AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

D'urgence en surprise [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: D'urgence en surprise [Liam] Ven 10 Mai - 10:35



« D'urgence en surprise »


-Passez une bonne soirée docteur..
-Merci à vous aussi Sophie.


Le docteur Wayne Donovan esquissa un léger sourire à l'encontre de la secrétaire de l'étage alors qu'il quittait son poste en direction des vestiaires. Il était passé 18 heures, il pouvait enfin rentrez chez lui et ne comptait pas se faire prier non plus. Ce rituel de dialogue était instauré depuis l'arrivée de la jeune femme. Ils s'appréciaient, il n'y avait absolument rien de plus à chercher là-dedans. Le brun troqua rapidement sa blouse blanche qui caractérisait les personnes travaillant ici, pour remettre son pull et son imperméable. Refermant son casier à clé, il prit la sacoche qu'il avait toujours avec lui et attrapa les clés de sa voiture bien que ce ne soit pas la nécessité première au vut de où il s'était garé. Il était à quelques pâtes de rue de l’hôpital, au lieu d'être sur le parking réservé aux personnels. Non, il avait été conduire un ancien collègue jusqu'à son train et au final, il avait pris le métro pour l'accompagner. Du coup, cela lui faisait encore une bonne marche à réaliser mais ce n'était pas plus mal. Cela allait lui permettre de se vider, la tête, de prendre un bon bol d'air frais et de calmer son esprit. Que du positif, et puis la marche à pied était tout à fait bénéfique sur le cœur et les artères, alors autant en profiter. Bon, en même temps l'ancienne militaire était plutôt bien conservé mais passons. Lentement, il avançait dans les rues de Washington, posant son regard un peu partout, observant les habitants dans leurs routines, glanant devant quelques magasins. La pénombre commença doucement à tomber, rendant la visibilité un peu moins grande malgré les nombreux réverbères qui inondait de clarté les allées principales. Les rues défilaient et son but approchait de plus en plus.

Plus que l'axe principal, allez à droit et il retrouvait sa voiture garée là-bas qui devait l'attendre bien sagement. Du bruit, se faisait entendre mais il était constant. Les gens qui parlaient, les voitures qui vrombissaient, au loin des sirènes. Rien d'inhabituel ici, surtout pour lui qui entendait plus que régulièrement les ambulances arriver aux urgences, c'était un son habituel même si il apportait souvent le malheur à ceux qui étaient à leurs bords. Il allait continuer sa route passant devant cette ruelle sans même y jeter un coup d’œil mais un léger comme de douleur, l'arrêta presque net. Avait-il rêvé ? Possible, la fatigue devait certainement commencer à jouer sur lui, mais à la fois non, il n'était pas sûr et ne souffrait pas d'hallucination, surtout pas auditive. Son regard se tourna vers l'endroit en question et malgré la noirceur qui devenait de plus en plus présence avec l'heure qui passait, il y avait quelqu'un. De loin, il ne serait dire si c'était un homme ou une femme mais il y avait bien quelqu'un. Même si il ne cagnait pas trop le combat, dû à son entraînement plus que complet et ses réflexes toujours aussi bon, il avança prudemment. Néanmoins, il abandonna toute notion de prudence quand il réalisa que la personne était blessée, un homme. Il se mit à courir dans sa direction s’accroupissant immédiatement à son niveau. Son regard brun, se posait un peu partout comme pour essayer de distinguer ou était les blessures, qu'est-ce qu'il avait. Plus vite il posait le diagnostique, plus vite, il pourrait l'aider et avec plus d'efficacité.


-Monsieur vous m'entendez ? Monsieur ?...Je me nomme Wayne Donovan, je suis médecin, ne vous inquiétez pas je vais vous aider. Restez avec moi...

Parla t-il alors qu'il cherchait doucement son pou, un rien erratique mais il était bel et bien présent, voilà qui serait plus rassurant. Il avait bien sa sacoche avec et il pourrait certainement s'occuper des soins de premiers secours, mais il ne pouvait de toute évidence pas tout faire sur place. Oh non, il était peut-être doué mais il n'était pas non plus surdoué, il allait avoir besoin d'une ambulance, il fallait l’amener à l’hôpital. Bon il y avait bien sa voiture mais ils y seraient bien moins vite que avec une sirène qui dégageait les routes devant soi, de plus, on n'était pas trop loin, elle arrivera rapidement. Il décrocha son téléphone sans attendre plus de réaction de la part du jeune homme, avant de composer le numéro. Très vite une dame lui répondit et il expliqua tout. Autant dire que la surprise se sentit dans la voix de l’interlocutrice quand elle reconnut c'était qui. Il raccrocha, l'ambulance allait arriver.

-Ou avez-vous mal ? Vous vous souvenez de ce qui s'est passé ?

Priorité de question, bien que ce n'était certainement pas dans ce genre de condition qu'il serait travaillé. Bon, il fallait avouer que avec les guerres auxquelles, il a participé, il a bien dû faire pire question hygiène et lieu inapproprié mais bon, là on était en Amérique pas dans une péninsule retirée.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Sam 18 Mai - 13:25


D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Globalement, le jeune homme pouvait largement dire qu'il avait passé une bonne matinée. Le réveil s'était fait en douceur aux alentours de 10h, il avait ensuite commencer son petit commerce auprès de quelques impatients et s'était même permis un arrêt sur la terrasse d'un café où il dégustait avec envie son cappuccino encore bouillant. Il n'avait même pas encore sniffer sa coc' matinale et ça ne lui manquait même pas, pour l'instant du moins. La journée n'était pas encore terminée mais il restait optimiste quant à ses chances de se sortir de cette addiction. Même si Jesse avait quelque peu disparu de la surface de la terre ou de la ville en tout cas, il continuait ses bonnes résolutions. La vente ne pouvant être complètement arrêté, le pauvre Liam s'était retrouvé seul du jour au lendemain à devoir gérer ses vieux démons mais il s'accrochait tant bien que mal. Il avait rechuté il y a deux jours de cela, dans un moment de panique sans doute, une crise non contrôlable l'avait obligé à se shooter, juste une fois mais la fois de trop. Il soupira à cette pensée, valait mieux ne pas y repenser.

Il sucra son cappuccino et en bu une gorgée lorsque son portable se mit à vibrer au fond de sa poche, il y jeta un œil puis un sourire orna ses lèvres, un vieil ami de longue date lui donner rendez-vous pour le déjeuner, quoi de mieux pour se changer les idées il accepta donc volontiers puis après avoir terminé de boire sa consommation il retourna chez lui. Se glissant sous l'eau chaude de la douche il semblait oublier ses problèmes.

Une fois propre et changé, il se dirigea vers son lit, il souleva sans mal son matelas où il attrapa une enveloppe où l'ont pouvait bien deviner qu'il y avait une quantité non négligeable d'argent, il la fourra dans sa poche et quitta pour la seconde fois son appartement pour se rendre à son déjeuner. Il attendit dix bonnes minutes devant le fast food mais personne à l'horizon. En voulant téléphoner il se rendit compte qu'un message était arrivé, rendez-vous annulé. Un soupire de mécontentement le prit, si il y avait bien une chose que Liam détester c'était bien d'être prévenu au dernier moment. Il se décida tout de même à entrer dans le restaurant histoire de ne pas crever de faim puis en ressorti dix minutes plus tard le ventre plus que plein.

Le soleil brillait à tel point que le visage du jeune homme semblait être en feu, c'était une belle journée pour aller démarcher quelques nouveaux clients. Il se rendit donc jusqu'au parc son endroit bien à lui où il avait la plupart de sa clientèle, quelques grammes en poche de quoi restaurer une dizaine de clients puis il rentrerait sans doute ensuite. Il traversa le parc dans tout son long mais le calme semblait avoir prit possession des lieux, quelques enfants courraient dans l'herbe mais pas l'ombre d'un potentiel client, Liam avait ce petit truc qui lui permettait de les reconnaître et là il n'en voyait aucun, c'était désert et ça le déprimait. Qu'allait-il bien pouvoir faire de son après-midi ?
Il soupira puis quitta le parc aussi vite qu'il ne fallu pour le dire puis ses pas le menèrent au centre ville.

L'après midi passa étonnamment assez rapidement, il avait dépenser un peu de son enveloppe en vêtements, nouvelles baskets, nouvelle casquette de quoi lui redonner un coup de neuf. A peine sorti du magasin il enfonça sa nouvelle casquette sur sa tête rasée. Quelques sachets contenant quelques courses à bout de bras il traversa la ville, le soleil commençait déjà à décliner, il était déjà si tard ? Il regarda sa montre, il était 17h, la journée était finalement vite passée.

Il s'apprêtait à rentrer chez lui lorsqu'une bande de jeunes à peine plus âgé que lui lui coupèrent le chemin, non impressionné par leur nombre de cinq, Liam voulu détourner leur blocage mais l'un deux lui attrapa le bras ce qui tira un regard meurtrier au jeune homme.

- T'as plutôt intérêt à me lâcher ! Fit Liam les yeux noir de colère
- Sinon quoi ? Fit celui qui le tenait un large sourire aux lèvres

Liam n'attendit pas d'avantage avant de lâcher ses sachets et lui mit son poing dans son visage déjà couvert de cicatrices, il devait avoir déjà provoqué pas mal de gens ce qui encouragea Liam à lui donner également un coup de pied entre les jambes ce qui fit arracher un cri de douleur à celui ci. Visiblement c'était lui le chef de la petite bande puisque d'un coup de main il ordonna aux autres de le démolir alors que lui se retirer de la potentielle bagarre. Quatre contre un même pour Liam c'était beaucoup. Il reçut un premier coup en plein visage, le sang affluait à une telle vitesse que même lui n'en revenait pas, sa belle casquette toute neuve était rouge de sang lorsqu'il se prit la tête dans le poteau derrière lui. Il tenta au mieux de se défendre mais rien à y faire, il fallait bien l'avouer, à quatre ils étaient plus fort que lui. Alors qu'il tombait pour la énième fois au sol, le chef leur somma qu'il fallait partir, et c'est donc sans demander leur reste que la petite bande se dissipa le laissant là plier en deux par la douleur causé par les coups dans son abdomen.

Le cœur au bord des lèvres, le jeune homme se traîna à travers la ruelle pour se protéger d'un éventuel retour, il ne comprenait pas ce qu'il venait de se passer. Était-il si faible que ça pour se laisser attaquer ainsi ? Ces temps-ci il était quelque peu perturbé mais il ne pensait pas à ce point. Il aurait voulu attraper son portable pour appeler quelqu'un, n'importe qui mais il n'en avait plus la force, son bras semblait être paralyser c'était une sensation qu'il avait déjà pu connaître autre fois lors d'autres combats bien ensanglanté mais il pensait que tout cela était à présent derrière lui, grave erreur.

Des bruits de pas raisonnant dans la ruelle alors que le soleil devenait de plus en plus bas, il avait du mal à voir qui venait de s'accroupir devant lui, ses yeux s'était embrouillé, alors qu'il lui demandait s'il avait mal il cru qu'il allait faire un malaise tellement il avait mal. C'est avec une force extrême et avec beaucoup de volonté que Liam acquiesça.

- Ils sont sort...

Il eut du mal à continuer sa phrase et son visage se crispa sous la douleur mais il parvint à reprendre tant bien que mal.

- Ils sont sortis de nul part...Aidez-moi...

Liam demander de l'aide autant dire que c'était une journée à marquer d'une pierre blanche mais il n'avait pas vraiment le choix, son état était lamentable et il avait besoin de soins c'était inévitable.

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.


Dernière édition par Liam L. Gibbs le Lun 20 Mai - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Sam 18 Mai - 20:27



« D'urgence en surprise »


Quand on aimait l'action, la sensation grisante que provoquait l’afflux d'adrénaline en masse dans vos veines, c'était pour toute la vie. On pouvait faire ce qu'on voulait, on avait beau avoir un métier bien rangé ou être pris dans une routine lancinante, mais quand cette sensation arrivait on ne pouvait rien faire d'autre que de l'accepter. Alors oui, Wayne avait toujours aimé l'action, il avait toujours préféré être actif, faire quelques choses plutôt que de devoir rester cloîtrer derrière un bureau quelconque ou de tourner en rond chez lui. Il était sûr que dans ce cas-là, il aurait finit par devenir fou si il avait dû le faire. Seulement, il avait beau aimer cette sensation, ce n'était pas pour autant que c'était un accro à l'adrénaline. Certes, il avait eut pas mal d'occasion de l'avoir vu qu'il avait fait l'armée et que là on peut dire que niveau stress et pression, on pouvait difficilement faire mieux et maintenant à l’hôpital, il y avait toujours cette même urgence surtout dans son service. Donc oui, bien qu'il soit pour l'heure juste un type normal qui rentrait chez lui après une journée de boulot, il n'en restait pas moins un médecin. Un médecin qui avait quand même passé le serment d’Hippocrate et qui était donc censé porter secours à toute personne qui le réclamerait ou qui serait en danger et donc fatalement en aurait besoin. Du coup, oui ni une ni deux, ces résolutions d'avancer à tatons s'était volatilisé aussi vite que neige au soleil pour aller porter au secours à l'homme qui lui faisait face. Il semblait d'ailleurs sacrément amoché, c'était le moins que l'on puisse dire, ces agresseurs ne l'avaient pas raté. Les gens de nos jours...Tsss...Il aurait pu parier que si il ne s'était pas arrêté, personne ne serait venu l'aider avant un sacré paquet de temps parce que personne en aurait eu le courage. Oh malheureusement, non dans cette bonne vieille ville de Washington, la plupart des personnes préféraient faire comme si il ne voyait rien pour ne pas risquer leurs peaux ou bien tout simplement pour ne pas mettre à mal leur petite vie bien huilée.

Personne ne voulait de problème, c'était certain, mais c'était tout bonnement révoltant comme comportement ! Quoiqu'il en soit le jeune homme semblait toujours en vie comme l'indiquait fortement les battements erratique et puissant de son cœur qu'il pouvait sentir en posant sa main sur sa jugulaire droite. Il semblait aussi conscient, c'était pourquoi il avait commencé à parler. Pour qu'il sache qu'il y avait quelqu'un, qu'il n'était plus tous seul, qu'on allait l'aider. Et la meilleure façon de le faire pour moment, c'était d'appeler l’hôpital. Une fois cette opération effectuée, le chirurgien se retourna vers son patient, il s'était déjà agenouillée à ses côtés alors que son visage montrait à quels points il souffrait, il devait avoir mal partout. Son visage était en sang tandis que son bras droit était sans doute cassé. Son regard arrêta là son diagnostic alors qu'il appuyait sur les plaies qu'il avait. Ils ? Ainsi donc, on l'avait belle et bien attaqué et à voir l'état dans lequel il se trouvait ce n'était pas du un contre un. Parce que le jeune homme semblait avoir assez du carrure pour se défendre tout seul dans le cas contraire. Il acquiesça doucement comme pour lui confirmer qu'il allait l'aider et c'était la vérité, il n'allait pas partir maintenant non plus. Lentement, il releva ces manches tachées de sang pour libérer plus facilement ses mains déjà rouges aussi même si c'était le cadets de ces soucis. Qu'importait franchement l'état des ses vêtements dans une situation pareil ! Rien. Il palpa doucement son crâne a la recherche des plaies ou de gros hématomes. Il saignait, il avait été vachement secouée mais il ne semblait pas sentir de grosse fracture, maintenant une radio serait sans doute nettement plus efficace que sa palpation grossière. Il retira sa veste, déjà tachée de son sang qu'il mit en dessous de sa tête pour que ce soit un peu plus confortablement installé et éviter ainsi le contact dur du bitume.


