AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

[Snowstorm]La chance va tourner...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mar 12 Juin - 16:24

Liam supplia du regard cet homme qu’il ne connaissait nullement. Le suppliant de l’aider, il ne voulait certainement pas mourir ici. Ce serait tout de même le comble, un dealeur mourant dans un casino suite à une fusillade n’ayant aucun rapport avec son commerce. Il en était hors de question. Il appuya sa main avec force contre le sol, serrant des dents en sentant la pression de sa ceinture entouré son bras, il devait bien avouer que c’était plus que douloureux mais il savait aussi que c’était essentiel. Alors que lui se retenait d’hurler à la mort, l’homme en face de lui s’était lancé dans un discours semblant ne pas comprendre pourquoi il était encore en vie. Liam n’en avait que faire mais il ne pouvait pas partir alors il n’avait d’autre choix que de l’écouter saluer sa chance d’être encore en vie. Dans sa posture il se contenta de la fermer. Malgré le sourire que lui offrait cet inconnu, le jeune homme ressenti la peur dans son regard, c’était comme une évidence, les mains tremblantes qui se trimbalait sur sa plaie ouverte, mais il ne fit aucun commentaire. Que pouvait-il bien dire après tout ? Lui aussi s’estimait heureux de pouvoir encore respirer même si ce n’était qu’une respiration entrecoupé et incertaine, c’était toujours mieux que rien.

Un bruit de sirènes fit relever la tête à Liam qui commençait à somnoler, il plongea son regard dans celui de l’homme puis il jeta un œil furtif vers le long couloir vide. Il demanda à son quasi sauveur de l’aider à se relever mais il lui indiqua que ce n’était pas trop conseiller au vu de son état de fatigue intense. Epuisé par sa blessure, il est vrai que Liam parvenait tout juste à garder les yeux ouverts, il avait l’impression d’être drogué mais il n’y avait que la douleur pour le ramener à la réalité. Alors que l’homme proposa d’aller voir ce qu’il se passait, sans lui, Liam n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu’il se retrouva seul. Assis par terre, entouré d’une marre de sang il se mit à soupirer. Quelle merde ! s’exclama t-il, il n’y a vraiment qu’à lui que ce genre de trucs pouvaient arriver.

Un coup de feu raisonne. Le regard figé vers le couloir, sa respiration se bloqua. Une certaine peur s’installa. Pourtant il y a toujours ces sirènes raisonnantes qu’il ne connait que trop bien. Son insécurité augmenta lorsqu’il entendit un bruit de pas s’emparait de la tranquillité du couloir. Son cœur se mit à s’accélérer en entendant la porte claquer, il tenta de bouger mais la douleur était bien trop intense. C’était comme s’arracher le bras. Les pas s’approchaient et s’approchaient de plus en plus près, de plus en plus vite. La respiration de Liam se voulait extrêmement rapide, il cru que son cœur allait lui sortir par la bouche tellement il battait vite et fort.
Son état de stress intense se calma en un instant en voyant un policier faire son apparition. Il se pencha vers Liam pouvant percevoir les gouttes de sueurs qui perlait sur son visage, il le rassura.

- On contrôle la situation. Ne vous inquiétez pas, vous allez vous en sortir.

Le policier appela de l’aide via son talkie-walkie. Un second coup parti. Les deux truands avaient été abattu. Liam ne serait dire combien de temps s’était écoulé. D’ailleurs il s’était endormi dès que sa tête fut posé sur le brancard. Assommé à coup de calmants il était plongé dans un long rêve.
Ce n’est que le lendemain en fin de journée qu’il ouvrit à nouveau les yeux. Il tourna la tête vers son épaule qui à présent ne le faisait plus souffrir. Entouré d’un bandage il comprit qu’il avait été soigné. Et en voyant la pièce dans laquelle il se trouvait, il comprit également qu’il était à l’hôpital. Tout semblait être rentré dans l’ordre, du moins c’est ce qu’il espéré. La fin de soirée fut animé par la police qui était venu l’interrogé sur l’incident de la veille et sur le casier judiciaire du jeune homme qui était loin d’être vierge. Quoi de plus normal. Ce n’est que le lendemain, donc deux jours après la tuerie que Liam pu sortir de l’hôpital et reprendre une vie à peu près normal bien qu’il devait avouer que cette affaire le marqué bien plus qu’il ne l’aurait cru. Il passa devant le casino où tout était encore bouclé par la police, alors qu’il glissa les mains dans ses poches, un objet rond attira son attention. Il sorti l’objet de sa poche, en fait il y en avait plusieurs. Un sourire se dessina sur son visage, il n’aura pas tout perdu. Ses jetons de casino se trouvaient encore dans ses poches. C’est sur cette note positive qu’il reprit le chemin de son appartement.

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 13 Juin - 21:38

Ziva se trouvait derrière le bar, une main sur sa blessure tout en essayant d'évacuer la peur qui s'était insinuer en elle. La peur ? Sentiment bien étrange pour une ancienne agente du MOSSAD. Pourtant, la peur était bien là en ce moment. Quand on maîtrise la situation, il n'y a pas de raison d'avoir peur mais là rien n'était maîtrisé et sa vie se trouvait en danger. Elle commençait à perdre espoir et ce n'était pas bon signe mais en tournant la tête, l’israélienne aperçue de nombreuses victimes en danger, d'autres mortes malheureusement et certaines blessées. Elle prit son courage à deux mains, gardant toujours une main sur sa blessure, Ziva se redressa et fit évacuer le plus de monde qu'elle pouvait. Elle ne pouvait plus répliquer avec son arme sur le tireur et encore moins jouer la « ninja » comme Tony la qualifiait quelques fois au vu de son état.

