AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

[Snowstorm]La chance va tourner...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
~Inconnu aux yeux de tous~

~Inconnu aux yeux de tous~
♠ Nombre de messages : 148


MessageSujet: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 29 Fév - 21:35




Iris, Akira, Sarah, Liam, Ziva, Andrew, Elise, Maxime, Ewan, Sabrina & Emily


    Deux heures venaient de s'écouler depuis le terrible accident de bus. Deux heures durant lesquelles, les passagers étaient enclin à la peur, au froid et à la souffrance. Les secours, bien que prévenus furent bloqués en chemin de par la neige. Il était 19h. La panique se sentait dans ce minuscule espace qu’offre le bus. La chute de ce dernier provoqua le blocage des portes ou tout autre issus. Le froid s'engouffrait partout. Il fallait tenir.

    Pendant ce temps, les plus courageux avaient trouvé la force de sortir de chez eux afin de miser de l'argent. On ne sait jamais si c'est notre jour de chance. Le casino accueillit plus de personnes que l'on aurait cru. Même en temps de crise économique ou de catastrophes, les habitants avaient besoin de rêver. Le casino était construit pour cela : offrir du rêve à condition de ne pas y perdre sa chemise.

    Les machines à sous ne désemplissaient pas, tout comme les tables de poker ou de black jack et la queue devint interminable à la table de la roulette. La cacophonie était à la fête. Les joueurs riaient, s'amusaient, buvaient et consommaient. Le rêve pour un patron de casino. Rien ne laissait présager qu'une catastrophe allait arriver. Et pourtant...

    Vu le nombre de personnes présente dans cette intrigue, il vaut mieux avoir un ordre de passage précis auquel on va s'y tenir. Alors, les réponses s'effectueront selon l'ordre suivant :

    - Iris Shepard
    - Akira Raïma
    - Sarah Mann
    - Liam L. Gibbs
    - Ziva David
    - Andrew Lévy
    - Elise Lanson
    - Maxime reegan
    - Ewan Joy
    - Sabrina Garrett
    - Emily Hilton


Ah oui ! J'oubliais !
Vous ferez un tour de post chacun (c'est à dire vous posterez un message chacun ) avant que le tireur fou débarque dans le casino !!
Vous avez maximum deux semaines pour répondre ! Passez ce délais, les réponses s’enchaîneront selon l'ordre cité plus haut ! Les retardataires rattraperont leur tour au tour suivant ! Si vous avez un problème pour répondre dans les délais, veuillez-nous prévenir en postant un message lorsque votre tour arrive ! Voilà qui est dit ! Sur ce, je vous souhaite un bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 7 Mar - 14:27

Quand on est mère on a franchement peu de temps pour nous, sauf le soir quand notre enfant est couché, sauf que là, on est mort de fatigue, et on va se coucher. Donc, dès qu'on peut s'échapper on le fait. Enfin, s'était ce que faisait la jeune femme à chaque fois qu'Evan était chez sa marraine, l'experte scientifique Abbygaïl Scuito, ou bien chez sa grand mère - là généralement c'était plus pour un week end qu'elle lui donnait son petit garçon, un week end de tranquillité c'est pas beau çà ?! On peut ainsi recharger ses batteries et être on ne peut plus opérationnel pour le retour de l'enfant à la maison le lundi. Là, Evan était chez Abby. Elle avait emmener un peu plus tôt dans la soirée. Il avait hurler de joie comme à son habitude. Petite boule d'énergie pétillante et infatigable. Enfin c'est ce qu'il montrait en apparence et c'est ce qu'il disait. Elle s'était prit un bon bain brûlant, s'était habillée pour sortir. Et oui, ce soir elle allait aller au casino. Elle était chanceuse généralement. Elle n'était pas une grande accro de ce genre jeux mais elle aimait bien. Elle arriva finalement au casino et se dirigea vers les tables de pokers au fond du bâtiment après avoir échanger son argent.

Elle s'assit à la table, adressant un sourire aux autres. Ils allaient perdre tous leurs argents. Elle le savait déjà. Iris allait passer une très bonne soirée elle le sentait d'avance. Et voilà qu'une demie heures après elle avait déjà un beau petit tas de jetons de son côté. Certains des joueurs étaient partis avant de perdre ce qui leur restaient. Elle avait un verre de whisky à côté d'elle. Elle n'aimait pas spécialement le Bourbon, alors que sa mère l'appréciait. Elle but une gorgée, souriante. Un homme était à côté d'elle, cheveux noirs, ras, regard bleu vert, il était obèse, oh ! Pas énormément mais il avait du bide et çà ce voyait ! L'agent du NCIS, elle, elle n'en avait pas. Et oui, quand on va sur le terrain, et que chaque semaine on va faire un tour ou deux à la salle de sport çà paye. Elle était la seule femme à être à cette table de jeux. Elle continuait à sourire, contente d’engranger des jetons à chaque tours. Elle allait rentrer avec une petite somme et offrirait le voyage à Disney land que réclamait Evan depuis un mois. Elle l'adorait ce gamin. Son petit bout de chou surexcité tout le temps. Ça serait une sacré surprise. Elle poussa une petite partie de son tas sur le tapis. Il n'y avait plus qu'à attendre. Peut être bien qu'un jour elle irait dans un tournoi ? Ça pourrait être sympa ! Enfin, on peut toujours rêver ! Et la tête que tirait sa mère en apprenant çà ! Elle en riait d'avance.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Lun 19 Mar - 17:27

Allongé de tout son long sur son lit, Liam regarde fixement le plafond depuis près d’une heure, il tourna la tête pour regarder l’heure : 21h. Un soupire se dégagea de sa bouche, un sms le sort de ses pensées et le force à revenir à cette réalité qu’il avait tenté de fuir, en vain. Il se redresse difficilement vers le bord de son lit et attrapa son téléphone pour lire le sms en question venant d’un numéro de l’uns de ses collègues de trafic.

« Un client pour toi, là où tu sais. Au moins 10. »

Liam se leva aussitôt et attrapa sa veste avant de dévaler les escaliers pour se rendre à ce fameux lieux de prédilection. Une petite ruelle abritée qui le couvrait des regards. Un sourire se dessina sur son visage en relisant le message « Au moins 10 » traduction ? Au moins 10 sachets de cocaïne, de quoi le refaire pour un petit temps. C’était le jackpot du samedi soir, il ne pouvait espérer mieux. Déjà avec un ou deux sachets, selon le client, il pouvait se faire entre 200 et 500e, alors dix…C’était l’extase totale. Bien qu’il avait conscience qu’il allait devoir un pourcentage pour son boss mais aussi pour le collègue qui lui avait envoyé le client. En bref, la moitié allait partir en fumée mais c’était déjà pas si mal. Une fois l’affaire conclu, les billets de banque en poche, Liam s’apprêta à repartir zoner dans son appartement lorsqu’il aperçu quelques personnes en costard et robe de soirée franchir le seuil du casino. Avec son pactole il pouvait facilement le faire fructifier. Il s’empressa de retourner à son appartement pour enfiler une tenue un peu plus convenable, bien que sa garde robe ne contenait pas vraiment les vêtements types pour ce genre d’endroit il fit au mieux. Il enfila une tenue qu’il avait eu l’occasion de mettre lors d’un mariage il y a au moins 5 ans de cela, il s’étonnait d’ailleurs de rentrer encore dedans. Une chemise blanche, une cravate noire ainsi qu’un gilet noir type barman. Un pantalon de costume lui aussi noir. Malheureusement les chaussures étaient devenus trop petites, il opta donc pour des convers, bien que cela faisait tâche, il prit le risque de s’y rendre ainsi.

Il n’eut pas trop de problèmes pour entrer, au final. Il faut dire qu’il avait remarqué que l’un des gardes à l’entrée était l’uns de ses clients réguliers, alors il aurait très bien pu venir tout nu, il l’aurait laissé passer, il lui devait bien ça. C’est donc très content, et très souriant que Liam fit son entrée dans le casino. Il devait avouer qu’il était assez impressionné par l’endroit, si grand, si lumineux, le bruit des machines à sous parvenait déjà à ses oreilles, le son des jetons jetés à la volé, les colères des perdants, les cris de joies des plus chanceux. Il n’avait qu’une hâte : Commencer le jeu !

Il s’empressa donc d’aller échanger quelques billets contre des jetons puis s’avança lentement dans la grande salle semblant réfléchir à la meilleure tactique. Il était là pour gagner le pactole. Il était plus que déterminé. Il jeta d’abord un œil aux machines à sous, très peu pour lui, trop hasardeux et bien trop aléatoire. La table de Black Jack semblait l’appeler mais il y avait tellement de monde qu’il se résigna à opter pour la table de poker qui se trouvait plus au fond, plus en retrait. Le look des personnes assises à la table lui fit penser à un vieux films de gangster sur la mafia, mais il ne se dégonfla pas et prit place à la table. Il déposa ses jetons et regarda chaque participant un à un. Il savait que même si physiquement parlant ils étaient assez impressionnant, lui il avait la technique et il savait comment démonter ses adversaires. Il remarqua cependant qu’il y avait une femme à cette table, la seule d’ailleurs, il lui fit un léger sourire et attendit le prochain tour pour pouvoir lui aussi…Se battre.

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 22 Mar - 21:51

Ziva allait se retrouver bien seule cette soirée. En effet, Owen dormait chez un ami pour la nuit et Ziva avait eut quelques difficultés à le laisser s'absenter même si ce n'était que pour une nuit. La demoiselle se demandait ce qu'elle allait pouvoir faire pendant toute la soirée. La nuit, il n'y aurait pas trop de soucis mais il restait du temps pour y parvenir. La journée avait été éprouvante et cela pour chacun des membres de l'équipe. La jeune femme s’inquiétait pour son collègue italien qui était différents depuis quelques semaines. Elle tenta de le questionner mais avait la pénible sensation de parler à un mur. Ziva n'était pas habituée à ce qu'on lui cachez des informations ou à ce qu'on ignore ses interrogations. Durant des semaines, la jeune israélienne a tenté d’innombrables astuces afin de faire parler Tony. En vain. Pas même une parole lorsque les deux agents se retrouvaient soit dans les toilettes soit dans l'ascenseur. Étrange. Pas une seule réplique de film ne sortait de la bouche de l'italien. En plus de cela, il s'acharnait sur son job, quittant tard les locaux et débarquant tôt le matin. Tony était devenu irritable, sur les nerfs comme si quelque chose de grave lui était arrivé.

Ziva avait tout tenté afin de faire resurgir son côté farceur et grand gamin. Sans succès. Même Chloé se trouvait différente. Bien que la fillette soit toujours aussi chipie, surtout en présence d'Owen et de petit Tony, quelque chose avait changé. Ziva s'inquiétait énormément pour Tony et ne supportait pas de le voir dans cet état. Elle voulait retrouver son collègue comme avant même s'il pouvait se trouver agaçant certains jours. C'est de cette façon qu'elle l'aime et cela devient perturbant quand les habitudes changent. Il faut bien le reconnaître, c'est en partie pour son côté Peter Pan qu'on l'aime. Aussi pour une autre raison que la jeune femme n'avouera jamais à Tony. Celle de s'avouer que son collègue est plutôt mignon et même qu'elle le trouve attirant. Enfin bref, elle souhaite retrouver son collègue en pleine possession de ses moyens et ne supporte pas de la voir déprimé.

Après avoir réfléchis, chercher des explications sur le comportement de Tony, Ziva en avait presque oublié qu'aujourd'hui se trouvait être un jour spécial. En effet, il se trouvait que ce jour là était un Vendredi 13. Jour de malheur pour certains et jour de chance pour d'autres. Pour notre israélienne préférée, elle était bien décidée à croire en sa bonne étoile aujourd'hui. Qui dit chance, dit jeux d'argents et qui donc, voilà une bonne excuse pour tenter se changer les idées au casino. L'occupation de la soirée trouvée, Ziva se rua sur sa penderie afin de trouver la tenue idéale.

Une heure venait de s'écouler et la jeune femme avait essayé des dizaines de robes, de jupes et même des chaussures à talons. Eh oui ! Elle pouvait de temps en temps se transformer en femme ! Cela dit, le pantalon est beaucoup plus pratique lorsque l'on doit appréhender un suspect. Elle opta finalement pour une petite robe noire laissant découvrir ses genoux, les cheveux lâchés et les chaussures qui vont avec.

Spoiler:
 

Elle attrapa une veste, ses clés de voitures et se dirigea vers le lieu de sa soirée. La chance allait peut-être lui sourire. Une fois sur le parking, elle se gara, mit son arme à feu et deux couteaux sous sa robe au niveau de sa cuisse. On est jamais assez prudent. Ziva monta les marches situées à l'entrée du casino et fit un grand sourire au garde qui la laissa entrer sans difficultés. La jeune femme se dirigea vers les tables de poker dans un premier temps mais se résigna, vu la foule attroupée devant les tables de poker. Elle opta plus pour la roulette. Elle acheta des jetons, s'installa à une table et misa, une bonne partie de ses jetons sur la case 4 rouge. La roulette tourne. Tourne, Frôle la case. Continue de tourner. Et enfin, se pose sur la case 4 rouge. Jackpot. La chance lui souriait. Pour combien de temps ? Il fallait rester prudent ! Ziva était joueuse et encore plus en ce jour de vendredi 13. Qui ne tente rien n'a rien ! Elle continuait de jouer, de remporter des mises importantes et rien ne semblait pourvoir l'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Dim 25 Mar - 20:25


    « J'te le parie, j'ai ENCORE gagné. »

    Les doigts triturent le tapis vert, les yeux plantés sur les deux cartes, il avait l'air si angoissé. Dès qu'il était question d'argent, les gens jouaient au Texas Hold'em comme si le sort du monde dépendait d'eux. La seule de la tablée qui n'était pas stressée, c'était la croupière. Chaque jeton avancé sur la table devenait partie intégrante de sa paie, alors... L'air très sûr de lui, Andrew esquissa un sourire en coin, tandis que son dernier adversaire, balançait ses cartes avec énervement pour faire comprendre qu'il abandonnait. Un rictus amusé, et Andrew ramena les jetons du milieu de la table près de lui.