-D'accord, je suis là, je suis là, l'ambulance ne va pas tarder à arriver, tenez bon d'accord ? Restez avec moi. A première vue, je dirais que vous avez une sale commotion et peut-être une fracture bien que si c'est le cas ce n'est pas trop grave. La tête saigne vite vous savez. Quant à votre bras, vous savez le bouger ? Vous avez mal où exactement ?

Demanda-t-il. En temps normal, il n'était pas vraiment nécessaire que les patients en sachent autant, reçoivent autant de détail sur leur blessure propre mais ici il faisait une petite exception. Parce que malgré la douleur, il était conscient et il fallait qu'il le reste à tout prix. C'était toujours mieux quand on avait encore un contact aussi faible soit-il. Il essayait du coup de parler un peu plus longtemps même si ce n'était pas de manière intéressante, le seul but qu'il avait là-dedans, c'était de garder un contact par des paroles auxquelles le brun pourraient se raccrocher. Au loin, il pouvait entendre les sirènes hurler, les secours arrivaient, tant mieux. De plus comme il lui avait répondu un peu plus tôt, il supposait que sa mâchoire était intacte ou du moins pas trop amochée non plus. Il palpa le bras en question précautionneusement, il avait déjà gagné une foulure en tout cas.

-Vous vous appelez comment monsieur ? Y a-t-il quelqu'un que je puisse prévenir ?

Dans l'urgence et sans véritable matériel, il ne savait rien faire de plus, A part stopper le saignement qu'il avait à la tête et faire un petit check-up rapide qui faciliterait sans doute la vie des ambulanciers. Il serait également que leur dire que faire ce qui fait qu'ils ne perdront pas de temps sur le trajet. Il pourrait aussi demander qui était le ils, mais plus tard. D'abord, il fallait le mettre hors danger ensuite, la police avisera, chacun son métier. Quoi qu'il en soit, hurlement des sirènes, se fit de plus en plus fort, dans quelques secondes, elle sera là..

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Lun 20 Mai - 13:41


D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


L'oreille interne du jeune homme devait être sacrément atteinte puisqu'il ne parvenait qu'à comprendre que la moitié de ce que lui racontait son interlocuteur ou était-ce le choc qui produisait cet effet indésirable ? C'était fort possible à y repenser il s'était quand même fait exploser le crâne contre un mur ou était-ce un poteau ? Il ne parvenait pas à s'en souvenir, sa mémoire semblait lui jouer des tours. Cela résultait des nombreux coups qu'il s'était prit. Dans son état second il sentait néanmoins la main du probable médecin lui tripotait son crâne, c'était insupportable, ça lui faisait mal mais il était incapable de crier, c'était trop d'effort. La seule phrase qu'il avait pu lâcher l'avait déjà épuisé, il devait se ménager c'était sûr. Et là tout de suite il aurait pu tuer, ou du moins juste en penser puisqu'il n'en avait plus la force, pour un peu d'eau sur ses lèvres assécher. Ses lèvres collées par le sang qui commençait à sécher.

Son sauveteur lui demanda s'il sentait son bras, il ne serait le dire, tous ses membres étaient en ébullition, il avait tellement mal partout qu'il ne serait dire si c'était son bras qu'il sentait ou son pied, la douleur était si intense qu'un frisson le parcouru, c'était comme une décharge à cet instant. Il tenta de bouger son bras mais son visage se crispa, d'accord au moins il le sentait c'était déjà bon signe mais il n'avait jamais senti une telle douleur, s'en était effrayant.

Les yeux clos il aurait aimé pouvoir s'endormir pour ainsi se réveiller éventuellement dans un hôpital et ne plus ressentir tous ses membres se mouvoir comme des asticots au contact des mains du médecin mais il n'y parvenait pas, il lui aurait fallu au moins dix rails de cocaïne pour se sentir bien, il aurait sans doute fait une overdose avec tant de poudre mais au moins il ne ressentirait plus son corps le tyranniser plus qu'il n'en faut. Des sueurs froides commençait à dégouliner sur son front, une certaine panique l'emporta, allait-il mourir ? Peut être exagérait-il mais il en avait clairement l'impression, son teint devenait blafard. Le médecin qu'il cru reconnaître lui demanda son nom, lui il l'avait déjà vu quelque part, il l'avait soigné parfois, il se souvint qu'il ne lui avait jamais donné son vrai nom, à l'hôpital il avait eu de nombreux noms : James Scott, Lionel Lewis, John Snow, il ne savait pas trop où il allait chercher toute cette inspiration mais il trouvait toujours de nouveaux noms pour éviter les ennuis.
Mais cette fois, au fond du gouffre il ne trouva rien, pas un nom. Même ceux déjà utilisés auparavant ne lui revenait pas en mémoire, Liam Gibbs raisonnait dans sa tête, son nom, ses origines, ce qui le qualifiait en somme n'avait de cesse de sonner à son esprit. Il n'avait d'autres choix que de dire la vérité.

- Liam...Liam Gibbs.

A sa seconde question, il se contenta de secouer la tête négativement, qui pouvait-il bien appeler ? Il n'avait personne. Il ne pouvait pas appeler son père, il l'enverrait paître sans nul doute et de toute façon il n'avait pas envie de l'appeler au secours. Il s'était débrouillé seul jusqu'à présent, il n'y avait pas de raisons que ça change.

Le jeune homme commençait à percevoir les sirènes d'une ambulance se voulant de plus en plus proche tandis que ses yeux se fermait sous la fatigue, la lutte était rude et il n'en avait plus la force. Une fois que l'ambulance fût là, Liam les yeux toujours clos ne percevait que des sons lui semblant lointains, des gens s'agitant autour de lui, des mains le soulevant, le reposant. Il n'aurait su dire ce qu'il se passer, il n'avait pas la ténacité suffisante pour ouvrir les yeux et observer ce qu'ils étaient en train de lui faire. Des images lui parvenait, des souvenirs ; il revoyait sa mère dans la cuisine lui préparer son goûté alors qu'il était encore enfant, il l'a voyait sur son lit de mort, il se revoyait la pleurer, la supplier de ne pas le laisser puis plus rien, le trou noir.

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Ven 24 Mai - 9:38



« D'urgence en surprise »


Si il y avait bien quelque chose que le médecin détestait par-dessus tout, c'était ce sentiment d'impuissance. C'était le faite d'être présent mais de ne savoir absolument rien faire pour l'aider. Oui c'était son job, mais non sans rien sous la main ou si peu, il n'était pas capable de l'aider à par en donnant les premiers secours et encore il ne savait pas faire sortir une atèle, une minerve ou des outils de suture de sa poche comme par enchantement. Dieu seul sait qu'il n’aimait pas ça, cela lui rapellait tellement de chose, tellement de souvenir où il avait dû regarder mourir les gens sans savoir que faire pour leur venir en aide ou arriver sur une zone dévastée après le combat. Que soit, Wayne secoua un peu la tête question de chasser ces pensées parasites de son esprit et de rester concentré sur le plus important. Certes hors des locaux de son service, il savait que peut faire mais au moins il était là, il allait quand même pouvoir l'aider, d'ailleurs la femme qu'il avait dû avoir au téléphone allait certainement déjà réserver un bloc, il n'aura cas sauter dans ses affaires et passer un coup pour stériliser tout ça. Bien que là, il était quand même à main nues dans du sang. Il essayait de garder contact avec le jeune homme tout en faisait l'analyse des blessures qui le rongeait. Oh de toute évidence, il allait écoper d'un sacré nombre de bleus en prime mais ça il ne savait rien faire, des courbatures aussi c'était ça qui devenait lui faire le plus mal. En parlant de son bras, il voyait bien qu'il essayait de bouger mais plus il essayait, plus il devenait livide. Là ça devenait carrément inquiétant, il faudrait penser a avoir un sachet de o négatif sous le bras pour le lui transfuser. Peut-être faisait-il une hémorragie interne? C'était encore possible si une des ses côtes avait cédé et s'était enfoncé ou il ne le fallait pas. Il abandonna là ces constatations, essayant de rendre sa position plus confortable en attendant les renforts qui ne seront tarder. Quelques rues et ils seront là.

Posant ces questions pour avoir plus d'informations, parce qu'il faudrait bien à un moment donné appeler la police, quand la voix du jeune homme reprit, il eut l'étrange impression de déjà-vu. Mais si mais si vous savez quelque chose qui se serait déjà passé, du moins qu'on est sur. Cette voix maintenant qu'il se concentrait dessus tout en faisant une sorte de garrot pour qu'il arrête de saigner, lui disait quelque chose. Il l'avait déjà entendu c'était une certitude et comme il n'était certainement pas du style à aller dans les mêmes endroits que les jeunes de nos jours, il dirait donc à l’hôpital. Peut-être bien qu'il l'avait déjà soigné? Tout était possible, il voyait tellement de patient venir tous les jours qu'il ne pouvait pas non plus tous les retenir surtout qu'il était plus auditif que visuel mais oui ça lui dirait bien quelque chose maintenant qu'il y pensait. Puis alors qu'il était toujours dans ses réflexions, il percuta ce qu'il lui disait Liam Gibbs. Attendez une minute, il avait bien dit Gibbs ? Comment Leroy Jethro Gibbs ? Une des personnes à qui il devait la vie à l'armée ? On il lui avait rendu la pareille des années plus tard mais passons. Le chirurgien avait haussé un sourcil d'interrogation avant de demander bêtement.


-Vous êtes de la famille avec Jethro ?

Mais il ne devait certainement pas avoir cette réponse dans les secondes qui suivirent car tous ces efforts semblait l'épuiser plus que de raison, il secoua la tête puis ne répondit plus du tout. Il aurait aimé encore dire autre chose pour le forcer à garder les yeux ouverts mais il n'était pas doué pour les monologues et Liam ferma donc les yeux alors que l’ambulance se garait et que les portes arrières s'ouvraient à la volée. Directement deux personnes arrivèrent, ouvrant la civière. Wayne se redressa d'un bond avant de leur expliquer tout ce qu'il avait put vérifiez ou pronostiquer. D'abord, ils le regardèrent comme si c'était un étranger avant que la lumière ne se fasse dans leur esprit. On le prit en charge et il monta dans l'ambulance, les perfs lui arrivaient, la pochette de sang aussi. Bref, ils étaient plus efficace que lui, ce qui ne l'empêcha pourtant pas de le suivre dans l'ambulance alors qu'elle repartait sur les chapeaux de roues vers hôpital. Une fois là-bas, il partit vers le bloc car une de ces côtes était bel et bien cassée et s'était enfoncée dans une partie de son corps d’où l'hémorragie. Une fois celle-ci stoppée, on peut voir qu'il avait bien deux autres fêlées mais on ne savait rien y faire. Une minerve au coups, on passa un scanner pour voir si le cerveau était touché. Heureusement, il n'y évait pas de fracture mais une petite poche de sang qui se réabsorbera toute seule avec les bons médicaments. Il écopa aussi d'une attelle pour le bras droit et de quelques points de sutures pour refermer les plus grosses plaies qu'il avait à la tête. Mis à part ça et des gros bleus, il avait échappé belle.

Comme il était toujours inconscient dû à anesthésie, on le remonta en salle de réveille tranquillement alors que le médecin se demandait bien quel était son prénom au final, il avait toujours trouvé ça louche sans jamais rien dire. Après tout dans un sens ce n'était pas son problème. Seulement oui il était plus de service et après un café bien mérité pour ce retard de repos, il rentra chez lui pour dormir. Alors qu'on du reconduire après quelques heures Liam dans une chambre en haut. Sauf qu'il devait être franchement sous morphine et un peu vaseux. Oh il ne devrait pas rester longtemps mais il fallait quand même le surveiller un peu question de voir si cela allait se réabsorber parce que cela ne pouvait pas rester là. Le lendemain, Wayne était de service tôt au matin, c'était pour quoi ces pas avait prit la direction de là ou on avait mis le jeune homme, la morphine ne ferait plus effet, il serait certainement réveillé. Et on peut dire que les hématomes devenaient visibles. Il porta son regard avant de prendre la parole.


-Comment vous sentez-vous Liam ?

Demanda t-il calmement.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Dim 26 Mai - 14:07


D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Lorsque Liam ouvrit les yeux il ne reconnu pas immédiatement les lieux, tout était encore flou dans son esprit, il n'avait aucun souvenir de comment il avait pu atterrir ici. Les bruits du moniteur lui mirent la puce à l'oreille quant au lieu où il se trouvait, le bip était constant et curieusement relaxant. Tous ses souvenirs étaient embrouillés, il ne sentait plus son corps il avait l'impression d'être paralyser tellement ses membres semblaient ne plus lui appartenir. Pourtant en baissant les yeux il parvenait à distinguer que son bras était à présent prisonnier d'une attelle, il pu également voir un gros bleu sur sa main droite, comment il avait bien pu se faire ça ? Il se demanda même si il avait pas encore un peu abusé des stupéfiants, se connaissant c'était fort possible. Un mal de crâne horrible le fit se demander si il avait pas une gueule de bois, mais il était tellement fracassé qu'il n'eut pas le temps de s'interroger d'avantage et il se rendormir aussitôt, les yeux clos il ne ressentait plus ce mal de crâne, la sensation que ses yeux allaient quittés ses orbites avait disparue.

Il n'aurait pu dire combien de temps il avait dormi mais lorsque ses yeux se sont rouvert, le soleil brillait plus fort que la première fois, quel jour étions-nous ? C'était là la question que le jeune homme se posait intérieurement, son mal de tête était toujours présent mais c'était beaucoup plus supportable. En balayant la chambre du regard il vit un homme, son visage lui disait quelque chose, il l'avait déjà soigné du moins c'est tout ce dont il se rappeler. Il avait son prénom au bout de la langue, mais il ne parvint pas à le ressort.

Liam ne répondit même pas à sa question, on ne pouvait pas dire qu'il sentait quoi que ce soit, certes il avait un peu mal mais il avait vécu pire et moralement il était au fond du trou mais une chose plus importance à ses yeux l'intéressé. Il fallait qu'il sache comment il avait bien pu arriver ici, le flou était total. Mais ce qui l'intrigua aussi c'était comment connaissait-il son prénom ? Avait-il fait l'erreur de le lui dire ? Il était un peu perdu, d’habitude quelque soit la situation, il ne donner jamais son vrai prénom surtout à l'hôpital qui n'hésiterait pas à appeler la police lorsqu'il s'agit d'un règlement de comptes ou d'une bagarre. Avait-il était aussi bête ? Il semblerait que oui. Mais qu'importe, il avait fait l'erreur et maintenant il fallait qu'il comprenne pourquoi.

- Qu'est ce qu'il s'est passé ?

Le jeune homme se mit difficilement en position assise, il sentit son abdomen se contracter ce qui lui crispa le visage, il tenta néanmoins de se reprendre et inspira profondément avant de regarder le médecin, attendant patiemment qu'il lui raconte son histoire.

