cela semblait tellement loin, tellement inatteignable. En étant ici, on avait presque plus de chance de se retrouver mort que d'atteindre ce temps révolu. Enfin, mieux valait ne pas y penser, elle ne comptait pas abandonner le navire de sitôt. Elle avait encore des choses à faire et à prouver, si ce n'était pas aux autres, cela serait au moins à elle-même. Heureusement, Sab' fut tiré de ses pensées par la proposition légèrement déroutante mais extrêmement intéressante de Charly. Un volontaire. Voir qui se prenait de haut. Il ne fallait pas longtemps pour qu'un homme plutôt solide et tout en muscle se lève pour venir à leur rencontre. Sans doute un de ces typiques macho qui pensait que les femmes ne pouvaient pas devenir leurs égales, ne peuvent pas être meilleurs qu'eux. C'était une lourde erreur, s'ouvrir à toutes les possibilités, ne jamais sous-estimer quiconque, voilà la leçon qu'il allait prendre de sa part. Sabrina le ferait avec une joie palpable. Bien qu'elle la tempéra en y allant encore à la taquinerie vers son amie, le temps que monsieur je me crois le plus fort, arrive à quelques pas de leurs positions stratégique.

-Depuis quand on la joue à l’ancienneté entre nous, Charly ? Même un tas de volontaire ne me feraient pas peur...Si ils ne viennent pas tous en même temps, bien sur.

Oui il fallait quand même faire cette légère, mais très importante, précision. Affronter plusieurs novices en la matière de défense ne la dérangeait pas mais il y avait toujours un moment ou la masse l'emporterait sur l'expérience. Si ils étaient plusieurs contre elle, leur nombre leur donnerait l'avantage mais un seul problème à la fois. Commençons par un combat singulier avant de penser aux autres éventualités plus nocives pour la santé. Une dernière mise au point avec notre futur perdant et ils se mettaient en place au centre de la pièce. Elle put entendre ce que dit Charly et elle plongea quelques secondes son regard dans le sien. Cela voulait tout dire. Puis très vite, l'agente de la Cia se concentra sur ce qu'elle avait à faire : Lui donner la monnaie de sa pièce. Autant dire que le proverbe ne fut jamais aussi réelle pour lui. Il avait voulu jouer, il avait voulu essayer de se hisser au sommet mais tout ce qu'il avait gagné, c'était une défaite plutôt rapide et certainement amère pour un homme comme lui. C'était presque ce qu'elle aimait faire le plus dans son métier. Le combat n'avait pas duré longtemps même si elle l'avait laissé perdurer plus que nécessaire pour le maîtriser. Ce n'était pas le meilleur de sa vie, ni le plus productif qu'elle pouvait avoir eu, ce n'était pas un bon exemple pour eux mais cela leur montrait la leçon comme elle l'expliqua juste après et que Charleen précisa à son tour. Libérant le jeune homme, elle revenu parfaitement calmement à sa position d'avant, près de sa collègue d'apprentissage.

-A la fin de votre entraînement, vous en serez capable, plus ou moins bien. Après, il n'y aura que l'expérience et les années de terrain qui vous apprendront le reste. Alors comme l'a dit l'agent Siobhan tout à l'heure,  essayer d'observer et de retenir les techniques. Parce que après cela sera à vous.

A ces mots, elle était prête à jurer qu'elle n'attendait que cela. Elle hocha la tête d'un mouvement assuré avant de se reculer à nouveau, remettant un peu de distance entre elles. Autant aller au centre de la pièce parce qu'elle avait le sentiment que cela risquait d'être plus explosif, d'être plus compliquée, voir beaucoup plus et que ça risquait de bouger en conséquence. Elle n'avait pas vraiment suivi ses entraînements, n'avait que quelques bribes sur ses missions, elle n'avait jamais combattu Charleen, cela serait une première, leur première. Elles n'avaient cependant rien à prouver mais toutes les deux voudront à coup sur gagner. Qui vivra verra. Elle fit un léger geste de la main comme pour l'inviter à commencer. Les dés étaient lancés, aléa jacta est. Sab' était moins tenté de débuter, c'était plus risquée, elles connaissaient les mêmes méthodes, les mêmes techniques, les mêmes bases. Elle arrêta de réfléchir au bout d'un moment et se lança dans le combat. On oubliait une nouvelle fois le reste. Le seul but était de la remettre à terre ou la coincer, sans lui faire mal, elle n'oubliait pas qu'elle n'était pas l'ennemie. Bizarrement, elle avait l'impression que cette fois, elles auraient l'attention de tout le groupe.

© .JENAA


Hj: Je n'ai pas décris le combat, à toi de voir si tu veux gagner ou perdre ou que cela traine trop en longueur pour avoir une décision xd