    « Pourquoi tu nous montres pas tes cartes Lévy ?»

    Pourquoi faire ? Sa main était complètement nulle. Un cinq et un sept dépareillés, on ne peut faire pire main. Amenant le précieux Scotch jusqu'à ses lèvres, Andrew fit glisser le liquide frais dans sa gorge, avant de hausser les épaules, de se lever en récupérant sa veste, et de répliquer à ses adversaires avec un sourire plutôt mesquin.

    « Parce que l'important, c'est pas les cartes, c'est comment on les joue. »

    Le titulaire de chirurgie cardio-thoracique abandonna la tablée, en emportant ses jetons dans sa pochette pour homme Louis Vuitton, et alla faire un tour aux toilettes. Il se lava les mains, et passa un peu d'eau dans sa mèche de cheveux à l'avant, en se regardant dans la glace avec un air dédaigneux, fit un petit sourire, et en ressortit. Andy admira un court instant le nombre impressionnant de personnes qui se trouvaient dans le Casino ce soir, malgré l'heure précoce et la neige tombante. Il retourna au bar, siroter un bon verre de cognac, qui lui ferait le plus grand bien avec ce froid. En soupesant son sac, il se dit que la soirée allait être bonne.

    Vêtu d'un costume trois pièces gris foncé, une cravate aussi noire que le geais, et de chaussures italiennes de même couleur, il s'installa sur un des hauts tabourets du bar. Il allait même pouvoir en profiter pour avoir une vue directe sur la préparation des cocktails. Pourquoi regarder un homme faire des cocktails ? Et bien parce que c'était terriblement amusant, et parce que c'était aussi un excellent piège à filles. Quoi de plus facile que de dire : "Eh ma jolie, ces mojitos sont vraiment fades à pleurer... J'en fais de bien meilleurs, ça te dît de venir goûter ça chez moi ?" pour ramener n'importe quelle donzelle chez soi ? On a beau tenter de tordre le cou aux idées reçues, une fille préfère toujours un homme qui sait faire des cocktails, à un homme qui sait peler une pomme. C'est triste, mais véridique.


    « Un cognac. »

    Fit-il en avançant une petite liasse de billets sur la table.

    « Un cognac. C'est d'accord. Donc je vous dois... »

    Il fit non de la tête.

    « Je vous en prie mademoiselle, gardez la monnaie, ça me fait plaisir. »

    Ou plutôt, disons que ça pourrait lui permettre d'aller chez le coiffeur, parce qu'avec une telle dégaine, il était même surprenant que quelqu'un l'ait embauchée dans un lieu où elle serait vue, si encore elle démarchait des trucs au téléphone, à la limite, mais là... Non. Cette coupe de cheveux était vraiment inacceptable. Un instant, il fut effrayé à l'idée que quelqu'un puisse lire dans ses pensées, parce que ça provoquerait une sacrée vague de suicide, si toutes les méchancetés qu'il pensait étaient mises à nu.

    « La soirée ne fait que commencer... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mar 27 Mar - 18:03


La chance va tourner ...


Ce matin-là, tu étais allongée sur ton lit, à penser à la belle journée que tu avais devant toi. Tu regardais le plafond blanc, dont la peinture s'écaillait avec le temps. Tu restais là, sans bouger, on aurait pu croire que tu étais morte, allongée sur ton lit, le regard vide, et en pyjama bleu, mais le mouvement régulier de ta respiration montrait que tu étais belle et bien vivante, seulement l'esprit ailleurs. Depuis quelques jours, tu avais eus tes 18 ans, et avais obtenus ton permis de conduire. Tes parents t'avaient offert une Odi A4 blanche, que tu n'avais pas encore conduit même si l'envie ne t'en manquait pas.
Spoiler:
 
Un petit miaulement te sortis de tes pensée. Brume, ta petite chatte blanche que tu avais adoptée il y a quelques jours, venait d'entrer dans ta chambre. Dès le premier regard que vous avez échangé, tu avais été séduite pas cette magnifique chatte blanche comme neige aux yeux vairons. Elle avait poussée la porte sur le côté, et t'était sautée dessus, en te coupant le souffle. Elle n'était pas si légère que sa, et tu ne te demandais pas si elle attendait des chatons. Dans un bâillement, tu lui caressas son pelage soyeux, tout en songeant à ce que tu allais faire de ta journée. Tout à coup une idée te traversas l'esprit. Sans hésiter un instant, tu te levas -au grand dépit de Brume qui dut se contraindre à s'allonger sur le lit- et te dirigea vers ton armoire. A peine l'eus tu ouverte qu'une tonne de vêtement te tombas dessus. Dans un hurlement, tu t'effondras par terre. Bien fait, tu n'avais qu'à ranger ton armoire. C'est bon je rigole. Au lieu de me fusiller du regard ramasse moi tout ça s'il te plait. Une fois que tu eus terminé de ranger tout cela, tu choisis tes vêtements de la journée soit :
-Une robe courte bleue
Spoiler:
 
-Des talons blanc
Spoiler:
 
-Et ton sac à main blanc
Spoiler:
 
Tu mis sa en quelques secondes, et fus fin prête à sortir. Avant de sortir, tu te mis un peu de ton Lolita Lempika et fermas la porte derrière toi.

***

Un courant d'air chaud passa en soulevant légèrement ta robe couleur myrtille.Seul le claquement de tes talons résonnaient dans cette allée éclairée par le soleil de midi à son Zénith. Pas un seul bruit, hormis le bruissement léger des feuilles, le vent murmurant ton prénoms, et le gazouillement des oiseaux. Tu souris, à que cela t'avais manquer. Tu avais passée la moitié de l'hiver enfermée à l'intérieur pour les examens. Tu entras dans ta voiture, mis le moteur en marches, et disparus dans une nuée de gaz.

***

Maintenant, tu était là, assise à un bar du casino, de train de siroter un verre. Tu ne savais pas ce qu'il t'avais pris, tu ne savais même pas jouer aux cartes ni rien d'autre, tu étais venu simplement ici pour boire un verre et regarder les gens s'agiter parce qu'ils ont gagner, mais qui sait la chance peut tourner ... Tu remarquas une personne assise à coté de toi, tu souris et lu dit :
"-Bonjour."



Dernière édition par Elise Lanson le Mer 28 Mar - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mar 27 Mar - 22:33

On peut dire que mes vacances de tranquillité climatique s'achève se soir. Je regardais via ma fenêtre la neige tomber tranquillement, une neige lourde, par voir les résidus qui en restait au sol. Je regardais la date sur le calendrier de mon Iphone, vendredi 13. Moi qui cela me tente peu de m'emmerder chez moi à voir cette neige tomber, pourquoi pas aller au casino ? Je décida donc d'aller prendre une douche.

Grâce à mes fameuses économie, je m'étais payer quelque petit luxe pour des soirées de rendez vous avec des gros clients mais je pourrai bien me permettre une pour la soirée. Une jolie robe rouge, ou grise, je m'obstinais à savoir quoi porter. J'opta pour la robe grise.

Spoiler:
 

Un petit peu de mascara et rouge à lèvre, rien de bien trop clown, déjà que j'arrivais à supporter la robe, le maquillage allait encore patienter un peu. Le tour fut jouer et je partis au casino au volant de ma Lexus.

Par malchance, je ne trouva point de stationnement dans les allées V.I.P . Je décida à contre coeur de laisser ma voiture a un type charger de ca. Je rentra dans le casino, qui était deja pas mal bondé de monde. On dirait que les gens ont tous eu la même idées. J'alla en direction du bars, me commanda comme toujours ma boisson favorite, pigna colleda. Je regardais la salle, si je pouvais bien connaitre quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 28 Mar - 20:21

Une journée plutôt sympas avait commencer pour notre petit couple et leur fillette. Jaze était ravissante avec ces long cheveux couleur corbeau, ses yeux vert, ses cheveux retombant sur ses épaules fines vétûe d'un manteau d'hiver blanc. Ewan portait un manteau noir en laine très épaisse. Il avait les joues rougit par le froid et le bout du nez tout aussi rouge. Lou quant à elle portait un jean avec un collant en laine en dessous, un pull rouge avec un flocon de neige blanc dessiner dessus. Ses petits cheveux châtain dépassaient de son bonnet à grelot rouge et or. Elle jouait à courir et à lancer un peu de neige sur les jambes de son père. Ewan était aux anges, c'était une journée vraiment agréable. Mais voilà, une chose à laquelle les deux parents n'avaient pas penser c'était le froid qui finirait par leur tomber dessus. Ils avaient été plus loin que prévue et ils mettraient très longtemps avant de revenir à leur voiture, mais Lou ne tiendrait pas longtemps. Elle avait froid et se mit à pleurer à cause de cela. Ses mains étaient gêlé. Finalement les gens avaient peut être raison, être parents trop tôt n'était pas une super idée. Enfin, maintenant ils avaient vingt ans et leur fille quatre, ils étaient bien obligé d'assumer. En tournant la tête, Ewan vit le casino. Avançant par là, il se dit que les gens le laisserait bien rentrer et se réchauffer avec sa fille et sa fiancée.

C'était marrant de voir comment les gens agissaient dès que l'argent était en jeu, et ce n'était pas qu'un jeu de mot. Ewan finit par proposer l'idée de jouer un peu, pas trop non plus, il savait bien qu'ils ne pouvaient pas se le permettre mais pourquoi ne pas essayer un peu ? Les deux jeunes gens se dirigèrent donc vers une machine à sous et ce fut Lou, qui avait donc le manteau ouvert, une jolie doudoune blanche, qui mit la pièce. La petite tenait son doudou, un ours en peluche en tissus pas trop gros, et assez mou pour rentrer dans un sac à dos. Ewan tira sur la poignée et attendit de voir ce qui pouvait bien se passer. Il y avait un monde fou dans cet endroit et c'était impressionnant. Surtout pour eux qui venaient de petits endroit beaucoup moins peuplé que Washington. Mais bon, ils devaient bien avouer que fêter l'hiver et les recherches d'Ewan qui avaient fonctionner dans un casino c'était pas plus mal en fête. L'enfant ria en voyant les image se stabiliser et il en manquait une pour faire la gagne. Ewan était déçut, mais c'était le jeux et contrairement à beaucoup d'autres gens, il savait qu'il ne devait pas remettre de pièce. Il regarda Jaze et Lou et fit :

"Hey les filles, ça vous dit un chocolat chaud ? On pourrait aller voir si ils en font ? Et on fêtera la découverte d'une nouvelle famille ?"

"Ewan...pas une nouvelle famille, ta famille !"

"C'est vous deux ma famille ! Allons y !"

Il n'avait pas encore à ce moment là rencontrer beaucoup de monde de sa famille et tout était étrange pour lui, il y avait encore quelques jours il se sentait seul et sans famille, mise à part Jaze et Lou, mais voilà que maintenant il avait un oncle maternelle, des grands parents et peut être encore d'autre personne d'une famille. C'était à voir et pour le moment il ne voulait pas penser à tout ça.

"Papa ?" demanda Lou." T'as pas gagné ?"

"Non. Mais on va quand même boire quelque chose, et on rentrera ensuite, j'en connais une qui à besoin de dormir un peu."

"Nannn..." Fit-elle en riant aux chatouilles que son père lui faisait. Arriver au comptoir, Jaze était partie s'installer à une table, pendant que Ewan commandait. Il prit donc un chocolat chaud pour Lou, et deux cafés pour lui et Jaze. En arrivant à la table il croisa le regard de plusieurs personnes, sans réellement y faire attention fallait l'avouer. Il n'était pas loin des tables de jeux, et des machines à sous. Ils avaient une vue splendide sur tout le casino. Il sourit et fit en donnant les tasses et en prenant Lou sur ses genoux :

"A nous trois !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 28 Mar - 21:36

Trop de travail, tuait le travail, voilà ce qu’était occupée de penser l’agente de la Cia alors qu’elle continuait bien gentiment de détruire la cible en carton déjà criblée de balles. Le centre était le plus visiblement touché, transpercé de part en part, ainsi que d’autres parties de l’anatomie. Les lunettes sur les yeux, le casque sur les oreilles, c’était une des meilleures façons pour elle de s’isoler, de vérifier qu’elle n’avait rien perdu de ces tirs à distance et surtout de se détendre un peu. De plus, elle avait pris l’habitude de venir faire quelques tires dans la salle de la Cia à chaque fois avant d’être lancée dans une mission undercover. C’était des petits détails insignifiants auxquels pourtant elle s’attachait. Demain après midi, elle allait reprendre un autre rôle, elle allait être une autre personne alors autant en profiter pour être soi même aujourd’hui, non ? En tout cas c’était son point de vue et elle n’en dérogerait pas. Elle avait déjà eu son après midi vu qu’elle était sensée se préparer mais tout était déjà près. Elle était venue ici pendant de longues heures mais il était temps d’aller voir ailleurs. Elle n’avait pas envie de trainer dans les bars et encore moins de renter chez elle. Puis soudain, une idée arriva en flash, et si elle allait au casino ? Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’y avait plus mit les pieds. Cette idée l’enchantait réellement, il y aurait des rencontres, du jeu, des défis de tailles, voila quelques choses qui promettait de mettre l’ambiance. Mais elle ne pouvait décemment pas y aller comme ça. Elle commença donc par vider son chargeur, de nettoyer son arme avec application avant de plier baguage et de quitter la Cia.

Les flocons de neige continuaient inlassablement de tomber depuis des heures et des heures, le trafique était difficile, elle risquait de mettre longtemps à arriver mais qu’importait, l’ambiance y serait encore plus chouette. Tout d’abord, elle prit la direction de son appartement, là elle déposa ses affaires mangea vite un petit bout avant d’aller prendre une longue douche pour détendre ses muscles. Cependant, il restait une question existentielle dans tout cela, il fallait qu’elle trouve ce qu’elle allait bien pouvoir porter ce soir. Du classique ? Du sombre ? Ce là jouer m’as-tu vu ? Hum toute personne la connaissant un temps soit peu, saurait que la demoiselle allait opter pour le jeu. Bien après quelques recherches dans sa garde-robe, elle trouva enfin son bonheur. Une robe brune qui s’accorait à merveille avec sa chevelure brune, de plus elle mettait en avant quelques atouts de sa silhouette sans en faire trop non plus et lui permettait une bonne dose de mouvement. Elle remarqua également, qu’elle était dans un style qu’elle appréciait tout particulière, c’était à dire qu’elle était décentrée d’un côté, sur un, elle s’arrêtait en dessous du genou et de l’autre, elle atteignait la cheville. Un léger maquillage ajoutait la touche manquante quant à la coiffure, elle se contenta de les relever un peu. Une paire d’escarpins dans les mêmes tons complétait son habillement pour qu’elle soit enfin prête à partir. Cependant, n’était pas suicidaire non plus, elle n’omit pas de prendre son arme avec elle, ainsi que son couteau qui se camoufla aisément à sa cuisse, d’où le faite qu’il fallait quand même une jambe cachée.