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mar 18 Juin - 11:36



« D'urgence en surprise »


Wayne n’était pas le genre d’homme à ne plus s’occuper de ses patients une fois qu’il était tiré d’affaire, il était même l'extrême opposé. Il aimait leur rendre visite, voir leurs évolutions d’une manière plus soutenue que ce que faisaient la moitié de ses collègues. C’était pourquoi dès qu’il fut arrivé à son poste et qu’il eut quelques minutes devant lui, qu’il prit la direction des étages. Sa blouse blanche sur le dos, il gravissait les escaliers avec entrain dans le but d’aller voir le jeune homme d'hier soir. Il faut dire que cette rencontre l’avait un petit peu perturbé, autant parce que son visage lui disait quelque chose que par le nom qu’il avait donné ensuite. Un peu idiot peut-être mais entendre Gibbs, ramenait tout autant de souvenir en lui que le reste. Or, il ne disait pas que c’était un nom peu rependu, mais il ne connaissait qu’une seule personne le portant et à sa connaissance il n’avait pas de fils. Bien qu’il ne le jurait pas non plus. Enfin sur le temps qu’il montait, il avait enfin réalisé qu’il avait déjà croisé le jeune homme plusieurs fois. À de nombreuses reprises enfaite mais toujours sous des noms différents. Il n’avait jamais rien dit, mais la question restait entière. Avait-il délivré son vrai nom, ou ce n’était qu’un emprunt ? Il ne saurait le dire mais il lui avait semblé réellement mal en points quand il l’avait retrouvé dans cette ruelle que pour avoir encore la présence d’esprit d’inventer des mensonges. Sait-on jamais. Quoi qu'il en soit, il fit royalement taire ces pensées pour se concentrer sur Liam quand il pénétra dans sa chambre. Son patient semblait réveillé ou dans cet état encore agréable entre sommeil et réalité. Il aurait pu toquer c’était vrai plutôt qu’entrée inopinément, mais bon le respect de vie privée dans les hôpitaux n'étaient pas vraiment le plus important. Il avait repris la parole sur une question bateau et des plus à propos vu les circonstances.

Fort à propos certes mais en même temps parfaitement inutile. Le chirurgien était tout à fait à même de comprendre ce qu’il ressentait et ce qu’il avait. Sa bataille se voyait d’autant plus clairement aujourd’hui que les hématomes étaient apparus, constellant sa peau. Le moins qu’on puisse dire, c’était qu’il s’était défendu comme un lion, mais en infériorité numérique c’était dur d’avoir le dessus. Néanmoins, le regard qui se posait vers lui était perplexe ? Ou intrigué ? Comme s'il ne comprenait pas, ou ne savait même pas de quoi il lui parlait. Hum, avait-il sous-estimé l’importance du coup qu’il avait pris à la tête. Peut-être bien que oui finalement. Ce qui fut confirmé quand il se demanda ce qui s’était passé. Hum amnésie passagère, c’était plus que probable, il le vit se redresser. Il s’approcha immédiatement de lui pour relever les cousines et l’aider à se positionner de manière la moins douloureuse que possible chose assez compliquée quand on avait des côtés en mauvais état. Tout mouvement du thorax n’était pas une sinécure.


-Vous ne vous souvenez plus de ce qui s’est passé?

Sans doute était-ce juste une confirmation et comme il ne poserait très certainement pas la question si ce n’était pas le cas, il se dit qu’il devrait sans doute l’éclairer. Mieux valait qu’il soit au courant plutôt que d’être plongé dans l’ignorance et faire une chose stupide. Le brun se recula quelque peu du matelas et s’éloigna en direction de la fenêtre. Son regard se porta dehors avant de revenir vers l’homme alité. Il reprit la parole posément.

-Je ne sais vous dire que ce que je sais. Hier soir après mon service, en marchant dans les rues je vous ai retrouvé. Vous étiez blessés et vous perdiez beaucoup de sang. De ce que vous m’avez dit, on vous avait agressé, ils étaient plusieurs. J’ai stoppé l’hémorragie avec les moyens du bord et appelé  une ambulance qui vous a emmené ici. Concernant vos blessures, vous avez subi un sacré choc à la tête qui provoque certainement cet oubli, mais cela passera avec le temps. Votre bras est presque cassé, c’est pourquoi on vous a posé une attelle. Et vous avez mal en vous redressant parce que vous avez deux côtés fêlés ainsi qu'une cassée qui a causé une hémorragie. Plus quelques points de suture à la tête mais d’ici quelques jours vous serez à nouveau sur pied.

Il n’était peut-être pas nécessaire de détailler toutes ces blessures, c’était même quelques choses qu’il faisait assez peu  mais Wayne voulait faire comprendre à Liam que ce qu’il avait subi n’était pas rien, même s'il ne s’en tirait pas si mal. Disons que cela aurait put être bien pire et que pour le même prix, il aurait put tout aussi bien ne plus être ici pour en discuter. Enfaite, il voulait le faire réfléchir et surtout qu’il porte plainte cette fois-ci. Il était déjà venu par le passé avec des blessures qui auraient dut amener la police à débarquer mais Wayne ne les avait jamais appelé. Néanmoins, aujourd’hui, il pensait que c’était une nécessité. Même si les forces de l’ordre ne savait pas faire grand-chose au moins il y aurait une enquête et qui sait ces brutes épaisses se retrouvent peut-être derrière les barreaux, ce qui avouons-le serait une bonne chose pour tout le monde.

-Vous pourrez sortir bientôt mais on doit attendre que votre commotion se résorbe. Sinon, je serais vous, je porterais plainte, vous ne pouvez pas laisser passer ça rien faire…

Par la suite, Wayne se mura dans le silence. Il se disait qu’il venait déjà de lui donner un certains paquets d’informations et qu’il méritait amplement quelques minutes pour les encaisser et les digérer tranquillement pour, il l’espérait, réagir en conséquence. Bien sûr le médecin avait toujours une autre question aux bords des lèvres concernant son nom de famille mais il se disait que ce n’était pas vraiment l’élément primordial à mettre au point. D’abord sa santé, après on verra bien comme aiguiller le reste de la discussion.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mer 19 Juin - 12:01

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


A la question du médecin, qui ne nécessité pas forcément une réponse, c'était comme s'il s'était posé la question à lui-même. Mais Liam prit quand même l'initiative de répondre de manière succincte.

- Pas vraiment.

Tout était assez flou et confus, il se souvenait plus ou moins de ce qu'il avait fait dans la journée. Il avait bu son cappuccino profitant de ce moment de calme, puis était aller s'acheter de nouveaux vêtements. Il revit la casquette qu'il tenait entre ses mains, puis plus rien. Ses souvenirs s'arrêtaient là, net. Comme si tout le reste avait était simplement effacé. Il se sentait tout à coup impuissant, cette situation ne lui plaisait pas du tout, il se sentait inférieur. L'homme à ses côtés savait mieux que lui ce qui lui était arrivé, c'était une situation que Liam déplorait. Il n'aimait pas ce sentiment d'infériorité, non pas qu'il débordait de fierté mais dans ce cas précis, oui. Se faire battre n'avait rien de nouveau pour Liam mais ne pas en connaître la raison c'était là tout le mystère. Il se sentait comme un collégien a qui on avait raquetter son goûter, ça ne pouvait définitivement pas être pour son petit shopping annuel quand même ? La question lui trotta dans la tête tandis que le médecin énumérer la liste de ses blessures. On l'avait pas loupé.


Durant toute sa carrière dans l'illégalité il n'avait jamais subit tel supplice, jamais on ne l'avait battu ainsi. Il avait bien essuyer quelques coups, des petits cons se croyant malin avec leur couteau de bouché l'avait planté dans la cuisse, mais tout ça ne l'avait jamais atteint, il avait toujours trouvé la force de surmonter tout ça parce qu'au bout il y avait une vengeance. Mais là comment se venger d'un ennemi qu'on ne connaît pas? Cette pensée le fit bouillonner intérieurement, une rage s'installa dans son regard. Il s'en voulait de ne pas avoir assurer, qu'est-ce qui avait bien pu foirer ?
Il soupira, se rappelant que justement il ne s'en souvenait pas non plus.


Les mots du médecin se voulaient rassurant mais pour l'instant Liam sentait tout son corps, chaque parcelle de anatomie le faisait souffrir, alors autant dire qu'il ne le croyait pas sur parole. Il voyait la poche sur sa droite qui était sensé le souffrir de ses maux mais rien n'a y faire, ça ne fonctionnait pas. Il sentait sa côte craqué dans un mouvement trop brusque lorsque les paroles de Wayne arrivèrent à son cerveau, ce qui redoubla sa douleur. Un léger cri de douleur lui échappa pour la première fois de sa vie. Il n'avait pu le contrôler, son cerveau ne l'écoutait plus, il contrôlait sa douleur.

- Non ! Fit-il comme pour revenir à ce qui se disait


Il reprit lentement ses esprit, respirant de façon exagéré, comme si on était en train de le recoudre à vif, dans sa tête tout était en ébullition. Il aurait voulu prendre ses jambes à son cou, courir le plus loin possible mais même ça il n'en était pas capable, il restait immobile.
Néanmoins, face à l'air étonné de son médecin, Liam tenta de se donner un peu de contenance, et afficha un visage imperceptible, dénué de toutes émotions, il se reprit.

- Je veux dire, je veux pas porter plainte. Laissez tomber, d'accord ?


___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Jeu 20 Juin - 12:28



« D'urgence en surprise »


Tout cela semblait vraiment étrange et pourtant Dieu seul sait qu’il en avait déjà vu de toutes les couleurs dans sa carrière que ce soit à l’armée ou maintenant à Washington. Mais devoir expliquer à quelqu’un ce qui lui était arrivé, n’était pas une chose qui vous arrivait tous les jours et heureusement pour lui en tout cas. La plupart du temps, il ne pouvait pratiquement pas aider ces personnes pour la simple et bonne raison qu’il ne savait ce qui leur arrivait que quand il les prenait en charge à la sortie de l’ambulance. Autrement dit, il ne savait pratiquement rien. Pour le jeune homme, par contre, il savait faire un peu plus mais il ne pouvait lui fournir que des explications ou un gros résumer des faits, à partir de ce que lui-même lui avait donné pendant qu’il était encore conscient. S’il lui mentait depuis le début, il n’y avait que le constat de ces blessures qui seraient vraiment réelles. Pourtant alors qu’il rappelait à lui les souvenirs de la nuit derrière, il put voir le comportement de Liam changer. Enfin son comportement pas vraiment, il n’était pas réellement en état de faire quoique se soit pour le moment mais son regard lui indiquait clairement ses émotions. Passer des années à observer les gens, à attendre la faille de l’ennemi, vous apprenait à rester observateur sur le monde qui vous entourait et notamment sur les émotions que subissaient vos collègues, vos voisins ou même vos ennemis. Ici, il ne put y lire que la colère, une colère dévorante, réelle et brutale. En colère contre ce qu’on lui avait fait ? En colère de ne plus s’en souvenir peut-être ? Il ne serait le dire, tout ce qu’il pouvait dire c’était que son regard semblait s’embrasser. Bonne chose ou non ? Pas vraiment, on n’était pas là pour se venger de ce qu’on nous faisait subir, il fallait s’en remettre à la justice et malgré tout il pouvait le comprendre dans un sens.

Parce que qui aimait savoir qu’on s’était fait en quelque sorte avoir sans se rappeler par qui ? Enfin, son amnésie se lèverait, ce n’était que très passager. Puis le médecin évoqua la possibilité de porter plainte à la police au sujet de ce qui s’était passé. Au vu de la colère qu’il l’avait gagnée, il avait cru naïvement qu’il accepterait mais le non calquant qu’il lâcha le désarçonna en même temps que la douleur qu’il évoqua. Pour le coup Wayne restait surpris et étonné de la violence de cette réplique mais il choisit de s’occuper de la douleur qui laissait montrer. Il s’approcha à nouveau de son patient avant de regarder ce que les infirmières lui avaient donné pendant la nuit. Il sembla pensif avant de porter son regard également sur un des nombreux baster qui se dirigeait dans son bras. Un peu de morphine sans doute ne serait pas de refus mais son utilisation devait être précautionneuse également voir indispensable. Bien il allait aller demander en sortant d’ici à ce qu’on lui en donne un petit peu, au moins le temps que la douleur devienne gérable. Aussi fort soit-on, il ne fallait pas oublier que le corps avait ses limites dans l’endurance peut importait ce que nous souhaitions.


-Je vais demander qu'on vous redonne un peu de morphine, au moins le temps que la plupart des douleurs s’estompent… Ça vous va ?

Mais il enchaina comme s'il ne l’avait pas entendu, lui disant qu’il devait tout oublier et qu’il ne porterait pas plainte. Pourquoi ? Il ne voyait pas pourquoi il voulait toujours éviter tout contact avec la police ? Qu’avait-il fait ? Avait-il quelques choses à se reprocher ? Cela ne regardait pas le chirurgien et il s’en moquait complètement. Aujourd’hui, peu importait son passé, c’était lui la victime et la police le prendrait comme tel. Il tourna son regard vers lui comme pour l’examiner. Toute expression avait quitté son visage mais il paraissait parfaitement sérieux. Bon sang, mais c’était complètement idiot.

-Je dois dire que je ne vous comprends pas Liam. Pourquoi vous ne voulez pas porter plainte ? Ces gens s’en sont pris à vous comme ils pourront s’en prendre à d’autres ! Il faudrait arrêter tout ça vous ne croyez pas ? Et ne me faites pas le coup de la vengeance solitaire, croyez-moi ça n’apporte aucun réconfort…

Oh non, il le savait très bien aussi, rien ne pouvait réconforter la perte d’une personne chère à vos yeux ou rien ne pouvait réparer facilement un ego qui en avait pris un coup. Cependant, il attendit quelques secondes et comme il semblait désireux de changer de sujet de conversation, il allait lui donner une porte de sortie bien qu’il n’était pas sûr que son patient la considère comme telle. Il reprit la parole tout en croisant ses bras contre son torse, posant son regard vers lui.

-D’ailleurs, Liam, est-ce votre vrai nom ou un de ceux que vous me donnez à chaque fois que vous venez ?

Demanda-t-il doucement plus curieux que réellement soupçonneux. En même temps rien ne disait que le jeune homme n’allait pas lui mentir sur ce point. En somme, il ne pouvait pas vraiment discerner le vrai du faux dans tout ça. Mais oui, chez Wayne ne transperçait pour le moment aucune accusation de l’avoir mené de nombreuses fois en bateau précédemment, juste une curiosité qui l’éclairerait peut-être sur bien des points. Il avait toujours admiré Jethro et lui devait également la vie alors oui il était curieux. Bon rien ne voudrait dire non plus que si c’était son nom, c’était de sa famille mais avouez que ce n’était pas le nom de famille le plus commun dans cette partie du globe. Il ne put d’ailleurs s’empêcher d’ajouter.

-Parce que si tel est le cas, est-ce que vous êtes de la famille avec Jethro Gibbs ?