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Ven 7 Fév - 17:14





Un bleu averti en vaut deux



Charleen secoua la tête. Devenir actrice ? Elle ? Non, hors de question. Certes, ça lui permettrait de voyager autant qu'elle le voulait, sans pour autant que ça n'en devienne suspect. Néanmoins, en vieillissant, elle n'était pas certaine de ... Et bien ... qu'elle aimerait poursuivre les voyages de la sorte. En vieillissant, au contraire, on préfrère poser ses bagages. Et vivre sa vie. Avec l'homme qu'on pouvait aimer. Quand bien même Charly aimait Elijah, elle n'était pas certaine, encore, qu'ils puissent terminer leur vie ensemble. Oui ils s'entendaient bien. Que ça soit au niveau caractère. Ou bien au niveau sexuel. Seulement, ils n'étaient pas tout le temps ensemble. La plupart du temps, il était loin, à l'étranger. Non pas qu'elle le lui reprochait. Seulement, et bien ... Et bien, disons qu'ils ne savaient pas s'ils s'entendraient toujours aussi bien une fois qu'ils seraient tout le temps emsemble. Qui sait s'ils n'en viendraient pas à se taper dessus ou bien s'ils n'allaient pas tout le temps se disputer. Bien évidemment, elle espérait que rien ne change le jour où ils seraient à nouveau ensemble. Mais elle ne pouvait pas en être certaine pour autant. "On n'en est pas encore là lui et moi." dit-elle en secouant quelque peu la tête. "Déjà, faudrait qu'on puisse se voir un peu plus souvent. Et c'est pas gagné d'avance à dire vrai." Du tout même. "J'dis pas que ça n'arrivera jamais. On finira sans doute par être sur le même continent à un moment ou à un autre. Mais pour combien de temps." Et surtout, quand ? Là était toute la question à dire vrai. Et puis, qui sait, aussi, si elle y arriverait jusqu'à l'âge de la retraite. Si ça se trouvait, son temps était compté. Si ça se trouvait, à la fin de la semaine, à la fin du mois, ou à la fin de l'année, y'aurait peut-être plus de Charly. Oui, bon, c'était une vision ultra pessimiste mais bon. Ca pouvait arriver aussi.

Un volontaire se désigna. Un fou, oui. Oser penser qu'il allait mettre la pâtée à un agent de la CIA ... Un truc complètement dingue. Il aurait de la chance, une sacrée chance, s'il ne se retrouvait pas avec un bras en bouillie. Mais Charly savait que Sabrina saurait se tenir. Et qu'elle éviterait de trop lui faire du mal. "Depuis quand ? Hmmm ... Depuis sans doute." répliqua Charly en lui tirant la langue. Il était vrai que dans les faits, Sabrina était ... la plus vieille, et la plus expérimentée des deux. Elle avait commencé ce job bien avant Charly. De là à dire qu'elle en connaissait plus que la brune, c'était ... difficile à concevoir. Mais bon, elles n'avaient pas la même manière de travailler. Elles ne faisaient pas non plus les mêmes choses. Elles ne parlaient pas boulot tant que cela. Du moins, elles ne parlaient des missions sur lesquelles elles étaient. C'était mieux comme ça d'ailleurs. Comme à son habitude, Sabrina se montrait joueuse. Et Charly était sûre et certaine que si Sabrina se retrouvait contre plusieurs adversaires, elle s'en amuserait encore. Mais ce n'était pas ce qui allait se passer. Sabrina allait devoir se contenter du jeune qui s'était porté volontaire. Mais aussi de Charly une fois qu'elle aurait mis la pâtée au jeune.

Brèfle, Charly se l'était encore jouée mélo et puis, hop, ni une, ni deux, le combat débuta. En moins de temps qu'il ne le faut pour dire ouf, le jeune était au sol. Piégé par l'étreinte de Sabrina. Il n'avait pas pu se défaire de l'étreinte de l'agente expérimentée. Ca aurait été trop beau s'il avait pu le faire. Mais c'était bien joué quand même. Il avait du talent. Il lui manquait seulement quelques trucs pour qu'il puisse s'en sortir. Et y parvenir. L'observation et l'apprentissage, c'était les deux seules choses à faire. S'ils étaient concentrés, et s'ils faisaient attention à ce que les deux jeunes femmes allaient leur enseigner aujourd'hui, ça ne serait pas plus mal pour eux. Et ils s'en sortiraient. Mais pour l'heure, ils avaient le droit à une démonstration grandeur nature. Pour l'heure, ils allaient avoir l'occasion de voir les deux jeunes femmes combattre. Un premier combat. Et Charly espérait bien que ça soit le dernier. Elle n'avait pas envie d'affronter son amie. Là, c'était uniquement pour les besoins de l'entraînement.

L'heure n'était plus au blabatage. Non, il était temps ... Temps de lancer le combat. D'ailleurs, Sabrina lui faisait signe de bien vouloir se rapprocher. Est-ce qu'elle lui laissait l'initiative du combat ? Peut-être bien. Mais si c'était ce que Sabrina voulait, et bien, c'était ce que Charly allait faire alors. Ni une, ni deux, elle s'était approchée avec prudence de sa collègue de travail. Foncer tête baissée ? Oui, ça pouvait être dans son style. Néanmoins, elle ne voulait pas ... Et bien, elle ne voulait pas lui laisser l'occasion de la foutre à terre dès les premières secondes. Le combat devait durer un peu. Dans le sens où elles devaient faire voir, aux nouvelles recrues, ce dont elles étaient capables. Elles devaient leur montrer les prémices de ce qu'ils devaient apprendre. Ils devaient devenir forts. Tous. Ceux qui étaient musclés devaient, justement, apprendre à canaliser cette force. Mais aussi à se servir de leur tête. Quant aux autres, ils devraient faire la même chose. Enfin, tout ça pour dire que le combat était lancé et que les deux jeunes femmes s'affrontaient. C'était loin d'être un simple crêpage de chignon sans style. Bien au contraire. Elles faisaient preuve de souplesse. D'agilité. Du fait qu'elles avaient été formées à la même école, si on peut dire ça ainsi, elles connaissaient le style de combat de l'autre. Oh, bien évidemment, il y avait certains coups qu'elles avaient pu apprendre avec le temps. Et surtout, du fait qu'elles avaient eu l'occasion de côtoyer de nombreuses personnes.

