AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

L'amour en bleu [Sabrina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: L'amour en bleu [Sabrina] Ven 23 Oct - 17:14

    Me baladant sans hâte et fier de ma personne, je vaguais à l’inconnu dans se si beau parc.
    Le temps était idéal pour regarder de jolie femme à la fleur de leurs âges, avec tous ces parfums envoutant et ces corps si sculpturaux cher les sportifs qui passaient à coter de moi pour leur footing quotidien.
    Chemise blanche cravate noir pantalon classique et me voila en marche vers une destination inconnue, avec un ciel bleu comme celui la on na juste une envie c’est de rester dehors peu importe ou on n’est. Je me dirige vers le centre du parc en réfléchissant à tout et un n’importe quoi et breng stormigne était encore plus organiser que ma pensée.
    Après m’être baladé entre les arbres le terrain de jeu j’arrive enfin en son centre. Un magnifique lac ou le soleil ce reflétait à merveille l’eau était argenter.
    Plus flou qu’un paysage de Monet plus brillant qu’un tableau de Giotto cette art instantané et si beau fessait vibré la foule et la paysage au alentour.
    Après quelque minute de silence et respect pour cette nature si bien fait créée de la main de l’homme mais qui agis par sa propre volonté je me retourne pour aller m’asseoir à un endroit pour flâner. Soudain un ange m’apparu comme tomber du ciel le visage éclairer par des tache de lumière qui avait traversé le feuillage. Aussi belle que les trompes l’œil de l’époque rococo, son parfum fluet donnait une impression diaphane autour de moi.
    Je m’approche d’elle et m’assois. Je l’avais bien reconnu ma chère et tendre Sabrina. Encore plus belle et plus radieuse que les autre fois comme une fleur qui ne se fanera jamais.


    -Bonjour…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Ven 23 Oct - 18:31

Le temps qui défilent et rien qui ne se passe est quelque chose d’étrange et qui n’annonce rien de bon surtout dans une agence gouvernementale, et effectivement rien de bon n’était annoncé. Un sourire pu alors apparaître sur ces lèvres sans aucune raison apparente alors qu’elle était à son bureau, chipotant à l’ordinateur pour se donner de quoi s’occuper. Le temps était sublime et le bleu parfait, tellement qu’elle décida d’allez faire un petit tout dans ce magnifique parc juste pour apprécier la promenade et la vu qu’il offrait. Ca méritait bien quelques minutes. Elle sortit donc avec comme vêtements un jeans, ses chaussures, un t-shirt à courte manche dans les ton gris et un pull mauve pale qu’elle avait simplement posée sur les épaules. Ces cheveux lâchés s’agitèrent rapidement au gré du vent, dans une sorte de danse complètement incontrôlée. Elle marcha un petit moment, regardant simplement autours d’elle avant de voir un banc presque en plein soleil et personne dessus. Elle sauta sur l’occasion. En une simple enjambée, elle avait le pied la ou tout le monde s’asseyais en toute logique ou quand on n’est poli. Un nouveau sourire s’étire à cette pensée, elle s’assit sur ce qui est en toute logique le dossier, les mains à côté d’elle, un pied ballottant dans le vide l’autre sur la surface dur de ce petite havre de tranquillité. Sabrina ferme les yeux quelques secondes pour profiter du soleil, autant joindre l’utile à l’agréable, elle n’avait rien à faire de mieux en se moment d’ailleurs. L’agent les rouvrit au moment même ou une silhouette au combien reconnaissable pour l’avoir croiser de nombreuse fois s’approchait de l’endroit. Ses lèvres s’étirèrent dans un léger sourire mi-amusé, mi-joueur. Elle porte son regard vers cet homme élégant, ça on ne pouvait pas le lui retirer.

-Bonjour…Comment va tu ?

Demanda t-elle simplement avant de porter un peu son regard vers les personnes qui défilait tels une procession dans ce lieu de verdure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Ven 23 Oct - 19:35

    Comme je le constate sa joyeuse habitude n’est pas partie, la question ne se pose plus. Pour quoi faire comme les gens civiliser, alors qu’au fond d’elle n’est même pas une femme. Je souris amuser et m’assois comme elle juste a coter. Le corps penché vers l’avant pour ne pas être déséquilibré. Les coudes sur les genoux pour rester stable. Je tourne ma tête vers elle qui m’avait parlé. Et oui sa joli voix parfaite ni trop aigu ni trop grave, son timbre était parfais comme les stars de la chanson, une voix belle et unique.

    -ca va ca va on fait aller… et toi le boulot? Les temps ne son pas trop dure ?

    Je me plongeai dans ces yeux et m’accrocha a son sourire comme a une boue pour ne pas me noyer dans cette beauté. Je souris aussi les petits yeux plissés
    Lui avais-je fais une blague sa matin ou est se qu’une idée me vainc à l’esprit ?
    Je regarde dans le vide tout en pense a se qui se passerai le jour ou elle sera a moi... non sa risque de craindre. Bon soit sujet suivant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Lun 26 Oct - 16:47

Ce vaste parc en lui-même était paisible, calme malgré un mouvement incessant des gens, tout compte fait que se soit lui qui vienne n’est pas forcément une mauvaise chose après tout. D’un côté ça éviterais que d’autres personnes qui vous collent ou qui se croix être sortit tout droit de la cuisse de Jupiter viennent alors qu’ils sortent certainement du dernier bar et d’un autre côté ca pouvait au moins promettre d’être plus amusant, bien que à chacun sa façon de voir les choses. Enfin, elle garde le regarde vers ces gens qu’elle ne connaît pas le moins du monde, profitant des bienfaits de ses rayons de soleil qui atteignent son épiderme. Sa réchauffe et le petite vent frais qui bouscule toujours ses cheveux apporte un peu d’aire...En d’autre terme un temps magnifique et parfait pour les balades. Sabrina tourna alors la tête vers Marc Antoine, c’était personnelle certes mais il n’y avait rien à dire que un homme avec une chemise blanche et cravate (ça a la limite pas nécessaire) mais avec une sorte de veston noir, ça donne toute de suite un certain charisme qu’on n’a pas vraiment normalement. Enfin passons il répond comme à son habitude. Il s’était assise à côté d’elle, mais l’agente de la CIA n’avait pas bougé d’un millimètre, un léger sourire, elle soutient son regard et reprend la parole pour lui répondre.

-Oh tu sais, quand on veut on trouve toujours de quoi faire..C’est des journées calmes pour des soirées plus remplies

Et pas de sous entendu s’il vous plait, pour une fois, celui la n’était pas fait de manière à être vraiment un sous entendu, de son boulot à la CIA, donc en journée, il n’y avait pas grand-chose à faire par contre la soirée vu cette agissement de taupe, il fallait bien faire quelques petites choses donc des nuit plus remplie. Elle penche un peu la tête de manière à ce qu’elle soit dans une sorte de même angle que celle de son vis-à-vis.

-Qu’est ce qui t’amène dans se parc par une si charmante journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 7 Nov - 14:03

    Je m’approchai d’elle enfin mon visage s’avançais. A la recherche d’une émotion d’un point de fuite ou même d’un renseignement privé et personnel.
    Il me manquait le bon vieux temps ou elle avait quelqu’un et ou je le fessais tourner en bourrique. Avec les courses poursuite dans les bois par cet diverse rue de le pays…
    Dommage que cet idiot n’as pas tenu le coup et est parti on s’amusait bien... un petit triangle.
    Maintenant je n’ai presque plus rien pour m’amuser mais je l’aime toujours. Il faut absolument que tous redémarre comme avant.
    Se banc était peu confortable mais bon si elle restait dessus je peu rester dessus aussi, je ne vais pas montrer que je suis plus faible qu’elle.


    -Oh dons je peu oublier ‘occuper tes nuits si j’ai bien compris… Tu n’as même pas de place pour un petit diner ?? C’est bine dommage une beauté comme toi devrais être partagé…

    Pas de sous entendu mes fesses oui. Le jour ou elle pense comme une femme sens arrière penser c’est qu’elle sera devenue banale. Je sais je sens je devine qu’elle pense toujours deux coup à l’avance c’est dans sa vie son comportement sa nature. Elle est prévisible et ne même temps imprévisible comme l’instinct animal qui rencontre la sagesse humain. Le don de pouvoir prendre du recule en une fraction de seconde. Mieux qu’un chef pompier plus rapide qu’un orateur elle sait toujours retomber sur ces pattes comme un félin.
    Bon aller taquinons la un peut… hé je viens de penser que je sais toujours pas ou se trouve son nouveau domicile… mmm j’ai une idée… Belle au bois dormant aura un nouvelle animal de compagnie se soir. Je souris comme a mon habitude et lui rétorque


    -Je ne sais pas le manque de belle fille… ou alors ton odeur…

    Je lui lance un sourire de défi allait-elle s’emballer ou alors ne pas soulever sa réaction m’intéressait intensément. Je me met en avant pour ne pas tomber et le regarde la tête appuie sur mon point.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 7 Nov - 15:08

Il se rapprochait, un sourire joueur accroché solidement à ses lèvres, Sabrina ne bougea pas le moins du monde, pour le moment en tout cas, son regard plongé dans le sien, il est vrai que le faire sans sous-entendu venant de sa part et a son encontre était très rare . Et peut importe même si involontaire elle ‘assumerait sans problème. Le regard mobile, elle tend finalement les deux jambes se retenant toujours avec les mains qu’elle à poser sur le dossier ou ils sont tout les deux assis. Les adultes sont censé donné l’exemple mais à eux deux, ils donneraient plus que certainement le mauvais. Le son de sa voix qu’elle reconnaîtrait entre mille pour l’avoir entendu si souvent sur différents tons, elle repose son regard vers le sien. Tranquillement l’agente de la CIA va pour lui répondre ne s’offusquant pas de la réplique sir habituelle au personnage d’en face. Bien qu’elle doit avouer que si Marc Antoine devait changer de caractère sa serait tout de suite moins bien.

-Pour le moment oui, mais je me doute que tu aura toujours les nuits de quelqu’un à occuper te connaissant ? Je pourrais trouver mais je serais en risque de partir avant la fin de ce repas et tu reviendrais me voir en croyant que je l’aurais fait exprès. Aurait-tu une tendance polygame ou aucune autre femme n’est tombée dans tes filets aujourd’hui ?

Sabrina gardait un léger sourire aux lèvres tout simplement, des réponses entre eux ? Jamais voyons, sa est et sa restera très certainement commença quoi qu’il arrive. Elle ramène ses jambes sur la vraie place pour s’asseoir et repose ses mains croisées sur ses jambes dans une position nonchalante. Elle espère que le jour n’arrivera jamais ou elle devrait enquêter ou que sa route croisera la sienne alors qu’elle travaillerait pour el gouvernement. Il y a des types de relations particulières dont on n’a pas forcément envie de se passer même si on soutiendrait que sa nous ennuie ou que sa nous énerve, tout dépend du moment certainement. Quand enfin il répond à sa question totalement inoffensive.

-Fait le tour des bars tu devrais en trouver qui n’ont pas dessoulée de la veille, mais j’ignorais que tu me suivais ? Etonnant même que tu en prenne le temps très cher.

Elle garde son regard vers lui, avec la foule de question qu’elle à poser en quelques minutes soit elle risque d’avoir pareil ou alors, une autre surprise avec lui, elle a prit l’habitude d’imaginer tout les scénarios possible tout les choix qui peuvent se faire, s’attendre à tout en somme. Sans en devenir parano non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Dim 8 Nov - 10:40

    O me prendrait-elle pour un macro cela m’est fort désagréable à entendre… je n’aurai jamais penser qu’elle puise me dire une telle chose. Elle sait très bien qu’elle est l’une de mes seul occupation qui en val la peine les pouffiasses blond refaite et les brunettes trop déshabiller ne son que des passe temps ou des poisons pêcher dans l’étant en attendant d’aller dans un récif ou lagon remplis d’espèce rare et unique qui n’est pas a porter de toute individus. Je de tourna la tête le temps d’une courte réflexion et d’un bref regard sur se lac qui est à porter de tous et toute. Qui laisse ricocher les rayons du soleil pour nous offrir un spectacle magnifique de la mouvance des eaux argentées… durant cette seconde si précieuse je rebondis d’évidence en question pour trouver une bonne solution à lui rétorquer. Car cette double interrogation devait trouve sa source avec tact et souplesse seul un bon orateur pouvait la satisfaire et raviver la flemme de ces questions.

