AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

« Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Dim 30 Déc - 0:16

« Very often tentation means revelation »
Wayne & Emily

Help, Wayne, Help.


Ugh. La lumière du jour aveugla un bref instant notre Emy nationale avant que sa main gauche ne vienne se plaquer de toutes ses forces contre ses yeux pour leur éviter l'inadmissible fureur de monsieur Soleil contre son sommeil. Trop tard. Sa flemme de la veille venait encore de lui jouer un mauvais tour. Elle s'était dit qu'elle n'avait qu'à fermer le store de sa fenêtre qu'à moitié et qu'elle se réveillerait probablement avant qu'un rayon de soleil ne vienne titiller ses paupières. Faux. Elle plissa les yeux, et se rendit compte qu'elle devait avoir un champ de vision d'à peine un millimètre, et que pour les chinois la vie devait quand même pas être facile tout les jours. Elle maugréa, une envie de s'enfoncer dans son lit jusqu'à faire un tour de cadran en dodo la prit soudainement, mais elle se décida avec fermeté à se lever. Elle enfila une grande chemise qui traînait sur son fauteuil pour ne pas rester en sous-vêtements dans son appartement, parce qu'avec le vis-à-vis avec l'immeuble d'en face, elle n'avait pas fondamentalement envie de se retrouver à moitié à poil, face à des types louches. Ouais ou des meufs louches, mais surtout parce qu'en bonne paranoiaque elle avait pas envie de s'attirer les foudres d'un espèce de sadique à jumelles. Voilà. Elle boutonna deux boutons au hasard, en se rendant à la cuisine, ce qui lui offrait une dégaine assez fabuleuse, et entreprit de prendre un petit déjeuner. Elle versa des céréales dans un gros bol, un peu de lait histoire de pas s'étouffer, et en rangeant le paquet de céréales, elle tomba surtout sur l'heure qu'indiquait la pendule fixée au mur. Ah, oui... en fait il était dix-sept heures.
Un peu tard pour les céréales, mais quand vous devenez praticien hospitalier (libéral oblige) vos horaires ont une fâcheuse tendance à devenir dégueulasses à souhait, et finalement, vos repas deviennent chaotiques à souhait. Mangez des tartiflettes à trois heures du matin, ou du hâchis parmentier à quatorze heures, à l'hôpital personne ne vous en tiendra rigueur. Ses repas à elle, c'étaient des céréales, à n'importe quelle heure de la journée, mais ... là le souci ça n'était pas de déguster de bons pétales de mais à dix-sept heures, mais surtout qu'il était quinze heures quand elle aurait juré qu'il était à peine huit heures.

__ On est quel jour... samedi... samedi 29 ... Merde... c'est...

Son téléphone portable vibra sur la table basse du salon, confirmant ses craintes les plus folles ...

"Jolie chemise. Tu vas à la fête des médecins à la patinoire ce soir, Hilton ?"

Elle fronça les sourcils, avant de voir le nom de l'expéditeur. Encore ce crétin de Keanan. Un chirurgien avec qui elle partageait pas mal d'opérations ces derniers temps, il devait avoir à peu près son âge, et surtout il devait habiter en face de chez elle. Elle leva les yeux, l'air un peu incrédule, et tomba effectivement sur le dît Keanan qui agitait sa main derrière la fenêtre, certainement en beuglant : "COUCOU !" mais à vrai dire, avec le double vitrage d'Emy, la distance des deux immeubles, et son double vitrage à lui, elle risquait pas d'entendre. Elle levait son index et son majeur pour lui signaler qu'elle l'avait bien vu.

__ Pourquoi est-ce que ce gros lourdingue de Keanan Fitsch habite en face de chez moi ? Qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu pour avoir à subir ça... ?

Pesta-t-elle à voix haute, mais avec une sourire de peste hypocrite que le docteur Fitsch devait sans doute prendre comme un rire en réponse à sa super intervention surprise. La brune roula des yeux, et tapota sur son téléphone afin de répliquer à Kean' :

"Je vais voir si j'ai rien d'autre de prévu."

Ouais, évidemment qu'elle n'avait rien d'autre de prévu, mais déjà ça faisait genre j'ai une vie, et en plus, ça lui donnerait l'occasion de la laisser tranquille, ce qui n'était pas pour déplaire à la chirurgienne. Elle lui offrit un petit sourire, et ferma les rideaux du salon pour qu'il continue son monologue tout seul. Quelle lourdeur ce type, quelle lourdeur. La lourdeur incarnée. C'était dans son tempérament d'être lourd, dans son code génétique. Il était lourd du bout de ses cheveux à ses orteils.

"Sinon on pourrait peut-être y aller ensemble."

Oh non. Pas ça. Pitié pas ça. Elle était vraiment maudite. Pourquoi est-ce que c'était le type le plus ennuyeux à mourir de la planète qui s'intéressait à elle ? Pourquoi c'était pas quelqu'un de plus sexy, quelqu'un de plus intelligent? Parce que définitivement Dieu ne l'aimait pas. Pas du tout. Elle soupira et ouvrit le robinet de la douche. Peut-être que ça, ça pourrait la remettre un peu d'aplomb...
Tu parles.
Elle se sécha sommairement, et s'observa un instant dans le miroir. Elle avait pas très bonne mine aujourd'hui. Manque de sommeil sans doute. Pour palier à cette sale tête, elle se mit à farder un peu ses joues. Déjà un peu plus rosées elle avait l'air un peu moins cadavérique.
Finalement le temps passa relativement vite et sans trop y faire attention, elle avait déjà des patins accrochés au pieds, et la glace juste en dessous. Elle avait jamais été très douée en patinage...
L'adhérence des patins à la glace était vraiment misérable. Et par ailleurs, les gamelles que se prenaient les gens ne l'engageaient pas trop à se lancer. Alors qu'elle allait se décider à se glisser, elle remarqua la présence d'une infirmerie juste à côté de la zone gelée, elle s'y dirigea histoire de voir si personne n'avait besoin d'aide, ou plutôt, si elle ne pouvait pas trouver un truc à faire pour avoir une bonne excuse afin de ne pas patiner.
Y'en avait un qui gisait sur un lit comme un hippocampe mort, un autre qui semblait avoir fait un saut d'un train à pleine vitesse tant il disait souffrir, elle allait vraiment offrir son aide de bon coeur, mais les patients ici étant des médecins, la faute à cette soirée débile, ils allaient forcément être cinq fois plus chiants que la normale sur la prise en charge et tout et tout alors elle abandonna.

Elle retourna sur la glace en marchant avec la grâce d'un pingouin et fut interpellée par ... Oh nan... Par Keanan Fitsch. Celui-ci lui lançait une oeillade plus que suggestive, et malheureusement, cette fois-ci il n'y avait plus de double vitrage, alors elle allait être forcée de faire semblant qu'il la captivait. Dommage. Elle s'en serait bien passée. Il donna quelques coups de patins pour arriver à sa hauteur...

__ Hé, salut Hilton. Ca va depuis tout à l'heure ? Elle était jolie ta chemise ! Elle est loin la patinoire tu as vu ? Je suis venu en bus parce qu'à pieds c'est trop loin, j'aime pas polluer mais franchement, là c'était trop, j'ai regardé sur google maps et ça indiquait sept kilomètres ! Et sept kilomètres à pied, ça use euuh ça useuuh. Hahah tu connais cette chanson ? Héhé. Au fait Emily, dis, maintenant ça fait quelques temps qu'on travaille ensemble, alors je voulais te demander, franchement, en toute honnêteté, qu'est-ce que tu penses de moi ? Parce que tu as déjà du le remarquer, moi je t'apprécie, vraiment... Je... je suis toujours là pour chérir les sciences et l'arithmétique mais je suis jamais sorti avec une fille, et... il paraît qu'on sent quand une fille nous plaît parce qu'on est pas capable de s'arrêter de parler, et de...

