AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Mer 28 Mar - 13:09

15 jours, 19 heures et 53 minutes que Jesse Walker n’avait pas mis les pieds chez lui. 15 jours, 19 heures et 53 minutes qu’il avait peur de revenir ici. Il ne saurait pas dire pourquoi. C’était le genre de bulle qui lui passait souvent au cerveau. S’il y avait la moindre chose ou le moindre son l’effrayant dans son appartement, Jesse prenait la fuite. Jusqu’à ce qu’il ait le courage de revenir et à chaque fois qu’il faisait une crise, la durée augmentait et il quittait plus longtemps. Le petit brun n’arrivait tout simplement pas à surmonter l’enfer qu’il avait vécu. Il n’arrivait tout simplement pas à oublier tout ça et à tourner la page. Tout le monde l’effrayait. Il avait peur de tout. Dans sa tête, tout le monde cherchait à vouloir le tuer ou à le torturer. Il ne savait plus à qui faire confiance. Jesse avait l’impression que tout le monde avait changé autour de lui. Avant la première chose qu’il voyait c’était le bon côté des gens. Aujourd’hui, il n’osait même plus approcher des inconnus. Lorsqu’il marchait dans la rue, Jesse avait même commencé à se cacher. Capuchon, lunette de soleil. Il empruntait toujours des chemins différents. Il n’allait jamais deux jours de suite au même endroit. Il était devenu un vrai paranoïaque.

L’agent de la CTU compta jusqu’à 20 avant d’ouvrir la porte de son appartement. Immédiatement, il ouvrit la lumière. Rester dans le noir le rendait nerveux. Il s’assura que son chez lui était vide avant de pousser un profond soupire. Il se laissa tomber lourdement son fauteuil. Il alla pour ouvrir sa télévision lorsque des bruits de pas de firent entendre dans l’appartement d’à côté. C’était une charmante jeune femme qui habitait là. Jesse ne l’avait jamais vu, mais il avait beaucoup parlé avec elle. Tellement parlé. Il s’était plus ouvert à elle qu’au psychologue que la CTU l’obligeait à voir à chaque semaine. Tout semblait plus simple lorsqu’on parlait à… un mur. C’était encore plus agréable lorsque ce même répondait avec une voix de femme plutôt sexy… Des fois, Jesse se surprenait à essayer d’imaginer à quoi elle pouvait ressembler… Elle devait être drôlement jolie, il en était certain. Enfin… Le jeune garçon se leva et s’approcha doucement du mur par lequel ils communiquaient. Jesse toqua doucement avant de s’asseoir.

- Salut Mily. Tu es là? C’était étrange… La première chose qu’il faisait après plus de deux semaines d’absence c’était de parler avec sa voisine qu’il n’avait jamais vu. Sauf que là… Il n’avait aucune réponse. Tu m’en veux hen? Parce que je suis parti sans prévenir?... Je suis désolé. Je n’ai pas pu rester… J’ai… J’ai eu peur… Je sais… C’est con… C’est sûrement la branche d’arbre qui a frappé contre la fenêtre à cause du vent, mais ça m’a fait peur. Tellement peur que je n’ai pas eu le courage de revenir avant aujourd’hui… Je suis nul… Pardonne-moi…

Jesse poussa un profond soupire. Le mur restait silencieux, pourtant il était certain que Mily était là. Il l’avait entendu. Elle était là et elle l’écoutait. Il en était persuadé. Elle devait seulement lui en vouloir, car il avait raté les derniers rendez-vous au mur. Ce n’était pas de sa faute après tout. Comme le mur resta silencieux, le bouclé se leva et alla prendre sa guitare avant de retourner près du mur. Il laissa ses doigts glisser sur les cordes de l’instrument alors qu’il se mit à chanter d’une voix douce.



- Bonne nuit Mily, finit-il par murmurer à la fin de sa chanson. Il laissa sa guitare au sol et se dirigea vers sa chambre déjà un petit peu plus serein. Même s’il n’avait pas eu de réponse. C’était un petit peu stupide, extrêmement con même, mais il était aussi étrange que ça. Sauf que Jesse ne se coucha pas. Au contraire, il avait un dossier important à finir et venait de s’apercevoir qu’il l’avait oublié dans sa voiture. Le brun prit un long moment avant de prendre son courage à deux mains et de courir à toute vitesse dehors prendre son dossier. Il retourna vite dans l’édifice et se dirigea vers l’ascenseur où une jolie jeune femme brune avec un regard magnifique s’y trouvait déjà. Jesse lui sourit avant de prendre place à côté d’elle ne pouvant s’empêcher de lui jeter quelques regards. Le bouclé n’avait jamais été un homme à femme, mais elle… Il la trouvait vraiment, mais vraiment belle.


Sauf que… Petit hic. Alors que la machine était en train de monter, un drôle de bruit se fit entendre suivit d’une secousse et l’ascenseur se stoppa.

- Ce n’est pas vrai! s’exclama Jesse. Par chance qu’il n’était pas claustrophobe en plus. Ça aurait été le bout.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Mer 28 Mar - 23:10

Quelle journée horrible. Ça arrive rarement, mais quand ça arrive, on a toutes les raisons de croire que Dieu, ne nous aime vraiment pas du tout. Ça a commencé ce matin même... Emy sortait de quarante-huit longues trèèès longues heures de garde à vue, avec ce cher Liam Gibbs, en soit c'était déjà très très nul, mais ça aurait été plus facile si, au moins, à sa sortie de prison, elle avait pu rentrer chez elle, se doucher, et dormir. Oui, parce que, ne nous voilons pas la face, elle avait en permanence l'impression d'être imprégnée d'urine, et les alcooliques en rut des cellules avoisinantes n'avaient pas fait de cadeau à son sommeil en beuglant et en proférant des remarques plus que misogynes, sexuellement explicites, et bien entendu terriblement déplacée à des heures indécentes, sinon, c'était loin d'être assez pourri. Non, non, elle n'allait pas rentrer chez elle, aujourd'hui. Il était six heures du matin, et le même officier qu'elle avait défiguré deux jours plus tôt avec ses talons aiguilles sous l'emprise de l'alcool, vint ouvrir sa cellule, et lui demander de partir et d'aller au travail directement, parce qu'Emy avait de la paperasse en retard, et une pile de dossiers digne des plus hautes pyramides égyptiennes entassés sur son bureau. Quelle superbe journée en perspective... C'est à moitié vaseuse qu'elle se décida à prendre le bus pour aller à l'hôpital, puisque sa voiture était garée devant le bar d'avant-hier, et que ses clés de contact, étaient toujours dans la poche du gérant. Elle avait eut beau pester pour qu'on ne touche pas à son sac à main, elle n'avait plus de chewing-gum, plus de cigarettes, et plus glock 17 ; ce qui la mît de très mauvaise humeur - ou plutôt empira encore davantage la mauvaise humeur déjà présente - ... Elle n'avait pas eu de problème avec son arme alors que l'identification était rayée et qu'elle n'avait ni permis, ni licence, mais en jouant à l'idiote, et en donnant son numéro de portable à un des crétins chargés des affaires personnelles, ce petit contre-temps serait, et je cite : "malencontreusement oublié"... C'était cool pour le Glock17, moins cool, parce que comme tous les abrutis qui siègent derrière des bureaux, ils croient que la fille de leurs rêves peut se rencontrer à toutes les cages d'escalier... Il ne dérogerait pas à la règle, et il allait l'inviter dans le restaurant le plus cher, et le plus pathétique de Washington D.C pour lui montrer à quel point il était crétin - euh... bien intentionné -. Elle allait passer la soirée la plus rasoir de la Terre, et finalement lui avouer qu'elle était lesbienne parce que c'était la seule bonne raison légitime pour laquelle il ne pourrait pas conclure avec elle, quoi qu'il arrive. Et hop c'était dans le sac.

Tiens. Elle n'avait plus non plus d'argent dans son porte-monnaie. Chic alors. Emily se décida donc, à silencieusement pénétrer dans le bus, et à évidemment ne pas payer de ticket. Elle payait toujours d'habitude, et puis, franchement, il n'y avait jamais de contrôleur dans ce bus. Le chauffeur n'y fit pas attention. Em' se posa sur un siège, près de la fenêtre et regardait les paysages défiler à toute vitesse.

__ Mademoiselle, bonjour.
__ Non je ne suis pas intér...

Pensant repousser un de ces représentants bourrés de testostérone de la gente masculine, elle répondît sans regarder à cet homme, qu'il ne l'intéressait pas. Elle se retourna tout de même par curiosité, et fût terriblement surprise. Cet homme était ... un contrôleur. Et merde.

__ Votre ticket s'il vous plaît.
__ Je crois que... Oh, non... Elle fit semblant de fouiller dans sa poche. Je crois que je l'ai perdu ...

Sa moue triste et décomposée dût attendrir l'homme... Enfin, pendant deux secondes, juste avant qu'il ne lui demande un chèque de 70 dollars d'amende pour ne pas avoir son titre de transport sur elle... Et voilà comment un deuxième homme a obtenu gracieusement son numéro de téléphone... Echange de bons procédés. Hyper efficace mine de rien. Enfin, sur le moment efficace, pendant la soirée : fausse bonne idée ! Enfin arrivée à l'hôpital, elle speeda en direction des vestiaires, histoire de récupérer du gel douche, du shampoing, son dentifrice, sa brosse à dents, et sa brosse à cheveux. Mais évidemment...

__ Docteur Hilton ?

Saloperie. Le directeur de l'hôpital. Au meilleur moment.

__ Bonjour Monsieur ...
__ Je voulais savoir si vous étiez libre samedi soir.
__ Je suis désolée mais malheureusement je suis déjà prise samedi soir ...
__ Je suis désolé mais malheureusement je vais devoir signaler votre retard.
__ Samedi soir ! Mais c'est PAR-FAIT !

Super, et de trois. Finalement en possession de ses accessoires de toilettes, et prit la direction des douches. Tout semblait se passer correctement. Elle mêlait le shampoing à ses cheveux, sous l'eau, faisait mousser jusqu'à ce que... Bruit sourd... Vibration... Elle leva lentement vers la tête vers le pommeau de douche, comme pour éviter de voir la réalité ...