Au moment où elle portait un enfant d'âgé de 5 ou 6 ans afin de le mettre à l’abri, une balle vint se loger dans sa cuisse. Elle trébucha et tomba sur le dol. Heureusement, Ziva eut juste le temps de déposer l'enfant derrière le bar et de lui dire de courir vers la porte de derrière avant de s'écrouler sur le sol et de perdre connaissance. Tout s’enchaîna très vite ensuite. Les sirènes se furent entendre. Des coups de feu retentirent. Un grand carnage compléta celui en cours. Les agents tentaient d'arrêter les tireurs sans être obliger de les tuer. En vain. Les tueurs ne semblaient pas négocier.

Les négociations venaient d'être lancées. Combien de temps allaient-elle durer ? Combien de victimes devront(il exécuter avant d'être abbatu ? La lutte ne faisait que commencer. Les pompiers arrivèrent enfin, tout comme les ambulances mais ne purent intervenir en raison des négociations. Des personnes allaient mourir, leurs vies ne dépendaient que de quelques minutes et ne pouvaient pas être sauvées. Intolérable ! Pourtant, c'était la triste réalité ! Les minutes s’enchaînaient. Les coups de feu perduraient. Les tentatives de raisonner les forcenés tombèrent à l'eau.

Une heure venait de s'écouler. Une heure d'angoisse. Combien de victimes en plus ? Difficile à dire ! Les renforts étaient arrivés à temps afin d'aider les agents à venir à bout des ces deux forcenés. Ces derniers gisaient à même le sol dans une marre de sang tenant leurs armes bien fermement. Même décédés, ils ne lâchaient toujours pas. Dure de réaliser que le cauchemars est terminé. Personne ne pourra oublier cette soirée ! Beaucoup en seront traumatisés ! Les pompiers, ambulanciers, médecins et tous les secouristes se ruèrent à l’intérieur du Casino et dans les environs afin de sauver toutes les personnes qui pouvaient encore être sauvées.

Ziva fut transportée sur une civière et emmenée à l'hôpital le plus proche. Les conditions climatiques se trouvaient plus apte à l'évacuation des blessés. La jeune femme fut prise en charge par les urgences. Toujours inconsciente, Ziva avait perdu beaucoup de sang et ses blessures se trouvaient être sérieuse. Elle n'aurait pas du bouger avec de telles blessures mais son instinct, sa formation en tant qu'agent l'a poussé à réagir et a sauver les maximum de personne. Elle n'a pas pu s'en empêcher. Les médecins ont du la plonger dans un coma artificiel afin de mieux la soigner.

Le lendemain matin, Owen se trouvait à ses côtés et lui tenait la main. Il laissa échapper une larme qui tomba sur le bras de Ziva. Cette dernière lui serra la main pour toute réponse. Ensuite, elle ouvrit les yeux et lui sourit. Rien n'est plus beau que des retrouvailles mère-fils même si ce n'est qu'adoptif.


Owen : Tu m'as fais peur ! J'ai eut peur de te perdre ! Je n'aurais pas supporter une perte de plus ! Je t'aime Ziva ! Tu me refais plus ça ? Je ne pourrais le supporter !

Ziva : Je t'aime aussi ! Je te le promet !


Ziva et Owen tombèrent dans les bras l'un de l'autre et restèrent enlacés ainsi un long moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 14 Juin - 15:11


    « J'te laisse, gars, je vais aller voir ce qui ce passe dehors. Si on se revoit pas, laisse ma ceinture à l'hôpital en passant, elle est pas donnée ! »

    Andrew quitta prestement le jeune homme qu'il avait secouru en passant. Il ressentait un besoin assez fort d'aller dehors respirer l'air frais, et fouler de son pied la neige fraîchement tombée. Il ne sortait pas dehors pour faire un bonhomme de neige, mettons nous bien d'accord, il souhaitait juste voir si il n'y avait pas un moyen d'évacuer les blessés facilement. Il parcourut à vitesse modérée un bout de couloir, il ne savait pas tellement où il allait. Il parcourait les parties du bâtiment jamais visitées par le grand public. Rien n'était indiqué, rien n'était fléché. Il soupira bruyamment, sans comprendre le schéma spirituel qui avait conduit un architecte à construire un bâtiment de cette façon. Il s'arrêta auprès d'un extincteur, et observa un plan de l'étage. Il fit des yeux son chemin sur le plan, et prit l'extincteur sur son dos, au cas où. Il courut, toujours le plus silencieusement possible, car il entendait toujours des coups de feu. Il avait son arme cachée dans son veston dans le pire des cas, mais il ne se faisait pas de sang d'encre. Il avait l'impression qu'il était chanceux, ce soir. Les balles l'avaient manqué, et il avait mine de rien empoché une sacrée somme d''argent. Il arriva face à la porte qui menait sur l'extérieur. Et merde, c'était une issue de secours. Fermée à triple tours. Pratique en cas de besoin, qu'elle soit fermée. Le médecin posa l'extincteur à terre, pris de l'élan, et s'empara de l'extincteur. La porte en verre ne résista pas, et explosa en petits morceaux, laissant l'air frais s'engouffrer dans le couloir. Il poussa les restes de porte. Il était au deuxième étage du Casino. Il y avait des escaliers en colimaçon de fer, sous lui. Il observa d'abord le moyen de s'extraire du bâtiment, et remarqua ensuite, qu'il allait être très compliqué de sortir, étant donné qu'un autre tireur était dehors, et foutait un sacré bordel. Il tirait sur un bus, il avait apparemment tué des automobilistes occasionnant un immense carambolage... Mais qu'est-ce que c'était que ces types bon sang? Des monstres?

