AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur NCIS-RPG
De nombreux personnages de la série sont encore disponibles : Jethro Gibbs, Ziva David, Tobias Fornell, Eleanor Bishop, Leon Vance... N'hésitez plus.

Partagez|

No Man's Land [Part I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
~Inconnu aux yeux de tous~

~Inconnu aux yeux de tous~
♠ Nombre de messages : 148


MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I] Sam 22 Oct - 14:31

►Au environs de minuit...◄


    Le coup de téléphone s'est finalement plutôt pas mal déroulé mis à part quelques accroches. Deux heures se sont à présent écoulé depuis ce moment. Il est minuit, les esprits sont engourdis, le stress pèse et l'envie de dormir commence à s'insinuer mais la vigilance doit être constante. Racontez nous comment se passe votre sécurité nocturne, ce que vous faites avec vos otages...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I] Mar 25 Oct - 22:08

HJ: aller, j'ouvre le bal en espérant que cela incite les autres à répondre Wink

Marmonnant un merci, la petite fille dévora son casse croûte rapidement et regarda partout afin de trouver un stratagème pour une petite évasion. Même un trou de souris lui conviendrait. Elle a bien envie de semer la zizanie avant de s'enfuir.

Une marque rouge apparaissait sur ses poignets à cause des liens un peu trop serrés. L'observation n'eut pas le temps de durer car à peine eut-elle terminée son sandwich que l'homme lui rattachait les mains et la ramenait auprès des autres otages. Quelque peu frustrée, la chipie ne se laissa pas impressionner par tant de froideur et son imagination bouillonnait d'idée afin de leur mener la vie pas possible. Elle allait enfin pouvoir expérimenter l'éducation donnée par son tonton. Non, je plaisante. Au moins, elle change de victimes et elle allait leur faire regretter d'avoir kidnapper une petite fille. Niark.

Pendant le développement d'un tel stratagème, le hacker se trouvait au petit soin pour tout son matériel informatique. L'atmosphère était certes tendue mais paisible du fait de la cessation des hurlements de la petite fille. Il se dépêcha de finir ce qu'il devait faire avant que celle-ci ne recommence. On ne sait jamais, les enfants sont si imprévisibles. Il espérait que ses diverses protections est tenue le choc lors du dernier coup de téléphone et redouta un assaut des forces de l'ordre durant la nuit. La fatigue gagnait son esprit de plus en plus et son thermos de café est désespérément vide. Il s'en venir la fatigue et a du mal à lutter contre.

Chloé bondissait tel un kangourou mais sur les fesses jusqu'à la porte qui la séparait des ravisseurs. Ensuite, elle se leva tant bien que mal avec les mains toujours attachées devant elle. Elle commençait à avoir envie de faire pipi et sautilla un peu sur elle-même. Profitant de la fatigue générale envahissant les terroristes, la fillette poussa la porte, regarda si personne ne la voyait et passa à quatre pattes juste à côté du hacker qui somnolait de plus en plus. Cette dernière crapahuta sous le bureau et commença par débrancher les différents fils. Un couteau se trouvait à porter de ses mains, la fillette s'en saisit et coupa carrément les conduits d'alimentation de l'ordinateur. Ensuite, elle attrapa les câbles coupés et noua les jambes du type doué en informatique. Niark. Grâce à Owen, Chloé avait apprit à réaliser un lasso. Elle utilisa donc ses connaissance pour en créer un avec un des câbles. Elle le fit tourbillonner difficilement, étant donné que ses mains se trouvaient attachées et le lança en direction d'un des terroristes. Malheureusement, la fillette manquait quelque peu d’entraînement car au moment de lancer le câble, elle avait oublié de garder en main l'autre bout du lasso. Le câble venait d’atterrir dans une des vitres derrière elle provoquant un énorme fracas.

Prise de panique, Chloé sauta par la vitre et courut aussi vite qu'elle le pouvait. Elle s’essouffla rapidement à peine quelques mètres de course. Elle aperçut un buisson et se glissa dedans. Son envie d'uriner devenait de plus en plus urgente et elle se soulagea dans les buissons.

Martinez n'avait rien entendu et pour cause, ce dernier avait sombré dans un profond sommeil. Il venait même de glisser de sa chaise allant jusqu'à s'écraser sur le sol sans que cela ne le réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I] Mer 26 Oct - 20:50


♫ L’horloge tourne, les minutes se dérident ♪
♫ Et moi je rêve, tranquille je prends mon temps. ♪


Et oui, l'horloge, elle tourne, elle tourne. Les minutes passent, le temps filtre entre leurs mains, sans qu'ils n'aient le temps de faire quoi que ce soit. Ou du moins, à cette heure avancée de la nuit, les esprits pouvaient ... comment dire ... commencer à faiblir, puisque les effets de la fatigue pouvaient se faire ressentir. Ils devaient tous être sur leur garde, veiller les moindres gestes des otages et vérifier qu'ils ne fassent pas des bêtises. Baastian tentait de veiller au grain, d'éviter les moindres débordements, même s'il avait l'impression que ça commençait à sentir le roussi. Il n'en était pas certain. Il ne savait pas que les forces de l'ordre cherchaient activement leur trace, même s'il s'en doutait un peu.