__ Okay, c'est bon. J'ai compris, Dieu ne m'aime pas, Dieu me déteste carrément.

Plus d'eau.
Voici comment vous vous retrouvez à acheter 200 bouteilles de 25cl à la cafétéria, avec les cheveux pleins de mousse, pour terminer de vous laver les cheveux correctement, sauf que vous n'avez pas d'argent, donc vous donnez votre numéro de portable au gérant de la cafét' et hop... Une super quatrième soirée en perspective, elle en avait rêvé... Le reste de la journée se révéla tout aussi emmerdant. Elle se fit renverser un café brûlant dessus - dommage, elle avait des changes dans le vestiiiiaire -, se fit menacer deux fois de finir devant les tribunaux, ne mangea pas, ne fuma pas, profita de sa pause déjeuner pour se laver les dents... Sauf que toujours pas d'eau, donc une bouteille de plus à la cafét, et une promesse de bisou au gérant... Puis un besoin de café que Wayne, son collègue lui offrit généreusement, enfin, que des tuiles. Elle décida de rentrer chez elle, dans son appartement, sans bus, avec ses petits pieds, là rien ne pourrait lui arriver. Enfin si, et d'ailleurs ça lui arriva, casser son talon sur les rues pavées, mais là encore, pas de chance, elle avait une autre paire dans son sac à main. Oui, dans son sac à main, il y avait un kit de survie, c'était limite si on ne trouvait pas de la nourriture pour poisson rouge et des pelles ! Enfin, à la nuit tombée, elle parvint à arriver devant chez elle. Soulagée que cette horrible journée soit finie. Emy passait parfois à son appartement, un peu moins qu'avant, d'ailleurs, ça faisait un petit moment qu'elle n'avait pas parlé à Jesse. Jesse ? C'était son voisin. Son adorable voisin. Un véritable chou à la crème, qu'elle n'avait jamais vu, mais qui savait pourtant tout d'elle, et dont elle savait tout. Tous leurs secrets avaient été filtrés par ce délicieux mur qui séparaient leurs appartements. Ca faisait un moment qu'il n'avait pas été au rendez-vous. Et ça ne serait probablement pas pour ce soir, car là, c'était elle qui était en retard. Elle pénétra dans l'ascenseur, et rencontra un charmant jeune homme, qui semblait assez pressé. Il avait beaucoup de charisme, et de très beaux traits. Elle lui concilia un mince sourire... Mais ce sourire s'effaça bien vite, quand l'appareil se stoppa dans un bruit sourd...

Un bref regard au plafond, où les trappes pour s'en sortir n'existaient que dans les films, et dans les séries avec Jack Bauer... Non, aucun, strictement aucun moyen de s'échapper. Un filet d'air mince s'échappa de ses lèvres.
En panne.

__ Décidément, on ne m'aura pas épargnée aujourd'hui...


___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Jeu 29 Mar - 5:58

[ Pardon! J'ai pas réussi à faire aussi long que toi! Sad Je vais mettre ça sur le dos de la fatigue ♥ ]

Jesse faisait vraiment de son mieux pour ne pas détailler la jolie brunette du regard, mais ce n’était pas évident lorsqu’on se retrouvait à côté d’une beauté pareille. Cette dernière lui fit un maigre sourire et le bouclé rougit légèrement avant de détourner le regard un peu gêné. Il fallait lui donner une chance, il était de nature très timide. Avec n’importe qui, mais surtout avec les jolies jeunes femmes et les beaux jeunes hommes.

Lorsque l’ascenseur se stoppa net, la panique traversa les prunelles du jeune garçon. Il pensa tout de suite au pire. La jeune femme près de lui devait sûrement être une terroriste et elle s’était arrangée pour faire arrêter la machine et ainsi le tuer pour partir avec le dossier de la CTU qu’il avait dans les mains. Par réflexe, il serra légèrement la chemise en carton contre son torse et n’osait plus jeter le moindre regard à la brunette. Et merde! Pourquoi il n’avait pas son arme sur lui? … Ha. Ha! C’était encore drôle. Il serait beaucoup trop nerveux pour arriver à s’en servir de toute manière. Chaque seconde semblait beaucoup plus pénible et la panique grimpait en flèche. C’est fou comme le temps est long et pénible lorsqu’on frôle la mort. Par pitié. Pourquoi lui? Il était un gentil garçon, il ne voulait faire de mal à personne. Il aimait les gens! Pourquoi les gens ne l’aimaient pas et cherchaient juste à le faire souffrir? Ah paranoïa quand tu nous tiens.

Après un petit moment, l’inconnue parla et étrangement, le petit brun se sentit légèrement moins nerveux. Peut-être que finalement, elle n’allait pas le tuer! C’était une bonne chose. Ils auraient la chance de faire connaissance alors. … Quoi que ça le gênait un peu… Rha comme il pouvait être nul parfois. C’était bien pour cette raison qu’il était toujours célibataire. … Il n’arrivait jamais à prendre les devants lorsqu’il n’était pas saoul et malheureusement, il avait rarement l’occasion de prendre un verre. Allez un peu de courage… 1. 2. 3. … Allez! Réponds quelque chose, car tu as vraiment l’air stupide de la regarder de cette manière.

- Faut se dire que ça aurait pu être pire comme fin de journée. Tu aurais pu être prise seule ici ou encore… Avec un mec pas rassurant à la tête de tueur, le petit brun lui sourit avant de rajouter en fronçant les sourcils. J’espère que je n’ai pas une tête de tueur…

Il rit légèrement avant de se passer une main mal à l’aise dans ses cheveux. Au moins, il n’avait pas l’air très nerveux quand il parlait. C’était vraiment dans son étrange tête que tout se passait. Le brun poussa un profond soupire avant de littéralement s’asseoir au sol en croisant les jambes, il invita la jeune femme à faire comme lui d’un signe de la main.

- Ça risque de prendre un moment avant qu’on nous sorte d’ici… Un nouveau silence et le brun rajouta comme ça : Est-ce qu’on joue aux cartes?

D’accord. Vous pouvez le traiter de fou. Il était pris dans un ascenseur avec une fille super canon et il ne cherchait même pas à la draguer. Il lui demandait de jouer aux cartes… C’était un passe-temps comme un autre. Bon… Avouez que c’était adorable pareille? … Une autre raison qui expliquait son céliba’ chronique. « Tu es trop adorable Jesse, je ne veux pas briser notre amitié. » Bla. Bla. Bla. Que voulez répondre à cela? Il avait l’habitude. Les gens le voyaient comme un simple ami et ça lui allait très bien. C’était important les amis. Depuis, il ne se sentait pas prêt à s’engager dans une relation à long terme. C’était beaucoup plus intéressant de prendre quelques verres et de se retrouver dans le lit d’un ou d’une inconnu(e) le lendemain.

- Seul problème… Je n’ai pas de cartes…

Ben oui. Qui de nos jours se promenaient avec un paquet de cartes au cas où un ascenseur bloque pour pouvoir passer le temps? Il allait falloir trouver autre chose, car Jesse était le genre de garçon qui avait besoin d’être constamment occupé. Il n’arrivait pas à tenir en place pendant plusieurs minutes, il était toujours en mouvement, sautillait partout. Enfin. Vous voyez un peu le genre.

- On se fait un genre d’action ou vérité, mais sans action?

Encore une question totalement niaiseuse. Des fois, Jesse Walker devrait apprendre à se la fermer. C’était du pur n’importe quoi à ce stade. Sauf que c’était une façon un peu plus drôle de faire connaissance.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Ven 30 Mar - 22:37

    La belle brune, laissa son crâne heurter la paroi derrière elle, en témoignage d'un profond désespoir. Elle ne put qu'espérer que l'ascenseur reparte, et puis que tout rentre dans l'ordre. Mais bien sûr c'était trop demander. Il fallait finir cette journée vraiment pourrie jusqu'à la moelle en beauté, et là c'était la cerise sur le gâteau. C'était un peu angoissant comme situation mine de rien. Elle était enfermée dans ce petit espace clos, inaccessible de l'extérieur, et inextricable de l'intérieur. Très bon endroit pour une scène de film d'horreur. Le néon qui clignotait à moitié émettait un bruit qui devenait rapidement insupportable, et cet homme en face d'elle, même si il était très mignon, ne semblait pas être du genre à faire la conversation. Bon, et bien elle allait devoir prendre son mal en patience. Comme pendant les 73 dernières heures. Fixant le néon avec une insistance un peu trop insistante, comme un bébé devant un croûton de pain, le beau brun avait dû se résoudre à démarrer une conversation, sous peine de voir Emily réduire le néon en toutes petites petites miettes. Vraiment très très petites. Elle mit un certain temps à comprendre qu'il ne pouvait s'adresser qu'à elle, et ainsi, elle baissa les yeux pour planter son regard émeraude dans celui de son interlocuteur. Il plaisanta à propos de sa potentielle tête de tueur, Emy effectua un sourire légèrement gêné, en se surprenant à imaginer ce jeune homme sortir : "Je n'ai pas une tête de tueur, n'est-ce pas ?" et PAF, le monsieur qui a l'air tout gentil, sort un couteau à beurre, crie : "ET POURTANT" et poignarde à de multiples reprises la pauvre femelle en détresse. Oui, peut-être que la brunette avait légèrement trop d'imagination, surtout que niveau femelle en détresse, on avait déjà fait mieux, comme casting.

    __ Par rapport au reste de ma journée, c'est la meilleure chose qui me soit arrivée.

    Emily glissa une mèche de cheveux gênante derrière son oreille, elle contempla le jeune homme s'asseoir. Un peu plus combative, elle entreprit d'alerter ce qui pourrait être des secours en pressant le fameux petit bouton jaune, avec une cloche, à appeler en cas d'urgence. L'appareil crachota. Crachota encore. Et encore. Et rien. Comme le fit le brun, elle se laissa mollement couler dans l'ascenseur contre le mur, pour être dans une position plus confortable sur le long terme. Ils semblaient tous deux résignés à rester un moment dans cet ascenseur.

    __ J'te le confirme. Quand on sortira d'ici, je serais ménopausée, et tu seras chauve.

    Aussi, le petit brun proposa à Em' de jouer aux cartes. Un sourire un peu sarcastique s'invita sur ses lèvres légèrement rosées. Est-ce qu'il était niais, ou est-ce qu'il plaisantait, difficile à dire. En tout cas, il n'avait pas exactement l'attitude d'un tueur, dans son imaginaire, et ça commençait à la rassurer peu à peu, il n'avait pas l'air bien méchant de toute façon, mais bon, après tout, on est jamais trop prudent. Pas méchant, mais un peu surexcité et un peu hyperactif, le silence semblait assez pesant pour lui, et le manque d'action invivable. Un peu comme elle, finalement.