    Il avait un bon angle pour lui tirer dessus, mais l'arme n'était pas la bonne. Et il semblait porter un gilet pare-balle, qui empêcherait de toute façon une neutralisation efficace. Il songea à chercher une meilleure arme, mais il trouva une meilleure occupation. Les escaliers donnaient sur une petite cour, inaccessible de l'extérieur. Il y avait une porte, pour entrer, mais elle n'était ouverte que dans la journée. Il décida d'évacuer un maximum de personnes blessées dans le petit jardin pour faciliter l'action des secours, mais aussi pour les protéger d'un éventuel deuxième passager du tueur. Quand il revint sur ses pas, Liam avait disparu. Il n'y avait plus de traces de sangs autour, il avait du être secouru. Andrew parcourut le bâtiment en courant, toujours, balayant du regard le recoins. Il aperçut une flaque de sang sur le sol, émanant d'une porte. Il tenta sa chance. Andy sortit son arme, la pointa en avant, au cas où, et défonça la porte d'un coup de pied frontal. Il découvrit un homme, le visage ensanglanté, qui avait tenté de contenir une hémorragie au niveau de la cuisse.


    « Ne me tuez pas, ne me tuez pas.... S'il vous ... plaît... »

    Pourquoi faire ? Les doigts crispés sur le pistolet, Andrew découvrit presque avec soulagement un homme blessé plutôt qu'un homme armé. Il afficha un sourire qui se voulait rassurant, même si lui-même n'était pas très rassuré, et il déchira un bout de la manche de sa chemise, assez grande pour lui faire un garrot.

    « Au contraire, monsieur, je suis venu vous sauver. »

    Le titulaire de chirurgie cardio-thoracique fit un noeud autour du haut de sa cuisse. Il le porta sur son dos, et commença à faire le chemin dans le sens inverse, il descendit les escaliers, et déposa l'homme dans le fameux petit parc. Il recommença l'opération avec une douzaine de personnes. Une vieille femme qui avait perdu sa petite fille, plusieurs touchés à l'épaule, d'autres aux genoux, certains dans l'abdomen. Il rencontra une femme qui avait reçu une balle dans la carotide. Pour celle-là il n'allait malheureusement pas pouvoir faire grand chose, elle avait perdu beaucoup de sang, et l'hémorragie ne s'arrêtait pas.

    « Monsieur, s'il vous plaît... j'ai un ... j'ai très mal... »

    « Ne vous inquiétez pas, madame, je suis là. »

    Sa gorge se serra. Il était un odieux manipulateur, certes, mais voir des gens perdre la vie en face de lui, ne lui faisait pas ni chaud ni froid, et ça ne sera jamais le cas. Il lui prit la main, en silence. La femme avait l'air de savoir qu'elle n'allait pas vivre bien longtemps. Andrew savait que ça n'était pas grand chose de l'accompagner quelques minutes, quelques secondes... Et si ça pouvait l'aider à trouver sa place au côté de D... . Andrew sortit son téléphone portable, et trouva avec bonheur du réseau. Il n'avait personne à appeler directement, en revanche, il demanda à la femme :

    « J'ai du réseau... Est-ce que vous voulez appeler quelqu'un ? »

    Il composa le numéro, et laissa le téléphone à la femme. Elle dit au revoir à sa fille, et put faire ses adieux en toute dignité. Andrew ferma les yeux de cette femme, et se retira. Il entendait à l'étage du dessous d'immenses bruits de détonation. L'air parfaitement surpris, il descendit quatre à quatre les escaliers pour voir un peu de quoi il en retournait. Une épaisse fumée l'aveugla quelques secondes. Il pénétra dans la salle principale et .... tomba face à un énorme tas de cadavre, mais surtout, un énorme trou dans le mur d'en face. Des policiers s'affairaient autour d'un homme à terre, et des ambulanciers et médecins s'affairaient autour de blessés. L'odeur du sang, était tout simplement répugnante. Il avait le sentiment que le sol était recouvert du liquide écarlate. Il avança un peu, les mains en l'air.

    « Excusez-moi, messieurs, j'ai réussi à évacuer quelques blessés dans la petite cour. »
    « Merci.... merci, monsieur. »

    Andrew hocha la tête pour ne pas paraître trop prétentieux, et s'éclipsa. Il rejoint les policiers, de loin, et aperçu au sol le tireur, celui qui l'avait manqué un peu plus tôt dans la soirée. Quelle heure il était ? Difficile à dire... Il haussa les épaules, et décida de sortir. Il passa par le hall, où jonchaient quelques corps ensanglantés. Il enjamba les cadavres, jusqu'à en enjamber un qui...