Bon sang. Vite se tirer de ce bourbier inextricable, sinon elle n'allait pas le supporter et elle allait le hâcher menu avec la lame de ses patins. Ca alors, ce qu'il pouvait parler pour ne rien dire, c'était impressionnant. La brune chercha une échappatoire des yeux, et elle se présenta à elle, comme par enchantement : Wayne. Wayne Donovan, le Wayne, son chef, son boss, son Wayne quoi ! Tiens il était là lui aussi... Elle ne prit pas vraiment le temps de réfléchir et sauta sur l'occasion pour quitter son lourdot de co-chirurgien en se précipitant sur Wayne qui passait lui aussi par là.

__ Wayne chériiii, comment ça va ?

Avec un peu de chance, elle pourrait faire croire à Keanan qu'elle était avec Wayne comme ça il lui lâcherait les basques. Elle glissa légèrement (attentiiooon) vers son chef préféré pour se détacher un peu de mister Fitsch et chuchota :

__ Wayne, j'ai besoin de ton aide, Fitsch le roi des lourdingues essaie de me draguer, aiiiides-moiiii.

Elle fit son regard de chat potté en espérant que Wayne puisse faire quelque chose...



► EMY
Code by AMIANTE

___________________________
Je fais partie des murs ♥.


Dernière édition par Emily Hilton le Ven 4 Jan - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Mer 2 Jan - 11:14


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Very often tentation means revelation »


Pourquoi, pourquoi, pourquoi bon sang avait-il eu la mauvaise idée de prononcer ce oui je viendrais à ses deux collègues qui attendaient péniblement depuis un bon quart d’heure sa réponse en le regardant avec un air suppliant, tout en tentant d’argumenter le fait qu’ils allaient sans doute s’amuser. Pourquoi bon Dieu… S’amuser sans doute, risquer de se fracturer une jambe et de se retrouver avec un plâtre en prime. Ce n’était pas vraiment sa définition de quelques choses d’agréable. Surtout que lui et le patin, ce n’était pas, mais alors là pas du tout la meilleure des équations. S'il évitait de se retrouver au sol comme une vieille loque cela serait déjà un exploit des plus fabuleux. Il avait certes vécu une partie de sa vie dans des déserts, des situations critiques où tout ce que vous voulez mais pas sur une patinoire. Que soit Wayne essaya tant bien que mal de refouler cette situation le plus loin possible dans sa mémoire en attendant d’y être. Autant ne pas commencer à anticiper des heures à l’avance, on était le matin et c’était au soir. Raison de plus pour maugréer intérieurement, dans cette histoire il allait dormir quand hein ? Visiblement ce n’était pas pour aujourd’hui que le repos lui sera destiné, tant pis. Le médecin avait donc continué sa journée en arrivant à merveille à oublier la promesse faite quelques heures plus tôt alors qu’il aurait eu toutes les raisons du monde de ne pas s’y trouver. Et qui allait être présent si les trois quarts des médecins de l’hôpital, s’amusait à folâtrer sur des patins. Que soit. La journée avait filé à une vitesse complètement hallucinante et il n’eut pas vraiment le temps de profiter de sa maison. Une bonne douche, un repas à la va-vite et un café bien serré pour essayer de vous remettre d’aplomb et le voilà déjà occupé de fermer un à un les boutons de sa veste pour sortir.

Le trajet jusqu’au lieu de rendez-vous en lui-même ne fut pas extrêmement long, à peine quelques petites minutes. Le plus complexe revenu finalement à trouver une place dans tout ce capharnaüm. Les parkings des environs se retrouvaient complètement bondés et les moindres places semblaient se vendre cher. Après quelques tours dans les alentours, il trouva enfin, miracle, un endroit pour se garer. Cela fait, il marcha tranquillement sans se presser vers l’endroit éclairé. Il n’était pas des plus emballés, si retrouver des personnes avec qui vous vous entendiez bien et parler un peu d’autres choses ne lui déplaisait pas, c’était juste l’endroit qui le refroidissait un peu. Si un jour il avait fait du patin, cela devait être il y a très longtemps, trop pour qu’ils s’en souviennent. De plus, la fraicheur de la soirée n’allait rien arranger quand on savait que la glace en elle-même serait déjà froide. Enfin bon, c’était quand même un ancien militaire, il n’allait pas se laisser terrasser par si peu de chose, il prit donc son courage à deux mains, enfila des patins et tenta de s’élancer sur la glace. Pour une première, il opta pour la même technique que quelqu’un de ses collègues, c’était à dire de se tenir joyeusement au bord de la patinoire pour avancer un peu hors de la masse compacte. Son regard se perdit un instant vers toutes ces personnes qu’il connaissait de près ou de loin. Le plus drôle c’était sans doute qu’on y voyait deux groupes. Le premier peu assuré qui tentait de faire quelques glissades sans se rétamer au sol comme une crêpe, le second qui était tellement à l’aise sur la glace, qu’on s’attendait presque à les voir faire comme les patineuses professionnelles des spirales qui se terminaient en saut et autres prouesses technique.

Après une petite discussion avec les deux chirurgiens à qui il devait sa présence à cette heure, il tenta quand même quelques pas. Oh il devait certainement avoir un style assez particulier et une non-grâce totale mais il ne tomba pas. C’était plutôt encourageant comme début, surtout quand vous veniez de voir certain se prendre des gamelles plutôt douloureuses. Enfaite c’était le moment idéal pour se chercher des congés, il devrait peut-être y penser…Alors qu’il patinait lentement, le temps de prendre ses repères et que la confiance s’installer entre lui et ses maudites lames d’acier, il finit par voir une jeune femme se diriger vers lui. Il mit d’ailleurs quelques secondes à percuter pour savoir qui s’était : Emily Hilton. Le brun s’autorisa un sourire chaleureux en direction de la chirurgienne alors qu’il la voyait revenir vers lui en mode plutôt rapide. Non pas qu’il doutait de sa technique, mais il n’était pas certain de résister au moindre choc si jamais elle ne parvenait pas à s’arrêter assez tôt. Il tenait déjà sur ses pieds que par chance, il ne serait pas faire grand-chose d’autres si celui-ci se produisait. Heureusement cela n’arriva pas, il n’eut donc pas le loisir de se retrouver cul au sol sans avoir eu le temps de dire ouf. À l’appellation qu’elle lui avait donnée, il avait levé un sourcil interrogateur bien qu’un sourire plutôt amusé s’était dessiné sur ses lèvres.


-Je me demande encore ce que je fais ici mais pour l’instant je m’estime encore heureux et toi ?

Dit-il finalement alors qu’elle semblait un peu trop contente de le retrouver là. Non loin de là l’idée que cela lui déplaise, mais cela donnait un peu l’impression d’être une bouée de sauvetage qu’un nageur attendait depuis des lustres. Au final, il n’avait pas tout à fait tort vu qu’elle enchaina directement en lui demandant de l’aide pour échapper à Fitsch. Il était vrai qu’il avait tendance à un peu coller tout le monde ou du moins toutes personnes de sexe féminin. Son regard d’un brun profond se tourna quelques secondes vers l’homme en question qu’elle venait de toute évidence de planter là tel un idiot vu qu’il avait une tête à se demander ce qui se passait. D’accord, il voyait le problème, il ramena son regard vers elle tenant de bouger un peu mieux ce qu’il arrêta net vu qu’il sembla tanguer un peu trop pour sa propre sécurité. La belle brune arborait un regard digne d’un dessin animé, avait-elle vraiment besoin d’autant de suppliques pour qu’il l’aide ? Certainement pas non. Il n’allait quand même pas la laisser dans sa mouise surtout pas elle, voyons.