    __ Tu as pas de cartes, m'enfin, je suppose que tu dois avoir un prénom, non ?

    Oui enfin, c'est globalement ce que font les parents à la naissance, parce que si toute sa vie, votre enfant s'appelle : "Héééééy." c'est quand même pas très pratique. Ne serait-ce que pour se créer une adresse e-mail : heeeeeydu06weshwesh@hotmail.fr ça ne faisait pas très sérieux tout de même. Tenez, c'était à cause du néon, et de sa journée à la con, que le narrateur a pété un gros câble ? Après cette vaine tentative de jeu de cartes, il proposa un action ou vérité, qui était juste LE jeu des adolescents prépubères en soirée qui boivent leur premier verre d'alcool, mais après tout, ça permettrait de passer le temps, donc pourquoi pas. Emily répliqua amusée :

    __ C'est à ton tour de me poser une question alors, parce que je t'ai déjà demandé ton prénom sans trop te laisser le choix !

    Oui, mais voilà.
    Voyez-vous, un simple prénom, peut changer notre vision des choses....

    Spoiler:
     

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Mer 13 Juin - 22:21

C’était un petit peu stupide à penser, mais est-ce que tout cela était un coup du destin? Est-ce que c’était déjà prévu que le petit Jesse Walker se décide à sortir de son appartement à cette heure précise pour aller chercher des dossiers et de reprendre l’ascenseur exactement en même temps que cette magnifique brune? Le destin avait déjà prévu de faire stopper l’ascenseur à ce moment précis pour qu’ils se rencontrent ? C’était quoi la suite ? Ils vont vivre heureux et avoir plein d’enfants nains bouclés? Quoi ? Le destin nous joue de drôles de tour parfois, comment prévoir ce qui va nous arriver?

- Oh, mais Tu sais… Une seule personne peut changer l’entière allure d’une journée.

C’était au moins ça. Pour le moment, Jesse était la plus meilleure chose en cette horrible journée qui était arrivé à la belle inconnue. En espérant que ça reste comme cela et qu’au bout de 5 minutes, elle n’ait pas tout simplement envie de l’étrangler ou de le faire taire en lui faisant avaler son soulier. Ça dépendait toujours des gens avec lui. 50% des personnes l’appréciaient vraiment, même s’il n’arrête pas de bouger et de parler et l’autre partie des gens, ont vraiment envie de le tuer et de lui couper la langue après plus de 10 minutes en sa compagnie. Ce n’était rien de grave. Après tout, il commençait à avoir l’habitude. On ne pouvait pas plaire à tout le monde. Même en faisant le plus d’effort possible. Jesse eut un petit rire à sa réplique et passa une main dans ses cheveux pour prendre quelques-unes de ses bouclettes entre ses doigts.

- Je ne veux pas perdre mes cheveux, moi. J’y tiens. Beaucoup, répliqua d’une petite voix triste, mais avec un sourire sur les lèvres. Peut-être que ce temps d’attente dans l’ascenseur n’allait pas être si pénible que cela. Peut-être même qu’il allait sortir de là avec une personne à rajouter dans ses amis Facebook et une véritable amie avec un petit peu plus de chance.

Une fois au sol et après avoir posé une question vraiment niaiseuse demandant à une femme vraiment canon si elle voulait jouer aux cartes, Jesse resta un peu surprise de la réponse de la fille. Ouf ! Elle ne lui en voulait pas d’être un petit peu stupide en sa présence. C’était une bonne chose. Il n’avait pas encore tout bousillé. Bon… La véritable question était… Est-ce qu’il répondait la véritable chose ? Parce que finalement, même s’il n’était pas encore mort, il ne pouvait être assuré que la belle brune vienne se venger quelques semaines plus tard et qu’elle le retrouve grâce à son prénom… Oui, ce n’était pas dur après tout. Son nom était écrit sur l’intercom en bas devant son numéro d’appartement. Bon allez… Il allait prendre son courage à deux mains. Lui dire son nom. Et si jamais il se sent suivi dans les prochaines semaines, il va déménager. Pas plus compliqué que cela. Sauf que là… Il perdrait sa copine de mur… C’était triste, mais c’était les risques du métier. Ils pourraient toujours se parler sur Skype.

- Oui. J’ai un prénom. Mes parents m’en ont donné un à ma naissance. C’est Jesse. Jesse et je reste au 5ème à l’appartement 511. C’est un bel endroit, bien que petit un peu, mais au nombre de temps que j’y passe. Ce n’est pas grave. Je m’y plains bien et j’ai des voisins tranquilles. C’est pratique, car tu dois savoir que les murs sont tellement fins qu’on entend tout ce qui se passe dans les appartements voisins.

Oups. Jesse venait encore de commencer l’un de ses monologues en parlant légèrement vite et en voulant en dire beaucoup plus que nécessaire. Après tout, la brune lui avait seulement demandé son prénom, mais il n’avait pas pu s’empêcher de dire tout ce qu’il lui passait par la tête à ce moment précis. Ça allait être vraiment beau pendant leur jeune de vérité et vérité. Elle allait lui demander son âge et il allait lui dire tout sa vie au complet… Ou pas… Parce qui sait. Peut-être qu’elle sait déjà tout sur sa vie ?!

- Oh… Une question… Woah… C’est pas évident de poser la première question… Euh… Tu me dis si tu ne veux pas répondre, car je vais trop loin, je ne vais pas être fâché. Je vais comprendre. Alors… alors… Puis-je savoir ce qui a rendu ta journée aussi pénible ?

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Jeu 14 Juin - 12:04

    Il avait tout à fait raison. Le jeune homme aux beaux cheveux bouclés était en train d'inverser la tendance de cette journée nauséabonde. Elle qui avait eu tant de problèmes réunis dans une même journée, et qui croyait que cette suite de "pas de chance!" allait être prolongée par cette panne d'ascenseur... Et bien peut-être qu'elle se trompait tout bêtement. Peut-être que le destin avait décidé de se faire pardonner en envoyant Emy dans cet ascenseur en ce moment précis pour qu'elle rencontre ce .... Jesse ? Emily le regarda un petit instant avant de comprendre, et de contenir un air absolument horrifié. Quand il avait parlé de 511, alors qu'elle vivait au 510, ça ne l'avait pas choquée, mais quand il avait dit Jesse, ça avait fait TILT. Un peu comme quand vous secouez un peu une bouteille de coca avant de l'ouvrir. Elle du le dévisager une longue seconde avant de réaliser qui il était. Il était l'homme à qui elle parlait depuis si longtemps au travers de sa chambre. Il était l'homme qui lui avait tout raconté, et s'était confié à elle, alors qu'il ne l'avait jamais fait avec personne d'autre... Et pourquoi ? Et bien parce qu'ils s'étaient promis de ne jamais rien faire pour se voir... Oui, mais là, c'était... ce n'était pas eux qui avaient décidé cela. Elle l'avait beaucoup imaginé, mais n'avait jamais prêté tellement attention au physique qu'il pouvait avoir... C'était étrange tout de même, d'avoir ainsi, un meilleur ami, mais sans visage. Elle n'avait jamais su avant ce jour s'il était blond, brun, roux, bouclé, frisé, ou ébouriffé, s'il était grand, petit, gros, trapu, si c'était un homme ou un conifère, et à vrai dire, elle s'en fichait pas mal. Elle sentit sa mâchoire se décrocher. Elle y remédia vite en exprimant un beau sourire. Cela dit, il était évident qu'il attendait qu'elle se présente derrière, mais le problème c'était.... C'était qu'elle ne pouvait pas vraiment lui dire son nom. Alors elle remua sa matière grise pour trouver un moyen d'échapper au "Emily" et au double-suicide qu'il allait s'en suivre. La jeune femme le contempla un instant. Il était carrément mignon. Pourquoi l'idée ne l'avait jamais effleuré que Jesse, son copain de mur, puisse être beau ? Et bien tout simplement parce qu'il n'avait absolument aucune confiance en lui... Ce qui était loin d'être le cas chez les gens beaux en général.

    La jeune femme songea à faire diversion. Elle pouvait faire un strip-tease, se casser une jambe, menacer de lui arracher ses bouclettes si il cherchait à savoir son nom, égorger un mouton, crier "BATMAAAN", se suicider avec un coupe-ongle, essayer d'ouvrir les portes de l'ascenseur avec ses dents, ou .... ou lui dire son nom. Ca restait peut-être bien la meilleure solution. Quoi que si elle avait eu un mouton sur elle. Enfin passons. La belle brune avait trouvé une idée...

    __ Mes parents m'ont aussi donné un prénom à la naissance, mais en ce qui me concerne, ça ne sera pas pour tout de suite, après tout, tu as posé une autre question, Jesse !

    Ca venait de lui faire gagner... Ouah. Au moins 3 minutes. Oui alors, évidemment, ça ne méritait pas le titre de stratagème de l'année, mais au moins, elle n'avait pas à lui faire provoquer une crise cardiaque sur le moment. Elle hocha la tête en essayant de changer un peu de sujet.

    __ Oui, c'est vrai que les murs sont épais comme du papier à cigarette. D'ailleurs y'a un nouveau couple de voisins qui a emménagé à côté de mon appartement et si ils continuent à faire de chaque soir une nouvelle lune de miel, je pense qu'ils vont pas vivre très longtemps.

    Elle ajouta un petit sourire piquant dont elle avait le secret. Et comme il l'avait si gentiment demandé, elle allait devoir expliquer à Jesse pourquoi sa journée avait été aussi médiocre. Et puis en plus, c'était à lui de poser une question après tout.