Spoiler:
 

Comme dehors, les températures restaient hivernales et fraiches, elle enfila quand même une veste bien chaude pour se déplacer jusque là bas et n’hésita pas une seconde à allumer le chauffage de son véhicule. Le trajet jusqu’au casino mit presque une heure mais enfin, elle put se garer et marcher prudemment jusqu'à l’entrée après s’être délaissée de sa veste. Tranquillement elle passa l’entrée sans encombre, un sourire vous ouvrait beaucoup de porte. Son regard noisette se portait vers la salle, il y avait un beau paquet de monde, une activité impressionnante. Une vague de contentement arriva, elle se dépêcha d’aller échanger de l’argent contre des jetons. Son pécher mignon? Le poker. La jeune femme adorait en faire une partie et elle était assez douée, disons qu’elle se savait surtout douée pour bien observer les gens et les perturber. Elle glissa un peu partout pour voir qui se trouvait ici, question de ne pas se retrouver nez-à-nez avec des personnes qu’elle préférait hésiter. Heureusement, elle ne repéra que quelques têtes connues et inoffensives, parfait. Du coup, la brune se dirigea vers le bar pour commander un des cocktails de la liste, elle ne repéra même pas le nom mais les composants lui allaient parfaitement. Après un remerciement, elle attrapa sa boisson et commença à la siroter doucement à moitié adosser contre le bar.

-Hé ma jolie, que diriez-vous si je vous payais un autre verre ?

Sabrina tourna la tète dans sa direction et très franchement si elle était d’humeur joueuse, il ne fallait pas non plus pousser, il y avait des circonstances aussi surtout qu’il semblait passablement éméché, vu qu’il tenait à peine debout.

-Il y a trop de risques que vous buviez le mien, mais si vous y tenez tant que ça, laissez le billet là, je prendrais plus tard sans doute quand ils vous mettront dehors, vous êtes tous pales.

Et un nouveau sourire. Elle détourna son regard instantanément pour se déplacer un peu plus loin et puis finalement trop curieuse, elle avança près d’une table de poker pour voir qui était là et où ils en étaient. Homme, femme, parfais gentlemen ou vrai casseur peut lui importait, qui s’y frottait s’y piquait. Mais la soirée promettait d’être riche en émotion comme toujours.

-Vous aussi, vous êtes tenté de participer au prochain tour ?

Demanda-t-elle à la personne qui se trouvait à côté d’elle. Et si on était ici ce n’était pas pour faire son Hermite, au contraire. Elle attendit une réponse pendant qu’un homme blond en costard remportait la manche.

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Ven 30 Mar - 20:01

    Le rouge à lèvres déposa une maigre couche de couleur sur les lèvres de la jolie brune, tandis qu'elle ajustait son maquillage, dans les toilettes d'un grand Casino de la ville. Elle posa lentement son regard sur la glace qui lui faisait face, et se contempla un instant. Elle perdait inlassablement du poids, à force de se sous-alimenter, et ça commençait à se voir. Elle fit la moue. Elle n'avait pas du tout envie de rire, et de s'amuser. Alors qu'est-ce qu'elle faisait là? Dépitée, elle rangea son stick dans sa petite poche noire, assortie à une robe, tout aussi noire, et toute aussi petite. Elle repoussa derrière son oreille une petite mèche de cheveux, secoua doucement la tête en signe de profond désespoir intérieur, et s'extirpa des sanitaires.

    Une simple porte faisait cloison entre les toilettes, et l'immense salle de jeu, et pourtant la différence se voyait, mais s'entendait surtout. Les gens étaient entassés les uns sur les autres, semblaient si gais, tellement en joie, et émettaient des sons insupportables à ses oreilles. Des complaintes, des cris, des rires. Tous ces gens qui profitaient de l'instant présent, sans penser à un seul instant aux conséquences lui hérissaient le poil - inexistant -. Ce soir, Emily n'était vraiment pas d'humeur à plaisanter, recaler des amateurs de chair fraîche, et perdre bêtement de l'argent pour affronter ce phénomène aigu de mouton-isme, qui pousse le piètre joueur à s'essayer avec l'apât du gain. Non pas qu'elle fût piètre joueuse, mais malheureusement, elle en connaissait bien trop sur les ficelles des Casinos, et quitte à jeter son argent, autant s'acheter des Louboutins.
    Ou bien des Jimmy Choo.

    Quelle étrange ironie du sort. Elle qui était venue pour tenter de noyer ses idées noires avec l'ambiance, se noyait encore plus profondément. Un petit soupir s'échappa de ses lèvres. Aller au bar et finir ivre, et en garde à vue, déjà fait. Tout rafler au poker, déjà fait. Plus rien n'avait de saveur en cette triste soirée qui commençait à peine. Ne désespérant pas, la brunette décida qu'elle n'avait qu'à partir, elle trouvera de toute façon probablement mieux à faire que rester plantée devant les toilettes pour dames, à rester bouche bée devant une si grande foule. S'amuser ici ?
    En comparaison, un épisode de Bob L'Eponge et un bol de Crunch sont quatre milliards de fois plus risibles. Tenez, c'était un excellent programme ça. Manger des céréales à dix-neuf heures en regardant des dessins animés. Quelle vie palpitante tu mènes, Mily.
    Ce soir, elle avait le blues. Pas le blues qui fait cool dans une chanson avec un saxophone, non non, le blues handicapant, qui rend tout ce que tu fais, ou as idée de faire ennuyeux.

    __ Pardon. Excusez-moi. S'il-vous-plaît. Merci. Pardon. Pardon. Merci ! Ah. Eh. Merci madame. Non, non. Hop, merci.

    Elle se fraya, non sans difficulté, un passage jusqu'au fond de la salle, où se trouvait un long couloir, qui déservait la sortie. Une dame à l'accueil lui hurla littéralement dessus pour savoir si elle n'avait pas de jetons à convertir en argent avant de s'en aller... La jeune femme planta son regard vert comme la forêt, sur l'extérieur, et voyant les petits flocons peupler le sol doucement, elle se dit que de toute façon, elle avait raison, il valait mieux partir, avant que ce Casino ne devienne un véritable bourbier inextricable... Miss Hilton se retourna et répondit avec un sourire légèrement amusée :

    __ Excusez-moi, mais non. J'ai d'autres projets un peu plus intéressants pour ce soir. Passez une bonne soirée.

    Intéréssants?
    Tu serais pas divin, Hilton ?

___________________________
Je fais partie des murs ♥️.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
~Inconnu aux yeux de tous~

~Inconnu aux yeux de tous~
♠ Nombre de messages : 148


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Dim 1 Avr - 18:24

    20 h. Un homme, bien habillé, très élégant entra dans le casino. Il salua les gardes, fit comme s'il était un gros joueur et s'avança vers une table de black jack. L'homme en question se trouvait être un fan de James Bond et pouvait passer des journées entières devant le petit écran de télévision. Un complice tout aussi mordu de télé que lui s'asseyait près des machines à sous. Les différents films qu'ils ont regardé les ont poussé à commettre l'irréparable. L'irréparable ? Certains pourraient qualifiés leur geste de folie ! Ils n'auraient pas tord ! Mais n'y a t-il pas un peu de folie dans chacun de nous ? Il suffit juste de la canaliser. Ces deux hommes n'avaient pas de règles ! Ils vivaient au dessus des lois. Il allait bien falloir que quelqu'un s'occupe de leur en donner avant qu'il se produise un drame.

    Cependant, rien ni personne ne pouvait prévoir ce qu'il allait se passer dans les prochaines minutes. Rien. Si on devait se méfier de toutes les personnes accroc à la télévisions juste parce qu'elles seraient susceptibles d’entraîner des morts, on ne s'en sortirait plus. Le premier homme ouvrit sa mallette et en sortit une arme à feu. Il donna le coup et tira sur tout ce qui bougeait. Le deuxième ne se fit pas prier pour réagir et fit de même.

    Les coups fusaient dans tous les sens. La panique s'installait. Les joueurs ramassèrent leurs gains pour certains, d'autres tombaient comme des mouches et certains couraient dans tout les sens sans vraiment savoir quoi faire. Les hommes de la sécurité furent vite dépassés. Il fallait du renfort. Seulement, ces derniers avaient bien du mal à arriver jusqu'au casino e part les conditions climatiques.

    Un des hommes restait à l'intérieur afin de semer la terreur pour son grand plaisir. Quand au deuxième, il voulait faire profiter de ses talents de tireur aux autres habitants comme si la neige ne les embêtait pas assez. Les balles fusèrent de tous les côtés. Les voitures freinèrent sèchement. Un gigantesque carambolage se produisit.

    Ainsi, ces nouvelles circonstances ralentirent encore plus l'intervention des secours qui se retrouvèrent bloqués et par la neige et par le carambolage. Le psychopathe rechargea ses armes et continua de viser toutes les cibles à sa portée y comprit le bus contenant les rescapés, enfin ce qu'il en restait, du bus accidenté suite à la conduite houleuse.

    Je vous laisse la parole. A vous de nous dire ce que vous faites, où vous vous trouvez et dans quel état vous vous trouvez ? A vous de continuer !


    Vu le nombre de personnes présente dans cette intrigue, il vaut mieux avoir un ordre de passage précis auquel on va s'y tenir. Alors, les réponses s'effectueront selon l'ordre suivant :


    - Iris Shepard
    - Akira Raïma
    - Sarah Mann
    - Liam L. Gibbs
    - Ziva David
    - Andrew Lévy
    - Elise Lanson
    - Maxime Reegan
    - Ewan Joy
    - Sabrina Garrett
    - Emily Hilton
    - Michaël Morricone
    - Haruko L. Pan-Morricone
    - Chloé DiNozzo-White
    - Danny Loréno


    Ah oui ! J'oubliais ! Vous avez maximum deux semaines pour répondre ! Passez ce délais, les réponses s’enchaîneront selon l'ordre cité plus haut ! Les retardataires rattraperont leur tour au tour suivant ! Si vous avez un problème pour répondre dans les délais, veuillez-nous prévenir en postant un message lorsque votre tour arrive ! Voilà qui est dit ! Sur ce, je vous souhaite un bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 4 Avr - 14:28

C’est étrange non comment les personnes sont tenaces. Les personnes qui étaient à sa table et qui n’avait pas bougé depuis qu’elle était arrivée à la table de jeu ne partaient pas. Comme quoi ils avaient de l’espoir de reprendre leur argent. L’espoir fait vivre non ? Elle souriait à l’homme en face d’elle, un homme noir, musclé, une mâchoire carrée. Elle jeta un coup d’œil à sa table. Il y avait porcinet à côté d’elle - qui notons le vue qu’elle venait de le remarquer avait un grain de beauté en dessous de l’œil droit énormisime ! -, en costard cravate, deux hommes métisses, le beau noir qui lui adressa un sourire en coin quand il croisa son regard et un homme avec ses cheveux en queue de cheval. Un soupire se fit entendre alors qu’elle ramassait la mise de nouveau. Gagnait, gagnait, gagne encore, gagne toujours ! Elle aimerait bien avoir du sang neuf sur cette table mais voilà, y en avait pas ! Et puis d’un coup un bruit attira son regard, un coup de feu, non plusieurs. Ici, dans le bâtiment, dans le casino. La première chose qu’elle trouva à faire se fut de se laisser tomber à terre alors que la panique s’était imprégnée dans le casino. Plein de personne tombaient, mortes, sans vie. Au moins, elle, elle était à peu près à l’abri. La blonde essaya de voir combien de personnes tiraient. Elle fit une tentative pour essayer de voir en relevant son regard à la limite de la table. Deux personnes elle crut voir. Iris dut retomber aussi sec à terre pour éviter les balles qui fusaient. Elle remarqua que parmi les victimes il y avait l’homme qui avait été assis à côté d’elle, mort. Bon, il fallait qu’elle soit sur qu’il y avait bien deux tireurs et porcinet allait l’aider même si il était mort. Elle l’agrippa et le fit rouler jusqu’au bord de la table. Ouais je sais ce n’est pas bien. Mais on improvise avec ce qu’on peut. Ca la dégoutait de faire ça. Le mort allait lui servir de bouclier au cas où, de barricade. Elle le ferait rouler dans l’autre sens après. L’agent spécial du NCIS regarda de nouveau et put confirmer le fait qu’il y avait deux tireurs. Elle fit rouler l’inconnu dans l’autre sens pour le ramener à l’abri même si celui-ci n’avait plus à se soucier de cela. Elle vit tomber quelque chose de son costard. Elle le récupéra. Une carte d’identité ce qui lui apprit l’identité de son bouclier improvisé. Winston Smith. Elle décrocha son téléphone et composa le numéro de la police. Après plusieurs longues sonneries quelqu’un décrocha au bout du fil :

- Police de Washington qui y-a-t-il ?

-Je suis dans un casino on est dans tous en train de se faire canarder par deux tireurs complétement timbrés. Je sais qu’il y a la neige qui bloque mais venez nous aider. dit-elle rapidement espérant se faire entendre malgré le vacarme

-Pouvez-vous répétez s’il vous plait je n’ai pas réussi à bien comprendre votre problème madame. dit la policière au bout du file

-ON EST ENTRAIN DE SE FAIRE CANARDER DANS UN CASINO FAITES EN SORTE QU’IL Y EST DES RENFORTS ? TU M’AS COMPRIS LA !?!