-Je ne sais comment je dois prendre le message ? Est-ce pour mes talents de diplomate dans ce genre de situation, pour lui expliquer qu’il n’a pas la moindre chance ou parce que je suis la première tête connue ?

Peut-être que finalement le deuxième point serait un petit peu vexant tout de même. Allez même savoir pourquoi d’ailleurs. Enfin en tout cas, rien qu’avec ses paroles Emily pouvait déjà clairement comprendre qu’elle pouvait compter sur lui pour tenter de l’aider parce qu’il n’allait sans doute pas rester en reste.

___________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Wayne Donovan le Sam 12 Jan - 13:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Ven 4 Jan - 11:50

« Very often tentation means revelation »
Wayne & Emily

In fact, I thought I could ... you know... fake you're mine.


La jeune femme fut soulagée dès le premier mot qu'il prononça. Assez inexplicable d'ailleurs... Il est de ces personnes qui rien qu'en respirant, en parlant, nous réconfortent, nous rassurent. Wayne en faisait partie, et il était même au top du classement. Il avait toujours été là pour elle quand elle avait eu besoin de quelqu'un, il n'allait tout de même pas plier devant un petit mâle qui voulait rouler des mécaniques pour impressionner Emy. Bon alors le truc c'est que déjà, Fitsch, comparé à Wayne était musclé comme un haricot vert, il devait faire une bonne tête de moins et il avait un charisme d'huître vénézuélienne. Donc évidement, à Wayne, il ne devait pas faire trop peur... Mais disons que par rapport à Emily, il la dépassait de quelques bons centimètres, et il était bien trop fois plus épais qu'elle, notez que niveau épaisseur, Emy battait des records mais dans l'autre sens... Alors fatalement, il pouvait être potentiellement dangereux. Potentiellement seulement parce que d'après ce qu'il lui avait baragouiné juste avant, Keanan Fitsch semblait épris d'elle. Oui, épris de n'importe quel être sexuellement féminin, et potentiellement foutable dans son lit. Enfin dans ses rêves peut-être. En plus de ne pas être son genre, elle avait un gros problème avec le manque flagrant de subtilité de ce dernier pour arriver à ses fins... Alors elle devait bien avouer que rien que de pouvoir échapper à son discours larmoyant grâce à Wayne, c'était déjà ça de pris. Maintenant qu'elle venait de le faire taire, restait encore à le faire dégager une bonne fois pour toutes. Dans l'idéal, si il pouvait carrément l'oublier ça serait le rêve. Même si elle habitait juste en face de chez lui, Emily espérait bien le recaler à jamais et qu'il arrête de la considérer comme peut-être accessible. Non. Non. Emily, jamais. Impossible. Oui, enfin là, elle en demandait peut-être trop. Et bien qu'elle ait une confiance éperdue en son très cher boss, elle doutait qu'il soit magicien, ce qui aurait été bien utile, et qu'il puisse radicalement changer la donne.

Elle se laissa aller à lui retourner un sourire tout à faire sincère, bien qu'empreint d'un peu d'angoisse à cause de la tournure que pouvait prendre la suite des évènements.

__ Je me demande ce que je fais ici aussi, et je m'estimais heureuse juste avant que l'autre mec débarque...

La jeune chirurgienne vit son supérieur hiérarchique, coup d'un soir avec un verre en trop dans le nez, mais néanmoins proche jeter un oeil sur Fitsch à quelques mètres derrière. Emily en profita pour en faire autant par dessus sa propre épaule, et zieuta furtivement Keanan, ce qui ne manqua pas de réveiller les ardeurs de ce dernier. Enfin pas ostensiblement. Elle le vit sortir son téléphone, et tapoter des doigts quelques secondes avec un sourire mielleux et un regard lubrique. Il rangea son mobile d'un air triomphant, très fier de lui, dans sa poche... et pas cinq secondes après la brune sentit quelque chose vrombir successivement deux fois dans la poche de son jean's. Elle fit assez rapidement le lien entre le fait que Fitsch envoie un texto, et le fait qu'elle en reçoit un pile cinq secondes après. Elle se garda de regarder de suite, par politesse, parce que c'est le moment que choisit Wayne pour reporter son regard sur elle, et reprendre la parole, elle l'écouta attentivement, et répliqua presque sur le champ :

__ Prends le message comme tu veux, tant que la réponse est lapidaire et expéditive, ça me va.

Elle ajouta.

__ Je sais que c'est pas facile pour toi, mais j'aimerais que tes talents de diplomate restent dans le placard...

Clairement elle espérait presque une intervention divine là. Elle fit la moue, et extrait son téléphone portable de sa poche, afin de lire le message qu'elle avait reçu; c'était effectivement Keanan... et c'était... sans équivoque. Elle fit faire 180° à son téléphone pour que Wayne soit en mesure de lire le message sans trop galérer mais assez discrètement tout de même.

"Personne ne m'avait prévenu que le vis à vis avec l'appartement d'en face était si important. En tout cas pas désagréable, bien au contraire. Ta chemise était plaisante, mais tu serais bien mieux sans... Je m'arrangerais pour te réchauffer au mieux. Tiens d'ailleurs, tu trouves pas qu'il fait drôlement froid ici ? Si tu veux, on peut aller chez moi, je connais un autre sport beaucoup plus sympa que le patin, et beaucoup plus... chaud."

Il avait la même logorrhée à l'écrit à qu'à l'oral. Au delà de ça, Emily nota un sacré écart entre ce qu'il lui avait dit, et ce qu'il lui écrivait. On aurait dit un autre homme. Enfin, il était lourdingue à égales parts, mais disons qu'il était comment dire... beaucoup plus cru et beaucoup plus entreprenant quand ça n'était pas du face to face. Elle savait bien que Wayne était diplomate, mais c'était quand même un ex-militaire, et comme tout les militaires, il était forcément baigné dans le respect et l'ordre. Alors même si il était avenant, et adorable, la brune savait bien qu'il allait quand même pas resté indifférent à un tel concentré de dégueulasseries. Enfin, elle espérait. Parce que si il trouvait ça normal, elle n'avait plus que ça débrouiller toute seule. Le téléphone vibra à nouveau dans sa main.

"Ce jean te fait un de ces culs."

Le portable n'était pas sous le bon angle, mais c'était un message court qu'elle ne peina pas à lire à l'envers. Elle leva les yeux au ciel, et mordillant avec tracas l'intérieur de sa lèvre inférieure.
Une idée... ?

__ On pourrait lui faire croire qu'on est ensemble, peut-être qu'il me laisserait tranquille... ? Ou peut-être que tu peux juste lui casser une ou deux dents histoire de... ?