En quelquue sorte, Baastian n'avait envie de faire qu'une chose : déguerpir. Il tenait bien trop à sa liberté pour finir ses jours en prison. Ca, il n'en était pas question. En même temps, il avait encore en tête ce que Manning avait clamé haut et fort, deux heures plus tôt. Pas de déserteur, pas de mutinerie. En quelque sorte, tout le monde était dans la même barque et il était hors de question que des gens s'barrent en cours de route. Non pas que c'était un couard ... Mais comme dit, terminer en prison, ce n'était pas l'objectif du jeune homme. Renouer avec une certaine femme, oui, à long terme, c'était dans ses projets, mais ce n'était pas pour tout de suite. Et mieux valait-il repousser cette rencontre au maximum, histoire d'apaiser toutes les rancoeurs et tout ce qui pourrait s'en suivre.

Baastian poussa un long soupir ennuyé et il posa sa main contre son front. Que faire ? Là était toute la question. S'barrer ... n'allait pas être une mince affaire. Ou du moins, ça ne serait pas facile du tout. D'une manière ou d'une autre, il trouverait bien un moyen de s'en aller. Restait à trouver le bon moment pour le faire avant que ça ne dégénère.

Qui aurait cru que son "salut" pourrait lui être accordé par une petite peste, une petite chipie qui n'en faisait qu'à sa tête depuis qu'elle avait été kidnappée. Perdu dans ses pensées, ou peut-être était-il en train de piquer du nez dangereusement, Baastian redressa la tête lorsqu'il entendit du brouhaha. Une fenêtre venait d'être cassée par je ne sais quoi ou je ne sais qui, ce qui, irrémédiablement, attira son attention. Il eut juste le temps de redresser a tête, ou plutôt, de la tourner dans la bonne direction et il vit une tête blonde qui s'échappait par la fenêtre. Cette gamine était un vrai souci. Mais il était certain que de tous les terroristes présents, il était, sans aucun doute, peut-être bien l'un des seuls qui ne ferait aucun mal à la fillette.

"Quelle plaie cette gamine ..."

En même temps, ça lui donnait une excuse et ça lui permettait de sortir. Et peut-être éventuellement de filer, mais ça, c'était moins certain. Flingue à son ceinturon, le voilà sortant de l'entrepôt à la recherche de la fillette qui, sans aucun doute, allait lui donner du fi à retordre. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait la laisser filer. A moins que ... Ca serait à voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Between Despair & Hope

Between Despair & Hope
♠ Nombre de messages : 690


MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I] Dim 30 Oct - 20:08


    La bonté ne le perdrait sûrement pas. Oui normalement on devait le signaler dans l’autre sens mais la bonne action de donner son sandwich et de l’eau à la fillette en était peut-être un d’un point de vue reculé, cela était juste un donné pour un rendu de sa part. Enfin le silence, la paix pour ses oreilles maltraitées contre un repas qu’il ne mangerait de toute façon pas. Il n’avait pas faim, ou tout du moins, il ne mangeait jamais pendant qu’il attendait une cible. Là vous allez me dire que Norbert risquait peut-être d’attendre encore longtemps mais que soit. Il avait connu pire, il avait fait bien pire. La prévention contre toute fuite de leur chef faite et la petite chipie qui finissait son casse-croûte lui signalait qu’il allait pouvoir enfin regagner son poste et faire ce qu’il devait faire, c’était à dire surveiller avec une grande vigilance les alentours et tirer en cas de problème. Il avait refait les liens avec soin à la fillette et l’avait ramenée vers les autres qui étaient avouons-le nettement moins énervante que la demoiselle. En même temps, il avait également une moyenne d’âge nettement plus élevée ce qui leur donnait un bon aperçu du danger qu’il courrait chose que n’avait certainement pas la fillette qui lui avait fait face. Le capitaine avait retourné à sa place, repris son arme et regagné son éternelle immobilité. Il n’avait pas tout son attirail habituel mais cela lui suffisait amplement. La tension qui était montée en flèche au coup de téléphone, semblait avoir descendu même si maintenant c’était une longue attente, l’attende de soit avoir l’argent soit se faire assaillir par les membres du gouvernement.