Un déluge ... Une avalanche de coups. Ca partait un peu dans tous les sens. Mais Charly s'y croyait. Comme si elle était dans un vrai combat. Comme si elle avait à faire à un adversaire qu'elle n'appréciait pas du tout. Comme si sa vie était en danger, en quelque sorte, et qu'elle devait se défendre sous réserve de perdre la vie. Charly ne faisait pas semblant. Et elle savait que sa collègue ne le faisait pas non plus. Oh que non. L'une comme l'autre se voulaient inspirer. La plus jeune se démenait. Mais son alliée en faisait tout autant d'ailleurs. Il n'y aurait pas de vainqueur. Il n'y aurait pas de vaincu non plus. Car après bien sept à huit bonnes minutes, peut-être un peu plus, Charly se stoppa finalement dans ses mouvements. Faisant comprendre à sa collègue, à sa manière, qu'il était temps, justement, de s'arrêter. Avant que l'adrénaline ne prenne le dessus et que l'une des combattantes n'en vienne à être blessée. Ce que Charly ne voulait pas. Et elle était pratiquement sûre et certaine que sa collègue ne le voulait pas non plus. Charly reprit sa respiration et récupéra sa bouteille d'eau, histoire de boire un peu. "Voilà, déjà, le niveau qu'il va vous falloir atteindre." se contenta de leur dire. "Et encore, gagez que nous étions en deça de notre niveau habituel." Ce qu'elle voulait dire par là ? Qu'elles ne s'étaient pas données à fond. Mais c'était déjà un assez bon aperçu. "J'aimerais, à présent, que vous formiez deux groupes." Bizarremment, si y'avait eu du blablatage, un peu, avant qu'elles ne commencent à se battre, et bien, maintenant, ce n'était plus le cas. Ils étaient tous muets comme des carpes. Figés comme des tombes. "Sur la gauche, ceux, comme le jeune homme volontaire, qui ont des rudiments dans le combat au corps à corps. C'est l'agent Garrett qui se chargera de vous." Façon de parler. Parce que Sabrina allait les ... et bien, elle allait les malmener, pour sûr. "Et les autres, avec moi. Allez, hop, on s'bouge !" répliqua-t-elle avec un ton un peu plus ... comment dire ... commanditaire, peut-être bien. Mais qu'on se l'avoue, ils n'étaient pas là pour glander. Et elles non plus d'ailleurs.

J'ai préféré rester soft et évasive sur le combat, sans trop rentrer dans les détails


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Sam 15 Fév - 10:57

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

La société imposait à tous les êtres humains de travailler pour mériter son salaire, pour mériter de vivre tout simplement. C'était quelque chose que nous étions tous obligés de faire, c'était un service rendu, un échange de bon procédé. Notre liberté se résumait à choisir ce job que nous ferons pendant des années, Sabrina n'avait pas été très décidée directement vu qu'elle avait voyagé dans beaucoup d'endroits, passant de la science à l'état pur à ce qui se rapprocherait le plus des bagarres et de l'adrénaline, à forte dose. Peut-être était-elle une droguée à ces événements ? Après tout, c'était une manière de se sentir vivre, de donner le meilleur de soi même, de se pousser vers le haut, d'exceller dans son domaine à tout prix, car la chute pourrait être fatale. Elle avait décidé et même si ce n'était pas facile tous les jours, pour tout les domaines, notamment le privé, vu que vous étiez obligés de mentir tout le temps, elle ne regrettait rien. Le mensonge justement, un des piliers angulaire de leurs formations, un acte qui devenait une seconde nature, une seconde peau dont il était parfois difficile de s'en défaire. C'était pourquoi, elle avait avec humour repensé à un autre métier où nous n'étions jamais nous-même, celui des acteurs. Que ce soi le cinéma ou sur les planches de théâtres, ils n’étaient que les personnages inventés, que des êtres humains qui récitaient des textes.

Mais cela leur serait au moins facile et ils pourraient le faire avec un convaincant qui blufferait tout le monde. Si elle le disait à la rigolade ou dans une optique de boutade, il pourrait y avoir du vrai là-dedans. Pourquoi elle rattacha ça au souci de cœur de son amie ? Elle n'en savait rien. Peut-être parce que la distance et les séparations prolongées étaient le plus difficile à vivre. Elle avait connu ça, après tous ses propres expériences ne duraient jamais bien longtemps. Trop joueuse ou trop incapable de se fixer. Pourtant, elle aimerait parfois, juste pourvoir rentrer chez elle et savoir qu'il y avait quelqu'un qui nous attendait, outre Aleksandra. Une personne sur qui on pouvait compter sans la mettre en danger de mort. Bref, elle se contenta de sourire et d'oublier ses réflexions. Après tout, elles avaient encore toutes les deux de belles années devant elles, qui ne faillaient pas gaspiller avec les « si ». Comme dit le proverbe avec le si on mettait Paris en bouteille. Autrement dit l'agente de la Cia était plutôt réaliste sur les choses, ce qui semblait être également le cas de Charleen qui répondait avec prudence ou un peu de froideur. Même si elle avait la curiosité ou la franchise à coup sur de poser toutes les questions, elle sentait que ce n'était pas une bonne idée ni le meilleur moment. Il y avait meilleur endroit pour discuter de sa vie et a fortiori de sa vie privée que en pleine séance d’entraînement des probies. Sab' porta son regard noisette vers elle, tout en l'écoutant.