Fit-elle en jetant un regard mi affligé mi stressé vers mister Fitsch et en haussant les épaules.
► EMY
Code by AMIANTE

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Sam 12 Jan - 13:01


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Very often tentation means revelation »


S’amuser, la bonne blague… Est-ce que quelqu’un aurait l’extrême obligeance la prochaine fois qu’une idée comme ça jaillissait d’un cerveau de lui rappeler de ne surtout pas y aller, sous aucun prétexte même valable ? Cela serait fort apprécié par Wayne. Bon ne dramatisons pas encore, il était loin pour le moment de maudire cette soirée et il était toujours entier. Ce qui relevait de l’exploit en voyant le nombre de personnes qui avait été en quelques sortes remorquées jusqu’à l’infirmerie de secours. Enfin ce n’était pas pour autant qu’il allait devenir un as du patin au point d’apprécier ce sport. Les plaisirs de l’hiver si on voulait, une fois de temps en temps d’accord mais n’abusons pas. Quoi qu'il en soit, il fut plus que ravit d’être tiré de ces piètres essais artistiques par l’arrivée d’une de ses collègues et pas des moindres : Émily. Ils en avaient déjà vu de toutes les couleurs ensembles et aujourd’hui ne semblait pas déroger à la règle au vu du regard presque suppliant qu’elle lui lançait. Ohoh qu’est-ce qui se passait ? En tout cas il ne tarderait pas à le savoir mais la conversation avait commencé de manière plutôt basique. De toute évidence, elle non plus ne semblait pas apprécier plus que cela cette soirée entre médecins. Quoique rien ne fût encore terminé au souvenir de comment s’était terminée la dernière soirée de ce genre. Bien que la seule différence, c’était que faire du patin avec un peu trop d’alcool dans le sang rendrait les choses encore plus dangereuses que nécessaires, si nous ne voulions pas d’une fin tragique orchestrée par des tranchants métallique, mieux valait éviter. Le problème s’avéra finalement être tout autre qu’un ennui marqué, une libido un peu trop réveillée chez un de ses voisins et accessoirement un collègue de bloc. Voilà qui ne facilitait en rien les solutions.

Il décrocha un instant son regard de la jeune femme pour le tourner vers l’intrus en question. Il ne connaissait pas franchement Fitsch sous cet angle de dragueur chiant à souhait mais après tout il restait un homme et ce n’était pas ces préférences. Oh il y avait déjà eu des murmures, des rumeurs comme tant d’autres avant qui allaient et venaient dans l’hôpital avec une rapidité défiant toutes logiques. Mais il devait bien avouer que lui-même n’y prêtait plus guère d’attention. Que les gens croient ce qu’il veut tant que lui-même savait la vérité, c’était le point le plus important. Il sembla bien réaliser le fait qu’il commença à cet instant écrire un message mais ne fit pas lien, il revint vers elle pour lui demander ce qu’elle entendait par cette demande de détresse. Quel plan d’action mettre en place en somme. Sa réplique le fit sourire à nouveau, avec quelques choses d’un rien ironique. Il n’était pas certain qu’une réponse lapidaire et expéditive de sa part soit la méthode la plus diplomate qui soit. Et même si elle lui demandait de mettre ça au placard, cela ne serait pas bien vu s'il s’en ramassait une ? Si ? Bon il ne ferait pas le poids c’était un faite certain, quoique le sens de l’équilibre avec ces choses aux pieds n'était pas le meilleur qu’il avait mais bon inutile de s’en faire, il avait les années de pratique derrière lui et c’était comme le vélo, cela ne s’oubliait pas.


-Il fait cela depuis longtemps ? Je veux dire, il a décidé ça maintenant ou cela fait des jours que ces paroles douteuses durent?

Il ne releva pas vraiment la suite, la regardant simplement prendre son téléphone portable dans sa poche pour y lire certainement un message. Ses prunelles restaient fixées sur elle en expectative, le médecin put clairement voir son visage changer d’expression. Alors qu’il comptait formuler la question sur ce que c’était et qu’un de ses sourcils était partit à l’assaut de son front, le brun la vit tourner l’objet en question pour lui permettre de lire par lui-même. Il posa son regard vers le texte avant de commencer sa lecture. Au final, il avait la réponse à sa question précédente, ça ne datait pas de maintenant ou d’une impulsion ou partis débile comme seules certains abrutis pouvaient en faire. Le pire était peut-être qu’il en profitait clairement. Avait-il une vague idée de combien ce genre de propos salace dit comme ça, était révoltant ? Son regard se détacha un instant du message alors que sa mine prenait une teinte plutôt fermée. Mais pour qui se prenait-il lui ? Il continuait de sourire bêtement en plus. Décidément, il avait des méthodes fortes peu conventionnelles pour faire la cour à quelqu’un, ou alors c’était lui qui restait sacrément vieux jeu ? Enfin dans tout les cas on ne s’adressait pas comme ça a quelqu’un, il y avait un minimum de respect et de politesse à avoir. Les gens n’étaient pas des justes des objets ou des vêtements qu’on prenait et puis qu’on jetait. Oui il allait falloir lui remettre le cerveau en place, si tant est qu’on puisse encore en trouver un chez lui. S'il tentait de séduire quiconque comme ça, il n’était pas grandement étonnant qu’il reste tout seul dans son appartement. Le téléphone d’Emily s’agita une nouvelle fois pour un nouveau message, "Ce jean te fait un de ces culs.".

-C’est pas la honte qui va l’étouffer.

Souffla t-il plus doucement. En effet il devait avoir remarqué que quelqu’un d’autre que la vrai destinataire lisait le message, ce qui ne l’avait pas empêché d’écrire. Aucune honte et plus aucun sens moral de ce qu’était la dignité. Ou alors il croyait qu’il allait en sourire ? C’était mal le connaitre, si ce genre de pensée défilait dans son esprit, elle ne passait pas ses lèvres. Wayne avait serré la mâchoire, tout en rendant calmement son gsm à Émily. Il tourna son regard à nouveau vers lui mais il avait un regard plus noir peut-être, fermé mais fixe. Entendant ces paroles un sourire qui n’était peut-être pas des plus rassurants se dessina sur ses lèvres et il reporta son regard vers elle. Allez savoir mais la première idée ne lui déplaisait pas tant que ça. La seconde serait la porte ouverte à des côtés de sa personnalité qu’il préférait garder gentiment muselé. Comme pour lui signifier sa réponse, il releva doucement sa main pour lui caresser la joue tout en en profitant pour lui remettant une mèche derrière son oreille.

-Dans ce cas, je ne suis pas certain qu’il sache dans quel pétrin il vient de mettre les pieds ? Si on peut comprendre que ta beauté l’envoute, on ne prononce pas les choses comme ça…C’est irrespectueux et indécent.

Et quand même bien qu’il pouvait avoir tout ce genre de pensée plutôt déplacée, il n’était en rien obligé de les formuler de la sorte par un sms, il n’y avait rien de plus impersonnelle, enfin en soit il n’était guère certain que de dire cela de vive voix serait plus passable non plus. Remarquez, si il suivait son idée première, il aurait en quelques sorte tout les droits de lui mettre son poing dans la figure mais il savait pertinemment bien ce que pouvaient donner ces colères et ce n’était jamais très joli à voir, il avait rarement eu cas de les laisser éclater mais les rares fois avaient été plutôt mémorables. Mieux valait ne pas l’entrainer dans ce sujet. Un sourire se fit sur son visage avant de s’approcher vers son oreille.

-Dans ce cas peut-être devrais-tu lui répondre qu’il devrait faire plus attention à ces écrits, il serait fâcheux que quelqu’un d’autre les lisent, ce qui s’est malencontreusement produit. Non ?

Il veut jouer, on va jouer ! Mais qu’il s’apprête à perdre….

___________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Dim 20 Jan - 13:04

« Very often tentation means revelation »
Wayne & Emily

I didn't think that faking a relationship could be that interesting.