    « Hilton ? »

    Un cadavre qui avait l'air non seulement vivant, mais surtout, c'était une personne qu'il connaissait. C'était le docteur Emily Hilton. Il l'avait rencontrée il y a longtemps, quand il faisait son jogging, à son arrivée à Washington D.C. Ils avaient littéralement fait la course, et il l'avait trouvé très charmante, malgré le café qu'elle lui versa consciencieusement dessus. Ils s'étaient recroisés maintes fois à l'hôpital, car il y travaillait elle aussi, mais pas dans son service. Il essaya de lui sourire, et de voir si elle n'était pas blessée. Elle était pleine de sang, ses vêtements étaient tâchés, et elle semblait complètement sous le choc. Il comprit qu'elle n'était pas au meilleur de sa forme, et même si habituellement leurs rencontres étaient basées sur l'humour et les petites engueulades sympathiques, elle n'avait l'air d'humeur. Il fronça les sourcils, et ne lui laissa pas vraiment le choix : il glissa son avant bras sous ses genoux, un sous ses épaules, et il sortit avec elle de la fumée irrespirable qui s'était aussi infiltrée dans le hall. Dehors ? Des ambulances, des voitures de police en pagaille... Des tonnes de journalistes aussi, des tonnes et des tonnes de journalistes. Les flashs en pagaille, des hélicos tournaient au dessus du Casino. alors qu'il évacuait la dernière blessée du jour... Un journaliste sauvage, armé d'une micro demanda :

    « Bonsoir Monsieur, vous n'avez pas été victime de la tuerie du Casino? Vous sortez debout sur vos deux jambes ? »

    « Écoutez, monsieur. Je crains que ressortir du Casino sur ses deux jambes ne veuille pas dire qu'on est intact. C'est tout ce que j'ai à dire, bonne soirée. »

    Il vit le journaliste faire la moue, signe qu'il était en direct, et qu'il n'était pas particulièrement satisfait de la réponse. Andrew posa Emily à terre.

    « T'en fais pas, Hilton, ça va aller. »

    Il lui sourit timidement, alla lui chercher une couverture chauffante, et encercla ses épaules de son bras, signe qu'il serait là pour la réconforter.

    « Ça va aller mieux. »

    Il resta devant le Casino, au cas où il pourrait être utile pendant une bonne partie de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Lun 25 Juin - 14:41

Ewan, sa fiancé et leur fille était totalement en panique. Ils ne savaient pas quoi faire. Le garçon avait peur que l'un des tireurs en décident de les suivres et puis ils avaient trouver un mec blessé, c'était vraiment flippant comme situation. Ewan entendit des bruits de pas venant par là. Il dit à Jaze et Lou de partir, d'aller se cacher ailleurs et vite. Lui pendant ce temps, tenta de faire se lever le mec. Mais c'était sans réussite. Le mec finit par paniquer, et il mourut littéralement de peur. Ewan essaya de le bouger en lui parlant :

"Hey...Hey...M'sieur...vite faut se lever...vite Monsieur..."

Mais il était trop tard, Ewan fit un pas de recul en sentant la peau se refroidir. En voulant partir il sentit un coup sur son front. Se retrouvant au sol, il tourna la tête et se retrouva sur le dos. Il mit les mains devant lui comme pour se protéger d'un mal invisible.

"Non pitié tirez pas, s'il vous plait...s'il vous plait tirez pas..."

L'homme se mit à rire et fut à deux doigts de tirer lorsqu'un coup de feu retentit. Ewan qui avait fermer les yeux les rouvrit et regarda partout sur son corps il ne vit aucun impact, d'un air suspect il regarda devant lui et vit un policier. Il redressa la tête et fut à bout de souffle totalement sous le choc. Le policier lâcha un :

"Zone sécurisé, on a un civil, et deux corps..."

Voyant arriver Jaze et Lou, il reprit :

" Non, on a trois civils et deux corps."

Il la regarda et leur fit signe de les suvire. Ewan prit par la taille Jaze et ils avancèrent tout les deux. Ils étaient totalement choquer et marqué par tout ça. Ewan avait vus la mort de prêt et ça lui avait donner un sacré choc. On l'avait mit dans une ambulance à cause du coup à la tête, et on était en train de le soigner et d'ausculter sa fiancée et sa fille. Elles n'avaient rien, encore heureux d'ailleurs. Ewan serra la main de Jaze....

Ce fut le lendemain qu'il réalisa. Il était dans son lit avec sa fiancée coller à lui, la tête sur son torse. Leur fille dormant de l'autre côté du lit. Ewan regarda le plafond et regarda ensuite vers la fenêtre...Il avait vut la mort en face et avait bien faillit y rester...A cette pensée, il frémit. Jaze se réveilla lentement, passant une main chaude sur son torse encore juvénile, elle lui déclara sans ouvrir les yeux embrassant juste avant le pectoraux le plus proche :

"C'est finit bébé...on est en vie, et c'est grâce à toi..."