    __ Oh non, ne t'en fais pas pour ça... Alors, ça a commencé il y a 24 heures. Je t'avoue que je ne me souviens plus trop comment ça s'est passé. Je crois que j'étais un peu alcoolisée en sortant d'un bar, et que je me suis assise au milieu de la route... Après je me souviens m'être réveillée au milieu d'une odeur d'urine nauséabonde, parce que j'étais en garde à vue. J'ai pas compris sur le moment, et puis quand le policier qui avait essayé de me récupérer sur la route est passé m'annoncer mes 48 heures de garde à vue... j'ai vu à son visage tuméfié que j'avais du faire une connerie. En fait je l'ai tabassé à coup de talons aiguilles... C'est marrant parce que j'ai fait un blackout total de ce qui c'était passé, je me souvenais plus de rien. Plusieurs propositions sexuellement explicites de détenus déclinées plus tard, on m'annonce qu'on a payé ma caution, je sais toujours pas qui c'est, mais c'était sympa. J'ai été obligée de filer mon numéro à un costume-cravate de l'accueil pour récupérer mes affaires, et pourtant j'ai plus de chewing gums... Ensuite je suis partie bosser à l'hôpital en bus. Et y'a jamais de contrôleur dans le bus, sauf aujourd'hui, au moment précis de l'année où j'ai pas un centime dans ma poche. Je lui ai poliment dit que je l'avais perdu, il m'a poliment demandé un chèque de 70 dollars d'amende, et j'ai poliment passé mon numéro. Ensuite, je suis arrivée à l'hôpital avec trois minutes de retard, que le chef s'est senti obligé de faire remarquer, si je n'allais pas au resto avec lui samedi soir.... Puis j'ai foncé prendre une douche... Sauf que, pendant que j'étais en train de me laver les cheveux, l'eau s'est arrêtée. J'ai donc du aller à la cafétéria acheter 200 bouteilles d'eau pour terminer mon rinçage, sauf que comme je n'avais plus d'argent sur mon compte, et bien j'ai du filer mon numéro au gérant... Puis je suis rentrée à la maison à pieds, pour ne pas risquer de recroiser un contrôleur, mais tu commences à capter que moi et ma chance... 'fin bref, j'ai cassé un talon, il a commencé à pleuvoir, j'ai trouvé une autre paire de chaussures dans mon sac, et j'ai couru jusqu'ici, pour finalement tomber en panne dans un ascenseur, alors que j'ai pas mangé depuis 39 heures... Alors tu as de la chance d'être gentil, et que je n'ai pas de barbecue dans mon sac à main, sinon il ne resterait plus que des petites bouclettes de toi... !

    Oops. Comment passer pour une psychopathe en cinq minutes.
    Et le problème maintenant c'est que c'était à elle de poser une question. Mais le truc... c'est qu'elle savait déjà absolument tout sur lui... C'est alors, qu'avec un petit sourire malicieux, elle demanda :

    __ C'est à moi de te poser une question ? ... Est-ce que tu n'as pas deviné qui je suis ?

    C'était le tout pour le tout. Si il n'avait rien remarqué, elle ne dirait rien. Il y avait la voix, le job... La malchance chronique, et puis cette complicité... si il avait compris... Et bien ils allaient bientôt pouvoir passer par la case : "je suis humilié, filez-moi une corde", mais au moins, ils seraient fixés !

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Jeu 14 Juin - 20:40

Il devait se tenir tranquille, il devait se tenir tranquille, il devait se tenir tranquille… C’était son défi du jour. S’il voulait tenir une bonne conversation intéressante avec cette belle femme, il ne devait pas être aussi excité qu’un enfant d’école. Sinon il passerait pour quoi ? De plus que ce n’était pas vraiment la présence de la jeune fille qui le faisait sentir comme cela, mais c’était dans son caractère quoi… Donc installé comme cela au sol, il ne pouvait pas s’empêcher de taper sur le plancher avec son pied de façon régulière en plus de bouger la tête tout en regardant partout dans l’ascenseur, espérant que quelque chose change dans ce petit endroit mal éclairé. Heureusement que l’édifice manquait de budget et n’avait pas installé de musique d’ascenseur dans la machine, car il aurait eu de quoi devenir fou. Quoi que danser sur de la musique ennuyante avec un néon qui clignote sans arrêt est une bonne façon de s’improviser une discothèque. Sauf que là, ça serait vraiment, mais vraiment n’importe quoi. Bien que c’était tout à fait le genre de Jesse de faire n’importe quoi. Bon… Peut-être que s’il arrêtait de penser à danser, il aurait déjà remarqué que la brunette le dévisageait. Ça devait être, car il en avait dit plus que nécessaire après lui avoir donné son nom. Elle ne s’attendait certainement pas à ce qu’il détale où il habitait et tout ce qui était venu avec. Oh… Non, ça ne devait pas être ça, car elle retrouva bien vite son sourire avant de lui répondre.

- Ils sont quand même sympas tes parents. Ils auraient pu ne pas te donner de nom, répliqua-t-il. Malheureusement, il n’eut pas la chance de le savoir maintenant, mais après tout, il comprenait. Ce n’était pas le but du jeu de poser plusieurs questions à la fois. Une seule question. Donc il allait lui redemander son prénom un peu plus tard. Si le destin le voulait et ne faisait pas repartir l’ascenseur au moment précis où Jesse se décide à lui demander son prénom.

- Oh vraiment…? Ce n’est pas de chance ça. Ils ne t’ont même pas invité à participer ? Tu parles de voisins égoïstes ça ! Bon… Comment passer pour un petit pervers attiré par le plan à trois en moins de deux secondes? Le pire là-dedans, il n’avait jamais essayé et ce n’était pas dans ses plans immédiats. Quoi que, tout de suite, là, maintenant, c’était impossible de faire un plan à trois étant donné qu’ils étaient que deux dans l’ascenseur et qu’il était possible de faire rentrer une autre personne… Allons jeune homme ! C’est quoi ces pensées ? Ce n’est pas parce que tu es en compagnie d’une jolie jeune femme qui accepte de parler et de jouer à un jeu d’enfants avec toi que tu dois te laisser aller à ce point. Non, mais oh ! La jeunesse. Plus aucun respect pour personne.

Et là, la brune commença un long récit. C’était un miracle. Elle parlait plus que lui, mais elle, elle arrivait à rester captivante jusqu’au bout contrairement à lui. Ouf. Après ça ce n’était pas lui qui allait se plaindre. Sa vie était méga tranquille à côté de seulement une seule journée de cette jeune femme. La pauvre semblait avoir beaucoup de problème avec des vilains garçons qui voulaient profiter de sa condition pour avoir des rendez-vous ! Les gens n’étaient vraiment, mais vraiment pas sympa. Faut dire qu’elle avait de la chance d’être tombé sur lui en terminant sa journée. Il n’était pas en train de prendre la grosse tête, mais il n’était pas dû tout comme les autres hommes qu’elle avait rencontrés. Sauf qu’à sa dernière phrase, Jesse ouvrit très grand les yeux et ravala avec peine, il jeta un rapide coup d’œil vers le sac à main de la jeune inconnue pour confirmer ses dires et s’assurer qu’il n’y avait pas de barbecue dans sa sacoche.

- Tu m’aurais vraiment mangé ? Parce que tu sais, je ne crois pas être comestible ! En plus le savon que j’utilise n’a même pas d’odeur de fruit ou de chocolat, donc je ne crois vraiment pas avoir un bon goût. Je peux comprendre que tu as faim, mais j’ai rien fait moi ! J’ai une famille et un poisson rouge… Poisson qui doit être mort… Donc si on sort d’ici, je t’invite à venir le manger… Oh et ne prends pas ça pour un rendez-vous, je sais que tu as eu ta dose, je ne veux vraiment pas en rajouter et risquer que tu me trucides pour avoir été la cerise sur le sundae. Oh pardon ! Je viens de me comparer à une cerise, raison de plus pour que tu souhaites me manger. Je dois arrêter de te parler de nourriture. Excuse-moi. Ce n’est pas volontaire. Ça me rend nerveux un peu de savoir que si un barbecue avait rentré dans ton sac à main, ben… Que tu m’aurais mangé…

Et un monologue de plus à son actif. Que voulez-vous. Il aime parler et surtout parler très vite et dire plein de choses. Sauf que la question qu’elle lui posa le laissa perplexe quelques secondes. Sur le coup, il aurait voulu répondre « non, je ne sais pas qui tu es », mais il hésitait.

- C’est drôle que tu en parles parce que tu me fais penser un peu à ma voisine. Ça va te paraître étrange, mais elle et moi on ne s’est jamais vu de la vie, mais c’est ma meilleure copine, elle est trop superbe cette fille. On se dit tout à travers le mur… Oui c’est vraiment étrange, mais on se parle à presque tous les jours à travers ce même mur. Et elle me fait penser un petit peu à toi, car elle aussi il lui arrive plein de trucs du genre. Elle est malchanceuse comme jamais. Un jour le ciel va lui tomber sur la tête… Mais je n’espère pas. Je serais beaucoup trop de triste. C’est la seule personne à qui je fais vraiment confiance et même si je l’ai jamais vu… Et ta voix me fait aussi pen… Oh…

Il arrêta net, tourna lentement la tête vers l’inconnue qui n’était peut-être pas si inconnue que cela… C’était ELLE Emily ? Mais elle était CANON ! C’était incroyable ! Aaaah ! Mais il regrettait maintenant de ne pas l’avoir rencontré plus tôt… Que quoi non… Leur relation ne serait pas la même… Leur relation ne serait plus jamais la même, maintenant qu’ils s’étaient vu. Ça ne pouvait pas être elle… Ça serait trop triste… Oui, triste, car… Tout allait changer à présent. Il ne voulait pas ça… Il aimait Emily sans visage… Maintenant, elle allait devenir Emily avec un visage trop magnifique…

- C’est toi...?