La belle chirurgienne fut assez soulagée de voir Wayne aller dans son sens. Bien qu'elle ait connaissance de son amour pour le respect, Wayne aurait très bien pu conclure à une frasque de jeune crétin en rut sans vouloir prendre parti. C'était peu probable, mais enfin, pas impossible. C'était un homme raisonné tout de même, il y en avait qui se rouleraient par terre de rire de voir Emy dans une telle situation, et d'autres qui seraient déjà allés lui refaire le portrait. De moins en moins d'ailleurs. Quel homme de ses connaissances serait susceptible d'aller foutre un coup de poing dans le noble visage d'un individu récalcitrant qui enchaînait les obscénités avec une confiance en lui déconcertante. Elle remua longtemps tous les hommes qu'elle connaissait dans sa tête, et la recherche s'arrêta bien vite. A part Tommy, si tant est qu'il fut à moins de trois mille kilomètres à la ronde, ou Wayne... Elle ne voyait pas un homme qui en serait capable. Capable de quoi ? De la défendre tout simplement. De la protéger... A l'époque où l'enfant qu'elle croyait être le sien était décédé sur leur table d'opération. A l'époque où Tommy s'était fait transformer en gruyère par les "amis" de son frère au milieu de l'hôpital... A chaque fois qu'elle avait perdu pieds, perdu le moral, Wayne avait été là. C'était assez étrange de réaliser quelque chose d'aussi capital, alors qu'il était juste en train de lui demander si le textotage intempestif de l'autre débile était habituel... Ce qui était pas vraiment capital.

__ Oh. Bah disons que ça a commencé depuis un moment, au début je me disais que je devais me faire des idées, et puis maintenant je crois qu'il assume complètement de passer pour un mec sérieusement en manque.

Ne serait-ce que sentir le regard de ce blaireau puisse mille sur elle, la déshabiller, la révulsait. Elle se sentait presque, elle-même honteuse, de pouvoir susciter de telles frasques. Il devait quand même pas faire la cour de la même manière à toutes les femmes - quoi que ça explique globalement pourquoi notre avorton était célibataire de longue date - alors pourquoi avait-il fallu que ça tombe sur elle ... ? Est-ce qu'Emily ressemblait vraiment à la femme-objet qu'il semblait imaginer ? Sous prétexte qu'elle eut pu avoir sa photo sur du papier glacé en couverture des magazines, était-elle forcément une femme facile ? Une nymphomane ? Et puis est-ce qu'elle était si attirante que ça ? Elle avait quand même l'impression d'être un aimant à connards en ce moment. Pourquoi est-ce qu'au lieu d'un idiot fini, ça n'était pas un type droit, bien, qui s'éprenait d'elle ? Pourquoi est-ce que les gens de son âge de mariaient, avaient des enfants, emménageaient dans une grande maison avec deux chiens, une perruche et mangeaient des tartines de nutella avec du jus d'orange pressé à la main au petit déjeuner... ? Alors qu'elle était tombé sur un type à problèmes, qui n'était jamais là, qui lui avait fait juste un enfant, avant de disparaître et de revenir une fois tous les cinquante ans? Pourquoi est-ce qu'elle n'était pas tombée un homme normal, avec de beaux yeux, un beau sourire, gentil, intelligent et attentionné, point barre. Est-ce qu'elle ne s'en fichait pas au final, qu'il soit riche, musclé, sexy, tant qu'elle s'entendait bien avec lui, et qu'il s'entendait bien avec elle ? Et bien... Si.
Et si, il était tout ça à la fois bien sur...

__ C’est pas la honte qui va l’étouffer.

Wayne la tira de ses questionnements philosophiques intérieurs.

__ Nan, je crois que c'est moi qui vais aller l'étouffer si il continue.

Répliqua la brune avec un petit sourire en coin presque timide. La stratégie pour répliquer à la déclaration de guerre de Fitsch ne trouva réponse que dans la gestuelle du beau collègue d'Emily. Elle sentit son corps frémir au contact des doigts de Wayne avec sa joue. Cette sensation provoqua une sorte de flash dans son esprit, ce même contact, les doigts qui effleurent sa joue, les lèvres de Wayne contre les siennes, elle avec les mains contre son torse. C'était il y a... quoi... ? Cinq ans? Peut-être six? L'eau avait coulé sous les ponts depuis ce dérapage. Ils avaient fêté une réussite, bu, beaucoup bu, et puis ils avaient couché ensemble. Pourtant malgré son taux d'alcoolémie assez important, ce petit geste affectueux de Wayne lui rappela instantanément cet épisode. Elle s'en souvenait. Surement plus que lui. D'ailleurs, une petite partie d'elle avait envie de s'en souvenir, et l'autre partie ne comprenait pas bien comment autant alcoolisée, les souvenirs lui restaient ainsi en mémoire. Elle appréciait Wayne, beaucoup même, il avait le côté autoritaire assez séduisant de boss, il avait des yeux bleus à faire noyer des champions de natation, une carrure, un sourire, des paroles... qui. Enfin mais quand déjà en tant normal, elle n'était pas sûre de ne pas ressentir de sentiments mêmes infimes pour lui, qu'est-ce qui lui prenait d'un coup de lui demander de faire semblant qu'ils étaient ensemble.... ?

C'était peut-être l'occasion de confirmer qu'elle avait des sentiments, ou qu'elle n'en avait pas ? Mais quelle idée débile elle avait eu ! Elle resta circonspecte, jusqu'à ce que la voix de Wayne ne vienne à nouveau la bouleverser dans ses questionnements. "ta beauté l'envoûte" ... Si elle ne s'était pas appelée Emily Hilton pour le coup, elle aurait peut-être été jusqu'à rougir, mais bon, elle n'était quand même pas étrangère à ce type de compliments, alors, elle pu se contenter de simplement accuser le coup avec un petit sourire en coin et en baissant légèrement la tête avant de replonger son regard d'un bleu immaculé dans les yeux de Wayne, avec une intensité qui leur étaient propre. Le petit sourire en coin se transforma en un sourire séducteur. Les yeux rieurs, elle entremêla ses doigts avec ceux de Wayne et lui caressa un peu le dessus de la main avec son pouce. Elle dégaina son téléphone de sa main de libre, et répondit à Fitsch avec un air joueur :


"Un sport beaucoup plus chaud tu dis? Je savais pas que tu avais investi dans un tapis de course. Parce que moi je ferais rien de plus chaud que ça avec toi."



Elle hausse les épaules, puis envoya finalement :



"Mon petit ami n'apprécie pas tellement tes compliments à mon égard. Je serais toi je ferais un peu plus attention à ce que je dis. Juste un conseil."



Elle entendit quelqu'un exploser de rire, et il ne fut pas très difficile de remarquer qu'il devait s'agir de Fitsch. Même son rire était ridicule. Il répondait super vite dites donc.



"Qui ça ton petit ami ? Donovan ? Tu sors avec Wayne Donovan ? Sérieusement ? J'y crois juste pas deux secondes, pourquoi tu me le dirais que maintenant si c'était vrai ? Et puis tu sais je suis pas du genre à lâcher prise..."



Sans déconner, elle n'avait pas remarqué qu'il était du genre pot de colle ... ?!! Disons qu'en tant qu'ambassadeur du pot de collisme il serait très doué, mais autrement, il était plutôt insupportable. La belle brune, un peu agacée, bien qu'amusée de la tournure que prenait les évènements répliqua :



"Je voulais pas te faire de peine, mais bon, si tu nous cherches...



La brune releva la tête et rangea son téléphone dans sa poche, elle lança un regard entendu à Wayne, elle ne savait pas trop si il avait suivi la suite de l'épisode par texto, alors, elle annonça avec un air tout à fait naturel, contrastant bien avec le manque de naturel de la situation.