-Inutile de vous énerver. Nous faisons le maximum que nous pouvons pour vous aider.

Comprenant que ça ne servait franchement à rien d’appeler la police elle raccrocha et se mit à taper un autre numéro de téléphone. Celui de sa mère. On ne sait jamais. Mais voilà, çà ne répondait pas de ce côté-ci. Elle laissa un rapide message :

-Maman, je suis dans un casino et …, une giclée de sang atterrit sur sa tête et elle prit une inspiration, on est en train de se faire canarder essaye de faire quelque chose. Merci d’avance.

La blonde espérait qu’elle est ce message avant qu’ils soient tous morts. Prenant une autre inspiration elle se mit à réfléchir, à essayer de cerner la psychologie des deux tireurs. Mais voilà, elle n’avait franchement que peu d’éléments, voir même aucun. Tournant la tête, elle vit l’homme aux cheveux longs mort aussi. Bande de nul ! Incapable de se mettre à l’abri. Elle se mit à ramper vers les toilettes près de sa table de jeu. Tant pis pour les jetons et pour le voyage à Disney Land à reporter. En cours de rampage elle trouva un garde mort, certes c’est très triste mais il avait quelque chose de merveilleux, de magnifiquement merveilleux, une arme ! Alléluia ! Une autre chance de survivre. Elle lui prit son flingue et se remit à ramper direction les toilettes.

___________________________
les étagères font badaboum quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum boum En plus ça, ça fait toujours deux De plus de ça fait tout ce qu’on veut Toi plus moi ça fait boum boum boum Pas la peine d’aller cavaler Y a plus toi qui me fait voyager Voir les cocotiers de Touloum Quand toi et moi on fait boum boum boum Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime Pour n'avoir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir

La cupidité nous a endettés, remplis moi les poches d'espoir
♠ Nombre de messages : 417


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mar 10 Avr - 17:09

Liam avait perdu 100, peut-être 200 $ mais cela ne semblait pas le perturber plus que ça. Il se disait que de toute façon, il allait se refaire, c’est ce qui l’encouragea à miser 100$ de plus. Il jeta ses jetons sur le tapis avec certitude, malgré ses cartes plus que faible. Les cartes commençaient à se retourner une à une, il parvint à aligner une paire d’as. Il regarda à droite, puis à gauche, scrutant les regards de ses adversaires pour y desceller le moindre petit indice. Il prit son air sûr de lui et misa 100$ de plus à la plus grande surprise de tous, les uns après les autres abattirent leurs cartes sur le tapis, lâchant l’affaire. Seul un joueur se montra plus courageux que les autres et le relança de 100$. Chose fait, les cartes se tournèrent, et un gros coup de chance ou juste le destin, Liam gagna avec sa paire d’as. En face de lui, le joueur semblait vouloir le bluffer, avec une pauvre paire de 10. Un large sourire s’installa sur le visage de Liam, il amena tous les jetons du tapis vers lui. Il y en avait pour plus de 1500$ facile, de quoi être heureux, en effet. Alors que tout semblait « rouler » pour lui, c’est là qu’un bruit sourd l’obligea à relever la tête violemment. D’ailleurs tous avaient levé la tête, ce bruit était singulier et sembla faire réagir Liam. Il connaissait ce bruit. Un deuxième coup de feu parti, c’est à cet instant que les gens semblaient enfin réagir, ça bouge et ça s’excite. Ça court dans tous les sens, ça se roule sous les tables de poker, ça hurle, ça pousse, ça saigne. Liam comprit ce qu’il se passa lorsqu’il vit du sang sur ses jetons, mais ce sang ce n’était pas le sien. C’était celui de son adversaire à ses côtés qui venait d’être touché, c’était moche à voir.

Discrètement, Liam attrapa tous ses jetons qu’il glissa dans ses poches puis il rampa sous la table de poker. Après un coup d’œil à droite puis à gauche il attendit que le tireur vise quelqu’un pour se dépêcher de se diriger vers la première porte qu’il trouva. Malgré l’écriteau « Interdit d’entrée » il n’hésita pas. C’était un cas de force majeure, et de toute façon, Liam n’était pas du genre à respecter les règles. Il se retrouva dans une minuscule pièce où traînait des seaux, des balais..Bref cela devait être pour l’entretien. Malgré tous les produits qui orné les étagères, la pièce en elle-même était extrêmement sale, des toiles d’araignées était suspendus au-dessus de sa tête et l’odeur était abominable.

Planqué dans son placard à balais, Liam entendait les coups de feu qui venait de la salle de jeux, il sentait son cœur battre la chamade. Lui qui pourtant avait, disons-le, l’habitude de ce genre de situation, au vue de son métier mais c’est vrai que ces derniers temps cela devenait de plus en plus rare. Préférant opter pour des clients plus régulier, limité les grosses transactions, oublier le marché à l’internationale. Liam essayé de se garder en vie et éviter ce genre de plans foireux. Cependant, il devait bien avouer qu’il se sentait minable, planqué là entre un seau vide et une serpillère pendant que d’autres mourrait juste à côté. Mais lorsque la mort est si proche, lorsque l’avenir est incertain, l’Homme est le pire qui soit, il devient égoïste et en oublie tout sens moral et éthique.
Assis sur ce qui semblait ressembler à une caisse, les jambes tremblantes, Liam attend. Il attend que les coups de feu cesse. Comme un gosse, il s’est planqué mais après tout…Qui ne le ferait pas ?

Au bout de 10 minutes, prit d’un courage sans nom, il posa sa main sur la poignée, hésitant, il la baissa et glissa un œil dans l’ouverture minime pour voir ce qu’il pouvait bien se passer. Il aperçut des gens toujours sous les tables, d’autres étaient, bien sûr, mort. Il se décida enfin à sortir, semblant vouloir trouver une issue de secours, n’importe quoi. Il fallait qu’il sorte d’ici, au plus vite. A peine eu t-il le temps de glisser un pied hors du cagibi qu’il reçu une balle dans l’épaule. Prit de douleur, il s’écroula au sol, il posa sa main droite sur sa blessure mais cela n’avait aucun impact. Il avait l’impression qu’on était en train de lui ouvrir l’épaule au couteau et ce de façon très lente. Il sentait la balle traverser sa chaire. Voyant le tueur venir vers lui, Liam n’attendit pas une seconde de plus, il trouva la force de se lever et de s’échapper. Il prit couloirs sur couloirs, tentant d’ouvrir chaque porte qu’il pouvait bien trouver mais toutes étaient fermées à clés. Il continua son chemin, des sueurs froides dégouliné sur son visage, le sang coulant abondamment, il était en train de tracer son chemin mais pourtant il continua d’avancer. Il s’arrêta net puis se tourna. Personne. Plus un bruit. Il tenta de calmer sa respiration pour capter chaque son même minime mais il n’entendit rien. Visiblement le tueur ne l’avait pas suivi. Il se colla au mur, laissant claquer sa tête contre ce dernier, un soupire de soulagement s’échappa de sa bouche. Il se laissa glisser jusqu’au sol, à moitié couché seul le haut de son dos et sa tête était collé au mur. Sa main toujours appuyé sur sa blessure il ferma les yeux. Un teint pâle s’installa sur son visage, ses sueurs froides ne faisait qu’augmenter. Une marre de sang ne tarda pas à l’encerclait. Il cru qu'il allait mourir ici. Cependant, en entendant des bruits de pas raisonnant dans les couloirs, les yeux toujours fermés il parvint à articuler quelques mots qui résumé bien ce qu'il attendait. Et tant pis si c'était le tueur, au pire...Il l’achèverait.

- Aidez-moi...

___________________________

Je t'ai dans la peau.
J’essaie de t’oublier mais mon cœur est tatoué à l’encre de douceur qu’on s’échangeait. Le vide est abyssale, la douleur infernale, j’essaie de t’oublier mais tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 12 Avr - 15:31

Assise à la table de la roulette, Ziva avait amassé une petite fortune, petite mais relativement conséquente pour son salaire d'agent du NCIS. Sa chance lui souriait et commençait à agacer certains joueurs. D'ailleurs, un homme vient la menacer afin que celle-ci arrête de jouer mais aussi l'accuse, à tord, de tricherie. Cet homme comprit, à ses dépens et bien trop tard, l'erreur qu'il venait de commettre. Il l'avait provoqué. La jeune femme s'était contentée de répondre gentillement arborant un bref sourire forcé mais cette mise en garde n'avait pas suffit. Il fallait croire que l'homme en question se trouvait suicidaire et ou inconscient de ses actes. Grave erreur. L'homme n'en faisait qu'à sa tête et se retrouve le nez contre la table, le bras dans le dos et une pression le maintenant collé dans cette position. Gardant tout son calme, elle ne fit pas attention, dans un premier temps à la foule qui observait la scène et se murmura au creu de l'oreille de son agresseur:

Sache que personne ne me dicte ce que je dois faire. Encore moins un petit crétin dans ton genre. Si tu continues, tu finiras en patée pour chien. C'est comprit?

Elle releva la tête et s'adressa à un petit groupe auprès d'elle qui l'observait:

Vous voulez servir d'exemple?

Devant l'intimidation et la crainte que représentait la jeune femme, le petit groupe détourna le regard et continua leurs occupations. Affichant un sourire ravie devant les comportements de l'homme qui acquiesçait les larmes aux yeux et du groupe fuyant sa colère, Ziva relâcha son emprise et laissa le type filer. Totalement satisfaite de son comportement, elle regroupa ses gains et alla les empocher. La chance tourne vite à ce qu'il parait et mieux vaut prévoir avant de tout perdre. Ensuite, la jeune femme se rendit au comptoir du bar. Là, le barman commença à la draguer, limite lourd et la belle soupira. Les technique de drague, elle les connaissait bien. Pour cause, elle travaillait depuis un moment avec un dragueur invétéré et enfantin. Cela l'amusait quelques fois mais il fallait bien l'avouer, horripilait le plus clair de son temps. La belle était tellement habituée à ce genre de comportement qu'elle remit le barman à sa place.

Elle commanda un verre de Martini et s'amusa à) observer le show du barman en train de préparer ses cocktails. Au moment où elle s'apprêtait à siroter sa boisson son verre explosa dans sa mains. Surpris, Ziva recula et juste le temps de lâcher son verre à la dernière minute. Seulement, cette réaction se déroula un poil trop tard, la balle venait effleurer le dos de sa main et quelques morceaux de verres s'étaient réfugiés dans sa paume. Une douleur vive la saisit. Sa main saignait abondamment. Dénoua son écharpe d'autour de son cou, elle s'en servit de garrot afin de stopper l'hémorragie. Les coups de feu continuait d'affluer. Tout le monde se trouvait toucher. Le tireur ne visait personne en particulier et mitraillait chaque personne, chaque enfant, chaque femme, tout être pouvant bouger. Un véritable carnage. Le chaos. Ces deux mots résumait bien la situation qui s'imposait à ses yeux dans l'enceinte du Casino. On pouvait percevoir des hurlements, des pleurs, de la stupéfaction, de la surprise dans les yeux de ,n'importe quel membre se trouvant dans cette pièce mais rien de tout ça n'apparaissait dans le regarde de ce malade. Malade? C'est bien le mot qu'il fallait employé pour caractériser ce genre d'individu, quoiqu'un peu faible. Comment pouvait-on en venir à ce genre d'atrocités? Ziva ferma les yeux un instant et se mit à penser à sa famille, aux personnes qu'elle aimait profondément et surtout à son fils adoptif. Pour lui, il fallait qu'elle réagisse. Elle devait vivre et tenter de sauver le maximum de personne qu'elle pouvait. La panique régnait en maître, surement voulu par le tireur. La neige continuait de tomber. Les plaques de verglas se formaient. Des voitures glissaient. Des carambolages se déroulaient sous le tirs de l'autre tireur. Quand vont-ils s'arrêter? Qui pourra les en empêcher? L'impunité semblait régner à son grand désarroi.

Des personnes tombaient sous les impacts de balles, des corps inertes gisaient sur le sol à la vue de tous, des blessés par centaines s'agitaient dans tous les sens comme s'ils pouvaient trouver un abris. Ziva dégaina son arme mais trop de monde se trouvait dans son champs de vision et elle ne pouvait pas prendre le risque de blesser un innocent. Si elle tirait, dans la position où elle se trouvait, elle risquait de toucher des enfants et cela elle ne pourra se le pardonner. Sa robe la gênait dans ses mouvements pour un possible combat au corps à corps. Sa main blessée l'empêchait de se servir de son arme correctement sans lui provoquer des gémissement de douleur. C'était pourtant une dur à cuire mais sa main la blessure se trouvait sérieuse et sa main commençait à s'engourdir. Sans prendre le temps de réfléchir, Ziva coucha deux enfants sur le sol afin d'éviter des balles perdues et les attira derrière le comptoir du bar en leur demandant d'attendre sagement sans bouger. De son côté, elle ne savait plus quoi tenter. Ils allaient bien finir par se trouver à court de munitions. Sauf s'ils ont prévu le coups. De sa main valide, Ziva prit son téléphone et composa le numéro de Gibbs, puis de Tony et enfin de Jenny. Aucune réponse. Elle se prépara à rappeler mais son téléphone s'éteignit complètement. Plus de batterie. La chance avait décidément tourné et elle se mit à espérer que les secours allaient finir par débarquer. Ce qu'elle finit par douter à la vue du temps extérieurs.

Ziva sortit de sa cachette et tira avec son arme. Une de ses balles se logea dans le mur juste à côté de l'entrée, une autre dans une table et une dernière dans la cuisse du tireur. Cet impact ne lui fit aucun effet; il resta debout comme si rien ne s'était passé. De plus, il ne semblait pas saigner. En effet, il portait une armure sur l'ensemble du corps cachée par ses vêtements. Elle tourna la tête à la recherche d'une solution quand une balle vint se loger dans son abdomen. Sous l'effet du choc, elle tomba à la renverse sur le sol, appuya sur son torse de sa main valide et appela à l'aide. Elle glissa sur le sol jusqu'à se cacher derrière une table et pensa très fort à son fils, histoire de tenir le coup moralement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 12 Avr - 17:53

Sarah Mann finit sa journée de travail et elle rentra chez elle. Voyant la neige tomber et se sentant seule, elle décida d'aller se changer les idée, une première, en allant au Casino. Elle repensa à son père qui aurait désapprouvé cette distraction.