    -Ne t’imagine pas des choses qui pourrai choquer ta penser virginal… ton imagination n’est pas assez folle qui pour pouvoir accepter la vérité. Tu sais bien que jamais je ne laisse entrer une personne cher moi… c’est moi-même qui me déplace... Jamais je n’oserai te prendre pour ces filles de bas lieu qui ne demande qu’a avoir un peu de joie dans leur vie sans bute. Tu sais très bien que les voix de mon cœur son impénétrable. Nul ne sert de courir pour trouver la femme qui me satisfera cent jours et cent nuits…

    Sabrina alanguit ces jambes comme une jeune pompom girls qui s’étire sur un terrain. Ces longes jambes et ferme aurais rendu jalouse plus d’une fille sur cette terre. Je la regarde puis descend mon regarde sur ces jambe avant de retourner à son visage. Le soleil c’était déjà déplacer cela se voyait aux taches de lumière qui bougeait c’était la preuve que le temps passe vite. Mmm qu’elle chose le temps. Pour quoi ne pas être comme la vague qui fait partis du passer tout en agissant dans le futur sans jamais faire partis du présent. Insaisissable et éternel. Telle devrais être le don de notre belle Sabrina.
    Ne voulant pour une foi s ne pas répondre à ces attentes je décide de changer le cours de la discutions.


    -Je n’ai pas besoin d’aller dans ce genre d’endroit de débouche je préfère la chasse en ville, dans nos si belle rue qui jalonne notre vie quotidienne une perle rare devrais bine s’y trouver… mais ne parlant de chasse ne t’ai tu jamais allonger pour avoir un meilleur contrat ? C’est se que tout les femmes recherche en venant me voir… je te laisse imaginer la suite. J’ignorais aussi que je et suivais mais c’est bon à savoir que tu m’y autorise en me proposant cette éventualité.

    J’espérais avoir satisfait sa soif de question et que le jeu allais pouvoir enfin commencer mais bon au plus long est le démarrage au plus dur sera la fin... je souris intérieurement et plonge dans ces yeux une fine brise passait et fit bouger ces cheveux bicolores onduler comme un tas de feuille en automne colorer et majestueux

    [hj : en mode métaphore xd tu me suis ?]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Jeu 26 Nov - 11:13

Sa phrase pour tous autres individus profitant de ce bain de soleil et qui aurait la chance ou la folie en tout cas nous trouve sur sa route et qui aurait ouie mes propos trouvera certainement ceux ci plutôt dur ou non imaginerait unis par les liens du mariage qui de toute évidence ne tiendrait pas plus longtemps qu’un simple nœud sur lequel on tire...Bien que ma question contraste avec mon mouvement corporel et la sonorité de ma voix, les gens n’y prendrait pas attention. L’intention en ce questionnement n’était pas de le vexer de toute façon je doute fort toucher un point sensible de cette carapace avec mes sarcasmes, ou il ne le montre pas, c’est égal. Sa seule intention était de le taquiner l’ennuyer démarrer des petites joutes verbales pourquoi pas…En somme s’amuser comme fait le chat avec sa proie avant de l’achever, bien que l’achever ici ne soit pas un terme exact mais vous voyez l’image qui peut défiler dans son esprit sinueux et quelques fois tordue, voir même souvent. A ces phrases d’un style toutes à fait soigner, elle tenta d’y trouver une réponse tout aussi enflammée mais d’un des mots d’une propreté absolue, ce qu’elle ne trouva point à son grand désarrois. Ses lèvres s’étirèrent à ses phrases dans un sourire mutin, croyait-il vraiment ce qu’il semblait vouloir me signaler comme un cris dans une mer profonde, dans l’attende d’un sauvetage qu’on ne sait ne viendra pas tout de suite.

-Sache que ma pensée n’est malheureusement pas aussi pure que tu tiens à le prétendre et qu’il y a très peu de chose qui peuvent me faire atteindre un état de choc. J’apprécie ne pas me retrouver au même niveau que des personnes qui prennent ça la comme un travail plutôt qu’un plaisir. Certes la patience est un art bien utile mais l’attende est une ennemie bien coriace à abattre pour atteindre un but…Cependant relever des défis à toujours été quelque chose que je fasse avec un certain contentement, mais nul ne sert de jouer si on n’est sur de gagner ?

Dit-elle dans un sourire charmant, comment ça sur de gagner ? Non la demoiselle n’est pas forcément sur d’elle mais jouer sur le charme et la drague, elle peut le développer et nul doute qu’il ne refusera ce plaisir charnel. Ma fois pourquoi courir, pourquoi sauter quand c’est les obstacles sur votre chemin qui sont le plus drôle à passer. Elle ne niera pas que l’homme en face d’elle à un certain charisme et charme ainsi qu’une complexité de personnalité à souhait...Seulement Sabrina ne comptait point, se privée de quoique se soit que donnait la vie en ce moment même et tant que rien ne lui prouvera le contraire, notre jeune femme têtue ne changera pas de point de vue. Elle pose son regard vers l’eau qui miroite à quelque mètre de leur perchoir qu’est ce banc perdu au milieu d’un océan de verdure. Le vent jouant des siennes, l’agent de la CIA replace une mèche rebelle derrière son oreille question de mieux percevoir à nouveau le visage de son vis-à-vis quand il somme sa réponse. Une salsa à l’horizontal pour un meilleur contrat ? Humm seulement si c’était la victime peut-être.

-Je pourrais certainement en gagner plus qu’en dépenser par cette soumission docile mais les gens viennent à moi pour régler leurs problèmes, je n’ai cas y apposer la somme. Ma fois pour une prochaine idée de meurtre je puis toujours essayer mais je crains que ce plaisir soit de courte durée, je ne réserverais cela cas la victime…Mon autorisation n’est pas nécessaire mais préféra si un jour tu ne veux pas voir un couteau ou quoique se soit d’autre passer près de toi, avoir quelqu’un derrière moi n’est pas désagréable mais qui en plus scrute vos faits et gestes s’en seraient trop pour ma patience.

Nouveau sourire, ça faisait des lustres qu’elle n’avait pas autant réfléchit pour faire une conversation sur un ton plus polie, plus élevée.


(hj : j’ai essayer mais force est d’avouer que non , navré)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 28 Nov - 9:01

[hj: non soucis ]

    Cette intense question portait à réflexion et oui pour une fois que nous pouvions avoir un discutions qui ne part pas en bagarre de titan cela me fit sourire.
    Un sourire simple et charmeur apparu sur mon visage idyllique conçu pour enflammer chaque dame de se monde. Je me demandais en plus des questions pausés, qui de nous deux sera le premier à faire pencher la balance, dans le gouffre d’une dispute, presque conjugal, ou dans les hauteurs de la sagesse ou même le ciel n’est pas maitre en ces lieux. Il est vrai que je suis nostalgique de temps en temps quand je repense au passer que j’ai eu avec elle notre Sabrina Garret. Tous ces moments uniques de joie et d’adrénaline. Elle a peut être un homme dans ca vie qui sait ?
    Ceci expliquerait cela.
    Pendant que je médite courtement à trouver une réponse cohérant à sa question si courante. Je me demande s’il ne faudrait pas voir si quelqu’un à son travail n’est pas sous ces charmes.
    Il est vrai que sa beauté virginal en ferais tomber plus d’un dans la démence. Beaucoup d’homme ne la mérite pas ou du moins s’attaque a un trop gros poisson. Il n’aurait pas la prestance l’argent le charme et l’apparence pour la garder éternellement.


    -Ta pensée sera toujours pure à mes yeux puisque tu ne seras jamais aussi répugnant que tes acheteurs. Tu as toute les qualités du monde qui permette d’effacer toute tes imperfections. Serais ce un défi que tu me lance ? Car te mettre en état de choc pourrais devenir un jeu important dans mon agenda…
    C’est bine de se croire plus important que d’autre mais ne te crois pas au dessus de la pyramide des prédateur. Il est vrai que tu es au dessus da la moyen mais tu n’es pas assez folle et décentrer que pour devenir inhumaine et tuer pour tuer. Tu as déjà vu The dark knight ? La je suis d’accord si tu finissais comme le Joker je comprendrais que tu pourrais te prétendre la prédatrice la plus dangereuse de se pays mais se n’est pas le cas…
    Tu sais on peut jouer pour des tas de raison. Le sport l’amour propre le faite d’ajouter une victoire même facile à son palmarès. On joue parfois pour donner de l’espoir ou un cens à sa vie. Alors je me demande ou plutôt je te retourne ta question.
    Pour quoi joues-tu quand tu es certaine de gagner ?


    C’étais une bonne question quelle ma pauser mais maintenant ma tête n’est plus que occuper par cela. Au moins j’aurai quelque chose a faire cette nuit. Me remettre en question sur pour quoi jouer quand je sais que je vais gagner. Je sais que je joue mais je ne sais que si je vais gagner même si je suis sur d’y arriver...

    -te considérerais tu comme un psy qui coute plus cher que la moyen ou alors un justicière qui fais du bénévolat à temps partiel ?... j’ai appris par quelque rumeur de cartier que tu travaillais pour le gouvernement, il ne paye pas assez ? Ou se sont de fausse rumeur ? Mais je peux comme tu la énoncer te protéger pour ton deuxième boulot. Effectivement on se sent tous de suite plus en sécurité sauf si t n’as pas confiance en moi alors commence à t’inquiéter… ce n’est pas une question de patience mais une réflexion sur ta propre personnalité. Tu ne pause pas les bonnes questions, tu dois réfléchir à se que sa t’apporteras d’avoir un type comme moi prés de toi… chance ou perdition c’est à toi de voir…

    Je souris et me lève de se banc ca mes ischios commençaient à me faire mal.
    Je me mis face à elle avant de me pencher tout doucement.
    Je m’approchas de son si beau visage et lui colle un petit revolver sur la nuque a la hauteur de cervelet et l’attira vers moi et plongeas mon regarde dans le sien.
    il n'y avait personne dans le parc ou du moins personne d'assez proche pour pouvoir observer se qui se passait dans cette belle masse de cheveux flamboyant au soleil


    Un baiser ? Belle et tendre Marianne ?

    Je souris toujours en approchant mes lèvres des siennes
    Et que le jeu commence…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Dim 29 Nov - 14:11

Certes avec ses phrases ou des sous-entendus pourraient se révéler à presque chaque mot comme un chat attendant son heure derrière la porte, pour sortir de la pénombre et ce prostré devant vous par surprise. Il était fort claire que son ton lui donnait encore plus d’assurance qu’elle n’en révélait véritablement en ce moment. Sur de gagner ? A quoi cela servirait que de devoir partir perdant avant de commencer ? Il se pourrait que la chute soit plus dure mais l’appréciation de l’extase de pouvoir toucher des doigts cette volupté de puissance vaut malgré toute la chandelle que de se ramasser lourdement au sol. Elle aime le risque et la toujours appliqué dans sa vie, la preuve en n’est son double ou triple jeu, dure est de séparer-le tout pour en analyser complètement les fondations de sa propre manière de pensée. Bien que son interlocuteur qui usait à présent d’un sourire on ne peut plus charmeur avec lui aussi une façon de pensée bien particulière, donnant lieu soit à une profonde réflexion sur le genre humain et tout ce qui va avec, ou qui peut engendrer une confrontation à marquer dans les annales tant ça peut être violent, petit et mesquin. Tout dépend de la technique. Sabrina l’écoute ramenant ses jambes sur la planche qui sert normalement à s’asseoir, toujours un ton beaucoup plus soutenus, ce n’est guère dans son habitude, plus habituer à un ton familier, cependant elle reprend plantant son regard dans le sien avec détermination et défis. Qui cherche trouve ne lui a t-on jamais dit, serait ce le moment ou leur conversation bien élevée va basculer dans les ténèbres d’une guerre sans merci ? Forte heureusement avec un fin jusqu'au prochain round ? Pas encore, ou c’est sur la bonne voix en tout cas.

-Serait-ce là tes paroles qui auraient juste pour effets de tendre les filets et de me demander de me lancer dans cette course en passant au-dessus de tous les horribles choses dont je suis capable de faire ? Ma fois il est bien mieux de voir les qualités je te l’accorde volontiers. Un jeu important dans ton agenda ? Mmm, ne me tente pas à révéler cette envie de jouer …Je ne veux en aucun cas me révéler la prédatrice la plus dangereuse, mais tels les insectes avertir par la couleur qu’il ne vaut mieux pas s’y frotter si on ne veut pas s’y piquer. Et toi te crois tu au-dessus de là masse ? Je le pense, du moins de par le style que tu déploie, toi non plus tu ne peux prétendre à cette place mais on ferait de sacré bon challenger tout de même.
Peut-être pour le simple plaisir de jouer, pour le simple but de s’occuper de trouver un loisir et pour être sur de ce qu’on avance, pour rester dans le jeu, ne pas rater la bonne occasion…


Sabrina ne lui retourna pas la question par la suite, après tout, il venait de donner une raison qu’il ne manquerait pas d’y saisir la l’occasion d’une réplique sans s’y dévoiler un petit peu de cette personnalité si troublée mais si irrésistible en même temps. Alors comme ça il fouille sur sa vie ? La jeune femme du esquisser un sourire, la il déclenchait doucement les hostilités, très bien tels est prit qui croyait prendre dans ce cas. D’un un élan sportif, elle le laissa terminer avant de reprendre point par point, se tournant un peu plus vers lui laissant ses cheveux à nouveau se faire balayer par le vent frais qui faisait tourbillonner les feuilles au alentours maculant d’une couleur cuivrée cette étendue verte.