Ewan sourit et lui embrassa le front, carressant son dos de sa main libre et de l'autre caressant la petite tête châtain de sa fille endormit avec son ours et sa teteute dans la bouche. Ils étaient en vie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 28 Juin - 10:40



    __ Hilton ?

    Emily ne fit même pas semblant de réagir. Allongée, depuis probablement une heure dans cette mare de sang tiède qui se refroidissait, au même titre que les corps qui l'entouraient. Est-ce que tout ça était réel? Est-ce qu'elle était vraiment vivante? Son cerveau était passé en stand-by, comme si pour se protéger de ce spectacle macabre, il avait préféré se désactiver momentanément. Le seul signe qui laissait présager qu'elle était bel et bien vivante, c'était qu'elle clignait des yeux, et que sa poitrine se soulevait et se baissait au rythme d'une respiration considérablement lente. Elle ne se sentait pas présente. Elle se sentait flotter au-dessus de tout ça. Comme si elle était une spectatrice, et pas une actrice de cette pièce de théâtre d'un mauvais goût extrême. Le regard vide, bovin, dénué de toute expression, elle fixait les lumières du lustre qui était encore en état au-dessus d'elle. Si seulement elle avait pu être juste un lustre ce soir... Elle sentit son corps se mouvoir, cependant, elle en était bien incapable. Pourvu qu'on ne l'emmène pas à la morgue... L'air frais de l'extérieur caressa ses traits tirés, et au contact de la neige glaciale, elle semblait retrouver ses esprits. Elle déglutit difficilement, en voyant tous les corps inanimés rejoindre les sacs de légistes, les blessés nombreux qui se vidaient de leur sang en attendant des médecins, qui semblait-il, avaient du se perdre en route. Emily était écoeurée. Incapable de faire quoi que ce soit qui puisse aider, alors qu'elle était qualifiée pour. Incapable d'aider quelqu'un ce soir. Elle avait été une horrible égoïste. Cette femme qui était morte plus tôt, c'était ni plus ni moins à cause de sa lâcheté. Elle se sentait si faible. Si inutile. Le visage crispé, elle grelottait de froid. Le corps recouvert d'un sang qui n'était même pas le sien. Les coups de feu dans sa tête, qui avaient pourtant cessé, se mêlaient aux battements de son coeur. C'est à ce moment là qu'elle comprit que jamais elle ne pourrait oublier.

    __ T'en fais pas, Hilton, ça va aller.

    Par chance, elle sentit son corps enveloppé d'une délicieuse chaleur. Elle se retourna pour en voir qu'elle était la cause. Une couverture chauffante, brillante idée. Ce n'est après quelques secondes qu'elle réalisa que cette couverture n'avait pas du arriver là toute seule, et qu'une personne, qui connaissait son nom de famille, essayait de communiquer depuis quelques temps avec elle. Elle sentit un bras musclé qui la ramenait contre lui. Cet homme. Elle se tourna quelque peu pour voir son visage. Un peu carré, de jolies bouclettes brunes, des yeux plus bleus que l'océan. Qui l'appelait par son nom de famille... Andrew Lévy. Evidemment. Pour vous la faire courte, ils s'étaient rencontré durant un footing matinal. Emily et Andrew n'avaient cessé de mener une gue-guerre incessante, à se dépasser l'un-l'autre, jusqu'à ce que Emily se décide à lui renverser son café dessus. Elle s'en excusa vite, bien entendu, se proposa de lui en payer un, de café. Ils se quittèrent rapidement pour aller travailler, et qu'elle ne fut pas la surprise que de voir Andrew revêtir une blouse blanche dans son hôpital. C'était ni plus ni moins que le meilleur chirurgien cardio du pays. Oops. Mais sans rancune. Au contraire, sur cette rencontre plus ou moins insolite, ils avaient bâti une amitié solide, souvent composé de whisky et de soirées de garde ennuyeuses où ils s'étaient racontés les moindres secrets les concernant. Sans pour autant, jamais décréter être amis.

    __ Ça va aller mieux.

    Emily força un sourire du mieux qu'elle pouvait et secoua la tête.

    __ Non, ça va pas aller...

    Elle pinça les lèvres.
    Si seulement elle avait pu au moins aider quelqu'un d'autre, elle ne sentirait pas comme la fille qui en avait conduit une autre à la mort. Elle se ravisa.

    __ Tu crois qu'on peut aider?

    Andrew opina du chef. Toujours relativement peu consciente de ce qui s'était passé, la brune ôta sa couverture, demanda un café. Enfila une paire de gants, et fit ce qu'elle savait faire de mieux, essayer de se contenter du bonheur des autres pour s'en sortir...

    __ Bonjour Madame, ne vous inquiétez pas, je vais vous prendre en charge, alors, racontez-moi ce qu'il vous est arrivé?

___________________________
Je fais partie des murs ♥️.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 28 Juin - 21:14