__ Il veut une preuve qu'on est ensemble. Je vais t'embrasser.

Normal !
Et elle ne perdit pas trop de temps. Une main toujours tenant celle de Wayne, celle qui lui servait à envoyer des textos, alla se poser contre le bord du visage de Wayne, pour qu'il approche un peu sa tête de la sienne, elle approcha à son tour son visage, quand ils furent assez près, elle ferma les yeux doucement, entrouvrit les lèvres et les pressa contre les siennes, avec sensualité, et une douceur infinie, elle sentait son téléphone s'agiter dans sa poche, mais ça ne l'empêcha pas de continuer ce qu'elle avait entreprit de faire. Elle prolongeait le baiser, qui semblait tout droit sorti d'une comédie romantique américaine... Le baiser vint à s'arrêter, et elle rouvrit les yeux, lançant ce regard toujours intense à Wayne, et reppressa brièvement ses lèvres contre les siennes comme un remerciement.

__ Hé ! Donovan tu joues à quoi avec ma Emily là ?!

Fit une voix derrière eux. Inutile de préciser de qui il s'agissait. Emily roula des yeux, et se retourna vers lui avec un regard méprisant, elle avait fait son possible, là c'était à Wayne de jouer. Peu importe la stratégie qu'il comptait employer, le faire rager en continuant sur leur lancée, ou aller le recadrer, elle le suivrait et le soutiendrait dans son action (bien qu'elle avait quand même une nette préférence pour la paix Rolling Eyes ) ...

__ Tu joues à quoi, man, elle est à moi !



► EMY
Code by AMIANTE

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Mar 22 Jan - 17:13


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Very often tentation means revelation »


Rien, absolument rien ne pouvait aller comme vous le désiriez. Vous aviez l’idiote envie de passer simplement un peu de bon temps avec des amis sur une patinoire ? Eh bien il fallait toujours que quelques choses ou plutôt quelqu’un vienne briser gaiment vos rêves comme si on avait éclaté un miroir peu avant. Sept ans de malheur on n’en était pas sortis. Sa charmante collègue en faisant donc les frais, d’un stupide citadin lambda qui d’un coup d’un seul se décidait à prendre confiance en lui et à en devenir pathétiquement ridicule et énervant. C’était à se demander parfois pourquoi la gente masculine ne voulait tout simplement pas comprendre pour une fois simplement le ‘non’ comme tel. Allons prenons un cas inverse, on avait peu de cas de harcèlement effectué par une femme. Peut-être aussi parce qu’il ne fallait pas supplier bien longtemps un homme pour ce genre de chose. Bien changeons de sujet, il s’égarait là en attendant la réponse d’Emily sur le temps que tout cela durait. Dans un sens, celui-ci fut rassuré de savoir qu’elle pensait que c’était récent, après tout il aurait déjà pu régler les choses de manières peut-être plus formelles entre les murs de l’hôpital que de laisser trainer ça, que ça prenne de l’ampleur jusqu'à devenir gros comme une montagne avant de mettre le haut là. Au plus vite on coupait l’herbe sous le pied à ce genre de personne, au plus on avait de chance de le calmer. En tout cas, il avait dans la vague idée qu’elle savait qu’il l’aurait toujours écouté et aider dans ce genre de problème, peu importe qui cela aurait été. On n’allait pas laisser une ambiance pourrie et morose se créer dans l’équipe de la faute d'un seul cornichon. Voyons, il en ferait un bien piètre patron.

Quoi qu'il en soit, le jeune homme au QI de poisson ne sembla pas vouloir en rester là et rajouta de l’huile sur le feu par texto, il n’avait pourtant pas besoin d’enfoncer son cas. Oh non, il était déjà catalogué comme irrécupérable, ou en tout cas il faudrait sérieusement qu’il revoie ces méthodes. Lentement Wayne regardant toujours le message tourna un peu sur place pour gagner un nouvel appui bien plus solide que simplement ces jambes, les barrières en plastique qui faisait les contours de cette plaque de glace. Comme ça d'un, il était paré en cas de déséquilibre et secondement, il laissait un peu plus de place à ceux qui tentait toujours avec désespoir d’arriver à glisser sans trop de classe. À la réplique de sa collègue sur le meurtre par étouffement, il laissa passer un léger rire amusé avant de lui rendre ses affaires et de relever le regard pour croiser le sien. Il fit un léger mouvement de la tête par la négative, lui répliquant ainsi que ce n’était pas une bonne idée.


-Je suis certain que tu serais capable de le faire mais le faire à la vue de tous ces témoins peut devenir gênant lors du procès. Et je n’aimerais pas devoir venir te voir et t’apporter des oranges pour un type pareil.

Dit-il doucement avec l’ombre d’un sourire affiché sur son visage, les petites marques autour de ces yeux le prouvaient allègrement. En tout cas malgré la méthode peut-être un peu simpliste, il essayait tout de même de faire diminuer sa tension, son stress, son angoisse ou sa colère, à elle de cocher les mentions inutiles. Rien de mieux que de sourire et de rire. Même si on disait qu’arriver à faire rire une femme était déjà un grand pas, peut-être faudra-t-il expliquer le sens de l’humour à Fitsch ? Il n’en serait pas volontaire en tout cas, pas pour ça. Il sembla plus enclin à la première solution de sa collègue, peut-être pas la plus stable par rapport à leurs passés communs mais que soit. C’était plus qu’agréable de sentir sa peau douce sous ces doigts même si c’était simplement pour un temps fugace. La faible chaleur de ses doigts contrastait assez avec le froid piquant qui vous mordait le visage par bourrasque. Pour y mettre un peu plus de justificatif que voulu, il lui précisa d’envoyer un message. Peut-être le ferait-il au moins réfléchir sur la portée de ces actes, on pouvait toujours espérer que les deux neurones de son cerveau se connectent enfin dans une pensée logique. Il n’en était pas convaincu mais on pouvait toujours tenter. Ses yeux parlaient pour elle et il sourit d’autant plus, gardant le contact avec sa main, lâchant l’autre du bord si rassurant. Il tenta de lire en s’approchant d’elle un peu plus, remettant sa tête au niveau de son épaule, ces cheveux venaient quelque peu lui chatouiller le visage mais il n’en eut le temps qu’un rire tonitruant faisait son arrivé, ne manquant pas de faire sursauter deux ou trois personnes dans les environs.

-Parce qu’il trouve cela drôle en plus ?

Gronda-t-il plus qu’il ne le parla. C’était sorti un peu trop vite de ses lèvres que pour qu’il ne remodule en plus paisible sa propre voix, traitresse va. Il avait haussé un sourcil pourtant cette fois sincèrement vexé. Et quoi l’idée paraissait-elle à ce point absurde ? Ou il se prenait vraiment pour Dieu le père ? En tout cas, il ne fallait pas avoir de talent divinatoire pour comprendre que cela ne suffira pas à monsieur. Allez savoir il n’apprécia pas grandement son rire à lui et lui jeta pourtant un regard noir qui en ferait sans doute tremblez plus d’un sur leurs bases. Bien que de loin, l’effet était grandement atténué à son plus grand désespoir et emmitouflé pour le froid vous aviez tout de suite un chouilla moins de charisme aussi passons. Comme phrase directe, expéditive et lapidaire et bien, elle le faisait très bien toute seule. Pour ainsi dire le chirurgien ne moufta mot, il n’était pas vraiment sûr que la moindre parole soit des plus probants. Revoyant son visage s’approcher du sien, il avait la vague mais non moins appréciable sensation de déjà vu. De savoir ce qui arrivait et pourtant de ne rien faire contre, en d'autres temps peut-être qu’il se serait secouée, là il du avouer simplement en profiter. Au moment où ces lèvres rejoignirent les siennes, ces pensées se muraient dans le chaos le plus totale et juste par impulsion, il repassa sa main libre dans sa nuque bien qu’il ne la calât en rien. Pour le coup il oublia tout, le lieu, le trois quarts des gens qui devaient se demander quoi et l’autre abruti en question. Tout venait de lui sortir de la tête sauf peut-être des souvenirs embrumés. Bien qu’il ait tout aussi l’impression de ce fait d’être un parfait conard de la même manière mais juste en moins lourd. Ce fut à regret qu’il rompit le contact et croisa son regard tout aussi intense. Sauf qu’il ne put pas l’oublier très longtemps vu qu’il se rappela à son bon souvenir. Un soupir las traversa ses lèvres comme agacés.