- Tu vaux mieux que ça Sarah !, lui aurait-il dit.

Cependant son père était mort et rien ne pouvait donc se mettre au travers de sa route.

La belle jeune femme s'habilla avec une longue robe de soirée bleu pétrole, fendue sur un côté où elle glissa son arme à feu et un couteau. Elle se maquilla et mit tous ces bijoux. Elle mit son manteau, prit son petit sac et sortit. A ce moment-là, la neige ne paralysa pas encore la ville mais forma quand même une bonne couche. Sarah prit exceptionnellement sa voiture pour éviter de devoir partir tôt et se rendit au Casino.

Malgré les contrôles en vigueur à l'entrée de l'établissement, elle parvint à se glisser à l'intérieur. Souriante, elle se dirigea vers une des tables de black jack où une place se libéra. Elle s'assit et lança un sourire ravageur à l'ensemble des joueur et au maître du jeu. La partie commença et au bout de quelques minutes, elle remporta déjà une coquette somme. La chance semblait lui sourire.

C'était sans compter sur l'évènement qui se produisit quelques instant plus tard où un groupe d'individu a priori sans histoire pénétra dans la Casino et ouvrit le feu. Sarah eut juste le temps de se réfugier derrière la table, sortit sous le regard étonné du maître du jeu son arme à feu et riposta à son tour. Une balle toucha un des tireurs à l'épaule droite mais comme ce dernier était gaucher, cela ne semblait pas le gêner, puisqu'il se tourna vers elle et lui tira dessus.

Deux balles atteignirent leur cible : Sarah Mann fut touché à l'épaule droite et à la taille. La jeune femme tomba à terre, ne poussa aucun hurlement mais serra les dents et compressa sa blessure à la taille avec ses mains.

* Sois maudit Sarah pour avoir été là ce jour là.

Elle entendit impuissante les hurlements et vit des personnes tomber comme des mouches. Ravalant sa colère et écartant sa pensée, elle se mit à réfléchir sur la manière de gérer la suite des événements. Elle décida d'attendre que les tireurs quittent la zone et à ce moment-là, elle se redressera pour aider ses prochains. Cependant elle finit par perdre connaissance.


Dernière édition par Sarah Mann le Dim 6 Mai - 13:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Ven 13 Avr - 19:27


    Retourner à la table de poker. Tout miser sur une paire de rois.

    Andrew semblait avoir définitivement perdu la raison en sentant la chance couler dans ses veines, il avait risqué tous ses gains, et tout son argent, sur un véritable coup de tête. Il fixait son adversaire avec amusement, comme si il se sentait invincible en cette belle soirée, et vint alors l'heure de l'abattage. Ce moment d'attente l'enveloppa d'un stress palpable. Une goutte de transpiration perlait sur sa tempe. Son adversaire dévoila son jeu avec un sourire mesquin, son visage tout entier se crispa. Complètement humilié, le jeune médecin, qui faisait tant le fier à rouler des mécaniques, pensant avoir la chance de son côté, venait de voir la roue tourner. Son sourire d'excitation se transforma en un rictus désabusé, et il s'apprêtait à tirer sa révérence sans demander son reste, et puis de toute façon, il n'avait plus de jetons. Alors qu'il affichait une moue désespérée en se levant, et saisissant sa veste restée accrochée sur la chaise, la tête de la croupière fût bruyamment et violemment projetée sur le tapis de jeu vert. C'est une scène pour le moins loufoque et inattendue. Le vert du tapis, fut teinté de rouge rapidement, et les cartes devinrent des îlots. Andrew fut brutalement ramené à la réalité, et il remarqua qu'il était véritablement le seul à être encore debout. Comme étonné, il pencha la tête pour regarder la croupière et lui demander si tout allait bien, mais la balle qui avait traversé son crâne semblait être une réponse déjà toute trouvée.

    « Ça alors, mais qu'est-ce que cette balle fait dans sa tête ? »

    Il se retourna, sur la gauche, sur la droite. Plus personne, comme si tout le monde avait brutalement détalé. Ou disparu. Andrew fronça les sourcils. Il sentit quelque chose tirer sur le bas de son pantalon, il se baissa pour voir. Et l'homme qui venait à peine de rafler tout ses jetons, lui faisait signe de s'accroupir sous la table, et de se taire. Le brillant chirurgien haussa les épaules, et remonta. Il admira le vide pesant qui lui faisait face, et enfin, il remarqua le tireur à l'autre bout de la salle, qui s'évertuait à tirer sur des corps inanimés. Des balles avaient beau tenter de le stopper, il semblait déterminé, comme une machine à faire un massacre.
    Un peu trop à côté de la plaque, probablement, ce qui importa à Andy, c'était de récupérer son argent.


    « On la continue cette partie ? »

    Il attendit un court instant, puis ouvrit sa pochette Louis Vuitton, il amena près de lui les jetons de poker de la tablée, et les jeta en vrac dans son sac. Bon, certes, le problème le plus grave n'était pas de perdre de l'argent aux jeux, mais surtout, de perdre l'argent qu'il avait prévu de verser à une association caritative. Il fut presque étonné que la croupière ne dît rien et pique un somme tranquillement sur la table, puis, il se rappela qu'elle était morte. Et il fut pris d'un rire nerveux. Faire abstraction des choses qui nous effraient sont une solution comme une autre de réagir. De toute façon, il n'était pas armé. Il avait failli rentrer pour de bon à l'armée, mais les revolvers ne l'enchantaient pas plus que ça finalement, et pour être renvoyé, il s'était même tiré dessus, tout seul.

    « Saloperie, son sang va salir ma sacoche. »

    Il aurait pu penser à sauver quelqu'un mais à vrai dire, il n'avait pas de gants, et surtout, il n'arrivait jamais à choisir. Le problème, là, c'est qu'il avait l'embarras du choix. Il n'allait pas jouer à arm-stram-gram-pic-et-pic-et-colé-gram pour choisir quelle personne il allait sauver. C'était injuste de choisir qui devait vivre, ou qui devait mourir. Alors comme ça au moins, il ne choisirait rien du tout. De toute façon, tout le monde savait qu'il fallait compresser la blessure, et attendre les secours. Ce n'était pas parce qu'il était Chirurgien qu'il pouvait faire des miracles, là, il ne pouvait rien faire de plus qu'un quidam. Il sortit, malgré tout son téléphone de la poche intérieure de son costume, et composa le numéro de l'hôpital.

    « Docteur Andrew Lévy à l'appareil. Allô ? Allô ? »

    Foutue neige. A cause d'elle, le réseau était impraticable. Il retenta plusieurs fois sa chance, mais sans succès, il n'y avait pas de "bip" ... C'était mal barré. Il s'éloigna lentement de la table, marcha doucement, comme sur des oeufs, pour éviter les cadavres, et les futurs-cadavres, et il se retourna, pour être sûr qu'il n'avait rien oublié. C'est à ce moment précis que le tireur le remarqua. Un regard long d'une fraction de seconde s'échangea entre eux, avant que le médecin ne reçoive une salve de balles. Il avait la chance d'être loin, ce qui rendait la visibilité, et la qualité de la visée plus compliquée. Une balle partit trop à gauche, une trop à droite, une dégomma un lustre, une finit sa course dans la gorge d'un mourant, et une frôla la joue d'Andrew, laissant une petite marque rouge, qui laissa s'échapper une goutte de sang.

    * Et là... C'est le moment de ...

    Couriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir. Andrew hocha la tête sur le côté comme pour signifier au tireur qu'il n'était pas très adroit, alors que ce soir, Andy avait quand même beaucoup beaucoup de chance. Si il n'avait pas été loin, il serait probablement mort, et si il avait été deux centimètres sur la gauche, c'était pareil. Il dévala le reste de la salle qui le séparait de l'ascenseur, et vit une balle percer sa veste. Il appela l'ascenseur, en appuyant douze fois sur le bouton, comme si il allait arriver plus vite, et il s'y barricada. L'ascenseur ferma trop lentement les portes à son goût... Il eût à peine le temps d'apercevoir la balle filer vers lui et de fermer les yeux que....

    - CLING -

    Cling ? Cling ?
    Il ouvrit un oeil. Puis l'autre.
    Les portes s'étaient fermées juste à temps, et les balles avaient ricoché sur les portes en métal de l'ascenseur. Sapristi. Il n'avait pas eu le temps d'apercevoir distinctement le visage du tireur... A son grand regret. Il prit le soin de monter au plus haut des étages, pour être sûr que l'homme n'ait pas le temps de le rattraper. Il prit une grande inspiration, et il se rendait compte qu'il psychosait pour rien.

    « Il ne va pas s'acharner sur moi, c'est un mass-killer, une vie ne lui importe pas plus qu'une autre. Je suis tranquille, pour le moment. »

    Il se laissa glisser contre un mur, et reprit son souffle. Il fallait qu'il sorte d'ici, qu'il appelle quelqu'un. Bon sang, pourquoi est-ce qu'il ne savait jamais que faire dans ce genre de situation. Il aurait bien aimé sortir d'ici, et faire comme si il n'était jamais venu. Il se leva, et regarda par la fenêtre ce qu'il se passait dehors. Un autre fauteur de troubles, ou le même ? Il lui semblait plus barraqué que l'autre ne l'était. Alors ils étaient au moins deux.
    Pourvu qu'ils ne soient pas plus.
    Il tirait sur les gens dans la rue, et autant vous dire, que les voitures s'agglutinaient dans un véritable chaos.


    « C'est un cauchemar. C'est un cauchemar. »

    Il regarda à droite, à gauche. Personne. Il se mit, sans raison apparente, à courir. Il descendit tantôt les escaliers, tantôt parcourait les couloirs. Il traversait les portes avec une rapidité fulgurante. C'est sur sa route qu'il croisa un homme, qui gisait dans une mare de sang. Son sourcil s'éleva. S'était-il fait tirer dessus ici, ou était-ce un rescapé ? Il voulu faire comme si il ne l'avait pas vu et l'ignorer mais...
    Zut, il lui demanda de l'aider....


    « C'est... C'est à moi que vous parlez... ? »

    ...

    « Evidemment que c'est à moi. »

    Il soupira de dégoût. A quoi bon être médecin si on ne pouvait sauver personne. A part lui faire un garrot, ou l'aider à mieux compresser sa plaie, Lévy se sentait complètement inutile.

    « J'aimerais bien vous aider, mais il n'y a malheureusement pas grand chose à faire... »

    Il s'agenouilla à côté de lui, évitant de tacher son pantalon de sang, et examina rapidement le jeune homme.

    « Ne vous inquiétez pas, je vais faire ce que je peux. »

    C'était une phrase qu'il disait dans toutes les occasions et à tout le monde, le problème, là, c'est qu'il ne pouvait pas grand chose. Il afficha ce qui aspirait à être un sourire amical, et détacha sa ceinture, pour la nouer à la base de son épaule. Il n'avait pas tellement envie d'engager la conversation à lui demander comment ça s'était passé, et de toute façon, ça n'était pas très utile pour le moment. Andrew passa ses doigts dans ses cheveux, et en appuyant sans trop de pression, pour ne pas faire trop mal à Liam, il réalisa....

    « Je crois que j'ai jamais eu autant de réactions irrationnelles de ma vie à la suite. Je ne comprends même pas pourquoi je suis toujours en vie. C'était juste de la chance, de la chance et rien d'autre. » Il s’essaya à un sourire rassurant. « T'en as eu un peu moins, mais je ferais ce qu'il faut pour que ça s'arrange. »

    *Du moins je vais essayer. Tiens, je crois que mes mains tremblent...*

    La peur.
    « La souffrance a ses limites, pas la peur. »
    Arthur Koestler
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Sam 14 Avr - 14:48

La chance va tourner...


Depuis plusieurs heures, tu étais restée assie là, à regarder les gens jouer, devenir euphorique. Tss tss tss bande d'imbécile. Vous ne comprenez donc pas que ce n'est qu'une illusion? Vous vous laissez envahir par l'euphorie, vous vous retrouvez à tout miser et POUF d'un coup vous perdez tout. La chance tourne bande d'idiot! Tu continuais de siroter ton verre de coca. Bah ouais, t'évites de boire de l'alcool, t'es mature toi! Ces adultes, tss ils se croient supérieurs aux plus jeune. Tiens, ton verre est vide. Tu fis signe au barman de remplir ton verre, et te remit à observer les gens jouer. On aurait dit un essaim d'abeille. Des cris fusaient de partout, tantôt de joie, tantôt de rage, tantôt de douleur. Tu fermas les yeux et soupiras, les personnes seront-elles toujours comme ça? Idiote et euphorique? Tu espérais que non, car cela se finirait par des morts, par millier et par centaines. Quelqu'un s'assis en face de toi, et tu l'observas discrètement. Mmmm... beau gosse. Des yeux bleus comme le ciel, des cheveux noir comme l'ébène et un corps musclé. Miam. Un cris suivis d'un coup de feu te tira de ton occupation. Les personnes courraient dans tout les sens et se bousculaient sans se préoccuper des autres. Une jeune femme tomba à terre, et personne de l'aida à se relever. Pff bande d'égoïste. Tu te levas et courras vers cette jeune femme, l'aida à se relever, et la dirigea aussi vite que possible derrière le bar. Le barman était tapi et ne fit aucun commentaire quand vous arrivâtes toutes les deux sous le bar ou il était lui aussi caché. Tu fis signe à la jeune femme de se taire, et d'attendre que tout cela se calme. Elle se mit à pleurer, et tu essayas de la calmer tant bien que de mal, comme l'ont calme un enfant:

"- Chhht ne vous inquiétez pas, les secours vont arriver ne pleurez pas madame chhht..."