Sacré non de non ... Ça avait été un bordel pas possible, cette journée ! Que diable se passait-il, en ce moment ? Après la neige et ses déconvenues de blessures, à cause de chute ou de bouchons, à cause d'accident ... Voilà qu'un chauffeur de bus avait perdu le contrôle de véhicule, et s'était tué dans l'accident. Pour couronner le tout, Michael, sa femme Haruko et des amis qui était présents - à savoir Danny un collègue, et Chloé, la filleule de Tony - avaient été pris d'assaut par un groupe d'hommes, bien armés. Et comme ça suffisait pas, de pauvres civils présents dans le bus, eux aussi, y avaient été mêlés. Les pauvres ... Bilan ? Pas grand chose de grave pour eux, depuis ce qui leur étaient déjà arrivé. Michael avait toujours mal aux côtes, mais essayait de bouger le moins possible. Le crane d'Haruko avait été touché et du sang en sortait encore. Ce qui inquiétait son mari. Danny lui, avait un mal de chien à l'épaule, mais évitait de bouger de trop, lui aussi. De plus, son crane avait été touché. Ce qui était inquiétant, mais comme Haruko, ça avait l'air d'aller. Du moins, pour l'instant. Et Chloé ? Son genou avait été malheureusement touché, et elle portait une belle bosse sur le crane. Mike osait espérer que la petite n'ai rien de cassé. Tony pouvait trouver cela fâcheux en l'apprenant. Pour sûr. Mais, et les autres civils dans tout ça, alors ? Et bien ... Dans la majeure partie des cas, ça allait. Mais l'un comme l'autre, avait subi un choc émotionnel des plus graves. Et un examen médical pour tout le monde, allait être certainement de mise. Sauf pour ... Cette dame. Lors de la fusillade qui avait précédé ce bilan des blessures, la vieille femme avait succombée, criblée de balles sans aucune pitié. Triste sort ...

En fin de compte, chacun avait pu sortir du bus, « sains et saufs » si je puis m'exprimer ainsi. Du moins, ils étaient dans un meilleur état que mort dans ce véhicule des transports en commun. Rejoignant tous le Casino, duquel beaucoup d'agitation venait, ils se rendaient compte de la panique. Ces mêmes hommes prenaient d'assaut le batîment, faisant abstraction de la clientèle. Ils avaient l'air d'être là dans un but précis, n'hésitant pas à tirer sur n'importe quoi, ou n'importe qui. Dans la panique, il fallait à tout prix trouver des endroits pour se protéger. Chose qui fit perdre Haruko des yeux pour Mike. Il s'inquiétait ... Jusqu'à ce qu'ils finissent tous les deux par se retrouver. Heureux, soulagé, Michael avait pris Haruko dans ses bras. Le fait de sentir son parfum, sa peau ... Ça le rassurait. Jamais il n'aurait pu penser une seconde à devoir élever sa fille seule. Pire encore ... L'agent Morricone ne se voyait pas du tout annoncer aux Richardon Lee-Pan, le décès de leur fille. Jamais !

Les autorités avaient mis du temps, avant d'arriver, mais petit à petit, tout rentrait dans l'ordre. Chacun allait pouvoir rentrer chez soi pour les plus chanceux ou passer à l'hôpital pour certains. L'hôpital qui allait très certainement être bondé, avec tout ce qui s'était passé ... Les policiers avaient mis les fauteurs de troubles, hors d'état de nuire, les médecins arrivaient par petits groupes pour rassurer et prendre en charge les victimes ... Michael comme bien d'autre, commençait à souffler :

« Je suis rassuré que tu n'ai rien. Pendant un moment, j'ai cru au pire. Jamais je ne ne te laisserai tomber. Je t'aime trop pour ça. Beaucoup trop ... » Quelque peu tremblant avec ces courants d'air, causés par les portes du Casino ouvertes de tous les côtés, Michael serrait Haruko dans ses bras, un instant. Se reprenant de ses émotions, une question lui était venu à l'esprit : « Danny ? Et Chloé ? Tu les as vu, ils vont bien ? »

Michael espérait qu'il n'ai rien. Regardant à droite et à gauche, l'agent du NCIS espérait voir du monde qu'il connaissait. Mais c'était bien trop dur avec toute cette foule qui allait et venait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Ven 29 Juin - 20:35



Son sang n'avait fait qu'un tour. Ou du moins, sur ce coup là, la jeune femme avait été surprise. Elle ne s'attendait pas vraiment à ce que des cambrioleurs sortent du casino en tirant sur tout ce qui bouge. Qui aurait pu le croire d'ailleurs ? Certes, bon, pour un braquage, on use des flingues. Mais de là à canarder tout le monde et à faire des victimes alors que ce n'était pas vraiment nécessaire, c'était ... franchement débile, pour sûr. Et c'était encore plus débile de tirer sur un bus qui venait de se crasher. A quoi bon d'ailleurs ? Si ce n'était provoquer des soucis supplémentaires pour les pauvres passagers dudit bus. D'ailleurs, en parlant de soucis, hein, j'vous ai bien fait flipper avec mes différentes hypothèses Smile. Je sais, je suis le diable en personne. Mais revenons-en plutôt à ce qui nous intéresse et à nos charmants passagers du bus.

Tout en passant une main au niveau de sa nuque, parce qu'elle avait un peu mal, sans doute à cause de ce choc à la tête survenu un peu plus tôt, Haruko avait fini par se redresser. Mike l'avait interpellée, lui demandant si tout allait bien. Techniquement parlant, non, ce n'était pas la grande forme. Pour la simple et bonne raison qu'elle avait un peu le tournis. Sans doute à cause de toutes les blessures qu'elle avait et tout le sang qu'elle avait plus ou moins perdu. Sans doute qu'elle allait passer un petit moment à l'hosto ... Au moins quelques heures. Plus ? Difficile à supporter. Parce qu'elle n'aimait pas l'hôpital. L'une des dernières fois, quand elle avait été prise dans une explosion, Haruko avait été à deux doigts de mourir. Heureusement pour elle, elle était loin du compte aujourd'hui. M'enfin, elle n'était pas indemne non plus. Mais pour elle, plus vite elle irait à l'hôpital, plus vite on la soignerait et plus vite elle pourrait rentrer chez ses parents afin de récupérer sa fille et s'en retourner chez elle, avec Mike. Sauf si, avec la faute à pas de chance, on les gardait plus longtemps. Avec ce choc à la tête, oui, elle redoutait qu'on veuille la garder en observait pendant vingt-quatre heures. Peut-être plus. Elle espérait que ça ne soit pas le cas.