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Ven 21 Juin - 20:28

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Liam ne répondit pas, préférant enchaîner sur sa lancée, même si la morphine ne valait pas un bon rail de cocaïne ça aurait toujours était ça de prit, mais là tout de suite il préféré sauver sa peau. A ce stade, la douleur était telle qu'il aurait tué père et mère pour n'importe quoi. Il sentait ses entrailles se fendre autant sous la douleur que sous le stress. Il se sentait anxieux, et pour cause, la simple évocation de la police le faisait frémir. Les poils hérissait, il tentait de maîtriser cette anxiété naissante non sans mal.

Le jeune homme sentit un ton de reproche dans les propos de Wayne, il avait envie de lui demander pour qui il se prenait ? Il avait déjà un père, il n'en avait pas besoin d'un deuxième. Même si il n'avait jamais eu droit au remontage de bretelles pour toutes ses conneries, il avait déjà eu droit à la colère de Leroy, ça lui avait valu une garde à vue pas de quoi s'en vanter. Quoi qu'il en soit, il ne s'agissait pas de son père là mais du médecin qui visiblement essayer de le convaincre maladroitement. Le jeune homme leva les yeux au plafond, signe de son désintérêt évident. Non pas qu'il n'entendait pas les paroles de celui ci, mais il ne voulait pas les comprendre. Sa vengeance n'avait pas de limite, il avait les contacts, les moyens pour se venger alors pourquoi s'en priverait-il ? C'est dans cette optique qu'il tenta de répondre le plus évasif possible.

- Je vois pas en quoi ça vous regarde.

Il avait était froid sur cette phrase mais il n'était pas du genre à capituler facilement.
Ce qui s'en suivit déstabilisa néanmoins le jeune homme. Devait-il dire la vérité ou chercher un bobard au plus vite ? Il ne savait pas trop si il pouvait lui faire confiance. Après tout, il avait l'air d'être quelqu'un a qui on peut faire confiance, était-ce qu'une façade ? Il serait bientôt fixé.

- Non, c'est mon vrai nom. Juré. Fit-il avec un salut militaire très solennel qui en aurait fait rire ou hurler plus d'un

Malgré la discussion qui se voulait sérieuse, Liam était du genre à glisser ce genre de boutade qui avait le don d'agacer bon nombre de personnes, mais c'est ce qui amusait d'autant plus le jeune homme.
Cependant il ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi cette question, pourquoi maintenant et il eut rapidement la réponse à sa question muette.
Un soupire lui échappa malgré lui. Il regrettait déjà d'avoir confirmer son identité, il connaissait son père et c'était mauvais signe. Il était trop tard pour reculer à présent.

- Hm oui, c'est mon père.

Il fit un petite pause, puis reprit :

- Je suppose que vous le connaissait ?

Question idiote mais qui avait son importance, d'où pouvait-il bien le connaître ? Son anxiété n'avait de cesse d'augmenter alors que les minutes s'écoulaient et ce mal de crâne qui ne le quittait pas.


___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Sam 22 Juin - 17:58



« D'urgence en surprise »


Entre conviction et suspicion, voilà où en était le chef des urgences. Il était vrai qu’il ne savait pas vraiment comment prendre le refus presque catégorique de son patient sur l’appel à la police alors que les trois quarts des gens, se demanderait plutôt pourquoi elle n’était déjà pas là. Il était vrai que la plupart du temps quand il écopait de blessée pareil, il prévenait la police ou demandait l’avis des principaux concernés mais quand c’était des blessures par balles, il était normalement tenu de le faire. Ce n’était pas le cas pour lui, mais cela n’expliquait pas la véhémence de sa réponse et il avait le pressentiment que la douleur n’entrait pas en ligne de compte. Faisait-il une sorte de déni des forces de l’ordre ? Ou alors il avait plutôt envie de se faire justice lui-même ? Wayne avait finit par pencher pour cette conclusion quand il avait vu son regard changer pour devenir pratiquement colérique. Brulant d’un de ces colères à faires des désastres pour absolument rien du tout. Ah la douce illusion de la jeunesse de croire qu’elle savait faire tout mieux que tout le monde, à croire qu’ils savaient tous et n’avaient jamais besoin d’aide. Le temps et la sagesse vous apprenait finalement que vous aviez besoin des autres en de nombreuses circonstances. Il avait essayé de le prévenir, de le rallier à son avis peut-être pas avec les mots les plus perspicaces ou les plus judicieux mais il n’était pas habitué à tenir ce genre de discours. Il ne fallait pas qu’il fasse ça tous seul, cela se terminerait encore plus mal que cela n’avait commencé. Et quoi, en partant dans l’hypothèse qu’il se souvienne de ses agresseurs, il comptait les suivre pour les passer à tabacs à leur tour ? Peut-être même qu’il croyait naïvement que ceux –ci ne se vengeront pas par la suite ? Mais bon sang, c’était un engrenage sans fin et c’était ce qu’il voulait lui faire comprendre même si maladroitement.

De toute évidence, il n’y avait pas que sa qualité d’orateur qui entrait en ligne de compte parce que le chirurgien avait la désagréable impression que le jeune homme se méprenait totalement sur son but. Il avait l’impression qu’il le prenait pour une sorte d’ennemis. Hors, ce n’était pas du tout son but ! Wayne cherchait seulement à l’aider comme il tentait d’aider tous ceux qui semblaient en avoir besoin, dans la mesure de ces capacités bien sur. Un conseil n’avait jamais fait de tord mais ici ce n’était pas sur. Pourtant, il ne cherchait pas à l’ennuyer ou à l’embrasser encore plus. Mais selon lui, il faudrait vraiment qu’il parle de ça à quelqu’un et qu’il cherche à ce que cela ne se reproduise plus. Il n’avait jamais rien dit les autres fois mais c’était sans doute celle de trop. Néanmoins son regard en l’air et sa réplique polaire, le rembruni quelque peu. Vous essayer d’aider et voila comment on était remercié. Un regardez vos affaires, oh mais c’était son problème après tout, c’était qui qui allait avoir encore plus de blessés à s'occuper ? C’était qui qui faisait de la rétention d’informations ? Lui !... Il se rapprocha du lit du jeune homme avant de poser ses deux mains sur les barres au pied de celui-ci. Il plongea son regard dans le sien et dans un sérieux et un calme olympien, il enchaina. Il avait toujours fait l’effet d’une force tranquille, il comptait bien continuer.


-Écoutez Liam, je suppose que je m’y prends mal mais sachez que je ne suis pas votre ennemi. Malgré les apparences, j’essaye réellement de vous aider et a fortiori de vous sauver la vie. Oui parce que réfléchissez-y deux minutes. Vous croyez vraiment qu’après leur avoir donné la raclée de leur vie, ils ne vont pas vouloir se venger ? Cela ne sera qu’une escalade de violence qui se finira mal. Cela fait de nombreuses fois que je vous vois arriver avec des blessures douteuses, ne me dite pas non je sais reconnaitre ce que je vois, et je n’ai jamais rien dit. Ni sur vos mensonges passés ni à la police alors que certaines de ces blessures mériteraient leurs inventions mais aujourd’hui, je vous certifie que vous feriez mieux de le faire… Ne me répondez pas tout de suite mais réfléchissez-y. Vous voulez vraiment rentrer dans ce jeu ? Dans cette escalade de l’horreur juste pour une fierté mal placée ?

Il avait modulé sa voix à la perfection et s’arrêta l’instant d’après. A vrai dire d’autres questions lui tournait en boucle en tête et il finit par prononcer celle qu’il avait tournée et retourné en tête depuis qu’il lui avait dit son nom la nuit précédente. Qui était-il ? Le mystère allait bientôt être résolu et avec moins de difficulté qu’il n’y pensait plus qu’il certifia que cette fois, c’était son vrai nom. Bon en même temps toutes les autres fois, c’était aussi censé être son vrai nom. Ce n’était pas un salut militaire qui équivaudrait à des papiers d’identité en règle mais bon, cela convainquit quand même le brun. On ne mettait pas une touche de légèreté quand on essayait de faire croire à son mensonge. Wayne avait croisé ses bras contre lui, laissant les pans de la blouse blanche pendre nonchalamment avant de hausser un sourcil interrogateur puis de finalement esquisser un sourire en coin. Il voulut confirmer la suite de ces idées et cela fut soldé par un soupire prononcé. Mmhh, voila quelque chose qui ne semblait pas enchanter le jeune homme. Voir pas du tout. Peut-être que ça expliquait en partie le faite de vouloir laisser les forces de l’ordre en dehors de tout ça ? En même temps il parlait de prévenir la police par de rameuter tout le Ncis, il n’y en avait pas de raison. Après la colère ce fut l’angoisse et il ne savait plus vraiment trop que dire, ni même si c’était une bonne idée d’avoir posé la question. Il avait peur des répercussions ? De ce que pourrait penser Jethro ?

-Vous avez l’air enchanté en tout cas…Eh bien disons que j’ai croisé votre père durant ma carrière militaire et que je l’ai déjà eu comme patient. Mine de rien, je dois avoir vu défiler la moitié de Washington dans mes services. À croire que les urgences sont populaires.

Il tenta lui aussi une petite touche d’humour au vu du malaise grandissant qui envahissait son vis-à-vis. Il ne savait pas pourquoi d’ailleurs, il n’en savait rien. En même temps il ne lui avait jamais dit qu’il avait un fils, non plus. Il apprenait ça d’un coup et il ne pouvait qu’imaginer le lien qui les unissait. De toute évidence, il n’était pas au beau fixe au vu de sa réaction et à vrai dire ce n’était sans doute pas  ces affaires cette fois. Sur ce point Liam aurait raison de lui faire remarquer c’est pourquoi il retenu ses paroles et préféra changer de sujet plutôt que de creuser de ce côté-là. Et ce malgré sa curiosité.

-Je suppose dès lors que vous ne voulez pas faire intervenir une justice quelconque parce que vous ne voulez pas qu’il soit au courant ? D’un côté je peux comprendre et de l’autre absolument pas…

Ce qui était la stricte vérité.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Dim 23 Juin - 12:48

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Liam buvait chaque parole que lui déverser le médecin. Non pas qu’il s’en fichait, il comprenait très bien chaque mots qui s’enchaînaient, il était même conscient qu’il avait raison sur de nombreux points. La vengeance ne servait à rien au sens strict du terme mais pour Liam il en avait besoin pour rétablir son honneur. Si il ne le faisait pas, si il portait plainte comme n’importe quelle personne censée le ferait il serait sans doute la risée du milieu. Son boss lui en fouterait de porter plainte pour une vulgaire baston qui aurait pu être réglé à la force de ses bras. Il y aurait sans doute surenchère de vengeance à n’en plus finir. Peut-être était-ce même le fruit d’une vengeance passée ? Mais c’était le jeux, c’était ainsi que ça fonctionner dans le monde du jeune homme. La police n’avait rien à faire dans ses petites combines, et si il le faudrait il essuierait d’autres coups, plus violents, plus meurtrier, mais il aurait ce qu’il veut. Aussi idiot que cela puisse paraître. Mais ne voulant pas aggraver l’agacement de celui qui lui avait carrément sauver la vie plus d’une fois, il se tût. Baissant les yeux car malgré tout il se sentait coupable de ne pas aller dans son sens. Il aurait très bien pu lui dire ok appelez les flics tout de suite ! Mais non, il était bien trop borné pour ça. C’est donc en silence qu’il écouta son discours, il aurait voulu intervenir une fois pour rappeler que c’était lui qui décider encore mais il ne lui en laissa pas le temps lui sommant d’attendre un peu et de y réfléchir. Il soupira puis acquiesça légèrement.

Ah son père...Décidément, il n’avait de cesse à en revenir à lui, c’était comme un leitmotiv entêtant et parfois même agaçant. Il resta néanmoins impassible, ne voulant laissant transparaître aucunes de ses émotions. Il ne rit même pas à la dernière phrase du médecin qui se présenter pour détendre l’atmosphère étouffante de la petite chambre, il était bien trop anxieux pour ça. L’angoisse avait gagnée du terrain, maintenant qu’il savait qu’il connaissait très bien son père il se sentait en danger. Allait-il s'éclipser discrètement et le mettre au courant de la situation ? Au vue de son état il ne se sentait pas d’avoir un autre conflit. Même si son père faisait tout pour améliorer la situation, Liam était bien trop têtu, lui reprochant son absence silencieusement même si objectivement il n’y était pour rien mais c’était plus fort que lui, il préférait lui en vouloir à lui qu’à sa mère qu’il aimait trop, il ne voulait pas tenir son âme. Elle qui était toujours là pour lui, il ne pouvait pas lui en vouloir c’était au-dessus de ses forces.

Et lorsque Wayne termina sa dernière phrase, Liam devait bien avouer qu’il y avait un peu de ça en plus de la vengeance, les forces de l’ordre était une grande famille, tout se savait ou presque. Si un certain Liam Gibbs portait plainte pour coups et blessures, le rapport finirait sans doute sur le bureau du paternel, c’était logique. Une logique qui effrayait trop le jeune homme. Non il ne voulait pas qu’il débarque là ou dans son appart’ c’était trop tôt, il n’était pas prêt. Pas maintenant.

A cette idée, il secoua la tête comme pour la chasser puis les yeux fixant le vide, il se contenta d'acquiescer puis il tourna les yeux vers son interlocuteur.

- C’est compliqué...Tout ça est bien trop compliqué pour être compris.

Cette phrase avait tellement de bon sens, même si Wayne ne comprenait pas la situation il pourrait sans doute ressentir toute la détresse que Liam laissait transparaître. Il transpirait l’angoisse et la peur. 


___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mer 26 Juin - 12:18



« D'urgence en surprise »


Le médecin ignorait totalement si il avait la moindre chance de raisonner le jeune homme, ou même de lui faire ouvrir les yeux sur les risques qu'il encourrait à garder le silence sur ces faits d’agressions. Ce n'était pourtant pas ce qui l'avait empêché d'essayer. Comme le disait le proverbe qui n'essayait rien n'avait rien. Il aurait au moins essayé, il pourra toujours dormir sur ses deux oreilles sans se dire qu'il l'avait laissé partir vers des rixes sans le moindre remords. Miracle ou non, même si il ne devait pas en penser moins, son patient garda le silence et baissa les yeux. Il se savait parfois autoritaire mais de là à ce que ça fonctionne ici, il y avait une nuance. Quoi qu'il en soit, il ne rajouta rien là-dessus, Wayne avait dit tout ce qu'il pensait, ainsi que ses arguments, c'était maintenant à Liam d'y réfléchir calmement et non sous un coup de tête ou sous le choc de ses demandes. En changeant de sujet, il ne pensait pas faire pire que mieux. Comme quoi il avait l'air de mettre les pieds dans le plats ces temps-ci, il y avait des jours comme ça. Il paraissait tout sauf enchanté qu'il connaisse son père mais il n'y pouvait rien, ce n'était pas lui qui avait décidé dans quel régiment ou quel bataillon il était envoyé comme ce n'était pas lui qui décidait de qui il s'occupait aux urgences. Il tenta de faire de l'humour mais le jeune homme restait hermétiquement fermé à tous ces appels, semblant plus en proie à un sentiment profond qui prenait peu à peu possession de lui. Il avait légèrement l'impression de monologuer mais qu'importait. Son regard se perdit un instant vers les éléments qui étaient reliés à son corps avant de revenir vers le principal intéressé. Même si il pensait parler d'autre chose, les sujets étaient liés. Jethro était agent au ncis et c'était une forme de force de l'ordre. Force de l'ordre qu'il avait conseillé d’appeler. Il pensait donc avoir trouvé le problème à cette histoire : il ne voulait pas que son père soit au courant de cette histoire.