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Ven 15 Juin - 18:02

    __ C’est toi...?

    Et merde. En fait si elle n'avait pas posé la question, il ne se serait pas concentré là-dessus, mais évidemment dès qu'elle lui avait posé la question, il s'était mis à réfléchir, à rassembler les éléments et il avait posé le doigt sur la vérité... Tout ça parce que la brunette voulait avoir la conscience tranquille. Emily qui regardait les pieds de Jesse s'agiter inlassablement releva brusquement les yeux. Elle le fixait droit dans les yeux quelques secondes et fut un peu déconcertée de voir de la déception dans ses yeux. Il ne semblait pas vouloir lever le masque, et voir leur relation de copains de mur modifiée par cette entrevue. Emily resta muette quelques instants. Une partie d'elle avait envie de lui dire la vérité, pour qu'ils puissent enfin commencer à avoir un lien fiable, et un peu moins aléatoire qu'auparavant, mais d'un autre côté, il ne semblait pas vouloir voir les choses changer entre eux, et à vrai dire... elle se rendait compte que peut être il avait raison. Le regard un peu surpris se transforma en regard malicieux, et un sourire bienveillant étira ses lèvres, alors, qu'elle hocha doucement la tête de droite à gauche :

    __ Non, c'est n'est pas moi...

    Elle avait un petit pincement au coeur de mentir ainsi, à la seule personne sur cette Terre qui connaissait sa vie dans le moindre détail, et qui savait toute la vérité sur son existence... Mais c'était pour le protéger après tout. Jesse avait eu tellement de problèmes, et de traumatismes qu'elle ne se sentait même pas la moindre parcelle d'envie de lui faire du mal. Elle était tellement persuadée que leur relation ne serait plus la même qu'auparavant si elle se révélait, qu'elle préféra masquer son identité. C'était touchant n'empêche tout ce qu'il avait dit sur elle. Il devait le penser vraiment en plus, parce qu'à la limite, si il avait su que c'était elle, il aurait pu lui faire la sérénade du "tu es géniale et intègre, je t'aime, ne change pas !" mais étant donné qu'il n'avait pas calculé avant tout ses compliments qui elle était, il aurait pu tenir un tout autre discours beaucoup moins élogieux. Elle appuya son trait d'humour - douteux - avec un petit sourire en coin :

    __ Le seul endroit où je parle à des murs, en ce qui me concerne c'est Facebook !

    Elle assura ses propos avec un haussement des épaules, et laissa sa tête plonger en arrière et heurter doucement la paroi de l'ascenseur dans lequel ils étaient bloqués. Tenez d'ailleurs, c'était étrange que personne ne soit venu les chercher pour le moment. C'était peut-être parce qu'il était tard, ou peut-être parce qu'on en avait décidé autrement ? Son métabolisme d'alien était habitué à ne rien ingurgiter de la journée, mais là, ça commençait à faire quand même assez longtemps qu'elle n'avait rien mangé... Bon et si Jesse avait bon goût en matière de voisine, il disait ne pas avoir un bon goût tout court.

    __ Tu sais des fois, un coup de moulin à poivre suffit à relever le tout.

    Okay, avec son plan à trois, lui il passait pour un pervers, et elle avec son moulin à poivre, elle passait pour une grosse déglinguée cannibale anthropophage ! Ouate else? Pauvre petit poisson rouge !

    __ Je sais pas si ton poisson rouge suffira pour nous deux.

    Au pire, une fois qu'elle aurait du poivre, elle pourrait le manger lui ! Non mais sérieusement il était amusant de voir comme Jesse faisait des traits d'humour mais à côté de ça, passait parfois complètement à côté de son second degré à elle, il était amusant de voir des réponses complètement inattendues comme cela à ses petites questions. Elle soupira doucement. Si seulement ces crétins de poulets n'avaient pas piqué ses chewings gums, au moins elle aurait eu un petit quelque chose à se mettre sous la dent.

    __ Ouais, ils m'ont filé un prénom, et ils m'ont passé leur nom de famille, je crois, mais je crois que je m'en souviens plus ! En fait je suis pas complètement certaine de mon coup mais je crois qu'à part les orphelins, tous les enfants ont des prénoms et des noms ! En fait quand tu y réfléchis, c'est pas très pratique, au bout du deuxième enfant, si tu les appelle tout les deux : "HEY!" à la fin, on va se mélanger les pinceaux et on va plus rien comprendre, tu imagines genre : "HEY ! Pose ça !" "Mais maman j'ai rien dans la main !" "Non, je parlais à l'autre HEY !!" "AH, c'est à moi que tu parles?" "HEY parle pas comme ça à ta mère !" "Et là c'est à qui qu'elle parle?" tu imagines un peu le bordel pour s'organiser ? Et quand tu tries les chaussettes qui sortent du sèche-linge ? "Ces chaussettes sont à Hey... mais quel Hey ?" c'est pas pratique, dès que tu en as plus qu'un seul, logiquement ! A moins de les appeler "Hey" et "Ho" comme ça quand tu rentres du travail le soir tu peux faire : "Hey Ho ! Hey Ho ! on rentre du boulot !" tu vois le style ?

    Elle plissa les yeux, amusée.
    Bon elle était désolée pour lui mais il avait une sérieuse concurrence au niveau du monologue futile. Qu'est-ce qu'elle était bien en sa compagnie...
    Il était exactement le même qu'à travers ce mur. Maintenant il avait un visage.
    Alors pourquoi... pourquoi...

    __ Ok. C'est moi.

    Oops.


___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Sam 16 Juin - 6:46

En toute franchise, le petit cerveau de Jesse Walker était en ébullition en ce moment. Il essayait vraiment de se faire à l’idée que sa copine de mur sans visage… avait un visage. Quoi que, ces illusions furent bien vite brisées lorsque la brunette affirma que ce n’était pas elle. Jesse fronça les sourcils et se gratta légèrement la tête tout en réfléchissant. Il lui manquait visible une information, mais laquelle ? Pourquoi est-ce que la belle inconnue lui avait demandé s’il savait qui elle était alors qu’elle n’était pas Emily ? Peu importe, Jesse n’était pas du genre à pousser la chose et se poser beaucoup de questions. Il était également tellement naïf et un peu stupide sur les côtés qu’il pouvait croire n’importe quoi. Il avait cru au père noël jusqu’à ces 19 ans, la fée des dents existent réellement, car il était certain de l’avoir vu. Il craint encore un peu le bonhomme 7heure, donc quand il voit un enfant dehors passé cette heure, ça le rend paranoïaque et souhaite vraiment que le gamin ne se fasse pas tuer. Le monde de Disney n’est pas imaginaire depuis qu’il est allé en Floride et qu’il a une photo en compagnie de Mickey Mouse. Oh et les jouets ! Il est sûr et certain que les jouets et les peluches parlent et bougent lorsqu’il n’y a pas d’être humain dans le coin. Sans oublier la magie. Il est inscrit sur plusieurs sites sur Harry Potter et fait ses devoirs religieusement à chaque semaine en plus de pratiquer ses sortilèges dans sa chambre avec sa baguette magique achetée sur eBay. Et je vous passe ce qu’il a fait la dernière fois qu’il s’est retrouvé sur une gare. Donc si la belle brune lui disait qu’elle n’était pas sa voisine, même si tous les indices étaient contre elle, il allait la croire. Ce n’était vraiment pas plus compliqué que cela.

- Oh… J’avais cru pourtant. Désolé, je dois vraiment passer pour un fou en ce moment qui demande à toutes les jolies filles qu’il rencontre dans l’immeuble si c’est sa copine sans visage. Euh… Sa copine de mur, car logiquement elle a un visage, c’est juste que je n’ai pas eu la chance de le voir encore.

Un sourire angélique étira ses lèvres. Il aimait parler avec cette fille. Elle n’avait vraiment pas l’air de le juger et c’était agréable. Il passait tellement un bon moment qu’il en venait à oublier qu’il était actuellement bloqué dans un ascenseur et qu’il n’y aurait sûrement personne pour les aider avant demain matin. Ce n’était pas grave ! Après tout, il était avec une inconnue sympa et très agréable à regarder.

- Oh Facebook ! J’ai un compte Facebook, moi ! Si tu veux, je te passe mon nom, tu pourras me rajouter lorsqu’on va sortir d’ici. Donc c’est Jesse. J. E. S. S. E. Oui avec un e à la fin ! Ce n’est pas commun, je crois. Du moins, tous les autres que j’ai rencontrés l’écrivaient avec un IE ou un Y à la fin. Mon nom de famille c’est Walker. W. A. L. K. E. R. C’est facile à retenir. C’est assez simple et anglophone comme nom ! J’espère que tu vas t’en souvenir et me rajouter. Comme ça, je vais pouvoir te parler sur ton mur et tu vas être ma deuxième amie de mur.

Arrêtez ! Il est adorable ! Comment ne pas l’aimer et de pas s’attacher ? Certes, à la longue ça pouvait devenir énervant, mais la brune semblait aussi pire que lui. Ça allait être amusant.

- Oh, mais il était gros mon poisson. Il était gros comme cela, dit-il en écartant son pouce et son index d’un bon gros 5 centimètres et de les montrer à la brunette. Bon… D’accord… Ça ne se mange pas à deux, mais je te jure que c’est mieux que moi. Mieux que moi avec du poivre, car c’est certain que si tu me mets du poivre dessus, je vais éternuer continuellement et un plat pris d’allergie, ça ne doit pas être appétissant. Sauf que j’ai un compromis à faire avec toi… Tu ne me manges pas et je te donne ça en échange. TADAM ! Une superbe gomme fraise et kiwi encore dans son emballage qui traîne dans ma poche depuis ce matin seulement. C’est un bon marché ?

Un homme s’essayait. Surtout un homme comme Jesse qui tenait énormément à la vie et qu’il ne voulait pas se faire manger par une jolie fille. Et encore moins par une jolie fille superbe qui arrivait à faire un monologue à partir de « hey ». Surtout qu’elle venait carrément de le tuer de rire avec sa finale sur les blanche neige et les 7 nains. Le jeune garçon s’imaginait vraiment la scène dans sa tête et il ne pouvait plus s’arrêter de rire. À un point tel qu’il laissa couler quelques larmes qu’il s’empressa d’essuyer toujours en riant. Il prit de longues minutes avant de se calmer et de s’exclamer toujours le rire dans la voix :

- Tu sais que je t’adore déjà toi ? Je ne sais pas comment tu fais, mais même moi qui me considère comme étant dérangé, je n’aurais pas pu sortir un truc dans le genre. Oh ! Et il faut le prendre comme un compliment. J’adore ça ! Non, mais… Hey Ho ! On rentre du boulot… Il fallait vraiment y penser ! Tu es trop douée !

Et voilà. Il était reparti dans un fou rire. Il l’avait vraiment, mais vraiment trouvé drôle. Ça lui faisait du bien de rire comme cela. Il avait l’impression que le stress accumulé dans les dernières semaines venait de tomber d’un seul coup. Sauf que son sourire s’effaça bien vite lorsque la brune rajouta que c’était bien elle. C’était bien elle ? Emily ?

- Emily…? Étrangement, il sentit une boule d’émotion se former dans sa gorge et contre toute attente, il se jeta sur elle pour la prendre dans ses bras et lui faire un super gros câlin de la mort qui tue. Lorsqu’il réalisa qu’il avait l’air con après un bon trente secondes, il se décolla légèrement.