-La manière dont je me considère ne te regarde point, est-tu un simple justicier qui replace les gens dans la partie qui les convient ou un artiste cherchant à faire de l’art avec la vie humaine et plus précisément avec leurs fin ? Les rumeurs sont fondées et c’est véridique que je travaille pour le gouvernement, qu’elle drôle de situation n’est ce pas ? Je pourrais être capable de t’arrêter dès le moindre soupçon tout en étant aussi accablé vu le double jeu que je tente de développé. Justicière et criminelle, je n’en suis pas pour autant schizophrène..En quoi ma confiance en quelqu’un devrait faire que je doive m’en inquiéter ? Ais-je peur de toi ? Pas forcément, tu aurais voulu me tuer que tu aurais pu le faire depuis longtemps et moi également.

L’agent de la Cia ne répondit pas à la dernière interrogation de Marc Antoine et le regarde se lever, se tournant simplement pour être face à lui. Il s’approchait, une lueur de défis passa dans son regard un rien flamboyant en ce moment. Non il ne croyait tout de même pas à ça ? Sans doute, vu c’est parole et au faite que finalement elle put sentir à l’arrière de sa nuque se coller le bout glacé d’un métal, une arme sans aucun doute. Elle ne fit rien pour s’en débattre mais un immense sourire vient prendre naissance sur un visage purement angélique en ce moment, trop pour être honnête sans doute. Forcée par la pression qu’il exerce, l’agent de la Cia quitte sa position et se retrouve finalement accroupis mais contre lui. Leurs corps ne se touchent pas encore mais elle pu prendre conscient en tout cas de la chaleur de l’autre personne, toujours se sourire aux lèvres, elle ne parut pas s'en faire de l’arme qu’il pourrait déclencher. Elle s’approche des ses lèvres simplement mais avant d’être assez près pour les frôler. D’un bond rapide, vu que toujours accroupie, elle se repousse contre lui, l’entraînant dans une chute qu’il ne pourrait freiner même avec sa volonté. Elle se retrouve donc au-dessus de lui, au sol, son visage à quelques centimètre ses jambes de chaque côté de son corps. Sabrina se rapproche de ses lèvres mais détourne la tête au dernier moment vers son oreille et dit d’une voix douce et agréable.

-Si tu avais dans l’idée de tirer tu l’aurais fait à ce geste, il n’est rien, tu ne le feras de toute manière pas, chéri…

Toujours un sourire vainqueur, elle recule sa tête attendant qu’il enlève son arme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Mar 5 Jan - 19:16

Un filet encore une foi elle pense à sa sécurité mais ce n’est pas comme cela qu’elle va se sauver. J’aurai dis que je lui tends une perche. Ceci comme cela convenait mieux comme image

-Serais tu capable de me faire autant de mal que tu ne le fait a d’autre homme ? C’est plutôt à toi de te pauser la question avant de me la demander non ? Un jeu, une épreuve, une passion. Tout ces terme se rassemble dans un seul bute me distraire et mètre du piman dans ma vie. Alors serai tu partante toi aussi ? Serais-tu assez courageuse pour décider d’aller contre ton quotidien ? Mais ne t’inquiète pas tu ne seras pas la plus dangereuse. Juste celle qui fascine le plus les chercheur et les fans d’entomologies du monde. Je ne crois pas être au dessus de la masse, je le suis j’en suis sur. Car si on se met a croire en tout on finirai par se croire dieu… je suis d’accord sur se point on s’amusera bien…

je regardais sa douce beauté s’afficher a nouveau. Un Léger clair obscur lui mit son visage en valeur. Tout c’est couleur chaude et automnale lui allais si bien. Elle était dans ces couleurs couleur hiver et argent. Un doux mélange de brun noir et argenté. Je la regardais donc dans les yeux. Pas seulement par ce que je pouvais me voir a travers mais par ce que je pouvais espérer la troublé au moins une fois.

-si cela m’intéresse tu m’intéresses. Je ne me dirais pas justicier mais amateur de perfection et créateur d’une nouvelle génération. J’ai déjà inspiré plusieurs jeunes. Ma race se propage. Notre prédatrice est donc une simple taupe ^^


Un souris ce fit sentir sur mon visage

Ce n’est pas drôle, mais étrange. Presque un paroxysme si l’on pousse la réflexion. Si tu m’arrête tu ne m’aura pas que moi mais le reste des dealeurs voler tueur violeur du coin sur ton dos n’oublie pas mes relation. Et se serai triste pour toi de te retrouver aussi en taule… si je tombe a cause de toi tu tombe c’est comme sa. On est lier, pas par une force invisible mais par de simple bout de papier.
Si naïve et pourtant si belle… mmm très cher Sabrina tu me plairas toujours. Tu devrais te méfier de certaines personnes. Moi ? Oui parfois tu devrais il serait judicieux pour ta vie, ou survie je dirais. Tu sais je ne suis pas « schizophrène » mais il m’arrive parfois d’être en manque c’est comme la cigarette, une foi que l’on commence on ne sait plus s’arrêter sa nous hante à vie.


Je plongea mon regard dans le sien tel une scène romantique ne bougeant pas je penche un rien ma tête pensant la voir succomber a mon charme. Quand nous tombions j’enclencha le cran de sécurité pour ne as la blesser un coup étant si vite parti se serai nul qu’il soit involontaire et peu être rater.
Quand notre chut fus arrêter par l’herbe qui s’aplanissait je souris j’étais allonger ms bras autour d’elle. Et je la fixais. Son visage se découpai dans le ciel bleu avec quelque nuage. On pourrai presque dire qu’elle m’éblouissait.
A sa phrase je pris une grande inspiration et souris amplement. Rien de plus drôle qu’une situation qui se renverse.



-chéri ? … comme t’expliquer ma belle. Si je dois te tuer j’aimerai ne pas abimer ton si beau visage. Me comprends-tu ?


Sur ces bonne parole j’en leva mes bars autour d’elle et rangea l’arme. Et sans prévenir je donna un coup de bassin qui la mi décoller les genoux du sol. Je roula sur la gauche me relève d’un bon et la soulève par les cotes. Je fi un tour demi circulaire et l’envoya au lac qui se trouvait juste à coter de nous.

Tu es beaucoup plus belle au naturel Chérie.. Tout se maquillage … au diable.

Ce fus à mon tour d’avoir un sourire vainqueur.


[dsl du retard j'ai du des exam puis les fêtes et après il a fallu virer mon frère de l'ordi ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Jeu 7 Jan - 9:40

Sabrina continua de le fixer un sourire joueur toujours accroché à son visage comme si jamais il ne s’en lasserait. Elle écouta marc Antoine reprendre la parole alors qu’une foule de questions, de répliques et de sentiment passent en elle, qui va de la colère à la simple envie de rire. Ayant une trop grande variété en si peu de temps et a son monologue, elle se permet un recule glacée en reprenant une neutralité parfaite. Un regard plus assassin et surtout un air qui la rendait un peu plus sérieuse que cet air jouette comme un chine qui va aller promener. Ce petit répit passé, elle reprend à nouveau plantant son regard noisette dans le sien sans ciller un seul instant profitant ainsi du charme de son vis-à-vis en même temps.

-Si je suis partante de mettre du piment dans ta vie ? N’est ce pas ce que je fais en continuant mon quotidien ? Avoue que ne jamais te répliquer et te laisser faire sans rien dire te serais lassant au finale, car ce n’est pas comme ça que tu me connais. Te faire autant de mal que les autres, tu as raisons sur un point sûrement que non mais si tu entame ce jeu là, je ne me gênerais pas pour te faire comprendre ton erreur. Ce n’est pas par ce que j’ai l’apparence fragile douce et faible que je le suis forcément, méfie-toi.

Ah la suite, l’agente ne pu que répliquer par un sourire entendu il est vrai qu’exprimer aussi simplement comme ça ça paraissait assez bête mais a-t-elle formulé qu’elle s’attaquerait à cet homme, allons voyons c’est comme si vous alliez volontairement détruire une des choses amusante et stable( bon d’accord de son point de vue là encore) pour vous plonger vous-même dans le chaos. Elle avait assez de chose périeuse pour le moment. Le gymkhana ou la grande réflexion pour se sortir des mauvais pas elle adorait, elle doit être un peu accro à l’adrénaline sans doute mais pas suicidaire non plus. Et puis peut-être que la miss ne serait pas forcément mieux lui mort, peut-être que ça serait le contraire. Oui elle jouait le chat farouche et solitaire qui fuyait si on le suit mais qui dit que s’il ne fuyait pas, elle ne courrait pas à sa suite ? …Complexe son esprit mais il est vrai que ce n’est pas le problème de son agenda et après toutes leurs années de jeu ce ne serait pas trois mois qui changerait quelque chose au contraire ça en serait encore plus drôle.

-Ais-je seulement formulé que je contais appliquer ma proposition ?..Sache que ça marche dans l’autre sens, je tombe, tu tombes aussi avec ce que je sais de toi..Nous voilà dans une impasse si un différent irréconciliable nous déchire nous devrons faire quand même front commun si nous ne voulons pas finir au cachot, quoique vu mon statut et la clémence habituelle de la CIA je pencherais plutôt pour 4 planches. Je sais ou sont mes avantages et je n’arrête pas les gens que je connais, je suis peut-être une taupe pas une balance. De quoi serait-tu en manque ?

Questionnna la brunette en plongeant son regard dans le sien, un sourire en quoi bien que c’est une lueur de défis dans les yeux qu’elle à prononcer cette phrase. La chute fut amortie ou plutôt il me servit de coussin, agréable oreiller je dois avouer. Belle réplique aussi.

-Quoi tu préférais mon cher Marc Antoine, c’est un peu long.

Quand elle le sentit ranger son arme, elle s’apprêtait à se redresser donc techniquement à sa décaler de lui mais elle se ramassa plutôt un coup. C’est qu’il serait plutôt violent, et voilà leur gentille conversation bien élever bascule à nouveau dans une guerre sans merci, mais au fond à quel bute, est ce dans la douleur, le problème ou dans la domination qu’on gagnera ? En tout tenter d’expliquer ça à notre agent de la CIA car œil pour œil dent pour dent, sans qu’elle comprenne le pourquoi du comment elle se retrouve dans le lac glacé. Un frisson parcouru son échine. Elle commença à nager vers la sortir ces vêtements pesants, elle l’entendit. Le temps est agréable forte heureusement par contre elle entend d’ici les répliques de ces collègues quand elle mettra les pieds à son travail. Elle se redresse les vêtements lui collant à la peau et les cheveux collés dans son dos. N’ayant pas de blanc elle n’avait pas à se plaindre, elle tord le tout, avant de porter son regard glacial vers l’homme rayonnant. Elle se baisse simplement prenant sans qu’il le voie son couteau près de sa chaussure, directement en se redressant elle le lance. Il passe en frôlant sa jambe ma fois de la a savoir si il a toucher le tissus ou la jambe, elle est trop loin pour s’en rendre compte. Tout ce qu’elle réalise c’est qu’il se plante dans le banc de tentôt.

-Le prochain risque de ne pas te rater chéri !

La part criminelle plus présente s’estompa et elle remarcha droit vers lui d’un air déterminé.

-Je n’aimerais pas non plus abîmer ton son beau visage vois-tu ce n’est pas la que j’ai visé.


[Pas Grave^^]

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Ven 22 Jan - 19:09

Et voila le visage que je voulais voir. AA quel splendeur, c’est pour ce visage que l’on sais a quoi serve tout nos effort. I lest si vrai si beau si naturelle. Cette neutralité et cette force d’esprit la fait ressortir de la moyen. Elle se trouve au dessus de toutes les femmes une vrai princesse tyrannique. Une force de caractère folle et un corps si fragile… Pour quoi se cacher face à tout c’est sentiment qui m’envahisse. C’est mieux que l’amour et pire que l’adulation. Je ferai n’importe quoi quand elle fait cette tête la. Mais bon je préfère garder toute ces sensation pour moi car comment dire … si elle l’apprenait je pense qu’elle en profiterais légèrement vous ne croyez pas ??.

-je sais que quand tu veux tu peu être diabolique à souhait mais je ne voix pas de quel erreur tu parles. Te connaître ? t’ ennuyé ? C’est peut être le faite de vouloir jouer … peux m’importe e trouverais toujours cela amusant quelque soit ta réaction

Bien en faite je ne voulais pas l’offusquer mais la elle se mettait à réfléchir comme une femme. C'est-à-dire qu’elle pensait toujours trop loin. Et oui désoler mais généralement j’évite de voir le double sence de mes phrase car parfois ca pourrai devenir tordu. Bon aller évitons de creuser notre propre tombe. Réfléchissons et répondons correctement… AAA les femmes qu’elle merveille de la nature complexe et instable…

-Les éclaboussures de sang à la Pollock. Voyons quelle question…

Cher Marc Antoine était un peu long il fallait l’avouer mais bon comment résister à cette appellation quoi que mister Marc sa fessait bien aussi mais bon il y a tellement de possibilités de me nommé comme maitre empereur Marc Antoine prince ou autre dériver du genre.

