AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

Il faut y croire pour qu'elle vous afflige [One Shot for la destinée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Rousse au grand coeur

Rousse au grand coeur <3
♠ Nombre de messages : 2147


MessageSujet: Il faut y croire pour qu'elle vous afflige [One Shot for la destinée] Mar 10 Mai - 19:39

Plongée profondément dans une lecture d’un dossier quelconque, pas qu’il n’avait pas d’importance dans l’histoire mais ce n’était qu’un dossier de plus dans les nombreux qu’elle verra encore tout les jours posés sur son bureau, en attendant d’être lu. Lentement les lunettes sur le nez, la journée étant bien avancée la fatigue oculaire se faisait un peu plus sentir surtout quand vous essayez de déchiffrer des écritures en pattes de mouche, elle attrapa un Bic à encre bleu pour commencer à remplir ce qu’il demandait en fin de dossier. A peine apposait-elle sa signature sur le document que un bruit caractéristique d’e-mail était apparu à son ordinateur. Elle délaissa son dossier pour cliquer sur la petite enveloppe, déjà rien que a la vue d’expéditeur inconnu, la directrice du Ncis, fronça les sourcils. Mentalement, elle pria pour que les pare-feux tiennent avant d’ouvrir le message. Heureusement dans un sens aucun virus ne se répandit et son ordinateur ne semblait pas souffrir de quoi que se soit par contre l’e-mail était nettement plus surprenant. Vu que celui-ci demandait de rassembler une somme énorme : 1.000,000,000 $ en liquide qui devrait être placé dans un camion et acheminé à l’adresse indiquée sinon le Ncis subirait une cyber-attaque. Son regard vers le message écrit noir sur blanc, Jennyfer restait perplexe devait-elle vraiment croire à ça ? Elle avait des doutes, ça ne serait pas la première fois qu’il aurait des menaces ou des petits plaisantins qui s’amuseraient juste à tester leurs limites. Mais bon le black out avait déjà eu de quoi la faire réfléchir également et c’était tout à fait possible. Le prendre au sérieux ou non ?

Elle décida de commencer par vérifiez au moins l’adresse indiquée, selon un très bon amis, google map, c’était un bâtiment entièrement désaffectée dans une zone un peu reculée de la ville. Ce qui ne voulait encore rien dire non plus. Quoi qu’il en soit, il était hors de question déjà de fournir un quelconque argent, après tout on ne marchandait pas avec les terroristes ! Non mais, de plus cette somme en liquide, elle ne savait pas les avoir en claquant des doigts, il ne fallait pas rêver. De plus aucune heure, aucune date, aucun décompte, c’était louche et tendait plus à la faire pencher pour une plaisanterie. Elle détourna le regard et recommença à faire le rapport sur son bureau en se désintéressant, momentanément du e-mail reçu. Cependant, ça lui tournait quand même en tête, comment était-ce arrivé pile jusqu'à chez elle sans un minimum de recherche. Finalement, elle opta peut-être bien pour que se soit réaliste mais avouez alors que le personnage était peu prévenant de sa propre sécurité, vu qu’aucune autre chose n’était décrite. Elle décrocha son téléphone, en demandant à sa secrétaire de faire venir une des personnes qui assurait la sécurité du Mtac, rapidement. Peu de temps après des pas arrivèrent et l’agent était rentré dans son bureau. Après quelques échanges de paroles sur des civilités, elle reprit dans le vif du sujet.


-Pourriez-vous me retrouver d’où cet e-mail a été envoyé ?

Elle repositionna sur celui en question, reculant finalement sa chaise et se relevant pour laisser un peu plus d’espace à l’agent pour travailler. Surpris de la demande, il obtempéra néanmoins pour venir voir ce qu’on lui voulait réellement. S’en suivant toute une inscription de code qu’elle n’aurait jamais su reproduire même avec la meilleure volonté du monde, et un affichage d’une carte du monde, puis plus précisément l’Amérique. Avant que des sortes de trait de couleur passent par à peu près partout. Bon de ce qu’elle comprenait, il remontait la trace qu’il pouvait percevoir et le moins que l’on puisse dire c’était que peut-être ce menaçant était quand même moins idiot qu’il en avait l’air. 5 minutes ont passé, mais le point ne cibla pas plus gros que tout Washington, c’était beaucoup trop large.

-Seriez-vous être plus précis ?