    Une minute, vingt, une heure, minuit a sonné…

    Les minutes ont passés avec une lenteur excessive, les heures maintenant en on fait tout autant, la dernière fois que l’homme a regardé avec lenteur sa montre, elle avait indiqué minuit 7 et 26 secondes. Le temps était long, néanmoins, il s’en sortait mieux que le trois quarts de ses collègues. Ils les voyaient du coin de l’oeil bouger, marcher, s’échanger quelques paroles en murmures, il voyait aussi de temps en temps quelques petites lumières vernirent briller dans la nuit, mais rien d’inquiétant pour la plupart ce n’était que le bout d’une cigarette qu’on s’allumait. Ils bougeaient tous de temps en temps pour tenir éveillés, où dormaient tout simplement comme Martinez. Lui il restait là-bas immobile, à scruter l’horizon à la recherche de tout bruit ou lumière suspecte. Parfois, il prenait, le viseur nocturne de son arme pour distinguer dans la noirceur mais il ne bougeait pas, il ne faisait pas de geste inutile. Tireur d’élite, sniper, il avait l’habitue. C’était son boulot, attendre pendant de longues heures sans bouger, sans dormir l’angle de tir parfait pour abattre sa cible. Bon maintenant signalez qu’il était en pleine forme était un petit peut exagéré aussi. Son cerveau était plus engourdi quand même et l’inaction était quelque chose qui le guettait plus que d’habitude, c’était comme un vautour qui attendait de fronde sur sa proie. Mais il fallait qu’il soit vigilant, il fallait qu’il reste alerte pour éviter tout soucis ou du moins les voir de loin. Les agents avaient eu le temps de réfléchir et plus le temps passait plus on pouvait se rapprocher de l’inévitable de cette aventure.

    Alors, il remuait un tout petit peu ou respirait une bonne grosse bouffée d’air frais parvenant par la fenêtre ouverte de sa position quand il sentait la déconcentration l’atteindre un peu trop fort. Seulement, il fallait croire que cela n’était pas entièrement efficace car il n’avait pas entendu la même petite gamine commencer à bouger un peu partout. En même temps, la surveillance des otages n’était pas de son ressort, il était quelqu’un de plus distant, qui travaillait seul, la diplomatie n’était pas son domaine. Par contre ce qu’il perçut avec nettement, c’était le bruit de quelque chose qui se fracassait contre un coin, une vitre. De surprise, il avait retourné son arme vers le lieu du fracas à en réveiller un mort par ce silence glacial qui régnait. La tête blonde se sauvait. Un soupir pénible lui échappa des lèvres mais il fut content de voir quelqu’un d’autre s’en charger. On n'aurait jamais dû l’emmener, son regard se posa ensuit vers Martinez qui ronflait en s’étalant, il était pitoyable. Et si jamais, la directrice resonnait hein . Qui brouillerait les pistes sans cet endormi, attendez, ligoté ?


    -Petite peste…

    Grogna-il plus pour lui-même, il avait de plus en plus envie de laisser d’autres se charger de son cas ou alors dans ce cas, il se ferait un plaisir de la tuer avant qu’elle ne s’enfuie et ne prévienne de leur lieu de planque. C’était son job aussi ça non, et une fillette c’était tellement simple par rapport à un point à plus de mille mètres. Il descendit cependant rapidement et bouscula sans ménagement l’informaticien somnolent.

    -Tu te fais avoir par une gamine ! Bon sang, mais reprend toi !

    Il lui défit ses liens avant de le regarder froidement.

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/
avatar

Invité
«Invité»

MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I] Sam 26 Nov - 8:27

Leyia en avait assez d'être attachée ainsi. Elle n'en pouvait plus de servir de vulgaire appât pour quelques terroristes qui ne cherchaient qu'à gagner de l'argent. Finalement quelques heures plus tôt, la petite Chloé avait semble-t-il vu son souhait de nourriture exaucé. Du moins c'était ce qu'en déduisait Leyia puisque la petite fille, même n'étant plus dans son champ de vision, avait cessé son épouvantable vacarme à coups de cris.

*En même temps, c'est bien fait pour nos ravisseurs, ils n'avaient qu'à réfléchir avant de kidnapper une petite fille de 6 ans*.
Cela semblait logique au regard de Leyia mais apparemment pas aux yeux de tous. Il était aussi possible que Chloé ait un lien de parenté avec quelqu'un d'important, et pour cette raison ils n'avaient pas eu d'autre choix que de capturer une gamine certes adorable mais aussi caractérielle. Enfin bon.. Il était plus de minuit et l'endroit était beaucoup plus calme qu'auparavant avec mois d'allées et venues. En même temps, Leyia comprenait que leurs ravisseurs ne s'assoupissent, elle même était à moitié en train de sombrer dans les bras de Morphée...Du moins jusqu'à ce qu'elle n'entende un bruit assourdissant puis quelques éclats de voix:

-Tu te fais avoir par une gamine ! Bon sang, mais reprend toi !