- Pardon… J’ai toujours rêvé de faire ça à ma copine de mur… Ça met déjà arrivé de faire un gros câlin au mur en pensant que… Et merde. Je m’étais juré de pas le dire ça, car c’est vraiment honteux. Une chance que je ne porte pas de rouge à lèvres sinon… J’ai pas dit ça pour vrai… Alors là, c’est la honte totale. Oublie ça ! Je n'ai rien dit ! Tu as vu l'envolé de castors ? Surprised

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Sam 16 Juin - 17:48

    Disclaimer:
     

    UGH ! Bon sang. Il n'y était pas allé de main morte. Heureusement qu'elle était assise sinon elle serait probablement tombée ! Jesse venait de la serrer dans ses bras avec une de ces fougues ! Elle ne l'avait jamais perçu comme un danger public mais ça pourrait changer bientôt. Elle divagua un peu dans ces bras en imaginant Jesse, mine boudeuse, tenant un panneau indiquant son matricule, et puis une voix-off derrière faire : "Nous recherchons actuellement le plus grand criminel de tous les temps, celui qu'on surnomme the Bisounours-Killer a encore fait de nombreuses victimes cette nuit. A force de serrer les gens dans ses bras très fort, elles meurent de manque d'oxygène ! Il est actuellement en possession de ses deux bras, et donc pas manchot, et considéré comme très dangereux. Gardez-vous des free hugs avec des personnes dans la rue : le Bisounours-Killer peut-être partout !". La jeune femme écouta d'une oreille distraite les dires de son beau Jesse, se préoccupant d'avantage de sa respiration. Il avait déjà... Embrassé le mur ? Il dévia vite vite vite le sujet en parlant de castors ce qu'elle attrapa au vol pour ... pour changer de sujet, ok il fallait bien l'avouer que le petit bonhomme au cheveux bouclés se révélait être un peu plus mignon que ce qu'elle avait imaginé, et elle préférait éviter de se concentrer là-dessus, alors fatalement...

    __ Ca n'est pas tout à fait possible, pour la simple et bonne raison que les castors ne volent pas ! En fait quand tu y réfléchis bien, c'est vrai qu'il peuvent plus ou moins marcher, courir, nager, mais alors, voler c'est impossible ! D'ailleurs ça n'a même pas d'ailes un castor, ça a juste de longues dents de devant, alors à moins de faire un truc à la Transformers, je vois pas trop comment ce pauvre petit rongeur pourrait s'envoler dans les cieux rejoindre la Team Rocket ! D'ailleurs tu ne t'es jamais demandé ce qu'était Miaouss ? L'espèce de truc qui traîne avec James et OOOH. Bah justement, l'autre mec de la Team Rocket, il s'appelle Jessie ! Mais c'est c'est avec I-E à la fin ! Moi je me suis toujours posé la question, parce que quand tu y réfléchis bien, Miaouss, ça se compose de "Miaou !" c'est à dire le miaulement du chat remixé en onomatopée, et "SS" c'est à dire... Bah justement on incestueuse ment sait pas ! Si ça se trouve c'est le bruit que font les serpents.... Donc en fait ça serait un chat-serpent, ou un serpent-chat ! Tu crois que ça a une différence si on met serpent avant ou après chat ? Parce que si tu dis un bonne soeur, ça fait femme d'église, mais si tu dis une soeur bonne, c'est sexuellement explicite, vulgaire, et incestueusement condamnable, n'est-ce pas ? Parce que moi je sais que si on me dit tu es bonne, je trouve ça vulgaire, mais si c'est mon frère qui me disait ça, et bien je trouverais ça carrément honteux ! Sauf qu'évidemment, vu qu'il est enfoncé six pieds sous terre, et qu'il est enfermé entre six planches de bois, il risque pas de le dire, ou en tout cas on risque pas de l'entendre, d'ailleurs c'est marrant mais je crois que je vais changer totalement de sujet, et te dire que bizarrement, je n'en reviens tellement pas de voir enfin ton visage, que finalement, j'arrive à sortir deux fois plus de monologues que toi. Tu peux même pas dire que je suis bizarre, parce que tu fais exactement pareil, et pour une raison que j'ignore je n'arrive pas à m'arrêter de parler, parce que je ne sais pas ce qui va se passer si j'arrête de parler, tu comprends, le truc c'est que depuis qu'on s'est découverts, on a tout les deux fait des monologues sur un sujet complètement futile qui nous a évité à merveille la discussion, mais si là, j'arrête de parler, j'ai un peu peur de ce qui va se produire, tu comprends, c'est pas que je n'ai pas envie de voir ce qui va se passer, mais ça fait tellement de temps qu'on se parle sans s'être jamais vus, que finalement, le fait de se voir, c'est un peu déroutant. Surtout qu'en fait on s'était tellement basé sur l'intellect' et le caractère, que de finalement voir que ni toi, ni moi, ne sommes des geeks invétérés qui passent leur vie sur world of warcraft, sans boutons, sans calvitie, et que pourtant, pendant tout ce temps, on a eu peur de montrer notre visage... c'est incroyable tu ne trouves pas ! En fait on est différents, mais on est pareils en même temps, c'est trop étrange... Merde. Je crois que j'arrive à la fin de mon monologue, vite, vite, c'est à toi maintenant, Jesse, trouve un truc à dire, j'ai peur. Un peu comme quand je regarde des films d'horreur en mangeant des pops corns devant ma télé quand tu n'es pas derrière mon mur. Tu t'imagines : au début, c'était exceptionnel qu'on se parle, et à la fin c'était exceptionnel qu'on ne se parle plus, c'est surprenant n'est-ce pas ce que l'être humain est capable de changer.

    Gloops.
    Il avait beau la connaître depuis très longtemps, il devait vraiment la prendre pour une psychopathe là. Avec ses histories de géologie, de grammaire, et de geeks. Elle ouvrit de grands yeux, ne comprenant même pas comment ce flot de paroles sans fin - enfin maintenant si - avait pu s'écouler de sa bouche. Elle se savait très doué en langue, mais au point de parler aussi longtemps à la suite ! Ouh, cette phrase porte à confusion. Tant mieux, ça fait parler les mauvaises langues, hihi. Oh, encore des langues. Ahaha. Bon stop, on est pas sous LSD là, on doit se calmer un peu. Les gens sous LSD ont le droit de manger la tête des autres à Miami et ça passe crème, alors qu'ici à Washington on avait pas le droit de parler de Miaouss si on prenait pas de LSD, c'est étrange tout de même. La jeune femme explosa de rire, nerveux probablement. Au fait, si vous vous posez des questions, lui dire qu'il n'avait ni calvitie, ni gros boutons, c'était sa façon à elle de lui dire qu'elle le trouvait très mignon. Oui, mais enfin, c'était Jesse, et elle le connaissait si elle commençait directement à rentrer dans le lard, ça n'allait que les mettre plus mal à l'aise encore, et en plus dans un espace confiné comme celui-ci, il valait mieux éviter les coups de pression ou de panique un peu violentes, c'est pourquoi, elle préférait éviter de parler des changements que ça allait occasionner dans leur relation. Peut-être qu'ils pourraient boire un café au lieu de se parler à travers un mur maintenant ? Ou peut-être que le fait de savoir que leur anonymat n'était pas d'actualité allait fermer les écoutilles, et les empêcher de se parler aussi librement qu'avant.

    __ Je sais comment tu t'appelles Jesse, mais c'est marrant, j'avais beau connaître ton nom et ton prénom, j'ai jamais été tentée d'aller voir ta face, sur facebook avant, pour voir à quoi tu ressemblais. C'est drôle.

    Ou pas.
    *SBAFF*
    Tant qu'il était encore à proximité, elle piqua directement la gomme à mâcher dans la poche de mister Walker.

    __ Mon ventre te dit merci !

    Et sa poche lui dit "de rien" !

    PS:
     

    PS2:
     


___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Lun 18 Juin - 5:20

Hey:
 