-Tu pouvais te contenter de maître Marc tu sais...

Ma Masculinité a presque pris un coup une monté d’adrénaline et un moment de peur te de terreur parcours mon corps tout entier. Je me retournai après avoir entendu un « pok » j’étais toujours entier et opérationnel. Dans se cas la on dirait« Même pas peur mais se serai un mensonge comme la maison blanche.

-Si tu veux renter n’oublie pas que tu as besoin de moi! Alors réfléchi avant de recommencer, car je te voix mal trouver une excuse quand tu retournera au boulot dans cette état la…

un large sourire d’amusement me vint. Tremper jusque au os Les vêtements dégoulinent les chaussure fessant un bruit monstre les sa blouse découpant ces courbe si majestueuse quelle beau spectacle.

-Oui j’ai remarquer. Sa ne fais que prouvez que tu est jalouse et que tu ne veux pas que j’aille voir ailleurs.

Je fi quelque pat en arrière histoire de ne pas être mouiller… une femme c’est sournois il ne faut jamais l’oublier
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 23 Jan - 23:31

Redevenu un semblant de pureté, telle une statue de marbre seulement localisée sur le visage pour un moment. Il est vrai que la neutralité qu’elle y place tranche avec un regard flamboyant et peut-être menaçant. Par contre sa pensée et son état d’esprit est à l’antipode d’une quelconque menace, elle ne fait ici que parler, elle ne compte point appliquer ces quelques résolutions. Quand elle tourne son regard d’un brun intense en ce moment mais nettement plus foncé cas l’ordinaire vers lui, notre agent de la cia l’écoute lui demander qu’est serait l’erreur, d’une logique implacable pour son cerveau, elle pense dans un premier temps ne même pas daigner lui répondre pour une si bête question malgré tout la suite la faisant sourire et donc retrouver ce petit air de jeune chiot à qui vous promettez une longue ballade ou un bon nonnos, elle déserte les dents et prononce d’une voix comme si ça coulait de source pour la miss.

-Je parlais de l’erreur que tu ferais en voulant t’en prendre à moi, en sous estimant mes capacités ou relation que je pourrais développer...C’est toi qui le dit mais tout peut changer et le jeu est souvent moins drôle quand on voit qu’on se trouve en mauvaise posture. Pour avoir vécu le cas, c’est le moment ou l’adrénaline est à son comble mais la joie ne revient que quand ça se termine.

Dit-elle tout bonnement. Il est vrai que la demoiselle s’emporte un peu trop en pensée, mais voyez-vous ces temps ci sont complexe et elle n’a pas le droit à la moindre erreur. C’est comme un veilleur de nuit qui sait que quelque chose va se produire mais qui doit rester éveiller tout le temps pour s’assurer de tout et restée éveillez quand on manque cruellement de sommeil devient un véritable défis. Alors oui son défis d’alliez taupe, criminelle et agent lui prend beaucoup de temps et la mets dans des situations délicates. Alors oui elle doit réfléchir énormément pour trouver de quoi s’en sortir en toute situation. Il faut croire que son cerveau maintenait entraîner à développer toutes les éventualités d’échappatoire à la sentence qu’il voit, enfin plus qu’avant bien sur, le développe même à des moments qu’il ne faut pas. Soit, elle a un peu trop de fierté que pour avouer une faiblesse et un besoin de relâcher le tout, alors elle donne l’apparence, elle joue la comédie comme elle sait si bien le faire et avec un sourire. Seulement au moins la conversation avec Marc Antoine la fait toujours sourire de manière réelle, ça elle l’apprécie beaucoup mais ne lui dira jamais. Après il risquait d’en prendre la grosse tête. D’ailleurs ses lèvres s’étirent dans un doux sourire quand il parle de ce qui lui manquerait.

-Bien sur mon cerveau n’a rien imaginé d’autre, c’est d’une logique imparable..

Prononça t-elle dans un murmure un sourire provocateur bien encré sur le visage. Et la suite la fit reprendre constance, maître . Mm notre cher criminelle aurait des tendances mégalomanes, elle n’appellerait jamais personne maître ! Enfin sauf les juges mais c’est un cas a part n’est ce pas ?.

-Maitre ? Rien que ça, tes chevilles vont bien très cher ? Tant que t’y est roi, prince, Lord ? Mais sache que je ne considère personne comme mon maître et cette appellation ne sortira de ma bouche pour personne à l’exception des jurés.

Son regard après ce passage à la flotte paraissait le fusiller, comment avait-il osé ? Enfin sa vengeance fut à la hauteur de l’affront qu’il lui fit, mis à part que sa aurait dut le toucher, mais elle aurait du le soigner et tout, trop de problème en plus. Par contre elle put apprécier avec un petit côté sadique le sentiment qui parcouru le corps de notre très cher amis Marc Antoine. C’était un petit plaisir personnel, passons, vaut mieux qu’il ne le sache pas.

-En quoi j’aurais besoin de toi ? Je peux rentrer chez moi sans ton aide, me changer et retourner tranquillement à mon travail ?

Il souriait, Sabrina elle, tordait ces vêtements comme on fait avec la serpillière pour laver la maison, c’était collant et fort désagréable de marcher avec ça surtout quand le jeans vous colle. Le dessus, elle s’y ferait mais le pantalon ça non ! Occuper de vider ses chaussures à quelques mètres de lui sa réflexion la fit redresser la tête brutalement avec un regard accusateur.

-Jalouse ? En quoi ? Même couvert de cicatrice tu arriverais à charmer une de ses demoiselles si tu y tiens tant.

Elle se dirige vers lui mais il recule, un sourire à nouveau mi-moqueur, mi-amuser apparu instantanément, décidée à le repousser une nouvelle fois dans un retranchement et d’attaquer cette égo surdimensionné, après tout pour le moment, elle avait les cartes en main, elle partit chercher son couteau, dos à lui jouant avec son couteau en main, elle reprend sans lui adresser un regard.

-Oh te ferais-je peur Marc ? Comment un homme de ta classe fuirait simplement devant une femme au vêtement mouiller ? N’est ce pas la que ton esprit chevaleresque doit faire son retour ?

Elle n’alla pas plus loin et ne se retourna pas, restent de dos face au banc ou ils étaient, avec ça elle espérait bien le faire réagir, la vengeance est un plat qui se mange froid n’est ce pas ?


Hj: Sorry du texte mais vu l'heure je peux pas mieux...

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Mar 26 Jan - 19:26

[hj : putain être en vacance sa te va pas mdr !!! Retourne toute suite a l’école aller je veux plus te voir mdr ton pc te manipule faut que tu le quitte (dsl folie passagère)]


Je la regarde

- Je ne cherche pas la joie mais l’adrénaline alors je dirais que ce jeu est propice a mes envies…

Je n’eu pas envie de répondre à cette phrase sans suite cela serais une perte de temps et une suite de discutions sans fin. Et sa finirai dans une discussion banal sans bute comme les personne âgée qui demande 3 foi dans la conversation si on va bine. En gros c’est peine perdu. Mais bon venons en au fait.

- Je n’accuserai pas mes cheville ma mon coup c’est pour cela que j’ai ouvert ma chemise. Lord ? oo sa aussi sa me plairais.

Son regard m’en di long j’ai toujours su qu’elle avait des sentiments pour moi et le danger qu’elle me fait vivre prouve que sa l’excite. C’est donc une petite coquine qui se cache derrière se regard de pierre. Je voix se qu’elle essaye de faire je la regarde de haute en bas et savoure les forme de son corps avec un léger sourire et un regard charmeur. Aucune femme ne pouvait me résister avec se regard.

-oui tu peux retourner cher toi si tu veux y aller à pied ou en bus…

Je fis un largue sourire innocent

- comment t’expliquer sans que tu t’énerve… disons que j’ai vu ta voiture au parking priver de la CIA… et bon comme parking priver j’ai connu beaucoup mieux. Mais bon je suis passé lui faire un petit coucou et la ben elle a fini a la fourrière car elle était mal garer dans un rue… désoler mais c’était trop tentant ce gros agent de sécurité qui mangeait et toi qui arrivais enfin soit c’est du passer... Tu veux que je te ramène ?

je la regarde elle et son visage si beau les cheveux qui ondule légèrement car il commence à sécher doucement mais surement. Je garde un léger sourire comme à mon habitude et lui réponde d’un ton sonore


-Mmm oui pas faut mais bon. Dison que si je reste parfait se sera mieux. Ne crois tu pas ?? [ /b]

Je la regarde le cœur qui commence à battre j’adore se moment j’aimerais qu’il s’arrête pour que je puise le savourer éternellement.
La elle a presque l’aire fâcher mais bon je sais qu’il n’en ai rien le jour ou elle est fâcher se ne sera pas a cause de moi. Disons que je suis tellement exceptionnel qu’elle ne peut- être fâcher. Il faut presque tous prendre au deuxième dégrée avec moi… sauf si elle a ces règle la je pense que je suis quand même mal barre. Je la suis donc du regard et la voix allée vers son couteau…


[b]-Comment pourrais-je avoir peur d’une aussi belle créature ?je ne veux pas fuir. Qu’est ce qui te fais penser sa ?? Ben j’aimerais bien te demander pour quoi tu es mouiller et te proposer une serviette mais disons que je sais déjà la réponse. Tu veux une serviette ??


Je restais là sens bouger avec une fâcheuse envie de m’avancer vers elle pour lui donner ma veste mais bon je sais que je risque une grosse raclé si je me laisse guider par ma personnalité. Aller resserrons les vises marc. Je me décale donc er marche en oblique pour rester à égale distance d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Dim 31 Jan - 21:19

Enfin joie, joie, tout est une question de définition, quand vous êtes dans un gros merdier comme elle en ce moment la première chose qu’elle risque plutôt de faire en terminant tout ça ( si c’est en vie bien sur) c’est sans doute pas une danse de la victoire sur sa chaise de bureau hein, mais plutôt rentrer chez elle et allez se coucher et espérer pouvoir dormir sur ses deux oreilles au moins une fois. Elle l’écoute répliquer et ne rajoute rien, que faire ou que dire qui aurait au moins de l’intérêt. Pas grand chose c’est une évidence, d’ailleurs ça ne serait que remettre une couche sur une tartine déjà remplie de nutella, c’est une comparaison comme une autre. Sabrina s’autorisa donc la même réserve que ce Cher Marc Antoine et passa sa phrase sous silence comme visiblement il le fit avec la sienne par la suite, après tout on n’est libre non ? Bon d’accord presque mais deux criminelles franchement briser une loi ou deux c’est sans doute pas ce qui les arrêter en tout cas sûrement pas notre agent de la Cia qui en passent déjà une flopée dès son inscription aux services du gouvernement…Hem heureusement que les détecteurs ne voient pas les pensées. Pense à gauche et dit à droite. C’est tout un état d’esprit. D’ailleurs la jeune femme s’égare encore en fois dans ses pensées et c’est la voix mélodieuse et aux consonances charmantes qui la ramène sur terre. Une fois de plus elle se prend un sourire radieux à sa réplique mais rétorque acide.

-Parfait ça, mais pour tes chevilles aussi je te conseil peut-être de couper le bas de ton pantalon ou d’enfiler un short tient…Dans tes rêves seulement la tu aurais quelqu’un pour t’appelez Lord. Petit mégalo qui se découvre.

Sabrina cessa finalement son petit sourire un rien particulier en se reprenant, cependant elle se rapprocha donc de son vis-à-vis, qui lui ne la quittait pas des yeux, tss, tous pareil, enfin remarquer à jouer l’inverse qui je dis bine qui ne dirais qu’il n’a jamais profité de la vue ? Celui qui le dit c’est un menteur ou des personnes en bas a age, que c’était beau l’ignorance de l’enfance au final. On tombe bien vite dans la décadence et la dépravation de l’age adulte, certes c’était exagérer mais pour des yeux plus jeunes, ça donnerais à peu près ceci dans leurs imaginations. A sa phrase son visage reprit un air neutre tandis que le noisette de ses yeux replongeait dans son regard qu’il voulait charmant, ne voulant rien lui laisser entendre, elle n’en paru pas plus radoucie pour autant. Minute comme ça à pied ? Un haussement de sourcil se fit rapidement comme pour essayer de comprendre, elle voulu d’ailleurs formuler cette interrogation avec des mots mais ceux ci n’eurent pas le temps de passer le barrage de ses lèvres qu’il reprenait la parole, lui coupant l’herbe sur le pied. Elle se mura dans le silence patient et attentif vu qu’il allait répondre.

-Sans m’énervez ? Tu n'as pas encore atteint ce stade donc tu peux y aller.