La réaction qu'il obtient en guise de prémisse de réponse, lui confirma sa déduction. Mais il en comprenait pas pourquoi il ne le voulait pas. Déjà, le ncis n'avait rien à voir avec lui, du moins ce n'était pas un marine à ce qu'il sache donc ce n'était pas a eux que reviendrait le dossier alors qu'il se rassure. Ou alors il voulait régler ces problèmes tout seuls ? Comme il semblait si prompt à le faire ou tout simplement il n'avait pas envie d'entendre un deuxième sermon. Parce que pour le coup, il avouait qu'il avait sans doute mal joué ces cartes mais il ne pouvait pas le savoir, il ignorait tout. La réponse fut simple et il avait bien compris que Liam ne voulait pas lui en parler mais il resta étonné de la peur qu'il avait ressentit dans cette simple phrase. Voilà qui le laissait un peu perplexe, voir complètement perdu. Peur de quoi ? Il ne comprenait pas du tout tout le médecin, pour tout vous avouez il ne comprenait plus rien, tout était plus facile, il y a quelques minutes. Il ouvrit la bouche avant de la refermer. Il ne savait pas réellement comment agir, ni même comment arriver à prononcer ce qu'il voulait dire. Que dire ? Il n'avait pas envie d'envenimer le problème mais il ne pouvait pas laisser les choses comme ça alors que c'était indirectement ça faute. Ce n'était pas l'angoisse qui le ferait se remettre sur pied plus vite. Le médecin reprit.


-Il me manque certainement pas mal d'information et elle ne me regarde certainement pas mais il y a une seule chose qui m'étonne, c'est pourquoi avez-vous cette angoisse en vous Liam ? Même votre électrocardiogramme semble s'affoler ?

La preuve, son rythme cardiaque s'était élevée, ce qui se serait fait d'autant plus remarqué si le son était branché, les bip sonores se seraient dangereusement rapprochés, le criant dans toute la pièce. Il ne savait pas ce qui pouvait bien le mettre dans cet état mais un gaillard comme lui qui n'avait pas peur de se battre contre des petites frappes, qui de toute évidence en avait du en voir des vertes et des pas mures pendant son existence, ne pouvait pas avoir peur sans raison. Il avait du mal à l'imaginer angoisser juste pour le risque que son père le sache. Oui de ce qu'il connaissait il était strict, assez autoritaire et borné mais pas injuste. Encore une fois, Wayne avait l'impression de nager en eau trouble.

-Qu'est-ce qui vous fait aussi peur ?

Finit-il par demander en toute franchise. Bon il n'était pas certain que Liam le lui confie mais sait-on jamais. Il trouvera peut-être le sujet moins glissant que le précédent.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Sam 29 Juin - 15:17

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Aux mots du médecin, Liam tourna la tête vers l'appareil dont il parlait, il vit en effet sa courbe signifiant son cœur s'accélérer. Il ne contrôlait pas vraiment cette partie là, ses émotions semblaient décider à la place de sa raison, c'était comme si tout ce en quoi il croyait, ses convictions le quittait. Il semblait redevenir un petit garçon apeuré dans un coin dans sa chambre, la tête entre les jambes semblant attendre une sentence qui n'arrivait pas. Il se souvint de ces moments, seul dans le noir à attendre que sa mère vienne le sermonner sur ses bêtises de la journée, comme un rituel, jusqu'au jour où elle n'est plus venu, où elle n'en avait plus la force et où Liam arrêta les bêtises de gamins pour en faire une de taille. La plus grosse connerie de sa vie, devenir dealer.
Il songea à cette époque où il hésité encore, où il avait encore eu le choix, maintenant tout était plus compliqué et là tout de suite l'envie de consommer le prit. Il en avait envie comme quelqu'un au régime aurait eu envie d'un pot géant de glace au chocolat. C'était viscérale, incontrôlable, son esprit était à présent dominer par cette envie. Mais il était dans un endroit où c'était pas la première chose qu'on pouvait trouver, la sensation de la morphine lui faisait du bien mais pas assez à son goût, c'était pas la même chose, c'était pas aussi « planant ».

Il tenta néanmoins, comme il le pu, de reprendre son calme mais son interlocuteur continué de l'interroger ce qui lui arracha un soupire de lassitude et d'agacement. Si il ne lui répondait pas, il pourrait soit abandonner ou au contraire s'acharner jusqu'à avoir ce qu'il voulait. Liam se décida donc en quelques secondes à enfin décrocher plus de deux mots.

- Écoutez, je sais que vous faites votre boulot. Mais si vous appeler les flics je suis foutu, c'est clair ? Comme vous l'avez si bien dit, si je donnais de faux noms c'était pas pour rien. Je suis fiché, si ils m'arrêtent je finirais sans doute en taule, et là c'est pas trop dans mes projets.

C'était pas totalement faux mais ce n'était pas l'entière vérité. Il avait pas trop envie de traîner avec des flics, et il ne voulait pas de problèmes avec son boss. Mais ça, il s'abstiendrait de le dire. Il allait pas commencer à jouer les balances auprès d'un médecin, il risquait déjà beaucoup en ayant donné son vrai nom, c'était amplement suffisant.
Cependant, comme pour se donner bonne conscience, et pour lui donner aussi une bonne raison de ne pas appeler les flics pour le dénoncer, justement, il ajouta :

- J'essaie d'arrêter toutes ces conneries...Ça fait plusieurs jours que j'ai rien pris...Enfin, deux jours mais c'est déjà beaucoup pour moi...

Il s'arrêta net, se rendant compte soudainement qu'il était ridicule à lui parler comme si il était son psy ou je ne sais quoi, il s'en fichait probablement pas mal de son petit effort qui pour lui était surhumain et pour les autres c'était du grand n'importe quoi. Personne ou très peu en tout cas croyait en sa capacité de guérison et d'arrêter de dealer un peu partout. Il avait cru en lui-même, il avait tenu bon mais il y a deux jours il avait craqué, il était humain, il avait juste craqué. Et là il imaginait la sensation qu'un shoot pourrait lui produire mais il secoua la tête comme pour effacer cette image pesante qui mitrailler son esprit. Il devait tenir bon.


___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mar 2 Juil - 17:00



« D'urgence en surprise »


La peur, l'angoisse, la panique... C'était trois sentiments semblables et pourtant si différents. Wayne ne savait lequel des trois collait le mieux à son patient du jour mais ce qu'il savait avec certitude, c'était que Liam craignait quelques choses de toutes ses forces. Même si on voudrait tricher, même si on voudrait garder ce masque de froideur et d'impassibilité sur le visage, ici, c'était peine perdue. Il n'y avait pas que votre voix qui pouvait s'exprimer et son corps le lui prouvait de la plus belle des manières en faisait quelque peu s'affoler l'électrocardiogramme comme le remarqua très vite le médecin. Il ne comprenait pas et ne pouvait faire qu'une chose, c'était d'attendre qu'il veuille bien lui donner un peu plus d'informations. Il continuait inlassablement de lui poser des questions, espérant sans doute que les suivantes aillent plus d'impacts que les précédentes. Il aimerait l'aider ou du moins comprendre d’où venait ce sentiment qu'il ne contrôlait pas parce que Wayne avait l'habitude de tout ça. Il avait l’habitude de gérer la famille des victimes en panique qui accourait pour les nouvelles, en souhaitant de tout cœur qu'elles soient bonnes, alors que ce n'était pas toujours le cas. Il avait l’habitude de composer avec les patients au bloc qui avait l'angoisse de ne plus se réveiller ou simplement, il avait que trop connut pendant la guerre la peur de ne pas rentrer, de ne plus voir sa famille, de mourir dans les secondes qui suivent. Alors qu'il se perdait dans ses pensées qui le ramenaient comme un mauvais films toujours vers les marines, il secoua la tête. Il voulait bien l'aider mais sans avoir la cause exacte de tout cela, il ne pouvait rien faire mis à part émettre une foule d'hypothèse. Or , il avait l'impression que plus il parlait, plus le jeune homme s'ennuyait ferme, comme il le confirma par son ostensible soupire à son encontre.

Bien qu'il aurait pu le prendre comme une reddition de sa part, vu que Liam enchaîna lui livrant une partie de ce mystère qui l'entourait depuis qu'il le connaissait. Bien avant d’apprendre son nom et son lien de parenté des plus étonnants. Wayne croisa les bras contre son torse alors que son regard se riva au sien alors qu'il l'écoutait parler. Foutu ? A peine avait-il le temps d'hausser un sourcil d'interrogation que la suite lui arriva aux oreilles. Hum savoir qu'il trempait dans des histoires louches n'était pas vraiment la nouvelle du siècle pour le médecin. Il se doutait bien qu'il y avait anguille sous roche mais l'entendre dire aussi clairement était une tout autre histoire. Pour le coup, il ne savait pas trop, d'un côté oui il serait tenu d'appeler les flics mais ceux-ci ne cherchaient certainement pas à l'aider, juste à l'enfermer et à le coincer pour ces crimes, quel qu’il soit. De l'autre, cacher des informations pourraient tout aussi bien le faire chuter pour une complicité alors qu'il ignorait tout des petites magouilles de son vis-à-vis. Voilà qu'il avait de quoi réfléchir pour essayer de faire le tri. Cependant, plus il en apprenait sur Liam, plus le faite qu'il aille été la victime de cette attaque paraissait prendre tout son sens. C'était sans doute un de ces petits règlements de comptes entre groupe/bande rival. D'ailleurs c'était quoi son petit marché ? Drogue ? Vente d'armes ? Un chouilla ironique si on estimait que son père était contre toute forme de violation de loin. Très vite, il reviens sur la première hypothèse qu'était la drogue. C'était un véritable fléau de la société. Il voyait pratiquement tous les jours aux urgences des junkies frôler la mort par overdose. Ce qui ne les empêchaient pourtant pas de continuer après, jusqu'au jour ou ils ne peuvent plus rien faire. Il n'y avait pas, selon lui, pire produit pour créer une insoutenable addiction.  


-D'accord, je comprends un peu mieux ce qui se passe et pourquoi tout s'affole...Vous êtes dans la période de manque, cela ne va pas être des plus simples pour vous.

Simple constatation de sa part, il avait que trop vu. Certains de ses patients avaient même déjà essayé d’arracher les perfs et les autres tuyaux juste pour sortir d'ici et aller acheter leur dose chez le revendeur du coin. Néanmoins, il n'y avait aucun jugement autant dans l'expression que dans la voix du médecin. Il n'avait pas à juger, ce n'était pas son job. Il se rapprocha un peu en marchant de quelques pas, avant de relever son regard vers Liam qui ne devait attendre qu'une seule chose et c'était sa certitude de ne pas se faire coffrer. Un soupir lui échappa à son tour avant qu'il ne reprenne la parole.

-Je devrais le faire mais je n'appellerais pas la police...Je ne vais rien faire de tel si vous me promettez de continuer de ne pas toucher à la drogue et de réellement vous en sortir ? Qu'est-ce que vous preniez ? Ecstasy ? Héroïne ? Cocaïne ? Amphet' ? Cannabis ?

Oui, le médecin était d'avis d'essayer de l'aider, de le pousser pour qu'il s'en sorte surtout qu'il semblait en avoir la volonté, du moins tant que le manque n'était pas trop profond. Si il voulait vraiment se tirer de toute cette merde, alors il n'y arrivera certainement pas seul. D'ailleurs son côté médecin avait repris le dessus en lui demandant à quoi il était devenu dépendant. Ce n'était pas du tout pour le cataloguer ou pour vérifier par prise de sang que ce qu'il disait était vrai et que ce n'était pas un de ces nombreux mensonges. Non, c'était juste pour savoir contre quoi il allait devoir combattre, parce que pour chaque drogue le traitement était différent. Et admettez qu'il soit shooté à la morphine, il vaudrait mieux dans ce cas que le médecin pense à lui retirer la machine qui lui en injectait avant de faire pire que mieux.

-Vous avez déjà essayé de vous faire aidez ? Je peux vous conseiller des centres discrets mais efficaces.

Disons qu'il en connaissait un rayon sur le sujet et si cela pouvait l'aider alors pourquoi pas.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Ven 12 Juil - 21:03

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Liam dû rire aux propos du médecin. Sa famille ? Ses amis ? Il n'avait personne. Pouvait-il compter sur son père ? Certainement pas. Bon d'accord, il noircissait peut être le tableau mais depuis que Jesse était parti, sa vie prenait un tournant tel qu'il s'en fichait pas mal. Oui il voulait s'en sortir, pour prouver à tout le monde qu'il en est capable. En réalité, il ne veut s'en sortir que pour ça, pour son ego mal placé.
Mais valait mieux vouloir s'en sortir pour ça que pour quelqu'un. Il l'avait déjà fait et il en était ressorti déçu et c'était devenu pire qu'avant.

- Je n'ai personne sur qui compter. Alors votre discours marche pas sur moi.

Il avait prit son air des mauvais jour, se braquant brusquement alors que Wayne voulait l'aider ni plus ni moins, il le savait bien. Mais ça y est, il en avait marre, il se sentait comme un gosse à qui on dit quoi faire. Et il n'était plus un gamin, mais il se gardait de lui dire, il connaissait la rengaine. Chaque fois qu'il avait dit ça, on lui avait répliquer « Alors arrête d'agir comme tel ! » c'était tellement prévisible que ça ne valait plus le coup d'user de salives.

Son obstination a vouloir se débrouiller seul en déconcerter et énerver plus d'un. Jesse fût le premier à lui en vouloir, leur couple avait éclaté une fois à cause de ça déjà, à cause de sa drogue, de ses choix, de sa mauvaise foie, il savait tout ça.
Il voulait juste faire bonne figure mais au fond il se doutait qu'il n'y arriverait jamais seul, au fond voulait-il vraiment tout arrêté ? Là était la réelle question qu'il devait se poser. Peut-être, qu'au fond, il disait ça juste pour se donner un but ou du moins faire croire qu'il en avait un. Il aurait bien soupirer tellement il était lassé par tout ça. Il aurait plus vite fait d'arracher toutes ses perf' et de sauter par la fenêtre, au moins l'histoire serait régler, il arrêterait de penser à tout ça, il n'aurait plus aucun choix à faire, jamais.

Mais sa lâcheté l'en empêcha, il fallait du courage pour mettre fin à sa vie, non ? Liam n'en avait aucun sur ce point là. Même avaler un tas de cachets l'effrayait au plus haut point. Même si Jesse l'avait abandonné il y avait pensé oui mais il n'arrivait pas à passer à l'acte. Alors peut être qu’inconsciemment lorsqu'il avait rechuté il se disait que ça y est c'était le bon moment, la bonne excuse, qu'une overdose n'était pas loin...Mais malgré sa surdose comparé à habituellement, il n'avait pas eu de séquelle à part une gueule de bois par rapport à la grande dose d'alcool qu'il avait ingurgité.