-Ouhh ça m'a l'air bien défaitiste quand tu dis cela comme ça, Charly. Ça viendra ne t'inquiète pas. La joie des métiers prenant que veux-tu ? Et on se demande encore pourquoi je préfère m'amuser plutôt que de me fixer …. ?

La dernière salve de parole que Sabrina formula était bien évidemment là pour la faire sourire, pour la faire rire et pour la décrocher de ses pensées qui semblaient peu joyeuses. Un petit retour à la réalité. De toute façon, celle-ci se rappelait volontiers aux deux femmes vu que le brouhaha incessant des petits nouveaux ne tarissait pas. Reprenant pieds au contexte réel à qui elles devaient d’être là ensemble, elle fut très vite dans le bain vu qu'un volontaire s’était élancé sur la piste, sur de lui. Le challenger n'avait apparemment aucune idée de la sauce à laquelle il allait être mangé, mais si il espérait vraiment remporter la victoire, il se mettait le doigt dans l’œil et jusqu’au coude. Si la brune pouvait encaisser le faite de plier l'échine face à son amie, cela ne serait réellement pas possible pour son ego et sa fierté mal placée de le faire face à un débutant. Un tirement de langue plus tard qui la fit rire et elle était partie avec le jeune homme à l'allure de sorteur. Il avait une force indéniable, mais c'était de la force brute, elle n'était pas canalisée et cela lui laissait d'énormes failles, d’énormes faiblesses que Sab' ne se priva pas d'exploiter à sa guise. Ce fut rapidement qu'il se retrouva immobilisé, forcé et contraint de reconnaître sa défaite. Une fois cela fait et la leçon donnée, il fallait honorer la seconde promesse qu'elles leur avait faite : une démonstration haute en couleur. C'était sans doute ce que cela serait. Elle respirait calmement et elle semblait à nouveau maître d'elle-même, comme si elle n'avait rien fait de plus épuisant que de respirer depuis des dizaines de minutes. La récupération serait un facteur important à leur apprendre aussi, plus on récupérait vite, mieux on était paré si un second assaut nous tombait dessus à l'improviste. Comme Charly semblait prête elle aussi et qu'elles avaient l'attention plus ou moins disparate de la masse affalée sur les gradins, elle hocha la tête signe d’assentiment. On pouvait se lancer.

Il y avait quelque chose de perturbant à affronter quelqu'un qu'on connaissait, qu'on appréciait. Même si après tout, c'était ce que nous avions fait pendant tous les entraînements à l'époque. Non aujourd’hui, c'était une découverte, une démonstration de force, ce n'était rien de plus. On avait beau se fixer là-dessus, après quelques coups, on se laissait peu à peu emporter par le combat, sans pour autant oublier que l'adversaire n'était pas l’ennemie. Mais c'était prenant, c'était un conditionnement. Très vite, les coups montèrent en puissance, montèrent en intensité. La tension semblait elle-même devenir palpable. Les techniques étaient fort semblables vu qu'elles venaient des mêmes formations, même si on pouvait noter des différences, des originalités des deux côtés. Aucune des deux ne voulaient lâcher, ne voulaient perdre. Sabrina était vraiment dedans même si elle veillait à ne pas lui faire mal. Contrairement au combat précédent, c'était plus rapide plus changeant, montrant une palette de coups et de prise qui valait le détour. La salle était exploitée, elles bougeaient, utilisant les éléments. Sa respiration sembla augmenter un peu, la sueur commença à perler sur son front et pourtant, elle ne lâchait rien. Encaissant les coups et les redonnant sans exagération. C'était une fin longue, inévitable. C'était partagé, pas de vainqueur, pas de vaincu. Les deux femmes étaient dans leur combat. Les minutes passaient ne lâchant rien à l’intensité. Mais cela allait atteindre un moment ou se laisserait prendre au piège de l'adrénaline et c'était peu avant que Charleen stoppa net ses mouvements. Elle mit une fraction de seconde de plus qu'elle pour le réaliser. Vu qu'elle s'immobilisa derechef. Déstabilisée, elle s'arrêta de justesse à son tour avant de reprendre une position plus neutre. Sa respiration était plus saccadée, un peu plus profonde, un rien de rougeur était apparu sur ses joues. Elle lui esquissa un sourire en coin amusé avant de se tourner vers les recrues. La brune n'avait pas fait attention mais un silence de mort planait dans la salle, on entendait plus que le bruit des respirations. Ils étaient immobiles à attendre où à regarder ébahis. Et bien le moins qu'on puisse dire c'était qu'elles venaient de leur couper la chique. C’était plaisant. Au moins, elles seraient sure d'avoir leur respect maintenant.


-En deçà de notre niveau habituel ? J'adore cette expression, on croirait entendre mon formateur à l'époque. Mais jolie défense, je crois que je n'aimerais pas me retrouver contre toi.

Un nouveau sourire fleurit sur son visage alors que les petits bleus exécutaient les ordres. D'un seul homme, tout le monde se releva avant de commencer doucement à se séparer en deux groupes. Peut-être était-ce la peur de se rendre ridicules qui les tenaillaient, mais il semblerait qu'il y aille plus de novice totale que de légèrement expérimenté. Dommage mais le parfait équilibre aurait été bien trop beau pour être vrai.

-Tien regarde, tu as encore une bonne partie de la masse. Je suis sur que tu leur a fait ton petit effet.