Il enchaîne. Au fur a mesure son visage perd un peu de sa superbe, s’il dit qu’elle est en petit morceau, elle pensait bien être capable de faire un meurtre la maintenant dans ce parc tant pis pour al sécurité qu’elle prend d’habitude, elle resserre les dents laissant voir ce faite par sa mâchoire qui se contracte un peu et reporte une nouvelle fois un regard assassin vers cet homme inqualifiable. Remarqué qui aime bien châtie bien mais il y a des limites acceptables par tout le monde, Don’t touch this car !.

-Du passé ? Ma voiture est à la fourrière à cause de toi et tu ne pense pas à me le dire ? Bien ça fait du joli pour moi, enfin des excuses, j’en ai a revendre mais ça fait toujours taches !

Elle répond avec conviction.

-Non, non, te laissez le volant c’est te laisser conduire presque ou tu veux, hors de question mon cher !

En quoi son avis serait important sur son physique à lui ? Sans doute c’est mieux sans rien mais il n’était pas vraiment du genre à rester assis sagement dans son fauteuil et c’est toujours aux gens qui travail qu’ils arrivent des emmerdent, donc il y a nettement plus de chance d’avoir quelques petites cicatrices que de rester immaculé voyons.

-Si certainement mais pour ça faudrait un métier plus reposant et moins risqué.

Elle esquisse un sourire en coin. Jouant toujours avec mon couteau évitant avec habilitée de me blessée et aussi d’effrayer les rares passants qui nous regardent étrangement. On ne peut en vouloir à ce commun des mortels d’attirer leurs attentions, Peut-être que comme un poison particulièrement machiavélique on n’a quelque chose qui fait croire à la douceur ou au chose bonne hors c’est le contraire. Et puis une personne trempée bien que le soleil commençait son œuvre et la seconde qui reste à distance honorable à de quoi éveiller leurs curiosités maladives. Qui n’aime pas les potins quand ça concerne la vie des autres ?. Toujours dos à lui, regardant au loin dans l’immensité verte de ce parc, l’agent de la CIA l’écoute.

-Je crains que la serviette ne suffise pas et fuir pourquoi ? Tellement de raison pourrait être évoquée.

Brutalement elle fait volte face et le regarde marcher en oblique dans le digne style du crabe. Un sourire hilare risque de percé sur ses lèvres mais elle le contient à la perfection dans une moue indéchiffrable même par elle-même.

-As-tu des problèmes avec la ligne droite ?

Sab' le suit avançant elle, parfaitement normalement ou en oblique également seulement dans un parc, il y a des obstacles non et il fonce droit dessus le prévenir ou non ? Hum dure choix pour notre demoiselle.

-Tu va être obligé très cher d’avancer, promis je rentre le couteau en poche, je le garderais pour des meilleures occasions…

Et elle laissa là sa phrase en supens.



[ Pas de problème je connais ce que c’est xd… Mais bon j’y retourne à l’école mais c’est le soir que sa me vient plus facilement^^ Donc sorry de se post un peu nul je ferrais mieux au prochain My Dear ]

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Ven 12 Fév - 21:59

Je ne la quitte pas des yeux une femme aussi dangereuse on ne sait pas se qu’elle peut faire on doit donc s’attendre a tous de sa part. En l’observant je constate une micro expression qui lui donne un charme fou, et voila qu’elle part dans ces pensées son si doux visage au trait si gracieux devine neutre comme une vrai poupée de cire. Il me reste donc deux solution fuir en courant très très vite dans un chemin peu confortable ou alors affronter se qu’elle manigance.
Mais la connaissant elle n’appliquera pas se à quoi elle pense. Et temps que je reste productif et beau je m’en contre fiche se à quoi elle peut penser… sauf si elle élabore un plan pour me charmée. Ooo que se serais bien si nous pouvions lire dans les pensées quoi que parfois cela pour faire peur a certaine personne même a moi. J’ai déjà peur quand je par des mes délires alors si je trouve pire que
moi je crois que je ne m’en remettrais pas... Voir même pas du tout.
Il n’y eu qu’une fraction de second entre ma parole et sa réplique, c’est fou comme le cerveau ce muscle si complexe peu agir beaucoup plus vite que les muscle normaux. Surtout quand on sait qu’un influx nerveux va à deux 6km/h.
La fin de phrase me lança un souris plus que impatient de répondre.
Et oui se jeu éternel pourrait durer des jours et des jours… surtout avec un sourire comme le mien…

-je vais y penser chère Sabrina. Mais tu devrais savoir que jamais je n’enfile de short. Part contre si tu en as un à me prêter …

Je fis un brève allusion a l’une de ces tenu d’été dernier qui était il faut l’avouer vraiment très très court mais par ailleurs très très joli

- Enfin si tu ne la toujours pas jeter.

J’espère avec cette courte phrase qu’elle va un peu paniquer et se sentir observer… sa pourrais être sympa qu’elle face des insomnies car elle pense trop a moi.
Sabrina se rapproche de plus en plus de ma personne. L’adrénaline commence a monter mais j’ai l’intuition qu’elle va très vite redescendre. A force de la regarder et de faire attention a ces moindre geste je crois qu’elle va penser que je le relooke quoi que c’est vrai qu’elle est belle ainsi, toute ces courbes, ces couleurs, c’est une perfection… la Venus de Milo n’arrive pas a se cheville. Une déesse dans un corps de femmes.
Elle a presque l’aire charmer par mon charisme et mon aura … mais ne tuons pas la peau de l’ourse avant de l’avoir tuer. Car tous n’est pas acquis, même si la pierre que l’on convoite est a porter de main.
C’est comme dans une belle bijouterie, on voix une magnifique parure qui irais a merveille a une des plus merveilleuse femme de cette terre puis on se di que ce bijoux derrière cette vitrine est bientôt a nous on est juste séparer de 10 cm et quand on va a la caisse pour l’acheter on vous apprend qu’il a été acheter a l’instant a un homme qui a donner un coup de téléphone et qui devait être à des kilomètres du
trésor que vous convoitiez. Vous allez me dire que si je raconte une histoire aussi absurde c’est que j’en ai été victime. Hé bien tous ceux qui on penser cela je vous le confirme vous avez raison. Quand sa vous arrive je vous assure que vous avez l’aire bête.

-A bon... Donc j’ai le droit de t’avouer que tu m’as l’aire plus
grosse... Tu as grossi ? T’inquiète aps juste quelque kilo mais sa se vois quand même… Enfin je te le di mais si maintenant tu t’énerve tu n’as cas t’en prendre a toi-même.

Ce jeu devenait de plus en plus amusant, divertissant, je jubile a l’idée de la voir s’énerver un tout petit peu. Bon ok j’avoue ce n’est pas très gentil de dire ou de faire sa a des gens que l’on apprécie ou que l’on aime mais ne dit-on pas Qui bene amat bene castigat ? Enfin si je me souviens bien de mon latin car l’aire de rien sa remonte déjà à quelque année. Pour pas dire une grosse décennie. Rien qu’en pensant a cela je commence à me sentir vieux. Aller sentons nous jeune.

-Et bien si je te le dit maintenant et puis en plus de sauver notre
planète par ton écologie tu as le droit a un tour en voiture gratuit ce n’est pas beau tous sa …mais non sa ne fais pas tache. Et puis si sa fais légèrement con ne t’excuse pas et change de sujet c’est mieux ainsi. Non ?

C’est qu’elle me prenait pour un monstre violeur non mais c’est quoi ca. La seconde d’avant elle m’aurait embrassé avec fouge si je lui avais demandé. A les femmes toutes les mêmes elle change d’avis comme de chemise, c’est surement les hormones…

-tu me prends pour qui... J’ai l’impression que tu ne me fais pas
confiance. Tu sais pourtant très bien que pour toi je ferais n’importe quoi. Je réaliserais presque tous tes désire.

Je prends mon aire le plus séduisant en plus disant sa. Puis je la regarde de haut en bas. Tout en l’écoutant parler. Je rétorquai un simple.

-oui peut-être pour ne pas te dire surement.

Elle semblait un poil très fâcher pour ne pas dire qu’elle terrorisait toutes les personnes qui passait dans les alentours. Déjà son couteau en disait long sur se qu’il risquait de m’arriver et ensuite tout ces mouvement de lame laisse présager se que ma peau risquait de subir.
Ok même pas peur elle m’aime de trop que pour m’abimer mais
pas assez que pour me castrer. Qu’elle dure problème… toute ces femmes insatisfaite. Elle s’en voudra toute sa vie …
le tous c’est de faire semblant ne de pas avoir peur. Et voila d’adrénaline qui reviens elle était peu a peu partie mais maintenant elle revient de plus belle j’adore se moment le cœur va plus vite plus mort les muscle frétille a l’idée de dépenser toutes cette énergie emmagasiner.
Je me tien donc près à courir ou du moins m’éloigner rapidement pour ne rien risquer. .

-c’est pour sa que je te proposer de passer cher moi. Fuir et ben effectivement de nombreuse raison valable peuvent et seront évoquer. Je veux rester beau fertile, éviter de me ramasser
une lame en métal quelque part dans mon corps. Aucune homme ne ma toucher ce n’est pas une femme qui va me faire mal. Ma passion se retournerait contre moi ce serai malheureux.

Je me déplaçais latéralement sert mais je ne voyais pas en quoi j’avais un souci avec les lignes droites je gardais juste un périmètre de sécurité. C’est le moindre des réflexes à avoir quand on s’apprête à mourir ou à courir...

-non mais j’ai cru comprendre que les femmes avaient souvent besoin d’espace quand elles étaient énervées ou qu’elles perdaient le contrôle de la situation…

Oui moi et les femmes c’est une longue histoire. Je commence à les connaitre trop bien et sa me fait peur car je les aime de moins en moins.
Le soucis avec les parcs c’est qu’ils sont aussi écolo et qu’il y a des arbres alors je vais devoir le contournée par l’arrière et je vais devoir la perdre de vue se qui va être risquer, ou alors je passe par l’avant
et la elle sais m’avoir d’un simple coup de bras… qu’elle vie de chien.

-range le maintenant et je m’avance… disons que puisque tu ne me fais pas confiance pour que je te ramène pour quoi je devrais te faire confiance pour ton bébé d’acier.

Je la regardai dans son ensemble attendant que son couteau arrête de gesticuler dans tous les sens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 13 Fév - 16:36

L’idée n’en était qu’une mais il était libre de faire ce qu’il veux. Elle esquissait un sourire en se l’imaginant en short, chose qu’elle n’avait pas encore vu chez lui. Dans un sens, elle ne le suivait pas à la trace comme un chien avec son maître. C’était plutôt le hasard de leurs chemins respectifs qui faisaient croiser leurs routes assez souvent. Au plus grand plaisir de ce petit jeu et joute verbale maintenant habituelle entre eux. Ca peut paraître un peu paradoxal de voir deux personnes sans doute capable de s’entre tuer, mais certainement de vous tuer, discuter et de se lancer des piques de manière tout à fait normale, comme si ça faisait partie de la vie. Après tout ce n’était pas parce que votre métier était de pointer mais aussi de tirer, à la différence des chômeurs, que vous êtes quelqu'un de dénuée de tous sentiments ou d’autre intérêt que de voir le sang s’échapper d’un corps ou quelqu’un s’effondrer au sol de votre faute. Allons voyons, ils n’étaient pas encore bons pour l’asile, un jour peut-être qui sait. Alors que son esprit l’imaginait avec des shorts de toutes provenances et de toutes couleurs, l’agente sourit inévitablement quand la suite la fit stopper son exercice mental pour se concentrer vers sa phrase, qu’il n’enfilait pas de short elle avait comprit mais le sien ? Elle s’imaginait l’été près de la plage tranquillement, les pieds baignant dans la mer pour une promenade le long de la côte. Son regard se fit plus soupçonneux et se posa vers lui comme une demande d’explication.

-Allons, ne soit pas trop optimiste je doute que tu sache l’enfiler sans me le détendre ! Ravie de voir que tu porte tant d’intérêt à observer mes déplacements de vacances. Ne t’a ton jamais appris la politesse ? Tu n’avais pas autre chose à faire que de suivre une pauvre demoiselle ?

Rajouta-elle sur un ton plus sec qui se radoucit sur la dernière phrase. Décidément, elle devrait porter encore plus d’intérêt à protéger ses arrières, si lui arrive à la suivre, alors des autres pourraient le faire ce qui serait plus dangereux. En même temps on ne pense pas a des menaces quand vous être tranquillement sur une plage à se dorer la pilule au soleil. Cependant peut-être que son cerveau ne voulait pas le comprendre comme un danger ce qui expliquerait de ne pas s’être sentie suivie. Mais mieux valait taire ses spéculations. D’accord il ne l’a encore jamais énervé au point d’atteindre celui de non-retour. D’ailleurs il vaut mieux que personne un jour n’atteigne ce stade, elle se connaît et dans ce cas là, elle perd un peu toute notions et elle est incontrôlable. Heureusement, elle est comme un océan qui se déplace, il va lentement. C’est donc très difficile de la mettre à bout de nerf mais c’est aussi le cas pour la calmer. Enfin si, elle crie ou bien hausse le ton en faisant un regard assassin mais croyez bien que ça ce n’est rien, la seule personne qui a du la voir à bout a sans doute du faire un séjour à l’hôpital. Grossis ? Mais il voulait rire là ?