-Non, mais attends. Tu n’as pas le droit de me demander comme cela d’essayer de faire un monologue aussi long que le tiens, car tu veux éviter une discussion que je veux aussi éviter, car elle me fait tout aussi peur. Je n’aime vraiment pas rompre mes promesses et là, sans le vouloir, on a brisé tous les deux la promesse qu’on s’était fait de ne jamais se voir, car on en savait trop l’un sur l’autre, mais est-ce que ça change vraiment quelque chose au final qu’on se soit vu ? Certes, à partir de maintenant, on va savoir à qui on parle à travers le mur, au lieu de s’imaginer du n’importe quoi… Sauf que peut-être que maintenant, on va arrêter de parler à travers le mur et c’est là que ça va changer… Oh et pendant que j’y pense… Tu es certaine que tu n’étais pas dans ton appartement ce soir ? Car j’ai entendu des pas chez toi alors je me suis approché et j’ai parlé comme à l’habitude. Sauf que tu ne répondais pas. J’ai cru que tu m’en voulais à cause que j’étais parti sans prévenir. Je t’ai même chanté une chanson… Ne me dis pas que j’ai chanté à un cambrioleur ? Oh ! Avec la malchance que tu as, ça ne me surprendrait même pas. Et moi comme un con, j’ai chanté une chanson au mec qui t’a peut-être volé. Tu imagines le mec ? Il est là, chez toi, il vide tes tiroirs en se retenant de ne pas pouffer de rire, car un autre mec lui chante une chanson presque d’amour à travers le mur… Et non… Ne viens pas croire que j’avais l’intention de te faire une déclaration quelconque, j’avais seulement envie de chanter et c’est la première chanson qui met venue à la tête. Et là, maintenant, tout de suite, je m’en veux de ne pas avoir apporté ma guitare avec moi lorsque je suis descendu chercher mes dossiers, car ça aurait pu être amusant de chanter et jouer dans l’ascenseur au lieu de parler comme des idiots et dire complètement n’importe quoi pour éviter le véritable sujet de conversation. Et là comme je suis en plein milieu de mon monologue, je pourrais te dire n’importe quoi et tu vas complètement l’oublier lorsque tu vas me répondre, car il y a beaucoup trop d’information à retenir en un seul coup. Sauf que je n’ai pas oublié que tu as dit que Jessie dans les Pokémons était un mec… Tu es certain que ce n’était pas une fille ? J’ai toujours cru que c’était une fille et si le réseau fonctionnait, j’irais faire une recherche pour me convaincre que j’ai raison ou pour te convaincre que tu as raison, mais au fond on s’en fout un peu. On a qu’à dire que Jessie, I-E, est un travesti alors on est fixé et on ne risque pas de chicaner. Quoi que je ne pense pas qu’on se serait disputé non plus, car on s’aime trop pour ça… Oh ! Tu as remarqué le jeu de mot… ? Dispute… Dix Putes ! Neuf Putes ! Huit Putes ! Tout dépendant du degré de la chicane. Bon. J’avoue que c’est un petit peu poussé, mais c’est mon genre de pousser le bouchon un peu plus loin. Mais en même temps… Ce n’est pas évident de trouver un sujet de conversation intéressant… Je pourrais bien te raconter mes dernières vacances en Californie avec mon père, mais tu es déjà au courant de tout cela. Je te l’ai dit au moins trois fois. Je ne peux rien t’apprendre sur moi qui permettrait de tenir une conversation pendant des heures, car tu sais déjà tout et c’est la même chose dans le cas inverse. À moins que recommencer chacune de ces discussions à zéro en pouvant voir l’expression faciale de l’autre, ça rajouterait du plus à tout cela, mais au nombre d’heures qu’on a passé à parler derrière ce mur, je ne crois pas que tu ais envie de tout recommencer, tout comme je n’ai pas envie de recommencer non plus, car il y a certaines moments de ma vie qui sont plus dures à raconter et tu es l’une des seules qui sait exactement de quoi que je parle quand je dis cela. Et c’est agréable en même temps. D’être devant la seule personne qui connaît tout sur ma vie et que ne se posera aucune question, car elle sait les réponses à tous les sous-entendus que je peux faire et en plus je n’ai pas besoin de sortir la fameuse phrase « Je n’ai pas envie d’en parler », car tu pourrais facilement me sortir un « Je m’en fous de toute façon, je sais de quoi tu parles » et là je deviendrais rouge comme une tomate, car ça me gêne un peu que tu saches autant de choses sur moi… Et tout comme toi, je ne veux vraiment pas m’arrêter de parler, car la suite des choses s’annoncent plutôt effrayante. Et je me rends compte que je ne dis pas autant de conneries que toi et je ne sais pas quoi rajouter… Je pourrais t’obstiner en disant qu’on ne sait pas vraiment si les castors volent. Peut-être qu’ils n’ont pas d’ailes, mais les êtres humains aussi n’ont pas d’ailes et ils arrivent à voler, donc pourquoi pas les castors ? Peut-être qu’ils font comme les jouets quand personne ne les regarde et qu’ils se sont fabriqués des avions à castors et qu’ils voyagent comme bon leur semble. On ne sait pas après tout ! C’est comme le monde de Disney ! Mes parents m’ont toujours dit qu’ils n’existaient pas vraiment, mais moi je sais que c’est faux, car je suis allé en Floride et que j’ai une photo avec le vrai Mickey Mouse, donc… On ne peut pas vraiment savoir ce qui se passe quand on ne surveille pas. C’est comme les nains dans nos poches ça ! Tu penses que c’est qui qui mélangent nos écouteurs comme cela ? Ça ne se fait sûrement pas tout seul ! Exactement pareille pour nos cheveux. Quand on dort la nuit, les nains se font des parties de foot sur nos têtes et ils mélangent nos cheveux, c’est également eux qui nous vole nos clés et nos cellulaires et s’amusent à les remettre dans nos mains quand on est au bord des larmes, car on croit vraiment les avoir perdu. Et quand on se réveille en sursaut, car on a l’impression d’avoir tombé dans le vide, c’est eux qui se sont amusés à nous soulever pour nous relâcher et c’est également eux qui font les interférences, car il s’amusent à souffler dans le téléphone ! Et là, je dois arrêter de parler, car je commence vraiment à avoir du mal à reprendre mon souffle et je n’ai pas envie de mourir asphyxié dans l’ascenseur alors que je viens de finalement rencontrer ma copine de mur.

Silence. Enfin. Le silence tomba dans la machine tandis que Jesse essayait tant bien que mal de reprendre son souffle. Il n’arrivait pas à croire qu’il avait réussi à dire autant de chose en si peu de temps. Son regard mordoré se posa dans celui magnifique de sa copine de mur.

- Sérieusement Emily, il faut qu’on parle.

Oui. C’était sérieux là.

PS:
 

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Jeu 28 Juin - 11:11


    Ah oui. Quand même. Il était vachement fort en monologue son copain de mur. Et il termina sa tirade aux allures de discours politique sur un : "Sérieusement Emily, il faut qu’on parle." et il venait juste de lui faire super peur avec son air super sérieux. Emily grimaça. Un peu comme quand on mange du citron pour se la péter devant les copains, où qu'on boit du café sans sucre. Ce genre de tête quoi. La brune fronça les sourcils. Sapristi saucisse ! C'était donc son tour de parler, il avait mis la barre du monologue un peu haut, et à dire vrai, elle ne se voyait pas faire mieux. Ce n'est pas pour ça que l'auteur a mis dix jours à répondre, mais parce que l'auteur était en vacances, et fatiguée. Ceci n'avait aucun rapport. Pardon. Gomenasai. Euh. Bref. Emily fixa son ami de mur un certain temps. Elle avait presque envie de l'entendre parler des nains dans nos poches encore une fois afin d'éviter une conversation trop sérieuse, et surtout trop stressante. Cela dit, il avait l'air d'accord avec elle, ça allait être difficile à éviter. La jeune femme se suicida intérieurement et se dit qu'il était peut-être temps de crever l'abcès. Mais elle n'avait pas envie de perdre son ami de mur, mais en même temps, allait-elle être capable de le regarder en face après tout ce qu'il savait sur elle, et tout ce qu'elle savait sur lui. C'était à voir.

    __ Ecoute chaton. Je sais que ça va probablement être la conversation la plus bizarre de ma vie, et je crois qu'on a déjà commencé dans cette optique. Mais tu as raison, après avoir parlé de team rocket, de castors et de nains de poches, je pense qu'il est fondamental de revenir à un sujet quand même légèrement plus important, que diable va-t-on devenir? Je sais tellement de trucs sur toi que je pourrais écrire un livre. Et tu sais tellement de trucs sur moi que tu pourrais écrire une trilogie aussi épaisse de les Seigneurs des Anneaux et Harry Potter rassemblés, et surtout, écrire une comédie musicale à mon effigie. Non, sérieusement, ça va être un peu compliqué de continuer à se parler comme ça parce qu'on a rompu le contrat. Le contrat de ne jamais chercher à se voir. Mais en même temps, chatounet, est-ce qu'on l'a cherché à se voir ? Et bien, non, je ne crois pas. Tout comme je ne crois pas que savoir que tu es tout choupinou et que tu as des bouclettes à faire pâlir Oprah Winfrey va faire que je ne pourrais plus me confier à toi. Tu es la seule personne qui sache tout de moi et qui me parle toujours. Et pire, tu es la seule personne avec qui on peut tenir sérieusement ce genre de conversation. Et puis, de toute façon, on a pas vraiment le choix de faire avec. Qu'est-ce qu'on peut faire? Arrêter de se parler ? J'en serais pas capable ? Te tuer ? Euh, la seule arme éventuelle que je possède sur moi est le chewing-gum que j'ai dans la bouche, et je ne vois pas exactement comment faire pour te tuer avec, et puis de toute façon ça serait trop long. Et après, si tu meurs, je pourrais plus te parler, alors on tourne en rond. Je vois pas ce qu'on peut faire de mieux que continuer à se parler. Par contre tu sais. Je pense que ça serait quand même largement plus pratique, si au lieu de parler à travers ce mur, on se parlait en face to face comme on le fait actuellement, à moins que tu ne veuilles pas bien sûr, mais maintenant qu'on sait quelle genre de tronche a notre voisin je ne vois pas pourquoi on ne serait pas habilitée à aller le voir directement. Au lieu de se rencontrer à travers le mur dans une fourchette horaire approximative entre 17 heures et 4 heures du matin. C'est un peu comme si je te disais que je fête mon anniversaire entre le 1er Janvier et le 31 décembre. Tu vois? Enfin évidemment si tu veux pas voir mon visage parce que tu me trouves moches, je comprendrais, enfin, je trouverais ça un peu méchant, mais après tout pourquoi pas ! Je trouve que ça serait largement aussi sympa que tu viennes prendre un café à la maison, qu'on se goinfre de shamallows. D'ailleurs ça serait même mieux parce qu'au lieu de bouffer mes shamallows toute seule, bah on partagerait. Mes fesses te remercient d'avance, parce que grâce à toi, elles seraient encore mieux si y'avait moins de shamallows dedans. Non mais vraiment. Tu sonnes, tu hésites pas. Tu ramènes ta gratte, on fait un feu de camp. Euh, non, attends, pas de feu de camp, j'ai du parquet, on va brûler. Tous. Non, bah, pas de feu de camp. J'allumerais mon briquet sur mon I-Phone. Ca ira très bien. Jesse, je suis convaincue qu'on arrivera à passer outre le fait d'avoir vu nos visages. On est quand même des grandes personnes, on devrait s'en sortir, enfin, d'ailleurs je sais pas si on est des si grande personnes que ça, mais en tout cas on fait bien semblant. Enfin, écoute, chouchou, je sais pas ce que tu en penses, mais vraiment, passer du "il n'a pas de tête" à "Oh il est trop beaaau" ça va pas changer grand chose dans ma manière de te voir, de te connaître, maintenant tu as juste un visage. Un beau visage d'ailleurs.

    La brune esquissa un sourire.

    __ Tu en penses quoi ? Parce que je suis désolée, mais là j'ai été obligée de speecher à ta place, là c'est à ton tour. Tu crois que tu as arriveras à me parler même si tu sais quelle tronche de cake j'ai?

    Elle lui lança un regard amusé, signe qu'elle lui passait le témoin de la parole, comme on fait en maternelle - mais à part ça, heureusement qu'ils étaient tous les deux majeurs, vaccinés et avec toutes leurs dents -. L'auteur a fait court, mais l'auteur préférait répondre quand même parce qu'après dix jours, Jesse et Emily auraient eu le temps de mourir de faim !

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.

C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort.
♠ Nombre de messages : 188


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Mar 3 Juil - 4:27

Ça faisait 10 jours que Jesse attendait sans bouger, sans respirer et sans parler. Ce n’était pas évident pour tout le monde, mais lui, il avait réussi à survivre comme un grand, sans mourir et sans même avoir l’impression d’avoir été mis en attente. Un peu comme un film qu’on met sur pause et qu’on oublie pour finalement finir de regarder que quelques jours plus tard. Sauf qu’heureusement que la joueuse a une bonne mémoire, car sinon, elle aurait dû relire toutes les conneries écrites plus haut pour pouvoir répondre.