Quoi qu'il en soit, Haruko était soulagée. Soulagée que personne n'ait reçu de balle perdue ... Si ce n'était cette pauvre vieille femme qui, malheureusement, s'était retrouvée la peau trouée. Comme si un accident, ce n'était pas suffisant. Et puis, des bruits sourds retentirent. Ainsi que des sirènes. Les pompiers, des ambulances, la police ... On allait les extirper de là. On allait les emmener à l'hôpital. On allait s'occuper d'eux, ainsi que des différents blessés. Un soulagement, pour sûr. Le bus fut quelque peu désossé. Ou du moins, on découpa un peu de tôle aussi ... Histoire de pouvoir atteindre les différents blessés. Haruko s'était retrouvée dehors. Elle avait, momentanément, perdu de vue Mike. Parce que les ambulanciers ne l'avaient pas laissée. Et comme ils avaient remarqué qu'elle était blessée, ils s'étaient empressés de l'amener jusqu'à l'ambulance. On avait voulu lui mettre un collier cervical. Haruko avait menacé de leur botter les fesses si violemment qu'ils ne pourraient pas s'asseoir pendant une semaine. Jamais, oh combien jamais, elle ne remettrait un tel truc. C'était l'horreur. La dernière fois, elle avait détesté. "Madame, c'est pas sérieux. On doit vous soigner. Vous êtes blessée." - "Pas de collier !" Des pansements ou autres trucs de ce genre, oui, ok, mais pas de collier.

Mike était sorti, à son tour, du bus. Et aussitôt, Haruko avait faussé compagnie à ses chiens de garde pour rejoindre son mari. Il l'avait prise dans ses bras. Elle avait resserré son étreinte autour de lui. Bon, d'accord, ils n'avaient pas été séparés très longtemps. Mais un câlin, ça fait toujours du bien. L'un contre l'autre, Mike en avait profité pour lui demander si elle avait vu Danny ou bien Chloé. Elle secoua la tête. "Je pense qu'ils doivent être entre les mains des ambulanciers." Parce qu'ils étaient un peu plus gravement blessés que le couple. D'ailleurs, en parlant d'ambulanciers, ceux-ci s'étaient rapprochés de Mike et Haruko. "Madame, monsieur, faut venir avec nous maintenant." D'ailleurs, le "charmant" ambulancier qui n'arrêtait pas d'embêter Haruko depuis qu'elle était sortie l'avait saisie par le bras, encore, ça devenait une habitude, pour la mener en direction de l'ambulance. Elle soupira, comme précédemment. "Ok, ok !" avait-elle dit en plaçant une main dans le creux de sa nuque, parce qu'elle avait un peu mal tout de même. "Mais il est hors de question que vous me mettiez un collier cervical. J'vous ai prévenu." - "Et moi je vous ai dit que c'était pas sérieux. Vous pourriez ..." - "Si j'avais des vertèbres ou des cervicales de déplacées, je ne pourrais pas marcher et encore moins galoper. Donc, pas de collier." Elle y tenait et ça serait sans doute très difficile que de lui faire changer d'avis. Que voulez-vous ? Elle est têtue notre Haruko.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Ven 29 Juin - 21:06

Lorsque Danny avait relever la tête, il avait sentit une sorte de tournis, mais c'était relatif, et puis il s'inquiétait tellement pour Chloé que sa tête et son épaule ce n'était rien. Il remarqua les sirènes de polices, et les voitures, ils étaient donc sauver. Il sortie du bus avec l'aide des secouristes et se retrouva assis à l'arrière d'une ambulance. On lui auscultait l'épaule et comme Haruko l'avait penser celle-ci était déboîté. Malgré sa rétisance Danny n'eut pas le choix. Il serra les dents et cria tout de même de douleur sentant la femme secouriste lui remettre l'épaule en place. Elle lui passa ensuite un bandage autour de l'épaule pour l'immobiliser. Danny regardait autour de lui...c'était le chaos. Des gens pleuraient, criaient, paniquaient, éraient dans la rue. Danny chercha du regard ses amis qui avaient été dans le bus avec lui, mais il ne les vit pas...Il se leva et interpella un flic qui passait, il fit :

"Excusez moi, je voudrais appeler ma fiancée pour lui dire ce qu'il s'est passer..."

Le flic resta avec lui et lui prêta son portable. Danny fit le numéro et tomba sur Amy qui était en larme et en panique, sur le coup il se fit engueuler, mais au fond elle avait eut peur de le perdre. Lui aussi d'ailleurs...et pour la première fois de sa vie, il avait eut si peur de la mort, qu'il avait prit la plus grosse décision de toute sa vie...