-Si tu me suivais tant que ça, tu devrais savoir que ce n’est point le cas. Mais je ne te conseillerais pas Marc de me pousser à bout, ça te serait regrettable !

Ce fut une menace silencieusement, le genre de ton détaché mais qui gâche bien son but tranchant. Ce n’était qu’une mise en grade bien sur et elle se doutait qu’il ne faisait que la taquiner. Ah le jeu, passion qu’il partage, qui rapproche peut-être leurs folies ou delà de toute logique. Elle le regarde d’un regard sombre presque d’un froid polaire bien que son visage n'a pas changé d’expression. Le vent emporte et emmêle ses cheveux, séchant un peu ses vêtements par la même occasion. Sabrina voulu répliquer comme elle en a le don, par une petite réplique assassine en son style mais la suite lui fit oublier toute sa rancœur à prononcer et un sourire en coin mystérieux fit son appariation sur ses lèvres rosies par le froid.

-Je te connais trop peut-être ? Tous mes désirs ?

Oh que ce n’état jamais bon à dire à quelque ça, elle vu son regard et se rapproche de quelques pas, le couteau toujours en main certes, mais pour le moment la pointe de la lame tenait en joug que le sol verdoyant sous le soleil qui a refait son apparition. D’une voix plus lente plus sensuelle peut-être son sourire mystérieux aux lèvres, la brune reprend.

-En es-tu sur ?

Ayant fait volte face, elle gardait son couteau pourtant à l’abris des regards des passants. Question qu’aucuns de ses imbéciles viennent appeler la police pour agression dans le parc non mais. D’un côté qui irait soupçonner ou douce et fragile jeune femme, un sourire narquois apparaît à cette pensée, à comme il peut être simple de se faire passer pour ce qu’on n’est pas. Oui certes elle se vengera pour avoir fait un vol plané dans l’immensité toujours miroitante de ce lac, mais comme on dit ça se mange froid, alors pas tout de suite, elle va d’abord élaborer. Pour le moment, elle ne fait encore une fois que jouer. Elle donnerait cher pour percevoir si le cœur va plus rapidement ou si la peur ou l’adrénaline arrive en flux dans ses veines. Son regard noisette passe de sa lame en métal vers le regard de Marc Antoine.

-Tout peut basculer et je pourrais peut-être me permette de venger la gente féminine par le froid de cette lame, il est vrai, mais ne pense pas directement à tes bijoux de famille. Allons, voir la souffrance se faire est plus agréable que de savoir qu’on n’a déjà pousse le corps à sa limite supportable…Mais non, je ne suis pas adepte des couteaux même si c’est très utile par moment.

Elle relevait la tête d’un air sérieux quand enfin coincé par la magie des arbres de cet endroit ou l’enfer des arbres plutôt pour lui. D4un côté qui cherche trouve, il l’a cherché, inutile d’esquiver les retombée. Pourtant encore une fois ce n’était pas ça, elle ne lui ferait rien du tout voyons. Elle reporte son regard en l’entendant.

-Je pourrais penser à mettre une pointe de diamant, de cette manière je serais sur que rien ne la casserait.

Elle relève un peu son pantalon détrempé et replace le couteau de son endroit approprié avant de le regarde. Lentement elle se rapproche d’un pas, se retrouvant plus proche de lui, elle avance avant d’approcher ses lèvres de son oreille ne le touchant pas pour autant bien que l’envie qu’il se retrouve lui aussi bon pour se changer lui a traversé l’esprit.

-Et maintenant quoi ? Tu va ressortir ton petit pistolet d’enfant pour être sur de pouvoir gérer la situation ? Croit moi, ne pas avoir tout sous contrôle peut être amusant.

A son tour de venir de le chercher, et pas toujours le même! Sabrina recula sa tête et plonge son regard dans le sien avant de reprendre d’une voix neutre.

-Alors tu as décidé de camper dans ce parc ?

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 20 Fév - 21:51

Et la voila repartie… Image mental, pensée loufoque, je ne tente même pas d’imaginer se qu’elle a pu imaginer dans sa tête. Il se passe un vrai matche de catch tout ricoche rebondit et percute pour donne une boule de pensée aussi emmêler d’une boite de trombone qu’on aurait secouée.

-Tu insinue que je suis largue ? JE te ferais signaler que je suis
tailler en V et que je n’ai pas trop de hanche comme certaine femme. J’aime porter toute l’attention sur l’objet de mes désirs. Peu m’importe le temps l’heure l’époque le moi… tu ne le sais toujours pas. J’ai de la politesse je t’admire t’observe te respecte. Bon j’avoue j’essaye parfois d’avoir quelque faveur de façon peut polie, il m’est un peu dure d’être gentleman tout les jours a toutes heure.
Si j’aurais pu suivre d’autre demoiselle, mais elle aurait craqué après 2h0 grand maximum. Et comme tu me connais je cherche quelque chose qui est plus dure à séduire, plus fascinant à observer. C’est pour cela que je ne restai jamais longtemps avec
les femmes qui son folle de moi.

J’avais l’impression de la sentir un tout petit peu stresser pour pas dire sur ces garde on croirait presque qu’elle se méfiait de moi. Comme si j’étais un psychopathe fou prés à tuer juste pour voir le sang couler et puis quoi encore non mais je suis Marc Antoine revers pas un banal tueur qui fait peur a tout le monde. Des gens paye pour mourir entre mes main. Je ne comprendrais jamais cette femme. Si belle et si bizarre.
Bon ok j’avoue lui dire qu’elle a grossi sa se fais pas a une femme mais bon Sabrina n’est pas vraiment une vrai femme. Elle à un costume du swate pas très sexy, elle tue de sang froid et ne parlons même pas de sa cuisine. Enfin soit on n’aime ou on n’aime pas. Mais les femmes tyrannique et sensible sa ma toujours fais craquer sans parler de
ces yeux et sa si belle bouche... Heu la je commence à penser un peu trop silence maintenant marc tu va finir pas dire se que tu pense et penser se que tu di.

-Disons que j’ai aussi une vie social même si sa pourrais être vraiment sympathique que toute ma vie tourne autour de toi. Mais si un jour c’est le cas je pense que je ne serais plus capable de t’entretenir…

Une légère brise passais par la, le vent était froid et soudain. Il accélérait quand il passait entre les arbres comme si il s’engouffrait dans des petites ruelles. J’avais un soudaine envie de donner ma veste a Sabrina mais je risque gros sur un coup comme celui la.
Ma gentillesse me perdra un jour ou l’autre faut apprendre à se contrôler.

-Presque tout tes désir ma belle. Ne crois pas entendre se que je ne dirais jamais. Je n’ai pas envie de mourir maintenant.

Son aire angélique reviens soudainement cela n’annonçais rien qui vaille. Pour ne pas dire que cela m’inquiétais légèrement. Enfin soit je ne dirais rien mais je n’en pense pas moins...
Je prends donc une attention particulière pour l’écouter attentivement et constate que sa simple et courte phrase demandais simplement confirmation de se que j’avançais à l’ instant. Et depuis quand moi Marc Antoine ne suis plus sur de dire se que je di tout mes mort, qui constitue mes phrases son dument pensée et réfléchie. Mais bon autant lui rétorquer se qu’elle attend de moi. Un simple oui

-Bien sur que je suis sur. Douterais-tu de ma parole…

avec sa lame d’acier froid elle ne me donnait pas grande confiance. Et
pourtant toutes ces si belles femmes que je croise il faut que la personne qui se trouve au dessus de la moyenne soit la plus dangereuse. Mais qu’est se que j’aime ce danger, mon cœur ne fait qu’un battement que mon sang a déjà fais un tour. J’adore ce sentiment je ne dirais pas que ces mieux que le sexe mais bon c’est super quand même.

-il est bien connu que les arme a feu son plus apprécier par les
femmes. J’ai jamais vraiment compris pour quoi mais d’ares certain livre sa vous permet de garder une certaine distance face a l’acte et de ne pas trop vous sentir impliquer dans se que vous faites. Enfin ces se que j’ai lu. Et je souligne encore une foi que mon visage rendra les femmes bien plus triste que mon entre jambe. Car comme tu dois t’en douter il y a 1000 façon de faire
plaisir à une femme.

Je ne la quitte pas des yeux, non par ce que je suis raide dingue de cette femme incroyable mais par se que elle tien ma beauté naturelle entre ces douce mains. Trouillard, peureux ? Non juste prudent. Juste prévoyant je ne pourrais pas m’y faire a cette idée, rien que d’y penser sa me donne des frissons car comme le dit si bien l’histoire, quasimodo ne sortira jamais avec Esméralda. Ils resteront juste ami, et cette seule phrase peut détruire un homme.
Les femmes ignore le poids des mots ce n’est pas par ce que un homme ne pleur jamais qu’il n’est pas sensible au dire d’une belle…

-se ne serais pas un peut hors de prix pour une personne de ta classe ? Taupe CIA tueuse toutes ces choses cumuler sa doit couter un peu non ?


Une dépression se fit sentir dans mon ventre. C’était étrange, sa fessait plaisir a ressentir. Un poids, un stresse, une émotion unique venais de se finir et de toucher a se fin. Presque l’extase…
Je la regarde remettre tout son matériel en place et eu un léger sourire de satisfaction. Soudain elle me rétorqua une charmante phrase presque rhétorique qui ne cherchais pas vraiment de réponse et qui avait don de briser l’atmosphère crée. Temps de mal pour ressentir un moment de joie et une phrase peu tout détruit. N’a telle donc pas conscience de se qu’elle vient de faire. Elle jette un froid sans même se préoccuper des efforts que je fais pour qu’elle s’intéresse à moi.

- Je te crois, et tu es une femme sens défense pourquoi je ressortirais mon engin ? Sauf si t veux à nouveau y gouter. Tu sais c’est amusant quand les situations s’inverse…

bon d’accord j’avoue que cela peut prêter à confusion pour une personne qui écouterais cette conversation de façon inopiné... Mais mon intention sa pour une fois rien avoir avec mon amour démesurer des femmes. Et oui même si je viens de penser au censé ambiguë de ma phrase.
Et paf dans les dents Marc, non mais elle se prend pour qui ces moi qui conduit et si j’ai envie de partir maintenant je pars maintenant. D’ailleurs c’est se que je vais faire.
D’un aire presque naturel je me dirige vers la sortie du parc, comme si c’étais moi qui avait pris la désistions. Je marche en diagonal pour me rapprocher de Sabrina et lui met un jolie courant d’aire a sa phrase pour lui dire une autre réplique un peu hors propos.
Et oui j’avais craqué…
je retire ma veste en lui met sur les épaules.

-Tu vas attraper froid…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Dim 21 Fév - 11:42

Evidemment le ton de sa réplique et ses phrases touche l’ego de notre cher Marc Antoine, qui prend la mouche à peine est-elle arrivée dans l’eau. Ce qui fit bien sur naître un nouveau sourire sur le visage de la brune. C’était amusant, oh elle ne riait pas à chaque fois, c’était plutôt chacun à son tours. A vrai dire, y avait-il un dominant ou un dominer dans les conversations et petit jeu? C’était complexe à dire, on dirait plutôt qu’ils alternent les rôles en fonction des paroles. Au moins vous voyez tous les points de vue. Ma fois, l’agente c’était plutôt dit qu’elle pouvait bien tenter un petit truc après la satisfaction silencieuse qu’il avait pu avoir de la jeter à la flotte, horriblement froide d’ailleurs malgré la douceur et la clémence du temps aujourd’hui. Pas trop de hanche, ça c’était l’argument que la biologiste de base qu’elle est ne veut pas accepter, c’était une des différences fondamentales entre homme et femme, ça n’avait rien à avoir avec un quelconque régime alimentaire ou choix de vie. Elle l’écoute en gardant son regard plongé dans le sien, certes, elle pouvait comprendre ça façon de voir les choses mais avoir l’impression de s’être fait suivre ou en quelque sort de s’être fait avoir comme un bleu, n’est pas des plus agréable dans l’estomac. On ne pouvait nier qu’il avait un esprit complexe à souhait, à quoi bon faire céder les dernières barrières de résistance de ces futurs proies, si ce n’est que pour la lâcher après quelques heures à peine. Tout compte fait, elle n’était pas sur de vouloir savoir et comprendre tous les engrenages et plan farfelu qui pouvait habiter son esprit saugrenu. Sabrina le regarde de haut en bas, tailler en V ce n’était pas ça, pas mal du tout mais pas ça...Ah l’ego à grande dimension, un sourire malicieux s’étire sur ses lèvres et elle réplique.