Un autre coup de feu retentit, et du sang gicla sur le mur. Tu cachas le visage de la femme sous tes bras, pour ne pas qu'elle voie sa, et attendis.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mar 24 Avr - 18:27

La journée avait pas trop mal commencer pourtant, mais malheureusement pour le petit couple elle allait très mal finir. Ewan avait sa fille sur les genoux et sa fiancée en face de lui. Il ne cherchait pas à savoir ce qui se passait juste derrière lui, car pour ce jeune homme il n'y avait que des gens en train de jouer. Mais voilà d'un coup alors qu'il parlait tranquillement avec Jaze, la jeune femme était devenue blanche et sa main c'était mise à trembler, Ewan la regarda et lui dit :

"Jaze...ça va ?"

Puis il entendit des coups de feu. Son premier reflexe, fut de couvrir les oreilles de sa fille avec ses mains, puis ensuite, il se coucha directement sous la table en mettant sa fille sous lui, si une balle venait, il serait le seul à la prendre, du moins c'était ce qu'il pensait. Jaze avait fait pareil. Ils étaient allongé l'un à côté de l'autre, se tenant la main le plus fort possible. Ewan respirait fortement, il était terrorisé, mais en même temps il savait que des gens étaient blesser, ou tuer. Il devait se protéger, mais aussi protéger sa famille, et si il pouvait sauver d'autre gens. Wayne lui en avait parler la dernière fois qu'ils s'étaient vu. Parfois on devait sauver des vies, au risque de la sienne. Ewan regarda Jaze et fit glisser lentement sa fille vers elle. Il lui embrassa la main, et regarda autour de lui, il se mit à quatre patte et fila derrière un autre canapé. Il aurait bien appeler les flics ou autre, mais son premier réflexe, fut d'appeler son oncle, enfin...si son oncle. Sa lui faisait vraiment bisarre de l'appeller ainsi mais il n'avait pas le choix. Le jeune homme fit donc le numéro de Michael Morriconne et attendit. Il tomba sur le répondeur et il fit :

"Mike...Je...je sais pas quoi faire...j'ai peur...y'a des mecs qui tirent sur tous ce qui bouge...je t'en prit vient nous aider...je t'en supplie...je sais pas quoi faire..."

Un coup de feu lui fit lâcher le téléphone et il courut, légèrement à quatre patte se mettre derrière le canapé où sa fiancée et sa fille se trouvait. Ils devaient fuir et vite. Il les prit par l'épaule et tout les trois courèrent vers un couloir. Ewan les laissa commencer à y pénétrer, regardant derrière lui si il n'y avait aucun danger, visiblement le tireur fou venait de se prendre une balle dans la cuisse, Ewan fit un :

"Yes !!"

Mais il remarqua très vite que cela ne faisait rien à l'homme. Il resta planter là à regarder ce qui se passait, lorsqu'une nouvelle rafale de balle se mirent à naître, il manqua de s'en prendre une, et rentrant la tête dans le couloir il se mit à détaller. Il rejoignit Jaze qui tenait Lou dans les bras, la petite pleurait et ne comprenait rien à ce qui se passait. Elle avait beau avoir quatre ans, ça faisait peur ces choses là. Jaze regarda Ewan et lui dit :

"Le type là, il est toucher..."

Ewan tourna la tête, et vit un mec sur le sol qui demandait de l'aide. Il s'approcha de lui et lui dit :

"JE...je vais essayer de vous aider ok...je m'appelle Ewan..."

Il retira sa veste, puis sa chemise et se retrouva en t-shirt, il renfila sa veste,et déchira sa chemise, puis appuya un morceau de tissus sur la blessure. Il vit que le mec souffrait mais il ne savait pas quoi faire, et puis il n'avait plus de téléphone, la communication tournant toujours, Ewan espérait que son oncle vienne les aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Murs»
♠ Nombre de messages : 1851


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Dim 6 Mai - 12:39



    Emily fit quelques pas vers la sortie du Casino, un peu dépitée par cette perte de temps qu'avait été sa soirée. Il ne s'était pas passé grand chose d’intéressant, et pire encore elle n'avait aucun autre projet pour ce soir, ce qui induisait qu'elle allait rentrer chez elle, se jeter sur son canapé, et regarder une série télé' en mangeant un bol de corn-flakes trop ramollis par le lait, parce qu'elle les aurait oubliés captivée par l'histoire entre Josh et Alvie. Oui, ou peut-être que quelque chose d’intéressant allait se produire, mais à vrai dire, ça semblait difficile à croire vu comme c'était parti. Une soirée des plus mornes, et des plus ennuyeuses. Voilà. Elle entendit un bruit qui lui était étrangement familier. Une détonation assez puissante, qui sans doute était l'oeuvre d'un ... d'un pistolet. Emy attendait tranquillement dans le hall son taxi, qui allait probablement mettre son temps pour arriver, puisqu'au vu de la neige qui tombait, et les voitures qui s'agglutinaient devant le Casino, et fut légèrement surprise par ce bruit, peu commun dans les lieux comme celui-ci. Elle fut soudain en proie à une agitation extraordinaire, et songea immédiatement à un braquage à main armée. Qu'est-ce qu'il existait de mieux qu'un Casino pour ramasser de l'argent ? Le problème fut que cette thèse, fut rapidement écartée par le nombre impressionnant de coups de feux qui suivaient le premier. Des dizaines, des centaines. Le but des casses, n'était pas de tuer du monde, mais de ramener un maximum d'argent. En général, s'il fallait tirer sur des vigiles, ou sur des gardiens, c'était chose faite, mais tirer autant de coups de feux paraissait être une énorme erreur. Alors, soit ils ne savaient pas tirer, soit c'était... Soit c'était plus problématique qu'un simple braquage, et cette soirée allait virer au rouge sang...

    Coup d'oeil à droite, coup d'oeil à gauche. Le temps semblait avoir suspendu son cours. Soudain, une vague déferlante de personnes tentaient de se sortir de la salle de jeu. Les yeux injectés de sang, du sang sur les mains, des visages balayés de larmes, et pleurs, de sanglots, un spectacle terrifiant. Tout aussi terrifiant, quand elle aperçut un homme, pistolet en main, descendre un part à un ces hommes et ces femmes qui tentaient d'échapper à la mort. C'est seulement en constatant, qu'elle se trouvait dans la même pièce que tous ces gens qui mouraient les uns après les autres, qu'elle se dit que sa propre vie était en danger. Une salle réservée au personnel du Casino lui tendait les bras, et elle ne se fit pas prier pour s'y abriter quelques instants au moins le temps que la vague fut passée. Chouette, c'était un entrepôt d'aspirateurs de probablement deux mètres carrés. Quelle chance. Elle reprit une respiration qui se mêlait au râle des mourants qui avoisinaient au travers la porte. Elle se surprit à voir ses membres trembler. Sa main posée sur la poignée de la porte, pour éviter à quiconque de rentrer, était secouée de spasmes de panique. Que faire? Son esprit était confus, comme si on venait de déconnecter tous ses neurones, sauf l'instinct de survie personnel. Elle entendit les coups de feu s'arrêter ou du moins s'éloigner puisqu'ils étaient audibles mais d'assez loin... L'idée ne l'effleura même pas qu'il pouvait y avoir plusieurs tireurs. Ce n'est pas à quoi elle pensait, elle pensait simplement à vivre, et à protéger sa misérable existence, qui promettait déjà d'être courte, mais qui risquait de se voir encore écourtée ce soir. Quelqu'un tenta d'actionner la poignée, et demanda :

    __ S'il vous plaît, si il y a quelqu'un, laissez-moi entrer... Je vous en prie...

    Emily tirait de toutes ses forces la poignée vers elle. Elle s'était promis de ne laisser rentrer personne ; elle fut sujette à une crise de conscience extrême, en tant que médecin, elle avait devoir d'aider les gens qui étaient en proie à la mort, mais... Est-ce qu'elle devait faire ça en mettant sa vie en danger? ... Elle hésita, et ouvrit la porte d'un seul coup, ce qui lui permit de se retrouver face à face avec le canon d'un pistolet. Elle eut pour réflexe, humain, certes, de fermer les yeux, et ne put entendre comme seul témoin de sa mort qu'une nouvelle détonation. Elle venait de tomber dans le piège le plus grossier qui existait. Et cela venait de lui être fatal.
    Elle ouvrit lentement les yeux, et était toujours face à face avec ce pistolet, tenu par cet homme habillé de noir, lui tenait par les cheveux une femme, qui se débattait et hurlait, elle semblait avoir été déjà atteinte à l'épaule, peut-être à l'instant, puisqu'Emily ne constatait aucune douleur de son côté, ce qui veut dire qu'il... N'avait pas tiré sur elle, mais plutôt sur cette autre femme. Elle toisa le tireur avec insistance, et non sans terreur. Elle savait garder son sang froid, mais en de telles circonstances, c'était complètement hors de propos. Elle frissonna de tout son être, et hocha la tête comme pour nier une évidence ...

    __ Ne me tuez pas...

    La femme qu'il tenait à genoux par les cheveux continuait d'hurler et de tenter de se débattre mais il avait une si forte emprise sur elle, qu'elle ne semblait pas pouvoir bouger. Emily ne la remarqua même pas, fixant avant horreur ce monstre qui tuait les gens comme des lapins les uns après les autres.

    __ Ne me tuez pas... Ne me tuez pas... Ne me tuez pas...

    Elle répéta. Ce n'était pas tellement pour le convaincre lui, parce qu'elle savait qu'il avait probablement déjà fait son choix, mais elle semblait penser à voix haute... Comme une prière, bien qu'elle ne ...

    __ Croyez-vous en Dieu ? ...

    Emily resta interdite. C'est dans ces moments qu'on ne sait pas que répondre, s'il était un fanatique religieux, il valait mieux répondre oui, cela dit, les fanatiques aiment bien tuer ceux qui ne pratiquent pas assez à leur goût, alors non... Et en même temps, vu qu'elle ne croyait pas en Dieu, ne valait-il mieux pas juste arrêter de réfléchir et ...

    __ Comment Dieu pourrait laisser faire ça...

    Sa terreur se mêla à une sorte de mépris, et elle hocha la tête négativement. L'homme la toisa également quelques secondes, il inséra une balle dans le pistolet, chargea. Elle vu son doigt se contracter sur la détente, et ferma une nouvelle fois les yeux... Détonation. Aucune douleur ne traversa son corps, elle ouvrit les yeux avec un étonnement certain d'autant plus qu'elle avait presque montré de l'insolence face au tireur...

    __ C'est une belle soirée ...

    Il relâcha l'emprise qu'il avait sur cette femme, qui avait maintenant une balle dans la tête. Elle s'écroula mollement sur le sol sous les yeux horrifiés de la jeune femme. Elle avala sa salive avec grande difficulté et plongea son regard dans celui du meurtrier ... Elle resta là, plantée devant ce placard, avec une femme baignant dans une mare de sang à ses pieds, circonspecte, et ne put que rester spectatrice de ce massacre. Paralysée par la peur, et par le syndrome du survivant. Il venait d’exécuter cette femme devant elle, à sa place... Elle regarda ses mains avec insistance... Elle n'avait rien. Elle releva la tête, et s'aperçut que le tireur avait disparu. Elle entendait toujours des coups de feu retentir dans la salle de jeu, mais plus dans le hall, il avait du s'en aller. Elle s'agenouilla à côté de la femme, dans son sang, et lui ferma les yeux. Une douleur lui tordait le ventre, et une boule l'empêchait de prononcer le moindre mot. Elle sortir son téléphone de sa poche, et composa la 911 mais...

    __ Je... on tire... sur ... les..
    __ Veuillez m'excuser mademoiselle, je ne comprends rien.
    __ Tireurs... Il y ... a ... des.. tireurs... au casino...
    __ Vous êtes blessée ?
    __ Des morts... par-... -tout...
    __ On m'informe à l'instant de ces évènements, mais il y a un carambolage énorme, les forces de l'ordre vont mettre un certain temps à arriver. Nous envoyons aussi des ambulances. Restez calmes, essayez de vous cacher, et de cacher un maximum de monde, éloignez vous des fenêtres, restez calme. D'accord... ?

    Emily resta bouche ouverte et raccrocha. Elle ne se sentait plus la force d'effectuer le moindre mouvement. Elle était la seule à se tenir debout dans le hall. Tous avaient été tués à bout portant. Même la caissière, même les personnes qui donnaient des informations avaient été tuées à travers les vitres. Même les vigiles, même les gardiens avait été froidement abattus ... Elle sentit ses jambes flageller et s'écroula le sur le sol. Vivante, au milieu de tous ces morts. Baignant dans le sang. Elle ne pouvait plus bouger, son corps entier refusait de répondre à son cerveau. Elle se sentait toute endolorie, avait froid, avait mal... Et pourtant elle était sauve... pas saine... mais sauve.
    Les yeux grands ouverts, les bras croisés contre sa poitrine.
    C'est dans ces moments qu'on comprend que si la mort est un état physique, c'est aussi un état moral. Et dans ce même état moral, elle venait de succomber.



___________________________
Je fais partie des murs ♥️.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Jeu 10 Mai - 10:17


SNOWSTORM
La chance va tourner ...



Y'avait des jours comme ça ... J'vous jure. Alors que le couple Morricone pensait tout simplement passer un agréable moment entre amoureux, tandis qu'ils savaient leur fille en compagnie des grands parents, le sort de cette journée - rendue peu banale par la neige - avait décidé de leur causer du tord. Déjà, tout avait malheureusement commencé par des secousses puis par une virée de leur bus, droit dans un arbre. Plusieurs débris de verre avaient volés et chacun s'était rattrapé comme il ou elle le pouvait. Sacré non de non ! Pour une journée que tout ce beau monde pensait être normale, c'était plutôt râté pour sûr. D'ailleurs, l'un d'entre eux tout particulièrement, était aussi de cet avis. C'était même l'un des principaux concerné, je devrais dire ... De qui je parle ? Du conducteur, bien sûr. Ce malheureux avait senti le coup passer. Heureusement plutôt vite, d'ailleurs. Un énorme morceau du pare brise l'avait éventré. Assez glauque, oui. Je sais ... Mais que voulez vous ? C'était ça aussi, le risque à prendre lorsque l'on faisait la route, en bus. Remarquez, cet homme n'avait rien demandé de plus que de faire son boulot, tout simplement comme d'habitude. Sauf que cette fois, et bien cette personne n'avait pas eu autant de bol que d'autres jours. On pouvait dire que la neige avait eu raison de lui ...