-D’accord il chiant.

Lui certifia-t-il un instant, avant enfin de décrocher son regard du sien pour le tourner vers la personne qui arrivait droit sur lui. Il se tourna un peu plus pour lui faire face, le dominant d’une bonne tête. Comment ça ? Et quoi on faisait des ordres de propriétés avec des marques marquées sur le papier ? Depuis quand les humains étaient la propriété d'autrui ? Il fallait peut-être qu’il redescende sur terre, il n’avait aucune relation spécifique outre professionnel avec elle ce qui lui accordait pas le droit de formuler cette phrase, et la petite voix dans sa tête confirma que lui non plus de toute façon. Man ? Et puis quoi encore, c’était quoi ces familiarités, ils n’avaient pas élevé les cochons ensemble non plus. Si ces yeux pouvaient pétiller l’espace d’un instant, il sembla sombrer à nouveau dans le froid polaire question d’accompagner le temps. Son regard restait fixé sur lui le visage plus impassible que d’ordinaire mais la mâchoire suffisamment crispée pour que cela se remarque. Finalement, l’idée de lui mettre son poing dans la figure avait quelques choses de tentant et il avait bien la main qui le démangeait. Il voyait déjà bien sa tête ahurie tel un écureuil prit dans les phares d’une voiture. Soit, il chassa ses pensées et reprit la parole d’un ton cassant.

-Avec ‘ta’ Emily …dit-il en insistant sur le ta… dois-je te rappeler Fitsch qu’une personne n’est pas la propriété de qui que ce soit ? Et je ne crois pas qu’elle soit à toi ni à personne d’autre, on parle d’une personne pas d’un objet. Et si elle préfère ma présence à la tienne, on ne peut que la comprendre au vu des messages plutôt suggestifs que tu lui as envoyés. Que ne comprends-tu pas dans le non?

C’était difficile à encaisser mais qu’il ouvre les yeux un peu. Elle n’était pas intéressée, il avait tenté sa chance maladroitement et bien tant pis pour lui. Comme pour se donner plus de contenance et sans vraiment chercher d’accord, il libéra en douceur sa main de la sienne pour aller la poser au niveau de sa taille la ramenant légèrement à lui.

-Maintenant si tu veux bien redescendre de tes grands cheveux cela serait agréable...

Murmura-t-il avec quelques choses que de basse menace dans le ton de sa voix, par impulsion toujours et parce que cela paraissait naturel sur le coup, il se retourna vers Emily un instant et posa un baisser rapide sur ces cheveux. Il espérait juste ne pas se prendre une baffe bien méritée lui aussi avant la fin.

___________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Mer 6 Mar - 19:24

« Very often tentation means revelation »
Wayne & Emily

I'm sorry, I can't take it any longer !


La jeune femme peinait vraiment à garder son calme. Elle sentait son supérieur s'échauffer, tout contre elle, peut-être que lui aussi avait dans l'idée d'en coller une à Fitsch. Bon sang, ce que ça devait faire du bien. Elle imaginait déjà la paume de sa main claquer contre la joue de Fitsch. Lui mettre une bonne giffle aller-retour, voilà ce dont elle rêvait de faire. Elle s'imaginait déjà le plaquer au sol comme un joueur de rugby et le giffler encore et encore jusqu'à ce qu'il arrête de la trouver potentiellement mettable dans son lit. Les filles moches ont pas la chance d'être jolies, mais elles ont la chance de pas se retrouver avec des connards pareils. Si Fitsch la repoussait intellectuellement parce qu'il était complètement en rut et vraiment digne représentant du crétinisme, elle le trouvait vraiment pas attirant physiquement. Ou du moins, tout autant attirant qu'une sardine à l'huile, et franchement, une sardine à l'huile c'est pas ce qu'il y a de plus sexy. Non. Elle admirait le calme et la patience de Wayne, elle faisait presque comme si elle n'était plus là, passée en mode OFF, parce que si elle écoutait vraiment ce qui se disait elle allait transformer leur collègue en makis avec ses patins, le découper en toutes petites rondelles qui se marriraient à ravir avec de la sauce soja. Pour sûr. La jeune femme eut un léger mouvement de recul quand l'idiot du village s'approcha du couple occasionnel. La chirurgienne fixa Wayne avec un air légèrement inquiet. Ne pas commettre de meurtre. Trop de témoins. Il avait raison. Allez keep cool. Keep cool Hilton.

__ Ah ah t'as raison, mister Donovan, j'accepte de descendre de mes grands chevaux avec plaisir si je peux chevaucher celle-là.

Emy sentit sa mâchoire se décrocher tandis que Fitsch la fixait avec une lubricité non feinte et pas masquée pour deux sous. Elle arqua un sourcil en espérant avoir mal entendu. Allez, on reste zen, la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe, on se détend, on respire, ouf, ouf, on n'imagine pas qu'on est en train de finir le presque cadavre du médecin à coup de pelles, non, allez, ouf, on souffle, on inspire. Emily sentit son sang s'échauffer et ses membres brûler malgré le froid ambiant. Bon sang, comme il allait être dur de se retenir de lui sauter dessus pour l'étriper. Quelle violence vous direz-vous ! Oui, mais là, c'était juste trop lourd, elle n'en pouvait juste plus.
Elle n'était déjà pas très cliente des blagues salaces ou des remarques peu catholiques dans ce genre, mais alors quand c'était en plus prononcé par cette loutre de Fitsch, c'était encore plus ridicule.

__ Mais moi je suis sûre qu'elle aurait bien envie d'être ma chose, hein Emily.

Etre sa chose?
Plutôt crever qu'avoir un quelconque lien avec lui. Etre sa collègue c'était déjà vraiment à chier, mais c'était obligatoire malheureusement mais alors s'imaginer à moins de 4 centimètres de lui suffisait déjà à lui donner la nausée. Emily se rapprocha encore un peu plus de Wayne, et posa doucement la paume de sa main contre le torse de ce dernier en mode "je suis déjà prise, sale blaireau" mais sans rire dire. Elle risquait d'être vraiment très violente si elle se mettait à réagir ponctuellement à toutes les insanités que disait Fitsch. Elle bouillonnait vraiment, elle n'avait qu'une peur c'était que la soupape lâche et qu'elle éclate la tête de cet abruti contre la glace. Allez, on respire encore un grand miss Hilton. Peut-être que le débouché de cette histoire n'est pas si loin. Y'avait plutôt intérêt à ce que ce soit elle qui pète les plombs, parce qu'autant Wayne pourrait la retenir, autant si c'est Wayne qui partait en croisade contre l'autre crétin, elle pourrait que le regarder faire en criant bravo et en comptant les points, si encore elle ne lui fournissait pas d'aide.
C'était sans compter sur le collègue le plus lourd du monde qui largua :

__ Tu sais quoi Wayne? C'est pas que je comprends pas le "NON" c'est que je suis pas le genre de mec à qui on dit "NON" tu vois, et encore moins quand la personne qui me dit non, c'est une petite pute dans son genre qui aguiche tout ce qui passe sous son nez parce que tout ce qui lui plaît c'est provo...