-Je n’insinue rien, simplement que je doute que tu fasses ma taille, même si tu te crois taillée en V. Oh tu es particulièrement bien proportionné je te l’accord bien volontiers mais tailler en V, très peu de gens le sont et contrairement au phantasme féminin, je ne trouve pas ça mieux que le reste. Ton argument des hanches, tu te le gardes, je n’ai pas envie de ressortir mes cours de Biologie Animale pour le moment. A quoi bon les faire craquer pour un plaisir éphémère ? Tu es dur à saisir par moment mais c’est ce qui est agréable.

Certes nous disons tout que les meilleurs profiler reste les psychopathes et autres criminelles qui ont tellement l’habitude de suivre et de connaître les proies qu’ils peuvent l’étirer à plusieurs personnes et retrouver les traits de caractère qu’ils reconnaissaient en croisant des inconnus. Elle n’aimerait pas être si facile à comprendre, elle préfère garder un petit coté mystérieux et imprévisible, comme pour s’assurer une sécurité en plus. La confiance est vraiment quelque chose qui se gagne et même si le cœur pouvait avoir ces raisons, chez la demoiselle c’est la raison qui domine. Enfin raison, tout dépend de votre définition, on pourrait formuler ça par l’envie, les défis, l’adrénaline, jouer sur la corde, ça vous fait sentir vivant et pas emprisonner dans un quelconque engrenage ou cercle continue. Ah chère liberté. Sympathique, croit-il vraiment ce qu’il dit ou continuer t-il de s’évertuer à créer une brèche dans le mur qu’elle n'avait pas trop mal construit ? De l’entretenir, l’agente de la Cia retient de justesse un grognement de colère, avait-elle besoin de quelqu’un ? Non, elle savait vivre seul !

-Je ne t’ai rien demandé jusqu’ici Marc Antoine !

Quand il reparle qu’il serait capable de faire presque tous ses désirs, lui aussi avait sans doute point de peur à vivre avec ce petit quelque chose d’être en sursis à chaque instant, mais c’est comme ça qu’on peut apprécier les petites choses simples de la vie. Quoique peu de chose soit réellement simple. Sab’ sourit franchement quand il précise presque qu’il n’avait pas envie de mourir, aurait-elle crée un petit quelque chose de peur et de panique à l’intérieur de cette stature à l’air intouchable.

-Tout de suite mourir, me prend-tu vraiment pour une vraie brute sanguinaire ? Si c’est comme telle que tu me vois, je peux le devenir mais à ce moment là oui tu aurais le droit de regretter tes paroles mon cher.

Elle continuait c’était vrai de paraître inquiétante en jouant avec cette lame si bien aiguisée et lavée. C’est qu’elle prend soin de son matériel. Un matériel en bon état, c’est une efficacité déjà nettement plus assurée. De plus, qui n’apprécierait pas de pouvoir faire changer les sentiments que ressent la personne d’en face par simple jeu, un coup vous pouvez la faire par séduction, et après en faisant naître une certaine crainte. Bon d’accord c’était un petit quelque chose de sadique mais elle ne le réfute pas, elle l’assume totalement. De plus, elle n’a jamais l’occasion de vraiment tester au bureau ou sur son patron, là ça serait suicidaire et c’est une balle dans le corps presque immédiatement comme sentence. A l’entende de sa douce voit qui lui explique toute sa connaissance du caractère féminin, elle s’arrête un instant et reporte son regard noisette vers lui, était ce une question ou une affirmation au quelle il n’attend point de réponse ? Elle attend de lui dire que se serait hors de prix avant de répliquer sur ces dires d’avant.

-C’est bien connu, c’est vrai, mais je dois dire qu’être près et ne pas garder mes distances avec ce que je commet ne m’est pas un problème, je réserve le couteau pour la torture simplement. J’aime les armes c’est un fait, simple rapide et efficace, mais c’est ce que je suis le plus apte à utiliser de par ma formation de la Cia. Seulement, un poison ou tout autre chose cas put m’apporter la Biologie, c’est par ça que j’aime utiliser. Souvent on ne s’y attend pas et votre victime ne comprend pas ce qu’il lui arrive, se demandant pourquoi elle a plus de mal à respirer ou que son corps se paralyse petite à petit…Je ne doute point que tu dois déjà en connaître un certain paquet ! Je ne vis pas dans l’excentricité que je pourrais utiliser et puis j’ai quelques contacts avec des revendeurs qui serait sans doute me fournir un petit quelque chose comme une pointe de diamant s’ils ne veulent pas que je les balance au gouvernement de leurs pays ou au notre.

Un sourire un rien sadique et victorieux s’affiche sur son visage. Elle était restée près de lui, ses lèvres à quelques centimètres à peine de son oreille pour murmurer ses simples mots. Il est vrai qu’elle était tout simplement parfaitement inconsciente d’avoir casser un moment apparemment magique pour le tueur en série. Amusant que les situations s’inverse, hum serait ce une proposition, impossible pour Sabrina de retenir sa phrase qu’elle la murmure toujours presque collée à lui et d’un souffle presque inaudible sauf pour Marc Antoine vu la courte distance qui la sépare de son ouie sans doute très bonne.

-Est ce une proposition ?

Reculée par la suite, elle reporte son regard vers le parc et cette agitation qui l’anime et se déroule jour après jour comme un cycle sans fin, une chaîne qu’on ne peux pas briser. Quand elle voulut reporter son regard vers l’homme qui l’accompagnait, il avançait vers la sortie d’une aire tenté naturelle, elle lui emboîta le pas directement en rattrapant son allure rapidement. Le vent continuait de souffler et s’insinuant entre ces cheveux détrempés ou passant carrément à travers ses vêtements mouillés. Quand elle le voit retirer sa veste et la poser sur ces épaules. A plusieurs personnes, elle en aurait certainement répliqué ou envoyer valser, sauf cette fois ci, elle avait réellement froid, et être malade ne serait pas génial. Ce fut surprenant sans doute pour son vis-à-vis mais dans le plus grand des silences mis à part le vent qui décuplait sa force pour bousculer les feuilles, elle accepta sans broncher resserrant quelques peu cette veste contre elle.

-Merci

Alors là non, ça ne va plus du tout ! Réveillée là !

-C’est pour te faire pardonner de m’avoir foutue dans le lac ou encore une de tes techniques de drague ?

Dit-elle tout sourire, voilà ça c’était mieux ! Elle tourna la tête vers luis une fraction de seconde avant de continuer sa route vers la sortie du parc imminente.

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Dim 21 Fév - 20:02

Je l’écoutais parler
et parler pour me dire enfin se que je voulais entendre un léger sous entendu mais sous entendu quand même. J’adore quand je suis le meilleur…


-tu aime temps que sa la complexité ?

Je me permis de ne rien rétorquer a certaine de ces phrase laissant un blanc vite combler car une suite logique de phrase.

-je ne dirais pas brute sanguinaire mais simplement une femme tyrannique, je pense que c’est le bon terme ou alors déesse tyrannique comme sa on mais l’accent sur ta beauté et ton sadisme naturel…
Et le pire dans tous se que je viens de te dire, c’est que je suis conscient que je m’enfonce de minute en minute.

Je me permes de garder un sourire histoire de sauver ma peau en cas de pépin, elle aura peu être un peu de pitié a me tuer …

-Donc si j’en crois les livre tu n’es pas vraiment une femme ? Mais
bon d’un autre conter il y a aussi le fameux dicton qui dit une femme n’est jamais qu’une femme, soit c’est un monstre soit c’est un super héros. Mais avec toute les choses sadique que tu viens de dire et surement de penser je te mettrais dans la femme monstrueuse.


Elle s’était rapprocher de mon et me répondis un phrase que je présentais. Avec un léger sourire je répondis

-tu refuserais?

Bon ok j’avoue ce n’est pas très romantique mais bon j’aimais bien se genre de situation complètement rocambolesque. Je la regarde au coin de l’œil ressers la veste autour d’elle sa voulais dire que j’avais raison. Et oui… un léger sourire fier de moi pouvait se lire sur mon visage.

- De rien

soudain elle commence à douter de ma gentillesse envers les femmes. Enfin soit mon manteau ne contiens pas de bombe ni de produit toxique je trouve sa étrange qu’elle se mette à douter.

-Aucune des deux solutions exprimer, disons que je suis un sensible, je n’aime pas voir les femmes en mauvais état surtout quand elle son magnifique.

Elle avait l’aire moins perturbé, elle n’aimait surement pas le faite que je
sois trop gentil… ou même le faite que j’agisse comme un homme galant sans raison. Mais bon si sa lui plais je me contenterais de ces mini pique tout le longue du chemin… On arrive à la voiture je lui ouvre ma porte passager et lui dit, entrer mademoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Lun 22 Fév - 17:37

Il paraissait lointain des paroles de la brune comme si il attendait quelques choses, une phrase qui déclencherait peut-être son retour sur terre quoiqu’il en soit, elle continua son bref monologue pour exprimer son point de vue. Ce n’était pas aujourd’hui qu’elle taira ce qu’elle pense alors qu’elle ne le fait même pas avec le directeur de la Cia. Enfin dans un sens disons qu’elle temporise face à lui. Ca serait suicidaire autrement, auriez vous vous l’envie d’allez par exemple dire que la personne d'en face de vous est un imbécile sur certain point et un matcho prouvé alors que cette même personne, peut vous tuer à sa guise et que vous êtes désarmée ? Allons, elle est courageuse mais pas folle, donc la oui elle se contrôle fortement mais ici, elle n’en a point besoin. Finalement ce fut à sa dernière phrase qu’ils semblent que ses pupilles s’animent enfin d’une sorte de vie. Hum serait-ce une sorte de joie ou une question montrant un peu de peine ?

-Pourquoi pas après tout ? Pourquoi se contenter d’attendre que tout vous tombe entre vos mains alors qu’on peut aller le chercher ou avoir des surprises ? On ne connaît jamais vraiment quelqu’un et c’est mieux ainsi, se surprendre malgré les années, malgré les habitudes et que les mots ne sont plus nécessaires car on se comprend d’un simple regard. Oui j’apprécie quand c’est plus difficile, toi pas ?

L’agente de la Cia fut ravi de savoir qu’elle pouvait faire naître un sentiment de crainte chez cet homme comme une attirance. Quand il reprend sur le tyrannique. Elle ? Allons butée, bornée, qui fait comprendre ce qu’elle veut d’accord mais tyrannique ? Est ce peut-être du au faite qu’elle n’a pas le pouvoir dans son travail, quand vous êtes dominé sur un domaine vous voulez être le dominant sur l’autre c’est qu’une simple logique. Elle sortit de sa logique digne d’un cours de psychologie pour revenir au présent. Non mais voilà qu’il arrive à la faire ce poser des questions, elle replace une mèche rebelle et l’écoute. Elle sourit en quittant enfin cette immobilité qu’elle avait prise quand il se dit conscient de creuser.

-Tyrannique vraiment ? On dit que les tueurs en séries sont les meilleurs profiler mais déroge-tu à la règle Marc Antoine ? Je ne suis pas tyrannique, je veux juste pas me faire marcher sur les pieds ! Ne t’en fait pas, je t’enverrais une corde bientôt.

Elle fit un sourire entendu mais il se fige pour disparaître de la surface de son visage quand il prononce qu’elle n’est pas une femme. Sur le coup tout mouvement s’arrête. Un regard froid se pose vers lui.

-Je ne suis pas une femme ? Faudrait aller voir un oculiste mais je t’assure, je suis bien une femme.

Elle s’approche de lui à nouveau un sourire malicieux et joueur, revenu comme si la fraction d’avant n’existait plus et n’avait jamais existé d’ailleurs.

-A quoi je pensais à ton avis ? Ah vérifiez que tu es bien un homme ? Vu que les repèrent visuelle bascule.

La question me fit sourire toujours dans la même position. Sabrina peut respirer doucement son odeur ainsi que voir le rythme cardiaque qu’imprime son cœur sur la veine du cou, ses lèvres frôlent son cou avant de revenir vers son oreille pour daigner répondre d’une voix basse mais mystérieuse.

-Je l’ignore…Tenterais-tu ?

Après tout s’il voulait lui poser une colle, elle pouvait bien retourner ces questions gênantes. Réellement elle ignorait, il y avait des choses qui penchaient pour le oui, après tout se chercher comme ça était sans doute pas si anodin du moins avec les personnes du même sexe. Mais il avait une longue liste de contre, alors pour ne point voir et devoir réfléchir, elle avait reprit comme un jeu, une réponse évasive et qui laissait toutes les possibilités ainsi que la contre question. Reculée, elle profita de la veste qui fait barrière de l’agression incessante du vent. Non, non fallait qu’elle se reprenne bon sang. Tout en marchant, elle tourne le regard pour répondre.

-Ais-je l’air en mauvais état ? Et toi ? On dit que les hommes sont encore plus énervant malade, se croyant au moindre rhume à l‘article de la mort ! Tu te plains d’avoir froid et je me ferais un plaisir de te donner une raison de te croire à l’article de la mort. Tu ne les aime pas en mauvaise état alors pourquoi les tuer ?