Et les passagers dans tout ça ? Comment allaient-ils, eux ? Et bien, il y avait eu de la blessure par-ci, par là. Mais « fort heureusement » - entre guillemets, bien sûr - ce n'était pas tout aussi grave que ce pauvre homme, qui gisait encore sur le sol, luttant encore entre la vie et la mort. De son côté, Michael devait bien avoir quelques côtes cassées, ainsi que son poignet. D'où le fait qu'il évitait de bouger le plus possible. Cela dit, ça n'avait pas l'air très alarmant. Ce n'était pas cassé non plus, au point de lui perforer un poumon. Cela dit, Haruko s'en inquiétait tout autant que lui. Peut-être même plus, d'ailleurs. Et parlant d'inquiétude, Mike se demandait bien si sa dulcinée n'avait pas été trop blessée dans le choc. Et comme la plupart des passagers à l'intérieur, ça allait. Du moins, pour le moment. Se tenant le front, elle saignait. À priori, ce n'était pas très très grave. Elle avait l'air de tenir le coup. Ce qui rassurait tout de même Mike.

Ce fut légèrement plus tard, lorsque le bus s'était stabilisé, qu'une voix masculine - qui était familière à notre agent du NCIS - avait justement appelé sa femme, Haruko. C'était Danny. Danny Loréno, l'un de ses collègues et de ses proches. Il avait l'air de se trouver près d'une adolescente, légèrement mal en point. Haruko avait demandé à son mari de ne pas bouger. De rester là, tel qu'il était. Il ne fallait pas que l'agent ne se fasse plus de mal, qu'il n'en avait déjà. Avouez que ça aurait pu être idiot et triste tout de même, si à cause d'une erreur, Mike passait d'une façon dangereuse vers la mort. Non ... Valait mieux pas y penser, et rester positif. Les passagers ne s'était même pas encore vraiment soucié du chauffeur. Cela dit, plus personne ne pouvait quelque chose pour lui, à ce moment précis. Fermant les yeux pour soulager la douleur, tandis qu'Haruko s'occupait de la petite Chloé et de Danny derrière, Mike attendait patiemment. De l'aide. Il leur fallait de l'aide.

Ils semblait se trouver tout près de la ville de Washington. Le Casino bordait la ville justement. Ah, le Casino. Ce lieu où toute sorte de folie, pouvait se révéler être permise. Parlant de ça, on pouvait entendre des bruits de fond, comme les fameux klaxons ou encore les sirènes. Les passagers de ce bus ne le savait pas encore, mais ils étaient tous sur le point de vivre un affreux cauchemar. Ils pouvaient tous penser que le pire venait de passer ... Or, tout cela ne faisait que commencer. Au bout de quelques minutes, un énorme coup de frein s'était fait entendre, non loin. Michael eu le réflexe de tourner la tête. Des hommes cagoulés en était sorti. Il s'agissait d'une fourgonette. Au jugé, ils devaient être quatre, ou cinq. La plupart d'entre eux, s'était rués vers le Casino et deux autres étaient sortis du véhicule aux vitres teintées, pour arroser le bus d'une pluie de balle, sans aucune sommation ...

« COUCHEZ-VOUS ! » Avait hurlé Mike, en se laissant glissé sous les sièges, dans un réflexe. Les balles ne s'était pas faite attendre, par la suite. La fusillade, avait dû durer dix à quinze bonnes secondes. Un moment qui semblait presque interminable pour l'agent. Dans la douleur, il s'était retourné pour voir si tout allait bien derrière. Il osait espérer que sa femme soit toujours en vie. Saine et sauve. Il avait la sainte horreur de laisser Haruko derrière lui. S'il avait bien peur d'une chose, c'était de perdre sa moitié, la mère de son enfant. Quand les tirs s'étaient dissipé, un amas de fumée amplissait l'endroit. Une odeur acre de poudre à canon, avait envahie le bus, encastré dans l'arbre ...

Toussant quelque peu, il se demandait si tout le monde allait bien. Du moins, il l'espérait :

« Tout le monde va bien ? Haruko ... ? Haruko tu es là ? » Inquiet, apeuré, il attendait une réponse. Il avait peur, refusant pertinemment de s'attendre au pire.

[HRP : Poste édité ! Razz En espérant que ça puisse coller. ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mar 15 Mai - 18:54




Washington, rue

La galère. C'était la galère, en quelque sorte. Pourquoi ? Parce que ... Et bien, un triste coup du sort, si on pouvait dire ça comme ça. Un truc à lequel notre couple n'aurait jamais pensé. Et il n'y avait pas qu'eux d'ailleurs. Personne ne pensait réellement qu'une telle chose allait se produire. Ce qui s'était passé ? Et bien. Quatre pauvres passagers, qui n'avaient rien demandé, avaient emprunté le même bus. Jusque là, rien de grave vous me direz. Seulement ... Le conducteur eut quelques ennuis avec son volant. Et à cause de la neige, du froid, et de la tempête qui se levait, la faute à pas de chance frappa. Si on peut dire ça comme ça. Il perdit le contrôle de son véhicule et ce dernier alla se crasher contre un arbre. Le conducteur ... avait rendu l'âme, semble-t-il. En même temps, avec des morceaux de verre dans le bide, ce n'était pas réellement bon. Et comme ils étaient tous plus ou moins coincés dans le bus, et que personne n'avait de compétences médicales, difficile que de faire leur possible pour tenter de le sauver. Les quatre passagers ? Tous blessés plus ou moins gravement. A première vue, c'était, semble-t-il, Haruko la moins gravement blessée. Quoi qu'un traumatisme crânien pouvait toujours se développer plus tard. On n'est jamais à l'abri. Et la pire, c'était cette pauvre fillette avec l'os de sa jambe. Fallait pas désespérer. Ils allaient s'en sortir. Ils allaient tous s'en sortir. Les trois adultes, Mike, Danny et elle, s'étaient donc regroupés autour de la fillette. Histoire de se réchauffer un peu mutuellement. Et aussi pour la rassurer. Chloé n'était pas en grande forme, mais ils s'en sortiraient. Tous.

Haruko avait demandé à Danny s'il souhaitait qu'elle lui remette son épaule en place. Mais ... Il n'avait pas vraiment envie qu'elle le fasse. Non pas qu'il n'avait pas confiance. Mais il préférait éviter tout geste brusque. Parce qu'il ne savait pas réellement si c'était bien son épaule qui déconnait, ou bien un autre membre. Elle eut un léger hochement de la tête. Elle comprenait, et elle ne lui en voulait pas. Mais elle savait aussi que remettre l'épaule pourrait le soulager et lui éviter que d'avoir trop mal. Comment elle le savait ? Pour la simple et bonne raison qu'un truc de ce genre, ça lui était arrivé à plusieurs reprises. Combien de fois elle s'était démise l'épaule en pleine mission et en territoire ennemi ? Et combien de fois elle avait dû trouver un subterfuge pour se la remettre en place histoire de continuer ce qu'elle avait à faire. Mais bon, quand on est seul, pour le faire, ce n'est pas évident. Sauf si y'a un mur ou bien un arbre dans les parages. Bah oui, vous vous servez de la surface plane et vous frappez très fort votre épaule contre et avec un peu de chance, hop, c'est remis et le tour est joué. Mais ça fait quand même vachement mal. Enfin. Passons.

L'attente était ... Interminable. Mais ils étaient obligés d'attendre. Parce que dehors, il faisait froid. Et que s'ils s'aventuraient dehors, alors qu'ils étaient blessés, ce serait plutôt dangereux pour eux. Haruko avait fermé les yeux durant quelques instants. Elle avait un sacré mal de crâne qui ne voulait pas partir, et c'était plutôt chiant. Oh, sans doute qu'elle n'allait pas vraiment dormir de la nuit à cause de ce mal de tête. Sans oublier qu'ils seraient tous obligés de faire un passage par la case hôpital et que les médecins ne les relâcheraient pas comme ça dans la nature. Du moins, les "règles" étaient qu'en cas de traumatisme crânien ou de sévère choc à la tête avec ou sans perte de connaissance, il fallait, au minimum, rester en observation pendant quarante-huit heures. Histoire de vérifier que tout allait bien et qu'il n'y avait pas d'hémorragie. La poisse, en quelque sorte. Et encore, c'était loin d'être terminé.

Un coup de feu retentit, faisant un vacarme dingue. Et puis un second, et un troisième, et tout un tas. C'était plutôt loin. Haruko s'était levée et avait regardé par la fenêtre. Le casino. Elle avait l'impression que les tirs venaient du casino. Un braquage ? Sérieusement ? Quelle merde, pour sûr. Le pire, c'était que ni Mike, ni Haruko n'avait son flingue. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu'ils allaient dîner. En amoureux ! Ils ne s'étaient pas vraiment attendus à ce que ça canarde partout. Mais pire encore puisque les tirs se rapprochaient. Ses enfoirés leur tiraient dessus !

Tout se passa très vite. Ce fût un peu le capharnaüm. Quand les tirs cessèrent, la voix de Mike s'éleva dans le bus afin de demander si tout le monde allait bien. Et bien sûr, ses pensées suivantes se tournèrent vers sa tendre épouse. Il avait une certaine inquiétude de sa voix. Sûrement qu'il avait peur qu'il ne lui soit arrivé quelque chose. Et il pouvait craindre le pire, pour sûr. S'il tournait la tête quelque peu sur le côté, il pouvait voir ... un joli trou entre les deux yeux de la tête de sa femme. Non, oh, ça va, je déconne. Vous n'avez jamais vu la quinzième saison de la série Urgences ? Y'a un épisode de ce jour. Où on assiste à la même journée pendant trois fois durant l'épisode mais où l'issue de la journée est à chaque fois différente. Là, la balle dans la tête, c'est un premier scénario, si on peut dire ça comme ça.

Alors, si Mike tournait la tête quelque peu sur le côté, il pouvait voir ... Une Haruko à genou avec une jolie traînée de sang en plein torse. Ses deux mains étaient, d'ailleurs, sur son torse, sans doute pour contenir un peu son sang et éviter qu'elle ne perde tout ce liquide rouge si important. Pas crédible ? Non, vous avez raison. C'est un deuxième scénario probable, qui aurait pu se produire, mais ce n'était pas là ce qui s'était passé, une nouvelle fois.

Alors, si Mike tournait la tête -je sais, la formule est bien trop répétitive, mais ça fait style quand même, me tapez pas- quelque peu sur le côté, il pouvait voir ... Une Haruko à genou mais qui pétait la forme. Du moins, aucune blessure, si ce n'était celles qu'elle avait eu dans l'accident. La grande forme. Rien de mal. Et ... Non, c'est encore un scénario probable, mais ce n'était pas ce qui s'était produit. J'suis chiante, je sais, mais vous m'aimez pour ça, hein ? On rembobine la bande et on regarde ça de plus près.

Tout s'était passé très vite. Mike avait hurlé à ses compagnons d'infortune que de se coucher au sol, et ce pour éviter une rafale de balles. Ce n'était pas de balles perdues. Consciemment, on les visait. Pourquoi ? Ils n'étaient pas ... Enfin, je veux, il était vrai qu'ils étaient des cibles en or. Mais à quoi ça leur servait de leur tirer dessus ? Hein ? Ils n'étaient pas nuisibles ? A croire que ça éclatait les cambrioleurs que de gaspiller quelques balles au passage. Quoi qu'il en soit, et grâce à de bons réflexes, sans doute, Haruko avait réussi à se coucher au sol avant de se faire toucher par une balle. Seulement, dans la précipitation, et c'était vraiment la faute à pas de chance, la brune s'était à nouveau cogné la tête contre un morceau de fer. Le bas du siège. Ca avait fait "bang". Déjà qu'elle avait mal au crâne, ça serait, à présent, multiplié par deux, voire plus. Les tirs finirent par se taire. Le calme était revenu. Pour combien de temps. A la question de Mike, Haruko était ... Un peu dans les vapes. Et ça tournait drôlement. Elle avait l'impression ... Elle avait une drôle d'impression. Mais ça saignait encore. Elle avait fait les deux côtés. Madame ne faisait pas les choses à moitié quand elle se blessait. "Je crois ... Je crois que ça va." Elle confirmerait quand elle aurait retrouvé ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Sam 19 Mai - 11:21

Ce qui devait être une soirée tranquille était devenue un cauchemar. Pour commencer, voilà que le bus dans lequel Danny était s'était retrouver à embrasser un arbre. La faute à qui ? A pas de chance surement, ou à la neige,ou au verglas, ou au chauffeur...Personne ne pouvait le dire et personne ne voudrait le dire. Danny avait été sonné certes. Il avait mal à son épaule et saignait de derrière sa tête, mais rien de bien méchant, il devait tout simplement éviter les gestes brusques. Sauf pour son épaule qui le faisait souffrir et pour cette raison il ne la bougeait pas. Il avait également retrouver trois personnes qu'il connaissait.

Haruko, sa meilleure amie, qui avait l'air toucher à la tête, mais sans grande gravité non plus. Michael, son boss et ami, et également le mari de Haru, qui lui avait l'air d'avoir été toucher aux côtes, ce qui pouvait être un peu plus problématique. Et enfin Chloé, la nièce de Tony. Une gamine adorable et qui, contre toute attente, était devenue une amie pour Danny malgré leur différence d'âge. Danny avait été la voir en première, elle semblait réellement toucher et apeuré, Dan n'avait pas osé le dire mais il craignait pour la vie de l'adolescente. Alors que le froid se faisait encore plus persistant et qu'ils tentaient tous de survivre, Michael se mit à crier pour que tout le monde se mette à terre. Pourquoi ? Qu'elle en était la raison ? Danny entendit une balle et fit un bon, il se tourna et vit un mec se mettre à les canarder. Il trouvait qu'ils avaient pas assez d'ennuis comme ça ? Danny se mit au sol. Il avait son arme de service comme tout le temps sur lui. Depuis ce qui s'était passer dans la ruelle et qu'il avait été gravement blessé, il ne cherchait plus à comprendre, il ne sortait jamais sans son arme. Il la prit donc de la main gauche, heureusement qu'il savait tirer des deux mains. Et riposta un peu, mais il ne pouvait pas visé avec le nombre de balles qui leur arrivait dessus. Il s'abrita derrière un siège et se surprit à prier. Lorsque le calme était revenue, il entendit Michael demander si tout le monde allait bien. Danny ne répondit pas sur le coup, il redressa la tête lentement et tenta de voir ce qui se passait. Une marre de sang coulait juste à côté de lui, son premier réflexe fut de rester sans bouger. Puis il se redressa lentement, il remarqua que son haut était plein de sang, mais étrangement il avait mal nul part. Et puis en regardant juste à côté de lui, il vit le corps d'une femme âgé. Elle avait été criblé de balle. Danny ferma les yeux, et soupira de soulagement. Il était en vie ! Il finit par répondre :

"C'est ok...c'est ok..."