Lui qui était de bonne humeur le matin même, lui qui avait arrêté durant quelques heures de penser à sa misérable vie, il se la prenait en pleine face, ça lui prenait au cœur, il le sentit battre à tout rompre ce qui l'agaçait encore plus. Son esprit avait perdu le contrôle, ses sentiments venaient de reprendre le contrôle sur sa raison. Il sentit une larme coulait le long de sa joue qu'il effaça d'un rapide coup de bras, ce même bras qui était sous attelle, il eut un léger cri de douleur qu'il bloqua immédiatement.

Après quelques minutes, il reprit son calme, son cœur se calma, il se força à reprendre le contrôle, faisant taire ses émotions bien trop vives à son goût puis il répondit à la question du médecin d'un ton neutre, comme si cette scène n'avait jamais eu lieu.

- Ça va, la morphine fait bien son boulot, je ne sens plus rien.

Et là il disait la vérité, il ne ressentait plus rien, même ses émotions s'étaient calmés, comme si il venait de les mettre sur pause. Son mal de crâne avait disparu, quelques sueurs froides perlaient sur son front mais il ne les sentait même pas. C'était une douce paralysie qui lui donnait la sensation d'être couché sur un nuage de coton. Il était bien...Jusqu'à sa prochaine crise sans doute.


___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.


Dernière édition par Liam L. Gibbs le Ven 19 Juil - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Lun 15 Juil - 18:00



« D'urgence en surprise »


La drogue. C'était certainement un des plus grands fléaux de notre époque, avec l'alcool et le tabagisme. De plus en plus tôt, les enfants étaient mis en contact avec tout ça, de plus en plus tôt, il en prenait pour faire comme leur copain et ne pas subir les railleries de ceux qui se croyaient malins. Tout ça pour finir avec une santé détériorée ou des poumons foutus. Bon certes, il était médecin, il était mieux placé que toute la population pour voir les dégâts que tout ces phénomènes créaient. Il n'allait pas jeter la pierre sur ceux qui l'avaient fait. On avait tous déjà essayé de tirer une taf ou de boire des verres jusqu’à en être malade. Mais tant que cela n’avait rien de régulier passait encore, l'addiction n'avait pas le temps de se créer, c'était juste une occupation pas un besoin viscéral. Or, de toute évidence pour Liam, cela était clairement devenu une dépendance. Un besoin impérieux auquel il devait obéir. Oui il aurait pu abandonner l'idée directe, lui sourire gentiment et faire volte-face jusqu'au bureau des infirmières de service et demander de prévenir la police. Peut-être même c'était ce qu'il devait faire. Mais il avait envie de le croire, il avait envie de croire à sa volonté de s'en sortir, même si celle-ci allait commencer à flancher de jour en jour. Le manque pouvait vous faire faire des choses absolument débiles ou complètement dangereuses, mettait votre santé à mal mais replonger n’était pas la solution. Il fallait s'en tirer ce n'était pas une sinécure et il le savait. Néanmoins, une fois qu'il avait confirmé tout cela le médecin lui avait demandé à quelle substance illicite il était devenu dépendant. Cette information risquait fortement de lui devenir utile si Liam restait quelques jours avec eux. Au moins, il serait contre quoi lutter et donc peut-être proposer la meilleur médication possible pour ne pas empirer les choses.

Cocaïne. Rien de tels. Comme à peu prêt la moitié de la population de Washington, même si l'ecstasy était très prisée par les jeunes dans leurs soirées. La poudre blanche. Si un soupire aurait pu sortir de la bouche de Wayne, il n'en fit rien. Le problème ce n'était pas tout ces gens qui tombaient dans le panneau, le vrai problème c'était d’essayer de stopper ceux qui créait et importait ici cette drogue. Sauf que ces gens étaient souvent bien protégé et parfois intouchable malgré les efforts conjoints de la police, des forces maritimes ou des autres agences de ce pays. Alors que son regard se portait un peu partout, son cœur semblait se calmer un peu et revenir à la normale, alors que le médecin voulu bien faire en lui proposant volontairement son aide pour trouver des centres, il se referma. Oui cela avait peut-être mauvaise réputation, oui on devait un peu les shooter au départ avec autres choses, mais cela faisait des merveilles et si tout allait bien après, les centres de dés-intox, les gens reprenaient une vie normale. De plus, allez volontairement là-bas n'était qu'un boni à prendre qui serait en sa faveur au cas où la police le rattrapait. Et puis son père serait aussi content de le voir s'en tirer non ? De le voir repartir sur le bon chemin et non pas de continuer à dériver comme maintenant ? Il aurait pu mettre une foule d'argument mais au vu des réactions précédentes du jeune homme ? il supposait que ce n'était pas une bonne idée. S'en sortir tout seul cette fois-ci Wayne se permit un rictus légèrement amusé. Combien de fois il avait entendu ça ? Combien de fois il avait entendu que celle-ci serait la bonne, sans que cela ne le soit jamais ? Des dizaines de fois voir bien plus.


-Vous savez combien de personnes m'ont déjà dit ça ? Combien de personnes m’on dit que tout irait bien et qu'elle n'avait pas besoin d'aide ? Des dizaines...Eh pourtant peu sont ceux qui ont réussi à le faire sans aide. Je me doute que mes paroles vont vous braquer mais vous devez vous faire aider. Vous devez chercher du soutien dans votre famille, avec vos amis parce que votre volonté qui est forte maintenant, viendra à s’effilocher.

Peut-être devrait-il s'y prendre par la menace et signaler que si jamais il le revoyait ici ou qu'il avait une trace de son passage dans le service des urgences peu importait pour quoi mais avec une prise de sang positive pour la coke, il appellerait cette fois la police. Non, certes, cela ferait très certainement réagir le jeune homme face à lui mais sans doute pas comme il l'espérait. Il soupira mentalement, Wayne avait beau être assez passif et gentil de base, il était tout à fait têtu et borné. Depuis le nombre d'années, il le savait, c'était pourquoi sans plus vraiment se préoccuper de son patient qui était dans le lit en face de lui. Il tira une carte blanche de sa poche. Pourquoi il en avait toujours, il ne savait pas mais ici elle trouvera son utilité. Le chirurgien attrapa avec dextérité le bic qui était accroché à une des poches de sa blouse de médecin avant de commencer à écrire des mots. Une adresse pas de numéro de téléphone car ça il avait beau avoir une bonne mémoire il ne pouvait pas tout retenir. Par contre il écrit le sien. Lentement en rengainant son bic, il se rapprocha de lui et lui tendit la petite carte contenant les noms de deux centres, ainsi que son numéro.

-Si jamais vous changer d'avis et que vous vous sentez flancher, avant de mettre à néants ces deux ou trois jours d'abstinence, sonnez-moi ou allez les voir...

C'était dire qu'il n'avait pas dit son dernier mot, tout en le laissant tranquille sur ce point. Il attendit quelques secondes et décida de changer complètement de sujet. En espérant que celui-ci sera moins tabou que son père et la drogue. Normalement oui.

-Bon pour revenir à quelque chose de plus professionnel, comment vous sentez-vous ? La douleur c'est supportable ?

Après il ne fallait pas oublier dans quel état physique il était en plus de combattre ce fléau. Pour le coup, il n'avait pas vraiment de chance. Sans doute était-ce aussi cela qui jouait dans le fait que le médecin avait plus envie de l'aider quitte à devoir lui mettre un bon coup de pied aux fesses pour se faire que de rester joliment dans son rôle de médecin et d'agir comme tel.  

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Ven 19 Juil - 16:02

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Liam dû rire aux propos du médecin. Sa famille ? Ses amis ? Il n'avait personne. Pouvait-il compter sur son père ? Certainement pas. Bon d'accord, il noircissait peut être le tableau mais depuis que Jesse était parti, sa vie prenait un tournant tel qu'il s'en fichait pas mal. Oui il voulait s'en sortir, pour prouver à tout le monde qu'il en est capable. En réalité, il ne veut s'en sortir que pour ça, pour son ego mal placé.
Mais valait mieux vouloir s'en sortir pour ça que pour quelqu'un. Il l'avait déjà fait et il en était ressorti déçu et c'était devenu pire qu'avant.

- Je n'ai personne sur qui compter. Alors votre discours marche pas sur moi.

Il avait prit son air des mauvais jour, se braquant brusquement alors que Wayne voulait l'aider ni plus ni moins, il le savait bien. Mais ça y est, il en avait marre, il se sentait comme un gosse à qui on dit quoi faire. Et il n'était plus un gamin, mais il se gardait de lui dire, il connaissait la rengaine. Chaque fois qu'il avait dit ça, on lui avait répliquer « Alors arrête d'agir comme tel ! » c'était tellement prévisible que ça ne valait plus le coup d'user de salives.

Son obstination a vouloir se débrouiller seul en déconcerter et énerver plus d'un. Jesse fût le premier à lui en vouloir, leur couple avait éclaté une fois à cause de ça déjà, à cause de sa drogue, de ses choix, de sa mauvaise foie, il savait tout ça.
Il voulait juste faire bonne figure mais au fond il se doutait qu'il n'y arriverait jamais seul, au fond voulait-il vraiment tout arrêté ? Là était la réelle question qu'il devait se poser. Peut-être, qu'au fond, il disait ça juste pour se donner un but ou du moins faire croire qu'il en avait un. Il aurait bien soupirer tellement il était lassé par tout ça. Il aurait plus vite fait d'arracher toutes ses perf' et de sauter par la fenêtre, au moins l'histoire serait régler, il arrêterait de penser à tout ça, il n'aurait plus aucun choix à faire, jamais.

Mais sa lâcheté l'en empêcha, il fallait du courage pour mettre fin à sa vie, non ? Liam n'en avait aucun sur ce point là. Même avaler un tas de cachets l'effrayait au plus haut point. Même si Jesse l'avait abandonné il y avait pensé oui mais il n'arrivait pas à passer à l'acte. Alors peut être qu’inconsciemment lorsqu'il avait rechuté il se disait que ça y est c'était le bon moment, la bonne excuse, qu'une overdose n'était pas loin...Mais malgré sa surdose comparé à habituellement, il n'avait pas eu de séquelle à part une gueule de bois par rapport à la grande dose d'alcool qu'il avait ingurgité.

Lui qui était de bonne humeur le matin même, lui qui avait arrêté durant quelques heures de penser à sa misérable vie, il se la prenait en pleine face, ça lui prenait au cœur, il le sentit battre à tout rompre ce qui l'agaçait encore plus. Son esprit avait perdu le contrôle, ses sentiments venaient de reprendre le contrôle sur sa raison. Il sentit une larme coulait le long de sa joue qu'il effaça d'un rapide coup de bras, ce même bras qui était sous attelle, il eut un léger cri de douleur qu'il bloqua immédiatement.

Après quelques minutes, il reprit son calme, son cœur se calma, il se força à reprendre le contrôle, faisant taire ses émotions bien trop vives à son goût puis il répondit à la question du médecin d'un ton neutre, comme si cette scène n'avait jamais eu lieu.

- Ça va, la morphine fait bien son boulot, je ne sens plus rien.

Et là il disait la vérité, il ne ressentait plus rien, même ses émotions s'étaient calmés, comme si il venait de les mettre sur pause. Son mal de crâne avait disparu, quelques sueurs froides perlaient sur son front mais il ne les sentait même pas. C'était une douce paralysie qui lui donnait la sensation d'être couché sur un nuage de coton. Il était bien...Jusqu'à sa prochaine crise sans doute.





ps. Comme tu as pu le remarquer (ou pas lol) grosse idiote que je suis, en éditant l'ancien message et en voulant faire copier/coller ma présentation j'ai pas fait attention du coup j'ai mis ma nouvel rep dans l'ancienne. Bref du coup c'est deux fois --'

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Lun 22 Juil - 18:36



« D'urgence en surprise »


Un rire amer, un rire sans joie. Un rire juste pour vous dire que vous vous trompez lourdement sur toute la ligne. C'était comme ça que Wayne le prenait et c'était sans doute exactement ce que souhaitait faire Liam par cette méthode. Il avait envie de dire que il ne pouvait pas savoir, il ne pouvait pas l'aider si il n'y démontrait pas un peu de bonne volonté, si il ne lâchait pas un peu du leste ou se refusait simplement à tous expliquer, à tous gardez pour lui. Certes, il n'était qu'un médecin, une personne chez qui il n'avait pas eu trop le choix de venir, un inconnu parmi tant d'autres et pourtant une main tendue. Chose qui ne devait pas être très habituel dans son quotidien de poudre blanche, beaucoup serait ravi de s'en saisir après avoir ronchonné pour la forme. Peut-être était-ce qu'il fera ? Mais pour le moment, si il essayait à son tour de ruer dans les brancards ou d'y aller un peu plus sèchement, il savait qu'il perdait la moindre chance de le convaincre. Si cela se trouvait, il pouvait très bien n'en avoir aucune depuis le début mais au moins, il n'aurait rien à se reprocher. Même si il se disait ne pas avoir de famille, pas de famille ou se la jouer calimero et seul au monde, il avait son père qui l'aiderait, il en était certain. Sauf qu'il semblerait que le jeune homme avait la tête aussi dur que son géniteur. Il ne serait pas étonnant que sa face des étincelles. Pas son problème. Il ne dit plus rien, il ne répondit plus rien. On pouvait prendre cela comme une reddition ? Non, mais nul doute que cette technique devait marcher à la perfection avec les plus impatients personnages. Pas de chance pour lui mais le chirurgien était quelqu'un de têtu et de patient, tenace quand il voulait quelque chose. Vous en voulez une preuve ? Eh bien, il lui avait donné son numéro, et les noms de deux cites. Il pouvait très bien s'en servir plus tard ou le jeter mais il semblait d'un coup perdu ailleurs.

Très loin, inaccessible. Malgré son temps compté et son service surchargé comme tous les jours, le brun n'avait pas bougé, les bras croisés contre sa poitrine à attendre. Son électrocardiogramme s’affola à nouveau même si son corps ne montra aucun autre signe qui aurait pu faire réagir le médecin comme une urgence. Il ne faisait pas d'attaque ! Il était déjà prêt à se demander quoi quand il vit une larme couler sur sa joue. Bien qu'il essayer de  l'effacer stupidement en se faisant mal pour ne pas qu'il la remarque. Trop tard. Il ne pourrait plus dire qu'il s'en moquait parce que c'était la preuve que cela le touchait. Mais il semblait trop imbu de lui-même, trop narcissique ou simplement trop fier que pour le signaler. La fierté encore un sale truc qui ne servait finalement à rien. Il ne savait que dire, vu que plus il parlait plus il faisait mal et pourtant c'était comme une invitation à recommencer, à essayer. Il allait parler, il voulut ouvrir la bouche pour poser une autre question quand Liam changea directement de sujet, en prenant la porte de sortie qu'avait lancée le médecin un peu plus tôt. Il était incorrigible. Il hocha la tête et reprit son bic avant d'avancer et d'aller écrire quelques éléments en plus dans le dossier.Comme ça les infirmières sauraient que la dose était correcte et qu'il ne fallait pas l'ajuster. Du moins pour le moment, parce que petit à petit, il faudrait la diminuer pour qu'il puisse s'en passer et surtout pour ne pas lui créer une nouvelle addiction. Il avait déjà assez de démon à combattre sans ça. Dont beaucoup que Wayne ignorait.


-Parfaits, dans ce cas je vais laisser comme ça et on repassera dans la journée voire comment ça évolue...