[]Dit-elle pour la taquiner alors que les derniers prenaient place des deux côtés de la pièce. Puis finalement, elle sentit son gsm commencer à vibrer. Tient, elle aurait pensé qu'elle l'avait laissé dehors ou ailleurs en tout cas, dans les vestiaires. Encore une manie ou un défaut de l'avoir avec soi. Elle fronça les sourcils avant de regarder celui-ci, le numéro venait de toute évidence de la Cia. Vous savez quoi si ils veulent la joindre, ils n’avaient cas venir ici, ils savaient où elle se trouvait. Elle montra lentement son gsm à Charly alors que la conversation semblait reprendre, même si il semblerait qu'ils parlaient de ce qu'ils venaient de voir.[/i]

-C'est qui encore ? Les opérations non ?

Bref, elle rejeta l’appel. Quoi ? Ah oui, vous ne saviez toujours pas qu'elle aimait faire chier royalement ses patrons ? On ne vous l'avait pas encore répété et bien vous le saviez maintenant.

-Ça attendra bien quelques petites minutes..

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Jeu 20 Fév - 17:50





Un bleu averti en vaut deux



Le combat avait été intense. Pourtant, elles avaient fait attention à l'autre. Elles n'avaient pas cherché à blesser l'autre. Un combat de toute maîtrise, si on pouvait dire ça ainsi. Et c'était pas plus mal, d'ailleurs. Dans le sens où ça aurait été dommage, bien dommage, qu'elles s'abîment. En tout cas, les nouvelles recrues étaient ... oui, sur le cul, fallait l'avouer. Parce qu'ils n'avaient pas pipé un mot. Comme si ... s'ils étaient surpris par ce qu'ils venaient de voir. Pourtant, un jour ou l'autre, eux aussi seraient capables d'en arriver jusque là. Ca ne serait pas évident, c'était certain. Ils devraient faire preuve d'observation, mais aussi de savoir être, et de savoir faire. Charleen ne se faisait pas de souci pour eux. Elle savait qu'ils auraient de bons instructeurs. Pour sûr. La petite démonstration terminée, Charleen avait fini par se tourner vers leur "public" afin de leur signaler qu'ils y arriveraient, un de ces quatre, à ce niveau. Et plus encore. Parce que chacun y apporterait son style. Les bases seraient communes, oui, et après, y'aurait quelques digressions. Tout comme pour Charleen et Sabrina. La brune eut un sourire quant sa collègue en vint à lui avouer qu'elle n'avait pas envie de se retrouver contre elle. "Même chose pour ma part. Affronter une collègue ... Le combat risquerait d'être long, super long ... Et pénible." ajouta-t-elle dans un sourire. D'ailleurs, elle ne voulait même pas y penser.

Les bleus bougeaient leurs fesses. Les deux groupes commençaient à se former, petit à petit. A première vue, c'était Charleen qui allait avoir le plus d'élèves. Elle passa une main dans sa nuque, un peu ennuyée, mais bon. "Des lâches tu veux dire ... Si ça se trouve, ils ont tous la trouille qu'on les passe à tabac." Elle secoua quelque peu la tête. "Bah, en même temps, c'est pas plus mal de commencer tout en bas de l'échelle. Ca évite de prendre la grosse tête et de se retrouver dans une situation qu'on n'aimerait pas." Mais apparemment, les deux jeunes femmes allaient devoir attendre avant de ... Et bien, de devoir botter quelques fesses. Parce que le téléphone de Sabrina s'était mis à sonner. Mais elle n'avait pas décroché. "J'sais pas ..." Non, Charleen n'était pas au courant. Un petit imprévu, peut-être bien. Ou quelque chose dans le genre, elle ne savait pas trop. En tout cas, quelques minutes après que Sabrina ait refusé l'appel, et tandis que Charleen allait se mettre au travail avec son groupe, son propre téléphone se mit à sonner. Sans doute le même numéro qui avait cherché à joindre Sabrina. "A mon avis, c'est fini pour nous aujourd'hui." Charly attrapa son téléphone et elle le porta à l'oreille. "Agent Siobhán ..." Si son air était détendu au départ, cela ne semblait plus être le cas au fil des minutes et au fil de la discussion. Enfin, c'était plus un monologue qu'autre chose à dire vrai.

Charly finit par raccrocher et elle tourna la tête vers Sabrina. "Désolée les bleus !" commença-t-elle à dire bien fort. "On va devoir vous laisser. Mais vous inquiétez pas, d'autres vont venir." Les autres entraîneurs ne seraient peut-être pas aussi sympathiques que Sabrina et Charleen mais bon, pas trop le choix non plus. "Un hélicoptère vient nous chercher dans dix minutes à peu près. Le temps qu'on se change. Et on file ensuite vers la base op pour un brief urgent." Speed. Mais en même temps, elles n'avaient pas trop le temps. Fallait qu'elles prennent une rapide douche, c'était toujours mieux après la course et le combat qu'elles avaient mené. Qu'elles se changent aussi, par la même occasion, qu'elles récupèrent leurs affaires et qu'elles grimpent dans l'hélico. "On a un VIP à récupérer d'urgence." Agir dans l'urgence ... Disons que ça ne dérangeait pas spécialement Charly. Elle aimait bien bosser dans l'urgence. Bien évidemment, elle restait sur ses gardes et elle faisait attention, parce qu'elle savait que c'était dans ces situations là qu'on faisait le plus souvent des erreurs. Mais bon. "Ce qui est bien, c'est qu'on va pouvoir bosser ensemble !" Ca ne leur arrivait que trop rarement.