Puis il regarda vers Chloé et tournant la tête vers la fenêtre, il regarda voir si il voyait le tireur, pour le moment il ne voyait rien, pas de corps signifiait qu'il ne l'avait pas tuer, mais peut être l'avait-il blessé ? Il l'espérait en tout cas. Il se redressa et alla voir Chloé, posant une main sur la tête de la jeune fille, il fit :

"Hey ça va toi ? "

Il espérait en tout cas que tout s'arrange, il regarda son chargeur, il ne lui restait que trois balles ! Génial il irait loin comme ça. Il se tenait à l'affût comme si il pensait que le mec allait revenir finir son travail.

[ on a inverser nos rôles avec Chloé ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Sam 19 Mai - 19:05

L'adolescente se disait que ce n'était décidément pas sa journée. Elle qui depuis quelques semaines priait pour que Julia reste parmi eux, se voyait impuissante. Cette révélation ne plu guère et pourtant elle n'y pouvait rien. La journée lui avait paru interminable. Se précipitant dans le premier bus qui dédaigna bien passer, Chloé aurait mieux du s'abstenir et préférée prendre ses jambes comme moyen de locomotion. Avec des Si, on peut refaire le monde. Seulement, elle voulait rentrer le plus tôt possible. La jeune fille imagina son petit frère, tout seul, l'attendant devant son école. Ensuite, tout se passa très vite sans qu'elle puisse réagir. Seul son instinct de survit se trouvait un minimum en alerte. Le bus dérapa, le chauffeur semblait s'amuser, n'était pas très concentré mais Chloé ne s'en aperçut pas. Ce qui devait arriver arriva : un arrêt brutal contre un arbre. Enfin, en plein dans l'arbre. Le bus se renversa et les branches bloquèrent toutes les chances d'en sortir. Piégés, les passagers avaient volé à travers le bus, s'étaient pris des morceaux de vitres, nombreux se trouvaient blessés, d'autres gisaient dans une marre de sang comme le chauffeur inconscient et par miracle, certains s'en sortaient indemnes avec juste quelques contusions. Mais pas un seul ne s'en sortit indemne moralement.

C'est ainsi que Chloé se trouva propulser contre un siège avec des milliers d'éclats de vitre trouvant domicile dans son ventre. Le choc l’abasourdis. Son genou craqua. Une belle bosse sur le crane pointait le bout de son nez et elle se mit à grelotter. Elle se trouvait dans l'incapacité de bouger. Elle avait passez sa main sur son ventre, retenant un gémissement de douleur et s’aperçut de ses blessures. Elle ne comprenait pas tout ce qu'il venait de se passer. Elle avait peur. Peur de l'inconnue. Peur de mourir. Peur de quitter ce monde. Heureusement, Danny se trouvait dans les parages et sa seule présence la rassurait. Pas complètement mais c'était un plus. Il s'occupait d'elle malgré sa blessure à l'épaule. Haruko et Mike se trouvaient là aussi. Elle se sentait moins seule. Au prix de longs efforts, Chloé parvient à se redresser afin de se tenir assise et adossée contre un flanc du bus. Une couverture de survie sur elle, elle continuait toujours de grelotter. La jeune fille n'avait pas le cœur à plaisanter, elle qui est toujours souriante. La peur avait prit le dessus.

Pourtant, il y a quelques années, quand elle s'était fait enlevée par des terroristes, la peur n'était pas aussi présente. Peut-être est-ce du à l'âge ! Elle avait grandit depuis et elle se trouvait moins insouciante qu’auparavant. La jeune fille retenait ses larmes, tenta de se réchauffer et de lutter contre la douleur. Elle espérait, du plus profond de son cœur, que les secours allaient arriver le plus rapidement possible. Comme si cela ne suffisait pas. Comme si l'épreuve n'était pas suffisante. Des coups de feu retentirent, non loin d'eux. Le sort s'acharnait contre eux. Les rafales de tirs fusaient. Impossible d'y échapper. Chloé avait de plus en plus peur. Elle commençait à paniquer. Elle ferma les yeux et imagina les options qui s'offraient à elle.

Premièrement, elle pouvait ne pas bouger, fermer les yeux et attendre que l'ambiance se calme. Seulement, elle aurait une chance sur un million de passer à travers les balles. Ce qui conduirait à être condamnée à mort. Mauvaise option.
Deuxièmement, elle pourrait tenter de se lever, sauter par la fenêtre et tenter de se cacher derrière une voiture ou dans un abris. Peu de chance pour qu'elle puisse le faire sans provoquer de grandes douleurs chez elle. Ensuite, casser une vitre sans ses blesser se révélait être un exploit. Elle finirait par mourir aussi.

Troisièmement. Elle n'a pas d'autres solutions qui lui vienne. A moins de compter sur la chance. La chance. On ne peut pas dire qu'elle en avait eut aujourd'hui. Elle ne voulait pas mourir. Elle ne voulait pas mourir sans avoir serrer son « papa » dans ses bras une dernière fois. Elle était terrifiée. Pourquoi le sort s'acharnait-il ainsi ? Les tirs s'intensifiaient. Une balle traversa la vitre et vint se loger à deux milimetres de sa tête. Elle soupira. Une autres balle se dirigea en plein vers son cœur. Par instinct, l'adolescente roula sur le côté et se mit en boule comme elle pouvait. Cachée à moitié sous un siège renversé, Chloé attendit que le calme revienne. Les coups de feu s'estompèrent doucement. Toujours plus ou moins en boule, la jeune demoiselle leva la tête et aperçut qu'elle se trouvait dans une marre de sang. Seulement aucune douleur, autre que celles provoquées par l'accident ne s'exprimaient. Elle tourna la tête et remarqua deux corps inertes et glacés juste à côté d'elle.

L'image la choqua quelque peu. Voir le mort de si près, se trouvait être effrayant pour un adulte alors imaginez pour une jeune fille. Aucun mot ne parvint à sortir de sa bouche. Chloé resta comme paralysée. Elle entendit la voix de Mike qui demandait si tout le monde allait bien, elle voulu le rassurer mais elle n'en avait pas la force. Le tireur ne s'était pas arrêter de canarder pour autant. Il avait prit les autres automobilistes pour cible. La jeune fille sentit une caresse sur le sommet de sa tête. Puis une voix. Une voix qu'elle connaissait : celle de Danny. Elle ne parvint pas à lui répondre, ni même à lui sourire. Elle grelottait. C'était plus la peur que le froid.

Des sirènes résonnèrent. Des sirènes différents. On pouvait distinguer les pompiers, les ambulances et les flics. Les renforts commençaient à débarquer. Une heure de lutte, de négociations afin d'aboutir à la mort des deux forcenés, seul final à la situation. Les pompiers et les ambulances se précipitèrent pour sauver toutes les personnes qu'ils pouvaient autant dans le Casino qu'à l'exterieur. Ils abatirent l'arbre et se faufilèrent dans le bus afin de sauver les passagers rescapés.


HJ! Le dénouement arrive enfin ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Mer 6 Juin - 17:09

[HJ : Désolé pour l'attente]



Ça tombait de partout, tellement de personnes qui n’avaient pas le temps de se mettre à l’abri ou qui n’avait tout simplement pas eut l’idée de se mettre à l’abri quelque part. La cause était la panique bien sûr, et aussi la peur. Cette chose effroyable qui vous fait réagir anormalement. La jeune maman se démenait à rester à plat ventre et à ramper le plus vite possible vers un endroit où elle pourrait être en sécurité, enfin elle l’espérait. Mais elle voulait se retourner et tirer sur les deux abrutis – dingues – qui faisaient tous ces morts, tous ces blessés. La blonde espérait que son portable sonne et qu’elle puisse entendre la voix de sa mère, qui pourrait ainsi la rassurée juste en entendant sa voix. Elle la rappellerait une fois à l’abri. La rouquine devrait bien répondre à un moment ou un autre en voyant que sa fille l’appelait à maintes reprises non ?

Elle se retient de pousser un cri de stupeur en voyant tomber juste devant elle une femme criblée de balles Iris se força à garder son calme, pas facile, pas facile du tout même ! Prenant une inspiration elle entreprit de faire le tour de l’inconnue. L’agente du NCIS arriva enfin où elle voulait être, les toilettes, déjà la porte était bien criblée de balles mais bon, elle ne resterait pas derrière la porte, elle n’était pas suicidaire ! Elle réussit à pousser la porte et rentra dedans toujours en rampant. Une fois à l’abri et loin de la porte elle se décida à se relever.

Là, la jeune femme remarqua qu’elle tremblait de tout son corps. Traumatisée. Très certainement. Si elle s’en sortait vivante de ce cauchemars éveillé elle le savait au fond elle-même qu’elle en ferait des cauchemars pendant plusieurs mois. Comme la fois à l’orphelinat où une bande de filles avait décidé de martyrisait une autre de ses camarades et celle-ci avait décidé de se venger en mettant un flacon de produit acide – quoi ? Elle ne serait le dire – à la place du flacon de savon. La « leader » du groupe était en train de se doucher quand la martyrisée avait changé le flacon. Il s’en était suivit des cris, une panique général, les adultes qui s’étaient précipités vers le lieu de tout le boucan et là … ils avaient tout vu, et elle aussi. Elle était aussi en train de se doucher à ce moment-là, dans la douche à côté. Pendant des jours et des jours elle y avait repensé. Et si ça avait été elle qui avait à la place de l’orpheline qui était à l’hôpital maintenant ? Ou, si elle avait été celle qui avait été martyrisée est-ce qu’elle aurait fait la même chose ? Iris s’était posé une tonne de questions et ce n’était que plusieurs mois plus tard qu’elle avait cessé de faire des cauchemars. La jeune maman se passa de l’eau sur le visage, s’observant dans l’un des miroirs alors que le vacarme continuait. Ici au moins elle était en sécurité, on ne pourrait rien lui faire.

La blonde reprit son portable en main, dans l’autre elle tenait toujours fermement l’arme à feu qu’elle avait trouvé sur le cadavre d’un des gardes, sa main continuait à trembler quand elle appliqua son téléphone contre l’oreille. Tombant encore une fois sur le répondeur elle laissa un autre message :

-Bon maman … c’est le second message que je te laisse, j’ai réussi à me mettre en sécurité aux toilettes du casino, enfin je crois que je suis en sécurité … il y a … il y a des morts partout … çà … çà continues à tirer … rappels je t’en prie rappels moi maman.

Elle continuerait à l’appeler à intervalle régulier – ou non – jusqu’à ce qu’elle daigne décrocher ou qu’elle la rappels et tant pis si elle saturée sa boîte vocale. Iris se laissa glisser contre le mur et s’assit donc dos contre le mur, portable dans une main arme dans l’autre, se forçant à reprendre son calme et à ralentir sa respiration pour se calmer. Elle avait le regard qu’elle tenait de son père braquait sur la porte. Elle espérait au fond que les deux tueurs restent où ils étaient et ne rentre pas dans les toilettes. S’il l’un d’entre eux rentrait elle ne lui laisserait même pas le temps de faire un geste qu’elle l’abattrait. Les minutes passaient puis le silence s'abattit, qu'est ce qui s'était passé ? Étaient ils encore là ? La porte des toilettes s'ouvrit lentement et la blonde leva son arme d'une main tremblante. A son plus grand soulagement elle vit un policier rentrait elle abaissa son arme et ferma les yeux. Sauvée ! Elle était sauvée ! :

-Mademoiselle, vous êtes blessée ? Vous ne risquez plus rien ... ça va aller ... vous pouvez vous lever ?

Comme seule réponse qu'elle lui donna ce fut qu'elle se leva et qu'elle s'appuya sur lui, tremblant comme une feuille.


Dernière édition par Iris Shepard le Lun 18 Juin - 10:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner... Lun 11 Juin - 15:41

La jeune femme revint à elle ! Elle avait perdu beaucoup de sang. La première chose qu'elle vit était une femme qui essayait de stopper son hémorragie. Lentement elle leva sa tête et vit les dégâts. Sarah Mann avait reçu une balle à l'abdomen et elle reposa sa tête. Elle inspira lentement et profondément et mit ses mains sur sa blessure. Elle essaya de se remémorer de cette scène totalement insolite selon elle. Elle regarda autour d'elle et vit qu'elle n'avait pas rêvé : il y avait bel et bien eu une fusillade. Furax, elle se leva malgré les protestations de la femme qui cherchait à l'aider.

* M* ! Comment cela a-t-il pu arriver ?! N'ai-je pas touché un de ces tarés ?! Oui ! Il me semble qu'une de mes balles l'aie atteint ?!

Plus elle regarda la scène qui se dévoilait sous ses yeux, plus elle se maudit. Un gémissement attira son attention : non loin d'elle une autre femme semblait être blessée elle aussi, elle se précipita à son secours, oubliant ses blessures et lui dit :

- Bonjour Madame, Agent Spécial Mann, êtes-vous blessée et si oui, où ?

([SM] Désolé pour la longueur de ma réponse et merci Ziva pour m'avoir averti !)
Revenir en haut Aller en bas

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: [Snowstorm]La chance va tourner...

Revenir en haut Aller en bas

[Snowstorm]La chance va tourner...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Fait tourner la beuh, maaaaan (8) [PV Heaven Blackwood]
» [Snowstorm] Snowday [Terminé]
» faire tourner le jeu en arrière plan
» Tourner la page sans oublier le chapitre précédent..| Jethro
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de Détente :: » Casino-