Le rôle du médecin abandonné, il se dirigea très lentement vers la fenêtre de la chambre qu'il utilisait. Le temps était clément aujourd'hui et il allait faire chaud ici avec les appareils qui le surveillaient. Il ouvrit légèrement une des fenêtres en oscillant battant. De toute façon, on ne savait faire plus par question de sécurité. En prime, il y avait des rembarres parce qu'on était quand même dans les étages. Certes pas le plus haut mais honorable vu la taille de l’hôpital. Par la suite, il se dirigea vers la sortie faisant comme si il n'avait rien vu. Un répit? Non. Avant d'atteindre la porte, il se retourna pourtant vers Liam, plongeant son regard dans le sien.

-Vous savez, on dit toujours que les hommes doivent être forts, qu'ils ne peuvent pas pleurer, qu'ils doivent savoir tous gérer et faire face à tous...C'est faux, on est humains au même titre que n'importe qui. Et même si vous n'en avez pas demandé, un conseil, laissez-les passer. Laissez-les aller, vous vous sentirez mieux après, croyez-moi...Et vous n'êtes pas seul vous avez votre père. Vos amis ? Ne me dite pas qu'ils s'en moque.

Il attendit calmement. Il allait encore l'envoyer bouler avec ferveur ? Il ferait comme si il n'y avait jamais rien eu ? Il y avait un trop-plein. Il ne devait pas garder tout cela pour lui. Il dirait bien qu'il pouvait parler avec le service psychologique de l’hôpital mais il avait la nette impression qu'il prendrait cela très mal. Ils n'étaient définitivement pas sorti de l'auberge.  

Hj: Je n'avais pas remarqué mais c'est pas grave t'inquiète ^^

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Sam 3 Aoû - 17:29

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Liam se perdait lentement dans ses pensées, comme consumer par l’envie d’être ailleurs. Il se voyait bien sur une île déserte à siroter un cocktail, ou deux. Mais sa vie était à des années lumières de ce doux songe. Si seulement c’était si simple de juste dire stop. De refuser de se laisser dicter, de prendre sa vie en main, il l’aurait fait sur le champ. Mais tout était si compliqué, s’en était énervant. Les nerfs en pelote, il se sentait désarmé.
Le désarroi ne cessa pas, il sentit la culpabilité le rongé de l’intérieur lorsque le médecin sembla lui expliquer qu’il avait le droit de pleurer, de se laisser aller. Comme il en avait envie…Pour une fois, il aurait voulu avoir le courage de tout relâcher, lâcher cette pression qui lui contracter les muscles, cette foutue pression qui le bouffer intérieurement. Mais pouvait-il le faire ? En avait-il le droit ? Lui qui n’avait pas eu de modèle masculin dans sa vie, il ne savait pas ce qu’un homme était censé faire. Il se basé uniquement sur les autres, et lui qui avait grandi dans des lieux pas très fréquentable, en compagnie de gens encore moins fréquentable, il avait une idée faussée de ce qu’était un homme. Pour lui, il fallait être fort tout le temps, ne jamais se laisser abattre, faire sa loi tant que possible et surtout se méfier de tout le monde. Peut-être avait-il suivi le mauvais exemple ? C’était fort possible. Tout à coup, il du bien avouer qu’il se remettait en question. Il du néanmoins prendre un instant pour remettre ses idées en ordre.
Son père ? Ses amis ? Que pouvaient-ils pour lui ? Ils n’étaient pas responsables de ses actes après tout. Pourquoi se soucieraient-ils de lui ?

- Pourquoi ils voudraient m’aider ?

Il avait pensé à haute voix, les mots étaient sortis malgré lui dans un ton de tristesse absolu. Mais c’était tellement vrai, pourquoi voudraient-ils l’aider alors que lui ne se souciait pas vraiment d’eux ? Lui il n’allait pas leur demander si tout allait bien, si ils avaient besoin de lui. Depuis que Jesse était parti, il était déprimé et n’avait envie de rien. Et la seule fois où il s’était autorisé à ne plus y repenser il se retrouvait à l’hôpital. A croire que c’était un coup du sort pour le punir. Parce qu’il avait osé oublier ne serait-ce qu’un instant sa minable vie.
Une nouvelle larme roula sur sa joue, mais cette fois il la laissa s’écouler, s’en suivit une autre puis une autre, il fixait le mur devant lui sans réaction comme si son esprit s’était envolé ailleurs. Machinalement, il prit la parole.

- La seule personne qui en avait quelque chose à faire de moi m’a laissé tomber. C’est bien la preuve que j’en vaux pas la peine, non ?

Le débat précédent concernant son addiction était comme passé à la trappe. Sa réelle souffrance se située ailleurs, et il ne parvenait pas à la faire taire.



___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mar 6 Aoû - 9:43



« D'urgence en surprise »


Les apparences sont trompeuses. Tout le monde connaissait ce proverbe, tout le monde s'en méfiait et c'était avec raison. On avait beau jouer les caïds de services, jouer-le je-m’en-foutiste totale mais au fond ce n'était pas vrai, on ne s'en moquait pas. Ce n'était pas parce que vous ne dites jamais rien, que vous ne montrez jamais rien que vous ne les ressentiez pas pour autant. L'homme n'était pas un animal solitaire et encore moins renfermé. On avait besoin de s'exprimer, de donner son avis, d'essayer de prouver qu'on existait d'une manière ou d'une autre. Eh ce même si on ne choisissait pas la bonne manière de le faire. Liam avait certes plus d'une souffrance à cacher c'était sur cette conclusion qu'était finalement tombé le médecin en voyant la larme, la traîtresse, couler sur son visage. Pour lui cela n'avait pas rapport avec son addiction ou la drogue, ou du moins ce n'était pas la source du problème, il n'avait encore jamais vu un junkie pleurer pour cette cause, la démence et la folie par contre c'était à voir. Il ne savait que dire, comment pouvait-il convaincre un homme qu'il ne connaissait pas le moins du monde, ou si peu, à se confier à lui? Alors que lui-même se refermait comme une huître si la conversation venait à toucher ce passé douloureux encore aujourd'hui. Le brun était sur qu'il n'était pas le mieux placé et pourtant, il semblerait qu'il soit le seul pour l'instant à vouloir prendre se rôle de guideur. Il avait reparlé, essayé de lui dire qu'un homme ne devait pas être un robot même si c'était ce que répétait encore et toujours la société, même si c'était ce que montraient tous les films. Nous étions tous humains, avec nos qualités et nos défauts, avec nos forces et nos faiblesses. C'était ce qu'il avait essayé de lui faire comprendre. Oh il prenait une fois de plus le risque de se faire jeter sur les roses mais ce n'était pas grave. Il était têtu et borné, il s'en remettrait sans doute.

Contre toute attente, et à son plus grand étonnement, ce ne fut pas une réplique cinglante qui fusa mais ce qui prit une nouvelle fois pour un appel à l'aide silencieux. Le ton de sa voix était emplis de tristesse et d'une réelle détresse. C'était triste de savoir qu'il avait si peu confiance en lui, si peu confiance dans les autres et au monde. La société n'avait pas du être tendre avec Liam pour qu'il en arrive à ce point. pour qu'il en arrive à croire que même ses amis et sa famille se détourneraient de lui. Il se sentait rejeté et donc seul. Non, ils ne le feront pas. Il avait cessé de reculer vers la porte. Ignorant toujours ostensiblement, le boucan des infirmières qui s'activaient à leur travail, Wayne était revenu vers son patient. La seule réplique qu'il avait envie de signaler serait le fameux et pourquoi pas ? Une question contre une question. Mais après tout oui pourquoi ne voudraient-ils pas ? Quand on tenait à quelqu'un, on devait faire tout pour l'aider, même si cela consistait à essayer de remonter la pente ou de reprendre le droit de chemin. L'erreur était humaine et un ami ça devait pardonner. Il ne pouvait pas croire que Jethro se désintéresserait de lui. Non, il ne le croirait pas, il avait eu le temps de lui parler que ce soit à l'armée ou bien plus tard quand ils s'étaient revus et il n'était pas comme ça, il en mettrait sa main au feu - enfin façon de parler-.


-Et pourquoi ils ne le feraient pas ? Vous avez une si piètre opinion de votre vous Liam? Et je refuse de croire que toutes les personnes qui vous entourent n'en ont rien à faire de vous. Ouvrez les yeux, soyez peut-être moins rebuté à l'aide que les autres veulent vous apporter et je suis sur que vous changerez d'avis.

Bon il était clair que si le jeune homme réagissait avec tout le monde comme avec lui, il y avait de quoi décourager certains. On voulait bien aider mais généralement après des refus et toujours des refus, on commençait à abandonner l'idée et de laisser cette personne se débrouiller. C'était un peu ce qu'il essayait une fois encore de lui dire. Quand il lui avait conseillé de ne pas lutter contre ses larmes, il ne pensait pas pour autant qu'il le prendrait au mot, mais visiblement ce masque d'indifférence commençait à se briser. Le torrent de ces émotions devenait trop dur et trop fort pour être contrôlé. Lentement, les larmes dévalèrent sur son visage alors qu'il ne bougeait plus. La réplique fut tout aussi douloureuse. Il souffrait d'une perte ? D'un revirement de situation? Il revint près de lui sans pour autant dire autre chose, dans une de ces poches de la blouse blanche, il tira un paquet de mouchoirs. Doucement, il le lui tendit sans rien ajouter d'autre sur ses larmes. Peut-être que cela lui ferait du bien, peut-être que ça le soulagera un peu de tout ce qu'il tenait à l’intérieur de lui. Cela n’arrangea sans doute pas ses problèmes mais au moins ça sera sorti une fois. Croyez-le c'était déjà un bon point. Quand Elena était décédé, il avait cru que le monde s'effondrait. Il était resté longtemps prostré sans rien dire avant que sa colère n'éclate, contre le monde entier, contre l'armée, même l’Amérique. Ça n'avait servi à rien mais ça l'avait fait avancer.

-Détrompez-vous, vous en valez la peine, vous valez quelques choses aux yeux des autres. Et si quelqu'un vous à laisser tomber, c'était peut-être qu'il n'était pas vraiment votre ami. Ne juger pas sur une personne, d'autres seront là pour vous tendre la main.

Oui déjà lui, sans doute son père, d'autres amis ? Il ne faisait que supposer il ne connaissait pas sa vie. Il ne connaissait même pas son nom jusqu' il y avait quelques minutes à peine.

-Si cette personne vous manque tant, pourquoi ne pas essayer de la retrouver ? Ne pas essayer de lui parler ? De lui dire tout simplement ce que vous ressentez ? Une bonne conversation arrange parfois tout.

Là encore le médecin partait dans des suppositions.  

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Dim 1 Sep - 10:29

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


Le médecin avait sans doute raison. Liam manquait de confiance en lui, il avait toujours cette impression que les gens se servaient de lui. Que personne ne se souciait de lui et de sa vie minable. Lorsqu’on lui proposait de l’aide, il s’attendait toujours à voir le revers de la médaille à un moment ou à un autre. Pour la simple et bonne raison que c’était toujours ainsi. Bien sûr, il avait ressenti l’amour qu’avait eu sa mère pour lui, mais elle était partie trop tôt, le laissant livré à lui-même dans la jungle de la vie et il avait dû faire des choix, et malheureusement il avait fait les mauvais. Et maintenant il n’avait d’autre choix de s’en accoutumer. Il voulut expliquer son comportement au médecin mais il ne savait par où commencer. Il n’allait quand même pas faire pleurer dans les chaumières avec son histoire juste pour un peu de pitié mal placée ? Non de la pitié il n’en voulait pas. Il se contenta donc de se taire et de regarder droit devant lui, le regard figé vers ce mur blanc qu’il commençait à connaître par cœur. Les défauts de peinture, le petit trou là à droite, les traces de pinceaux, bref tout ce qui était insignifiant mais que Liam avait observé pour éviter de répondre à certaines questions.
Néanmoins la phrase qui suit le fit réagir, il détourna son regard vers Wayne le regard durci au premier abord mais en y regardant de plus près on pouvait y desceller une immense tristesse. Si ça avait était quelqu’un d’autre il l’aurait envoyé sur les roses, lui sommant de ne pas parler de Jesse comme ça. S’il en valait la peine, bien sûr. C’est juste lui qui avait déconné, comme d’habitude. Il faisait fuir les gens. Il n’était qu’un boulet pour eux. Et ça il le savait.
Liam baissa la tête, il aurait aimé pouvoir retrouver Jesse, si au moins il savait où il était. Si…Il soupira.

- Je sais même pas où il est…J’ai été abandonné, encore.

Il avait dit cette phrase avec une monotonie déconcertante, comme une habitude. Il était pris dans un engrenage, il connaissait ses défauts mais il ne parvenait pas à les effacer. Quand sa mère est décédée il l’avait vécu comme un abandon, même si ce n’était pas sa faute, il en avait voulu à sa mère de l’avoir laissé ainsi, tout seul. En plus sa mère biologique qui l’avait volontairement abandonné, tous ceux qu’il considérait comme des amis qui l’avait laissé sur le bord de la route et maintenant Jesse. Il se sentait comme un paria. Peut-être que cette sensation était justifiée après tout.  

- Et je crois pas que des mots changeront ce que je suis.

Il haussa ensuite les épaules comme si son destin était tout tracé, que c’était une fatalité.


___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Ven 6 Sep - 15:54



« D'urgence en surprise »


Douleur, tristesse & silence. Voilà les trois sentiments, les trois émotions qui semblaient régner en maître absolus, dans la chambre d’Hôpital. Wayne était très loin d'être devin ou d'avoir des bases de psychologie humaine, mais pourtant, il ne fallait pas avoir fait de longues études pour voir et sentir le malaise qui émanait du jeune homme. Pour comprendre que la drogue dans laquelle il se plongeait depuis longtemps, n’était qu'une seule facette d'un problème complexe. Il semblait avoir tellement de choses en lui qu'il était difficile de le cerner entièrement. De plus, il continuait de vouloir s'entourer d'un mystère démontrant peut-être un peu plus, qu' il n'avait confiance en personne. C'était lui, juste lui, contre le monde entier. Un no man's land. Ce n'était pas avec cet état d'esprit qu'il pourrait arranger ces problèmes, ni même les régler. Si il n'acceptait pas de changer un peu sa façon d'être, si il n'acceptait pas d'enlever les œillères qu'il semblait avoir placé autour de lui, il ne verrait jamais le bon côté des choses. Le médecin avait beau lui dire, encore et toujours. Le répéter mais rien n'y faisait, Liam n’avait pas plus de réaction qu'avant. Lui donnant cette impression étrange et désagréable à la fois de parler à un mur, de parler sans être entendu ou compris. Néanmoins, la seule autre réaction qu'il obtient de son patient statufié fut quand il lui parla de son ami, s'attirant presque un regard noir de sa part. Oh ce n'était plus ça qui allait lui faire peur ou l’empêcher de parler. Il fallait bien que quelqu'un lui crache la vérité à la figure – façon de parler- et si personne n'osait le faire, eh bien lui oui ! Si cela pouvait lui permettre de se secouer les puces, de reprendre le bon bout de la vie, alors il aurait gagné son pari. Tout ce qu'il lui disait là maintenant n'avait qu'un seul but, faire en sorte de ne plus revoir le jeune homme admis dans son hôpital. Qu'il ne risque plus sa vie avec les receleurs ou les drogués mécontents mais qu'il reprenne sa vie en main, sur de bonne bases.