-Non Madame, on perd le signale avant qu’il n’entre dans la ville…
-Dans ce cas, je voudrais que vous alliez renforcer la sécurité de nos réseaux ainsi que vérifier qu’il n’aille rien pour le moment.
-Bien

Elle attendit qu’il soit repartit. Bien si il est si sur de cela, soit ils les observaient, soit il était tellement confiant de lui qu’il ne pensait pas qu’on puisse faire autrement. Il allait être surpris, enfin il, c’était peut-être elle aussi on n’en sait rien après tout et ça n’avait guère d’importance. Dans le pire des cas si ceci était une farce, je n’aimerais pas être celui qui l’a fait croyez-moi, ils auront au moins faite en sorte d’exercice, d’entrainement c’est mieux que rien. Entre attente des heures sans jamais être sur que quelqu’un viendra la rousse prit le prit simplement de l’attente. Il n’y avait plus cas espérer que leurs technicien en informatique ferait l’affaire contre cette personne et remontera jusqu'à lui. Comme ça ne même temps, elle ne dérogera pas à la règle et n’aura pas marchandé avec ennemis. Il veut de l’argent, semer la zizanie, et bien il ira en prison ! Elle décrocha finalement le combiné et demande de faire un récent back up, pour sauvegarder le plus de donnée que possible, puis de rester près à toute intrusion. Elle donna l’ordre si il y en avait une de le bloquer et de chercher à analyser celui qui l’a envoyé dans le pire des cas, d’éteindre les machines. Elle prévenu aussi les deux personnes capable de toute les miracles quand on parle nouvelle technologie, j’ai cité Timothy Mcgee & Abby Sciuto.

-Quelqu’un va essayer prochainement de rentrer dans notre système, si ils ne passent pas par les données centrales du Mtac, j’aimerais que vous le bloquiez et me que vous me préveniez immédiatement. Personne n’a besoin d’être au courant.

C’était un peu bateau mais c’est tout ce qu’elle dit. Le restant de la journée se déroula sans embuche, sans un autre e-mail, le néant. Bien tant mieux. La soirée approche et là voilà qui décline. Il approche les sept heures du soir à présent. Elle se croit finalement sauvée pour aujourd’hui mais son téléphone se mit à sonner, ce qui la fit malgré elle sursauté. Preuve en était la vitesse à laquelle elle avait décroché le combiné, c’était notre duo apprécié, on tentait d’entrer. Tout compte fait, elle avait bien fait d’y prendre attention contrairement à ce qu’elle pensait au début. Elle descendit bien rapidement les étages de différences entre son bureau et le laboratoire de la scientifique de l’équipe 1. Les portes s’ouvrirent et un bruit de doigts qui tapaient à toute vitesse sur les écrans la frappa.

-As-il réussis à contourner vos barrières ?

La réponse devenue vite trop compliquée que pour qu’elle puisse saisir le principe. Parlait de double, de déviation, de déguisement, enfin un peu trop pour la rouquine dont ce n’était pas le fort. Tout ce qu’elle avait comprit c’était que pour l’instant ce n’était pas le cas. Observant le phénomène, elle reprit juste pour poser une question, un peu comme si parler allait les mettre dans une position d’infériorité car elle les aurait déconcentré.

-L’avez-vous localisé ?
-Presque…Voilà, 54 Oates, Washington.
-Tenez le occupé…

Elle reprit son portable et envoya une équipe à l’adresse donnée. Maintenant c’était une course contre la montre et quand l’écriture diminua de rapidité, elle se dit qu’il u qu’elle avait peut-être gagné mais après plus de 15 minutes d’attente son téléphone sonna pour lui dire que l’homme était en état d’arrestation. Vu qu’il l’avait prit sur le pc ouvert cela facilitait les choses. Un soupire passa les lèvres de la rousse qui relâcha cette tension et cette pression qui était montée depuis l’appelle reçu dans son bureau.

-C’est bon c’est finit…Le coupable est arrêtée, beau travail.

Elle esquissa un sourire pour dire à ceux du Mtac de rentrer et elle comptait bien allez se servir un petit verre de bourbon, cela tout les jours elle ne le supporterait pas, sa tension non plus.

___________________________

NCIS
Sometimes you have to look at the reality in front of you and accept it  ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Il faut y croire pour qu'elle vous afflige [One Shot for la destinée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'amitié il faut l'entretenir pr qu'elle grandisse [Ginger]
» Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
» Faut-il vivre pour manger ou bien manger pour vivre ? [ Marie Thérèse ]
» [PV] Il ne faut pas croire tout ce qu'on dit... ni tout ce qu'on lit {Leevo}
» Pour qui elle se prend celle-là? [PV Driga/Ciela]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Le N.C.I.S :: Les bureaux :: » Bureau du directeur-