Charly ne lui avait donné que très peu de détails. A cause des petites oreilles indiscrètes qu'il ya vait dans les parages. Mais elle aurait l'occasion de lui en dire un peu plus une fois qu'elles seraient dans l'avion. Récupérant sa bouteille d'eau, la brune fila vers les vestiaires afin de récupérer ses affaires. Mais aussi de prendre une douche rapide. Pas le temps de lambiner. La douche fut extrêmement rapide. Pas le temps de se laver les cheveux. Juste le temps ... Oui, une douche, quoi. Tout simplement. Quand elle en sortit, elle se dépêcha de se rhabiller et de récupérer ses affaires. Direction ... Et bien, direction dehors où l'hélicoptère n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez. Il était vrai que ... Et bien, que c'était du rapide. Mais elle n'avait pas le choix. Surtout si elle voulait se rendre sur cette mission. Et Charly se doutait que ça allait être quelque chose qui bouge et ça ne pouvait pas lui faire de mal. Elle attendit que sa collègue se pointe histoire d'en raconter un peu plus. "On a quelqu'un à aller chercher. C'est tout ce que j'sais. Mais apparemment, c'est une urgence parce qu'on a appris qu'il était en danger. Et l'temps qu'ils nous emmènent jusque là-bas, on n'a pas trop de minute à perdre." Du tout même. Mais elles auraient bien vite les détails de cette mission. Tout ce que Charly savait, c'était que c'était pas sur le territoire des States. Où par contre ? Elle ne tarderait pas à le découvrir.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Mar 25 Mar - 19:39

... ... ...
Un bleu averti en vaut deux...




∞ ft A-N. Charleen Siobhán

L’art de rendre un combat attrayant, n’était pas donné à tout le monde. Hors, il semblerait que la douce euphorie couplée à l’adrénaline qui avait pris possession de nos deux protagonistes aille envahis toute la salle. Si au départ, un désagréable bruit de fond se répercutait dans la salle, peu à peu celui-ci se tut, laissant place à un silence lourd de sous-entendu. Sabrina  ne le réalisait pas tout de suite, trop plongé dans l’acte à poser, trop concentrée. Elle était toujours comme ça, quand elle était fixée sur une chose, elle le faisait entièrement et jusqu’au bout. Même si ici tout semblait bien différent, ce n’était qu’une démonstration à l’intention des petits nouveaux de l’agence. Une démonstration que les deux femmes prenaient à cœur et s’appliquaient à réaliser. Le moins qu’on puisse dire, c’était qu’elles leur en mettaient plein la vue et c’était assez agréable. La tension se ressentait, l’effort physique était visible. Finalement, ce fut Charleen qui arrêta le défi, le terminant sur un ex-æquo. A vrai dire, c’était la meilleure chose qui pouvait avoir, ni gagnant, ni perdant. Après tout, elles étaient du même côté de la barrière. Arrêtant net ses gestes, elle abandonna rapidement sa position défensive au profit d’une habituelle nonchalance. Son regard noisette se tournait vers tous ses visages ébahis et un sourire amusé pris place sur son visage rougi. Recevoir un peu d’admiration de la sorte faisait toujours plaisir, mais bon après des semaines et des semaines d’entraînement, certains d’entre eux arriveront au même résultat. Il sera dès lors plus ardu pour la brunette de les mettre au tapis.

Bien qu’ils n’aient encore que la technique protocolaire, les combats qu’ils auront à faire en mission n’auront rien à voir avec ça. Dans les cas où votre vie était en danger, l’ennemi n’était pas fair-play, c’était des coups bas, des plans vicieux, des pièges. Rien ne serait dans les règles de l’art, mais une chose à la fois. Pour l’instant, elle restait fixée sur ce petit duel. Son amie avait raison, entre elles cela risquait d’être long, pénible et encore bien plus. Elle espérait sincèrement ne jamais avoir à combattre réellement un collègue, tel qui soit. Elle préférait ne pas y penser, se contentant de hocher la tête en signe d’assentiment. Ses respirations étaient profondes et lentes, contrairement à son rythme cardiaque qui avait connu une sensible hausse, mais elle reprenait son calme. Profitant de l’effet produit, leur ordre fut suivi derechef. Les probies se levaient d’un seul homme pour réaliser ses deux groupes. Néanmoins, nul besoin d’un œil expert pour observer la disparité des deux groupes, l’un étant bien plus fourni que le second. Le sien en l’occurrence semblait fondre comme peau de chagrin. A son humble avis, ces deux corps-à-corps leur avaient appris la prudence de ne pas se croire plus doués qu’on ne l’était. Ce n’était pas plus mal, garder une certaine humilité leur permettrait de toujours se remettre en question, de pouvoir s’améliorer, que du bénéfice. Fidèle à elle-même, elle taquina son amie. Charly y réagit à brûle-pourpoint, avec des répliques comme ça, elle savait de plus en plus pourquoi elle l’appréciait.


-Un peu d’humilité après ces éclats, ne leur fait pas de mal. Mais ne t’inquiète pas je ne vais pas te laisser crouler sous les bleus..