En vers et contre tout, sa détresse semblait tenir et se révéler de plus en plus à son regard, par ce sentiment d’abandon qui lui paraissait classique. D'un côté, le médecin avait de la compassion, de l'autre, il aurait presque envie de lui mettre une bonne baffe pour le sortir de sa transe. Ne pas savoir où il était, était-ce une bonne excuse pour ne pas le chercher ? Absolument pas ! Parfois quand on voulait quelque chose, il fallait se battre pour l’avoir, il fallait un peu bosser, un peu ramer pour arriver à ces fins. Mais il ne fallait pas renoncer à sa détermination. Si il ne prenait même pas la peine de lutter pour ce qu'il voulait, si il ne prenait même pas la peine d'essayer de le retrouver, cela donnait l'impression que ce n'était pas si important que cela pour lui. Le chirurgien gardait son regard vers lui ses hypothèses et ses répliques passant à tout à allure dans sa tête. Dans une pose stoïque qu'il avait l'habitude d'utiliser, il avait croisé les bras contre son torse, son regard se posant vers Liam. Il semblait réfléchir pendant quelques secondes, avant que sa voix ne s'élève après avoir remis le paquet de mouchoirs dans une des nombreuses poches de sa blouse de service.

-Et pourquoi vous ne vous battez pas ? Il est facile de dire qu'on est abandonné mais pourquoi n'allez-vous pas contre ? Est-ce vraiment une ignorance du lieu qui doit vous ralentir ? Si vous tenez à cette personne, alors battez-vous. Montrer le même courage et la même ténacité à le récupérer que celle que vous prenez pour bâtir ce mur entre vous et les autres. Vous avez la volonté Liam, alors utilisez-là, battez-vous...

Pour les autres, pour cette personne qu'il voulait retrouver. Se battre pour un but, pour une idée avec sa volonté, ses forces et ses faibles et non plus se battre avec ses poings pour sauver sa vie ou quelques grammes de coke. Là serait toute la différence, la pourrait être un déclencheur. Sa voix s'était faite un peu plus autoritaire, plus réaliste, comme si il le poussait à aller de l'avant à nouveau même si pour cela il fallait se faire moins doux. Wayne avait de la patience mais il savait aussi qu'il avait un côté impulsif colérique. Il avait amadoué sa colère contre le monde entier pour en faire quelques choses de plus utiles, de moins dévastateur. Sauver des vies pour s’amender d'en avoir volé pendant des années – ce n'était pas des enfants de chœur loin de là mais cela l'avait marqué quand même- à l'armée. Il sembla reprendre un peu de distance, bizarrement il avait l'impression que ce n’était pas le moment idéal pour tourner les talons, pour partir continuer sa journée de travail et pourtant les heures avançaient et les instants de quiétudes comme ça, il en avait que très peu. D'un instant à l’autre son bipeur pouvait se déclencher, le faisant revenir vers une salle opératoire ou l'autre. La réplique suivante eut le même effet que la précédente. Trop peu de confiance en lui, trop peu d'espoir peut-être, de courage ?

-Vous croyez vraiment qu'une personne ne peut pas changer ? Qu'une personne ne peut pas s'améliorer ? Qu'on n'apprend pas de ses erreurs ?

C’était une réelle question. Pour le médecin, il pensait que la réponse était oui. On ne changeait pas radicalement, certes, on n'oubliait jamais qui on avait été mais on pouvait changer. On pouvait s'améliorer avec le temps, la patience et la volonté de s'en sortir. On en revenait toujours au même point. Liam disait avoir la volonté alors qu'il ne semblait pas avoir tellement que ça envie de se battre, se disant sans doute qu'il était plus simple de laisser tout glisser. Qu'il devait y avoir quelque chose d’agréable à laisser tout couler, en se disant simplement que c'était comme ça, qu'on n'avait pas le choix. Non, il fallait qu'il s'ouvre au monde, qu'il prenne confiance en lui, en ces capacités en ses facilités, qu'il les exploite et qu'il se sorte de là non d'un chien.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mar 24 Sep - 17:34

 

D'urgence en surprise
Wayne feat. Liam


-Me battre ?

Un rire raisonna dans la petite chambre, bien que la situation n’avait rien de drôle, c’était plutôt un rire emplit de désespoir. Comme si c’était la seule manière qu’il avait trouvé pour exprimer ce qu’il ressentait. Sa vie n’était qu’une grosse blague, à présent la plaisanterie avait assez duré à son goût. Il reprit un air sérieux.

- Vous croyez que je n’ai pas essayé ? Si j’ai déjà essayé d’arrêter toutes ces merdes c’était juste pour lui, et qu’est-ce que j’ai eu en retour ?

On pouvait lire dans son regard une certaine colère qu’il tentait de cacher, même si il ne voulait pas l’admettre à haute voix il en voulait à Jesse à un tel point que s’en était viscérale. Quand il sentait cette colère le submergeait il se sentait comme contrôlé par elle, envahit par l’envie d’hurler, de taper sur tout ce qui bouge, mais cette sensation il la calme, par le biais de sa poudre blanche, par l’alcool, par les clopes, par toutes ces substances qui vous rende accro et qui vous font oublier votre misérable vie.  Mais là tout de suite, il avait rien de tout ça sur lui, il n’avait que sa colère comme compagnie et un médecin qui le jugeait du regard, du moins c’est ainsi qu’il le percevait.

- Désolé de vous décevoir, doc’, mais quand on ne sait pas où quelqu’un se trouve c’est un frein. Il y a des milliards de possibilités. C’est pas un putain de film, c’est la réalité. Ça ne finit pas toujours comme on veut…

On pouvait dire ce qu’on voulait de Liam mais il avait les idées claires, il était clairement encré dans la réalité, plus que quiconque. Il avait dû l’affronter depuis son plus jeune âge, il savait que la vie était cruelle et qu’on ne pouvait rien faire contre. C’est elle qui décide de tout, même si il n’avait jamais cru en toutes ces conneries de destin, aujourd’hui Liam était bien forcé de constaté que peut-être il devait le prendre en compte, tout ce qui lui est arrivé, tous les choix qu’il a pris ont eu une incidence, mais si il ne les avait pas pris, aurait-il rencontré Jesse ? Aurait-il revu son père ? C’était le destin.  Tel était sa définition de ce phénomène inexpliqué.

Certes les mots ne changeaient pas sa personne, qui se laisserait changer ainsi ? Personne. Mais avec de la volonté, il savait qu’il en était capable, pour Jesse il aurait changé. Il lui avait fallu du temps pour s’en rendre compte, mais c’était censé être la bonne, il soupira à cette pensée, ce n’était pas le moment peut-être. Sa destinée avait encore d’autres projets pour lui. Il dû néanmoins réfléchir un instant pour trouver les mots afin de répondre correctement à la question de Wayne même si la réponse était évidente pour lui.

- Si on peut changer, si on le veut. On change tous, quand on est enfant on n’a pas le même comportement que quand on est adulte, c’est une forme de changement, non ? Croyez-le ou non, mais je n’ai pas toujours était comme je suis. Quand j’étais gamin j’étais qu’un paumé timide, je n’avais pas beaucoup d’amis mais j’avais des amis fidèles. Les gens disaient de moi que j’étais  le gamin le plus obéissant et le plus gentil mais je vais vous dire ce que moi je pense. Je pense que j’étais qu’un faible, et qu’un faible ça ne survit pas dans ce monde. Alors oui, j’ai changé, je me suis endurci, j’ai fait comme les autres, j’ai fait des conneries, je n’en suis pas fier mais c’est ce qui m’a permis de survivre…Si je n’avais pas fait tout ça, je serais sûrement mort aujourd’hui.

Il soupira mettant fin à son récit. L’air qu’il affiché traduisait son malaise mais aussi son soulagement.



___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam] Mar 8 Oct - 14:35



« D'urgence en surprise »


Le chirurgien ne connaissait rien de sa vie, rien de sa situation, il ne pouvait faire qu'imaginer et extrapoler avec les rares fragments que Liam voulait bien laisser filtrer. Il n'était donc pas impossible pour lui de mettre les pieds dans le plat, comme de tomber tout à fait à côté de la plaque. Mais aucun de ces deux risques n'allait lui faire rebrousser chemin. Qu'il doive être dur ou menaçant pour le pousser en avant, ne le dérangeait pas du tout. De toute façon, Wayne ne pouvait pas faire comme si de rien n'était. Déontologiquement parlant, il ne pouvait pas laisser passer un cas de patient comme ça, sans rien faire, parce que c'était à coup sur la case hôpital ou l'overdose qui l'attendait dans les moins à venir. Hors, il n'avait pas envie de le voir revenir pour ça ! Il n'avait pas envie de voir quiconque lui claquer entre les doigts pour une affaire de poudre blanche. Cela aurait pu être tellement simple si il était un drogué à l’héroïne. Il ne lui aurait donné d'autres choix que de suivre le traitement de sevrage que l'on réalisait habituellement avec la méthadone, mais ce dérivé d'opiacé ne donnait pas les mêmes probants résultats avec la cocaïne. Il ne restait donc que les méthodes habituelles du centre de désintox. Néanmoins, si la drogue dans laquelle il était plongé était sans doute pour beaucoup dans son état, il semblerait également que le volte-face qu'il avait subi d'une personne qui lui était chère, lui était tout aussi traumatisante.  Le médecin avait l’impression qu'il laissait tout couler et qu'il prenait la solution de facilité, en se lamentant juste de son triste sort. Il ne fallait pas subir la vie et la soi-disant destinée, ou appelez là comme bon vous semble, il fallait aussi en être un des acteurs.

Il avait donc essayé de lui ouvrir les yeux mais au lieu de ça il récolta un rire amer du jeune homme. Mauvaise pioche là encore vu qu'il sembla à nouveau s'enflammer, lui prouvant tout de même qu'il n'avait pas tout à fait tort et que le départ du jeune homme y était pour une grande part. Il y avait de la colère et une certaine forme de haine dans son regard, il n'acceptait pas se départ. Mais alors bon sang qu'avait-il attendu, au lieu de se révolter, de demander des explications ? Où alors il n'avait peut-être pas si bien que çà essayé de se débarrasser de la drogue. Aussi déterminé soit-il ce genre de drogue était plus qu'addictive et il fallait de l'aide pour s'en sortir. Wayne commençait doucement à en avoir plus qu’assez de l'entendre parler de la sorte, de se plaindre mais de ne rien faire d'autre à part dire j'ai essayé, j'ai essayé. Ce n'était pas assez, mais il ne voulait rien savoir ! Il y avait comme un problème. Sa patience semblait être mise à rude épreuve et les traits de son visage se fermèrent un peu plus, bien que sa position et son expression ne semblait pas bouger. Il avait connu trop de situations comme ça que pour perdre carrément son sang-froid pour si peu, mais il aimerait tellement lui faire comprendre son erreur. Sa réplique fut celle de trop pour le chirurgien qui porta son regard vers le sien, une certaine lueur de colère dans le regard. Il croyait quoi bon sang ? Qu'il n'y avait que lui qui avait des problèmes ? Qu'il n'y avait que lui qui avait eu des coups dure dans la vie ? Il n'avait certainement pas eu facile ni de la chance mais est-ce une raison suffisante pour virer fataliste ?.


-Vous pensez vraiment que j'évolue dans un monde de bisounours, où tout est rose et gentil ? Que je ne suis pas capable de savoir ce qu'est la réalité de la vie ? Je suis navré de vous apprendre que vous n’êtes pas le seul à avoir eu des désillusions, que vous n’êtes pas le seul à avoir du encaisser des pertes. Est-ce une raison suffisante pour tout laisser couler et subir cette vie comme si c'était votre seule option ? Je ne pense pas non. Ouvrez les yeux. Avancer ! Arrêter ces conneries comme vous le dite avec l'aide que je vous ai donné. Faites ça et  certainement qu'une bonne part de vos problèmes s'évanouiront. Après où est la difficulté de chercher dans un bottin de téléphone après son numéro ? De taper son nom sur un moteur de recherche ? D’aller voir les amis qu'il le connaissait ? Cela vous semble-il réellement insurmontable ?  N'attendez pas toujours que les autres viennent à vous, allez les chercher.

Il avait tout dit avec un début relativement rapide, pesant les mots, les accentuant quand il fallait. La colère initiale s'était estompée très vite rendant son regard immuable, tout comme le reste de son visage. Il avait pris un ton qui évitait les répliques au moins pour lui laisser le temps de finir sa tirade. Franchement, si il ne comprenait pas et bien qu'il se renferme mais la prochaine fois qu'il débarquera ici avec un contrôle de toxicologie positif, il agirait bien autrement. Même si il y avait le secret médical.  Enfin la conversation sembla glisser vers un sujet qui lui était sans doute moins personnel, vu qu'a la réplique précédente, il était évident pour lui qu'il parlait de la perte d'Elena. Il n'avait pas tombé dans la folie ou de l'alcool comme tellement de personnes. Bref, on parla du changement et en parlant de changement, ce fut du tout au tout. En posant cette question l'ancien militaire ne s'attendait qu'a une argumentation basique et rapide, non pas à un pan de sa vie passée. Avait-il enfin trouvé la manière de faire pour le faire réagir ? Avait-il réussit à trouver comment passer cette carapace ? Il en aurait fallu du temps en tout cas. Il se plongea pourtant dans le silence, changeant son poids de jambe en l'écoutant. Il sembla se calmer et renfermer dans sa boite, la tension qui avait grimpé peu avant.

-On a tous du faire des choix, certains dont on est moins fier que d'autres mais c'est ce qui fait de nous, ce que nous sommes. Vous êtes toujours en vie et c'est plutôt une bonne chose. Vous êtes toujours là au contrôle de votre vie. Alors rien ne vous empêche de l'orienter pour la rendre meilleure. Au fond de vous, je suis sur que vous êtes toujours quelqu'un de bon et de loyal, même si ce n’est plus pour les mêmes valeurs que par le passé. Rien n'est figé Liam. Si vous acceptez l'aide de ceux qui sont près à vous la donner, moi, votre père – non ne me dite rien- d'autres amis, alors vous évoluerez. Ce ne sera pas facile, ça ne serait pas rapide mais ça ira.

Il attendit quelques secondes posant son regard vers le papier précédent.

-Demain si tout va bien, vous pourrez sortir, faite en sorte que je ne vous revoit plus dans mon service, faite en sorte de vous donner une vrai chance parce que vous la méritez. Demain, rendez-vous a cette adresse et croyez moi je le serais si vous n'y allez pas.

Wayne esquissa un sourire, un léger sourire. Pas moqueur ni piégeur. Il attendait une réponse. Espérant toujours que l'argument précédent bien que dit sous impulsion resterait dans son esprit. Qui sait une fois complètement clean, et plus accro, cette personne à qui il tenait ne prendra plus ces jambes à son coup.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: D'urgence en surprise [Liam]

Revenir en haut Aller en bas

D'urgence en surprise [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.
» Surprise !!! (D'un homme commençant par Cu et finissant par Dy ?!?)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Autres lieux :: » Les hôpitaux-