La phrase de Fitsch fut interrompue par une Emily enragée qui avança un grand coup, l'épaule en avant comme pour défoncer une porte et par un grand bruit de fracas d'homme qui s'écrase sur la glace avec violence.
...

__ Je te jure, je vais te buter.

On pourra pas dire qu'elle a agit sur un coup de tête !
Enfin, plutôt sur un coup d'épaule.
► EMY
Code by AMIANTE

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne Ven 22 Mar - 18:38


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Very often tentation means revelation »


Parfois, on en venait à se demander comment l’être humain pouvait être à ce point dénué d’intelligence et quand même continuer à vivre plus ou moins normalement. Peut-être devrait-il penser à fournir son cerveau à la science après son décès pour une avancée scientifique, cela serait peut-être la seule chose un tant soit peu censée qu’il aurait pu faire. Déjà revenir vers eux, n’était pas la solution, de toute évidence ce n’était pas la modestie qui allait l’étouffer. Etait-il sous l’influence d’une quelconque drogue pour ne plus parvenir à se rendre compte de la situation ? Ou alors il avait trouvé son diplôme de médecine dans un paquet surprise ? Faudrait qu’il pense à poster une réclamation au fabricant de jouets, si tel était le cas. Bon c’était des pensées tout aussi inutiles que le reste mais au moins son esprit se concentrait sur autres choses et revenait à toute allure sur terre. Au final, Fitsch avait sans doute un don fort peu enviable, celui de taper très vite sur le système de toute personne ayant la malchance de l’écouter. Parce que pour tout vous avouez, si Wayne avait su qu’il verrait en sa phrase une perche quelconque, il aurait encore préféré se murer dans le silence plutôt que de lui fournir une occasion pour qu’il puisse étaler son mauvais gout. Sa mâchoire continuait inlassablement de se crisper alors que son regard frisait le zéro absolu. Il ne saurait dire ce qui l’indisposait le plus dans tout cela. Qu’il continue de parler des gens comme s'il n’était pas là alors qu'Emily était juste à côté de lui ? Qu’il sorte ce genre de lourdeur que même un dragueur de bas étage trouverait désolant ? Ou qu’il n’aille aucune crainte à sortir cela alors qu’elle venait de lui dire qu’ils étaient ensembles. C’était faux, d’accord, mais tout de même. S’il cherchait vraiment la bagarre il allait l’avoir et surtout il allait perdre.

-Et si tu nous faisais également le plaisir de garder pour toi ton humour salace Fitsch…

Non, non ce n’était plus vraiment une question, c’était plutôt quelque chose qu’on qualifierait d’une affirmation. Qu’il le comprenne ou non d’ailleurs, il n’y avait pas trop d’espoir dans son cas, mais il vaudrait mieux que son instinct de survie reprenne le dessus parce que même si elle semblait ne pas bouger, il avait l’impression qu’Emily allait lui sauter à la gorge. La question serait, la retiendrait-il ? La logique voudrait qu'au moins par décence il le fasse, mais il mériterait certainement de se faire remettre en place. Ce qui serait deux fois plus humiliant pour lui que ce soit une femme qui le fasse. Ça avait le don de calmer et de redescendre en flèche les egos. Puis pour une question de survie simplement, quoiqu’il n’ait aucun doute sur les capacités de sa charmante collègue, il vaudrait mieux que cela ne soit pas lui. En même temps, il n’avait pas très envie non plus de réitérer ce genre de perte de contrôle qui lui était pourtant propre mais jamais vraiment très beau à voir. Comme pour déjouer tous pronostique, monsieur lourdeur de service en rajouta une couche et une belle. Le chirurgien ne put s’empêcher de sentir ses propres muscles se crisper, resserrant un peu plus sa prise sur la taille de la jeune femme, pour l’empêcher d’avancer ? Ou pour s’empêcher de se dégager et de lui faire ravaler ses paroles ? Peut-être les deux ?

-Je crois surtout que tu rêve éveillé et au cas où tu ne l’aurais pas remarqué vu ton étroitesse d’esprit, elle a déjà quelqu’un. Et je ne partage pas, alors si au lieu de nous importuner tu retournais tout seul là-bas ?! Et modère également ton langage !

Pour tout vous dire depuis le début de cette conversation avec le pot de colle ambulant, il avait surtout l’impression de monologuer dans le vide, de parler pour rien et surtout personne. À croire que ses paroles passaient comme du vent entre ces deux oreilles et ne touchaient rien du tout. Prenait-il seulement en compte les mises en garde qu’il tentait encore et toujours vainement de lui formuler ? De toute évidence, non. Malgré des années de contrôles ou de maitrise de soi, son propre énervement quelque peu décuplé par celui de la jeune femme à ses côtés allait finir par faire le trop-plein. Qu’il ne vienne pas se plaindre après, on aurait eu la bonté de le prévenir. Après les salades et les âneries qu’il eut sortie, il prononça sa dernière phrase à croire qu’il avait vraiment envie de dépérir aujourd’hui. Pour le coup, le médecin avait tellement été sidéré qu’il était restée scotché. Bien évidemment, si Emily n’aurait pas réagit il y aurait de forte chance qui le fasse mais la jolie brune fut plus rapide que lui. Sans doute était-ce mieux ainsi. Devait-il vraiment être celui qui calme le jeu ? Ses propres nerfs venaient de lâcher. Il rattrapa rapidement Emily avant qu’elle ne décide de le découper avec ces patins. Avec ces deux bras, il avait enserré sa taille avant de la reculer de l’homme toujours au sol. Alors que sa voix tremblait toujours de cette colère noire mais contenue à grand renfort d’il ne savait trop quoi, il reprit la parole.

-Non, non chérie, je t’en prie… Ce type n’en vaut même pas la peine. Il ne mérite même pas ça. Calme-toi, calmes-toi s’il te plait…

Dit-il plus doucement, mais de toute façon l’effort pour tempérer sa voix était plus qu’inutile.

-Parce que de toute façon, maintenant, il va prendre ces cliques et ces clacs et déguerpir d’ici.

D’ailleurs il se relevait enfin. Il relâcha doucement sa collègue et avant qu’il ne puisse ouvrir la bouche, parce que bizarrement il sentait déjà une autre connerie arriver. En même temps, il n’avait pas encore sorti la moindre phrase qui mériterait d’être dite. Il revient vers lui, le reprit par le col pour le repousser vers la rambarde qui avait la bonne idée d’être juste un peu plus loin.

-Ne t’avise même pas de reprendre la parole. Tu aurais tout intérêt à t’excuser et à la laisser tranquille à présent que se soit ici ou à l’hôpital où je te jure que même ceux qui s’occupent de la photocopieuse ou qui lavent les sanitaires trouveront leur job plus agréable que le tien. Va-t'en.

___________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: « Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne

Revenir en haut Aller en bas

« Very often tentation means revelation » DÉFI 1 with Wayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'
» [Bordeaux] Je résiste à tout, sauf à la tentation [Cédric]
» If It Means A Lot To You ►► 02/03/12 à 23.58
» REE ϟ la meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
» Tentation - Le film
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de Détente :: » Patinoire-