*Alors ça c'est la meilleure!!*
Puis elle vit l'homme qu'elle avait interpelé un peu plus tôt sortir semblait-il à la recherche de la petite Chloé.
Décidément cette petite avait du talent. La jeune femme n'en revenait pas, si bien qu'elle fût prise d'un fou rire incontrôlable. Tellement fort qu'elle en pleurait presque. C'était la nervosité ajoutée à la fatigue mais aussi à l'inquiétude pour la petite fille qui la rendaient aussi "joyeuse" si on peut dire. Elle s'arrêta net en voyant quelques regards noirs se tourner vers elle. C'est vrai qu'on aurait dit qu'elle avait beaucoup trop bu. En fait elle décida d'en jouer un peu:

"Dîtes messieurs, l'un de vous pourrait-il m'accompagner il faut vraiment que j'aille faire mes besoins vous ne voudriez tout de même pas que j'empeste votre hangar qui ne sent déjà pas la rose, haha*, ironisa-t-elle de sa voix cristalline.

Elle ajouta rapidement:
"Au fait je pourrai vous être utile pour retrouver la petite perdue si vous le souhaitez, je suis une fille moi aussi je sais donc ce qui me passait par la tête lorsque j'avais 6 ans. Si vous me laissez sortir faire mes besoins je vous aide, sinon niet et tant pis vous aurez perdu toute crédibilité dans votre prise d'otages".

Fière de sa réplique, Leyia n'en montra pourtant pas une once et pris son air de "je suis sérieuse, et j'ai dis les choses sincèrement". Après tout, jouer un rôle c'était son métier avant qu'elle ne devienne provisoirement assistante. Et ces messieurs ne le sachant pas, elle pouvait donc tirer ainsi son épingle du jeu de manière absolument remarquable.
Elle en rajouta même une couche:

"Je suis sûre que votre ami n'est pas doué avec les enfants et qu'il aurait besoin d'aide pour trouver la ptite. En plus il faut vraiment que je vide ma vessie si vous voyez ce que je veux dire."

Elle prit une moue dégoutée. Et le pire c'est que sur ce point, elle n'avait même plus besoin de faire son tour de comédienne car elle commençait sérieusement à être en niveau très haut si vous voyez ce que je veux dire. Elle attendit sagement qu'on ne vienne la chercher ou tout au moins qu'on lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm radioactive

I'm radioactive
♠ Nombre de messages : 1186


MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I] Sam 26 Nov - 9:07

Les secondes passaient, les minutes s'écoulaient et les heures s'égrenèrent. Finalement la blonde finit par être fatiguée, elle n'avait plus vomi. Rien ne se passerait avant un temps. Elle espérait que les agences qui s'étaient rassemblées avancé, qu'elles les retrouveraient. Elle pensa à ses amis, à sa mère, à l'orphelinat. La blonde se remémora des moments qu'elle avait passé dans l'orphelinat qui composait la majorité de sa vie. Puis elle se mit à penser aux moments qu'elle avait passé avec la rouquine, la futur mère regrettait les disputes. S'était de çà faute quand elles se disputaient. Ses yeux se fermaient petits à petits, mais elle lutait, lutait, pour ne pas s'endormir. Iris se mit à avoir faim, soif, froid. Elle se força à garder les yeux grands ouverts, observant tous ce qui se passaient. Mais finalement elle sombra. Combien de temps ? Quelques minutes ? Peut être plus. Elle n'en savait rien quand elle se réveilla en sursaut à cause d'un bruit de verre cassée. Assaut ? Non. Cela ne pouvait être possible, ce serait trop beau pour être vrai. Elle jeta un rapide coup d’œil aux alentours, la fillette n'était plus là. Elle devait certainement s'être échappée. Si les kidnappeurs la retrouvaient elle passerait un sale quart d'heure. L'agent du NCIS poussa un soupire. Son ventre réclama à manger. Quand elle rentrerait à la maison elle mangera mais là, il fallait mieux qu'elle se tienne tranquille et qu'elle ne demande rien. Qu'elle reste silencieuse et qu'elle guette le moindre indice qui pourrait l'aider dans cette affaire. L'homme qui avait été menacé d'être tué si elle recommençait à tuer s'était endormi et ronflait doucement. Elle le détailla du regard. Il était brun, la peau pâle, il était en costard cravate, sa cravate était bordeaux. Il avait une montre doré. Elle plissa les yeux pour essayer de voir l'heure. Il était près de minuit. La blonde jeta un coup d’œil, il y avait beaucoup d'otages qui s'étaient endormis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

«Contenu sponsorisé»

MessageSujet: Re: No Man's Land [Part I]

Revenir en haut Aller en bas

No Man's Land [Part I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Plusieurs land raider
» Départ non réfléchi et vite regrété.
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NCIS RPG :: Washington :: Autres lieux :: » Les rues et les ruelles :: Bâtiment Désaffecté-