Et toc ! Attendez la, elle le suit gentiment jusqu’a sa voiture et il lui ouvre la porte galamment ? Ouh le monde tourne plus rond, réveillez-la ! Ou est le Marc Antoine qu’elle connaît, ou était-elle passé aussi…Elle porte son regard vers lui.

-Et quoi, les portes vont se refermer et impossible de l’ouvrire de l’intérieur c’est ça ?

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Lun 1 Mar - 17:29

Autant de question t dans une si petite phrase c’était la pro du questionnement raccourcis je n’avais jamais vu une tel personne parler aussi vite avec autant de question très précise et directe. Enfin soit commençons par les questions du début que je vais baquer ca pour moi elle n’on presque pas d’intérêt, et oui parfois il faut faire des chois, des choix très sélectif… Wao j’adore les répétition, Hum hum un peut de sérieux.

-disons que sous certaine angle de vue il me serait fortement agréable de me dire que les choses son beaucoup mieux facile, mais dans certaine situation il est plaisant de savoir qu’elle est difficile sa permette de mettre plus de sport et de piquant dans notre vie.
Voix-tu ou je veux en venir, donc ta question n’st plus vraiment une question c’est plus une réflexion. C’est comme si tu me demandais qu’est ce que la normalité.


Bon mon plan pour lui embrouiller la tête pour qu’elle arrête de penser que je l’ai foutu dans l’eau du lac il y a déjà quelque minutie risque de rater mais bon qui ne tente rien n’as rien£. J’ai toujours dit que les petite débat comme celui si permettais d’oublier beaucoup de chose qui se son passez dans le court terme. Je la regardais toujours. Toujours aussi trempé mais bon.
Elle replaça une mèche rebelle toute humide et qui avais foncé au contacte de l’eau.


-Je crois que a ton cas le mot tyrannique est approprier, tu te permet de faire de l’esclavagisme avec des hommes que tu a réussi a mettre sous tes ordre rien que part ta beauté, tu te sert du monde qui t’entour pour gravir au plus vite les échelon, je ne sais pas … mais d’après moi cela ressemble bien a un plan de tirant près a s’assurer une plan dans le monde pour mieux le gouverné. Prend un belle bleu en soi si possible, j’ai pas envie d’avoir de trop vilaine marque ^^

O mais je suis suicidaire moi, en gros avec cette feinte a deux bale car je n’ai pas su me taire elle va se mettre a penser qu’elle peu m’envoyer une corde, non mais maintenant elle va penser qu’elle me domine et puis quoi encore non mais , bon okk j’arrête car la je m’enfonce tout seul, j’ai du avoir une dur journée pour me mettre a pense un truc comme celui la.
Je la regardais avec un léger sourire histoire d’atténuer tout ces sentiments négatifs qu’elle n’arrêtait pas de m’envoyer avec ces yeux.


-Une femme un monstre qu’elle différence y a-t-il a part que toi tu es belle et que king kong est moche…. Il y a peu être aussi la différence d’intelligence mais bon.

Son rapprochement frontale ne m’annonçais rien qui vaille mais bon je ne dit rien et n’exprimait très peu de chose qui aurai pu me mettre dans l’embarra..
.

-Je ne sais pas se qui se passe dans ta tête, pour quoi pas. Tu n’es que toi, et s’il t’arrive de temps a autre de craquer devant mon moi et mon corps ce n’est pas de ta faute.

Je souris d’une sourire malicieux qui voulais dire tu la joue comme sa, ok pour quoi pas…

-Pour quoi pas, sa pourrais être sympathique, voir même divertissent à certain moment.

Et c’est repartis avec des réponses qui ne me satisferais jamais je suis presque sur qu’elle le fait expert. Enfin soit passons à coter comme si de rien n’était.


-tout d’abord il ne faut pas mélanger travail et passion, ensuite je me crois sufisment résistant pour me convaincre que avec un rhume je ne suis pas à l’article de la mort, si je survie a des agressions au bal et au couteau pour quoi je devrai m’en faire pour un microbe. Ce n’est pas par se que une chose n’est pas visible que je dois me stresser.
Et si tu n’es pas contente que je prenne soit de toi tu peux me rendre la veste


Dis-je d’un sourire taquiner


Et que se passe-t-il si je te dis que j’ai froid ?
?

Nous arrivions a la voiture.. Et après avoir ouvert les portes elle se braqua comme si j’allais la kidnapper volontairement sans qu’elle le sache. Non mais la paranoïa sa se soigne, pour une foi que je suis gentil et que je veux simplement son bien. Si elle préfère que je braque une arme sur sa tempe il sufis qu’elle le demande mais bon elle risque de mourir de froid.
Alala les femmes toujours a nous prendre pour des méchants loups mais se n’est pas vrai.


-heu non elles vont ce refermées et la voiture va gentiment te demander de mettre ta ceinture. Apres on va aller cher toi pour que tu puise te changer. Mais si tu ne me crois pas je peu très bien prendre la voiture sans toi et te laisser seul, mouiller sur ce trottoir avec tous ses vents.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
~°Mysterious Woman°~

~°Mysterious Woman°~
♠ Nombre de messages : 732


MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Sam 6 Mar - 17:16

Après tout aimer la difficulté n’est qu’un point de vue. Tout le monde avait son caractère et donc réagissait en fonction de celui-ci. Elle oui, elle aimait les choses plus difficiles, oui bien sur qui n’aime pas voir que tout vous réussi facilement, sans devoir pour autant s’acharner dessus pendant des longues journées. Certes mais tout réussir tout le temps non ! Enfin chez elle la difficulté peut entraîner une certaine forme de stress, de pression, et la c’est à nouveau un jeu qui démarre. Arrivée à battre l’adversaire même avec des mauvaises cartes. Quand finalement elle se tire de ses pensées en se disant que finalement elle est peut-être bien une accros de l’adrénaline et l’écoute reprendre la parole. Oh oui, l’agente de la Cia voyait très bien son point de vue et elle ne pouvait que l’approuver. D’ailleurs c’était assez particulier car dans un sens, Marc Antoine et elle pouvaient soit avoir le même point de vue comme avoir quelque chose de différent, faire des sous entendus gentils et piquants ou avec l’attention d’être réellement méchant. Ca révélait assez leur relation particulière. Sabrina ne prit pas la peine de répondre à la question, elle fit juste un léger mouvement de tête affirmatif.

-Je partage ton avis pour une fois, ça va nous changer…

Dit-elle dans un sourire amusée. Qui s’arrête un peu comme un ascenseur qui s’arrête brusquement en plein milieu de son ascension car il est bloqué par un problème mécanique. Venant de l'homme en face d’elle, la brunette se doutait que c’était une sorte de compliment caché qu’il pouvait très bien resservir à n’importe qu’elle autre femme assez charmante. C’était peut-être aussi un compliment pour essayer de se rattraper et de ne pas creuser. Après tout, il allait adopter la technique du touche le fond et creuse encore. Elle hésitait encore à lui envoyer de l’aide pour qu’il cesse ma fois son tour de passe-passe pour changer lui donnait déjà la direction de la remontée à suivre. A part que non elle ne se voyait pas comme tyrannique. De l’esclavagisme ? Il lui arrive parfois de profiter sur certain point mais qui ne l’a pas fait surtout pour la bonne cause ? De là à faire de l’esclavagisme, il ne faut pas pousser, les menaces étaient parfois tout aussi efficace que le langage corporelle si vous voyez ce qu’elle veut dire.

-Je ne me sers pas du monde, je profite de certain avantage par moment mais qui ne l’a jamais fait ? Ne profites-tu pas de ton charisme et de ton charme pour séduire plus facilement tes nouvelles proies ? Ca reviendrait au même. Hors, je ne te considère pas comme tyrannique ! Manipulateur si tu veux et je veux bien avoir la même étiquette mais je ne menace pas de mort ceux qu’ils ne veulent pas….Bon d’accord, certain si mais ce n’est pas pareil.

Ma fois se faire traiter de ne pas être une femme est quelque chose de vexant. Certes, elle peut avoir la mentalité ou une manière de pensée qui peut parfois être différente de celle de la gente féminine en général mais ce n’est pas une raison. Un homme un peu efféminé, on le traite encore d’homme à ce qu’elle sache. Non mais. Encore une fois la conversation bascule entre discussion tentée sérieuse, petit pique ou grosse attaque. Elle serait normale certes, elle serait plus qu’ennuyeuse et Sab’ était sur qu’il partagerait son avis. Ou du moins, il continuait et revenait toujours, ça ne serait pas le cas si cette façon de faire entre eux qu’ils avaient le gênait et pareil pour l’agente du gouvernement. Différence d’intelligence ! Son regard noisette aurait été des armes qu’il serait mort sur le coup. La phrase suivante la fit changer de toute au tout. Et changer de technique en soi, abandonnant ces conversations inutiles et d’où le débat ne mènera de toute façon à rien.

-Tiendrait réellement jouer à ce jeu ? Je ne suis pas sur de connaître le vainqueur si tant est même qu’il y en aurait un ? Les règles régissantes certaines choses ne sont pas aussi simples qu’on ne le croit. Mais divertissant sans doute.

La brunette avait répondu toujours à quelques centimètres à peine de son vis-à-vis, sur un ton plus que pas mais étant toujours à côté de son oreille, il lui était facile d’entendre. Pour une personne extérieur, la vision devait sans doute paraître plus idyllique quelle ne l’était réellement comme quoi les apparences une fois de plus sont trompeuses.

-Tu devrais te méfier, les petites bêtes invisibles peuvent faire beaucoup plus de dégâts qu’une simple balle. Croit moi, c’est marrant tout ce que peut faire un bon biologiste ou microbiologiste. Si tu veux un de ces jours je peux te prouver ton erreur à ne pas en tenir compte ?

Elle ne releva pas l’affaire de la veste. Elle fit mine de réfléchir à sa question, pose son regard vers lui comme pour compatir mais retourne la tête et avance un peu plus vite en prononçant.

-Et bien débrouille toi !

Elle sourit cependant tout en continuant d’avancer comme si de rien n’était. Arrivée devant le véhicule, Sabrina finit par daigner rentrer dans la voiture de Marc Antoine.

- Bien alors allons-y. Si je te crois, allons-y alors chauffeur et plus vite que ça !

Dit-elle avec un sourire joueur une nouvelle fois. La réplique ne se ferait pas attendre, elle s’en doutait bien. Mais c’était plus agréable comme ça et puis trop tard, elle est déjà installée.

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rewritetrueblood.purforum.com/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina] Lun 15 Mar - 17:52

-Tout n’est que question de définition qi tu commence dans cette voix ma belle…
Mes proies ? Je ne concéderais pas les femmes comme des proies mais comme des êtres respectables. Et comme tout bon chasseur qui aime chasser je me sers de mes meilleur arme et atouts.
Tu te contre dit dans certaine phrase… Il me semble que tu n’es pas plus sur que se de ton sentiment… c’est peut être que en se moment pendant que tu parle tu te rends conte petite a petite qui tu es vraiment tyrannique. Toute les fois que tu ma menacer de me tuer si je ne te rendais pas des choses ou des services. Sa je peux les conter si j’engage un comptable. Car je ne suis pas assez alors mes dois ou les jours du calendrier pour les compter…


Bon ok le comptable me revenais un peut cher j’avoue que j’ai peu être une peu exagérer. Une bonne calculette devrais faire l’affaire…


-Je ne crois pas qu’a se genre de jeux il n’y a beaucoup de vainqueur… c’est plutôt un défi. Et les lois son simple il n’y a aucune loi appart celle qui s’emble évidant… les lois basique qui s’installe au fil du temps comme une attitude normal a avoir… c'est-à-dire évité de pauser une bombe dans un lit ou quoi ou qu’est ce.


Quand elle parlait de biologie mon esprit frétilla d’idée. Et oui toute cette miro vie me donnais envie... De nouvelle expérience de nouveaux crime de nouvelle surprise et même peut être de nouvelle expression sur le visage d’une personne qui est prête a mourir. En somme que tu bonheur


-non merci je me passerais de te démonstration. Mais si tu continue à être fasciner par ces choses, je vais finir par croire que la biologie ta atteins le cerveau encore plus profondément que je ne le pensais. Tu sais une bonne thérapie cher un psy et sa passera…
Et si sa passe toujours pas bien je veux bien me servir de toi pour me refourguer quelque petite chose d’un j’aurais peut être besoin un de ces jours…


Je souris et alluma le contacte avant de démarrer la voiture.

-bien madame comme vous voudrez.

Après quelque virage serrer et dépassement de voiture nous arrivions près de chez Sabrina
Revenir en haut Aller en bas

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: L'amour en bleu [Sabrina]

Revenir en haut Aller en bas

L'amour en bleu [Sabrina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'amour ça ne s'explique pas [PV]
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» •♬Présentation de Jude D. LawFire♬•
» Le "Carré Bleu"
» la faim plus fort que l'amour
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Lieux de Détente :: » Les parcs-