Les jours passèrent, et Danny avait revus une dernière fois Haruko et Mike, pour leur dire au revoir...Il partait avec son fils et sa fiancée. Ils allaient vivre à Austin, au Texas. Danny avait décider d'être simple adjoint de shérif dans une petite campagne et de ne plus avoir affaire à la mafia, et aux autres criminels des grandes villes. C'était son choix et il espérait que cela conviennent à ses amis avec qui il garderait contact bien entendue. D'ailleurs, il leurs avait donner sa futur adresse et tout ce dont ils auraient besoin pour venir le voir. Cela avait été radicale, un jour il était là, le lendemain il avait disparut...La peur de la mort l'avait effrayer. Et maintenant Danny savait pourquoi vivre était important, il savait pourquoi avoir une vie c'était la chose la plus importante dans la vie d'un homme...

[désolé c'est court, mais je change de personnage, donc je le fais partir ^^ pour une fois c'est un happy end ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Sam 30 Juin - 21:28

La journée avait pourtant bien commencée. Pourquoi diable avait-il fallu qu'elle monte dans ce bus ? Elle n'aurait jamais du monter dans ce maudit bus ! Il aurait mieux fallu écouter son instinct. Seulement, la jeune DiNozzo était montée dans ce bus, avec des conditions climatiques mauvaises et un chauffeur pas vraiment concentré sur son travail. Ce qui devait arriver arriva. Le bus s'encastra dans un arbre. Impossible d'en sortir ! Divers traumatismes que ce soit physiques ou morales sont apparus chez les passagers. Certains sont décédés sur le coups, d'autres simplement blessés et d'autres juste traumatisés. Personne ne peut sortir indemne d'un accident de la route même sans blessures apparentes. Le chauffeur ne s'en était pas sortit.

La peur l'avait envahit mais ce n'était rien comparé à ce qu'il allait se dérouler dans les prochaines heures. Chloé fut rassurée par la présence de Mike, Haruko et Danny qu'elle connaissait bien. Elle venait d'échapper de peu à la mort. Quelques heures après cet accident, des rafales de tirs se firent entendre dans les environs pour ensuite se diriger en plein dur le bus, enfin ce qu'il en restait. Là, s'en était trop ! Se trouver confronter à la mort deux fois de suite en même pas une heure d'intervalle, cela faisait beaucoup. Trop même ! Sans même réfléchir, n'écoutant que son instinct, la jeune demoiselle se réfugia derrière un siège afin d'éviter les balles. Du moins, tenter de les éviter. Elle les évita mais à quel prix ! Traumatisée, la petite fille se mit en boule et ne bougea plus.

Les secouristes venaient d'arriver et démantelaient le bus afin de pouvoir intervenir. La petite fille ne bougea pas d'un poil. Tout le monde fut évacuer. Chloé se trouvait séparer des amis de son papa. Un des secouristes s'approcha de la jeune fille et tenta de la rassurer. Ensuite, il la porta et l'emmena à l’extérieur auprès d'un médecin afin qu'il puisse l'examiner. Elle ne parlait plus, trop traumatisée par ce qui venait de lui arriver. Cherchant du regard soit Danny, Mike ou Haruko, Chloé se demandait s'ils allaient bien. Ils avaient était si gentils avec elle suite à l'accident. Elle les connaissait bien et les aimait beaucoup. Elle aperçut Danny avec des ambulanciers mais aucun signe des deux autres. Elle espérait qu'ils aillent bien. La psychologue faisait tout pour la faire parler mais en vain. Aucun son ne sortait de sa bouche. Étonnant quand on connaît la jeune fille.

Elle fut transportée à l'hôpital, partageant la même ambulance qu'une jeune femme inconsciente qui avait perdu beaucoup de sang. La jeune femme lui rappelait quelqu'un et pour cause c'était Ziva. Restant un moment sans bouger, elle attrapa la main de Ziva et la serra très fort comme si elle espérait que l’israélienne ouvre les yeux. Ce qu'elle fit. Ziva afficha un petit sourire envers Chloé qui le lui rendit. Ensuite, elles furent séparer et Chloé fut prit en charge par les urgentistes. Ils appelèrent la personne à prévenir en cas d'urgence soit Tony et pansèrent les blessures de la demoiselle. Elle ne parlait toujours pas. Des images, des scènes du traumatismes revenaient sans cesse dans son esprit et des larmes finirent pas couler sur ses joues. Le genou immobilisé, une belle bosse sur le crane et un pansement autour de l'abdomen où des points de suture avaient été réalisés, Chloé attendait que son papa vienne la chercher. Elle se laissa vagabonder dans ses pensées quand Tony débarqua. Clopinant du mieux qu'elle pouvait, elle se dirigea dans les bras de son papa et pour la première fois depuis l'arrivée de secours, la demoiselle prononça trois petits mots « Je t'aime papa » et sortit de son mutisme.


FIN DU SUJET
MERCI A TOUS D'AVOIR PARTICIPE
Revenir en haut Aller en bas

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner...

Revenir en haut Aller en bas

[Snowstorm]La chance va tourner...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Fait tourner la beuh, maaaaan (8) [PV Heaven Blackwood]
» [Snowstorm] Snowday [Terminé]
» faire tourner le jeu en arrière plan
» Tourner la page sans oublier le chapitre précédent..| Jethro
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de Détente :: » Casino-