Dit-elle en ponctuant la fin de sa phrase par un clin d’œil. Oh oui, si jamais les personnes qui composaient son propre groupe ne se débrouillaient pas trop mal, elle était disposée à lui prêter main-forte. Bien qu’avancer avec les premiers ne lui serait pas désagréable. Même si il fallait avancer à un niveau commun dans un groupe, il allait falloir sélectionner les meilleurs, les pousser à montrer le meilleur d’eux-mêmes, les pousser au maximum, alors autant commencer directement ! Bref, plongée dans ses réflexions, le regard perdu vers les jeunots, elle allait se diriger vers eux quand elle fut coupée dans son élan par une étrange vibration émanant de la poche de son training. Tient, tient, on dirait qu’on lui sonnait. Elle demanda à Charleen si elle savait à quelle section de la Cia appartenait le numéro mais elle ne savait pas. Eh bien du coup, Sab’ raccrocha sans un remords. Après tout, si jamais leurs supérieurs voulaient les avoir, ils savaient ou les trouver. Ou ils ressayeraient une seconde fois, pour ne pas changer. Visiblement, l’appel était important parce que ce fut Charly qui décrocha le sien. Voilà qu’elle allait avoir une pointe de culpabilité.  Sabrina, ne bougeait plus, son regard tourner vers elle, elle ne manqua pas le changement de son visage. Il se passait quelque chose de grave ou du moins d’urgent. Cette même adrénaline semblait revenir et en trois secondes, elle avait déjà laissé tomber l’entraînement des probies, prête à recevoir les ordres ou du moins l’information. Si elle ne serait pas en tenue de sport, elle partirait directement. Elle l’écouta attentivement, se tournant déjà instinctivement vers la sortie. Elle fronça les sourcils, un vip ? Qui ?

-On t’a dit qui ? Ou même ce qui se passe ?

Sans doute que non, sinon, elle aurait fait plus long mais on ne sait jamais. Elle fit taire son questionnement sur cette mission floue, mais importante qu’elles allaient avoir en commun. Ni une, ni deux, elle laissa donc les élèves surprit et fila au pas de course vers la douche. L’urgence, c’était quelque chose qu’on connaissait tous, le pire selon elle, c’était quand on vous réveillait en pleine nuit et qu’on vous laissait très peu de temps pour arriver. Elle avait déjà pensé débarquer en pyjama, juste par esprit de contestation mais elle s’était toujours ravisée au dernier moment, cela ne ferait pas très professionnel. Bref, l’agente couru jusqu’au vestiaire, alluma la douche, sortit des affaires propres qu’elle avait toujours dans son casier et passa vite fait sous le jet d’eau. Juste pour dire d’avoir le temps d’humidifier la peau, de se savonner et de rincer. Sautant dans ces vêtements, elle partit à nouveau en courant vers la piste où atterrissaient les hélicoptères. Son amie était déjà en place, elle rejoignit son hauteur en replaçant son arme à sa ceinture. Le bruit des hélices devenait de plus en plus fort, leur transport approchait. Elle se recula un peu, se protégeant du grand vent que cela projetait aux alentours en relevant un bras devant son visage.

-C’est une extraction ? Il y a des couvertures qui ont sautés ?...Et tu sais où on va, ou ça aussi on nous le dira dans trente secondes ?...Quand je disais que je voulais faire une mission avec toi, je ne le pensais pas si vite.

L’hélicoptère se posa au sol, il ne prit visiblement pas la peine d’arrêter le battement de ces hélices. Le conducteur était resté aux commandes, déjà prêt à recevoir le nouvel ordre de décollage et de direction. Elle porta son regard vers l’appareil aux couleurs noirâtres, remettant une des nombreuses mèches qui s’étaient envolées de sa coiffure à sa place. La porte coulissante s’ouvrit à la volée et un homme leur fit signe de grimper dans l’habitacle. Elle fit un mouvement de tête pour donner la priorité à Charly. Une fois à l’intérieur, elle lui emboîta le pas. A peine le temps de poser ses fesses sur un des sièges présents que le sol sous leurs pieds s’éloigna. Il avait redécollé immédiatement. Elle attrapa un des casques pour les poser sur ses oreilles. Non pas que le bruit était réellement gênant mais pour s’entendre il valait mieux l'avoir. Alors que l’homme refermait la porte, elle baissait ses bras au niveau  de sa jambe droite, de quoi raccrocher son couteau, un fidèle ami qui ne la quittait pratiquement jamais. Une voix profonde, agréable mais inflexible apparut  du néant pour leur signaler ce qui se passait, tout en leur tendant un dossier chacune. Un agent en infiltration depuis quelques années semblait s’être fait griller par un petit groupuscule. Sa vie était évidemment en danger immédiat et il fallait mettre au point un plan qui le ferait sortir de ce guêpier. Apparemment, il était toujours en vie et essayait de rejoindre le lieu de récupération mais les embûches l’attendaient déjà sur places.

-Vous voulez qu’on aille sur place et qu’on le récupère en faisant le ménage ou qu’on le rejoigne avec un plan B ?

Visiblement comme le plan de secours n’était pas utilisable, elles allaient faire partie du nouveau. Il ne savait pas le plan, il les emmenait dans une base proche de l’endroit où il se trouvait, c'était à dire Pittsburgh. La tactique était prête à leurs être exposés. L’homme n’en sachant pas plus, coupa la communication et partit s’asseoir en copilote, les laissant pour le restant du trajet seules dans les tremblements de l’appareil.

-Tu as déjà fait ça ?.. Elle parcourait le dossier de l’agent en question, tout en lisant les infos sur le groupe…J’ai déjà travaillé avec Maertens, c’est un bon gars.

Dit-elle simplement d'une voix égale alors que l’hélicoptère continuait son chemin, laissant les minutes défiler. Ce compte à rebours filait à toute allure. Elle avait perdu un peu son attitude à lancer des piques, juste le temps de se concentrer et de retenir le plus que possible, les amas de ligne qui s’étalaient sous ses yeux.