Le petit Jesse devait avouer qu’il venait de faire le plus long monologue de sa vie, même avec toutes les fois où il avait parlé avec Emily à travers le mur, il n’avait jamais dit autant de choses sans s’arrêter. Certes, le bouclé cherchait vraiment à éviter un sujet qui lui faisait légèrement peur, car il ne savait pas comment réagir par rapport à cela. Jesse préféra donc laisser le soin à Mily de donner son avis en premier. Si la belle brune voulait complètement couper les ponts, car leur pacte avait été brisé, Jesse allait comprendre. Il allait beaucoup pleurer, mais il allait comprendre. Sauf qu’avant de sauter aux conclusions, il écouta ce qu’Emily lui dit en souriant à chacun des petits surnoms mignons qu’elle lui avait donné. Il enregistra quelques informations dans son cerveau de choses importantes à laquelle il devait répondre, mais c’est la dernière phrase de son monologue qui retient vraiment son attention. Jesse se sentit un peu mal à l’aise du coup et se passa une main nerveuse dans ses boucles.

- T-Tu… Tu me trouves vraiment… beau ? Tu es certaine que tu voulais dire beau ? Car toutes les filles et garçons que j’ai croisé jusqu’à maintenant ne m’ont jamais dit cela… Ils m’ont dit que j’étais mignon… adorable… Mais jamais beau… Ça doit être à cause de mes lunettes… Peut-être que je devrais les enlever… C’est peut-être mes boucles aussi. Tu crois que je devrais mettre du gel dedans ? On m’a souvent dit que je ressemblais beaucoup à Blaine Anderson dans Glee lorsque j’avais les cheveux lissés… Sauf que Blaine est gay et moi… Je ne sais pas trop ce que je suis. Mais encore une fois, je m’éloigne du sujet, on pourrait croire que c’est devenu une habitude chez moi. Donc pour revenir à ta question… Je ne vais avoir aucun problème à te parler quand même en sachant à quoi tu ressembles. Et arrête… Comment veux-tu que je te trouve moche ? C’est totalement impossible. Quel homme saint d’esprit ou fou peut ne pas te trouver jolie ? C’est insensé. Tu es l’une des plus jolies filles que j’ai vues de toute ma vie… Je dirais même la plus jolie, mais je ne veux pas aller trop vite en compliment. Nos visages se connaissaient à peine après tout, il ne faut pas aller trop vite en affaire. Cela même si on sait tout l’un de l’autre. Alors oui, je suis partant pour qu’on se donne rendez-vous dans nos appartements et qu’on mange des guimauves ou peu importe comment tu appelles cela dans ton coin de pays. Sauf que je ne crois pas qu’on va réussir à les faire griller avec ton iPhone, car le briquet ne dégage pas vraiment de chaleur, mais si j’apporte mon ordinateur portable peut-être que ça va pouvoir le faire, il devient tellement chaud que je suis certain de réussir à faire bouillir de l’eau dessus… Pas en mettant directement de l’eau dessus, car là c’est mon portable qui va griller, mais en le mettant dans un bol avant. Allons… Ça va être plutôt bien… Certes notre relation va devenir… normale ? Mais c’est peut-être une bonne chose finalement, car même si je sais que les murs ont des oreilles et qu’il parle, j’aime toujours mieux parler en face au gens. Et en ce moment, ce n’est pas si pire que cela si on retire tous les conneries qu’on n’a dit, mais ça c’est sûrement à cause de la nervosité et du malaise que nous procure cette conversation. Du moins à moi, mais tu dois savoir avec le temps que tout me rend mal à l’aise… Sauf que tu crois vraiment qu’on va continuer à vraiment tout se dire lorsqu’on va se voir en face ? Ou bien on va commencer à avoir des secrets l’un pour l’autre ? Parce que ça me rendrait triste, tu sais… J’ai vraiment besoin de connaître la suite de ton histoire pour terminer le troisième volet de ma comédie musicale « A Very Mily Sequel ». Je suis sûr que ça va vraiment être populaire à Broadway et on pourrait devenir riche avec cela en plus de ton bestseller sur ma vie… Tu nous vois en entrevue lorsque les journalistes vont nous demander « Où avez-vous eu toute cette inspiration ? » et nous on va leur répondre comme si c’était normal « Oh, mais c’est mon voisin qui me l’a rencontré à travers le mur »… Oh et j’y pense… Tu crois qu’on aurait le droit de faire défoncer ce mur ? Maintenant qu’on sait à quoi on ressemble, on n’a plus besoin de ce mur…? Certes pour l’intimité, il reste les murs de notre chambre… Et je ne crois pas t’avoir déjà entendu faire l’amour dans ton salon donc il ne sert à rien… Personnellement, je ne l’ai jamais fait dans mon salon… ni dans mon lit non plus… J’ai bien trop peur d’inviter des inconnus à la maison. Ils pourraient revenir me tuer le lendemain et non… Je ne veux pas mourir.

Un sourire étira les lèvres de petit brun qui prit une profonde inspiration pour reprendre son souffle avant d’ouvrir ses bras vers Mily.

- À notre nouvelle amitié avec maintenant un visage et plus de mur entre nous.

Et là c’est à mon tour de faire court, mais il arrive même des fois à Jesse Walker de ne plus savoir quoi dire et à la joueuse d’abandonner parce qu’elle n’a pas envie de se casser la tête… Meuh ! Joyeuse Non Anniversaire !

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ] Mer 4 Juil - 15:42



    Emily ria de bon coeur à ses dires. C'était une drôle d'idée de vouloir faire tomber le mur entre eux au sens propre du terme, ça risquait d'être un peu étrange...

    __ Sois pas bête ! Tu sais bien que c'est un mur porteur de l'immeuble. Sinon le plafond nous tomberait sur la tête. Et bien que je t'adore, je suis pas sûre d'être prête à me faire engloutir sous des tonnes de pierres, avec la pluie, l'orage et tout ça, ça risque d'être assez moyennement sympathique, qu'en penses-tu ? Je sais pas toi, mais moi je suis pas fan de la pluie, comme tu vois. Parce que la pluie ça me fait boucler, et même si j'adore les boucles, genre tes boucles à toi qui sont toutes belles, j'adore, mais alors les boucles pourries, comme les miennes quand il pleut, c'est vraiment ultra moche. Alors j'aime autant quand il fait beau, parce qu'en plus, quand il fait beau, et bah on peut aller au soleil, tranquillement, se faire bronzer, en maillot de bain, et on peut regarder les abdominaux des mecs, parce que même si aucune fille ne l'avouera jamais, nous aussi, on vous regarde. Hihi. Non mais sérieusement, j'aime pas la pluie, alors, évidemment, toi je t'aime, mais quand même de là à me taper la pluie, tous les jours de ma vie, sous un tas de cailloux à cause de toi, je suis pas sûre. Et puis on pourra jamais faire griller de guimauve, comme tu dis, si il pleut, parce qu'on pourra jamais faire de feu. Et puis si tu mets ton ordinateur sous la pluie, il va exploser, et on va encore plus mourir, non, ça serait pas cool, pas cool du tout même. Et puis après tout, mon salon, je suis sûre qu'il serait pas joli mélangé à ton appartement, je suis presque sûre qu'on a pas du tout le même genre de déco. Et puis.... Mon salon....

    Elle lui sourit doucement avec un petit air piquant sexy et défiant qui était unique à Emily Hilton.

    __ Qu'est-ce que tu en sais que j'ai jamais fait l'amour dans mon salon? Je fais l'amour dans mon salon, et je fais même l'amour contre les murs des fois. Mais j'ai mais contre notre mur, parce que notre mur, comme son nom l'indique, c'est le notre, le tien, et le mien. Donc pas celui de quelqu'un d'autre. Parce que si jamais je couchais avec quelqu'un contre notre mur, j'aurais beaucoup de mal à trouver le bon pronom possessif, parce que je ne sais pas comment ça fait quand on ajouter moi, plus toi, plus il. Parce que même si des fois je couche avec des elles, c'est quand même plus souvent des ils. Les elles sont trop chiantes. Enfin bref. Tu sais comment ça fait toi ? Parce que si je dis votre, je suis plus dedans, pareil pour leur... Alors, merde. Ca peut juste être notre mur. Quoi que logiquement, ça serait notre. Mais j'incluerais dans nous, cet autre homme, et ça serait trop compliqué. Parce que si jamais je dis notre mur, maintenant on va plus rien comprendre. Rho j'aurais du faire tout ce cheminement dans ma tête parce que là ça devient quand même trop bizarre. Maintenant tu vas croire que je suis une grosse pouf. Mais je suis pas une grosse pouf. Je suis juste une pouf. Enfin, pas que je suis particulièrement une pouf, mais en tout cas je suis pas grosse. Et si tu penses que je suis grosse, alors tu vas devoir mettre une seconde paire de lunettes. Et puis remarque, on est toujours gros pour quelqu'un. Quelqu'un d'anorexique, il va penser que je suis grosse. Quelqu'un d'obèse, il va penser que je suis anorexique. Putain, c'est compliqué la relativité, tu trouves pas mon chou? Tu es pas anorexique toi? Hein? Parce que si tu l'es et que tu me trouves grosses alors je t'aime plus! Enfin si tu l'es et que tu me trouves grosse mais que tu m'apprécies quand même alors ça me va... Enfin je crois que ça m'ira... parce que.

    Un craquement, suivi d'un bruit sourd secoua l'appareil dans lequel ils étaient coincés. Un silence marqua un contraste entre ce second bruit sourd, beaucoup plus intense qui fit vibrer l'appareil de plus belle. Etait-ce signe qu'on les sortait d'ici, où au contraire que la nacelle allait se détacher et qu'ils allaient faire une chute vertigineuse tous les deux? C'est une excellente question que je vous laisse éclaircir avec ce cher Jesse de mon coeur, notre petit nain à bouclettes adorable !

Spoiler:
 

___________________________
Je fais partie des murs ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ]

Revenir en haut Aller en bas

Un mur c'est joli... Mais en personne c'est encore plus beau! [ DARLIIIING ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ♦ PRIVATE ~ LILIETH"
» MAELYS ♣ Tout le monde sait comment on fait les bébés, mais personne sait comment on fait des papas...
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]
» On n’a pas le même sang, ni la même histoire, mais pour moi, tu fais partie de ma famille.
» Joli-Trou, une localité succulente
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Les appartements-