© .JENAA

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina Lun 31 Mar - 17:50





Un bleu averti en vaut deux



"On ne m'a pas dit grand chose. Du moins, c'était très bref. Sans doute qu'on aura un peu plus de détails une fois qu'on sera dans l'hélicoptère." C'était ce qu'elle espérait. Une mission alors qu'elles n'avaient que peu de détails ? Ca faisait partie de leur lot quotidien à dire vrai. Généralement, quand Charly s'envolait pour telle ou telle destination, elle n'avait que peu d'informations. Et elle trouvait tout ce qu'elle voulait, ou en partie, directement sur place. Alors, sans doute que ça n'allait pas changer et qu'encore une fois, ça serait la surprise la plus totale. Bonne ou mauvaise surprise, par contre, ça restait à déterminer. Mais vue l'urgence, Charleen doutait que ça soit une bonne surprise. Elle était sûre et certaine que ça allait être compliqué. Et plus encore. Mais bon, c'était le boulot qui valait ça. Et puis, ça pouvait être intéressant. Être sur une mission avec Sabrina ... Elles n'avaient jamais eu l'occasion de travailler ensemble. Et on leur offrait cette occasion. Ca ne pouvait être que bon, non ?

Charleen était passée par la case douche. Et ça n'avait duré que guère de temps. Parce qu'effectivement, elles n'avaient pas le temps pour prendre une longue douche. Plus vite elles se dépêcheraient, plus vite elles en sauraient plus sur cette mission qui les emmenait loin. Du moins, c'était ce qu'elle présumait. En moins de temps qu'il ne leur faut pour dire ouf, elles s'étaient toutes les deux retrouvées à l'extérieur. Un hélicoptère venait de pointer le bout de son nez et s'était posé sur la zone qui était réservée, justement, aux engins volants. Sabrina venait de rejoindre Charleen. "Tu regrettes pas, j'espère, de l'avoir dit, non ?" dit-elle dans un sourire. "Bien malheureusement, je sais pas grand chose de plus. Mais je suis sûre et certaine qu'on en saura bien vite. Ils ne peuvent pas nous laisser dans le noir." Le vent leur fouettait le visage. Les palmes de l'hélico tournaient à vive allure, moins rapidement qu'il y avait de cela quelques minutes.. La porte coulissante s'ouvrit. Ni une, ni deux, elles avaient embarqué à l'intérieur de celui-ci. Et rapidement, l'hélicoptère s'élevait dans les airs. Le plancher des vaches semblait lointain, et plus encore.

Un mec était présent. Un autre agent de la CIA venait de leur tendre, à chacune, un petit dossier. Et on leur expliqua, finalement, de quoi il en retournait. Une couverture qui sautait, ça arrivait de temps à autre. Enfin, pour Charleen, ça n'était jamais arrivé, dans l'immédiait mais comme on le dit si souvent, il ne faut jamais s'endormir sur ses lauriers. Car après tout, ça pouvait très bien lui tomber sur un coin de la figure à un moment ou à un autre. Mouais ... Elles allaient devoir ... Utiliser des flingues, sans doute. Enfin, fallait déjà retrouver l'autre énergumène. Elles verraient pour le plan de secours. A trois, il aurait plus de chance que si ... et bien, que s'il devait par se débrouiller tout seul. "Sauver les miches d'un type dont la couverture à sauter ?" Charleen secoua la tête. "Non. Généralement, je suis celle à qui faudrait sauver les miches. Quoi que j'ai toujours eu du bol, jusqu'à présent, et je ne me suis jamais retrouvée dans cette situation. Et faudra que je touche du bois pour que ça ne m'arrive pas." Il y avait bien une fois  ... Une fois où on avait été obligée de lui sauver les fesses. C'était dans une région reculée du Kazakhstan, il y avait de cela trois ans à peu près maintenant. Elle avait bien failli y passer. Mais fort heureusement pour elle, les Seals étaient sur place. Et Elijah lui avait filé un coup de main. Et c'était là qu'il avait appris la vérité concernant Charleen. Personne n'était au courant. Elle n'en avait pas fait état dans son rapport. Et Elijah n'avait rien dit non plus. C'était resté leur secret. Et ça le resterait. Du moins, elle l'espérait.

"Et non à nouveau. J'ai pas vraiment eu l'occasion de bosser avec lui. La plupart de mes missions se passent en solo." Et elle aimait ça à dire vrai. Non pas qu'elle n'aimait pas bosser avec les autres. C'était sympa de pouvoir compter sur quelqu'un, de temps à autre. Néanmoins, ses missions exigeaient, effectivement, une grande discrétion. Et ça l'isolait quelque peu. Etait-ce gênant ? Non. Elle était dans son monde, si on pouvait dire ça comme ça. Et elle aimait bien bosser toute seule. Alors, pourquoi pas ? "Ca va me changer un peu de bosser avec toi d'ailleurs." ajouta-t-elle dans un sourire. Mais elle en était ravie. Parce qu'elle était amie avec Sabrina. Et qu'elles n'avaient pas réellement eu l'occasion d'être ensemble sur le terrain. ALors, elles se donneraient à fond. L'une comme l'autre. De ça, Charleen en était certaine.


Revenir en haut Aller en bas

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina

Revenir en haut Aller en bas

Un bleu averti en vaut deux ▼ Sabrina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Renard averti qui vaut deux pour un Bélier
» "Un éperon dans la tête en vaut deux aux talons !"
» Mieux vaut deux fois qu'une... Ou pas.
» Deux filles en manque de rp*regarde ses mains qui tremble*
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de travail :: » CIA-